Articles

Turquie, toute l’actualité à la Une

[Par Khosraw MANI, envoyé spécial du Festival de Cinéma de Douarnenez]

Crédits photo : Ozan KOSE / AFP

Crédits photo : Ozan KOSE / AFP

Israël et Turquie sont parvenus à un accord de normalisation des relations diplomatiques entre Tel Aviv et Ankara. Selon cet accord, supposé être signé mardi, Israël va devoir payer 20 million de dollars de compensation à la Turquie. Les relations entre les deux pays ont été détériorées après l’attaque d’Israël contre une flottille pour Gaza, le 31 mai 2010, attaque à cause de laquelle huit turcs et un américain d’origine turque ont été tués.

————-

La Turquie a lancé des mandats d’arrêt à l’encontre de 146 universitaires suspectés d’avoir des liens avec Fethullah Gülen, prédicateur turc accusé d’être derrière le coup d’état manqué. L’opération a commencé dans 17 provinces, y compris Konya, le bastion du Parti de la Justice et du Développement. Selon l’agence Dogan, 29 universitaires ont été placés en garde à vue. Après le coup d’état raté du 15 juillet, la Turquie a mené une purge massive contre des « suspects ».

————-

Dix grandes maisons d’édition ont lancé une pétition contre la censure en Turquie. La pétition, rédigée par l’organisation Pen Club International le 17 août, réclame que la Turquie “respecte la liberté d’expression des auteurs et éditeurs.” Après le coup d’état raté, un décret ayant pour base « des mesures nécessaires en raison de l’état d’urgence et des régulations relatives aux institutions » a ordonné la fermeture de 29 maisons d’édition.

 

 

Mustafa Kemal Atatürk, un portrait

[Par Khosraw MANI, envoyé spécial du Festival de Cinéma de Douarnenez]

Mustafa Kemal Atatürk

Mustafa Kemal Atatürk

“Il n’y a pas de religion, il y a la nationalité : ma religion, c’est ma turcité.” C’est ainsi que Mustafa Kemal Atatürk, exprime sa passion pour le nationalisme turc.
Fils d’un marchand de bois, Mustafa Kemal Pasha, à partir de 1934 Kemal Atatürk, est le fondateur de la République de Turquie. Après le lancement de la révolution nationaliste en Anatolie contre l’accord de la paix imposé par les principaux alliés, Atatürk, l’ancien officier de la première guerre mondiale, devient une figure importante au sein de la politique moderne du pays. En 1921, Il proclame le gouvernement provisoire à Ankara. Un an après, le sultanat ottoman est aboli et, le 29 octobre 1923, la Turquie devient une république laïque, séparant le pouvoir politique du pouvoir spirituel. Atatürk établit le régime à parti unique qui dure jusqu’en 1945. Il lance un programme révolutionnaire social et politique pour moderniser la Turquie, en proclamant l’émancipation des femmes, l’abolition de toutes les institutions islamiques et l’adoption des lois, coutumes, calendrier et l’alphabet occidentaux.
La laïcisation et la turkification du pays imposées par Atatürk suscitent des réactions de la part des minorités religieuses et culturelles, en particulier de l’opposition de la communauté kurde. En 1924, la rébellion de Sheikh Said, chef de la tariqa Naqhshbandiyya, commence, opposant l’abolition du califat, l’adoption des codes civiles, l’abrogation de polygamie et le mariage civique. La rébellion est étouffée par l’état au nom de la loi faisant référence au maintien de l’ordre public, promulguée le 4 mars 1925.
Atatuk meurt en 1936 dans le palais Dolmabahçe à cause une cirrhose. Depuis sa mort, l’horloge de sa chambre est toujours fixée sur 9h05 du matin.

 

 

De nos envoyés spéciaux, le 39ème Festival de cinéma de Douarnenez

douarnenez2016A l’occasion du 39ème Festival de cinéma de Douarnenez qui aura lieu du 19 au 28 août 2016 deux journalistes de la MDJ vont partir en tant que correspondants de L’œil de l’exilé dans le cadre du partenariat renouvelé entre la MDJ et le Festival.

Il s’agit du photographe Mortaza Behboudi et du journaliste Khosraw Mani, tous les deux originaires d’Afghanistan, qui vont rejoindre l’équipe de la rédaction de Kezako.

Par ailleurs, vendredi 26 août 2016 à 11h30 à la salle des fêtes de la Mairie de Douarnenez sera diffusé le documentaire audio « Reporters en exil : la Maison des journalistes » de François Bordonneau, Juliette Médevielle et Vincent Decque pour Sur les docks de France Culture (53′, 2016), dans le cadre des « Échappées sonores » du Festival de cinéma de Douarnenez.

La diffusion du reportage sera suivi d’une rencontre avec Mortaza Behboudi et Khosraw Mani.

Ci-dessous le reportage et les éditions de Kezako : 

L’équipe de la rédaction de Kezako pour le 39e Festival de cinéma de Douarnenez, avec Khosraw Mani et Mortaza Behboudi.

14075177_1042287269212655_1128885158_oMustafa Kemal Atatürk, un portrait (MANI)

Turquie, toute l’actualité à la Une (MANI)

Dersim, le massacre oublié (MANI)

La Bretagne a célébré la culture afghane (BEHBOUDI)

De Calais à « Nulle part en France », un film de Yolande Moreau (MANI)

Une étrange impression dans ma tête, un livre d’Orhan Pamuk (MANI)

Khosraw Mani, un calme bouleversant (BARE)

La bâtarde d’Istanbul, un livre d’Elif Shafak (MANI)

La saga de Mèmed le Mince, un roman de Yachar Kemal (MANI)

L’espoir, un film de Yilmaz Güney (MANI)

Nazım Hikmet, le poète de « la ville qui a perdu sa voix » (MANI)

Konya, une des plus anciennes villes de Turquie (MANI)

 

14114029_1042129235895125_2073166305_o

3Kezako n. 1 : cliquez ici pour télécharger la version numérique

Kezako n. 2 : cliquez ici pour télécharger la version numérique

Kezako n. 3 : cliquez ici pour télécharger la version numérique

Kezako n. 4 : cliquez ici pour télécharger la version numérique

0 2

 

Kezako n. 5 : cliquez ici pour télécharger la version numérique

Kezako n. 6 : cliquez ici pour télécharger la version numérique

Kezako n. 7 : cliquez ici pour télécharger la version numérique

 







 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Renvoyé Spécial à Créteil : « L’Afghanistan, mon paradis perdu…»

[Par Bernadette COLSON]

Le bi- place posé à une aile d’avion de l’entrée principale du lycée est là pour nous rappeler la présence sur le site d’un club aéronautique et l’implication du lycée Edouard Branly de Créteil dans les projets scientifiques. Ce mardi 22 mars, on peut aussi y voir l’envol de la curiosité de lycéens de Seconde, piqués au vif du jeu des questions/réponses, grâce à la profondeur dramatique de la parole de Khosraw  Mani, journaliste et écrivain afghan, renvoyé spécial de la Maison des journalistes .

©Lisa Viola Rossi

©Lisa Viola Rossi

Pour présenter « son pays », Khosraw  invoque un passé plus lointain, celui qui a laissé  des vestiges des civilisations persanes, il évoque Hérat « la ville la plus artistique », avec une école datant du XVème siècle à l’origine des plus beaux chefs d’œuvre de la miniature persane, et puis Balkh d’où est originaire le poète Roumi (1207-1273) mystique persan qui a influencé le soufisme, et encore Kandahar, « berceau du bouddhisme ». Son prochain roman, en anglais, a pour toile de fond une fresque  historique sur sa ville natale, Kaboul, depuis la première guerre anglo-afghane de 1839 jusqu’à l’arrivée des Talibans en 1992.

Le présent de l’Afghanistan pour Khosraw, c’est « une histoire pénible » dont il s’excuse devant son auditoire, dans un français très châtié. A 29 ans,  il a toujours connu son pays en guerre.

« J’étais enfant quand les Talibans étaient au pouvoir, la musique était interdite, la barbe pour les hommes et la mosquée étaient obligatoires. J’ai porté un turban. Je m’en souviens, j’ai vécu ça. Une seule personne, le commandant Massoud a lutté contre les Talibans. En septembre 2001, il a été tué par deux faux journalistes tunisiens, juste avant les attentats contre le World Trade Center. Ben Laden n’a pas été livré aux Américains car c’était contraire à la culture d’hospitalité  de mon pays. J’étais lycéen comme vous, poursuit-il, à la chute des Talibans en 2001, une république islamique s’est mise en place, l’espoir est revenu. Mais en 2005, les Talibans ont resurgi, maintenant ils sont partout. Sous les Talibans, la vie est interdite, on n’a pas le droit d’être vivant ni joyeux. Aujourd’hui la violence est présente au quotidien, celle des attaques des insurgés contre les forces afghanes, celle des attentats des terroristes de l’état islamique. J’ai survécu à deux attentats suicide où quatre de mes amis sont morts. »

©Lisa Viola Rossi

©Lisa Viola Rossi

En 2008, étudiant en droit et sciences politiques, sa passion est déjà le journalisme et l’écriture, il s’exprime dans un petit journal révolutionnaire qui donne la parole aux étudiants. Deux ans plus tard, il travaille pour la radio Free Europe sur des reportages sur la vie sociale et l’histoire des intellectuels.

La situation de la presse est alors en train de changer. La liberté d’expression qui s’était développée après 2001 est prise dans une spirale descendante avec la multiplication des intimidations, menaces et agressions contre les journalistes, « les journalistes libres », ceux qui traitent des questions sensibles comme le droit des femmes, la corruption, les extrémismes, les chefs de guerre. Ces atteintes à  la liberté de la presse émanent aussi bien de membres du gouvernement que des insurgés. Elles croissent d’autant plus qu’il n’y a pas de réponse judiciaire à ces exactions.

En 2012, deux motards agressent Khosraw quand il rentre chez lui. « La première chose que j’ai sentie c’est un coup derrière ma tête, raconte-t-il, la seule chose que j’ai faite a été de crier, des gens sont venus à mon aide, les agresseurs se sont enfuis ; une semaine avant cet incident, un ami avait été tué. Ma mère m’a dit : tu ne peux plus travailler là, je ne veux pas perdre mon fils ! »

En 2012, toujours pris par la passion du journalisme, il travaille pour la presse écrite, il est responsable d’un journal littéraire. En 2015, il écrit un article sur le site de la BBC à propos d’une jeune fille lynchée à Kaboul, le 19 mars, car elle osait s’adresser à un mollah. Dans cet article, il y dénonce « la religion comme identité alors qu’elle doit rester une affaire privée » et « le gouvernement corrompu qui a permis aux extrémistes d’être actifs dans la capitale ». En juin 2015, il publie un roman dans lequel il critique les modèles culturels et sociaux de l’Islam politique. «J’ai fui après cela, précise-t-il. Je suis arrivé le 31 août à Paris ».

Il ne rentrera pas dans son pays tant que la situation sera dangereuse pour les journalistes. Huit d’entre eux sont morts dans un attentat en janvier dernier. « J’ai envie de vivre », répond-il à Amar qui l’interroge.

« L’Afghanistan est miné par une guerre religieuse et ethnique, explique-t-il.  Nous avons subi  l’introduction de l’idéologie communiste dans notre pays dominé par le système féodal puis celle du fondamentalisme religieux. Mais nous sommes aussi responsables, nous les Afghans, de cette situation,  nous sommes le problème, nous devons trouver des solutions ».

Khosraw a du mal à imaginer aujourd’hui son pays en paix, mais pourtant, tient-il à préciser « sans la guerre, l’Afghanistan, c’est mon paradis, mon paradis perdu ».

©Lisa Viola Rossi

©Lisa Viola Rossi

Il a choisi la France comme terre d’exil, parce qu’il est écrivain et que Paris est le seul lieu où il « se sente calme et où il est toujours occupé ». Il a vécu les attentats du 13 novembre avec « sang-froid ». « Pour cette raison, dit-il,  j’ai eu peur de moi-même, ce n’est pas normal de ne pas craindre les attentats ». Dans son envie de vivre, il y a aussi la volonté de cet intellectuel afghan de retrouver des émotions « humaines ».

Devenir citoyen, devenir acteur, se former, tel est l’intitulé du projet d’établissement du lycée Edouard Branly de Créteil. On peut y ajouter …se mettre dans la peau d’un journaliste. Les élèves de Seconde encadrés par Sophie Hervas, professeure

documentaliste, et Clothilde Immel, professeure d’histoire-géographie ont bien joué leur rôle d’intervieweur. Dans le cadre de leur projet d’éducation aux médias (PEM), ils ont eu, pour l’instant, trois heures de cours sur les écrits journalistiques. Dans les jours qui viennent, ils devront choisir entre la brève, le reportage ou l’interview pour rendre compte sur le blog du lycée de leur rencontre de deux heures avec Khosraw Mani. Ils n’ont pas eu le temps de prendre des notes mais leur attention a été soutenue et leurs questions bien réfléchies.  Mais surtout les réponses de Khosraw  parlent au cœur et ne peuvent s’effacer facilement.

 

Attentat de Kaboul: un « sinistre mercredi »

[Par Khosraw MANI | Traduit de l’anglais au français par Johanna GALIS]

Mercredi 20 janvier, six journalistes ont été tués à Kaboul dans un attentat suicide de Taliban contre un minibus portant des employés d’une chaîne de télévision majeure, Tolo TV.

Les décombres de l'attentat (source: reuters)

Les décombres de l’attentat (source: reuters)

Selon la chaîne, l’attentat portant sur une équipe qui retournait au travail dans le local privé de la station télévisée a blessé vingt-sept autres personnes, dont vingt-six membres de l’équipe.

Le chef de la police de Kaboul, Abdul Rahman Rahmani, a déclaré que « le kamikaze, conduisant une Toyota remplie d’explosifs, a foncé sur un véhicule où étaient les employés de la chaîne de télévision Tolo TV»
L’attaque est survenue peu de temps après que les Taliban aient fait une déclaration ouverte sur l’un de leurs sites internet sur le fait qu’ils considéraient Tolo Tv comme une cible militaire à détruire. La déclaration clame que la couverture médiatique par cette chaîne un peu plus tôt dans l’année de la guerre de Kunduz était biaisée, surtout concernant leur rapport du prétendu viol des Taliban de jeunes femmes dans une auberge de jeunesse.

Tolo Tv est une chaîne de télévision très connue, opérant en Afghanistan et lancée en octobre 2004 par le groupe MOBY dans un effort international d’améliorer l’information libre en Afghanistan. Elle est actuellement la chaîne de télévision la plus populaire d’Afghanistan.

L’attentat a été cité par divers médias comme « un coup contre le développement des médias en Afghanistan » reconnu comme le coup le plus retentissant de la dernière décennie.
« Les attaques visant à détruire les médias indépendants en Afghanistan touchent directement la fondation-même de la démocratie Afghane – qui revendique une presse ouverte et indépendante », a déclaré Bob Dietz, le coordinateur du pôle Asie du Comité de Protection des Journalistes « L’attaque d’aujourd’hui souligne la vulnérabilité du média dans son propre pays, mais aussi la fragilité de la sécurité afghane sous laquelle le média agit. Nous appelons le gouvernement à rechercher et poursuivre en justice les auteurs de ces crimes le plus vite possible ».

En conséquence, la Fédération Afghane des Journalistes a déclaré « un changement considérable dans les relations entre les Taliban et les médias ». Condamnant l’attaque dans une conférence de presse le 21 janvier, ils l’ont appelée le « Sinistre Mercredi » de l’histoire des médias en Afghanistan. A la fin de la conférence, la Fédération Afghane des Journalistes a demandé dans une déclaration au gouvernement de poursuivre d’urgence en justice ceux à l’intérieur du gouvernement qui agissent en faveur des Taliban.

Bien que l’attaque de mercredi a particulièrement ciblé les employés de la chaîne de télévision Tolo TV, les Taliban ont annoncé un assaut direct contre tous les médias, avec parmi eux une chaîne de télévision, ainsi que des activistes de la société civile du pays. Prenant ceci en considération, la situation s’aggravera sûrement le long de l’année 2016.

Classée 122ème pays sur 180 concernant la situation de la liberté de la presse par Reporters Sans Frontières, l’Afghanistan est considéré comme l’un des endroits les plus dangereux du monde pour y exercer le métier de journaliste. Selon la carte de données de l’équipe de Nai’s Media Watch sur les violences faites aux journalistes en Afghanistan, les incidents violents ont atteint leur point de culminance en 2014 et 2015.