Articles

Cameroun : Arrestation de Gervais Mendo Zé, Paul Biya veut éviter une révolution

[Par René DASSIE’]

L’ancien patron de la radio télévision publique camerounaise a été interpellé mercredi et placé sous mandat de dépôt. Il est accusé d’avoir détourné de l’argent public, lorsqu’il était encore en fonction. Cependant, pour de nombreux observateurs, Paul Biya a en réalité sacrifié un de ses soutiens indéfectibles pour distraire une opinion qui réclame l’alternance politique. 

La prison centrale de Yaounde (source : 76crimes.com)

La prison centrale de Yaounde (source : 76crimes.com)

Gervais Mendo Zé (source : cameroonjournal.com)

Gervais Mendo Zé (source : cameroonjournal.com)

Gervais Mendo Zé a-t-il été sacrifié pour distraire une opinion publique tentée par l’expérience burkinabè ? De nombreux observateurs du marigot politique camerounais y croient. Vue sous cet angle, l’arrestation mercredi de l’ancien Directeur général de la CRTV, la radio télévision d’Etat et réputé très proche de la famille présidentielle camerounaise n’aurait que peu de choses à voir avec les détournements de fonds dont on l’accuse.  Au contraire, elle pourrait constituer le dérivatif trouvé par le pouvoir, aux revendications d’alternance au sommet de l’Etat qui se font de plus en plus bruyantes, depuis qu’une révolution populaire de trois jours au Burkina Faso a eu raison du président Blaise Compaoré.

Un gestionnaire mis à l’amende

Bien entendu, personne ne se risquerait à voir en le très religieux M. Mendo Zé aujourd’hui âgé de 70 ans, un saint injustement persécuté. Sa gestion ultra personnalisée de la CRTV, qui a duré 17 ans, de 1988 à 2005 a laissé une entreprise financièrement exsangue, en dépit des dizaines de milliards de francs CFA collectés, au titre de la redevance audiovisuelle. De sorte que si la justice camerounaise ne traînait pas la mauvaise réputation de justice aux ordres, il aurait même pu être pour elle un bon client. Il y a cinq ans en effet, le Contrôle supérieur de l’Etat (CSE), une institution chargée de vérifier les comptes des administrations publiques et parapubliques avait émis un rapport très critique sur sa gestion, et l’avait condamné à rembourser 2,6 milliards de francs Fcfa (4 millions d’euros) au Trésor public. Une somme constituée de dépenses non prévues dans les missions de la Crtv. A quoi M. Mendo Zé avait-il utilisé ce pactole ? A payer des cachets indus, mais aussi des primes et aides financières à ses collaborateurs et à des particuliers. En somme, de la générosité avec l’argent d’autrui. Outre le remboursement de tout cet argent, le CSE avait aussi infligé à M. Mendo Zé une « amende spéciale » de 2 millions FCFA (3.000 euros) et l’avait déchu de ses droits civiques pendant cinq ans.

 La crainte de la contagion de la révolution burkinabè

Il n’avait contesté ni le rapport du CSE ni la sanction qu’on lui avait infligée, et coulait une retraite sobre en croyant l’affaire close. D’où les interrogations que suscite son arrestation et sa mise sous mandat de dépôt à la prison centrale de Yaoundé.

D’abord le contexte de cette interpellation.  Le tribunal criminel spécial de Yaoundé qui a officiellement pour mission de traquer et de punir les malversations financières dans l’appareil d’Etat a en effet rouvert le dossier de M. Mendo Zé au moment où une partie de l’opposition et de la société civile, réveillée par la récente révolution populaire burkinabè réclame le départ de Paul Biya, au pouvoir depuis 32 ans. En 2008, le président camerounais avait réussi, au prix d’une sanglante répression des manifestations populaires, à modifier la Constitution, pour faire sauter le verrou qui l’empêchait de se représenter. Il avait donc réussi là où Blaise Compaoré vient d’échouer et ne s’attendait pas logiquement à de nouvelles contestations, du moins pas avant la fin de son mandat actuel, en 2018.  Mais, le départ forcé du président burkinabè est venue bousculer les choses.

John Fru Ndi (source : jeuneafrique.com)

John Fru Ndi (source : jeuneafrique.com)

Profitant de l’opportunité, John Fru Ndi, le président du Social democratic front (SDF), le principal parti de l’opposition a annoncé qu’il y aura une révolution au Cameroun, dès l’année prochaine.

De leur côté, quelques titres de la presse privée ont également relancé la question de l’alternance politique. « Après 32 ans de pouvoir… Pourquoi Paul Biya doit partir », a titré à sa Une Le Messager, principal quotidien d’opposition.

« Pour de nombreux médias privés (…), son arrestation [de M. Mendo Zé NDLR] est une distraction, voire une «immolation». Car elle intervient au moment où le débat public chez les camerounais est marqué par les félicitations adressées au peuple burkinabé qui a fait preuve d’héroïsme en faisant chuter le dictateur Blaise Compaoré. Paul Biya pour anticiper un mouvement populaire au Cameroun, veut relancer «l’opération épervier», écrivait jeudi le site [Koaci.com->http://koaci.com/cameroun-operation-epervier-arrestation-lancien-directeur-general-radio-television-detat-96395.html].

« Ce qui se passe au Burkina Faso est suivi par une grande partie de la jeunesse africaine qui semble n’attendre qu’un mot d’ordre, celui de la mobilisation et de la prise en main de son destin », abonde dans le même sens Vincent Sosthène Fouda, président du Mouvement camerounais pour la sociale démocratie, un parti d’opposition.

Un fidèle parmi les fidèles de Paul Biya sacrifié

Il y a ensuite la personnalité de Gervais Mendo Zé. Car dans le système de Paul Biya, l’ancien patron de la radio télévision d’Etat n’a pas été n’importe qui. C’est lui en effet qui a construit et exécuté pendant près de deux décennies la propagande du régime à la radio et à la télévision publique. Omniprésent sur les antennes, il ne manquait aucune occasion de magnifier « l’œuvre exceptionnelle » de Paul Biya à la tête du pays. Bien plus, il lui a aussi offert son soutien spirituel. Catholique exalté, promoteur de la « mariologie », sorte de culte à la vierge Marie qui frise l’idolâtrie et que n’approuve pas le clergé, il a ainsi créé la « Voix du cénacle », une chorale religieuse. Des rumeurs persistantes ont habituellement laissé entendre que les membres de la « Voix du cénacle », se relayaient pour prier en faveur du président camerounais et de sa famille. En public, la chorale assurait l’animation, lors de la plupart des sorties du couple présidentiel camerounais, n’hésitant pas à faire danser des ministres. Elle a d’ailleurs consacré à Paul Biya et à son épouse plusieurs cantiques louangeurs. Ce qui dans un pays pétri de ferveur religieuse n’est pas peu de choses.

En laissant la justice arrêter M. Mendo Zé, c’est donc un gros poisson que Paul Biya vient de lâcher. Pour des raisons qui pour certains paraissent évidentes.

«Il (Paul Biya) n’hésiterait pas à sacrifier tout ce qu’il peut pour rester au pouvoir. Que ce soit ses proches ou des milliers de Camerounais »,  analyse Mohamadou Houmfa, un journaliste qui suit au quotidien l’actualité camerounaise.

Hilaire Kamga (source : cameroun24.net)

Hilaire Kamga (source : cameroun24.net)

Militant des droits de l’homme et secrétaire permanent de la Plate-forme de la société civile pour la démocratie au Cameroun, Hilaire Kamga ne dit pas autre chose « Mendo Zé en prison ou l’illustration d’un système qui se désagrège. Attention, les citoyens doivent redoubler de vigilance car le régime de M. Biya n’a plus de commandant in chief. Nous devons plus que jamais accélérer les préparatifs de la transition post-Paul Biya », écrit-il sur sa page Facebook.

Lancée en 2004 sous la pression des bailleurs de fonds, l’opération « Epervier » dédiée à la lutte contre la corruption avait acquis quelques années plus tard la réputation d’instrument de purge politicienne. Elle pourrait aussi désormais servir de dérivatif aux exigences d’alternance à la tête de l’Etat. La presse camerounaise annonce ainsi d’autres arrestations, à la suite de de celle de M. Mendo Zé.

 

Paul Biya, la Suisse est-elle prête à l’accueillir ?

[Par René DASSIE’]

Blaise Compaore (source : afriquekibare.mondoblog.org)

Blaise Compaoré (source : afriquekibare.mondoblog.org)

Annoncé au Togo, Blaise Compaoré, ci-devant président du Burkina-Faso, a finalement trouvé en Côte d’Ivoire, une telle d’exil. Il s’agit d’un pays qu’il connait bien : il a été médiateur dans la crise qui a secoué ce pays frontalier du sien, dès la tentative de coup d’Etat contre Laurent Gbagbo, en septembre 2002. Lors de la crise postélectorale de 2010, il sera désigné dans le panel des médiateurs de l’Union africaine, aux côtés des présidents d’Afrique du Sud, Jacob Zuma, de la Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz, de la Tanzanie, Jakaya Kikwete et du Tchad, Idriss Deby Itno. Et ce, malgré l’opposition de l’Alliance des jeunes patriotes, mouvement populaire ultranationaliste pro-Gbagbo, dirigé par l’activiste Charles Blé Goudé, aujourd’hui en jugement à la Cour pénale internationale de La Haye, pour son rôle présumé dans les violences qui ont fait plus de 3000 morts dans le pays il y a quatre ans.
Exil donc en terre africaine, pour Blaise Compaoré, souvent présenté comme l’allié des occidentaux en Afrique de l’Ouest. A aucun moment depuis sa démission vendredi, il n’a été question pour lui de prendre le chemin de l’Europe.

Idi Amin Dada

Idi Amin Dada

C’est d’ailleurs, sauf erreur, une constante. Les dirigeants déchus d’Afrique ne vont pas couler leur retraite forcée en Europe. Après avoir fui la capitale Kampala en avril 1979, Idi Amin Dada, l’ancien maître de l’Ouganda dont le « règne » fit plusieurs dizaines de milliers de victimes passa par la Lybie de Kadhafi avant de trouver un point de chute à Djeddah, en Arabie Saoudite. Il y vécu jusqu’à sa mort, le 16 août 2003. Bien que peu pratiquant, il était musulman et avait favorisé ses coreligionnaires pendant son règne. D’où, sans doute, l’intérêt que lui portait la Libye et l’Arabie Saoudite. C’est également à Djeddah que s’est réfugié l’ancien président tunisien, Ben Ali, en 2011.
Déposé en Ethiopie le 28 mai 1991, le sanguinaire Mengistu Haile Mariam, surnommé le « Négus rouge » demanda et obtint l’asile chez son ami Robert Mugabé, président du Zimbabwe.
Au Congo ex-Zaïre, Mobutu, très affaibli par la maladie, fut tenté par l’Europe, lors de sa fuite en 1997. Il alla en France, puis en Suisse. C’est finalement au Maroc qu’il passa ses derniers jours, puisqu’il y mourut en septembre 1997.

Jean Bedel Bokassa et Charles De Gaulle (gettyimages.com)

Jean Bedel Bokassa et Charles De Gaulle (gettyimages.com)

Même Jean-Bedel Bokassa revint finalement en Afrique. Chassé du pouvoir le 20 septembre 1979, l’ancien empereur autoproclamé put bien s’installer dans la France de De Gaulle, qu’il appelait « papa ». Cependant, il ne supporta pas l’exil dans ce pays, puisqu’il revient de son propre chef à Bangui sept ans plus tard, pour y être jugé. Condamné, puis amnistié, il mourut en 1993, d’une crise cardiaque. François Bozizé autre homme fort centrafricain serait toujours au Cameroun. Ange-Félix Patassé qu’il avait chassé du pouvoir en mars 2003 est décédé à Douala au Cameroun, le 5 avril 2011. Le démissionnaire Michel Djotodia qui avait renversé Bozizé s’est installé au Bénin.

Qu’en sera-t-il de Paul Biya, dont le pouvoir visiblement chancèle ? On sait qu’en Afrique, le président camerounais n’a pas d’amis parmi les autres dirigeants du continent. Il lui sera donc extrêmement difficile d’y trouver asile. La Suisse où il aura passé une bonne partie de sa vie pourrait-elle l’accueillir si jamais il était forcé de partir ? Rien n’est sûr.

Simonetta Sommaruga au Cameroun (source : 237online.com)

Simonetta Sommaruga au Cameroun (source : 237online.com)

Fin septembre, la visite de travail de la conseillère fédérale suisse Simonetta Sommaruga au Cameroun avait suscité quelques interrogations. Plusieurs sites avaient en effet annoncé à cette occasion la signature entre les deux pays, d’un accord sur la suppression réciproque de l’obligation de visa pour les titulaires d’un passeport diplomatique ou de service. Certaines observateurs comme Patrice Nouma, activiste camerounais installé aux Etats-Unis avaient interprété cela comme une probable préparation de la fuite vers la Suisse, du clan Biya. Cependant, comme on le sait, les Etats n’ont que des intérêts. Et en général, les accords signés lorsqu’on est au pouvoir n’engagent plus les autres parties, une fois qu’on perd le pouvoir.

 

 

Cameroun et violence : quand la loi du plus fort est la meilleure

[Par René DASSIE’]

Au Cameroun, la loi du plus fort est très souvent la meilleure et même le fait d’être membre des forces de sécurité ne protège pas les femmes contre la violence des puissants.

Source : camnews24.com

Source : camnews24.com

Julienne Bebock, une inspectrice de police de Douala, la capitale économique du pays vient d’en faire l’amère expérience.
Mardi, elle a été molestée en pleine rue par un colonel de l’armée, du nom de Paul Charles Ndjebel en service au ministère de la Défense de de Yaoundé. Son crime ? Avoir simplement rappelé à l’officier supérieur que la loi routière a vocation à s’appliquer pareillement à tous les usagers.
Selon le quotidien Le jour qui rapporte les faits, Dame Julienne Bebock dirigeait la circulation à une heure de grand trafic, lorsqu’un véhicule a quitté sa file, paralysant du coup une circulation déjà partiellement bloquée.
Lorsque l’officier de police a intimé au conducteur l’ordre de regagner sa place, celui-ci est descendu de sa voiture et est venu vers elle avec fureur. Après avoir décliné son identité, il a entrepris de la tabasser copieusement avant de lui arracher ses épaulettes qu’il a jetées par terre.
Paniquée, Dame Julienne Bebock a sorti son téléphone portable pour appeler des renforts. Il la lui a aussi arraché des mains et l’a confisqué. Puis, il a démarré son véhicule et est parti.
L’inspectrice de police « s’en sort avec le visage défiguré », écrit Le Jour.
La Commission indépendante contre la corruption et la discrimination (COMICODI) une association locale dénonce « Un comportement bestial, inapproprié, barbare et presque criminogène ». La COMICODI a interpellé le président Paul Biya au sujet de l’incident. Sans illusion, puisque cette association rappelle avoir déjà à maintes reprises « attiré l’attention des plus hautes autorités chargées de la sécurité, sur ces dérives qui prennent l’ampleur d’une véritable épidémie dans les grandes villes du pays ». Sans le moindre début de sanction.

 

Cameroun, Appel de la Lékié : Paul Biya un otage dans le viseur ?

[Par René DASSIE]

Derrière les déclarations officielles de soutien et de fidélité qui émanent des cercles tribaux autour du président camerounais se cachent des concurrents au trône qui n’hésiteraient pas à l’éjecter si l’occasion se présentait.

Le president du Cameroun Paul Biya [Photo tirée de lionindomptable.com]

Le president du Cameroun Paul Biya [Photo tirée de lionindomptable.com]

Depuis le retour du multipartisme au Cameroun dans les années 90, les cercles tribaux autour du président Paul Biya ne cessent de montrer qu’ils sont prêts à tout, y compris la guerre civile, pour conserver le pouvoir. De sorte que chaque fois que le pouvoir a semblé leur échapper, ils n’ont pas hésité à jouer avec le feu, en agitant le spectre de la division selon les critères de différentiation ethnique, provoqué et entretenu un climat nauséabond de suspicion, pour parvenir à leurs fins.
C’est dans cette perspective qu’il convient de situer leur dernière sortie du mardi 02 septembre, qu’ils ont appelé « l’appel de la Lékié », du nom d’un département proche de Yaoundé, connu pour sa fidélité au président.
L’intitulé exact du document paraphé par un ministre et d’autres personnalités : «Appel de la Lékié pour une guerre totale contre la secte islamiste et étrangère et ses complicités au Cameroun», qui suscite des réactions passionnées, rappelle ainsi que le Cameroun – comme son président l’avait déclaré en mai à Paris à l’issue du mini-sommet consacré à Boko Haram sous la houlette de François Hollande – fait face à une menace guerrière venue de l’étranger, en l’occurrence le Nigeria voisin. Plus loin, le document affirme aussi que dans leurs débordements meurtriers sur le territoire camerounais, les islamistes – qui ont fait de la lutte contre les valeurs de la civilisation occidentales leur leitmotiv- bénéficient de soutiens locaux.

L'appel de la Lékié : Cliquez sur l'image pour le lire (http://fr.scribd.com/)

L’appel de la Lékié : Cliquez sur l’image pour le lire (http://fr.scribd.com/)

Il s’agit dans les faits, puisque l’un des signataires du document se trouve être un membre du gouvernement en plein exercice de ses fonctions, d’une officialisation de la rumeur entretenue depuis quelques semaines, selon laquelle derrière le voile islamiste, se cacherait une insurrection armée partie du Grand-Nord Cameroun pour s’emparer du pouvoir.
Plus loin, le document rendu public après un conciliabule à Obala, petite ville de la Lékié explicite sous la forme négative, les intentions de ceux-là qui manœuvreraient dans l’ombre, pour arracher le pouvoir à Paul Biya.
Non au « chantage politique assimilable à une tentative de prise en otage ou de déstabilisation des institutions de la République ou à une conspiration politique, inspirée par des fins diverses, notamment des ambitions politiques personnelles ou régionalistes », peut-on lire dans le texte complaisamment publié par le quotidien officiel «Cameroun Tribune» et repris sous forme de publicité payante par des médias privés.
On a tôt fait de comprendre, la « déstabilisation des institutions » dans ces conditions n’étant pas l’affaire des citoyens ordinaires trop occupés à batailler pour joindre les deux bouts, que les signataires du document visent sans les nommer des élites politiques et économiques originaires de la partie septentrionale du Cameroun, qui pourraient légitimement aspirer à exercer un jour la magistrature suprême, dans un pays qui depuis trente-deux (32) ans, n’a pas connu d’alternance politique.
Ce sont eux que le texte qu’un journal local a qualifié de « document détonant sorti tout droit du laboratoire de la haine » désigne comme ennemis à abattre. Manœuvre politicienne sous faux drapeau.
Si l’accusation de conspiration dont ils sont ainsi l’objet est en effet gravissime, elle parait cependant douteuse, eu égard à la réalité sur le terrain. Il est en effet difficile d’admettre que des personnes influentes, engagées dans une rébellion pour prendre le pouvoir adoptent la stratégie à la fois ruineuse, stupide et suicidaire, de commencer par dévaster le territoire qui pourrait leur servir de base de repli. Jusqu’ici en effet, seuls les populations du Grand-Nord Cameroun ont payé un lourd tribut aux incursions des islamistes, ceux-ci ayant égorgé des dizaines d’entre eux, incendié les écoles de leurs enfants, détruit ou pillé leurs biens.

En réalité, l’« Appel de la Lékié » s’inscrit dans la logique des manipulations politiciennes habituelles de la caste qui règne à Yaoundé.

Le sommet du pouvoir se montre en effet de plus en plus chancelant, absent, hésitant et muet comme si par son silence assourdissant il se déclarait forfait et cherchait preneur pour une place manifestement vacante. Dans ce contexte, les milieux tribaux autour de Paul Biya, arc-boutés à leurs prébendes, ont de nouveau ressorti la vieille ruse de la stigmatisation d’une partie de la classe politique et partant, des populations qui leur seraient favorables, pour conserver le pouvoir, au prix d’une dangereuse diversion.

Henri Eyebé Ayissi et Jean Bernard Ndongo Essomba [Photos tirées de africapresse.com]

Henri Eyebé Ayissi et Jean Bernard Ndongo Essomba [Photos tirées de africapresse.com]

Cette stratégie de la division qui encourage la suspicion et poussent les citoyens à se regarder en chiens de faïence fonctionne depuis près de trois (03) décennies. Elle constitue avec la fainéantise et la villégiature, l’une des clés majeures de la longévité de Paul Biya au pouvoir.
En tête de la liste des signataires de l’ « Appel de Lékié », il y a deux personnalités politiques originaires du centre du pays, le bastion politique de Paul Biya : le ministre délégué au Contrôle supérieur de l’État, Henri Eyebé Ayissi et l’inamovible président du groupe parlementaire à l’Assemblée nationale du RDPC au pouvoir, Jean Bernard Ndongo Essomba. Avec eux , avancent masqués, d’autres personnalités politiques dans le proche entourage du chef de l’État.
Ce sont les mêmes qui depuis le coup d’Etat manqué d’avril 1984 contre Paul Biya œuvrent ouvertement pour saper l’émergence d’une conscience nationale, dans le seul but de conserver le pouvoir. Dans les années 90, lorsque le pays fut tout près de connaître l’alternance politique par la voie des urnes, ils stigmatisèrent les ressortissants de l’ouest, Bamilékés et Anglophones qui avaient massivement suivi la fronde contre le pouvoir et voté pour l’opposition. On vit ainsi apparaître le vocable « d’Anglo-Bami », pour désigner collectivement ceux-là qui appelaient au changement de tous leurs vœux. Des persécutions furent déclenchées contre eux et bon nombre de commerçants bamiléké furent chassés du sud du pays pendant que des hordes manipulées pillaient leurs biens. En représailles, des actions tout aussi malveillantes visèrent des fonctionnaires de l’ethnie du président, des bétis, vivant à l’ouest. On vit poindre le spectre de la guerre civile, lorsque l’ancien Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé, Basile Emah aujourd’hui décédé offrit lors d’une cérémonie publique à Paul Biya, tamtam, lance, arcs et flèches, pour bouter hors de la capitale ceux qui étaient désormais considérés comme des ennemis de l’intérieur, le pays n’étant engagé dans aucun conflit frontalier. Le calme revint difficilement et le trône fut conservé au prix d’un hold-up électoral.
Ce sont les mêmes qui poursuivant leurs œuvres, ont modifié la constitution le 18 janvier 1996, pour institutionnaliser le tribalisme, par le biais de la notion de populations autochtones. On sait que cette expression discriminante crée par ricochet celle d’allogènes, autrement dit d’étrangers de l’intérieur. Elle signifie que chaque Camerounais n’est plus partout chez lui sur l’ensemble du territoire national, mais qu’il reste rattaché à sa tribu et n’est au mieux que toléré, lorsqu’il s’installe autre part.

Ahmadou Ahidjo [Photo: © Archives cameroon-info.net]

Ahmadou Ahidjo [Photo: © Archives cameroon-info.net]

Elle va à l’encontre de l’esprit et de la pratique de l’unité nationale promu par feu Amadou Ahidjo le premier président, nordiste et musulman pratiquant. Elle s’oppose diamétralement au préambule de l’ancienne constitution qu’il a laissée et qui stipulait que « Tout homme a le droit de se fixer en tout lieu et se déplacer librement (…). Nul ne peut être inquiété en raison de ses origines ».
Ce sont les mêmes enfin qui, en février 2008, au moment où la rue manifestait à la fois contre la faim et la modification de la constitution orchestrée par Paul Biya pour se représenter en dépit de la limitation des mandats qu’ il avait précédemment diligentée, avaient motivé la fameuse «Déclaration des forces vives du Mfoundi» (Yaoundé). Un texte aux relents xénophobes, aussi violent que l’ « Appel de la Lékié », sinon pire.
Morceaux choisis de ce petit bréviaire de la haine publié dans Cameroun Tribune, le quotidien officiel et outil de propagande d’État :
«Qu’il soit donc entendu que désormais, nous répondons aux coups par coups. À partir de maintenant, œil pour œil, dent pour dent»;
«En outre, nous invitons fermement tous les prédateurs venus d’ailleurs, de quitter rapidement et définitivement notre sol. Car ils n’y seront plus jamais en sécurité. Qu’ils disent à leurs commettants que les forces vives du Mfoundi ont de nouveau revêtu la tenue de combat de leurs ancêtres. Lesquels ont longtemps résisté à la pénétration européenne.»

Issa Tchiroma Bakary [Photo tirée de ndjoka.com]

Issa Tchiroma Bakary [Photo tirée de ndjoka.com]

Cette fois-ci, l’ennemi n’était plus seulement l’Anglo-Bami de l’ouest, mais aussi le Grand-nordiste que l’on croyait jusque-là lié au pouvoir par une sorte d’alliance politique connue sous l’appellation d’axe Nord-Sud. Il faut dire que quelques années plus tôt, certains membres de la classe politique parmi lesquels l’actuel ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary qui à l’époque végétait dans l’opposition, avaient publié le « mémorandum du Grand-Nord » pour raconter par le menu détail l’affreuse misère qui sévissait dans la région et l’abandon dont il avait été l’objet de la part du pouvoir central. Après la publication de la «Déclaration des forces vives du Mfoundi», plusieurs d’entre eux se sentirent visés et confièrent anonymement aux médias privés, la crainte qu’ils ressentaient quant à leur sécurité.

Paul Biya un otage (consentant) dans le viseur ?

On ne peut évidemment pas dédouaner le président camerounais des actions de son entourage puisque c’est lui qui l’a choisi et que comme chacun le sait, l’environnement immédiat d’une personne n’est autre que le reflet de sa personnalité. Cependant, si dans leurs anciens manifestes les gourous du pouvoir tribal visaient avant tout son maintien à la tête de l’État, eu égard aux prébendes qu’ils tirent de cette situation, leur objectif de 2014 semble plutôt être de provoquer un changement au sommet , au profit de l’un des leurs, même si par ruse, ils continuent de clamer leur allégeance à Paul Biya, à travers de faux serments de soutien, de déférence et de fidélité tribale.
De nombreux indices montrent en effet que l’«Appel de la Lékié» en visant les élites nordistes comme les ennemis de la République cherche en réalité à détourner l’attention, le temps de résoudre la sourde bataille de succession qui oppose les proches de Paul Biya.
Vieux, usé par l’exercice prolongé du pouvoir et sans doute aussi malade, le président se montre en effet dans ses rares déclarations publics, en totale déphasage avec la réalité. Il semble ne plus avoir d’intérêt que pour ses longs et multiples séjours helvétiques ou ses retraites dans le somptueux palais qu’il s’était fait bâtir à Mvomeka’a son village natal, dans le calme reposant de la forêt équatoriale.
L’«Appel de la Lékié» l’a ainsi surpris à Genève, ville qu’il avait directement rejointe après avoir participé à Toulon dans le sud-est de la France, à la cérémonie de commémoration du débarquement de Provence.
En Suisse, son silence face aux multiples interpellations d’une partie de la classe politique camerounaise et de la société civile qui le pressaient de revenir s’occuper de Boko Haram avait surpris et alimenté toutes sortes de spéculations sur son état de santé. Et comme il y a dix (10) ans, des rumeurs sur sa mort avaient commencé à circuler.
C’est dans ce contexte qu’est paru dans Mediapart, quotidien français en ligne, un article controversé, qu’une partie de l’opinion nationale pourrait considérer comme inspiré par les cercles proches de Paul Biya et qui désigne certains hommes politiques issus du Grand-Nord, comme les promoteurs d’une rébellion armée déterminée à marcher sur Yaoundé.

Me Abdoulaye Harissou [Photo tirée de 237online.com]

Me Abdoulaye Harissou [Photo tirée de 237online.com]

Dans la foulée de cette publication, Me Abdoulaye Harissou, notaire à Maroua (Extrême Nord) qui n’a pas d’activités politiques connues mais que l’on présente comme le gestionnaire testamentaire de plusieurs dignitaires de la région a été interpellé par les services de renseignement et mis au secret. Officiellement, il est soupçonné de « tentative de déstabilisation du Cameroun à partir des pays voisins». Certains journaux contrôlés par le pouvoir ont annoncé que d’autres arrestations et envois en exil à l’étranger suivraient. Toutes choses qui s’apparentent à une opération de purge politique.
« Lorsque la mort rôde autour d’un mortier, ce n’est pas le pilon qu’elle vise, mais celui qui le tient », dit un proverbe Peul. Le ministre Eyébé Ayissi et ses « frères du village » ont-ils cru que leur heure était arrivée avant que Paul Biya ne réapparaisse à Yaoundé, contraint comme certaines sources l’affirment par des chancelleries occidentales qui l’ont pressé de rentrer chez lui s’occuper de ses problèmes de Président ? Ont-ils tenté de l’écarter en douce ? À Yaoundé, certains observateurs avisés n’écartent pas cette hypothèse. Dans tous les cas, les monstres tribalistes qu’il a lui-même créés pour sécuriser et pérenniser son pouvoir ne songeraient désormais plus qu’à prendre son relais. Des noms circulent d’ailleurs – comme celui d’Edgard Alain Mebé Ngo’o ministre de la Défense souvent présenté comme dauphin présomptif- circulent.

Photo tirée de cameroon-info.net

Photo tirée de cameroon-info.net

Il apparaît en tout cas de plus en plus flagrant que Paul Biya n’est plus à l’abri derrière son cordon sécuritaire tribal. Ceux-là même qui jusqu’ici couvraient ses arrières ne semblent plus travailler que pour leur propre compte. Il doit cependant comprendre que si la menace qu’ils n’ont cessé de brandir finissait par aboutir, ils lui auront rendu le pire des services, en le faisant sortir de l’histoire par la petite porte. Car le monde entier ne retiendra de lui et de sa femme que l’image d’un couple tyrannique qui aura martyrisé son peuple et mis en péril la paix dans son pays.

Les vertus de l’apaisement

Jean Michel Nintcheu [Photo tirée de ]http://www.postnewsline.com/]

Jean Michel Nintcheu [Photo tirée de ]http://www.postnewsline.com/]

Cependant, l’espoir d’un retournement positif de la situation est encore permis. D’abord parce que les rédacteurs de « l’Appel de la Lékié » que le député de l’opposition Jean Michel Nintcheu a taxé de « pyromanes zélés » ne représentent pour l’instant qu’eux-mêmes. Les représentants légitimes des populations qu’ils ont régulièrement manipulées semblent avoir découvert leur jeu et se désolidarisent de leurs manœuvres. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre les déclarations de rejet qui ont sanctionné l’« Appel de la Lékié ».
L’association des étudiants de ce département les invite ainsi à éviter «à l’avenir de traîner tout le monde dans des initiatives individuelles politico-tribales», et se déclare solidaire des souffrances des populations du nord du pays confrontés aux exactions des islamistes de Boko Haram. Denis Emilien Atangana, un ancien candidat aux municipales à Monatélé (chef-lieu du département de la Lékié) qui avait obtenu 41% des suffrages, leur dit à son tour de «cesser de mêler tout le monde à leur business». «Le phénomène Boko Haram me semble pour d’aucuns une opportunité de faire de l’activisme politique», a réagi pour sa part Marie Robert Eloundou, porte-parole de l’Association pour le développement de cette ville.
Autant de témoignages à l’apaisement et à la vigilance partagés par la grande majorité des Camerounais de l’intérieur et de l’étranger, qui sur les réseaux sociaux multiplient les appels au calme, rappelant que les ethnies comme les religions ont toujours coexisté pacifiquement dans le pays.
« Ceux qui jouent aux pyromanes agissent par stupidité et cécité politique. Les cas de la Côte d’Ivoire et du Rwanda sont toujours là pour nous rappeler qu’en cas de querelle politique, il vaut mieux sauter l’étape de la bagarre pour procéder à la négociation tout de suite », observe un politicien camerounais. « Au Rwanda, les organisateurs du génocide avaient avec eux le pouvoir, l’argent et les armes. Si leur entreprise criminelle fut couronnée de succès, celle-ci se transforma rapidement en une cinglante défaite politique et historique. Plusieurs d’entre eux ont été arrêté et jugé, et la justice internationale continue de traquer ceux qui avaient réussi à se cacher », ajoute-t-il.
Principal concerné, Paul Biya qui avait hérité de son prédécesseur la gestion d’un pays calme et confiant en son avenir peut encore aménager une porte de sortie honorable à la crise actuelle. On n’attend certes plus de lui qu’il répare comme par un coup de baguette magique les turpitudes de toute une vie qui ont appauvri son pays et l’ont conduit au bord de l’éclatement.

 AP PHOTO/SIMON DAWSON

AP PHOTO/SIMON DAWSON

Il pourrait cependant poser des actes symboliques allant dans le sens d’un apaisement des esprits et d’une amorce de la réconciliation nationale. Par exemple, en libérant les personnes qu’il a injustement envoyées en prison. Puis en initiant un forum de réconciliation, version allégée de la conférence nationale à laquelle il s’était opposé dans les années 90, en la déclarant sans objet. Si les jugements de l’histoire sont parfois cruels et sans appel, les peuples ont toujours su apprécier les bonnes initiatives. Lorsque Nelson Mandela sortit de prison le 11 février 1990, il eut le choix entre susciter la vengeance contre la minorité blanche sud-africaine qui avait longuement opprimé la majorité noire et ruiner une bonne partie de sa propre vie, et prôner le pardon et la réconciliation. Il choisit la seconde possibilité. C’est aussi pour cela qu’il est devenu un monument de l’histoire de l’humanité.
Paul Biya n’a ni la carrure ni le courage de Mandela. Pour autant, il lui appartient de susciter entente et retour au calme, sans lesquels la mobilisation consensuelle et patriotique recherchée et souhaitée contre les extrémistes islamistes pourrait s’avérer fastidieuse et incertaine, à défaut d’être vouée à l’échec.
Pour une fois Monsieur Paul Biya, soyez au rendez-vous de la grande histoire du Cameroun.

 

 

Paul Biya, les « Suissesses »… et la lutte contre Boko Haram

[Par René DASSIE’]

Les camerounaises immigrées en Suisses sont célèbres parce qu’elles rapportent beaucoup d’argent dans leur pays. Paul Biya dépense sans compter l’argent public du Cameroun en Suisse.

La rue camerounaise distingue deux catégories de citoyens suisses qui se connaissent mais ne se côtoient pas. Il y a les « Suissesses », ces Camerounaises installées dans la Confédération helvétique, qui reviennent au pays chaque été et se font remarquer par leur opulente richesse. Elles aiment la Suisse parce que la Confédération où l’argent coule à flot les a adopté sans les juger, et leur a donné l’opportunité de faire fortune. Elles ne sont qu’une poignée, mais ne ménagent pas leurs efforts, pour ne pas passer inaperçues. On les reconnait à leurs belles voitures, 4×4 Rav4 de préférence, leurs tenues onéreuses et sexy, leur accent hybride, entre le parisien et le Yaoundéen. Elles ont les jambes rigoureusement épilées alors qu’au pays, la pilosité féminine fait partie des canons de la beauté.

Pul Biya et son épouse Chantal Vigouroux [Photo tirée de afriqueinside.com]

Paul Biya et son épouse Chantal Vigouroux [Photo tirée de afriqueinside.com]

Mais leur terrain de séduction ne se trouve pas ici.
Celles qui ont ressenti quelque frayeur en voyant l’âge venir paraissent parfois plus neuves qu’au jour où elles ont décidé de s’éloigner de la poussière des villes camerounaises qui vous colle à la peau et vous irritent les yeux. Quelque injections de botox par-ci, quelques poches de silicone implantées par-là, un peu de lifting et de liposuccion et elles retrouvent quasiment l’apparence qu’elles avaient à vingt ans. Au centre de Yaoundé et dans sa périphérie, certaines ont bâti des immeubles à la modernité insolente, qui par contraste souligne la laideur du bidonville environnant. Et pour faire bonne mesure, elles n’oublient jamais de faire graver leurs noms bien en évidence, sur le mur d’entrée. « Immeuble Madame X, Madame Y. » Afin que nul n’en ignore.
Au sein de la population, ces femmes qui sont pour la plupart parties du plus bas de l’échèle sociale suscitent des sentiments contrastés. Elles sont à la fois admirées et jalousées, craintes et respectées. Au pays de la rumeur malveillante, les mauvaises langues prêtent à leur fortune une origine douteuse. On raconte qu’elles sont allées se prostituer en Suisse et ont dû subir toutes sortes de pratiques dégradantes pour s’enrichir en un temps record. On susurre qu’elles ont pigeonné de vieux Blancs riches, mais en manque d’affection. On s’interdit évidemment de penser que certaines d’entre-elles sont de redoutables femmes d’affaires qui tiennent des commerces florissants tout en gérant leurs ménages de façon irréprochable. Au pays de la sorcellerie et de la corruption, la recette du succès est forcément douteuse.
Quoi qu’il en soit, les « Suissesses » en vacance ne font du mal à personne au Cameroun. Bien au contraire, l’argent qu’elles rapportent de Genève et ses environs profite à plusieurs : amis, employés, parents. Elles ne font qu’apporter au pays même si en retour, elles ne bénéficient que peu ou prou de reconnaissance.

Il y a ensuite le « Suisse », Paul Biya, qui fait le chemin inverse. Depuis plusieurs décennies, le président camerounais a succombé au charme de la Confédération, son climat tempéré, ses hôtels lacustres, ses docteurs, le calme égal de ses villes qui le changent de l’agitation de Yaoundé. Certains de ses concitoyens le soupçonnent même d’avoir acquis des parts de l’Intercontinental, un cinq étoile situé sur les bords du lac Léman, où il aura passé une bonne partie de sa vie de président.
Paul Biya n’agite pas de signes évidents de richesse comme ses concitoyennes, les fameuses « Suissesses ». Les longs cortèges et le déploiement massif des forces de sécurité qui paralysent la capitale camerounaise à chacun de ses déplacements s’attachent à sa fonction et non à sa personne. Il faut entrer dans sa confidence pour savoir qu’il n’affectionne pas les moyens modernes de payement comme les cartes bleues, qui laissent trop de traces. Il leur préfère le cash, qu’il fait transporter par grosses liasses dans les mallettes et sacs du village à grande contenance par ses hommes de main. Maitre Alice Nkom une avocate camerounaise très respectée raconte ainsi qu’en 2003 lors d’un voyage officiel en Asie, son client, l’homme d’affaire Yves Michel Fotso aujourd’hui en prison qui faisait partie de la délégation avait sauvé le président d’une humiliante séquestration à l’aéroport de Hong Kong. Il avait dû régler la note de Paul Biya, dix mille dollars, avec sa carte de crédit American Express, le président ne disposant que des liasses de billets, un moyen de payement refusé par les autorités aéroportuaires qui s’appuyaient sur une règlementation liée aux évènements terroristes du 11 Septembre 2001. Lors du même voyage, l’homme d’affaires avait continué à chauffer sa carte bancaire pour éviter au président d’être cloué au sol à Tokyo et à Genève. Des avances chiffrées selon l’avocate en centaines de milliers d’euros que la présidence camerounaise a depuis oublié de rembourser.

Le Suisse Paul Biya

La Baie de la Baule [Photo tirée de chambres-hotes-le-pouliguen.com]

La Baie de la Baule [Photo tirée de chambres-hotes-le-pouliguen.com]

La Suisse et Paul Biya, c’est une histoire d’amour fusionnelle, folle passion dans laquelle tout écart se paye chèrement. Il y a cinq ans, le président avait commis une petite incartade, en organisant une petite virée thalasso de trois semaines avec ses potes à la Baule. On avait raconté à l’époque qu’il avait découvert cette ville balnéaire du nord-ouest de la France grâce à une amie qui y possédait un appartement. Quoi qu’il en soit, il avait jeté son dévolu sur L’Hermitage, un cinq étoile en bord de mer avec ses colombages normands et le Royal, quatre étoiles. Comme le président ne se déplace pas sans sa cour, il avait pris 43 chambres dans les deux établissements. Montant de la facture : près d’un million d’euros. Le maire de la Baule avait honoré le généreux visiteur de la médaille de la ville. Cependant, les Français qui ne sont pas neutres comme les Suisses avaient crié au scandale en apprenant par la presse que le chef d’un Etat pauvre et très endetté, auquel ils octroient l’aide au développement via leurs impôts était ainsi venu flamber l’argent public de son pays sous leur nez. Paul Biya qu’on sait peu bavard n’avait pas failli à sa réputation. Il avait chargé quelques sbires de résoudre le problème par une campagne de communication défendant le droit au repos comme tout un chacun, du président surchargé de travail qu’il est censé être.
Depuis, Paul Biya a retrouvé ses sentiments d’amoureux transi de la Suisse et est revenu se blottir dans les bras tendres et rassurants de Genève. Cette année, même Boko Haram la secte islamiste qui multiplie les incursions meurtrières dans son pays n’a pas réussi à le dissuader d’aller s’y livrer à son rituel estival d’immolation d’argent. Sitôt la Commémoration du 70e anniversaire du débarquement en Provence terminée, il a quitté Toulon pour Genève. Sans même transiter par son pays.
Pour se prémunir contre les islamistes de Boko Haram qui ont récemment visé son vice-Premier ministre mais aussi contre ceux de ses concitoyens de la diaspora qui ont pris l’habitude de manifester bruyamment pour perturber ses séjours récurrents en occident, Paul Biya a fortement renforcé sa garde. Un site a diffusé l’information difficilement vérifiable selon laquelle près de deux cents policiers camerounais en civil ou en tenue, filtreraient l’entrée de l’Intercontinental de Genève, en ciblant particulièrement les Noirs qui s’en approcheraient.

[Photo tirée de http://www.camer.be/]

[Photo tirée de http://www.camer.be/]

Il ne faut évidemment pas compter sur l’opinion publique suisse pour demander des comptes au président flambeur. Neutralité oblige. Un collectif d’associations de Camerounais vivants en Suisse a cependant écrit au Président de la Confédération, Didier Burkhalter, pour attirer son attention sur la présence agressive des policiers camerounais autour de l’hôtel de Paul Biya. Après lui avoir rappelé l’extrême pauvreté dans laquelle vit plus de la moitié de la population camerounaise pendant que leur président prend du beau temps à l’étranger avec l’argent public, le collectif lui a suggéré de « demander à Paul Biya de partir, afin que les concitoyens du président sachent que « vous ne contribuez pas à la ruine du Cameroun et à la clochardisation du peuple camerounais.»
« Que dirait le Peuple Suisse, votre Peuple, si vous passiez plus des trois-quarts de l’année installée dans un hôtel de Yaoundé, entourée par un bataillon de courtisans qui vous donnent l’illusion de grandeur, en pillant sans vergogne votre pays ? Que dirait votre Peuple si vous installiez votre famille au Cameroun, et vos enfants dans des écoles camerounaises, loin de la Suisse dont la destinée vous a été confiée ? La réponse à ces questions parait évidente : Vous seriez destitué, arrêté, jugé et envoyé en prison », écrit le collectif. Pas de quoi ébranler l’hôte de Paul Biya.

Les populations doivent se cotiser pour financer la lutte contre Boko Haram

Pendant ce temps au Cameroun, les moyens manquent pour lutter contre Boko Haram et on se débrouille comme on peut. Un commissaire de police a expliqué à l’AFP que les islamistes réussissent à s’approvisionner en arme grâce à des trafiquants qui les planquent dans des sacs d’arachides et autres denrées, les forces de sécurité ne disposant pas de scanners aux postes-frontière pour détecter des armes dissimulées entre les marchandises. Il est évidemment inutile de suggérer au président vieillissant de refreiner son désir de parcourir l’occident, pour acheter ce matériel indispensable à la sécurité aux frontières de son pays avec l’argent économisé. Dans le nord du Cameroun où sévit la secte islamiste, l’administration a interdit l’usage des motos, moyen de transport privilégié des assaillants. Les populations qui se déplacent surtout avec les deux-roues dans cette région où les voitures comme les bonnes routes sont rares trinquent. Pire, elles doivent désormais financer leur sécurité. Un sous-préfet a en effet demandé aux familles et aux commerçants de sa localité de se cotiser, pour payer et équiper les « comités de vigilance villageois », sorte de milices locales chargées de détecter les islamistes.

Boko Haram eu Camerour [Photo tirée de www.france24.com]

Boko Haram eu Camerour [Photo tirée de www.france24.com]

« C’est juste un effort de guerre que nous demandons aux populations. Il faut reconnaître que les comités de vigilance sont très importants. Ce sont eux qui donnent l’alerte aux forces de défense lorsqu’il y a des mouvements suspects dans les villages», a expliqué le haut fonctionnaire, en précisant que l’initiative n’est pas de lui, mais des chefs traditionnels dont les villages subissent les agressions de Boko Haram. Il espère réunir suffisamment d’argent pour acheter machettes, torches, bottes, flèches et bicyclettes pour équiper les comités de vigilance.
C’est sûr, si cette information touche les « Suissesses » qui terminent leurs vacances au pays, certaines pourront s’en émouvoir et mettre la main à la poche. C’est sûr, Paul Biya qui ne craint pas pour sa sécurité ne se sentira pas concerné.

 

 

Rencontre USA-Afrique : le ministre camerounais refuse les «diktats»

[Par René DASSIE]

Le gouvernement camerounais qui a participé au sommet Etats-Unis-Afrique de la semaine dernière ne semble pas apprécier les leçons de démocratie de Barack Obama, dont le pays souhaite conditionner l’octroi de l’aide aux Africains à la transparence politique et au respect des droits de l’homme.

C’est ce qui ressort d’une conférence de presse donnée à Yaoundé peu après la réunion de Washington, par le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary. « Ce que nous n’acceptons pas, c’est des dictées ou des diktats », s’est emporté le ministre, interrogé par un journaliste.

Evoquant l’âge avancé de Paul Biya, qui, officiellement âgé de 81 ans préside aux destinées du Cameroun depuis 32 ans, le ministre a indiqué que l’adversaire de Barack Obama à l’élection de 2008, le républicain John McCain était âgé de 72 ans à l’époque, et qu’il aurait 80 ans aujourd’hui tout en étant au pouvoir, s’il avait été élu.

Cette sortie inopinée de M. Tchiroma qui alterne régulièrement entre opposant farouche et thuriféraire de Paul Biya au gré de ses admissions ou limogeages du gouvernement de Yaoundé traduit le malaise persistant qui règne depuis quelques années entre Washington et Yaoundé, au sujet des droits de l’homme. L’administration américaine a en effet reconnu le statut de prisonniers politiques à des détenus camerounais, suscitant la colère de Yaoundé. C’est le cas de l’ancien ministre de l’Intérieur Marafa Hamidou Yaya, un Peul du nord du pays régulièrement perçu comme l’un des meilleurs successeurs possibles à Paul Biya, qui a été condamné à 25 ans de prison dans une affaire de détournement de fonds publics qui s’est depuis révélée inexistante.

C’est seulement fin juillet également, que Washington a accrédité Michael Stephen Hoza comme nouvel ambassadeur à Yaoundé, près d’un an après le départ Robert Peter Jackson, qui s’était montré très critique envers le système électoral camerounais.

Régulièrement épinglé dans les rapports d’organisations non gouvernementales occidentales au sujet de la violation massive des droits de l’homme, le Cameroun s’est rapproché ces dernières années de la Chine moins regardante. Yaoundé se trouve ainsi submergé de millions de dollars venus de Pékin. D’où sans doute, l’arrogance et le coup de gueule du ministre Tchiroma connu pour son langage peu diplomatique.

Cameroun : la guerre de Boko Haram et l’absence de Paul Biya

Alors que son pays subi la guerre de la secte islamiste et que la psychose gagne les populations, le président camerounais bouge dans tous les sens en occident.

[Par René DASSIE’]

Photos tirés de : smh.com.au et africapresse.com

Photos tirées de : smh.com.au et africapresse.com

Les va-et-vient de Paul Biya en occident laissent perplexe, lorsqu’on sait la situation d’insécurité grandissante, qui menace la stabilité de son pays. C’est comme si au Cameroun, tout était « au mieux dans le meilleur des mondes possibles», pour reprendre la formule Leibniz, célèbre philosophe allemand du 18e siècle, alors que ce pays d’Afrique centrale est officiellement en guerre depuis trois mois contre les islamistes de Boko Haram.

«Nous sommes ici pour déclarer la guerre à Boko Haram. Nous vaincrons cette chose terroriste », avait déclaré le président camerounais lors du mini-sommet anti-Boko Haram convoqué mi-mai à l’Elysée par François Hollande, désormais installé dans son rôle de sapeur-pompier des crises politiques sanglantes du marigot africain. Outre Paul Biya et le nigérian Goodluck Jonathan dont les pays constituent le principal théâtre de la secte islamistes, tous les présidents des pays proches du Nigeria (Bénin, Niger, Tchad, Cameroun), étaient présents à cette réunion stratégique.

Lorsqu’on déclare la guerre, on reste sur place pour élaborer les stratégies, mobiliser les troupes et suivre l’évolution de la situation. On protège et rassure les populations civiles. Et Paul Biya qui est passé par Sciences-Po ne peut pas ignorer cela.

Aucune de ces considérations ne l’a pourtant empêché de se rendre la semaine dernière au sommet Etats-Unis – Afrique organisé par le président Obama, où il savait pourtant d’avance, n’en déplaise à son ministre de la Communication et thuriféraire Issa Tchiroma Bakary, que sa voix de vieux dictateur soudé à son pouvoir serait inaudible au milieu de leaders africains nouveaux comme Ibrahim Boubacar Kéïta du Mali ou encore le ghanéen John Mahama, qui, eux, bénéficient d’une incontestable onction démocratique.

Paul Biya n’avait pourtant qu’à s’inspirer de l’attitude de sagesse de ses paires sierra-léonais et libérien qui, eux, ont ignoré les agapes de la Maison Blanche pour gérer la crise du virus Ebola dans leurs pays respectifs. Certains intellectuels camerounais, d’habitude complaisants à son égard lui ont subrepticement suggéré d’annuler ce voyage, eu égard à la crise sécuritaire que vit son pays. Cependant, il n’a pas résisté à la tentation d’aller faire la photo avec Barack Obama qui doit, sauf erreur avoir l’âge de son premier fils et qui ne devait être encore qu’un jeune étudiant lorsque, par un de ces artifices dont il a le secret, le destin le promut à la tête du Cameroun. On le voit ainsi souriant sur les photos officielles, comme un petit enfant comblé par les attentions d’un grand, ici le Grand Obama qui rendra son tablier dans deux ans, alors que sauf coup du destin, lui sera toujours président.

Les Camerounais qui s’étaient réjouis de le voir revenir au pays comme mût par une soudaine prise de conscience samedi 9 août, c’est-à-dire trois jours seulement après la fin du sommet alors que d’habitude en de pareilles occasions, il poursuit sa villégiature dans quelques pays européens pour y flamber l’argent public de son pays ont rapidement déchanté. Paul Biya n’a sans doute pas défait ses valises, puisqu’il s’est envolé de nouveau mercredi pour Paris, où sa présence est tout sauf indispensable, à la cérémonie de commémoration du centenaire de la fin de la première guerre mondiale de ce vendredi à Toulon.

Etat de guerre

Ces dernières semaines pourtant, les islamistes de Boko Haram, comme en réponse à sa déclaration de guerre, ont multiplié des incursions meurtrières en terre camerounaise. Jeudi, la secte a de nouveau fait parlé d’elle, en attaquant la localité de Bounderie à la frontière du Nigéria, où elle a enlevé plusieurs personnes et procédé à de nombreux pillages. A la fin du mois dernier, seize personnes ont été tués, égorgés pour la plupart, dans la ville de Kolofata (Nord-Cameroun) lors d’une attaque particulièrement violente qui ciblait visiblement le vice-premier ministre Amadou Ali qui devait s’y rendre pour célébrer l’Aïd-el-Kébir en famille. L’épouse de M. Ali ainsi que plusieurs dignitaires de la région ont été enlevés et ont rejoint la liste des otages de la secte qui ne cesse de s’allonger. Cette attaque jugée « inqualifiable » par le gouvernement camerounais constituait le pic d’une série qui a déjà coûté la vie à de nombreux Camerounais, militaires et civils. Jusque-là relativement épargné par Boko Haram, le Nord-Cameroun dont les frontières avec le Nigéria voisin sont aussi poreuses qu’une passoire semble désormais servir de base de repli et de ravitaillement aux islamistes. Ceux-ci s’y comportent d’ailleurs comme en terrain conquis. Ils y recrutent des centaines de jeunes désœuvrés, se servent en matériels militaires directement dans l’arsenal gouvernemental, en prenant d’assaut les positions de l’armée camerounaise.

On pourrait mentionner, à la décharge de Paul Biya à qui le quotidien camerounais Le Messager reproche de ne s’être pas adressé à la nation au moment où la psychose grandit au sein de la population qu’il n’a pas eu à faire face à une vraie menace de conflit, depuis le coup d’Etat qui faillit mettre un terme précoce à son pouvoir en avril 1984, c’est-à-dire à peine deux ans après qu’il fut devenu président.

Il aurait cependant pu s’inspirer de l’exemple de son voisin, le tchadien Idriss Deby avec lequel il était au mini-sommet de Paris et qui a une solide expérience de la guerre, puisque des rebelles ont plusieurs fois été aux portes de son palais. Le président tchadien a décliné l’invitation de François Hollande pour se rendre, toutes affaires cessantes, à Faya-Largeau dans le nord de son pays, où vient de se déclencher un conflit intercommunautaire, sur fond de trafic d’or.

Il aurait pu également s’inspirer du cas de Georges Bush dans le pays duquel il vient de séjourner, et qui s’était emparé d’un mégaphone sur les ruines des tours jumelles en septembre 2001, pour promettre aux islamistes qui venaient de frapper durement son pays, une traque sans merci.

Ce serait sans doute trop lui demander. « Si dans ses discours, Paul Biya, le chef de l’Etat ne manque aucune occasion de promettre solennellement des moments difficiles à la secte islamiste Boko Haram et à tous ceux qui sèment la terreur dans la partie septentrionale du Cameroun, sur le terrain, le chef suprême des armées démontre que ses priorités sont ailleurs », observe avec lucidité le site Nkul Beti, qui déplore aussi la baisse de moral et le malaise qui règnent dans les rangs des forces armées camerounaises.

Les priorités de Paul Biya ont toujours été de prendre du beau temps à travers le monde. Et tant pis si son pays brûle. Le président-voyageur a délégué la gestion militaire du problème Boko Haram à un vieux général du nom de René Claude Meka, qui, à 75 ans dont 54 passées dans l’armée, aurait dû prendre sa retraite il y a fort longtemps et qui somnole souvent lors des cérémonies publiques. Celui-ci est appuyé côté propagande par le ministre de la Communication, qui a déjà confessé l’incapacité du gouvernement camerounais à organiser des renseignements dignes d’un Etat, pour faire face à une menace et a appelé les populations à s’arranger comme elles peuvent, pour renseigner l’administration.

Dans un câble confidentiel adressé à sa chancellerie, et dévoilé par Wikileaks, l’ancienne ambassadrice des Etats-Unis au Cameroun Mme Janet E. Garvey, disait déjà il y a plus de quatre ans que Paul Biya semblait peu au fait de ce qui se passait dans son pays. Elle ne savait sans doute pas que certaines années, le président vacancier passe plus de temps en occident qu’au Cameroun. Il y a fort à parier qu’après la France, il fera un petit détour au bord du lac Léman en Suisse, où il a ses habitudes.

Il y a longtemps que cet homme qui est officiellement âgé de 81 ans – rien n’indique qu’il ait résisté à la tentation de se rajeunir sur les papiers comme savent si bien le faire certains footballeurs – a, dans les faits, démissionné de ses fonctions, laissant le pays se gérer tout seul. C’est peut-être ce qui explique sa longévité au pouvoir.