Le doigt d’Ali Farzat

Par Nahed Badawia, journaliste syrienne

(nahedbada @ gmail . com)

imnah

 

     Ali Farzat, caricaturiste syrien, est l’auteur de l’affiche du festival international du film des droits de l’homme qui a eu lieu à Paris du 11 au 18 mars 2014 au cinéma nouveau Latina.

 

     C’est l’un des plus grands dessinateurs de presse du monde arabe ainsi que le rédacteur en chef d’Al-Domari (L’Allumeur de réverbères), un hebdomadaire satirique qu’il a fondé en 2004 pendant la période du « Printemps de Damas ». Mais l’événement  marquant qui permet de l’identifier de mieux en tant qu’artiste libre, a eu lieu le 25 août 2011, place des Omeyyades à Damas.

 

   Ce jour-là,  Ali Farzat, a été violemment agressé par des sbires (Shabihha) du régime Syrien. Ils ont brisé ses mains, ses doigts. C’était évidemment une punition sauvage contre son crayon, son talent, son esprit critique et son courage. Parce qu’il a osé transgresser le tabou syrien intouchable. Il a caricaturé le président. Cela, dès le début de la révolution. Son dernier dessin, représente  Assad avec ses valises faisant  du stop tandis que passe devant lui une voiture conduite par le président Libyen déchu Al-Kadhafi.

     
Lui briser les doigts, c’était reconnaître sa créativité. Et en même temps, c’était révéler en plein jour le visage criminel du régime à l’opinion internationale. Opinion qu’il essaie de convaincre que tous les crimes, en Syrie, sont perpétrés par des terroristes.

 

     Or, les premiers six mois de la révolution, il n’y avait contre le régime que des millions de jeunes pacifiques manifestant pour la liberté dans les rues, et des intellectuels qui les soutenaient. Mais le régime préfère raconter des histoires de terroristes plutôt que la vérité dure pour lui: son peuple veut qu’il dégage. Et  bien entendu, pour le régime que les intellectuels démocrates syriens expriment cette vérité, est plus dangereux  que  des terroristes.

 

      Ali Farzat, lui, refuse de se voir en homme politique. « Mon engagement pour la patrie est mû par la morale. Je suis né pour critiquer ce qui a été, ce qui est aujourd’hui et ce qui sera demain ».  Donc il a Exprimé sa colère,  comme d’habitude par ses moyens artistiques. Après la guérison de ses doigts,  Ali Farzat a réalisé un dessin qui parodiait sa photo prise à l’hôpital après son agression, dans lequel il a donné à son majeur une toute autre signification…

 

      La Syrie, en ce moment, ressemble à ce dessin. Elle a été agressée par la dictature. Et maintenant elle est en train d’être agressée par les trois groupes* de terroristes, soutenus  par  les pouvoir régionaux et internationaux.

 

La Syrie en ce moment, est fatiguée, mais elle ne cesse pas d’espérer, comme son grand artiste Ali Farzat, voir la liberté et la démocratie l’emporter.

—–

 

* »Bachesh , Daesh et Halesh »  Noms satiriques donnés par des militants Syriens à:

 Le régime, Kaeida et Huzbualla

 

———-

Merci à mes professeures de Français à la Maison de journalistes:

Guillaume Tournier et Françoise Serrero

 

 

Vladimir Poutine, représente t-il un danger pour le monde ?

Débat : Poutine, icône des nationaux-populistes européens

Par Saida HUSEYNOVA

Le dimanche 16 février, un débat, animé par Alexis Lacroix et Galina Ackerman, écrivain et spécialiste de la Russie, a été organisé au cinéma Saint-Germain à Paris dans le cadre des séminaires de La Règle du jeu. Les thèmes essentiels évoqués ont été ceux autour de la politique de Poutine, du danger de cette politique pour la France, pour l’Allemagne, pour le reste du monde, et de la mobilisation de la société civile. Le débat s’est déroulé avec la partecipation de Mischa Gabowitsch, Mikhail Rykline, Michel Eltchaninoff, philosophes, et les témoignages d’Oksana Shachko (Femen) et Zara Mourtazalieva, journaliste et blogueuse, ex-prisonnière tchétchène. 

Vladimir Putin

Photo de www.foxnews.com (AP/RIA NOVOSTI/PRESIDENTIAL PRESS SERVICE)

Le débat a commencé par le discours de Galina Ackerman qui était rentré de Kiev. Elle a évoqué les enjeux du Maïdan pour l’avenir de l’Europe dans le contexte du thème du débat. D’après elle, Poutine ayant toujours la nostalgie de l’URSS, soutient des régimes « amis » dont le président ukrainien Viktor Ianoukovitch. Elle a attiré notre attention sur le fait que c’est l’avenir de l’Europe qui se décide en Ukraine en ce moment : « Les Ukrainiens ne veulent pas être associés à un autre régime pourri qui est celui de Poutine, y compris d’entrer dans l’Union douanière avec la Russie qui va lier l’Ukraine avec trois autres régimes dictatoriaux ; russe, biélorusse et kazakh. Ils veulent vivre dans un état civilisé, un état de type européen, ils veulent changer en profondeur les institutions. Il ne s’agit pas seulement de se débarrasser de Ianoukovitch, il s’agit de se débarrasser du système d’un état machiavélique. Et je n’ai pas vu un seul slogan anti-russe et antisémite sur le Maïdan, contrairement à ce que disent les médias russes», a-t-elle affirmé.

 

Mischa Gabowitsch, philosophe, est venu spécialement de Berlin pour cette rencontre. Il a trouvé assez anormal que, dans le cadre d’un séminaire consacré à la Russie, à la société russe et à Poutine, l’Ukraine était automatiquement évoqué comme si elle faisait parti d’un certain «Royaume Russe». Cependant M. Gabowitsch était dans l’ensemble d’accord avec l’analyse de Mme Ackerman sur les événements en Ukraine.

 

Au sujet de l’évolution de la société civile russe et la culture de la protestation, M. Mischa Gabowitsch a attiré l’attention sur le rôle des médias : «Les images des manifestations en Russie ont été créées par des médias moscovites, les images étaient extrêmement pauvres, elles ont été produites par les médias russes, et aussi bien par les médias occidentaux et qui ont été prises à leur tour par les manifestants en Russie. Et l’une des raisons pour lesquelles les manifestations se sont terminées en Russie, est que les manifestants ne se reconnaissaient pas dans ces images médiatiques d’un mouvement de classe moyenne. Sans oublier que, la répression policière et l’adoption de nouvelles lois qui limitaient les manifestations, existaient aussi ».

 

Évoquant le rôle de la religion orthodoxe dans l’idéologie de Poutine, et la transformation de son régime, Mikhail Rykline a constaté que Poutine, qui règne en Russie depuis plus de 14 ans, voulait gouverner sans idéologie. En clair, il manipule des idéologies diverses, y compris l’orthodoxie, le libéralisme, l’aspiration démocratique qui était fort dans les années 90. « Après la fameuse déclaration du président Medvedev, en 2011, annonçant que Poutine allait se présenter aux présidentielles, ce dernier est venu au Kremlin très affaibli car il a perdu le soutien de la grande partie de la classe créative. Étant donné que l’électorat est très attaché à l’église, Poutine devient dépendant  de l’église orthodoxe.»

 

En continuant la discussion sur le même thème Michel Eltchaninoff a affirmé que Poutine veut incarner une sorte de pôle idéologique de défense de la chrétienté : « C’est une simulation chrétienne qui devrait finalement être une forteresse face aux attaques de l’islamisme d’un côté et à l’américanisme de l’autre. L’américanisme qui est perçu par Poutine et ses idéologues comme la désintégration des valeurs traditionnels de la famille, avec par exemple la lutte contre les homosexuels est une forme de machisme politique ».
M. Eltchaninoff a attiré l’attention sur un autre point important et inquiétant pour l’Europe. D’après lui, Poutine n’a jamais eu peur de montrer des passions et des sentiments haineux depuis plusieurs décennies, que nous, de notre côté, essayons de combattre. « L’admiration de N. Sarkozy pour Poutine était liée à la décomplexions politique et idéologique de Poutine. C’est un des moteurs de la jonction entre ce qu’on peut appeler idéologie poutinienne et une nébuleuse, ici en France à l’extrême droite, mais aussi dans des mouvements qui font des ponts entre la Droite et l’extrême droite. De l’autre côté, l’idéologie de l’Eurasisme se répand de plus en plus dans un milieu extrême droite européenne, notamment française. La Russie doit s’affirmer non pas en tant que puissance européenne, non pas seulement en puissance orthodoxe, mais en tant que puissance eurasienne ».

 

Par la suite, le débat a continué avec les témoignages exceptionnels de deux femmes engagées, Oksana Shashko (artiste Femen), et Zara Mourtazalieva, ex-prisonnière du régime russe.
Oksana Shashko, est en exil en France, suite aux manifestations du Femen contre Poutine qu’elle a désigné comme leur ennemi numéro 1 en tant que féministe et citoyenne ukrainienne. « Nous sommes contre toutes les dictatures et pour nous, Poutine symbolise les traits d’un dictateur. Dès le début lorsque Ianoukovitch est arrivé au pouvoir nous avons senti la main lourde de Poutine dans la limitation de la liberté et dès le début nous nous sommes opposées à cette alliance de Ianoukovitch et Poutine ».

 

Zara Mourtazalieva, journaliste-blogueuse, a passé 8 ans en prison. Comme l’a expliqué Galina Ackerman, elle a été piégée, accusée de terrorisme sans la moindre preuve et malgré l’intervention de plusieurs défendeurs des droits de l’homme, des ONG, la couverture médiatique, n’a pas aidé. Zara Mourtazalieva a témoigné aussi sur ce que signifie le système judiciaire et le système carcérale sous Poutine. Depuis son arrivée au pouvoir les mauvais chiffres ont augmenté, a-t-elle dit. « Le régime de Poutine, peut-être, n’aurait pas été aussi terrible s’il ne brisait pas en masse la vie des personnes innocentes qui se trouvent incarcérées pour de longues années. Au niveau de l’arbitraire, c’est comparable à la période Stalinienne ».

 

 

A Paris, Michel Thierry Atangana remercie François Hollande et toute la France

L’ex-prisonnier a salué l’engagement du président français pour sa libération

 

Par René DASSIE [renedassie @ sfr . fr ]

 

Libéré lundi à la faveur d’une grâce présidentielle, Michel Thierry Atangana est arrivé vendredi tôt le matin à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle. Il a remercié la France et notamment le président François Hollande, pour la mobilisation qui a conduit à sa libération, après dix-sept de détention à Yaoundé, la capitale camerounaise, pour des détournements de fonds qu’il a toujours niés. Il souhaite désormais tourner la page et reconstruire sa vie de famille.

 

michel atangana paris 1

 

« Pour l’instant Je suis extrêmement usé mentalement, moralement. Le choc est un choc que vous ne pouvez pas imaginer. Ce n’était pas dix-sept ans dans une prison. C’était dix-sept ans dans une cellule en isolement. Pour l’instant, il faut d’abord que je retrouve intérieurement les codes de la société française que je partage totalement, pour m’exprimer de manière libre .» Il est environ 7h30 ce vendredi, lorsque Michel Thierry Atangana prononce ses premières paroles d’homme libre de retour chez lui. Nous sommes dans le pavillon des réceptions de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulles.

 

Veste sombre et chemise blanche, les traits tirés, marqué par sa longue détention, l’ingénieur financier de 49 ans, qui est sorti de prison lundi suite à un décret signé une semaine plus tôt par le président Paul Biya a dû céder à l’insistance des journalistes, pour s’exprimer. Il voulait prendre quelques jours pour se reposer et se soigner, avant de parler à la presse. Il hésite, visiblement un peu perdu, cherche ses mots. Ce qui ne l’empêche pas d’exprimer sa gratitude envers le président François Hollande. « Ce qu’a fait le président François Hollande, c’est un effort d’une haute grandeur sur le plan humain. Je dois simplement dire merci ce matin. Merci toute la France, merci à mon pays. Je suis content de revoir mes enfants, de revivre ».

 

Une heure plus tôt lorsqu’il est arrivé, aucune caméra n’a filmé sa descente d’avion, Paris ne souhaitant pas froissé davantage Yaoundé, en laissant croire qu’il s’agit de la libération d’un otage. Un véhicule officiel est cependant venu chercher l’ex-prisonnier et sa suite, certains de ses avocats et soutiens camerounais. Direction le pavillon des réceptions où a été prévu une conférence de presse. Il y a là des officiels, notamment Hélène Conway-Mouret, la ministre des Français de l’étranger et Jean-Yves Leconte, le sénateur représentant les Français établis hors de France. Il y a aussi des membres du comité qui l’a soutenu en France, dont son président Dominique Sopo et son Porte-parole Ibrahim Boubakar Keita, par ailleurs président de BDM TV. Mais il y a surtout son fils Éric, âgé de vingt-deux ans, qui a ému la France lors de ses interventions dans les médias audio-visuels.

 

Éric Atangana se jette dans les bras de son père et l’étreint longuement. Il ne peut retenir ses larmes. Il avait cinq ans lorsqu’il l’a vu pour la dernière fois, avant son départ pour le Cameroun, où il passera dix-sept ans en détention. Le jeune adulte n’a désormais qu’une idée en tête : rattraper le temps perdu, reconstruire une relation père-fils qui a été brutalement interrompu. Éric Pleure, mais il pleure de joie. « Le simple fait de le toucher, c’est indescriptible. Je suis tellement heureux de le voir, heureux pour mon petit frère qui avait un an quand il a disparu, heureux de voir ma mère heureuse, et toute la famille. C’est un grand soulagement, énormément d’émotion pour tout ce qui s’est passé. » Et d’ajouter : « C’est un combat très dur qui se termine aujourd’hui. Je suis heureux d’avoir vécu ce combat et d’avoir réussi à faire sortir mon père de prison. Je suis tellement fier de mon père. On va prendre le temps de réapprendre à se connaitre et de reconstruire cette relation père- fils. le projet c’est juste qu’il aille bien dans un premier temps. Il va prendre ses soins médicaux. »

 

Apaisement entre Paris et Yaoundé

 

Dans son intervention, Dominique Sopo revient sur les dures conditions de détention de Michel Thierry Atangana qui ont altéré son état de santé. Il rappelle que sa mère est « morte de chagrin », pendant sa détention. L’ancien président de SOS Racisme salue vivement l’engagement personnel de François Hollande qui a appelé Paul Biya plusieurs fois. Il souligne aussi le rôle de l’Onu, qui a récemment demandé au gouvernement camerounais de libéré M. Atangana. Pour sa part, cet homme qui goûte ses premiers jours de liberté veut désormais tourner la page de sa mésaventure tropicale. Il l’a souligné lors de sa brève intervention. « Je prends ma libération comme un espace édifiant qui permettrait de consolider ce qui est nécessaire pour que les relations lointaines, ancestrales entre la France et le Cameroun continue à porter des fruits. C’est pourquoi nous allons œuvrer à notre petit niveau pour que le dialogue entre les président François Hollande et Paul Biya continue à porter des fruits pour le bien des peuples français et camerounais », déclare-t-il. Le sénateur Jean-Yves Leconte abonde dans le même sens, en soulignant l’importance des relations entre les deux pays. Cependant, il plaide la cause de l’avocate Lydienne Yen Eyoum, une autre Française d’origine camerounaise emprisonnée depuis quatre ans sans jugement à Yaoundé, pour des faits de détournement de deniers publics qu’elle nie farouchement.

 

« Lors de mon passage à Yaoundé, j’ai constaté la situation de Mme Eyoum qui attend son jugement depuis des années dans ses conditions très difficiles qui atteignent à sa dignité. C’est une Française. J’espère que dans la foulée de la prise de conscience du président Biya sur la situation de Michel Thierry Atangana, l’innocence de Mme Eyoum va être établie et sa libération va être faite très rapidement », laisse-t-il entendre, avant de conclure. « Ce serait le parachèvement de cette belle séquence pour laquelle aujourd’hui nous partageons notre joie ». pour sa part, Me Dominique Tricot, un des avocats français de Michel Thierry Atangana insiste sur la réparation par le gouvernement camerounais, du préjudice que son client a subi.

 

Une séance de débriefing à huis clos avec les officiels suit la conférence de presse. Puis Michel Thierry Atangana quitte l’aéroport pour se rendre à l’hôpital du Val-de-Grâce pour des examens. Son fils dont il n’a pas lâché la main depuis leurs retrouvailles l’accompagne.

 

 

L’Internat d’Excellence à Metz, une œuvre humanitaire qui fabrique les leaders de demain

[Par Pierre TOH [zahokoui @ gmail . com], Renvoyé Spécial à Metz le 20 février 2014]

 

L’Internat d’Excellence à Metz est un centre d’hébergement de lycéen(ne)s en difficulté pour une réussite garantie.

 

DSC_0048Initialement dénommé Internat de la Réussite et devenu aujourd’hui Internat de l’Excellence, le centre d’hébergement pour lycéens en difficultés est une véritable bouffée d’oxygène. Projet pédagogique d’envergure, l’IE s’adresse à des lycéen(e)s de l’enseignement général, technologique et professionnel ainsi qu’à des étudiant (e)s en lycées (CPGE-BTS) motivé(e)s, ne bénéficiant pas d’un environnement favorable pour réussir leurs études.

 

Peuvent faire également acte de candidature, les élèves et étudiant(e)s boursier(ère)s issus des territoires de la politique de la ville (Zone Urbaine Sensible, Contrats Urbains de Cohésion Sociale), ceux issus de la ruralité et présentant le profil requis. Sponsorisé par le Centre Pompidou de Metz, l’IE est administrativement rattaché au Lycée Général et Technologique Louis Vincent de Metz. En septembre 2014, selon Mme Luton la responsable de l’internat, le nombre de places disponibles passera à 300. L’« Internat de la Réussite » est accessible aux élèves et étudiants issus des 4 départements de l’Académie de Nancy-Metz. Au delà des dimensions pédagogiques, éducatives et citoyennes, les actions culturelles et artistiques y prennent une place importante. Une équipe expérimentée de l’Internat d’Excellence mixte de Châtel-Saint-Germain est mise en place pour favoriser la réussite par des conditions et méthodes de travail optimales. Il propose une pédagogie innovante et des moyens renforcés qui permettent aux internes de bénéficier d’un accompagnement éducatif et personnalisé assuré par des professeurs et des assistants d’éducation, d’activités sportives, scientifiques, artistiques et culturelles, des partenariats nationaux et internationaux, d’un large accès aux dernières technologies de l’informatique et de la communication.

 

DSC_0041Cette vie estudiantine, loin de la famille biologique, est bénéfique au jeunes, elle lui permet de changer un temps soit peu de cadre de vie, de construire un projet personnel et professionnel, de développer sa personnalité, son autonomie, et l’estime de soi, de s’épanouir au contact de camarades motivés aussi par leurs bons résultats scolaires. Par contre, l’IE n’accueille pas les élèves présentant des troubles comportementaux, faisant l’objet de mesure de placement judiciaire ou en substitution de toute autre alternative éducative. Quant aux parents ou responsables légaux leur étroite association est demandée, ainsi que leur engagement et celui de l’élève, le principal concerné. La ville qui abrite l’Internat motive ses Équipes de Réussite Éducative pour jouer un rôle essentiel dans le suivi des élèves en dehors du temps d’accueil en internat c’est-à-dire fin de semaine et vacances scolaires et dans la liaison avec les familles.

 

L’Internat de l’Excellence offre à la population de Metz un dispositif qui encourage la poursuite d’études supérieures comme « les cordées de la réussite ». Une œuvre à imiter pour tout gouvernement soucieux du devenir de ses jeunes, les cadres de demain.

 

Affaire Michel Thierry Atangana : Paul Biya cède face à la pression internationale

Par René DASSIE

Emprisonné depuis 17 ans au Cameroun pour des détournements de deniers qu’il a toujours contestés, le Français Michel Thierry Atangana va pouvoir être libéré, à la faveur d’une remise de peine décidé par Paul Biya, le président camerounais, suite aux pressions internationales (pour en savoir en plus, cliquez ici : « Affaire Michel Thierry Atangana : Paul Biya fait-il marcher François Hollande ?  »).

michel atangana 1La plupart des observateurs en conviennent : le décret signé mardi par Paul Biya « portant commutations et remise de peines au bénéfice de personnes condamnées et détenues pour infractions diverses » vise expressément Michel Thierry Atangana, même s’il ne désigne pas nommément prisonnier . Le premier des cinq articles du texte de trois pages indique en effet qu’une remise totale de peine est accordée aux personnes condamnées pour détournement de deniers publics, et qui auraient déjà passé plus de dix ans en prison.

Michel Thierry Atangana a été condamné pour la première fois à 15 ans de prison en 1997. Officiellement pour détournement de fonds publics. Alors qu’il avait entièrement purgé cette peine, il a été rejugé pour les mêmes faits en 2012, et a écopé d’une nouvelle condamnation à 20 ans, augmentée d’une contrainte par corps de 5 ans. Son compagnon d’infortune, l’ancien ministre Titus Edzoa, a subi le même traitement judiciaire.

Pour le ministre camerounais de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, le décret pris par le président, à la veille de la célébration du cinquantenaire de la réunification du Cameroun, traduit l’esprit de « tolérance et de pardon » de Paul Biya. Une analyse qu’on ne partage pas à Paris. « Il y a tout un habillage autour de ce décret, mais c’est bien Atangana qu’on libère à travers ce texte », a réagi Me Dominique Tricaud, un des avocats français de Michel Thierry Atangana.

Pressions

Ces derniers semaines en effet, la pression s’est accru sur Paul Biya. Dans un rapport publié début février, le groupe de travail de l’ONU sur la détention constate le caractère arbitraire de la détention de M. Atangana : « Toutes les instances judiciaires intervenues dans sa très longue privation de liberté ont manqué d’impartialité et il a été jugé deux fois pour les mêmes faits », écrivent les experts onusiens. Les Nations unies réclament par conséquent sa «  libération immédiate » et conseillent à l’État camerounais de lui verser une « indemnisation réparatrice des préjudices causés ».

L’intervention de l’ONU qui aurait crée un vent de panique à Yaoundé, est venu renforcer d’intenses tractations diplomatiques, à la fois officielles et souterraines, engagées par François Hollande, dès son arrivée à l’Élisée. Alors que ses prédécesseurs, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy avaient fait peu de cas de la situation du Français d’origine camerounaise, le nouveau président va prendre son dossier en main. Au prisonnier, il écrit une lettre, dans laquelle il lui fait part de sa sollicitude. Lors d’une interview sur France 24 et TV5, il juge « inadmissible », sa longue détention. Mais surtout, il interpelle directement et régulièrement Paul Biya qu’il invite à trouver une issue rapide à l’affaire, de sorte que le président camerounais finit par lui promettre qu’il gracierait Michel Thierry Atangana. Et lorsque Paul Biya traîne des pieds, François Hollande reprend sa plume, pour lui rappeler sa promesse.

Pendant ce temps, sur le terrain en France, le comité de soutien à Michel Thierry Atangana, présidé par Dominique Sopo, ancien président de SOS Racisme multiplie les actions dans les médias et dans la rue. Les Parisiens se familiarisent avec le visage et l’histoire de M. Atangana, à travers des campagnes régulières de tractage, d’affichage et de manifestations publiques.

Toutes choses qui auront pour effet, d’écorner l’image de Paul Biya, réputé très discret et peu connu du public français, en dépit de ses plus de 30 ans de règne sans partage sur le Cameroun.

Paul Biya a donc cédé à la pression, et Michel Thierry Atangana devrait pouvoir respirer l’air de la liberté, après avoir passé plus de 17 ans dans un réduit aveugle de 7m², niché au sous-sol d’un immeuble du ministère de la Défense à Yaoundé. Toutefois, ses soutiens restent prudents. «  Tant que Michel Thierry Atangana n’aura pas quitté sa cellule, nous resterons extrêmement vigilants. Il faut qu’il y ait une décision formelle qui soit prise par le ministre de la Justice. Il y a aussi les délais pour la levée d’écrou, elle peut être extrêmement rapide comme elle peut prendre quelques heures ou quelques jours », a indiqué Dominique Sopo, sur RFI. Pour sa part, Me Dominique Tricaud prépare déjà le combat qui suivra sa libération. « Nous allons maintenant veiller à son indemnisation et à la prise de sanctions contre ceux qui sont responsables de sa détention », a-t-il indiqué. M. Atangana serait détenteur vis-à-vis du gouvernement camerounais d’une créance évaluée à 338 milliards de Francs CFA, c’est à dire plusieurs centaines de millions d’euros.

Le Comité pour Juger Duvalier dénonce la visite à Paris de Martelly et interpelle Hollande

Par Nguebla MAKAILA

La visite à Paris, jeudi 20 février 2014, du Président haïtien Michel Martelly, invité de François Hollande, a suscité l’ire et l’indignation du Comité pour Juger Duvalier composé à majorité des victimes du régime de Jean Claude Duvalier qui a régné par une redoutable dictature dans le pays de 1971 à 1986.

mnimg2Devant un parterre des journalistes et d’amis d’Haïti, Gérard Bloncourt et Paul BARON, deux responsables du Comité pour Juger Duvalier l’ancien dictateur, ont organisé une conférence de presse, le jeudi 20 février 2014 à 19heures 30 mn, au café Rally à Paris pour s’insurger contre cette visite à Paris de leur président. Le comité pour Juger Duvalier a adressé une lettre ouverte à François Hollande dans laquelle, il dénonce l’attitude négative du Président haïtien envers les actions concernant la vitale question de mettre fin à l’impunité, impunité héritée en ligne directe des trente (30) ans de tyrannie et de dictature des Duvalier père et fils. Selon les conférenciers, le Président Martelly ne fait aucun effort dans le sens de faire avancer le procès contre Jean Claude Duvalier dont le régime est accusé d’être responsable des 60.000 victimes et des délinquances financières durant son exercice au pouvoir. Il est reproché au Président Martelly de soutien essentiel à Jean Claude Duvalier et d’encourager le « Duvalirisme sans Duvalier » du système actuel.

La complaisance de la France dénoncée

Par ailleurs, Gérard Bloncourt et Paul BARON, jugent inconcevable le comportement successif des autorités françaises qu’elles soient de tendance politique de gauche ou de droite. Ils disent que la France refuse de juger Duvalier pour sa monstruosité qui constitue des véritables atteintes les plus répréhensibles des droits de l’homme à l’encontre du peuple haïtien. Selon eux, les tribunaux français se sont révélés curieusement incompétents devant toutes les procédures engagées pour juger Jean Claude Duvalier ce qui a fait que celles-ci n’ont pas abouti du fait des interférences politiques. Ils trouvent en revanche inadmissible que la France, qui est un pays des droits humains dérobe à ses obligations et continue la mascarade contre le déni des droits humains.

Complicité américaine et canadienne en Haïti relevée

Le Comité pour Juger Duvalier n’est pas passé par le dos de la cuillère pour taxer de complices les Etats-Unis et le Canada. Ils sont, quant à eux, tenus responsables pour leurs soutiens aux différents régimes qui se sont succédé à la tête du pays. Les orateurs ont dénoncé que les américains et canadiens d’empêcher à laisser émerger une démocratie triomphante en Haïti à cause des intérêts qu’ils préservent.

Espoir de juger Duvalier renaît

C’est en pleine conférence de presse qui tire à sa fin, qu’une nouvelle réjouissante est tombée. Elle est annoncée par le Comité pour Juger Duvalier qui a reçu un appel téléphonique d’Haïti selon lequel, la Cour d’Appel de Port-au-Prince, a déclaré recevables les plaintes des victimes de la dictature Duvalier . Ladite Cour d’Appel a estimé que de sérieux indices concordent sur la participation indirecte et à la responsabilité pénale de l’inculpé Jean Claude Duvalier. La conférence de presse a pris fin, avec le bon espoir, pour le Comité pour Juger Duvalier qui affirme qu’il ne cherche pas une vengeance mais que ce procès serve d’une sorte de thérapeutique de voir un jour juger Jean Claude Duvalier, bourreau du peuple haïtien.

Affaire Michel Thierry Atangana : Paul Biya fait-il marcher François Hollande ?

Par René DASSIE

Le président camerounais a promis à son homologue français qu’il ferait libérer Michel Thierry Atangana (pour en savoir en plus, cliquez ici : « Michel Thierry Atangana : un homme détruit pour rien »), citoyen français emprisonné depuis 17 ans au Cameroun officiellement pour détournement de fonds, sur la base d’un dossier vide. Mais il traîne des pieds, et laisse la situation du détenu désormais gravement malade se détériorer davantage. L’Onu a demandé au gouvernement camerounais de le libérer et de réparer les préjudices qu’il a subis.

michel atangana 2La scène se déroule le 31 janvier 2013 à Paris. Paul Biya, le président camerounais, sort d’une audience avec son homologue français, François Hollande, et fait face à la presse, sur le perron de l’Elysée. Un journaliste lui demande : « Michel Thierry Atangana, puisque vous parlez des droits de l’Homme est considéré comme un otage dans votre pays. Allez-vous bientôt ordonner sa libération ? ». Après une brève hésitation, Paul Biya répond : « (…) Son affaire est en instance. Il a fait appel et il a saisi également la Cour suprême. Nous attendons la décision de la Cour suprême pour voir ce qu’il y a lieu de faire. Notre souci c’est qu’il y ait le maximum de gens libres, mais je ne veux pas contrarier les décisions de justice».
Dans cette réponse, Paul Biya reprend, dans un langage plutôt diplomatique, une promesse qu’il a faite à François Hollande, un peu plus tôt, lors de leur entrevue. Pour la deuxième fois en effet, le président français l’a interpellé au sujet du Français Michel Thierry Atangana, qui entame alors sa seizième année de détention dans une cellule du ministère de la Défense à Yaoundé. La première fois c’était un peu de plus de trois mois plus tôt, en marge du sommet de la Francophonie, à Kinshasa, en République démocratique du Congo. Selon La Lettre du Continent, un confidentiel très introduit dans les chancelleries africaines, François Hollande avait alors longuement évoqué la situation du prisonnier, avec Paul Biya. Celui-ci n’avait pas réagi. Le président camerounais, visiblement surpris par la question, s’était contenté d’écouter son homologue français.

Promesse de grâce présidentielle

Un silence dans lequel il ne prospère pas à Paris. Paul Biya réagi face à l’insistance de François Hollande. Mieux, il lui fait la promesse de libérer Michel Thierry Atangana, quelle que soit la décision de la plus haute juridiction du Cameroun devant laquelle le prisonnier a introduit un recours, dans l’espoir de voir annuler ses condamnations. Traduction : le prisonnier sera gracié par le président, si la justice ne le libère pas.
L’obstination du président français à évoquer l’affaire à chaque rencontre avec son homologue camerounais traduit sa forte préoccupation au sujet du cas de M. Atangana. Depuis 1997, ce Français d’origine camerounaise est enfermé dans un réduit aveugle et humide de 7m², au sous-sol d’un bâtiment du secrétariat à la Défense de Yaoundé. Des conditions de détention inhumaines, qui lui ont valu d’être moralement brisé et physiquement handicapé : il souffre désormais d’une paralysie partielle de son corps. Marié à une Française et naturalisé en 1988, il n’a pas vu grandir ses deux enfants, dont le plus âgé avait 5 ans, au moment de son arrestation. Pourtant, il est innocent. Son crime c’est de s’être retrouvé au mauvais endroit au moment. Il est victime d’un règlement de compte politique. Il a été cité contre son plein gré, comme directeur de campagne de Titus Edzoa, un ministre dissident du gouvernement de Paul Biya, qui, après sa démission, avait décidé d’affronter celui-ci dans une élection présidentielle.
Accusés de détournement de denier publics, les deux hommes ont été condamnés à 15 ans de prison, à l’issue d’un procès expéditif. Sans la moindre preuve. En 2012, après qu’ils ont eu entièrement purgé leur première peine, ils ont été rejugés pour les mêmes faits, et ont écopé d’une nouvelle condamnation à 20 ans de prison, augmentée de 5 ans de contrainte par corps. Si rien n’est fait, Michel Thierry Atangana qui avait 32 ans au moment de son arrestation pourrait rester en prison jusqu’à l’âge de 72 ans. Pendant leurs mandats respectifs, les présidents Chirac et Sarkozy ont fait le choix d’ignorer sa lente agonie. François Hollande qui a jugé sa situation inadmissible est le premier chef d’Etat français à se pencher sur sa situation.
Mi-octobre 2013, au terme d’une audience éclair, la Cour suprême du Cameroun rejette le pourvoi en cassation de Michel Thierry Atangana. Cette décision ouvre la voie à la grâce présidentielle promise par Paul Biya. Confiants, des diplomates français estiment même que le président camerounais annoncerait la bonne nouvelle à la fin de l’année, ou juste après.

Yaoundé bombe le torse

Cependant, les semaines passent, et ils commencent à déchanter, un an après la promesse du président camerounais. A Yaoundé, c’est silence radio. François Hollande aurait même adressé un nouveau courrier à Paul Biya pour lui rappeler sa promesse, sans que celui-ci ne s’empresse de réagir. Le gouvernement socialiste que l’on dit peu initié aux mœurs politiques compliqués d’Afrique tropicales commence peu à peu à comprendre qu’à Paris et à Yaoundé, la notion de temps, le sens de l’honneur et du respect des engagements pris ne s’apprécient pas de la même façon.
De leur côté, les avocats de Michel Thierry Atangana qui visent un effacement des condamnations de leur client ont adressé au président camerounais une demande de grâce amnistiante. Ils attendent toujours sa réponse.
Il est vrai que dans cette affaire, la diplomatie française a souvent donné des signaux contradictoires. On a ainsi vu fin décembre dernier, Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, tout sourire, congratulant Paul Biya, à Yaoundé. Sans un mot sur le cas Michel Thierry Atangana. Un silence injuste, pour les proches de prisonnier. Selon eux, s’il est vrai que l’occasion, la libération du prêtre français Georges Vandenbeusch, ancien otage de la secte islamiste Boko Haram au Cameroun se prêtait davantage aux réjouissances qu’à autre chose, il n’est pas moins vrai que la situation de tout autre otage mérite le même traitement, que son ravisseur soit un groupe terroriste ou un Etat en indélicatesse avec les droits de l’homme.

Une détention arbitraire selon l’Onu

Car pour ces proches du prisonnier qui ont créé un comité pour le soutenir, le mot « otage » utilisé par un journaliste face à Paul Biya sur le perron du palais présidentiel français correspond bien au statut de Michel Thierry Atangana. L’Organisation des Nations unies ne dit d’ailleurs pas autre chose. A la suite du gouvernement américain qui a inscrit cet homme aujourd’hui âgé de 48 ans dans sa liste de détenus politiques, l’Onu vient en effet de constater l’imposture de sa détention et d’exiger sa libération. Après enquête, et face au silence des autorités de Yaoundé qui ne lui ont pas répondu dans les délais, le Haut-commissariat aux droits de l’Homme de l’Onu a en effet émis un avis qui « recommande au gouvernement camerounais de procéder à la libération immédiate de M. Atangana». Le document invite également le gouvernement camerounais à lui verser « une indemnisation réparatrice des préjudices causés par la privation de liberté dont il est l’objet depuis le 12 mai 1997, son incarcération dans des conditions inhumaines et son jugement deux fois pour les mêmes faits ».
De quoi conforter le président François Hollande, dans ses efforts en vue de rétablir la liberté et la dignité de son concitoyen. A Paris, Me Éric Dupond-Moretti, un ténor du barreau français désormais engagé dans la défense de Michel Thierry Atangana a laissé entendre qu’il solliciterait une audience auprès de Paul Biya pour mieux lui expliquer les contours de l’affaire. Dans le même temps, le comité français de soutien au prisonnier, piloté par Dominique Sopo, l’ancien président de SOS racisme et Ibrahim Boubakar Keita, Président de la chaine de télévision BDM (Porte-Parole) prépare, en lien avec Amnesty International, de nouvelles actions en faveur de la libération de Michel Thierry Atangana.