Articles

RD Congo : les carottes sont cuites

[POST-ÉLECTORAL] Les carottes sont cuites. Félix Tshisekedi est désormais le cinquième président de la RD Congo. Il en sera ainsi pendant son mandant de cinq ans, jusqu’en 2023. Pour autant, cela n’efface pas comme par enchantement le contentieux post-électoral, puisqu’il y en a un. Qui jure avec les « mensonges des urnes ». Celui-ci aura constitué, en droit, un cas de « jurisprudence », en matière d’élection en Afrique. Et ouvert, pour les Congolais, une plaie à vif du tribalisme.

RD Congo : éloge d’un hold-up électoral

[ÉLÉCTIONS] Le suspense s’est évanoui, puis l’intensité du tollé est retombée, après la proclamation de la victoire de Félix Tshisekedi et son investiture, le 24 janvier comme cinquième président de la République Démocratique du Congo. Du coup, les réseaux sociaux se sont calmés. Seule la vérité des urnes que personne n’est en mesure d’effacer persiste. Elle parle dans la conscience de tout un chacun, car, elle est absolue.

RD Congo: la coalition Lamuka rejette la main tendue de Félix Tshisekedi

[ACCORD POST-ÉLÉCTORAL] Vendredi, la coalition Lamuka rejeté la main tendue par Félix Tshisekedi et continue de contester l’arrêt rendu par la cour constitutionnelle. Pas question pour elle de participer au futur gouvernement. Pour la coalition Lamuka, hors de question de cautionner une fraude éléctorale. « Pourquoi entrerait-on dans un gouvernement formé sur la base d’un accord passé entre Cach (plateforme de Félix Tshisekedi, et le FCC [le front commun congolais], la plateforme de Joseph Kabila)? » s’interroge Pierre Lumbi, directeur de campagne de Martin Fayulu.

Elections au Congo : Kabila, Tshisekedi et la mascarade

[ÉLÉCTIONS PRÉSIDENTIELLES] Jamais élections africaines n’avaient autant étalé les vices de la dictature, par rapport à la décision de frauder : coupure d’Internet et du signal de RFI, tirs à balle réelle sur des militants de l’opposant Martin Fayulu, ayant fait cinq morts au total, comptage des voix à huis clos, en dehors des témoins de la partie adverse, et comble d’autocratie, report du scrutin dans trois localités, à l’est et à l’ouest du pays (fief de l’opposant Fayulu), pour des raisons fallacieuses. Les trois localités comptent plus d’un million d’électeurs. Un banditisme d’Etat avéré !

République Démocratique du Congo : une opposition versatile

[POLITIQUE] L’accord signé, dimanche 11 novembre à Genève, par sept membres de l’opposition congolaise, n’a pas résisté aux sirènes de l’ego. Il visait à désigner un candidat commun, en vue d’affronter le camp du président sortant Kabila aux prochaines élections, le 23 décembre prochain. Aussitôt signé aussitôt désavoué par deux d’entre eux. En moins de de 24 heures.

« Un Prix Nobel congolais » est-ce un signe des temps ?

[PRIX NOBEL] « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». L’aphorisme est de Rabelais. En harmonie totale avec l’attribution du Prix Nobel de la paix 2018, vendredi dernier, au médecin gynécologue congolais, Denis Mukwege, pour son abnégation à la cause des femmes violées, au Sud-Kivu, en République Démocratique du Congo. A la fois, un cas de science et de conscience. Est-ce un présage des lendemains qui « changent » dans ce pays meurtri ?

République Démocratique du Congo : trois présidents, trois vampires et le « hasard »

[LIBERTÉ POLITIQUE] Trois personnes : Joseph-Désiré Mobutu ; Laurent-Désiré Kabila, dit Mzee, et père putatif de Joseph Kabila. Trois vampires, parvenus au sommet de l’Etat « par hasard ». D’où, par ailleurs, les misères du Congo auquel on a attribué, en moins d’un demi-siècle, trois noms différents. Pour, à chaque fois, monter en épingle un faux changement. Et, du coup, faire durablement assoir des régimes dictatoriaux.