Le Comité pour Juger Duvalier dénonce la visite à Paris de Martelly et interpelle Hollande

Par Nguebla MAKAILA

La visite à Paris, jeudi 20 février 2014, du Président haïtien Michel Martelly, invité de François Hollande, a suscité l’ire et l’indignation du Comité pour Juger Duvalier composé à majorité des victimes du régime de Jean Claude Duvalier qui a régné par une redoutable dictature dans le pays de 1971 à 1986.

mnimg2Devant un parterre des journalistes et d’amis d’Haïti, Gérard Bloncourt et Paul BARON, deux responsables du Comité pour Juger Duvalier l’ancien dictateur, ont organisé une conférence de presse, le jeudi 20 février 2014 à 19heures 30 mn, au café Rally à Paris pour s’insurger contre cette visite à Paris de leur président. Le comité pour Juger Duvalier a adressé une lettre ouverte à François Hollande dans laquelle, il dénonce l’attitude négative du Président haïtien envers les actions concernant la vitale question de mettre fin à l’impunité, impunité héritée en ligne directe des trente (30) ans de tyrannie et de dictature des Duvalier père et fils. Selon les conférenciers, le Président Martelly ne fait aucun effort dans le sens de faire avancer le procès contre Jean Claude Duvalier dont le régime est accusé d’être responsable des 60.000 victimes et des délinquances financières durant son exercice au pouvoir. Il est reproché au Président Martelly de soutien essentiel à Jean Claude Duvalier et d’encourager le « Duvalirisme sans Duvalier » du système actuel.

La complaisance de la France dénoncée

Par ailleurs, Gérard Bloncourt et Paul BARON, jugent inconcevable le comportement successif des autorités françaises qu’elles soient de tendance politique de gauche ou de droite. Ils disent que la France refuse de juger Duvalier pour sa monstruosité qui constitue des véritables atteintes les plus répréhensibles des droits de l’homme à l’encontre du peuple haïtien. Selon eux, les tribunaux français se sont révélés curieusement incompétents devant toutes les procédures engagées pour juger Jean Claude Duvalier ce qui a fait que celles-ci n’ont pas abouti du fait des interférences politiques. Ils trouvent en revanche inadmissible que la France, qui est un pays des droits humains dérobe à ses obligations et continue la mascarade contre le déni des droits humains.

Complicité américaine et canadienne en Haïti relevée

Le Comité pour Juger Duvalier n’est pas passé par le dos de la cuillère pour taxer de complices les Etats-Unis et le Canada. Ils sont, quant à eux, tenus responsables pour leurs soutiens aux différents régimes qui se sont succédé à la tête du pays. Les orateurs ont dénoncé que les américains et canadiens d’empêcher à laisser émerger une démocratie triomphante en Haïti à cause des intérêts qu’ils préservent.

Espoir de juger Duvalier renaît

C’est en pleine conférence de presse qui tire à sa fin, qu’une nouvelle réjouissante est tombée. Elle est annoncée par le Comité pour Juger Duvalier qui a reçu un appel téléphonique d’Haïti selon lequel, la Cour d’Appel de Port-au-Prince, a déclaré recevables les plaintes des victimes de la dictature Duvalier . Ladite Cour d’Appel a estimé que de sérieux indices concordent sur la participation indirecte et à la responsabilité pénale de l’inculpé Jean Claude Duvalier. La conférence de presse a pris fin, avec le bon espoir, pour le Comité pour Juger Duvalier qui affirme qu’il ne cherche pas une vengeance mais que ce procès serve d’une sorte de thérapeutique de voir un jour juger Jean Claude Duvalier, bourreau du peuple haïtien.

Affaire Michel Thierry Atangana : Paul Biya fait-il marcher François Hollande ?

Par René DASSIE

Le président camerounais a promis à son homologue français qu’il ferait libérer Michel Thierry Atangana (pour en savoir en plus, cliquez ici : « Michel Thierry Atangana : un homme détruit pour rien »), citoyen français emprisonné depuis 17 ans au Cameroun officiellement pour détournement de fonds, sur la base d’un dossier vide. Mais il traîne des pieds, et laisse la situation du détenu désormais gravement malade se détériorer davantage. L’Onu a demandé au gouvernement camerounais de le libérer et de réparer les préjudices qu’il a subis.

michel atangana 2La scène se déroule le 31 janvier 2013 à Paris. Paul Biya, le président camerounais, sort d’une audience avec son homologue français, François Hollande, et fait face à la presse, sur le perron de l’Elysée. Un journaliste lui demande : « Michel Thierry Atangana, puisque vous parlez des droits de l’Homme est considéré comme un otage dans votre pays. Allez-vous bientôt ordonner sa libération ? ». Après une brève hésitation, Paul Biya répond : « (…) Son affaire est en instance. Il a fait appel et il a saisi également la Cour suprême. Nous attendons la décision de la Cour suprême pour voir ce qu’il y a lieu de faire. Notre souci c’est qu’il y ait le maximum de gens libres, mais je ne veux pas contrarier les décisions de justice».
Dans cette réponse, Paul Biya reprend, dans un langage plutôt diplomatique, une promesse qu’il a faite à François Hollande, un peu plus tôt, lors de leur entrevue. Pour la deuxième fois en effet, le président français l’a interpellé au sujet du Français Michel Thierry Atangana, qui entame alors sa seizième année de détention dans une cellule du ministère de la Défense à Yaoundé. La première fois c’était un peu de plus de trois mois plus tôt, en marge du sommet de la Francophonie, à Kinshasa, en République démocratique du Congo. Selon La Lettre du Continent, un confidentiel très introduit dans les chancelleries africaines, François Hollande avait alors longuement évoqué la situation du prisonnier, avec Paul Biya. Celui-ci n’avait pas réagi. Le président camerounais, visiblement surpris par la question, s’était contenté d’écouter son homologue français.

Promesse de grâce présidentielle

Un silence dans lequel il ne prospère pas à Paris. Paul Biya réagi face à l’insistance de François Hollande. Mieux, il lui fait la promesse de libérer Michel Thierry Atangana, quelle que soit la décision de la plus haute juridiction du Cameroun devant laquelle le prisonnier a introduit un recours, dans l’espoir de voir annuler ses condamnations. Traduction : le prisonnier sera gracié par le président, si la justice ne le libère pas.
L’obstination du président français à évoquer l’affaire à chaque rencontre avec son homologue camerounais traduit sa forte préoccupation au sujet du cas de M. Atangana. Depuis 1997, ce Français d’origine camerounaise est enfermé dans un réduit aveugle et humide de 7m², au sous-sol d’un bâtiment du secrétariat à la Défense de Yaoundé. Des conditions de détention inhumaines, qui lui ont valu d’être moralement brisé et physiquement handicapé : il souffre désormais d’une paralysie partielle de son corps. Marié à une Française et naturalisé en 1988, il n’a pas vu grandir ses deux enfants, dont le plus âgé avait 5 ans, au moment de son arrestation. Pourtant, il est innocent. Son crime c’est de s’être retrouvé au mauvais endroit au moment. Il est victime d’un règlement de compte politique. Il a été cité contre son plein gré, comme directeur de campagne de Titus Edzoa, un ministre dissident du gouvernement de Paul Biya, qui, après sa démission, avait décidé d’affronter celui-ci dans une élection présidentielle.
Accusés de détournement de denier publics, les deux hommes ont été condamnés à 15 ans de prison, à l’issue d’un procès expéditif. Sans la moindre preuve. En 2012, après qu’ils ont eu entièrement purgé leur première peine, ils ont été rejugés pour les mêmes faits, et ont écopé d’une nouvelle condamnation à 20 ans de prison, augmentée de 5 ans de contrainte par corps. Si rien n’est fait, Michel Thierry Atangana qui avait 32 ans au moment de son arrestation pourrait rester en prison jusqu’à l’âge de 72 ans. Pendant leurs mandats respectifs, les présidents Chirac et Sarkozy ont fait le choix d’ignorer sa lente agonie. François Hollande qui a jugé sa situation inadmissible est le premier chef d’Etat français à se pencher sur sa situation.
Mi-octobre 2013, au terme d’une audience éclair, la Cour suprême du Cameroun rejette le pourvoi en cassation de Michel Thierry Atangana. Cette décision ouvre la voie à la grâce présidentielle promise par Paul Biya. Confiants, des diplomates français estiment même que le président camerounais annoncerait la bonne nouvelle à la fin de l’année, ou juste après.

Yaoundé bombe le torse

Cependant, les semaines passent, et ils commencent à déchanter, un an après la promesse du président camerounais. A Yaoundé, c’est silence radio. François Hollande aurait même adressé un nouveau courrier à Paul Biya pour lui rappeler sa promesse, sans que celui-ci ne s’empresse de réagir. Le gouvernement socialiste que l’on dit peu initié aux mœurs politiques compliqués d’Afrique tropicales commence peu à peu à comprendre qu’à Paris et à Yaoundé, la notion de temps, le sens de l’honneur et du respect des engagements pris ne s’apprécient pas de la même façon.
De leur côté, les avocats de Michel Thierry Atangana qui visent un effacement des condamnations de leur client ont adressé au président camerounais une demande de grâce amnistiante. Ils attendent toujours sa réponse.
Il est vrai que dans cette affaire, la diplomatie française a souvent donné des signaux contradictoires. On a ainsi vu fin décembre dernier, Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, tout sourire, congratulant Paul Biya, à Yaoundé. Sans un mot sur le cas Michel Thierry Atangana. Un silence injuste, pour les proches de prisonnier. Selon eux, s’il est vrai que l’occasion, la libération du prêtre français Georges Vandenbeusch, ancien otage de la secte islamiste Boko Haram au Cameroun se prêtait davantage aux réjouissances qu’à autre chose, il n’est pas moins vrai que la situation de tout autre otage mérite le même traitement, que son ravisseur soit un groupe terroriste ou un Etat en indélicatesse avec les droits de l’homme.

Une détention arbitraire selon l’Onu

Car pour ces proches du prisonnier qui ont créé un comité pour le soutenir, le mot « otage » utilisé par un journaliste face à Paul Biya sur le perron du palais présidentiel français correspond bien au statut de Michel Thierry Atangana. L’Organisation des Nations unies ne dit d’ailleurs pas autre chose. A la suite du gouvernement américain qui a inscrit cet homme aujourd’hui âgé de 48 ans dans sa liste de détenus politiques, l’Onu vient en effet de constater l’imposture de sa détention et d’exiger sa libération. Après enquête, et face au silence des autorités de Yaoundé qui ne lui ont pas répondu dans les délais, le Haut-commissariat aux droits de l’Homme de l’Onu a en effet émis un avis qui « recommande au gouvernement camerounais de procéder à la libération immédiate de M. Atangana». Le document invite également le gouvernement camerounais à lui verser « une indemnisation réparatrice des préjudices causés par la privation de liberté dont il est l’objet depuis le 12 mai 1997, son incarcération dans des conditions inhumaines et son jugement deux fois pour les mêmes faits ».
De quoi conforter le président François Hollande, dans ses efforts en vue de rétablir la liberté et la dignité de son concitoyen. A Paris, Me Éric Dupond-Moretti, un ténor du barreau français désormais engagé dans la défense de Michel Thierry Atangana a laissé entendre qu’il solliciterait une audience auprès de Paul Biya pour mieux lui expliquer les contours de l’affaire. Dans le même temps, le comité français de soutien au prisonnier, piloté par Dominique Sopo, l’ancien président de SOS racisme et Ibrahim Boubakar Keita, Président de la chaine de télévision BDM (Porte-Parole) prépare, en lien avec Amnesty International, de nouvelles actions en faveur de la libération de Michel Thierry Atangana.

Partenariat militaire franco-tchadien : obstacle à la démocratie en Afrique centrale

Par Nguebla MAKAILA

Le partenariat militaire que développent la France et le Tchad, pose un véritable problème pour de nombreux observateurs en Afrique.

partenariat franco-tchadien_photo

Durant des décennies, la France a joué au Tchad et en Afrique, un rôle non négligeable dans le domaine du partenariat militaire. Son but est de former et d’outiller les forces armées de plusieurs pays afin qu’ils puissent relever les défis de la défense et de la sécurité de leur région.

La conférence de La Baule du 20 juin 1990 qui entre dans le cadre de la 16e conférence des chefs d’État d’Afrique et de France, était censée imposer la démocratie aux pays africains. Elle a suscité un réel espoir aux populations, celui d’entrevoir la conquête du pouvoir par les voies des urnes au lieu des coups d’Etat militaires et des rébellions.

Aujourd’hui, tout porte à croire que la majorité des africains ont déchanté. La succession au pouvoir en France des Présidents depuis les années 1980 (François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande) n’a toujours pas aidé l’Afrique centrale à amorcer une véritable démocratie.

Pourquoi ?

Les relations qui lient la France avec les dirigeants africains restent obscures et n’aident pas à assurer les valeurs universelles de la démocratie dans la plupart des Etats. Ces dernières années, le partenariat militaire est au cœur des préoccupations des autorités françaises, au détriment de la promotion des droits de l’homme, des libertés fondamentales, de l’Etat de droit, de la bonne gouvernance politique et économique, et enfin de la justice sociale.

Avec la menace terroriste qui prend une proportion inquiétante, deux ministres français notamment Yves Le Drian de la défense et Manuels Valls, ministre de l’intérieur ont été successivement reçus en audience fin décembre 2013, par Idriss Deby dans la capitale tchadienne. Le Tchad est le seul pays africain dont les troupes sont jugées aptes, redoutables et suffisamment aguerries dans la lutte contre le terrorisme international, d’où l’intérêt de la France de privilégier et de maintenir la coopération militaire. Et pourtant, le pays d’Idriss Deby n’est pas un bel exemple de démocratie.

L’allié qui violait les droits fondamentaux

Force est de constater qu’aujourd’hui, le régime tchadien est perçu par Paris comme un allié de taille, malgré les atteintes massives des droits de l’homme dont il est tenu responsable, commises en direction de l’opposition démocratique, des acteurs de la société civile et des journalistes.

Avec un record de 23 ans de règne sans partage, le président tchadien Idriss Deby a verrouillé totalement l’espace des libertés à son peuple. Les critiques à son encontre et à celle des membres de sa famille, ne sont pas tolérées, et les manifestations ne sont pas autorisées et lorsqu’elles ont lieu, sont violemment réprimées dans l’indifférence générale. Le cas tchadien illustre la complaisance et la mansuétude dont Paris fait preuve à l’égard du régime d’Idriss Deby, ce qui pose véritablement problème à l’épanouissement de la démocratie au Tchad.

A l’instar d’Idriss Deby au Tchad, la plupart des dirigeants d’Afrique centrale totalisent la longévité au pouvoir ou l’accession au pouvoir de manière monarchique. En voici, le panorama : Teodoro Obiang Nguema (Guinée Equatoriale), 34 ans ; Paul Biya du (Cameroun), 30 ans, Denis Sassou Nguesso (Congo),18 ans ; Ali Bongo (Gabon), a succédé à son père Oumar Bongo mort en 2009, il a régné pendant 43 ans, François Bozizé (Centrafrique), chassé du pouvoir le 23 mars 2013, a régné pendant 10 ans, il était arrivé au pouvoir par les armes. Sa chute du pouvoir, a laissé place à une crise politique aujourd’hui, irrémédiable.

Au regard de ces faits alarmants, le pessimisme hante l’esprit des Français amis du continent africain, de voir un jour naître un véritable espoir de démocratiser l’Afrique centrale, nid des conflits politiques et des violences armées répétés. Si le partenariat militaire franco-tchadien doit prendre en considération la dimension sécuritaire et humaine dans la sous-région, elle doit en outre tenir compte des aspirations populaires des masses qui se mobilisent désespérément pour la démocratie et le respect de la dignité humaine face à des régimes impopulaires sans véritable légitimité. La France est invitée à aider les Africains soucieux de respecter les valeurs qu’elle prône à l’échelle universelle.

 

La guerre : une arme politique

Lela Lashkhi PHOTO

Par Lela LASHKHI

Je ne pense pas qu’il y ait dans le monde moderne un domaine plus passionnant que la politique. Le peuple la choisit, elle devient partie intégrante de notre mode de vie. Théoriquement, elle doit être juste et transparente, mais ensuite elle commence à ressembler à un marécage mouvant et impalpable qui vous attire et vous enfonce, vous laissant seul à jamais dans le sable.

L’aspiration essentielle des hommes n’est-elle pas le débat et la connaissance d’autrui qui ne nous laissent jamais nous perdre dans les labyrinthes de la politique ? Qui se soucie de cela maintenant ? Gagner le pouvoir est un jeu, à la suite duquel la confrontation devient absolument incontrôlable. Elle dépasse tout objectif déterminé, programmé et c’est ce qui mène à la passion. Alors l’objectif justifie-t-il le moyen ?

Winston

L’Etat adopte des lois. Les gens y obéissent ou non. Dans tous les cas, il y a un manque de logique flagrant dans les textes puisqu’on entend une multitude d’avis contradictoires sur nombre de sujets. A ce moment-là, une agression « non réalisée » semble une loi plus logique mais c’est absolument inadmissible pour l’Etat.Churchill conseillait de ne pas être délicat et raisonnable avec les personnages politiques qui l’entouraient. Il leur disait qu’ils perdraient, qu’ils n’arriveraient pas jusqu’à leur objectif. Le talent de l’homme politique est d’anticiper les jours, les semaines et les années à suivre. Aujourd’hui, l’Etat ressemble à une famille désordonnée où personne n’arrive à s’entendre. Tout le monde a son propre intérêt, des attitudes contradictoires avec celles des autres. Deux tendances se distinguent. Les uns prennent la voie de la honte, les autres celle de la guerre. Les premiers, au début, se heurtent à la guerre. Personne n’aime la guerre, sauf les enfants. Avec innocence, ils ont hâte de rentrer de l’école, de jeter leurs livres, et de mettre en marche des jeux vidéo dans lesquels ils ajustent des armes pour anéantir l’ennemi. Pour eux, l’objectif justifie vraiment tous les moyens réels ou pas.

Que deviennent les hommes politiques qui ont été élus ? Ils se sont battus pour le pouvoir puis ils ont laissé les sujets qu’ils défendaient derrières eux. Le choix est devenu impossible pour les électeurs… La majorité des gens n’a aucune envie de savoir : qui fait quoi, où et pourquoi ? Qui est le ministre de quoi, qui est son amant et qu’est-ce qu’ils ont mangé au dessert. L’essentiel pour eux c’est de savoir ce qu’ils sont et proposent, car ils savent exactement ce qu’ils aiment. L’implication des citoyens dépend dans la nation de leurs conditions de vie et des autres conditions sociales. Premièrement, cela dépend de la bonne éducation, or elle se dégrade non seulement en Géorgie, mais dans le monde entier. Dans le monde, c’est la guerre. Il y aura toujours la guerre. Elle est l’outil principal de la politique.

Qui a besoin des cabinet des ministres, de la chancellerie ou encore du parlement ? Ce sont des nids bien chauds pour raviver la guerre, où les braises de la haine sont toujours en action. Je ne veux pas de guerre. Je la hais. Je veux vivre pour moi-même, pour mes objectifs. Pour ma vie, que je n’ai pas choisie.

PALESTINE ET ISRAËL : Un conflit sans solution ?

Par Jesus ZUNIGA

Traduit de l’espagnol au français par Sylvère Forge

Depuis 1948 les Palestiens vivent condamnés à une humiliation perpétuelle. Ils ne peuvent pas respirer sans permission. Ils ont perdu  leur Patrie, leurs terres, leur eau, leur Liberté : ils ont tout perdu.

La voix étouffée.

2Au milieu de 1985, une délégation d’élus nationalistes palestiniens expulsés de Cisjordanie par les autorités militaires israéliennes, foula pour la première fois un des sièges de l’Organisation des Nations Unies : celui de l’UNESCO à Paris.

Les élus nationalistes, également surnommés les « notables palestiniens », confiaient pouvoir rassembler un flux d’opinion favorable chez les habitants des territoires occupés par l’état israélien depuis la guerre de 1968.
Les élus avaient résumé devant la presse internationale les exigences des Palestiniens : « Nous voulons un pays, un drapeau, un passeport ». Les représentants de Tel Aviv leur répondirent laconiquement : « faut pas rêver ». Trois ans plus tard un état palestinien fut proclamé à Argel par l’Organisation pour la Liberté de Palestine (OLP).

L’absence de solution au conflit israélo-palestinien, depuis plus de quarante ans d’occupation, « continuera d’affecter la réputation de l’ONU et d’éveiller des doutes sur son impartialité », avait déclaré/exprimé en son temps l’ex-secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan. Il disait vrai.
Depuis 1948, les palestiniens vivent condamnés à une humiliation perpétuelle. Ils ne peuvent pas respirer sans permission. Ils ont perdu leur Patrie, leur terres, leur eau, leur liberté : ils ont tout perdu.

Des abus à l’absurde.

Au Petit matin du 28 novembre 2013, les forces armées israéliennes firent irruption au domicile de la famille Al-Majid à Jérusalem, avec l’ordre d’interpeller Mohamad Al-Majid.

Sans montrer de résistance, le père de la famille Zine Al-Majid objecta qu’il ne comprenait pas le motif de son arrestation. Devant la dureté des militaires, et convaincu que la situation pouvait dégénérer, il ne restait pas d’autre possibilité à cet homme que d’accepter son arrestation et de demander à l’officier en charge de l’opération militaire, si lui et son fils pouvaient tout de même emporter « du lait et des couches jetables », ainsi que « le stricte nécessaire». Son fils, endormi à ce moment-là, et qui allait être arrêté pour constituer une menace à la sécurité de l’état israélien, était âgé de quatre ans.

Selon les données de l’ONU, entre 500 et 700 enfants âgés de 12 à 17 ans sont arrêtés, interrogés et emprisonnés chaque année par l’armée israélienne. D’après ces mêmes informations, ce chiffre avoisinerait sur la dernière décennie les 7000 mineurs incarcérés.
Pour les libérer, les autorités leur demanderaient de signer une confession écrite en hébreu, que ceux-ci ne parlent pas.

Que fait la communauté internationale ?

4Aucune autre cause n’a demandé à l’ONU autant de consommation de papier que la cause palestinienne. Des centaines de résolutions la concernant n’ont jamais été respectées, ou encore moins appliquées.
Jamais les décisions et les mécanismes de l’ONU ne se sont vus autant embourbés que pour le cas palestinien. Les efforts pour neutraliser l’intervention des Nations Unies dans ce conflit ont toujours été orchestrés par les États-Unis.
Washington a voté plus de quarante résolutions au Conseil de Sécurité de l’ONU à l’encontre d’Israël, dont certaines d’entre elles ont été rédigées par ses propres alliés européens.
Un regard rapide sur la situation actuelle au Moyen-Orient, laisse transparaître que toutes ces obstructions étaient à l’encontre des intérêts de tous les partis, et n’ont conduit ni à rétablir la paix, ni la sécurité dans la région. Plus de la moitié des 690 résolutions adoptées par l’Assemblée générale entre 1947 et 1990 ont été tout simplement ignorées.
L’ONU est intervenue directement pour résoudre tous les conflits postérieurs à la Guerre froide : en Bosnie, au Kosovo, en Somalie, au Koweït, en Irak, en Afghanistan, en Iran, et plus récemment au Liban, au Sud Soudan et en Syrie.
Mais rien n’a été fait concernant le problème palestinien.
Seulement après une série d’échecs répétés, les États-Unis permirent que l’ONU participe au processus diplomatique de Paix, tout en étant incluse uniquement comme partenaire minoritaire dans le Quatuor dénommé, instance de médiation internationale incluant l’Union européenne et la Russie.

Au cours des quatre dernières décennies, Israël a violé toutes les résolutions relevant du Conseil de Sécurité de l’ONU, qui « déplorent » toutes les mesures israéliennes visant à modifier les caractéristiques physiques, la composition démographique, et la structure institutionnelle de la Palestine et des autres territoires arabes occupés depuis 1967, incluant Jérusalem.
Israël n’a également pas tenu compte des dizaines de résolutions des Nations Unies, qui l’« exhortaient », l’« incitaient » ou lui « recommandaient » de changer sa politique, et qui condamnaient ses attaques et la construction de colonies juives sur les territoires palestiniens, tout comme l’occupation militaire et la déportation.
Paradoxalement, l’État d’Israël fut créé par une résolution de l’ONU en faveur de la partition de la Palestine en 1947. Israël fut acceptée comme membre de l’Organisation des Nations Unies encore naissante, à la condition de respecter le retour des réfugiés palestiniens.

Un Printemps Palestien ?

5Le 11 novembre 2004, Yasser Arafat (Abou Ammad), premier Président palestinien, fondateur de l’OLP et Prix Nobel de la Paix 1994, décéda en France à l’Hôpital militaire Percy, à l’âge de soixante-quinze ans. La cause de sa mort a toujours été accompagnée de soupçons d’empoisonnement au polonium 210, et les services secrets israéliens(Mossad)ont été accusés d’être derrière cette opération.

Cette semaine-là, Tawfiq Tirawi, président de la commission d’investigation créée pour mettre en lumière les véritables causes de la mort du leader historique, a assuré que « très prochainement » les personnes responsables de la mort de Yasser Arafat seraient identifiées.
« Je promets que la prochaine conférence de presse sera la dernière, et que quiconque qui a participé de près ou de loin à cette affaire verra son nom dénoncé au grand jour », a déclaré Tirawi à la chaîne de télévision PALESTINE TODAY.
A Paris, la veuve d’Arafat a également dit qu’un membre du cercle le plus proche du dirigeant défunt était responsable de sa mort, ce qui n’a fait qu’accroître la tension entre les différentes factions palestiniennes.

Fervent défenseur des Printemps arabes de toutes formes, et ennemi juré des « obstacles sur le chemin de la paix », Barak Obama- qui a plaidé en 2010 depuis la tribune des Nations Unies pour qu’ « …un nouvel état palestinien puisse assister à la prochaine assemblée générale… »- est celui qui aujourd’hui clame haut et fort la nécessité d’adopter une posture « plus prudente ».
Serait-ce la nécessité d’assurer plutôt au Parti démocrate les millions de votes de l’électorat juif aux prochaines élections nord-américaines ?

Il y a quelques années à La Havane, un sénateur démocrate américain bien connu, Christopher Dodd, nous a confessé (avec toujours cet humour qui le caractérise), à nous autres, quelques journalistes indépendants cubains réunis autour de lui, que : « …si le lobby juif ou cubain à Washington nous ordonne de nous jeter par la fenêtre, la question ne saurait être ”’pour quelle raison ?”, mais plutôt ”de quel étage ?”… ».

Aujourd’hui c’est partie de l’Histoire ! . L’Autorité Nationale Palestinienne dispose déjà d’un siège de membre permanent à l’UNESCO et a présenté officiellement auprès de l’Assemblée générale des Nations Unies sa demande d’entrée en tant que nouvel état indépendant.
Les « notables palestiniens » de 1985 qui se rendirent à Paris ont désormais disparu. Les habitants de Cisjordanie et de Gaza possèdent d’ors et déjà un drapeau et un passeport. Qu’en est-il d’un état ?…

Les Palestiniens rêvent encore.

 

OPINIONS : Prise de conscience sur le Bangladesh

Par Kabir Md. REZAUL

La gestion du gouvernement a entraîné une grande crise économique au sein du pays.

kabim

Certaines personnes s’emparent progressivement des propriétés et privent le peuple de ses terres. Pour ce faire, ils utilisent les bienfaits de la guerre de libération qui a donné naissance au Bangladesh. Ces mêmes individus sont arrivés au pouvoir étape par étape.
Pour y rester, ils multiplient la pression sur le peuple en essayant de posséder des biens. Ils s’approprient le pouvoir, deviennent très puissants, pillent tout, transfèrent des biens nationaux aux mains des Etats impérialistes pour des profits personnels, importent en tuant l’économie et la production nationale, augmentent les prix – ce qui aggravent le problème de chômage – de façon continue depuis quarante-deux ans. Oui, la liste de leurs actes délibérés est longue !
Pourtant, aucun gouvernement qui soit patriotique et représentant du peuple n’a pu être mis en place. Ainsi, même si le pays dispose d’énormes capacités, le revenu moyen reste encore de 750 à 800 dollars. Les partis politiques qui détiennent une influence dans ce pays quêtent seulement le pouvoir mais pas le développement du pays. Ils cherchent leur bonheur personnel et pour ce, pillent la propriété du Bangladesh par l’assistance des maîtres impériaux. Leur plan : tirer profit au maximum des ressources minières de la patrie en exploitant le gaz et le charbon sous prétexte d’installer des centrales électriques. Leur profits s’avèrent équivalents ou supérieurs au budget de l’état. Ils continuent d’amasser les richesses du marché avec les groupes et banques puissants du pays qui « réquisitionnent » 17% du budget tel que le groupe ‘Hallmark & destiny’.
Mais en dépit de la baisse du prix du pétrole sur le marché mondial, le montant de cette denrée a augmenté au Bangladesh sous l’effet de la main de fer de l’Inde. La raison ? Le pétrole est kidnappé aux frontières.
Ils s’associent pour s’enrichir davantage. La victoire du peuple ne peut venir que de la révolte de milliers et de milliers de personnes contre ce monde corrompu.

Ils ne pensent ni au sol de la patrie, ni au peuple du pays ni aux générations futures. En revanche, comploter avec les maîtres de l’étranger pour mettre en place des centrales électriques paraît tout naturel. Ces mêmes centrales détruiront nos mangroves de Sundarbans et du Bangladesh dans son ensemble par l’exploitation des mines de charbon de Pulbari, causant d’énormes troubles humains et environnementaux.

L’honneur de la patrie leur est inconnue. Ils souillent le sens de la guerre d’indépendance. Pourtant, de nombreuses autres possibilités et alternatives existent pour un vrai développement du Bangladesh. Protégeons notre sol, notre peuple et notre environnement tout en construisant notre pays par la technologie et une vraie volonté politique. Luttons pour la liberté et le bonheur des personnes démunies.

La corruption doit disparaître de ce pays à jamais en renforçant le pouvoir politique populaire propre. Le peuple doit participer à son économie pour son propre intérêt. Le développement de l’industrie s’avère indispensable. La quasi-disparation du chômage également. Les propriétés nationales doivent être préservées et le plan de production d’énergies respecté pour la sécurité de l’environnement et des populations.
Pour finir, je dirais que notre devoir principal et suprême consiste à soutenir une politique réfléchie qui défend notre sol et sous-sol, l’environnement et les gens de ce pays. Notre politique doit penser à dépasser la crise de l’énergie en favorisant le développement des énergies renouvelables.
Prenons conscience des enjeux afin de sauver notre environnement pour l’intérêt de nos prochaines générations, de nos enfants.

La Cour Pénale Internationale : Pourquoi l’Afrique se rebelle ?

cour-pénale-internationale

Par Nguebla MAKAILA

La Cour Pénale Internationale (CPI), juridiction internationale à compétence universelle, fait l’objet de vives critiques. La plupart des dirigeants africains accusent l’institution judiciaire d’être sélective dans sa démarche. Selon eux, elle n’aurait ciblé que des Chefs d’Etats et des leaders du continent noir.

Les poursuites judiciaires en série par la Cour Pénale Internationale des dirigeants africains, ont provoqué la colère de ces derniers qui ont exprimé le sentiment d’être visés et accusent la dite institution de faire une sélection dans sa quête de justice.

L’Afrique est-elle visée ?

L’Union Africaine, institution panafricaine, a été saisie par plusieurs pays dont l’Afrique du Sud d’où est issue Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, ancienne ministre de l’intécadrerieur dans son pays.

Elle est aujourd’hui à la tête de la Commission de l’U.A. L’Afrique du Sud est devenue pour des Chefs d’Etats africains un lieu qui encourage l’impunité institutionnelle. Ils sont nombreux à posséder des investissements mobiliers et immobiliers et à thésauriser dans les banques sud-africaines les détournements financiers de leurs pays d’origine au profit de leurs intérêts personnels. L’’article 16 du statut de Rome qui a créé la CPI est désormais utilisé comme prétexte pour des pays du continent. Oui, certains ont saisi le Conseil de sécurité en vue d’imposer à cette dite CPI la suspension de toute enquête ou poursuite pour une durée d’un an, renouvelable de facto indéfiniment chaque année. Ainsi, à l’issue d’une réunion tenue le 11 octobre 2013, des ministres des Affaires étrangères de l’Union africaine avaient demandé à l’ONU la suspension des procédures de la CPI contre les dirigeants en exercice.

La Société civile africaine n’adhère pas à la démarche de l’Union africaine

La démarche de l’Union Africaine introduite auprès du Conseil de Sécurité de l’ONU, pour exiger la suspension des poursuites à l’encontre des dirigeants africains, pose problème aux organisations de la société civile sur le continent. Pour celles-ci, l’Union africaine cherche à travers un argument fallacieux à protéger les dictateurs qui essaiment l’Afrique et répriment leurs populations. Par un communiqué de presse, la Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme (LSDH), Human Rights Human et la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) ont pour leur part demandé à l’ONU de ne pas céder à la volonté des Chefs d’Etats.

Société civile et populations la main dans la main contre l’Union africaine

L’Union africaine ne peut décider à la place des africains eux-mêmes, souvent victimes de leurs dirigeants devenus des bourreaux. Les populations africaines ne sont pas solidaires de leur institution continentale. Elles les considèrent comme une union entre les Chefs d’Etats, constitués en syndicat. Dans un document rendu public, le 18 novembre 2013, à Johanesbourg (Afrique du sud), plusieurs organisations africaines et internationales ont soutenu que : « les gouvernements africains doivent rejeter l’idée selon laquelle, ils doivent bénéficier d’une immunité spéciale vis-à-vis de la Cour Pénale Internationale (CPI). »

Cette déclaration unanime des ONG africaines, confirme l’inquiétude de nombreux citoyens – ennes sur le continent. Ils pensent que les dirigeants africains réclament ce retrait pour se protéger et se soustraire des poursuites internationales qui seront enclenchées contre eux, une fois déchus du pouvoir. L’Afrique reste-t-elle alors le nid des violences politiques, des répressions généralisées, des violations des droits de l’homme et des libertés fondamentales ? Demeure-t-elle synonyme de mal gouvernance politique et économique ainsi que de gabegie des ressources des pays des responsables politiques et administratifs ?

Les efforts de la CPI pour traduire en justice les dirigeants des grandes puissances occidentales, supposés capables, s’avèrent minimes, au regard de notre liste. Toutefois, si on prend le cas de la France, d’anciens présidents, à savoir Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, ont été entendus par la justice de leur pays d’origine sur leur responsabilité de gestion gouvernementale, lorsqu’ils étaient en exercice. La situation de sous-développement dont est plongée l’Afrique, depuis des décennies, trouve ses origines dans l’impunité et l’injustice sociale. Pour que l’Afrique devienne un continent émergent, il lui faut sans complaisance une justice pour tous qui n’épargne personne.