IRAN – La catastrophe nationale de la Covid19 frappe toujours

Pendant plusieurs jours d’affilée, les statistiques officielles du régime iranien portant sur les décès dus au coronavirus, ont été supérieures à 300 par jour. Le jeudi 28 octobre, 415 décès ont été signalés par les autorités. Bien que cette statistique soit nettement inférieure aux statistiques réelles, elle prouve les dimensions de la catastrophe qui frappe le peuple iranien.

Selon M. Mardani, membre du comité de lutte contre le coronavirus, la statistique réelle est deux fois et demi plus importante que la statistique officielle.

Des réactions critiquent la gestion de la crise

Le Président iranien, Hassan Rohani, a déclaré, à la suite du rapport du Ministre de la Santé sur la situation catastrophique de l’épidémie de coronaropathie, les moyens efficaces pour faire face à la vague croissante de cette pandémie:

Il n’y a pas d’autre choix que la patience, le don de soi, la dévotion et la prudence.” (Site de Rouhani, 21 Octobre 2020)

« Les restrictions mises en place pour prévenir la propagation du coronavirus ne sont pas appliquées et sont un soulagement pour els autorités car c’est une échappatoire à toute responsabilité » a déclaré Ahmad Naderi, membre de la commission parlementaire de la santé, sur le site web d’Etat Vatan-e-Amrooz, le 15 Octobre 2020.

« Bien sûr, le président lui-même suit bien les protocoles de santé et ne se rend pas en public de peur de contracter le virus, mais il est indifférent à la mise en place de mesures préventives pour briser la chaîne du coronavirus » a-t-il ajouté.

Peu importe les statistiques, compte tenu de l’état actuel des hôpitaux et du nombre croissant de patients chaque jour, il est très clair que le coronavirus en Iran a causé plus de décès que jamais auparavant et qu’il n’y a aucune tentative pour endiguer sa tendance haussière. (Journal d’État Sharq, 19 Octobre 2020)

Dans son rapport du 22 octobre 2020, le Centre de Recherche Parlementaire a critiqué l’approche iranienne face à la pandémie, citant deux méthodes communes en Corée du Sud, notamment « la quarantaine complète et le dépistage maximum » qui ont largement contribué à endiguer la maladie.

Il a jugé infructueuse, la mise en œuvre de politiques similaires en Iran et a écrit: « En Iran, aucune de ces deux politiques n’a été mise en œuvre correctement et complètement. Ni la quarantaine urbaine (en général ou dans les centres d’épidémie) n’a été sérieusement poursuivie, ni la politique de dépistage et d’isolement maximum n’a été poursuivie.” (Le Journal d’État Arman-e-Melli, 22 Octobre 2020)

« Le Ministère de la Santé a rédigé et approuvé des instructions et des protocoles pour chaque étape de la crise, mais ils ne sont pas mis en œuvre » a déclaré Mardani, membre du Comité Scientifique du Groupe de Travail National de Lutte Contre les Coronavirus (NCCT), au journal d’Etat Vatan-e-Amrooz, le 15 Octobre 2020. « Vous allez voir qui bloque sa mise en œuvre.« 

Bien que les membres du CNCT (Conseil national de la résistance iranienne) considèrent la fermeture et les restrictions supplémentaires dans les villes critiques comme le meilleur moyen de couper la chaîne de transmission de la COVID-19, le régime iranien continue d’insister sur la non-fermeture.

Se référant aux différentes stratégies qui existent pour faire face à la COVID-19, Mardani a déclaré: « Jusqu’à présent, 15 à 25 pour cent de la population du pays ont été infectés, et si nous voulons assurer la sécurité de la population, 60 pour cent doivent être infectés. Dans ce cas , nous subirons de graves pertes et, par conséquent, ce n’est pas seulement inefficace mais aussi inhumain.« 

Trois méthodes pour faire face au coronavirus 

Le premier groupe de pays a opté pour une quarantaine complète.

Le deuxième groupe de pays s’est vanté de la sécurité de la population et a choisi de laisser le virus poursuivre sa propagation sans aucune quarantaine afin d’obtenir l’immunité collective. Il est vite devenu évident que l’adoption de cette politique est très risquée car en cas de multiplication excessive du virus, des mutations du virus peuvent se produire. De hauts fonctionnaires de l’Organisation Mondiale de la Santé considèrent que cette politique est immorale.

Le troisième groupe de pays a augmenté le nombre de kits de diagnostic et de tests pour identifier les cas suspects de coronaropathie, puis a utilisé la recherche des contacts pour limiter la propagation. Cette méthode a été utilisée dans la plupart des pays du monde et s’est révélée fructueuse.

La performance du régime iranien s’inscrit davantage dans la catégorie de la sécurité des populations. Les propos choquants du Ministre de la Santé montrent clairement que l’objectif du régime iranien est de parvenir à cette immunité collective. « Le virus s’est multiplié par 10 … L’une de mes inquiétudes est que, Dieu nous en préserve, nous tombons dans un trou noir dont il est très difficile d’en sortir » a déclaré le Ministre de la Santé.

S’ils ne réparent pas nos ailes cassées, il n’y aura pas d’épidémie dans ce cas. Nous allons ramasser les cadavres et les blessés au fond de la rivière. Les gens savent que je ne peux pas créer une épidémie tout seul. Les gens savent que si un jour l’échec de la gestion de l’épidémie est signalé au Ministère de la Santé, mes lèvres se délieront, et je dirai qui a échoué. » (Khabarfori, 19 octobre 2020)

Un journal gouvernemental a déclaré avec sarcasme que maintenant le coronavirus peut être considéré comme un ennemi militaire. En raison de nombreux problèmes économiques, de la dévaluation de la monnaie nationale, de la hausse constante des prix depuis 1999, et maintenant de cette pandémie de coronavirus, le peuple iranien est confronté à quelque chose contre lequel on peut s’opposer.

Cela se produit à un moment où il ne fait aucun doute que les deux dernières années, par rapport à 2020, ont connu de meilleures conditions économiques. Nous avons eu les émeutes de janvier 1996, qui se sont transformées en un soulèvement fondé sur des problèmes économiques.

Deux ans plus tard, nous avons tous constaté que l’augmentation du prix de l’essence du jour au lendemain a entraîné les événements sanglants de novembre 1998. Les crises économiques de 1996-98 ne sont en aucun cas aussi importantes que celles de 1999 et ce que les gens traversent ces jours-ci.

Khamenei avait précédemment déclaré que nous voulions faire du coronavirus une opportunité. Pour Khamenei, quelle peut être cette opportunité si ce n’est de garantir la survie du régime en brisant l’esprit du peuple iranien?

Que peut-on en conclure sur le régime des Mollahs ? 

Le régime iranien cherche en toute sécurité à étouffer la société et à anéantir un autre soulèvement en faisant un à deux millions de morts après avoir infecté au moins 60% de la population. Un journal gouvernemental déclare que malgré les efforts du gouvernement pour produire l’unité des iraniens en réponse au coronavirus, il semble que ce problème soit également devenu un enjeu politique en Iran.

Cela peut également être bien compris dans les remarques de Hassan Rohani ces derniers jours, qui a présenté le discours de la Maison-Blanche comme la source de tous les problèmes de l’Iran et a de nouveau détourné l’attention des politiques du régime qui ont eu un impact négatif sur le peuple iranien.

Le Coronavirus est considéré comme une tragédie pour le peuple iranien, mais il a également eu des avantages pour le système actuel du pays et l’a protégé d’un autre soulèvement jusqu’à présent.

D’autres articles sur l’Iran