Articles

Congo-France. Ombre et lumière sur l’élection présidentielle et la mort de Parfait Kolelas

Guy Brice Parfait Kolelas

L’élection présidentielle et la mort d’une grande personnalité ont toujours soulevé des polémiques en Afrique. Le Congo n’a pas dérogé à la règle avec la présidentielle du 21 mars 2021 et le décès du candidat à cette élection Guy Brice Parfait Kolelas.

Après avoir tout verrouillé et mené une campagne à l’américaine avec les moyens de l’Etat, il était probablement certain que Denis Sassou Nguesso soit reconduit au sommet de l’Etat. Retour sur cette élection polémique.

D’emblée, au lieu d’effectuer un recensement général de la population et de l’habitat (RGPH-5), le gouvernement a préféré une révision bâclée des listes électorales.

Puis, il a refusé la présence des observateurs de l’Organisation internationale de la Francophonie (O.I.F), de l’Union européenne (U.E) et ceux du clergé catholique, tout en valorisant le vote anticipé, boudé par les opposants.

La campagne s’est déroulée sans emballement, les opposants appelant au boycott et parlant d’une élection jouée d’avance. De plus, la population était surtout préoccupée par la crise socio-économique.

D’après un membre de l’UDH-Yuki, le cynisme de cette procédure a atteint l’apogée de son bafouage avec le blocage de l’accès à Internet tandis que le ministre de l’intérieur annonçait les résultats provisoires. Sans surprise, ces résultats déclarèrent vainqueur le candidat Sassou Nguesso avec 88, 76 %, Guy Brice Parfait Kolelas 7,8%, Dzon Mathias 1,9%, comme à l’époque de l’URSS.

Dans la foulée, les responsables de partis politiques, Mathias Dzon, Jean Jacques Serges Yhombi et le directeur de campagne de Kolelas ont constesté ces résultats et déposé des recours devant la Cour constitutionnelle.

La requête déposée par les partisans de Guy Brice Parfait Kolelas a été rejetée sous prétexte que seul le candidat est habilité à ester en justice.

Cependant, avant que la Cour constitutionnelle ne se prononce sur ces recours, de nombreuses personnes pensaient que les résultats provisoires ne reflétaient pas la réalité.

Elles ont accusé le ministre de l’intérieur d’avoir lu des résultats issus d’une banque de données, après la mort du candidat Kolelas qu’il redoutait. 

Polémiques autour de la mort de Guy Brice Parfait Kolélas

De Paris à Brazzaville, la mort de Guy Brice Parfait Kolelas divise au point de ressusciter la Françafrique. Certains pensent qu’il a été empoisonné. D’autres assurent qu’il est mort du Covid-19. Les extrémistes affirment même qu’on lui a inoculé le Covid-19 car dans son entourage immédiat, constitué d’une vingtaine de gardes du corps, cuisiniers, politiciens, parents et proches, nul n’ était testé positif.

Le député français, Sébastien NADOT pointe du doigt, le vice-premier ministre Firmin Ayessa, -qui a proféré des menaces sévères envers Guy Brice Parfait Kolélas, pendant la campagne-, et les autorités de Brazzaville qui ont affrété un appareil non médicalisé datant de 38 ans et dépourvu de matériel médical. Louis Aliot et Marine Le Pen se disent simplement bouleversés. 

Selon nos informations, le Franco-Congolais Guy Brice Parfait Kolelas, s’est rendu vendredi 18 mars à l’hôpital de base de Mpissa pour une radiographie. Celle-ci décèle de sérieux problèmes pulmonaires.

Il appelle alors,  le professeur Bilekot qu’il rejoint. Ce dernier lui recommande de se rendre au CHU. Mais Parfait Kolelas, sur les conseils du médecin de l’ambassade de France, choisit d’aller à la clinique Sécurex. 

Sur place, le docteur Kamal effectue un test Covid, et scelle les prélèvements qui sont transportés par une délégation mixte au laboratoire privé du Professeur Francine Ntumi. Au laboratoire,  Francine Ntumi et d’autres personnes surveillent  4 heures jusqu’aux résultats. Le test se révèle être positif.

Le docteur français demande alors d’évacuer en France son compatriote à partir du 23 mars. Félicie Nzoumba-Kolelas, une professionnelle de l’aéronautique arrive à négocier un Falcon 100. Henri Djombo y a d’ailleurs été évacué en France ayant contracté le Covid-19.

Entretemps, diabétologues, néphrologues, pneumologues et autres plus grands spécialistes du Congo tiennent une conférence afin d’essayer de sauver le président Guy Brice Parfait Kolelas. Les ordonnances pleuvent.

Mis au courant, Anatole Collinet Makosso vole à son secours. Même s’ils ne font pas partie du même bord politique, Parfait Kolelas parle de lui comme un de ses frères dans sa vidéo adressée à la diaspora.

Plus tard[1] , les médecins et sa famille décident d’un commun accord de le transférer au CHU qui dispose des meilleurs équipements. M. Sassou prend en charge le Falcon 100 négocié par Félicie.  

De l’évacuation à la mort

Le Falcon atterrit au Bourget dans la nuit du dimanche 21 au lundi 22 mars vers 2 heures du matin. Cette nuit, le président Kolelas décède pendant que l’équipage et les accompagnateurs hésitent le entre  le transport en ambulance ou le Samu, pour le conduire à l’hôpital Georges Pompidou à Paris. 

Dieudonné et sa sœur Félicie qui se trouvent à l’aéroport sont inconsolables. Le corps du président Kolelas traîne des heures sur le tarmac dans l’attente d’une réponse  du Quai d’Orsay et de l’Elysée, très embarrassés d’autant que la France n’a pas fait grand-chose.

La France voulant se rattraper décide d’ouvrir, via le parquet de Bobigny, une enquête criminelle et de réaliser une autopsie. Il s’agit du premier cas positif au Covid-19 autopsié en France.

A Brazzaville, l’ambassadeur de France au Congo écrit un communiqué dans lequel il salue la grandeur de l’homme mais appelle indirectement au calme.

La France, bien que les manifestations en cette période de pandémie soient interdites, autorise tout de même un rassemblement statique en hommage à Guy Brice Parfait Kolelas. L’événement est organisé par certains activistes place du Venezuela, à quelques mètres de l’ambassade du Congo.

Des milliers de personnes s’y trouvent rassemblées. Des centaines seront verbalisées pour avoir tenté de se rendre à l’Elysée via l’Arc de Triomphe.

La Suite et le testament de Guy Brice Parfait Kolelas

Parfait Kolelas a été attaqué par des opposants de tous bords politiques. Landry Kolelas, Hellot Mampouya, Claude Alphonse Nsilou et divers leaders l’ont aussi diabolisé.

Des allégations ont été proférées à son égard. Ainsi de nombreux responsables politiques ont affirmé qu’il avait été aperçu en janvier de 2 à 4 heures du matin alors qu’il ne pouvait ni s’asseoir ni marcher pendant trois semaines à cause d’une affection connue de ses proches.

Déterminé à réformer son pays, Parfait Kolelas engagé canne à la main,  avait officialisé sa candidature en février. Devenu de plus en plus faible au cours de la campagne électorale, il continuait à s’accrocher à son rêve. 

Et comme on peut le constater dans son testament (rendu public grâce à une vidéo de Jean Jacques Serges Yombi Opangault), ce démocrate humaniste s’est battu jusqu’à la dernière minute.

« Mes chers compatriotes, je me bats contre la mort mais je vous demande de vous lever…Battez-vous…».

Parfait Kolelas prônait la sagesse et l’unité et il faut poursuivre son combat. Il devrait être honoré en étant enterré de façon digne.

Quant à Sassou Nguesso, avec son  cinquième mandat consécutif, il ferait bien de se remémorer le conseil de François Hollande lui demandant de « rassembler » le pays.

Comme tant d’autres, Raymond Malonga, Alex Zabana, Beranger Bouet, Jean Louis Packat, Christ Belvy et Dongui- Ganga, ces journalistes, activistes et politiques continuent d’être menacés et emprisonnés depuis la fin du mois de février. Cette politique ne rassure pas les partenaires extérieurs désireux de sortir le Congo de la crise économique actuelle .

Sassou Nguesso devrait tenir compte du canevas proposé par Ngouabi : placer l’homme[2]  à la place qu’il faut et non positionner des gens sur la base ethnique…

Ghys Fortune BEMBA-DOMBE

D’autres articles sur l’Afrique

Ibrahim Cheaib : La Maison des journalistes m’a sauvé !

Ibrahim Cheaib, journaliste Libanais et résident de la MDJ, était l’invité de Radio Notre Dame pour une émission consacrée à la journée mondiale de la liberté de la presse. Il revient sur la situation de la liberté de la presse au Liban, les raisons de son exil et sa vie actuelle en France.

D’autres articles sur l’Iran

Ammar Abd Rabbo : ambassadeur des journalistes exilés

Ambassadeur de la Maison des journalistes (MDJ) et parrain de sa promotion de 2020-2021, le journaliste et photographe franco-syrien Ammar Abd Rabbo a accompagné, ce 3 mai, les journalistes de la MDJ à l’Hôtel de Ville de Paris pour célébrer la journée mondiale de la liberté de la presse. La promotion 2020-2021 a reçu la carte Citoyenne-Citoyen de Paris des mains d’Anne Hidalgo, la Maire de Paris.

C’est depuis Beyrouth (Liban), où il était en déplacement pour plusieurs projets professionnels, qu’il revient dans cette interview sur son lien avec la Maison des journalistes, son engagement en faveur des réfugiés et sa vision de l’accueil qui leur est réservé en France.

Avoir deux amours : leur pays et Paris

Décerner les cartes de citoyens aux résidents de la MDJ, est devenu une tradition annuelle unissant la Maison des journalistes à la Mairie de Paris. Au regard de Ammar, cet acte reflète une grande importance symbolique. “Je suis fier et ému que ma ville ouvre les bras à ces journalistes et leur rende hommage. C’est faire en sorte, comme dans la chanson [de Joséphine Baker], qu’ils aient deux amours : leur pays et Paris.”

Un lieu exceptionnel pour des journalistes exceptionnels

L’engagement d’Ammar vient en partie de ses voyages et séjours dans différents pays. “Ayant vécu en Syrie, en Afrique et ayant beaucoup voyagé, je sais ce que les journalistes doivent endurer”. Invité à rejoindre le comité des ambassadeurs de la MDJ, il n’a donc pas hésité longtemps. Toutefois, il ne cache pas sa surprise, avec une touche d’humour. “J’étais un peu vexé car c’est un signe de vieillesse. On ne demande pas cela à un jeune journaliste. Mais je suis revenu rapidement à la raison. J’étais fier et ému d’appartenir à la famille de la MDJ, car c’est en effet une famille. C’est très émouvant à chaque fois d’y aller car c’est un lieu unique et exceptionnel qui héberge des femmes et des hommes exceptionnels.”

Ammar accorde une grande valeur au mot “refuge”, même s’il estime qu’il a été un peu vidé de son sens. Une raison de plus pour lui de continuer à soutenir les journalistes en exil. “Ils ont dû quitter leur famille, leur pays, leurs amis, juste pour avoir dit un mot ou avoir écrit une ligne. C’est pourquoi nous devons les aider… Ce sont des héros, mes héros en tout cas.”

De nombreux projets au Liban

En déplacement permanent, comme tous les autres « ambassadeurs », Ammar a dû travaillé d’arrache-pied pour terminer des projets au Liban, avant de rejoindre Paris spécialement pour l’occasion. C’est le cas par exemple de sa collaboration avec Daraj, un média en ligne indépendant et alternatif “qui n’est pas soumis aux pouvoirs de la région qui ne sont pas des amis de la liberté de la presse”. Mais avant tout, il a filmé l’effondrement économique du Liban et les difficultés de la vie quotidienne des Libanais et des réfugiés. Peu importe le lieu, la cause des réfugiés et des gens “ordinaires” ne le quitte jamais.

Crédit photo : Karzan Hameed (3 mai 2021)

Crédit photo : Karzan Hameed (3 mai 2021)

Crédit photo : Karzan Hameed (3 mai 2021)

Crédit photo : Karzan Hameed (3 mai 2021)

 

 

D’autres articles sur l’Iran

Tchad. La France de Macron à l’épreuve des réalités ?

La disparition du président tchadien Idriss Deby va-t-elle influencer la politique de la France envers ce pays? Le décryptage de Jean-Jules LEMA LANDU, journaliste congolais, réfugié en France.

Françafrique ! Ce néologisme est très connu en Afrique. Il renvoie aux réseaux d’influence « opaques », militaro-mercantiles, entretenus par la France dans sa relation avec le continent africain. Le président Macron, qui voulait être le « dernier de cordée » dans cette mauvaise entreprise, avait promis d’y mettre un point final. Quelle sera l’attitude de la France vis-à-vis de la situation au Tchad, après la disparition du président Idriss Deby ? On sait qu’au-delà de l’inconnue politique qui se présente devant ce pays, ce chef d’Etat constituait un appui non négligeable aux forces françaises Barkane déployées au Sahel.

Pas que. Depuis des décennies, la France militaire campe au Tchad, pour diverses autres raisons, dont celle, capitale, de défendre et contrôler son pré carré.

Novembre 2017, à l’université de Ouagadougou (Burkina Faso), le président français casse les codes : « Il n’y a plus de politique africaine de la France », martèle-t-il. C’est direct. C’est précis. Tonnerre d’applaudissements parmi les 800 étudiants burkinabè qui s’y trouvaient. La déclaration a eu une grande résonance en Afrique. En effet, depuis la chute du Mur de Berlin, en 1989, tous ses prédécesseurs ont certifié la mort de la Françafrique, mais personne n’y est parvenu.

Les présidents François Mitterrand et François Hollande, les socialistes, se sont limités à des vœux pieux. Est-ce parce que la Françafrique avait la vie dure en soi ou, au contraire, c’est parce que ses tenants ne voulaient pas, tout simplement, lâcher leur pactole ?  Quant au président Sarkozy, son désir pour mettre fin à cette forme subtile de néocolonialisme n’avait rien de sincère. A preuve, dans un discours, à Dakar, 2007, il a traité les peuples africains d’arriérés, puisque « l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire », selon lui. Autrement dit, la notion de tuteur qui régente tout pour eux devait leur être appli

Ces propos méprisants ont suscité une véritable levée de boucliers en Afrique noire francophone. Plusieurs écrivains et penseurs ont réagi à la provocation dans un ouvrage intitulé « L’Afrique répond à Sarkozy » (Editions Philippe Rey, 2008). Son résumé est simple : « Sapere aude ! » de Horace ou « ose savoir ». Les Africains voulaient dire qu’ils « savaient se servir de leur entendement ».

C’est dans cette atmosphère de méfiance, exprimée de part et d’autre, que le président Macron entre en scène, en 2017. Figure de pédagogue – le bon – et le verbe haut, il promet la mort de la Françafrique dans une sorte de serment : « J’appartiens à une génération qui ne vient pas dire aux Africains ce qu’ils doivent faire », professe-t-il. Exit donc, la génération des Jacques Foccart et autres Albert Bourgi, ceux, qui, après le général de Gaulle, constituaient l’âme damnée des présidents français, à l’égard de l’Afrique.

Aujourd’hui, l’Afrique regarde la France de Macron sur le Tchad, en tourments. Elle est placée au pied du mur. Que va-t-elle faire pour ce pays considéré comme une sorte de fer de lance dans cette partie de l’Afrique de l’Ouest, ensanglantée par des groupes terroristes ? En 2019, le président Macron avait déjà rompu le serment, en bombardant une colonne venue encore une fois de Libye, pour sauver l’ami Idriss.

La situation actuelle au Tchad nous apportera la preuve que la France de Macron a donné un coup de grâce à la Françafrique. Un vrai piège !

 

Par Jean-Jules LEMA LANDU, journaliste congolais, réfugié en France

D’autres articles sur l’Iran

Guinée. Interview avec le député Sébastien Nadot

Réélu à la tête de la Guinée pour un troisième mandat (après avoir modifié la constitution, qui limitait le pouvoir à deux mandats), le président Alpha Condé accentue la répression à l’encontre de ses opposants. Bilan : plus de 200 personnes ont été tuées par les Forces de défense et de sécurité (FDS) depuis 2010. 

Sébastien Nadot, député de la Haute Garonne et membre de la commission des affaires étrangères à l’assemblée nationale française, suit de près la situation en Guinée. Il a accepté notre invitation et a répondu aux questions de Mamadou Bah.

 

 

D’autres articles sur l’Iran

“Rendez-vous européen” avec un journaliste irakien

PORTRAIT.  Journaliste irakien exilé en France, son enquête sur les crimes d’honneur a remporté le prix Nirij (Network of Iraqi Reporters for Investigative Journalism) en 2018. Habillé avec élégance, portant une courte barbe soigneusement taillée, Ahmed Hassan affiche une timidité enfantine qui se dissipe rapidement au fil de notre rencontre. Portrait de ce journaliste, également résident de la Maison des journalistes (MDJ).

Ahmed avait 13 ans lorsque la guerre d’Irak éclata en 2003. D’une voix à peine audible, il raconte cette période dramatique et traumatisante durant laquelle il a perdu plusieurs proches. “J’étais terrorisé de voir les chars et les militaires américains occuper des rues devenues désertes. Avant, il y avait une agitation quotidienne des gens sortant des souks…” Cependant, ces temps de guerre n’évoquent pas que de tristes souvenirs à Ahmed. Il dit avoir vécu une enfance aussi heureuse que celles des autres enfants. “Unis, nous avons pu en tant que famille dépasser tous les obstacles. Mes parents ont bien pris soin de nous. On se réunissait le soir et on discutait. Mon père nous racontait des histoires, dont certaines inventées par lui-même. Il n’y avait ni radio ni télévision, car l’électricité avait été coupée. Tout avait été détruit. On entendait juste les tirs, les cris et les pleurs.

     Ahmed est né à Al-Rusafa, l’un des plus vieux quartiers de Bagdad. Situé au cœur de la ville, ses places publiques abritent de superbes monuments. Dès son adolescence, il participe aux diverses manifestations et aux activités politiques. “J’ignorais complètement leurs objectifs (rires) et mon père me demandait continuellement de faire attention.” Afin d’approfondir ses connaissances, Ahmed intègre en 2008 la faculté de sciences politiques de Bagdad. “C’est là où ma vie a changé”, dit-il dans un demi-sourire. “Ça commence par une histoire d’amour avec une jeune fille chrétienne très cultivée. C’est elle qui m’a encouragé à faire du journalisme. D’ailleurs, mon premier article, je l’ai écrit avec elle. ‘Les jeunes d’Irak ont besoin de la vie’, tel était son titre. Les jeunes souffraient énormément à cette époque. Ils ne pouvaient même pas se promener dans les jardins ou au bord du fleuve Dijla. Ils avaient peur des extrémistes et des milices.” 

 

Cet article a été le début de sa carrière, durant laquelle Ahmed a collaboré avec huit journaux plus ou moins indépendants. Mais il n’était pas au bout de ses peines. “J’ai rencontré des difficultés dans les salles de rédaction. On nous demandait alors de nous plier aux pressions des partis politiques et des financiers. J’ai toujours refusé”, lâche-t-il avec beaucoup de fierté. “Ces institutions diffusaient un discours haineux contre certaines composantes du peuple irakien. Pour elles, le terrorisme était sunnite, et les milices qui tuent et volent étaient chiites… En réalité, sunnites comme chiites souffrent des milices et du terrorisme. Aucun des deux ne représente la volonté du peuple irakien, pas plus que le gouvernement parachuté par les forces américaines. Ici, je ne souhaite exprimer aucune sympathie avec le régime de Saddam Hussein, qui était pire pour le peuple irakien, d’autant qu’à son époque il n’y avait même pas de journalisme.

     C’est cette absence d’un journalisme indépendant et professionnel qui a poussé la nouvelle génération à se lancer dans des aventures professionnelles numériques. C’est le cas d’Al Alam Al Jadid – Le Nouveau Monde –, fondé en 2013 et dirigé par Ahmed Hassan. Le journal espérait contourner l’emprise économique et éditoriale des partis politiques sur les médias. “Depuis 2003, les gouvernements successifs ne cessent de faire l’éloge d’un prétendu paysage médiatique libre et ouvert à une opinion critique. Ceci est un mensonge auquel bien des démocraties ont malheureusement adhéré, probablement pour des raisons économiques.” Pour appuyer ses propos, Ahmed Hassan évoque un rapport de l’association de défense de la liberté de la presse en Irak – dont il est l’un des fondateurs–, qui relate les violations ayant ciblé des journalistes entre 2010 et 2020. En l’espace de dix ans, au moins 90 journalistes ont été assassinés et 350 ont été la cible d’agressions ou de tentatives d’assassinat par des groupes armés affiliés au pouvoir. “Nous n’avons pas vu la justice ou le gouvernement bouger pour punir les responsables de ces crimes. C’est l’impunité totale”, s’indigne Ahmed. 

À ce climat d’insécurité pour les journalistes viennent s’ajouter des problèmes hérités de la dictature. “Les autorités continuent à appliquer des lois qui datent de l’époque de Saddam Hussein. Les symboles de l’État – président, président du parlement, Premier ministre, etc. – sont intouchables”, estime Ahmed.

L’exil en France

Ahmed a commencé à réfléchir à l’idée de quitter le pays après l’assassinat de plusieurs amis et collègues journalistes. Mais c’est lorsqu’il a vu son nom figurer sur une liste des prochaines cibles qu’il a pris sa décision. Il n’a alors pas beaucoup hésité sur la destination. “La France est un état laïc; et puis j’aime cet équilibre entre le socialisme et le capitalisme. Je m’intéresse à la sociologie française depuis mes études à l’université et je pense que j’aurai plus de chances de réussir professionnellement dans une ville comme Paris.” Arrivé en France en septembre 2020, Ahmed envisage de reprendre ses études en master puis doctorat de sociologie politique.

Souvenir

     Ahmed hésite un peu avant de nous montrer un objet auquel il est attaché. “Toutes les affaires auxquelles je tenais sont restées à Bagdad. Ma bibliothèque, mon bureau, et bien sûr ma maison”. Il jette un regard sur sa montre numérique et enchaîne : “S’il y a un objet précieux que j’ai apporté avec moi, c’est cette montre. Je l’ai achetée à Bagdad un mois avant de venir en France. Elle contient un agenda qui m’aide beaucoup dans mon travail de journaliste. J’avais un problème avec l’exactitude avant de posséder cette montre. Mes amis ajoutaient toujours deux heures aux rendez-vous qu’ils me donnaient (rires).”  Mais ces retards n’étaient pas le fait seulement de ses oublis : “ Bagdad est connue pour la piètre qualité de ses transports publics, ainsi que ses embouteillages dus à l’état des routes, aux travaux interminables et aux checkpoints. Il est difficile d’honorer plus de deux rendez-vous par jour. Même les étrangers sont conscients de cela, c’est pourquoi ils ne s’installent pas loin de Karrada, où se concentrent les médias. À Bagdad on vous demande souvent de préciser ‘rendez-vous européen ou irakien?’.” Pour l’heure, ses rendez-vous sont parisiens, mais pourra-t-il un jour retourner à Bagdad et y exercer librement son métier ?  

 

D’autres articles sur l’Iran

Danielle Mitterrand ou « la mère des Kurdes »

Nous avons l’habitude, dans les pays de la région, de voir des rues et des places publiques porter les noms de martyres, de guerres et même parfois d’occupants. Mais l’un de ceux choisis au Kurdistan d’Irak peut surprendre : celui de Danielle Mitterrand. Qui est donc cette farouche défenseuse des droits des opprimés et pourquoi est-elle adulée par les Kurdes?

Première dame de France – épouse de François Mitterrand, ancien président de la République française de 1981 à 1995 –, elle a embrassé la cause des Kurdes et a ouvert la porte de l’asile aux familles irakiennes. En parallèle, bien entendu, du soutien politique et militaire de son mari. 

La mémoire des Kurdes est riche en histoires célébrant le rôle de Danielle Mitterrand dans le soutien à leur cause. Notamment pour son aide face aux attaques de l’ancien président irakien Saddam Hussein contre leurs villes et villages.

Ce n’est pas par hasard que les Kurdes la surnomment encore « la mère des Kurdes ». Elle fut en effet à l’origine de nombreuses résolutions internationales visant à mettre fin aux massacres contre eux. Comme la résolution 688 émise par le Conseil de sécurité de l’ONU en avril 1991, condamnant la répression des Kurdes qui provoquait alors un flux massif de réfugiés, dont des enfants, vers les montagnes du Kurdistan, la Turquie, l’Iran, etc. Une décision qui a largement contribué à la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne (no-fly zone) au-dessus de l’Irak et, surtout, a contraint Saddam Hussein à cesser ses attaques contre les Kurdes. Cette mesure a d’ailleurs perduré jusqu’à la chute du régime de Saddam en 2003.

Danielle Mitterand dans un camp de réfugiés

Danielle Mitterand dans un camp de réfugiés

Parmi ses autres actions dont l’ancienne comme la nouvelle génération des Kurdes se souviennent, on peut citer l’envoi au milieu des années 90, d’une délégation de la fondation France Liberté qu’elle présidait, pour œuvrer à la réconciliation entre le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et l’Union patriotique du Kurdistan (UPK) – deux “frères” en conflit armé.

En juillet 1992, Danielle Mitterrand avait également marqué les esprits par son inauguration de l’Assemblée nationale du Kurdistan fraîchement élue. D’autant que lors de ce séjour, sur la route de la ville martyre de Halabja, son convoi fut victime d’un attentat des services irakiens faisant plusieurs morts parmi les peshmergas chargés de sa protection. Son engagement auprès du peuple kurde n’a cependant pas faibli, comme en témoigne en 2003, sa participation à la session parlementaire historique annonçant l’unification du gouvernement régional du Kurdistan. 

En signe de reconnaissance pour toutes ses contributions et en hommage à sa personne, son nom a donc été donné à plusieurs lieux publics, dont l’un des principaux boulevards de la ville de Dohuk

Grâce à Danielle Mitterrand, les Kurdes considèrent désormais les Français comme des alliés historiques. Ils les accueillent chaleureusement et leur offrent du thé irakien accompagné d’un sourire.

Ainsi, malgré les attaques et les menaces iraniennes et turques qui pèsent encore sur le pays, la population entretient cette mémoire qui l’a aidée à se libérer du règne de Saddam Hussein et à construire un État qui reste l’un des plus sûrs de la région.

Shiyar khaleal

Journaliste syrien, ancien résident de la MDJ

D’autres articles sur le sujet