Algérie – Soudan : les « Gilets jaunes africains » à la manœuvre

Comparaison n’est pas raison. Mais à regarder de près, le fond qui émeut les Gilets jaunes en France, d’une part, et les protestataires dans les rues d’Alger, en Algérie, ainsi que dans celles de Khartoum, au Soudan, d’autre part, ne manquent pas de similitude entre les deux camps. Ici et là, la levée de boucliers est partie de ce que l’on appelle « portion congrue » ou « part inconvenable », mieux, « partage inégale des richesses nationales »…

Il y a, toute proportion bien gardée, comme une osmose entre la colère de Gilets jaunes, celle, spécifiquement, portée par la jeunesse algérienne, et le ras-le-bol exprimé par des foules soudanaises. Il s’agit, sociologiquement, de la catégorie de « personnes qui subissent la loi du plus fort« , selon la formule de la célèbre journaliste française Françoise Giroud.

En clair, il s’agit de ceux qui dirigent, d’un côté, et de ceux qui sont dirigés, de l’autre. Mais, ceux qui sont dirigés et « mal nourris » par le système de gouvernement. Des laissés-pour-compte.

Ici comme ailleurs, ces Gilets jaune sont « des laissés-pour-compte »

Selon une enquête réalisée le mois de mars par l’institut Elabe (Ouest-France, 23-24 mars, 2019), il ressort globalement que les Gilets jaunes sont, en majorité, des ouvriers.

Leur salaire moyen est de 1.486 euros par mois ; 65 % disent connaître des fins de mois difficiles.

Ceux qui battent le pavé en Algérie et au Soudan relèvent de cette catégorie de citoyens.

Mais, contrairement aux Gilet jaunes, la plupart d’entre eux sont de véritables crève-la-faim.

En France, le 17 novembre, un mouvement social sans leader tousse. Il proteste contre l’augmentation de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques. Cette nouvelle dépense est à associer au budget familial (1.486 euros), qui en prend un coup… supplémentaire. On connaît la suite : le mouvement enfle et englobe l’aspect politique et économique. Le gouvernement est bousculé, prend des mesures qui débouchent sur des milliards à dépenser pour améliorer le sort de « mal nourris ». Sans succès.

Le mouvement signe et persiste… jusqu’à susciter les assises d’un « Débat national », dont on attend l’issue.

Algérie : la chute du système Bouteflika

Le concept fait recette en Algérie et au Soudan, globalement, c’est presque la même antienne.

Dans le premier pays, c’est la décision de rempiler pour un cinquième mandat présidentiel, d’un président affaibli par la maladie, sans prise sur les affaires de la cité, qui déclenche les hostilités. Depuis, le 22 février, les Algériens marchent, pour protester. Comme en France, les décisions s’enchaînent, en guise de coupe-feu. Sans effet.

Le « système » cède, Bouteflika démissionne. Mais l’armée, qui a entraîné cette décision historique, semble ne pas vouloir tout lâcher. On parle maintenant de la mise en place d’un gouvernement, obéissant aux « règles constitutionnelles ». Les Algériens renâclent. Leur slogan reste d’actualité : « Qu’ils partent tous ». D’où un bras de fer entre l’armée et le peuple, à l’issue improbable !

Soudan : la rue veut du pain !

Enfin, depuis jeudi, le Soudan qui était déjà dans la zone de turbulence, a rejoint le cortège des tombeurs algériens. El Béchir, depuis trente ans au pouvoir, a été écarté par un coup d’Etat militaire. Et remplacé par le général Awad Benawf, à la tête du Conseil militaire de transition, lui-même ayant démissionné sous la pression de la rue et remplacé par le général Abdel Fattaf Abderahman.

Comme les Algériens, les Soudanais retoquent la formule. La question, dans ce deuxième pays, a concerné le prix du pain. Le 18 décembre, les Soudanais sont sortis pour y dresser une barrière. Le régime dictatorial charge et tue les manifestants, qui « persistent et signent » pour faire de la rue leur domicile.

En dernier lieu, avant la chute du satrape, ils ont submergé l’Etat-Major de l’armée, auquel ils demandaient le départ de Béchir.

France, Algérie, Soudan : des points communs entre ces Gilets Jaune

Le caractère commun de ces trois situations repose sur trois aspects différents : primo, Français et Africains, à des paliers différents, sont ceux qui non seulement subissent la loi, mais vivent difficilement ; secundo, les trois mouvements ont surgi sans leader ; tertio, tous trois ont levé l’option de résister « aux systèmes ».

Et, le résultat est là : les deux dictateurs sont tombés.

En dehors de Macron, que la France démocratique, à travers les urnes, vomira ou ménagera, selon ses capacités à faire revêtir les Gilets jaunes de la couleur qui leur plaît. Gilets couleur or, par exemple ! Gilets jaunes, en France. Quelque chose qui leur ressemble en Afrique, lequel a porté à conséquence : les fruits pourris sont tombés. D’autres tomberont. A coup sûr.

Les « Gilets jaunes africains » sont déjà à la manœuvre. Le concept fait recette, car les Gilets jaunes ont fait leur apparition en Australie. Là-bas, ils s’appellent « Yellow Vest Australia » et sont devenus un parti politique.

  • Vers l’oubli total des Droits de l’Homme en Egypte ?17/04/2019 - 8:58

    Amendements constitutionnels : un pas décisif vers l’oubli total des droits de l’homme en Egypte ? Le 3 février 2019, le parlement égyptien a proposé une série d’amendements constitutionnels qui implique une extension du mandat de la présidence, une extension du rôle de l’armée dans l’État et une nouvelle diminution de l’indépendance du pouvoir judiciaire. Après […]

  • Notre-Dame de Paris sous les flammes : et après ?16/04/2019 - 4:20

    Notre-Dame : « Cette cathédrale, nous la rebâtirons » , assure Emmanuel Macron. Le président s’est exprimé lundi soir, alors qu’un incendie ravageait une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Des mots graves dans un moment historique. Alors que les pompiers venaient de sauver l’essentiel de la structure de Notre-Dame de Paris, mais que les flammes […]

  • Algérie – Soudan : les « Gilets jaunes africains » à la manœuvre16/04/2019 - 10:08

    Comparaison n’est pas raison. Mais à regarder de près, le fond qui émeut les Gilets jaunes en France, d’une part, et les protestataires dans les rues d’Alger, en Algérie, ainsi que dans celles de Khartoum, au Soudan, d’autre part, ne manquent pas de similitude entre les deux camps. Ici et là, la levée de boucliers est […]

  • Côte d’Ivoire: le nouveau Nonce Apostolique échappe à la mort16/04/2019 - 8:47

    Dimanche 7 avril, Monseigneur Ante Jozic, le nouveau Nonce Apostolique de la Côte d’Ivoire, a été victime d’un grave accident de la route. L’accident a eu lieu dans le tunnel Saint-Elias de Split, une ville côtière de la Croatie, son pays d’origine. L’annonce a été faite, le lundi 8 avril, dans un communiqué, par la […]

  • Alain Frilet, Parole de Photographes : « la photographie n’a jamais été une preuve »11/04/2019 - 2:26

    La Maison des journalistes s’associe avec Magnum Photos pour présenter l’exposition D’ici, réalisée à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai. Cette exposition s’affichera du 3 au 31 mai 2019 sur la façade de l’hôtel de ville de Paris et a vocation d’être itinérante. Journalistes exilés et photographes […]

Salon de l’agriculture 2019 : bonne présence de l’Afrique & cacophonie ivoirienne

Les lampions se sont éteints sur l’édition 2019 (du 23 février au 3 mars) du Salon International de l’Agriculture. Comme chaque année à la même période de nombreux exposants de la faitière agricole du monde entier se sont réunis au parc d’exposition situé Porte de Versailles à Paris.

Parmi ces exposants, nombreux sont venus de l’Afrique. Nous avons passé une journée avec eux.

Des stands africains très attractifs

Guy L. est très heureux en ce jeudi 28 février 2019. Responsable communication de la plus grosse entreprise ivoirienne qui fait aussi dans l’agro-alimentaire, cet ancien patron de presse est satisfait de l’affluence « aux braisés de… » le stand de son entreprise.

Un espace qui a refusé du monde et qui est la reproduction quasi-exacte d’un « maquis », sorte de restaurant à l’ivoirienne où l’on trouve à moindre cout des mets succulents de ce pays de l’Afrique de l’ouest.


Il n’y avait aucun moment de répit pour les animateurs des stands du Mali, du Maroc et de la Tunisie.


« Nous sommes à 6000 visiteurs depuis l’ouverture du salon et cela va au-delà de nos prévisions« . Nous dit-il avec un large sourire.

Au pavillon 5 du parc d’exposition de la Porte de Versailles, les stands très achalandés des pays africains ne désemplissent pas.

Des nationaux de ses pays, touristes et personnalités sont au nombre des nombreux visiteurs.

Il n’y avait aucun moment de répit pour les animateurs des stands du Mali, du Maroc et de la Tunisie. Ces trois pays mieux organisés ont véritablement plané sur le salon international de l’agriculture.

Cacophonie ivoirienne

Si le secteur privé ivoirien de l’agro-alimentaire a véritablement tiré son épingle du jeu à ce salon, la tutelle quand à elle, a encore fait des siennes.

Chaque année, avant la crise postélectorale, les entreprises et structures ivoiriennes encadrées par le ministère de l’agriculture marquaient de leur présence le salon international de l’agriculture de Paris.

Depuis 2012, deux ministères se chevauchent. Outre le ministère de l’agriculture, celui des ressources animales et halieutiques a pris place également au pavillon 5 du parc d’exposition de la Porte de Versailles.

Plusieurs observateurs ont noté depuis le changement de régime à Abidjan qu’une lourde ambiance règne entre les deux ministres.


Les ministres en charge des deux départements ministériels ont soigneusement évités de se croiser durant le salon.


Au ministère des ressources animales et halieutiques, il est reproché au ministère de l’agriculture de s’accaparer de structures spécialisées qui en principe relèvent du premier.

De manière factuelle, arrêtons-nous sur le laboratoire national d’appui au développement agricole –LANADA-

Ce laboratoire qui est chargé des opérations spécialisées relatives au domaine vétérinaire, notamment à la santé, l’alimentation et la reproduction animale, est sous tutelle du ministère de l’agriculture . Au SIA 2019, une dizaine de structures sous tutelle du ministère de l’agriculture ont fait le déplacement.

M. Coulibaly Sangafowa ministre ivoirien de l’agriculture en compagnie d’exposants

Du coté des ressources animales et halieutiques, seul le port autonome d’Abidjan est venu défendre sa position de premier port thonier en Afrique subsaharienne.

Les ministres en charge des deux départements ministériels ont soigneusement évités de se croiser durant le salon. Une véritable cacophonie.

Cette année le chiffre de visiteurs était en baisse comparé a celui de 2018. Officiellement 633 213 visiteurs ont arpenté les stands du parc d’exposition de la porte de Versailles. En 2018, ils étaient 672 000. Plus de 1000 exposants ont présenté leur meilleurs produits à la grande satisfaction des visiteurs et d’Emmanuel Macron qui y a passé quatorze heures trente minutes. La 57 e édition aura lieu du 22 février au 1 er mars 2020.

Deux hommes du pouvoir congolais au coeur d’un système de répression

Il faut enquêter sur deux anciens responsables des services de renseignement ! En effet, deux anciens hauts responsables de l’Agence nationale de renseignements – ANR – ont été récemment limogés et devraient être traduits en justice.

Les autorités de la République démocratique du Congo devraient ouvrir des enquêtes sur deux anciens responsables des services de renseignement récemment limogés et accusés d’avoir commis de graves violations des droits humains, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.

Vers la fin des abus systématiques commis par les services de renseignement congolais ?

En mars 2019, le président Félix Tshisekedi a relevé Kalev Mutond de ses fonctions de directeur de l’Agence nationale de renseignements -ANR- et Roger Kibelisa de son poste de chef du Département de la sécurité intérieure de cette agence.

Sous la direction de Mutond et de Kibelisa, l’ANR a été un instrument de répression politique contre les dirigeants de l’opposition ainsi que les activistes pro-démocratie et des droits humains, tout au long de la longue crise politique qu’a connu le pays.

Le président Tshisekedi a nommé Kibelisa au poste d’assistant du conseiller spécial du Chef de l’État en matière de sécurité. On ignore encore si Mutond se verra offrir un nouveau poste. « Le limogeage de Mutond et Kibelisa par le président Tshisekedi pourrait s’avérer être une étape importante vers la fin des abus systématiques commis par les services de renseignement congolais« , a déclaré Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch.

« Mais au lieu de donner à ces hommes de nouveaux postes, la nouvelle administration devrait enquêter sur leur comportement passé et les poursuivre en justice de manière appropriée.« 

Le système Kalev Mutond : intimidations et menaces, arrestations arbitraires, détentions au secret durant des années, corruptions de juge, tortures… 

Il fut le principal architecte de l’entreprise de répression orchestrée par le gouvernement lors de la contestation politique qui avait secoué le payx alors que le président de l’époque, Joseph Kabila, se maintenait au pouvoir au-delà de la limite de deux mandats autorisée par la constitution, en décembre 2016.

Human Rights Watch s’est entretenu avec plus d’une douzaine de responsables gouvernementaux, de membres de la coalition de Kabila et d’agents de forces de sécurité, qui ont tous affirmé que Mutond avait joué un rôle central dans la répression exercée par le gouvernement à l’encontre des activistes des mouvements de jeunesse pro-démocratie, les journalistes et des dirigeants d’opposition et leurs partisans, ainsi que dans l’orchestration de violences à travers tout le pays, notamment dans la turbulente région centre du Kasaï.

L’Agence nationale de renseignements a détenu beaucoup des personnes arrêtées au secret pendant des semaines, voir des mois, des années, sans aucun chef d’inculpation, sans accès à leurs familles ou à des avocats.

Certaines personnes ont été jugées sur la base d’accusations montées de toutes pièces, tandis que prétendument, Mutond jouait aussi un rôle dans ces procès en intimidant les juges et en dictant des verdicts.

L’ANR a brutalement maltraité ou torturé certaines personnes détenues dans le cadre de cette répression, y compris en recourant aux électrochocs et à une forme de simulacre de noyade.

Des agents des services de renseignement placés sous l’autorité de Mutond, Kakiat (actuelle directeur de l’ANR), et Kibelisa, ont également à maintes reprises intimidé, menacé et harcelé des activistes, des journalistes et des dirigeants ou des partisans de l’opposition, apparemment dans le cadre d’une vaste campagne visant à semer la peur et à limiter leurs activités avant les élections nationales de décembre 2018.

Inzun Kakiat, devenu l’actuel responsable de l’ANR, aurait également été impliqué dans le recrutement de membres de la branche jeunesse du parti au pouvoir pour infiltrer les manifestations de l’opposition et répandre violence et désordre pour décridibiliser les opposants.

Les États-Unis ont sanctionné Mutond le 12 décembre 2016 pour avoir « entravé des processus démocratiques » et l’Union Européenne l’a sanctionné à son tour le 29 mai 2017 pour avoir « planifié, dirigé ou commis » de graves violations des droits humains.

L’UE a prolongé ses sanctions à l’encontre de Mutond en décembre 2018.

Kibelisa : l’autre artisan de la répression, toujours en poste et plus près du pouvoir

Kibelisa a également joué un rôle essentiel dans la répression exercée contre les activistes, les journalistes et l’opposition lors de l’administration Kabila.

Le bureau de Kibelisa était situé dans un immeuble de l’ANR à Kinshasa connu comme le centre de détention « 3Z » où, de 2015 à 2018, de très nombreux prisonniers politiques, journalistes, et activistes ont été détenus dans des conditions inhumaines et, dans de nombreux cas, maltraités ou torturés.

Les familles des détenus, leurs avocats et les défenseurs des droits humains se sont vu régulièrement dénier l’accès au centre 3Z lorsque Kibelisa était à son poste. En 2016, l’Union Européenne a sanctionné Kibelisa pour son rôle dans la perversion du processus démocratique, et pour avoir orchestré des violations des droits humains et incité à la violence.

Ces sanctions ont été prolongée en décembre, avant les présidentielle et législatives.

Il était le cerveau et l’organisateur de la répression anti-démocratique, c’est à lui que l’on doit les arrestations arbitraires de journalistes qui exerçaient leur travail librement. Nombreux sont les journalistes dont on ignore où ils sont, ou tout simplement s’ils sont encore en vie. 

Donc, la décision de Tshisekedi de nommer Kibelisa au poste d’assistant du conseiller spécial pour les affaires de sécurité est une indication qu’il ne fera pas l’objet d’une enquête pour ses abus présumés passés.

Bien que Mutond ne se soit pas encore vu offrir un poste dans le nouveau gouvernement, le choix de Justin Inzun Kakiat, qui fut son adjoint pendant de nombreuses années, pour lui succéder comme directeur de l’ANR est un signe de plus d’une absence de volonté de la part de la nouvelle administration de s’occuper de la question d’impunité au sein des agences de renseignement.

En tant que journaliste soucieux des droits de l’homme, j’ajoute qu’un examen approfondi du rôle joué dans le passé par Kakiat dans des abus devrait être effectué avant qu’il ne prenne son nouveau poste.

En echo, Lewis Mudge directeur pour l’Afrique centrale chez Human Rights Watch : « La manière dont le président Tshisekedi traitera les auteurs de violations des droits humains commises dans le passé sous l’administration Kabila sera très révélatrice de la future direction de son administration« .

Avec peu d’espoir sur la réponse, nous sommes tout de même en droit de nous interroger : y aura-t- il vraiment un véritable processus de responsabilisation et de réforme ou une continuation de la répression, des abus et de l’impunité qui prévalaient sous Kabila ?

Hommage à Bernard Dadié, le « Victor Hugo d’Afrique », lors du 12ème prix Ivoire

Le Prix Ivoire est destiné à récompenser chaque année un auteur d’Afrique ou de la diaspora africaine qui représente la littérature africaine d’expression Francophone.

Le lancement de la 12ème édition du Prix Ivoire s’est tenu le mercredi 27 mars 2019, à la Librairie de France d’Abidjan. Isabelle Kassi-Fofana, présidente de l’Association Akwaba Culture, (association éditrice), promotrice de l’événement a annoncé dans son intervention, que cette édition sera consacrée à Bernard Binlin Dadié, l’un des pionniers de la littérature Africaine et père de la littérature ivoirienne, décédé le samedi 9 mars dernier, à 103 ans.
Personnage aux nombreux talents artistiques, Bernard Binlin Dadié fut poète, romancier, homme de théâtre, mais aussi homme politique et ministre de la Culture sous Houphouët-Boigny. Proche du Front populaire ivoirien, il avait pris fait et cause pour Laurent Gbagbo alors que celui-ci était incarcéré depuis 2011 au centre de détention de la CPI, à La Haye aux Pays-Bas.
 

Bernard Binlin Dadié, le « Victor Hugo » d’Afrique

L’auteur de Climbié et d’autres opus devenus des classiques de la littérature africaine, fut le premier écrivain africain dont on a célébré le centenaire de son vivant.

La particularité de Bernard Dadié est d’avoir pratiqué tous les genres, de la poésie à l’essai, en passant par la fiction, le théâtre et le conte. Il avait tout inventé. L’homme avait coutume de collectionner les premières places.

Climbié, son roman sans doute le plus connu, publié en 1956, est le premier ouvrage de fiction ivoirien. Avec sa pièce Les Villes, jouée à Abidjan en avril 1934, Dadié a donné la toute première pièce de théâtre du corpus dramatique de l’Afrique francophone.

Enfin, last but not least, il fut le premier et le seul à remporter deux fois le grand prix littéraire de l’Afrique noire, la première fois en 1965 avec son roman Patron de New York, et la deuxième fois en 1968 avec un autre roman La Ville où nul ne meurt.

Photographie avec Bernard Billin Dadié (entouré de rouge) dans les années trente.

L’autre trait marquant de l’œuvre de Bernard Dadié, c’est son refus de la « négritude » comme source d’inspiration, tranchant ainsi avec l’idéologie chère aux grands Africains de à sa génération et à Aimé Césaire, l’un des écrivains noirs les plus connus de son époque.

Pour Bernard Dadié, écrit Nicole Vinciléoni, spécialiste de la littérature ivoirienne, « L’Afrique est un vécu et non une nostalgie. C’est donc avec un cœur trop africain pour avoir à clamer son africanité qu’il regarde le monde… »

Un hommage lors du Prix Ivoire soutenu par les artistes africains et d’ailleurs

Cette tribune sera donc un cadre pour les hommes de lettres, des arts et de culture de la Côte d’Ivoire et du monde, pour rendre hommage à l’illustre disparu. Déjà, au cours de ce lancement, de nombreuses personnalités du monde de la culture avaient effectuée le déplacement pour marquer leur soutien à Akwaba Culture.
 
La directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova avait dit de lui en 2016, c’est  »un pionnier et un géant de la littérature africaine », avant de lui remettre le 1er Prix Jaime Torrès Bodet. 

Isabelle Kassi-Fofana, présidente de l’Association Akwaba Culture

Zoom sur le prix Ivoire 

Pour ce qui est du Prix Ivoire pour la littérature africaine d’expression Francophone, il est destiné à récompenser chaque année un auteur d’Afrique ou de la diaspora africaine.
 
Les participations sont ouvertes depuis ce jour (27 mars), jusqu’au 10 juillet 2019. Sont en compétition, les ouvrages de littérature-en dehors de la littérature pour enfants et de jeunesse-publiés en langue française, du 1er janvier 2018, au 30 juin 2019.
 
Les candidatures sont déposées par les écrivains ou les maisons d’éditions en cinq exemplaires au plus tard le 10 juillet 2019. Le prix sera décerné le 10 novembre 2019 à Abidjan.
 
Le lauréat recevra à cette occasion, un trophée et montant de 3000 euros, soit 2.000.000 francs Cfa. Et en prime, une invitation au Salon du livre de Genève, partenaire de cette manifestation.
 
Le jury du Prix Ivoire est composé d’amis du livre et d’éminents critiques littéraires, avec à leur tête Werewere Liking, chorégraphe, dramaturge, romancière, Prix Noma 2005.
 
Le 1er Prix de l »édition 2018 a été décerné à Armand Gauz, pour son oeuvre,  »Camarade papa ». En ce qui concerne Bernard Bilin Dadié, voici tous les liens vers sa bibliographie en cliquant sur ce lien
Et ci-dessous, une interview proposée par 100% Afrique TV de Bernard Billin Badié :

La comédienne Adrienne Koutouan phénoménale !

C’est avec des fous rires, presque sans pause qu’Adrienne Koutouan a tenu en haleine une heure et demi durant ses fans venus nombreux pour ses 30 ans de carrière, le samedi 30 mars 2018, au palais de culture d’Abidjan.

La comédienne a aligné plusieurs sketchs inspirés de l’immigration, l’emploi des jeunes, les relations sociales entre les hommes, dans une ambiance humoristique.

A cette occasion, elle était accompagnée sur scène par ses pairs, au nombre desquels, Thérèze Gbazé, Decothey, Gbizié Zoumana, Adama Dahico, Oméga David, Zoumana…

La go Rosalie (personnage qu’elle a joué dans l’un des épisodes de la série satirique Faut pas fâcher), comme aime l’appeler ses fans, a, en présence de nombreux invités dont la diva Aïcha Koné, relevé le défi en jouant dans une salle comble, séduite par la satire et l’autodérision qu’on lui connaît.

Rappelons que ses 30 ans de carrière ont été marquées par de nombreuses prestations, interprétations et productions.

Elle détient plusieurs prix notamment celui de la meilleure actrice de Côte d’Ivoire en 1985, meilleure interprétation féminine au Festival de Namur en (Belgique) en 1998, meilleure interprétation féminine Festival M-Net à Johannesburg en 1999, meilleure comédienne Afrique et Afrique de l’ouest à Pabbah au Nigéria en 2002.

Adrienne Koutouan a aussi assuré des rôles avec maestria en tant qu’actrice dans plusieurs films dont « Sida dans la cité 1&2″, » Wariko » de Fadiga Kramo-Lanciné, « Caramel » de Henri Duparc, « Danger permanent », « Faut pas fâcher » et  » Dr Boris ».

Une riche carrière qui lui a valu la médaille d’officier de l’ordre du mérite ivoirien qui lui a été remise au cours de cette même soirée. Le public est réparti satisfait de ce spectacle phénoménal, organisé par la structure Wendy&Co.

Côte d’Ivoire: le président Ouattara fait arrêter un opposant en exil au Ghana

Alassane Ouattara a fait arrêter l’un de ses farouches opposants, Damana Adia Pickass, le lundi 25 mars dernier en fin de matinée, à Accra, au Ghana. Le vice-président chargé de la politique de la jeunesse et du service civique du Front populaire ivoirien -FPI-, a été mis aux arrêts par Interpol Ghana dans les locaux du service de l’immigration, où il s’était rendu pour des démarches administratives.

Finalement ce fut une garde à vue de 24 heures. Mais à l’heure où le journaliste écrit cet article, nous ne connaissions pas la fin de cette interpellation. Entre arrestation sur un autre territoire et non application d’une ordonnance, l’affaire Damana Adia Pickass dévoile la face obscure du gouvernement ivoirien. 

« Pickass s’était déjà rendu au service de l’immigration pour régulariser ses documents administratifs. Et donc, ce lundi, il y est revenu pour le retrait de ses papiers. Une fois dans les locaux, trois policiers ghanéens l’ont accosté en lui demandant de les suivre.

Il a tout de suite demandé les motifs de cette interpellation. Ils ont répondu qu’ils exécutaient un mandat d’arrêt international lancé contre lui par la Côte d’Ivoire. Pickass a rétorqué qu’il ne se sentait pas concerné.

Car, une ordonnance portant amnistie avait été prise par les autorités ivoiriennes, mettant ainsi fin aux poursuites contre les prisonniers politiques et les exilés, liés aux événements de la crise post-électorale de 2010-2011.

Les policiers ghanéens ont dit qu’ils n’étaient pas informés de cette mesure et l’ont arrêté », a confié un proche de la famille, joint par téléphone.

Une mobilisation pour sauver cet opposant politique ivoirien

Informés, les membres de la Coordination FPI en exil avec à leur tête, l’ancien ministre ivoirien du budget, Justin Katinan Koné, se sont rendus immédiatement sur les lieux.

Dans un premier temps, pour lui apporter l’assistance du parti, ensuite s’enquérir de la situation.

Depuis, des actions sont menées aux niveau des autorités ghanéennes et ivoiriennes, mais aussi, dans les médias et particulièrement sur les réseaux sociaux en vue de la libération de l’ex-leader de la JFPI.

Qui est Damana Adia Pickass ?

Rappelons que Damana Adia Pickass était vice-président au titre du FPI à la Commission électorale indépendante -Cei- , lors des élections présidentielles de 2010. Et à ce titre, il s’était opposé à la divulgation des résultats jugés « non consolidés » par le porte parole de l’institution Bamba Yacouba devant les média nationaux et internationaux.

Cette démarche violait, toujours selon lui, le mode opératoire de la Cei. Ce qui lui a valu l’exil et les poursuites du gouvernement ivoirien.

Une ordonance d’amnistie non appliquée

Dans un souci d’apaisement, le chef de l’Etat ivoirien, a pris le 6 août 2018, l’ordonnance (n°2018-669 du 6 août 2018) pour amnistier 800 personnes poursuivies et condamnées pour des infractions en lien avec la crise post-électorale de 2010 ou des infractions contre la sûreté de l’Etat commises après le 21 mai 2011.

Le ministre ivoirien de la Justice et des Droits de l’Homme, Sansan Kambilé était devant les députés de la Commission des affaires générales et institutionnelles -CAGI-, à l’hémicycle pour leur soumettre ce projet portant ratification de cette ordonnance.

Après des débats houleux, le projet de ratification de cette ordonnance d’amnistie a été voté à main levée.

Sur les 26 députés présents à la session, 19 ont ratifié le texte de loi. Les membres du groupe parlementaires Pdci-Rda, au nombre de 7, se sont abstenus.

Mais visiblement, les mesures d’application de cette loi, n’ont pas suivi. Car les pays où les mandats d’arrêt ont été envoyés, n’ont toujours pas de notification de l’annulation des poursuites.

Dans la tête du peuple congolais

«Dans la tête de Kabila», tel a été un des titres de couverture de l’hebdomadaire Jeune Afrique, consacrés à la RD Congo. Au fond, c’était une interrogation qui, aujourd’hui, a trouvé sa  réponse tragique : le tripatouillage du résultat des élections générales du 30 décembre dernier. Le but ultime étant de modifier la Constitution, le moment venu, en vue de l’instauration d’un scrutin indirect à un tour (présidentielle au niveau du parlement). Qu’en pense le peuple ?

Cette question de fond a été rarement exploitée, du fait que depuis cette épopée à rebours réalisée par Kabila, l’actualité en RD Congo reste confuse. C’est là la première preuve irréfutable que rien n’a changé, après les élections. D’où l’explication d’une situation qui appelle contradictions, chahuts et divisions. Avec tous les risques que cela puisse aboutir à l’éclatement de grands conflits armés. Des conflits qui sont déjà présents au Nord-Kivu et en Ituri, où coulent des rivières de sang, depuis plusieurs années. La métastase a atteint le Kasaï et le Kwilu.

Pendant ce temps, le peuple se tait. Pourtant, il sait tout. Il observe  la suite, depuis le 30 décembre 2018, date des élections. Il ne constate que contradictions sans issue : un ancien chef de l’Etat, Kabila, qui, aux yeux de tous, continue de se comporter en président de la République. Et, le nouveau président, Tshisekedi, qui, aux yeux de tous, agit en sous-traitant. La libération des prisonniers ? Le changement intervenu à la tête de l’ANR (service des renseignements) ? De l’enfumage destiné à donner le change, à faire croire à l’opinion qu’il y a eu alternance.

Les accords secrets

Faut-il plus pour affirmer, sans conteste, que tout ce que nous voyons se faire relève des accords secrets, dont tous les points ont été réglés comme du papier à musique ? Et le tout, sans doute, à l’avantage du dictateur, en contrepartie d’un titre honorifique pour Tsisekedi ? Si Kabila père est parvenu au pouvoir, au détour des accords signés à Lemera (Sud-Kivu), en 1997, avec le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi, il n’en sera pas de même avec ceux conclus entre Kabila fils et Tshisekedi fils.

Les raisons en sont simples. D’abord, les contextes sont tout à fait différents. Kabila père a bénéficié des circonstances favorables exceptionnelles : la détestation de Mobutu essentiellement par les Américains, et le désir ardent du peuple de connaître un nouveau régime politique. Enfin, la diminution physique de Mobutu, rongé par un cancer. Si, aujourd’hui, les Occidentaux ne manifestent pas ce qu’ils pensent réellement de Kabila fils, ils en sont moins ses soutiens, compte tenu de la montée du populisme en Europe, qui accuse le « système » d’exploiter l’Afrique. Ainsi donc, par substitution, Kabila fils se retrouve exactement à la case où était placé Mobutu avant sa chute.

Cette vérité n’appelle pas d’être grand clerc pour la mettre en lumière. Le peuple en sait quelque chose. Au fait, les succès incontestables que le leader de la coalition Lamuka, Martin Fayulu, vient de récolter, à travers ses tournées, aussi bien au pays qu’à l’étranger, ne traduisent-ils pas une autre version de la « vérité des unes » ?  La circonstance a créé, en tout cas, ce que l’on appelle la « rencontre d’un homme et d’un peuple ». Comme ce fut le cas de Lumumba et, dernièrement, celui de feu Etienne Tshisekedi.

Quoi qu’il en soit, un quarteron de Congolais, par fanatisme et solidarités négatives, continue de penser que le résultat des urnes, sanctionné par la Cour Constitutionnelle, et dont le corollaire a été l’investiture de Félix Tshisekedi comme président de la République, est irréversible. Certains observateurs non avertis, appuyant cette assertion, vont jusqu’à qualifier le peuple congolais d’amorphe, sur lequel il ne faut rien attendre pour renverser la vapeur. Ils poussent cet argument jusqu’à l’absurde, en démontrant l’ampleur de l’esprit servile du congolais, sous le règne du dictateur Mobutu pendant trente-quatre ans.

Ni amorphe ni servile

Or, en 1895, les colonisateurs belges sont surpris par la « Révolte des Batetela ». Quatre cents hommes de troupe se rebellent, en rupture avec leur hiérarchie militaire, pour venger l’exécution de leur chef, le célèbre Ngongo Lutete. Il en va de même de Simon Kimbangu (1887-1952).  Il crée, en 1921, un mouvement religieux qui fait peur aux Belges. Ils y voyent le ferment d’une révolte insidieuse. Arrêté, il est curieusement jugé par une cour martiale, qui le condamne à perpétuité. Mais ses adeptes, intrépides, défient toutes les mesures de répression. Ce mouvement est devenu, aujourd’hui, une grande église en RD Congo et dans certains pays voisins.  Lumumba, en clef de voûte, réclame l’« indépendance immédiate », face à la force brute du colon. Celui-ci lâche prise, le 30 juin 1960. Sans un seul coup de feu.

Qu’on ne s’y trompe pas, le peuple congolais n’est ni amorphe ni servile. Il est tout simplement patient. A travers l’histoire récente, il a démontré qu’il était autant réactif que résilient. Ceux qui connaissent l’âme de ce peuple le comparent volontiers aux habitants de Numance, une petite ville de l’Espagne antique qui résista durant vingt ans, au IIe siècle avant notre ère, face à la puissante armée de conquête romaine. Un phénomène inexplicable !

Les Congolais sont à intégrer dans ce lignage. Ils savent encaisser en attendant de réagir, le moment venu. En témoigne le « vote-révulsion » accordé au dauphin de Kabila, qui n’a récolté que 12 % des suffrages, en dépit de gros moyens mis à sa disposition. Le peuple sait donc qui il a voté entre Fayulu et Tshisekedi. Puisqu’il y a doute et suspicions sur la « vérité des urnes », il faut conclure que le processus d’élections n’est pas encore clos. La prochaine étape sur ce chemin de la démocratisation sera celle de la « révolte » spontanée et généralisée, à l’instar de celle qui se déroule actuellement en Algérie, sinon brutale comme celle, incendiaire, sur la prise de la Bastille, en 1789, en France.

Cette dernière hypothèse est la plus vraisemblable, à se fier aux messages de dégoût, sur les réseaux sociaux, livrés par le peuple à l’égard de Kabila et ses affidés. Mais pire, c’est  la demande des armes exprimée par des foules à Martin Fayulu, partout où il est passé, en vue de préparer la guerre contre les usurpateurs. A première vue, l’idée peut paraître saugrenue, mais, à l’analyse, elle traduit le fond de la pensée qui habite une large majorité des Congolais sur la situation postélectorale. C’est la première fois qu’on assiste à un tel ras-le-bol du peuple.

Le point culminant

« Dans la tête du  peuple berné », il se passe ce qui se passait dans la tête d’esclaves révoltés en Haïti, en 1791 : « en finir avec le maître ou mourir ». Après la résilience éprouvée comme celle des habitants de Numance (le calvaire à travers les régimes de Mobutu et des Kabila), ne suivra pour le peuple que l’exemple de la marche vers la « Bastille congolaise » : le régime honni de Kabila

En voici une bonne pétition de principe (affirmer ce qui reste à démontrer), diront les sceptiques ! Mais, c’est oublier quand un empire a atteint son point culminant, il doit chuter. C’est le cas de Kabila, dont le hold-up électoral de décembre 2018 constitue sa dernière astuce pour rester au pouvoir. C’est le point culminant. Il le sait fort bien. Son entourage aussi. Mais, « c’est un homme qui adore le pouvoir, qui ne sait qu’être dans le pouvoir, qui n’accepte pas en sortir, il va aller jusqu’au bout ». Réflexion faite par Kamel Daoud, écrivain algérien, pas à propos de Kabila, mais au sujet de Bouteflika (Ouest-France, 5 mars 2019).

Sur ce point, la comparaison entre les deux hommes est parfaite. Bouteflika, double malade physique (dont la sénilité) ; Kabila, malade mental, souffrant d’hybris (démesure ou orgueil). Dans la Grèce antique, l’hybris était considérée comme un crime, du fait qu’elle pouvait être à la base de « destructions massives ». Et donc condamnable.