Articles

Exile and Journalism in a Global Pandemic: Voices from the MDJ

After a three month-long state-mandated lockdown, a historian interviewed the staff members and exiled media professionals who respectively work and live at the Maison des Journalistes regarding the impact of the covid19 pandemic on their lives. While the personnel talked about their current preoccupations vis-à-vis asylum applications and press freedom in professional terms, the asylum-seeking journalists shared their own experiences of exile and journalism from a much more intimate perspective.

The association Maison des Journalistes (“House of Journalists” – from now on MDJ) promotes three connected missions: 1) welcoming and supporting asylum-seeking media professionals in France by providing them with free accommodation in Paris; 2) fostering a healthy, free, and diverse digital public sphere encouraging exiled journalists’ professional activity; 3) spreading awareness of press freedom violation in the world among the youth through public events in schools, universities, and prisons.

I started an internship at the MDJ on June 8, 2020. Only one week before my arrival, the personnel had come back to the office for the first time since March 13, 2020. During the previous long months of state-mandated lockdown, the working operations had changed: remote working had become the rule and the members of the staff could not assist journalists through in-person meetings.

The fourteen exiled journalists the MDJ welcomes and provide with living accommodations and legal support were slowly rediscovering the liberty of leaving their rooms, returning to French language or journalism classes, and walk through Paris without restrictions. [Editor’s Note: Journalists could freely move within the residence, though they were recommended to practice social distancing and spend most of their time in their rooms]

My internship, thus, began in a very particular moment of the association’s life. The personnel were in the process of adapting all activities to the sanitary norms required by the covid19 pandemic.

I am an historian and as such I am interested in change over time, in the search for evidence, and in the analysis of continuities and discontinuities around a specific event or question. As I gradually settled in the MDJ, I started asking myself whether since the outbreak of the pandemic the people who work and live at the MDJ have experienced profound changes in the way they interpret and interact with what surrounds them or not. More specifically, do the MDJ’s staff and journalists think differently of the MDJ as both association and residence as well as of the broad notions of journalism and exile? If so, why?

To find answers to my questions, in the period from June 22 to July 6 I interviewed three of the seven staff members and five of the fourteen exiled journalists who respectively work and live at the MDJ. While I asked the same questions to all interviewees, in the end each conversation was different in terms of intensity, duration, location, level of formality, language (English, French), means of communication (written, oral) and collection of data (note taking, sound recording). I evaluated that, as my priority was to put my interlocutor at ease, I needed to adapt the interview format to each person’s rhythm and personality.

No matter their position or background, all interviewees said that, on a logistical level, the lockdown brought about challenges that still endure. The waiting time for an asylum procedure has significantly increased because the French Office for Refugee and Stateless People’s buildings closed during the lockdown and are currently facing a backlog; exiled journalists’ search for jobs and affordable accommodations has become more difficult as a result of the current economic crisis, which affects the association’s funding too; the MDJ and its partners had to postpone or cancel all public meetings, conferences, and debates for safety reasons. The Summer break too contributes to such a climate of wait, suspension, and uncertainty, as in France schools, universities, and most public offices usually either close or reduce their operations in July and August.

In interviews, the staff members highlighted the new challenges they face professionally, while exiled journalists lingered instead on how they experienced the health crisis and its effect on their life from a much more intimate perspective.

On the one hand, the Director Darline Cothière, the Partnership & Fundraiser Officer Camille Peyssard-Miqueau, and the Social Inclusion Officer Antonin Tort are all concerned with the financial crisis and its negative effect on the funding of the MDJ.

As the MDJ’s principal sponsors – mostly French medias – suffer a deterioration of their finances, one of the main preoccupations of the association is to develop new partnerships and initiatives that will contribute to the economic support of the MDJ.

Resident journalists did not place the financial crisis at the core of their concerns. The lockdown disrupted their quotidian lives. What they experienced as a major change in their lives is their habits in France and in the MDJ residence.  Each journalist had to deal with new inquietudes and loss of references.

The Director Darline Cothière interpreted exilees’ individual condition in terms of either resilience or fragility, depending on each person’s aptitudes and life trajectories.

Individually, the lockdown has made all of us weaker: each person as a result of their own capacities and life trajectory. Now, exiled journalists are characterized by resilience. […] For them, the health crisis has not been a repression, rather one more difficult experience to handle. Some journalists, nevertheless, lived this challenge with much concern and anxiety, which is legitimate. Why? They already face wait and live a transition period from their past life to their future life. Uncertainty plays an important role in their anxiety and frustration: uncertainty about their refugee status, the pandemic like us all, but also welfare benefits, family reunification, and the search for jobs.

The journalists found themselves locked in the residence for months. They confronted each other’s anxieties, frustrations, and expectations regarding the MDJ’s response to the health crisis.

As a Kurdish exiled photographer from Iraq, Karzan obtained his political refugee status in France in 2019.

A few journalists felt abandoned during that period. According to the Director, such a reaction is natural and made of the MDJ a microcosm of society:

There was a group effect. All the individual frustrations contributed to creating a climate of generalized concern. Those who were not afraid too became anxious. The MDJ, just like society, developed a movement of collective revindication and questioned the institutions’ legitimacy. Such a crisis uncovered that some journalists had a certain view of the MDJ that did not correspond to its real missions. […] During the lockdown, the journalists shared the same place and talked about their own frustrations and expectations. In these confrontations, fake information on the MDJ started circulating like fake news! This episode gave us the opportunity to identify a communication problem between the personnel and the journalists, and thus to elaborate new solutions: to inform journalists on the powers and missions of the MDJ, to organize workshops and regular meetings. The lockdown was but an opportunity to identify a problem and strengthen communication.

Representation of exile by the Mexican exiled cartoonist Boligán.

The first thing that struck me about exiled journalists’ responses to my questions was that they kept telling me about their life before the exile or connected their present condition with previous experiences they had in their home country.

When talking about his understanding of the lockdown as a distortion of the intertwining of space and time, Mohammed explained:

My understanding of time and space comes from my experience. Not my experience of the past lockdown, but of the besiegement of Douma, my city. You know when they say that the eye needs to look at a distant object as to be stimulated and feel comfortable. I didn’t see a distant object for 7 years in Syria. The sight in Syria is exhausting for the eye. Kidnapping, bombing, arresting, jihad allowed only a close sight. For 7 years they tried all weapons you can imagine on us, and after 7 years when this same space was still a target of attacks the time was still not running. When I left Syria in 2018 I felt like it was 2012, there had been no passing of time. I left Syria and arrived in Turkey. In Turkey, I saw for the first time people paying by touch. For me it was the first time in 8 years to see more than 800 people gathering in a place. In the train station in Turkey, there were 500 people arriving and leaving, and I realized that the world is so much connected for the first time. The lockdown is somehow connected to that experience of besiegement. It’s very different too: the whole world was in lockdown at the same time. The only aspect of the current crisis to hurt me has been the inequality of the virus: the virus affects some people much more than others. Just like the war in Syria. This idea of space/time of mine comes from the besiegement of my city.

Mamadou had a similar attitude:

I experienced Ebola in Guinea Conakry, my country. Ebola was not contained in my country because of the bad quality of health services. However, a vaccine has been found and there have been reliable treatments in addition to the vaccine. Moreover, it was an epidemic, not a pandemic. This is the main difference compared to the coronavirus.

Drawing on fakenews and Covid19 by the French cartoonist Plantu. Exhibition organized by the City of Paris in occasion of "Un été particulier".

The second thing that struck me is that all the journalists expressed an ardor for journalism that far exceeded professional fulfillment.  For them, journalism is not just a profession, it is a life mission. Mamadou explained why he chose not to publish articles during the lockdown and what has concerned him the most since the outbreak of the pandemic:

A journalist is by definition someone who adapts to a new situation. With the health crisis I realized that journalists had the great responsibility of keeping the readership informed on what was going on in the world. Many journalists decided to report the brute data on the thousands of daily positive cases and deaths, and by doing so they contributed to giving articles a certain quality and thus to actively contributing to such a climate of anxiety. I did not write much because I saw that the news with the brute data on deaths added sadness and anxiety. Moreover, I realized that the fake news circulated a lot: there was a proliferation of fake information in countries like mine where the leadership does not give journalists the permission to get access to the information on the pandemic. This situation challenged journalists all over the world, not just in Guinea Conakry. It was one of the most important challenges faced by press freedom. Journalists could not freely go on the field to verify the quality of sources; they could not act as first-hand witnesses. I thus decided to engage myself in spreading awareness of the quality of the news rather than in the writing of articles.

Other journalists as well evoked fake news, lack of transparency, and journalists’ responsibilities in the current health crisis. Mohammed said:

During the lockdown fake news and tabloid news circulated more than before. For example, a friend of mine sent me a video of a supposedly coronavirus-infected person leaking a handrail in the metro. But of course there was no proof that this person did that during the pandemic, or that he was actually sick. In Syria, this kind of issues literally kills people. Do you know what happens if someone says that tomorrow there is no sugar or toilet paper in the stores in my city in Syria?

Maiirbek (Kazakh investigative reporter on Chinese concentration camps):

Because of the pandemic situation, I interacted less frequently with sources in China and Kazakhstan.

And an Egyptian video journalist who asked me to remain anonymous confessed to me:

I have been much worried for my family because there is no transparence and press freedom in Egypt, and you cannot know how the situation develops. I always contact my relatives and tell them to stay at home, while in Egypt the medias say that everything is fine. In Africa, in Egypt the situation is very critical because there are no developed hospitals. I am still much concerned. The situation gets worse, and the epidemic propagates.

Bilal is a Turkish caricaturist in exile as a result of his criticism of President Erdogan’s policy.

On the other hand, the five exiled journalists I interviewed were more willing to share their personal perspectives on the pandemic and its impact on the present and the future.

Mohammed (Syrian photojournalist at EPA.eu) described his perception of the lockdown in terms of space and time.

What makes speed is the intertwining of time and space. When space is static for a long period, time stops: speed decreases to almost zero.

“Lockdown: you lock your spirit in the down”, Mohammed told me.

What happened during the lockdown is that the stopping of time brought about weaknesses and an overall sense of depression at the MDJ:

During the lockdown, the 2h/day I spent with the other journalists were very sick, because of the difficult time. Journalists wouldn’t go to the gym, school, etc. and had a very negative attitude. By now, I am more aware about the limits and fragilities of anyone (including me). Another problem is that many people who had been in conflict areas have an attitude that relativizes the pandemic, like “we suffered a lot in our life, we don’t care about coronavirus”. When I talk to my friends in Syria, they don’t care. They say: “we will die, finally”.

Beyond the overall feelings of hopelessness, exiled journalists perceived and reacted to the lockdown in different ways. For example, both Adam (Chadian free-lance journalist) and Mamadou (free-lance journalist from Guinea Conakry) told me that, when the French government established the lockdown, the fourteen journalists abruptly distanced themselves, each isolating in their room. “This big family brutally distanced itself”, Mamadou said.

Yet, isolation had different meanings for the two. Adam faced unbearable boredom and learned to be patient.

Mamadou, conversely, told me that he and other journalists experienced a deep lack of self-confidence as from one day to the other their advisors (professional, legal, academic) were not available to support them. As his university professors could not instruct him in person on his thesis, Mamadou was forced to work on his own. This gave him the opportunity to gain self-confidence and a renewed sense of responsibility:

We used to see people, have open doors. I loved to stop by the personnel’s offices and say “hello” every morning. We found ourselves without any service, which gave us new responsibilities. […] Among journalists, before the lockdown, we didn’t need each other. The lockdown solidified solidarity. We helped each other with our new responsibilities, for example I helped a fellow journalist write e-mails in French. […] I feel like I am more independent than before because I work on my own and don’t need the approval or advice of my professors. I learned that I can be alone and work confidently.

Both Adam and Mamadou felt “united from a distance”, in Adam’s words, but in such a distance each found different teachings.

Mohammed’s experience of the lockdown was still different and corresponded to what the Director of the MDJ calls the “resilience” of political refugees:

Being in exile, which I really don’t wish you to try, but imagine, in exile, everything is painful, and all suffering means nothing to me. It’s like a knife stabbed in your heart, you don’t care if a bee comes to bite you. You’ll have this poker face without any feeling, all your thought will be on your country. Exile is like a knife that prevents any needle to stab in you. It’s just a poker feeling, a poker face in the heart. If you drink coffee and you drink tea after, you won’t feel the taste of tea because the taste of coffee is too strong. For me the pandemic is a needle, because the government is on your side, people are on your side, there is a common enemy to fight. But I am always discriminated: I am accused to be affiliated with ISIS, I can’t speak French but people only speak in French to me, even the refugees here discriminate the refugees and only respect the French. In Arabic exile has a very bad meaning. It comes from the verb “push someone to leave”, the idea is of “forced displacement”. If you say it in Arabic you should cry.

Whereas the staff members talked to me only in professional terms, these answers suggest that exiled journalists did not distinguish between their professional and personal understandings of both the pandemic and the lockdown.

During the lockdown, Mamadou got upset about police controls on the mobility of people. The French state mandated that people could leave their home only for 1h/day within 1 km from their home and hold a signed self-certification that reported the exact time and reasons for the leaving. Exiles, Mamadou told me, are afraid of being asked for documents by the police each time they leave their shelter. The usual worry about being inspected, during the lockdown, became a constant fear for him. The police could ask anybody for documentation at any time, not in response to a particular instance. Such a climate of surveillance was a source of wide-spread anxiety among political refugees like Mamadou.

The following passage by Mohammed best exemplifies how exiled journalists made recurrent references to life before exile and journalism as a life mission. In midst of the lockdown, in mid-April, his press agency appointed him to take a picture of the 8 pm collective clapping, a daily ritual for people in France to show their gratitude for hospital workers from their window. That day, Mohammed was invested by similar feelings to those he experienced as a photojournalist in Syria:

Taking a picture is not just about the frame, the angle or perspective. I should care about the lightness and the time (and time and lightness are also connected). Once I had to take a picture of the 8pm clapping that included the Eiffel Tour. This reminded me of my time in Syria, when I took pictures during the suspension of the curfew, when I waited for safety moments to take pictures and go out from my shelters. Sometimes I just had one minute or just 40 seconds. I didn’t know where the bomb would come from, or my safety. I didn’t know how to take pictures, and from what angle, and with what lightness, because the rest of the day I was all the time in the shelter. I needed to build my time in the very short safety time. I was in the shelter, I received Whatsapp messages on what was going on, and then I would go out and take a picture of a bird, and then I would start hearing the noise of bombs and run to my shelter. So what happened during the lockdown was that I was assigned to take pictures of people who were clapping at 8pm, and I wanted to put the Eiffel Tower in the background. The clapping lasted only a few minutes, if not seconds. I had to go and take a picture. I found a woman on a balcony and I had the feeling that she would clap. I was afraid of taking pictures because I felt the pressure of the deadline. In one minute, I was able to take more than 300 takes, of which 5 good shots. It reminded me of when I was in Syria. I was back to the MDJ feeling just like when I went back to my shelter in Syria.

The exiled journalists that I interviewed do not envisage exile and journalism differently than they did before the outbreak of the pandemic and the lockdown. Rather, the crisis gave them the possibility to better understand their own identity of exiles as well as to confirm the importance of their action as journalists.

Picture by Mohammed of 8pm clapping with the Eiffel Tower in the background. April 2020. Courtesy of EPA-EFE/MOHAMMED BADRA.

Autres articles

La Tsigane de lord Stanley – Conte insurgé de la route et du voyage

[SPECTACLE THÉÂTRE] «La Tsigane de lord Stanley» a eu lieu à la Halle des Blancs Manteaux dans le 4ème arrondissement. Une pièce de théâtre d’une heure qui a pour double thème l’exil et l’amour, avec la participation de 24 enfants comédiens-chanteurs. C’est un formidable travail de Christine Pellicane, metteuse en scène et auteure de nombreux spectacles de la compagnie Tamèrantong.

Les idées simples c’est compliqué !

[TRIBUNE LIBRE] En France, un montagnard qui aidait des âmes errantes à trouver la bonne route, et le sens de la vie, a été inquiété par quelques esprits dont les lumières étaient en panne. C’était tellement absurde que le Conseil Constitutionnel a fini par prendre le parti de l’honorable homme des sommets. Moi, Yuan Meng, exilé et mangeur de bambou, j’en ris encore.

Le prince, la métisse et le panda : Les bons contes font les bons comptes !

Moi, Yuan Meng, mangeur de bambou né en exil au zoo de Beauval, je sais maintenant ce qui vous intéresse, vous les gens d’ici et d’ailleurs… même si vous faites mine de nier, vous préférez les contes de fée aux horreurs de vos petits matins pâteux, faits de croissants trop mous et de café réchauffé. Du coup, je crois pouvoir sortir les exilés de leur impasse. Voici comment.

Cela fait un trop long moment que Brigitte Macron, ma marraine présidentielle, n’est pas venue jusqu’à moi, toutes caméras en action et micro branchés, tournés en direction de notre belle aventure commune. C’EST POURQUOI je pense (car le panda pense, ainsi que vous le savez désormais) je pense donc qu’il est urgent de susciter de nouveau de l’intérêt à mon sujet.

Une idée m’est venue en observant simplement le monde : il y a quelques jours (c’était pourtant l’un de ces samedis ensoleillés qui invitent à la promenade) les alentours de mon enclos étaient déserts. Renseignements pris, je découvre alors qu’un prince britannique épousait une starlette américaine et que l’événement avait vidé les rues, les campagnes et les zoos. La planète préférait se faire un plateau-télé plutôt que de venir me voir.

Je suis un métis

Et puis voici qu’on me précise également que la dame qui a décroché le gros lot (gros lot = prince) au loto de l’amour…que la dame, donc, est métisse.

WHAT, WHAT, WHAT ? Par l’effet magique des circonvolutions de mon animal de cerveau, je fais, en une fraction de seconde, le rapprochement avec qui ? Réponse : avec moi, évidemment. Panda noir et blanc, je suis, comme elle, une sorte de métis.

Etant mâle et non femelle – c’est là mon unique différence avec la starlette susnommée – j’ai convoqué la direction du zoo et ordonné ce qui suit : « Trouvez-moi d’urgence une fille de sang royal. Il y en a sûrement ici, au zoo… Ne dit-on pas que le lion est le roi de la jungle ? S’il a procréé, voyez ce que vous pouvez faire ».

Ne te trompe pas de carrosse, camarade !

Contrairement à ce que vous imaginez, la direction du zoo a bien compris le parti à tirer des paillettes et des bons sentiments qui stimulent l’industrie du Kleenex (aux larmes, citoyens !). Elle en a même rajouté à mon argumentation avec des mots choisis : « la starlette dont tu nous causes, notre panda chéri, est en plus une exilée. Elle est forcée de vivre à Londres, si loin d’Hollywood. C’est un peu ton histoire, vois-tu, en gros, en très gros ! Mais en même temps, comme dirait notre Président bien-aimé, notre phare de la pensée disruptive : tout ça c’est un conte de fée… excellent pour nos comptes. Car, pour ce genre d’événement on trouve toujours de l’argent et, bien entendu, on en attire aussi ! »

Morale de l’histoire : l’exil est ta force, camarade… il suffit que tu ne te trompes pas de carrosse… et les financements qui manquent habituellement pour accueillir les exilés comme toi ou moi apparaîtront brusquement, dans un scintillement céleste, COMME PAR MAGIE.

Un conte de fée, te dis-je, nom d’un bambou !

Crédit : Sylvie Howlett

Yuan Meng

(Traduction de Denis PERRIN)

Max Mathiasin (député de Guadeloupe) : « la France a abandonné l’Afrique aux chinois »

Député de la Guadeloupe, Max Mathiasin s’est fait remarquer par son intervention à l’Assemblée Nationale sur l’esclavagisme en Libye. Son discours, qui a reçu un enthousiasme unanime, a marqué les esprits. Retour sur les coulisses de son intervention, son regard sur la politique migratoire en Europe et sur les relations franco-africaines. Entretien.

La première fois où vous avez regardé la vidéo de CNN montrant des migrants à vendre, quelle a été votre émotion ?

Au début je me suis dit c’est peut-être des fake news car j’en ai déjà vu des vidéos de la sorte. Mais quand j’ai vu que c’était signé CNN, je me suis indigné et je me suis  dit « là c’est du sérieux« . Peu de temps après, j’ai reçu des demandes d’intervention de la part de plusieurs concitoyens. Un jeune Guadeloupéen, qui avait fait campagne avec moi pour l’élection législative, m’a dit « Max, cette vidéo m’a givré le sang !« . C’est sa réponse qui a été pour moi déterminante.

Qu’avez-vous fait ensuite ?

A ce moment-là, j’ai demandé à Laurence de Saint Sernin, ma collaboratrice, de déposer auprès de mon groupe politique, un changement de question car j’étais inscris pour une question sur le chômage en Guadeloupe. Comme elle n’avait pas encore vu la vidéo, elle m’a répondu « mais vous savez, Monsieur le député, il y a plein de choses qui circulent sur WhatsApp ».

Je lui balance la vidéo et elle voit vite, comme moi, qu’elle est digne de foi. J’ai pris l’avion le samedi pour arriver à Paris le dimanche où j’ai passé la journée enfermé. Lundi matin, je suis allé voir la responsable administrative de mon groupe politique. Elle m’a répondu qu’il y a déjà des membres d’autres groupes qui sont inscrits pour la même question et qu’il y a au moins six personnes qui interviennent sur le même sujet. Je lui ai dit que je dois absolument poser la question sur l’esclavage en Libye car mes ancêtres ont été esclaves. Elle a regardé le registre d’inscription et elle m’a dit « OK ».

Comment avez-vous préparé votre question ?

J’ai dit à ma collaboratrice que  pour parler de l’esclavagisme, il me faut faire appel à mes ancêtres et à un Colonel guadeloupéen de l’armée française  (il faut dire qu’il y avait une première abolition de l’esclavage en 1794 et qui a été rétabli par Napoléon Bonaparte en 1802). Cet homme avait combattu, en 1802, les troupes de Napoléon. Il s’était opposé à son commandement à la tête des esclaves et des soldats pour se révolter. Je me suis donc inspiré de ce fait.

Je n’étais pas sûr du contenu de la déclaration, que j’avais lu une seule fois de ma vie, mais il y avait une chose dont j’étais sûr, c’est qu’il s’adresse à la postérité. J’avais la chance d’avoir deux autres collaborateurs qui étaient là. Nous avons commencé à écrire sur la question, sachant qu’on a un temps d’intervention de deux minutes. Nous avons travaillé toute la journée et on a fini autour de minuit.

Après une relecture, j’ai dit à mon équipe « les enfants, vous pouvez aller vous coucher vous avez bien travaillé ! » Le matin, j’ai regardé la question une dernière fois et j’y ai ajouté encore une phrase.

Laquelle?

J’ai ajouté qu’« il y a des passés qui ne finissent pas de passer ».

C’est une allusion que les faits risquent de se répéter…

Exactement. Et c’est ce qu’on voit encore aujourd’hui.

Dans l’hémicycle, comment avez-vous vécu ces deux minutes?

Trois personnes avant moi allaient parler de la Libye, mais j’étais tellement sûr de moi que je ne les entendais même pas. J’étais très sûr de la force de ma question dans la mesure où c’est une question juste, dans le sens de la justice. Quand je suis arrivé au milieu de mon intervention, j’ai jeté un coup d’œil autour de moi et j’ai vu que les députés avaient la tête tournée vers moi.

J’ai vu en particulier un député réunionnais qui avait les yeux rougis. Là, je me suis dit qu’il fallait que je sois encore plus inclusif. C’est pourquoi j’ai improvisé deux petites phrases. J’ai ajouté « c’est notre vie » à « c’est ma vie » et « notre histoire » à « mon histoire », pour faire adhérer tout l’hémicycle à mes propos.

Les retours vous ont-ils surpris ?

Après avoir posé ma question,  j’ai vécu un moment de vide mais aussi de peur. On se demande quelles seront les conséquences de ce qu’on a dit. J’ai pris conscience de la portée de la question quand j’ai quitté l’hémicycle surtout lorsque les journalistes sont venus nombreux vers moi. Ce qui m’a frappé surtout c’est que certains députés qui sont venus me saluer avaient les larmes aux yeux. Je me suis dit qu’il se passe quelque chose.

Vous avez évité de parler des causes de ce qui s’est passé en Libye. C’est par peur de choquer ?

J’ai voulu m’adresser à la conscience des gens et à ce qu’il y a de plus profond de l’humanisme. Je sais que les Français tiennent beaucoup à la révolution de 1789 avec son héritage, ses errements et les erreurs qui ont pu être commises. S’ils rejettent les exactions qui ont été commise, notamment la terreur, elle reste un héritage important du point de vue du rayonnement de la France dans le monde. Par conséquent, c’est un acte que je voulais politique. Lorsque j’ai parlé de « notre histoire » j’ai bien ajouté que cela se passait en colonies françaises.

Donc il ne s’agit pas d’occulter le passé colonial de la France et de l’Europe ni de nier leur responsabilité dans le sous-développement d’une grande partie du monde, notamment en Afrique subsaharienne et le Maghreb. Dans ces pays dits « pauvres », il y a ce que Samir Amine a appelé « l’échange inégal ».

Amine, qui a essayé de mesurer le différentiel de force de travail et de valeur ajoutée dans les échanges de marchandises entre ces deux « blocs », soulève la question de la détérioration de l’échange entre les pays « sous-développés » au profit des pays « développés ». Il y a une part de travail et de la valeur sous-évalué des produits non transformés et non manufacturés, ce qui appauvrit certains pays. C’est aussi un peu ce qu’on retrouve dans le livre « Et l’Europe sous-développa l’Afrique ».

La communauté internationale a promis de bouger et Macron a qualifié ce qui s’est passé de « crimes contre l’humanité ». Comment évaluez-vous les actes par rapport aux promesses?

Pour l’instant, il faut dire que les choses n’ont pas vraiment bougé, aussi bien de la part de la France que de la part des chefs d’État africains malgré la grande déclaration à Dakar sur la question du droit de la protection et du rapatriement de leurs concitoyens. D’après les informations dont je dispose, il y a encore entre 400 et 700 mille personnes bloquées en Libye. Il semble que l’Europe s’accommode un peu du fait que l’existence de ces camps empêche les gens de traverser. Aujourd’hui encore, certains sont emprisonnés ou vendus et d’autres auxquels on demande aux familles de payer des rançons.

Pour moi la situation n’a pas évolué et il n’y a pas de transparence sur la manière dont on pourrait mettre fin au phénomène.

Absence de transparence de la part de qui?

La France et les Nations Unies notamment. Evidemment, ne soyons pas non plus naïfs. Il faut savoir que les gens quittent l’Afrique subsaharienne au détriment de leurs vies. Il y a ce phénomène où chacun pense que « l’autre ne s’est pas tiré, mais moi je pourrais m’en sortir« . Les gens quittent leurs pays parce qu’il y a l’attrait de l’Europe lié aux images mais aussi au fait que ceux qui sont partis ne parlent surtout pas de leurs conditions matérielles terribles.

Pensez que les scènes diffusées par CNN risquent de se répéter ?

On s’aperçoit que ça perdure. L’Europe a décidé d’intensifier ses aides aux pays subsahariens, mais ces aides, au regard des problèmes économiques réels qui existent, sont à mon avis insuffisantes. Il faut changer la politique africaine de l’Europe, c’est-à-dire la politique de la «  France-Afrique » qui vise non seulement les matières premières, mais aussi et surtout, les systèmes politiques à travers la mise en place d’hommes d’État, qui ne sont en fait que des hommes de paille à la solde des gouvernants étrangers et des grosses compagnies. Nous avons deux exemples, un qui est ancien et l’autre qui est plus récent.

Le paternalisme n’a pas changé et l’état d’esprit colonial n’a jamais changé en France même avec un gouvernement qui se veut « socialiste », « progressiste » ou « humaniste ». J’ajouterais aussi les communistes car lorsque j’étais étudiant à Paris, à l’époque où on était un peu indépendantistes et rêveurs, quand on leur parlait de l’indépendance ou de l’autonomie de la Guadeloupe, ils nous rétorquaient « mais pourquoi vous voulez  l’autonomie ?! Vous êtes français ! ».

Pensez-vous que le projet de loi asile et immigration peut ou va apporter des solutions ?

Une circulaire qui voudrait que les migrants soient contrôlés quand ils sont dans des centres d’hébergement, au risque que certains d’entre eux soient conduits dans des centres de rétention, je ne peux qu’être absolument contre. Il faut que la France clarifie sa politique migratoire. Si la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde et si l’Europe ne peut pas accueillir toute la misère du monde, il faut aider ces gens à rester chez eux. Pour cela, il faut que cette aide soit collective, inclusive et significative.

Bien sûr qu’il faut mener des actions contre la famine par exemple, mais il faut aussi, en un second temps, mettre en place un véritable transfert de connaissance. C’est ça la vraie coopération, parce que le grand problème de ces pays c’est la question de la capacité d’investissement. Or, il y a une vingtaine d’années la France a abandonné l’Afrique aux chinois. Les chinois ne font rien pour rien. Ils sont encore pire vis-à-vis de ceux qu’ils ne connaissent pas où qu’ils font semblant de ne pas connaître.

Avec l’agence Frontex, l’Europe fait la guerre aux migrants

[Par Johanna GALIS]

L’agence de contrôle des flux migratoires européens Frontex risque d’obtenir des pouvoirs plus étendus lors d’un vote au Parlement européen. L’occasion de revenir sur le fonctionnement clair-obscur de cette agence – citée dans les médias sans mécanique explicite développée -, pourtant l’une des pièces maîtresse de l’échiquier du flux des migrants vers les frontières.
Le déploiement des fonctionnalités propres à Frontex, créé en 2004, a permis au mythe de la crise migratoire dite dangereuse de prendre toute son ampleur. La campagne Frontexit (www.frontexit.org), menée par plus de vingt et une organisations européennes et africaines d’aide aux étrangers et aux immigrés, incite à prendre plus de recul sur les réalités de la crise migratoire actuelle, et à ainsi démanteler l’étendue de plus en plus accrue des pouvoirs donnés à cette agence.

© Frontexit.org

© Frontexit.org

Frontex, symbole d’un regard anti-démocratique

De nombreuses idées reçues sont véhiculées par les dirigeants européens contre les migrants. Les moyens financiers ne manquent pas : Frontex, soit l’agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des Etats membres de l’Union européenne (en abrégé : Frontières Extérieures) a vu son budget exploser en une dizaine d’années (19 millions d’euros en 2006 pour 114 millions d’euros en 2015).

Frontex, dont le siège est à Varsovie, a développé une politique de dénigrement du migrant qui a pris place par des moyens techniques – création de hotspots, afflux de moyens militaires maritimes et terrestres, systèmes de recueil de données, technologies pointues allouées aux garde-frontières pour répondre à leurs besoins – sur les frontières-mêmes des pays européens.
Et pourtant, l’agence aurait pu considérer l’arrivée des migrants d’un tout autre œil : en effet, l’article 13 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme consacre la libre circulation de tout à chacun en garantissant le droit de quitter tout pays, même le sien, et d’y revenir. Son budget aurait pu servir, par exemple, à créer des ponts fermes entre les migrants et leurs pays d’accueils, des ports d’attache techniques et technologiques, pour que soit facilitée leur insertion.
Frontex est en quelque sorte le symbole du regard anti-démocratique porté par les Etats-membres de l’Union Européenne sur l’arrivée des migrants dans leurs pays. En effet, d’un fonctionnement obscur, l’agence a une personnalité juridique : elle peut signer des accords avec des pays non européens sans contrôle démocratique des Etats signataires, des parlements nationaux et du Parlement européen. Elle peut ainsi être susceptible de modifier la politique migratoire de pays hors de l’Europe de manière à influencer le flux des migrants.

©migreurop.org

©migreurop.org

La campagne Frontexit, pour plus de transparence

La campagne Frontexit soulève deux questions importantes qui n’ont jusqu’à aujourd’hui pas encore été élucidées.
Frontexit le dit noir sur blanc : la question fondamentale de la responsabilité de l’agence dans les actions qu’elle mène n’est toujours pas claire : qui est responsable en cas de violation du droit des migrants, entre l’agence, l’Etat hôte d’une opération, ou l’Etat dont relève l’agent qui a commis la faute ? Quels sont les mécanismes effectifs mis en place pour garantir l’accès des migrants à l’exercice de leurs droits ?
Le Parlement Européen décide le mercredi 6 juillet si Frontex peut s’arroger de pouvoirs encore plus grands en partageant ses données avec Europol, un office de police intergouvernemental qui facilite l’échange de renseignements entre les polices nationales. Le thème-clé de cet échange serait la diffusion de données à visée de lutte contre le terrorisme.
Si l’agence était en liaison directe avec Europol, elle serait ainsi plus en mesure de confondre les intentions des migrants avec celles de terroristes.

La campagne Frontexit apporte un éclairage important sur les dérives d’une agence très souvent citée dans sa relation aux flux migratoires, mais dont le fonctionnement est malheureusement trop peu connu. Il s’agirait maintenant de faire encore plus attention au fonctionnement de ce qui est considéré comme une « crise migratoire » pour démanteler les à prioris véhiculés par les Etats européens, et leurs organismes.

Journée internationale des migrants: reportage dans la jungle de Calais

[Par Makaila NGUEBLA]

La journée internationale des migrants a été célébrée, ce vendredi 18 décembre, partout dans le monde où vivent les migrants. C’est aussi le cas en France où se trouvent 7000 personnes dans la jungle de Calais, véritable concentration humaine des gens en provenance de zones de conflits de tous genres.

©Makaila Nguebla

©Makaila Nguebla

Située à peu prés à une distance de 300 km de Paris, la jungle de Calais abrite, selon un rapport de l’association Migreurop, 7000 personnes issues de pays d’Afrique et d’Asie, foyers des conflits armés, d’instabilité politique et d’autres aléas climatiques, qui les ont contraintes à abandonner leurs domiciles et leurs familles. Elles ont emprunté le douloureux et périlleux chemin de l’exil.
En l’honneur et en solidarité avec tous ces hommes, ces femmes, ces enfants et ces vieillards venus d’Erythrée, du Soudan, d’Ethiopie et du Tchad, et en ce qui concerne l’Afrique, de Syrie, d’Afghanistan, du Kurdistan, d’Irak pour l’Asie, des artistes français comme Paul Heintz, jeune réalisateur et vidéaste, se sont déplacés jusqu’à la jungle de Calais pour célébrer avec eux cette Journée Internationale des Migrants qui leur a été dédiée par l’ONU, et les soutenir en diffusant des films sur leur parcours, en réalisant leurs portraits et autres expositions.

Jungle de Calais ou concentration des conflits

Les conflits du Darfour au Soudan, la répression politique en Ethiopie, les arrestations arbitraires et les enrôlements forcés des jeunes érythréens dans les services militaires, les violations et les atteintes aux droits de l’homme au Tchad, sont fondamentalement les principales causes soulevées par ces migrants pour justifier leurs exils massifs et solliciter une protection humanitaire internationale.

©Makaila Nguebla

©Makaila Nguebla

Comment-vivent-ils ?

Regroupés par pays et par communauté, les migrants de la Jungle de Calais vivent sous des tentes dans des conditions humainement terribles et insoutenables. Ils partagent leurs quotidiens dans l’insalubrité, la promiscuité, l’insécurité humaine et dans une misère indescriptible souvent choquante. Ils espérent des lendemains meilleurs. Certains d’entre eux attendent impatiemment une reconnaissance de leur statut de réfugiés en France. D’autres rêvent de rejoindre l’Angleterre, pays qui offre, selon eux, des meilleures conditions de vie aux réfugiés à la différence de la France.

Régulièrement assistés par des bénévoles mobilisés pour leurs causes, ils bénéficient de nourriture, de couverture et d’autres aides et résistent aux intempéries climatiques. Malgré tout, ils ont développé des centres d’activités commerciales, des lieux de cultes, d’attraction et des distractions pour s’occuper. Mais jusqu’à quand ?

Mahamat est Tchadien, il vit à Calais parce qu’il a fui l’injustice sociale, l’exclusion, l’arbitraire et toute forme d’humiliation subie par les populations tchadiennes, nous a-t-il confié. Le sort de ces âmes dépendra inéluctablement d’une volonté politique globale à l’échelle des pays européens et d’autres Etats qui souhaitent les accueillir sur leurs sols.
Mais à cause des récentes attaques terroristes de Paris de novembre où ont été tués des centaines de personnes, l’espoir s’évapore comme du neige au soleil pour ces migrants. Ils risqueraient de voir durcir contre eux des mesures protectionnistes, restrictives et toutes formes de contrôle en termes de dérives policières souvent violentes. Tout est possible !