Articles

Affaire Guillaume Soro, Ligne coupée entre Ouaga et Abidjan

[Par Armand IRE’]

Le vendredi 15 janvier 2016, le commissaire du gouvernement (procureur militaire) du Burkina-Faso émet un mandat d’arrêt international en l’encontre de Guillaume Kigbafori Soro président de l’Assemblée Nationale ivoirienne, ex-chef de la rébellion nordiste qui a endeuillé ce pays de l’Afrique de l’ouest durant une décennie. Que reprochent les autorités burkinabées à celui qu’on qualifie de très proche de l’ancien dictateur burkinabé Blaise Compaoré ? Retour sur une affaire d’écoutes téléphoniques qui brouille le réseau entre Ouagadougou et Abidjan.

Le général Gilbert Diendéré (source : lemonde.fr)

Le général Gilbert Diendéré (source : lemonde.fr)

17 septembre 2015, des bruits assourdissants de bottes résonnent à Ouagadougou, capitale du Burkina-Faso, petit état sans façade maritime de l’Afrique de l’Ouest. Des militaires du tout-puissant régiment de sécurité présidentiel- RSP- d’où est issu le premier ministre de la transition Isaac Zida, font irruption dans la salle du conseil des ministres et enlèvent plusieurs membres du gouvernement et le président de la République. Le coup d’Etat du général Gilbert Diendéré inamovible patron de cette unité sous Blaise Compaoré (et mis sur la touche par les autorités de la transition) vient d’être perpétré. Il durera quelques jours avant de s’achever lamentablement par la reddition du général félon et la mise au pas par une insurrection populaire appuyée par l’armée
Quelques jours après cet autre épisode sanglant de l’histoire du peuple du Faso, des écoutes téléphoniques sont mises en ligne par le journaliste français d’origine camerounaise Théophile Kouamouo et Matt Bouabré un cybernaute ivoirien vivant aux USA . Ces écoutes sont des conversations entre Soro Guillaume le président de l’Assemblée Nationale ivoirienne et Djibril Bassolé ancien ministre des affaires étrangères burkinabè et proche parmi les proches de Blaise Compaoré. Dans la conversation les deux hommes parlent du soutien à accorder aux putschistes que l’union africaine qualifie de terroristes. Soro Guillaume promet une aide financière à Djibril Bassolé pour faire régner la terreur dans le Burkina et desserrer ainsi l’étau autour du général Diendéré et de ses hommes encerclés par l’armée régulière alors qu’ils étaient retranchés à Kosyam, le palais présidentiel du pays des hommes intègres.

Djibril Bassolé (source : iciabidjan.com)

Djibril Bassolé (source : iciabidjan.com)

Après la publication de cette conversation, on assiste à ce qu’on a appelé la « putschtape » ou « l’affaire des écoutes téléphoniques ». Plusieurs enregistrements sont portés à la connaissance du grand public via les réseaux sociaux. On écoute avec ahurissement la conversation entre Soro Guillaume et le général Diendéré alors refugié à la nonciature apostolique de Ouaga.
Soro nie les enregistrements, son ex-ami Isaac Zida premier ministre de la transition et d’autres responsables burkinabés dont l’actuel président de l’Assemblée Nationale burkinabée les confirment. Ce dernier a vu sa tête mise à prix lors de l’entretien entre Soro Guillaume et Djibril Bassolé. Au cours de ce entretien de plus de dix minutes, le patron de l’ex-rébellion ivoirienne révèle avoir fait tué Ibrahim Coulibaly dit IB, le chef historique de cette rébellion et son rival pour le contrôle de celle-ci. Il fut tué après la prise du pouvoir d’Alassane Ouattara alors qu’il combattait aux côtés des français et de l’Onu pour mettre fin au pouvoir Gbagbo.

Soro Guillaume (source : ivoirebusiness.net)

Soro Guillaume (source : ivoirebusiness.net)

Autre aveu de Soro Guillaume le meurtre sur tir à bout portant de Désiré Tagro, ancien ministre de la justice de Laurent Gbagbo et son porte-parole au moment de la crise postélectorale. Malgré tout Soro Guillaume se débat tant bien que mal et l’affaire semble se tasser même si entre-temps les déboires judiciaires de Soro Guillaume à Paris la remettent au goût du jour. En effet, rattrapé par la plainte de Michel Gbagbo le fils ainé de Laurent Gbagbo qui l’accuse de l’avoir séquestré et emprisonné injustement à la chute de son père, Soro a été contraint de quitter Paris où planait sur sa tête un mandat d’amener que la juge Sabine Khéris, doyenne du tribunal de première instance de Paris, voulait coûte que coûte exécuter.
Le répit n’aura donc été pour l’enfant terrible de la politique ivoirienne que de courte durée. Le Burkina veut sa tête et Abidjan proteste mollement sans pour autant le déculpabiliser. Un communiqué de la présidence ivoirienne estime que le mandat d’arrêt à l’encontre de Soro Guillaume s’est fait «… au mépris des règles et des us et coutumes en la matière… » et que cela doit se « …régler par la voie diplomatique et dans le respect des accords qui lient les deux pays afin d’éviter tout différend entre les deux états… ». A coup sûr le processus de criminalisation du chef de l’ex- rébellion nordiste ivoirienne est enclenché et nul ne sera étonné de voir dans les temps à venir la CPI lever l’écrou sur les mandats d’arrêts en l’encontre du camp Ouattara, mandat d’arrêt ou figurerait en première place le nom de Soro Kigbafori Guillaume.

 

 

Afrique : le Burkina ouvre le bal…

[Par Jean-Jules LEMA LANDU]

Pour Blaise Compaoré, le glas a sonné le 31 octobre 2014, à midi. C’était le jour fatidique qui a vu se briser le socle de son règne, long de 27 ans, sous la pression de la rue. Était-ce également l’heure indiquée dans le cadran de l’Histoire pour marquer le début d’une nouvelle ère en Afrique, où les Constitutions, en carton-pâte, peuvent être amendées ? A tout-va ? Le « cas du Burkina Faso » ferait-il tache d’huile ?

Blaise Compaore (source : npa2009.org)

Blaise Compaore (source : npa2009.org)

Dans les bribes de leurs réponses, qui transparaissent çà et là à travers les médias africains, on sent l’embarras des commentateurs. La chute de Compaoré est comparable à la fois au fracas du déracinement d’un baobab, et au bruit, à peine audible, du brisement d’un roseau. En fait, deux réalités aux antipodes l’une de l’autre. Car, comme Janus (dieu grec), l’homme d’Etat avait deux faces. Ce qui place toute analyse devant un « défi de la complexité ».

Pour tenter de dégager sa personnalité, comme cachée dans un filon, et donner corps au jugement de faits, Cyril Bensimon (Le Monde, 26 novembre) écrivait : « Compaoré a su endosser le treillis du déstabilisateur, puis le costume du faiseur de paix ».

En fait, c’est lui qui était à l’origine de l’accord de base pour attaquer le Liberia, puis la Sierra Leone, situation ayant entraîné un conflit qui a duré plusieurs années, sur fond de « diamants de sang ». Mais c’est également lui qui, par surcroît de malice, sera bardé de médailles de vertu pour avoir joué les bons médiateurs dans les conflits togolais, guinéen et ivoirien. Ce qui lui avait valu, encore une fois, d’être promu médiateur dans le conflit malien. A cet égard, qu’était-il, ce Compaoré ? Un grand ou un petit chef d’Etat ?

Devant une telle confusion de genre, la chute du « Beau Blaise », comme l’avaient surnommé ses admirateurs, ne peut que laisser perplexe. Surtout sur le plan continental. Car si, au niveau local, la transition semble avoir dépassé le seuil des passions pour s’acheminer vers une sortie de « crise de rupture », il n’en est pas de même pour l’opinion africaine. Qui regarde et s’interroge.

Une dizaine de pays sont séduits par le chant des sirènes d’une modification de Constitution. La République démocratique du Congo, le Congo-Brazzaville, le Rwanda, le Burundi et le Togo sont aux premières loges. En ces pays, les partis d’opposition, la société civile et la jeunesse sont déjà sur le gril.

(Source : jeuneafrique.com)

(Source : jeuneafrique.com)

Depuis, l’anxiété est contagieuse. Les chefs d’Etat en souffrent. Sans contexte. Ce qui a inspiré à l’hebdomadaire « Jeune Afrique » ce titre truculent : « Brazza n’est pas Ouaga ». Comme pour dire que le régime du Congo-Brazza n’a cure de ce qui se passe au Burkina. Au Rwanda, on n’y est pas allé par quatre chemins : « On n’a pas besoin de démocratie « made in France » ». Allusion faite à la récente déclaration de François Hollande au sommet de la Francophonie à Dakar qui jetait l’anathème sur l’amendement de Constitutions.

Déjà, et quoi qu’on en dise, le cas du Burkina permet de lire, en filigrane, le début d’une nouvelle ère en Afrique. Il en sera sans doute un marqueur.

 

 

RDC : Quand les esprits de « Ouagadougou » hantent Kinshasa

[Par Jean MATI] 

Ce fut l’actu de la semaine dans les réseaux sociaux. Les événements survenus au Burkina Faso n’ont laissé personne indifférent, même au Congo-Kinshasa. D’ailleurs là-bas, ce cours d’Histoire avait une signification d’autant plus grande que l’élément déclencheur de la révolution Burkinabè ressemble à la situation congolaise : un projet de loi modifiant la Constitution pouvant permettre un nombre illimité de mandats présidentiels.


Le soulèvement qui a poussé le président Blaise Compaoré (27 ans au pouvoir) à rendre le tablier a été vécue avec joie par de nombreux Africains optant pour l’alternance. Cependant en RDC, deux faits majeurs se sont joints à ladite circonstance. D’abord, le photomontage mis sur internet montrant un homme qui tient une pancarte en mains sur laquelle on pouvait lire : «Blaise Compaoré dégage si tu veux un 3ème mandat va au Congo-Kinshasa. Là où les peuples sont des idiots manipulés par les pasteurs et la musique. Pas ici. Nous sommes un peuple fort ».
Analysons bien ce message. Y-a-t-il du vrai dedans ? Un peu de vrai. Globalement, à travers cette démarche, l’auteur de ce trucage voudrait dénoncer la passivité de l’Homme congolais quant à son implication dans les prises de décision de son pays. Disons, une auto-prise en charge et une conscience collective pouvant amener au changement radical. Depuis plusieurs années, on reproche au Congolais son désintérêt pour la chose politique au profit d’autres activités : musique, sport et religions, par exemple.
Ce trucage marque bien la similarité avec la situation politique en RDC où une guerre silencieuse règne depuis peu entre les chantres du pouvoir (favorables à la modification de la Constitution) et une partie de l’opposition, fragilisée par la corruption, qui malgré tout défend l’article 220 interdisant toute modification de la Constitution. Dans cette bataille, comme on peut bien le remarquer, la majorité des Congolais reste silencieuse, et parfois se fout même de ces débats politiques. N’est-elle pas concernée ? Dieu seul le sait…
Toutefois, ce photomontage a produit l’effet d’une bombe. Et bien qu’il soit difficile de l’accepter, il détient malgré tout une part de vérité, même si l’auteur du trucage a commis une grosse bourde en écrivant par exemple : « Blaise Compaoré dégage si tu veux un 3ème mandat » – Non, ça c’est une faute. Le tout-puissant Blaise en voulait un cinquième. Peut-être ce message était-il destiné à quelqu’un d’autre, par exemple au président de la RDC Joseph Kabila, qui rêve de briguer un troisième mandat.
Ensuite, nous voulons croire que ce n’est pas à cause de ce trucage que la RTNC (Radio-Télévision nationale congolaise), le 30 octobre 2014, n’a pas évoqué, dans son édition du journal télévisé, ce qui s’est passé au Burkina Faso. Etait-ce un événement de si faible envergure, pour que nos confrères n’y accordent pas d’importance ou de signification ? Pourquoi une telle censure ? Le gouvernement de Kinshasa, qui a la main-mise sur la RTNC depuis quelques années, n’a-t-il pas donné l’ordre d’interdire toute diffusion montrant les manifestations de Ouagadougou ? Cette longue série de questionnements restera sans réponses précises. Par ailleurs, on soutiendrait que « mieux valait prévenir que guérir ». Il fallait éviter une réaction en chaîne.

Blaise Compaoré : Game over

[Par Armand IRE’]

Il a fallu attendre 27 ans pour que l’auteur de l’un des putschs des plus sanglants que l’Afrique ait subi passe à la trappe de l’histoire. La rue burkinabé a eu raison du plus grand déstabilisateur de la région ouest africaine. Vendredi 31 octobre 2014, jour historique pour l’Afrique de l’ouest. Sommes-nous cependant sortis de l’auberge ?

Alassane Ouattara et Blaise Compaoré (source : http://news.abidjan.net/)

Alassane Ouattara et Blaise Compaoré (source : http://news.abidjan.net/)

C’est à Yamoussoukro district, capitale dans le centre ivoirien, région natale de son épouse Chantal que Blaise Compaoré après moult péripéties a posé ses valises après son départ du pouvoir. Officiellement, il a démissionné, mais nous savons qu’il a été contraint au départ par le peuple burkinabé qui est massivement sorti pour barrer la route à la modification de l’article 37 de la constitution de ce pays, modification qui devait permettre à l’ex-homme fort d’Ouaga de briguer un énième mandat présidentiel. Celui qui a soutenu le viol de la constitution ivoirienne pour permettre l’installation de son « protégé » au palais d’Abidjan n’a pas réussi à berner à nouveau ses compatriotes.

 

Pays en coupe réglée

Thomas Isidore Sankara (source : lefaso.net)

Thomas Isidore Sankara (source : lefaso.net)

Le « Beau Blaise » comme on l’appelle dans le milieu politique et diplomatique n’est pas monté sur le tapis rouge de manière décente. En octobre 1987, il est l’auteur d’un coup d’état qui emporte son meilleur ami et président de la république du Faso, l’inégalable et inoubliable capitaine Thomas Isidore Sankara. Compaoré poursuivra sa purge en envoyant au poteau pour fusillade ses compagnons Jean-Baptiste Lingani et Henri Zongo. Seul désormais aux commandes il accapare son pays qui constitue la base arrière de toutes les rebellions ouest-africaines. L’homme des basses besognes de la communauté internationale dans la région c’est lui, le pyromane-pompier qui déstabilise et devient ensuite médiateur. L’armée burkinabée est à ses pieds et les contestataires se retrouvent au cimetière avec l’aide de son cadet François Compaoré dont on aurait retrouvé des restes humains dans sa résidence lors de la chute du régime de son frère.

Norbert Zongo (source : rfi.fr)

Norbert Zongo (source : rfi.fr)

Les opposants et journalistes envoyés ad-patres, le Burkina en compte un bon nombre. Le plus célèbre est le journaliste Norbert Zongo qui a osé enquêter sur la famille Compaoré suite au meurtre inexpliqué de David Ouédraogo le chauffeur de François Compaoré. Le journaliste a été brûlé vif dans sa voiture en compagnie de trois de ses compagnons à quelques kilomètres de Ouagadougou. Les coupables n’ont jamais été inquiétés.

 

 

Parti… mais trop proche

Allassane Dramane Ouattara (source : abidjan.net)

Allassane Dramane Ouattara (source : abidjan.net)

Blaise Compaoré a quitté le Burkina-Faso, mais se trouve à un vol d’oiseau de la capitale burkinabée d’où il est parti avec 27 véhicules. Il a trouvé refuge chez quelqu’un qui lui doit beaucoup, Allassane Dramane Ouattara, l’actuel homme fort d’Abidjan. A Ouagadougou, la transition est chaotique, les proclamations, déclarations et autoproclamations se succèdent. Nul ne sait qui dirige véritablement le pays aujourd’hui. Des militaires fidèles à Compaoré ont pris les commandes de l’état sous la grogne de l’opposition. L’armée burkinabée est en train de voler la révolution du peuple au grand dam de l’union africaine qui somme les militaires de remettre sans conditions le pouvoir aux civils. Alors que plusieurs ivoiriens grognent et demandent le départ de Blaise Compaoré du pays et sa remise à la CPI pour son rôle supposé dans la crise ivoirienne, le nouveau locataire du « Giscardium » de la « villa des hôtes » de Yamoussoukro pense sans doute à tous ceux dont il a été le bras séculier pour de basses besognes et qui l’ont tous lâché aujourd’hui.
Rideau sur un éternel putschiste.

 

Paul Biya, la Suisse est-elle prête à l’accueillir ?

[Par René DASSIE’]

Blaise Compaore (source : afriquekibare.mondoblog.org)

Blaise Compaoré (source : afriquekibare.mondoblog.org)

Annoncé au Togo, Blaise Compaoré, ci-devant président du Burkina-Faso, a finalement trouvé en Côte d’Ivoire, une telle d’exil. Il s’agit d’un pays qu’il connait bien : il a été médiateur dans la crise qui a secoué ce pays frontalier du sien, dès la tentative de coup d’Etat contre Laurent Gbagbo, en septembre 2002. Lors de la crise postélectorale de 2010, il sera désigné dans le panel des médiateurs de l’Union africaine, aux côtés des présidents d’Afrique du Sud, Jacob Zuma, de la Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz, de la Tanzanie, Jakaya Kikwete et du Tchad, Idriss Deby Itno. Et ce, malgré l’opposition de l’Alliance des jeunes patriotes, mouvement populaire ultranationaliste pro-Gbagbo, dirigé par l’activiste Charles Blé Goudé, aujourd’hui en jugement à la Cour pénale internationale de La Haye, pour son rôle présumé dans les violences qui ont fait plus de 3000 morts dans le pays il y a quatre ans.
Exil donc en terre africaine, pour Blaise Compaoré, souvent présenté comme l’allié des occidentaux en Afrique de l’Ouest. A aucun moment depuis sa démission vendredi, il n’a été question pour lui de prendre le chemin de l’Europe.

Idi Amin Dada

Idi Amin Dada

C’est d’ailleurs, sauf erreur, une constante. Les dirigeants déchus d’Afrique ne vont pas couler leur retraite forcée en Europe. Après avoir fui la capitale Kampala en avril 1979, Idi Amin Dada, l’ancien maître de l’Ouganda dont le « règne » fit plusieurs dizaines de milliers de victimes passa par la Lybie de Kadhafi avant de trouver un point de chute à Djeddah, en Arabie Saoudite. Il y vécu jusqu’à sa mort, le 16 août 2003. Bien que peu pratiquant, il était musulman et avait favorisé ses coreligionnaires pendant son règne. D’où, sans doute, l’intérêt que lui portait la Libye et l’Arabie Saoudite. C’est également à Djeddah que s’est réfugié l’ancien président tunisien, Ben Ali, en 2011.
Déposé en Ethiopie le 28 mai 1991, le sanguinaire Mengistu Haile Mariam, surnommé le « Négus rouge » demanda et obtint l’asile chez son ami Robert Mugabé, président du Zimbabwe.
Au Congo ex-Zaïre, Mobutu, très affaibli par la maladie, fut tenté par l’Europe, lors de sa fuite en 1997. Il alla en France, puis en Suisse. C’est finalement au Maroc qu’il passa ses derniers jours, puisqu’il y mourut en septembre 1997.

Jean Bedel Bokassa et Charles De Gaulle (gettyimages.com)

Jean Bedel Bokassa et Charles De Gaulle (gettyimages.com)

Même Jean-Bedel Bokassa revint finalement en Afrique. Chassé du pouvoir le 20 septembre 1979, l’ancien empereur autoproclamé put bien s’installer dans la France de De Gaulle, qu’il appelait « papa ». Cependant, il ne supporta pas l’exil dans ce pays, puisqu’il revient de son propre chef à Bangui sept ans plus tard, pour y être jugé. Condamné, puis amnistié, il mourut en 1993, d’une crise cardiaque. François Bozizé autre homme fort centrafricain serait toujours au Cameroun. Ange-Félix Patassé qu’il avait chassé du pouvoir en mars 2003 est décédé à Douala au Cameroun, le 5 avril 2011. Le démissionnaire Michel Djotodia qui avait renversé Bozizé s’est installé au Bénin.

Qu’en sera-t-il de Paul Biya, dont le pouvoir visiblement chancèle ? On sait qu’en Afrique, le président camerounais n’a pas d’amis parmi les autres dirigeants du continent. Il lui sera donc extrêmement difficile d’y trouver asile. La Suisse où il aura passé une bonne partie de sa vie pourrait-elle l’accueillir si jamais il était forcé de partir ? Rien n’est sûr.

Simonetta Sommaruga au Cameroun (source : 237online.com)

Simonetta Sommaruga au Cameroun (source : 237online.com)

Fin septembre, la visite de travail de la conseillère fédérale suisse Simonetta Sommaruga au Cameroun avait suscité quelques interrogations. Plusieurs sites avaient en effet annoncé à cette occasion la signature entre les deux pays, d’un accord sur la suppression réciproque de l’obligation de visa pour les titulaires d’un passeport diplomatique ou de service. Certaines observateurs comme Patrice Nouma, activiste camerounais installé aux Etats-Unis avaient interprété cela comme une probable préparation de la fuite vers la Suisse, du clan Biya. Cependant, comme on le sait, les Etats n’ont que des intérêts. Et en général, les accords signés lorsqu’on est au pouvoir n’engagent plus les autres parties, une fois qu’on perd le pouvoir.