Articles

Chronicles from Egypt 3/4 – Searching for Justice

“Everyone has the right to life, liberty and security of person” the Universal Declaration of Human Rights (1948), Art. 3 recites.

This appears not to be the case in today’s Egypt, where reinforced security measures have increasingly been constricting Egyptian citizens’ life, liberty and security in the last years.

The government’s reaction to the wave of protests on September 20th, 2019 does not but confirm the presence of a policy of total repression under President Abdel Fattah al-Sisi’s rule.

Equally, the measures adopted to prevent any popular mobilization on the occasion of the anniversary of the Egyptian Revolution on January 25th, 2020 is highly indicative of the imposition of a state of total fear in the country.

A closer look into some everyday life stories of Egyptians cannot leave us indifferent.

Rather, it signals a worrying oppression leading to a deterioration, if not complete neglect, of human rights under what Project on the Middle East Democracy (POMED)’s Deputy Director for Policy, Andrew Miller, has called “the most repressive government in modern Egyptian history”.

Among the several stories that could clearly illustrate this scenario, we chose to present in a series of episodes the example of Hossam, who prefers to remain anonymous for security reasons. His vicissitudes since September 2019 stimulate a number of reflections on the current situation in a country that strongly prioritizes its national security but where citizens can hardly feel secure.

Episode 3 – Searching for justice: lawyers and human rights organizations at work

Let us go back to the tense moments following Hossam’s disappearance.

Suddenly, his family and friends found themselves into an unprecedented situation that required careful consideration. What were the best steps to take? Which were the most suitable people to reach out? Which organizations could help following his case? Who could be trusted?

With all these questions in mind and no time to waste, Hossam’s beloved ones quickly mobilized in his desperate search.

In reason of the distressing events of those days, major local human rights organizations were extremely responsive. Their Facebook pages were filled with documents explaining the most recommended procedures. Similar information were circulating through WhatsApp accompanied with phone numbers of trustworthy lawyers. A network of knowledgeable people were mobilizing to offer as much help as possible. Despite the unfavorable context, people falling into the unfortunate possibility of knowing anyone victim of enforced disappearance were not alone.

Few days after going to the local police station, Hossam’s family received the confirmation of what they had suspected from the very beginning. Hossam’s name appeared in the official list of people taken by the National Security near Tahrir Square on Saturday.

From that moment, the regular life of a tranquil family living in the Cairo countryside was turned ups and down. They had no choice but to start reach out lawyers, human rights organizations, local authorities in an attempt to bring Hossam safe back home.

Ahlam Almuetaqala (Dreams of the Detainee) Créateur: Inji Efflatoun Lieu: Egypt

The Egyptian fight against terrorism in court

After Al-Sisi takeover in 2013, fighting terrorism has represented the focal point in the official state discourse, progressively used after 2015 and further reinforced after last September protests. A comparative observation of the most recurrent charges suggests the arbitrary nature of legal justifications for the most recent detentions.

In addition to the accusation of “joining terrorist groups”, the charges of “spreading false news”, “misuse of social media” and “undermining national security” are persistently used. Under these very broad statements, it is evident that anyone could easily fall into the category of people to detain, as it was the case for Hossam.

As reported by Amnesty international in the weeks following the outbreak of protests, “The protesters and those arrested –who all face terrorism-related charges- have an extremely diverse range of age, socio-economic, gender and religious backgrounds, including non-political backgrounds”.

Human rights organizations have been pursuing several paths to review the penal code in order to bring more clarity to the reasons for detention in Egypt.

On December 14th and 15th, the National Council for Human Rights (NCHR) called for “the need to update and activate amendments”, especially with regards to pre-trial detention, but in vain. Rather, during the first months of 2020, the government proposed new legislative amendments to further toughen what human rights groups call the “draconian” 2015 anti-terrorism law. In fact, On February 10th, Egyptian parliament approved amendments to the anti-terrorism law, broadening the definition of terrorist activities and terrorist financing as well as imposing harsher sentences for terrorism-related crimes.

Lawyers and human rights organization at work: a strenuous struggle

In a country where the rule of law seems a mere abstraction, lawyers and human rights organizations could naturally be deluded. Nonetheless, many believers in the need for justice do not give up.

Remarkably, the weeks following the wave of arrests saw a well-orchestrated coordination of lawyers, human rights organizations, journalists, academics and activists denouncing that reality.

Numerous statements bringing light to the alarming application of law in Egypt were released. In October, NCHR called the last wave of arrest of people on the street unconstitutional. As a reaction, security forces mobilized all media outlets to criticize the council and his President, Mohamed Fayek, declaring that “he lacks knowledge of his own country’s laws”.

Although recurring to legal instruments to bring justice has proved to be extremely challenging, several lawyers continued their valorous struggle.

They were incessantly monitoring the situation, releasing essential information and taking action. Most importantly, they have put themselves at complete disposal of the community in need, sacrificing vital hours of sleep and any kind of personal life. A look into the Twitter and Facebook accounts of major lawyers reveals weeks of uninterrupted work, with posts published every hour, day and night.

Not only has that urgent scenario put a serious strain on lawyers’ psychological health, but it has also implied dangers for their safety.

Generally, an Egyptian lawyer defending sensitive causes can put his or her own life at risk. Remarkably, Ibrahim Metlawy, a lawyer working on the case of Italian PhD student Giulio Regeni murdered in Egypt during his field research, was arrested, detained and tortured in September 2017.

Last September scenario further proved the current criminalization of human rights. Not only detention and torture, but also harassment and threats are recurrently adopted to discourage this activity. Among others, Human right lawyer and executive director of the Arabic Network for Human Rights Information (ANHRI) Gamal Eid was assaulted by a dozen of armed men who he suspected were police officers as reported by BBC on December 30th, 2019.

Gamal Eid posted a picture of himself covered in paint after the alleged attack-BBC

In their report “Human rights behind bars in Egypt”, EuroMed Rights monitors current human right defenders at risk showing the innumerous faces of those who have been targeted. In addition to detention, the Egyptian state frequently recurs to police probation, travel ban, asset freeze.

Lawyers and human rights defenders represent a vital component of the Egyptian community in search for justice. With their knowledge, strenuous work and unstoppable commitment, they have been assisting thousands of people in their journey through detention, while putting themselves at risk.

However, people’s confidence in the power of law to bring justice in cases of arbitrary detention has been challenged to the point of exhaustion. Without doubt, what remains in the mind of victims of injustice is the need of change while continuing “wrestling with the darkness” (نصارع الظلام) as framed by Egyptian revolutionary musician and poet Ali Talibab.

Autres articles

EGYPTE – La dictature s’attaque aux familles des prisonniers

C’est l’histoire d’une famille qui se bat pour communiquer avec Alaa Abd El Fattah, militant emprisonné dans les geoles égyptiennes. Seif, sa soeur, a été enlevée par des forces de sécurité en civil devant le bureau du procureur général dans le quartier de Rehab au Caire ce mardi 23 juin 2020. Seif était venue déposer plainte en tant que victime d’un attentat et d’un vol qualifié survenu la veille devant le complexe pénitentiaire de Tora.

Le complexe pénitentiaire de Tora, de sinistre réputation, continue de broyer des citoyens égyptiens. Enfermés pour un rien, l’enfer des prisons égyptiennes est une série proposée par l’Oeil de la MDJ. 

Mardi, Sanaa est arrivée devant le bureau du procureur général vers 14 heures. Des agents de sécurité en civil l’ont arrêtée, elle et son avocat, à la porte de l’immeuble et lui ont demandé sa carte d’identité nationale.


Depuis le 12 mars, tous les prisonniers en Égypte ont vu leur famille et leurs avocats suspendus en raison de restrictions liées aux coronavirus.


Une fois son identité établie, ils ont repoussé son avocat et ont forcé Sanaa à monter dans un microbus banalisé et sont partis, suivis de trois voitures banalisées. Elle est apparue une heure et demie plus tard au parquet, selon son avocat, Khaled Ali. On ne sait toujours pas quelles charges sont retenues.

Sanaa, sa mère Laila Soueif, et sa sœur Mona Seif, s’étaient rendues au bureau du procureur général en compagnie de leurs avocats pour déposer une plainte concernant l’attaque de lundi à l’extérieur de Tora.

Les trois femmes se rendaient à Tora tous les jours depuis plusieurs jours afin de recevoir une lettre d’Alaa que les responsables de la prison avaient promis de leur transmettre.

Depuis le 12 mars, tous les prisonniers en Égypte ont vu leur famille et leurs avocats suspendus en raison de restrictions liées aux coronavirus.

Mais ces dernières semaines, la communication par lettre a été autorisée – mais pas pour Alaa, qui n’a reçu que deux correspondances en trois mois:

  • Une brève note le 18 mai informant sa famille qu’il mettait fin à une grève de la faim qu’il avait lancée après son et d’autres prévenus n’ont pas pu assister aux audiences de renouvellement de la détention.
  • L’autre, un message tout aussi court le 6 juin.

Pendant plusieurs jours avant l’agression, les autorités pénitentiaires ont promi qu’une lettre serait livrée. Chaque jour, Laila Soueif revenait aux portes de la prison et aucune lettre n’apparaissait. Samedi, après avoir été retirée de force de la zone d’attente habituelle, Laila a décidé qu’elle ne rentrerait pas chez elle et dormirait devant les portes de la prison.

Dimanche soir, ses filles Mona et Sanaa l’ont rejoint. Elles ont toutes dormi sur le trottoir à l’extérieur de la prison, puis à l’aube ont été attaqués par un groupe de femmes en civil.

Elles les ont battues avec des bâtons, les ont traînées par les cheveux et ont volées leurs affaires à la vue des agents de sécurité se tenant devant la prison. La famille a ensuite publié en ligne des photos montrant de graves ecchymoses sur le corps de Sanaa. Ils surveillaient de près les signes de commotion cérébrale.

« La seule raison pour laquelle Sanaa est venue avec nous aujourd’hui, c’est que les procureurs voient les ecchymoses sur son corps, comme preuve de l’attaque d’hier », a déclaré Mona.

«Le procureur connaît les menaces et les abus auxquels Alaa et notre famille ont été confrontés… Au lieu de la recevoir en tant que victime de coups et d’agressions perpétrés sous la direction du ministère de l’Intérieur et de la sécurité de l’État, et de documenter ses blessures, le procureur est complice de la remettre aux services responsables des violences dont elle fait l’objet » a déclaré Mona dans un flux en direct environ une heure après l’enlèvement.

«Rappelez-vous, Sanaa a été battue, y compris avec un bâton, traînée par terre, volée et agressée verbalement en plein air, devant les forces de sécurité à la prison de Tora hier. Imaginez le danger dans lequel elle se trouve actuellement », a déclaré Mona.

« Et imaginez le danger qu’Alaa et les autres prisonniers dont nous ne savons rien se trouvent également. Ma mère et moi ne quitterons pas le bureau du procureur avant que Sanaa ne soit amenée ici. »

Alaa Abd El Fattah est l’un des militants et des penseurs politiques les plus connus d’Égypte, bien qu’il ait été emprisonné pendant la grande majorité des années depuis l’arrivée au pouvoir d’Abdel Fattah el Sisi.

Il fait partie des milliers d’Égyptiens actuellement en détention provisoire. Il a été arrêté en septembre 2019, dans le cadre de la «vague d’arrestations de septembre » à la suite de petites manifestations provoquées par le dénonciateur, Mohamed Ali.

Données sur le nombre de détenus par la Commission Egyptienne pour les Droits et les Libertés - The Egyptian Commission for Rights and Freedoms © ECRF

Autres articles

EGYPTE – Episode 2 – Au-delà des privations de liberté

« Tout individu a le droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne », la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (1948), Art. 3 déclame.

Ce n’est pas le cas actuellement en Egypte où les mesures renforcées de sécurité ont de plus en plus restreint la vie publique, la liberté et la sûreté des citoyens égyptiens dans les années passées.

La réaction du gouvernement à la vague de protestation le 20 septembre 2019 confirme qu’il y a une politique de répression totale sous la présidence d’Abdel Fattah al-Sisi. Également, les mesures adoptées pour empêcher toute mobilisation populaire à l’occasion de l’anniversaire de la Révolution égyptienne le 25 janvier 2020, révèlent la normalisation d’un état de peur totale dans le pays.

Un regard plus attentif sur les histoires de vie quotidienne des égyptiens ne peut pas nous laisser indifférents. Plutôt, il signale une oppression préoccupante menant à la détérioration, si non négligence totale, des droits de l’homme sous l’autorité du Directeur Adjoint des politiques dans le cadre du Project sur la Démocratie du Moyen Orient (Project on the Middle East Democracy – POMED) a appelé «le gouvernement le plus répressif dans l’histoire égyptienne moderne».

Parmi les histoires qui peuvent clairement illustrer cette situation, nous choisissons de présenter dans une série d’épisodes l’exemple d’Hossam, qui préfère rester anonyme pour des raisons de sécurité.

Ses vicissitudes depuis septembre 2019 stimulent plusieurs réflexions sur la situation actuelle dans un pays qui donne la priorité à la sécurité nationale mais où les citoyens arrivent difficilement à se sentir en sûreté.

Torture systématique et abus dans les prisons égyptiennes

Depuis la présidence d’Abdel Fattah el-Sisi, tout le monde sait que la répression d’activistes, bloggeurs, journalistes et chercheurs a atteint un pic alarmant.

C’est devenu une pratique commune, celle de réduire au silence l’opposition grâce à la disparition forcée, l’assaut et la détention des gens qui défient le discours officiel de l’Etat.

Sauver des détenus égyptiens

Dans son reportage biannuel sur la détention en Egypte, le Detention Watch Project a compté :

  • 932 disparitions forcées
  • 638 détentions arbitraires
  • 320 meurtres équivoques dans la première moitié de l’année 2019

En décembre 2019, l’Institut International de la Presse a comptabilisé 61 journalistes emprisonnés dont 25 arrêtés entre ctobre et décembre.

© CPJ – Statistiques des journalistes attaqués en Egypte depuis 1992

En plus, les protestations de septembre ont provoqué une intensification ultérieure de répression gouvernementale. La campagne lancée sur Twitter en novembre 2019 avec l’hashtag #SaveEgyptianDetainees confirme une augmentation déplorable des détentions arbitraires.

Comme dans le cas d’Hossam, plusieurs personnes ont été enlevées dans la rue, environ 4321 détenus entre le 20 septembre et le 21 octobre 2019, selon la Commission Égyptienne pour les Droits et les Libertés (The Egyptian Commission for Rights and Freedoms – ECFR).

Données sur le nombre de détenus par la Commission Egyptienne pour les Droits et les Libertés - The Egyptian Commission for Rights and Freedoms © ECRF

Pendant celle période, des milliers de citoyens ont fait l’expérience d’une détention.

Après une période exténuante d’attente (peu d’informations et beaucoup d’incertitudes extrêmes), quelques détenus ont été progressivement libérés. Comme une journaliste du Wall Street Journal basée au Caire, Amira el-Fekki, l’a expliqué le 4 décembre 2019: «Pendant que les autorités égyptiennes ont continué à libérer centaines de détenus depuis les événements du 20 septembre, les rétracteurs du gouvernement sont ténus en prison sous des vagues accusations».

La menace de la détention a pris sa forme extrême, menant à une conscience diffusée de la prédominance de «Dhulm», injustice, dans l’actuel Etat égyptien.

La torture systématique dans les prisons égyptiennes. Si «Dhulm» est une pensée récurrente dans la tête de milliers d’égyptiens, le mot «Ta’azib», torture, est également devenu très important dans le vocabulaire égyptien arabe.

En Egypte, la détention ne se limite pas à la privation de la liberté. Depuis les années du Président Gamal Abdel Nasser, les prisons ont été associées avec maltraitements, abuses et, surtout, torture.

Encore, sous la présidence d’Abdel Fattah el-Sisi, les méthodes des forces de sécurité de l’Etat semblent devenir exponentiellement brutales. «C’est juste, mais dépassé. Les prisons aujourd’hui sont beaucoup pire que ça», un activiste égyptien qui vit à l’étranger a exclamé.

Il était à la projection d’un film inspiré par des événements réels sur la torture en Egypte titré «el Hatk» (L’assaut), réalisé par Mohamed el Bahrawi.

El HATK movie screening, Montreal Feb 9

Venez assister à la projection du tout nouveau film égyptien El Hatk au cinéma du Parc de Montréal le dimanche 09 février 2020 à 15h00.Un film indépendant qui raconte les sévères conditions que les égyptiens et le printemps arabe vivent.Le film est produit par Les Films de la Mer et réalisé par M. Mohamed El Bahraoui.Les billets sont disponibles en ligne au coût de 10$ .https://omniwebticketing.com/cinemaduparc/?schdate=2020-02-09&perfix=47644

Publiée par Egyptian Canadian Coalition for Democracy sur Jeudi 23 janvier 2020

Cette perception de l’augmentation de brutalité dans les pratiques adoptées pour silencer l’opposition est confirmée aussi par des études officielles réalisées par des organisations internationales.

En juin 2017, le Comite ONU contre la Torture a affirmé que la situation actuelle mène à «la conclusion incontestable que la torture est une pratique systématique en Egypte».

Les nombreux témoignages des ex prisonniers également envoient un message alarmant. Dans l’article «Thinking with Alaa» apparu dans le journal indépendant en ligne Mada Masr, le célèbre activiste des droits de l’homme Alaa Abdel Fattah a commencé à dénoncer ouvertement les conditions déplorables des prisons depuis sa dernière détention en prison.

Outre la durabilité inévitable de la torture, pendant son emprisonnement on lui a nié tout besoin fondamental y compris l’accès aux matériels de lecture, à la lumière naturelle et à l’eau propre.

Pendant que le gouvernement a récemment tenté de montrer une image positive des prisons égyptiennes en organisant des visites pré-programmées pour des journalistes et des officiers, comme la visite ouverte à la prison de Tora en novembre 2019, une recherche indépendante sur le sujet suggère une réalité complètement différente.

La réaction internationale

Le 14 novembre 2019 Al Monitor reporte que la cofondatrice du mouvement 6 April et journaliste Israa Abdelfattah va commencer une grève de la soif. Elle essayait à ouvrir une enquête officielle sur des plaintes concernant son endurance à la torture en détention provisoire.

Dans un Etat où les appels à une application équitable et transparente de la loi sont vains, les gens ont été laissés sans d’autres moyens sauf des gestes extrêmes pour faire entendre leur cause. C’est donc naturel de se demander quelle est la réaction internationale à un pays qui a manifestement violé les droits fondamentaux de l’homme universellement protégés par des conventions internationales.

En février 2020, six ONG en défense des droits de l’homme ont demandé dans une lettre collective au Conseil Européen «une révision complète des relations de l’Union Européenne avec l’Egypte» en raison de la répression continue des droits de l’homme dans le pays.

Tandis que nombreuses organisations internationales comme Amnesty International, Human Rights Watch, Reporters without Borders, Committee to Protect Journalists et d’autres dénoncent la réalité alarmante dans l’Egypte actuel, les Etats ont souvent fermé les yeux sur la question.

Même devant des cas importants qui ont reçu une grande couverture médiatique et sont directement reliés avec d’autres pays, les gouvernements ont réagi très peu ou pas du tout.

Le cas le plus récent de l’égyptien Patrick Zaki George, étudiant en Italie arrêté lors de son arrivée à l’Aéroport du Caire le 7 février 2020, a provoqué une indignation générale accompagnée par des affirmations de politiciens comme le président du Parlement Européen David Sassoli.

Cependant, nous ne pouvons pas observer aucune mesure qui effectivement rédiscute les relations diplomatiques et économiques avec l’Egypte. Entre outres, les affaires commerciales entre l’Italie et l’Egypte ont même augmenté.

Le journal panarabe al-Araby al-Jadid a reporté quelques jours après la possibilité d’un accord imminent sur l’armement de 9 billiards d’euros entre le Caire et Rome.

Les cas où les victimes du système répressif égyptien ne sont pas seulement des citoyens égyptiens sont récurrents, de la disparition mystérieuse, torture et meurtre de l’étudiant italien Giulio Regeni en 2016 à la mort en prison de l’américain-égyptien Mustafa Kassem le 13 janvier 2020.

La question est si la communauté internationale aura jamais l’’intention d’entendre activement et pas seulement prétendre d’entendre les voix de milliers de personnes qui souffrent des injustices en Egypte.

Celles voix qui crient fort l’inhumanité des prisons en Egypte, comme exprimé dans la chanson puissante de Ramy Essam «Fe segn bel Alwan» (Prison colorée). «Oh état de gens tristes, honte sur vos idées. Gloire aux prisonniers tant que vous êtes des hypocrites».

Autres articles

Egypte – Épisode 1 – D’une simple promenade à la détention

« Tout individu a le droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne », la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (1948), Art. 3 déclame.

Ce n’est pas le cas actuellement en Egypte où les mesures renforcées de sécurité ont de plus en plus restreint la vie publique, la liberté et la sûreté des citoyens égyptiens dans les années passées.

La réaction du gouvernement à la vague de protestation le 20 septembre 2019 confirme qu’il y a une politique de répression totale sous la présidence d’Abdel Fattah al-Sisi. Également, les mesures adoptées pour empêcher toute mobilisation populaire à l’occasion de l’anniversaire de la Révolution égyptienne le 25 janvier 2020, révèlent la normalisation d’un état de peur totale dans le pays.

Un regard plus attentif sur les histoires de vie quotidienne des égyptiens ne peut pas nous laisser indifférents. Plutôt, il signale une oppression préoccupante menant à la détérioration, si non négligence totale, des droits de l’homme sous l’autorité du Directeur Adjoint des politiques dans le cadre du Project sur la Démocratie du Moyen Orient (Project on the Middle East Democracy – POMED) a appelé «le gouvernement le plus répressif dans l’histoire égyptienne moderne».

Parmi les histoires qui peuvent clairement illustrer cette situation, nous choisissons de présenter dans une série d’épisodes l’exemple d’Hossam, qui préfère rester anonyme pour des raisons de sécurité.

Ses vicissitudes depuis septembre 2019 stimulent plusieurs réflexions sur la situation actuelle dans un pays qui donne la priorité à la sécurité nationale mais où les citoyens arrivent difficilement à se sentir en sûreté.

Episode 1 – D’une simple promenade à la détention

Samedi 21 septembre 2019, Hossam se promène dans la rue près de Tahrir Square. Il arpente l’avenue du 6 octobre pour déposer la nourriture fait-maison que sa mère de 53 ans avait préparée pour un ami étranger résident au Caire.

Juste après ce bref rendez-vous, il devait être de retour chez lui. Sa mère l’attend à la maison… Mais le fils ne rentre pas. Son frère ainé qui vit à l’étranger tente de le contacter, en vain. Il a pourtant deux téléphones, mais les deux sont mystérieusement injoignables !

La majorité des arrestations en Egypte commence de cette manière

Plus tard, la famille découvre qu’il a été kidnappé près de Mohamed Mahmoud Street, un des centres de la révolution de 2011. A cette époque, les murs du quartier étaient encore couverts de graffitis. Depuis, ils ont disparu.

Pour Hossam, c’est le Service de Sécurité Nationale qui l’a brutalement enlevé dans la rue avant de le conduire à la station de police puis en prison.

En quelques heures, Hossam passe du statut d’homme libre se promenant dans la rue à celui de criminel potentiel confiné en détention.

Et pendant ce temps, sa famille n’a aucune information officielle sur les raisons de sa détention.

Le centre du Caire se transforme en État policier

Cet épisode n’est pas étonnant pour quelqu’un qui a vécu au Caire récemment. “Wust el-Balad”, le centre et ses alentours, sont devenus des points sensibles et donc soumis à d’intenses contrôles de sécurité. Policiers en civil, voitures de police et soldats déploient leur force autour des rues, places et ponts principaux, comme si l’Etat était en guerre ou prêt à en mener une.

Dans un tweet daté 27 septembre 2019, le correspondent arabe de la BBC en Egypte et Moyen Orient, Sally Nabil décrit un déploiement sans précédent des forces de sécurité dans la capitale égyptienne et conclut: «Tahir Square parait plutôt une station militaire!».

As I was living in Cairo at the time, I could myself witness a reality where “Egyptians are treated as criminals simply for peacefully expressing their opinions” in Naja Bounaim’s, Amnesty International North Africa Campaign Director, words.

Not only did people get used to be extremely cautious when speaking, but they equally feel vulnerable while simply walking or even staying in their own homes. In addition to “spot checks” of peoples’ phones, looking for content that might deem political, visits of people’s apartments from the “Mabaheth”, State Security Service Investigations, increased in frequency and degree of intrusion.

On a Sunday morning, I opened the door of my apartment in Mounira neighbourhood and I found myself in front of two people with civilian clothes accompanied by the “Bawab”, the doorman. After asking for the contract of the apartment, they did not hesitate to enter the rooms of my two flatmates and I. After a thorough search through our books, laptops and phones accompanied by precise questions on our identity, they proceeded to the nearby apartment.

Quand je vivais au Caire, j’ai vu une société où «les Égyptiens sont traités comme des criminels pour la simple raison qu’ils souhaitent exprimer leurs opinions pacifiquement», pour paraphraser Naja Bounaim, Directrice de la Mission d’Amnesty International en Afrique du Nord.

Les égyptiens sont devenus très prudents en exprimant leur opinion, ils se sentent vulnérables tout le temps, y compris quand ils se promènent ou qu’ils rentrent chez eux.

Outre les contrôles inopinés des téléphones portables pour rechercher des contenus qui peuvent être politiquement sensibles, les inspections du «Mabaheth», le Service d’Investigation pour la Sécurité de l’État, dans les appartements des égyptiens sont augmentés en fréquence et dégrée d’intrusion.

Un dimanche matin, j’ai ouvert la porte de mon appartement dans le quartier Mounira et je me suis retrouvée devant deux personnes en civil accompagnées par le «Bawab», le gardien du bâtiment. Après avoir demandé le contrat de logement, ils n’ont pas hésité à rentrer dans ma chambre ainsi que celles de mes colocataires.

Après une recherche approfondie dans nos livres, ordinateurs et téléphones, accompagnée par des questions précises sur notre identité, ils ont poursuivi dans l’appartement suivant.

Au-delà des mesures urgentes de sécurité: la normalisation de l’intrusion dans la vie privée des gens

C’est à cause d’une série de vidéos d’un ex-contractuel égyptien dans l’Armée que les protestations de septembre ont commencées. Il s’agit de Mohamed Ali qui de l’Espagne dénonçait la corruption du gouvernement. Dès lors, le régime a décidé d’agir en urgence.

Les mesures adoptées sont alors conçues comme une partie de la «bataille contre le terrorisme», priorité du programme d’Al-Sisi depuis sa prise de pouvoir en 2013.

Les mots publiés par le compte officiel d’Al-Sisi sur Twitter le 27 septembre souligne la nécessité de combattre le terrorisme en tant que Nation, une bataille qui, il a déclaré, «n’est pas encore finie».

Tandis qu’on peut considérer cette répression exponentielle comme une réaction temporaire à la vague de protestations du 20 septembre 2019, l’observation du Caire dans la période suivante nous dit quelque chose de diffèrent.

Ces derniers mois, les mesures renforcées susmentionnées pour préserver la stabilité du pays ont été renforcées sans interruption, avec des différences d’intensité qui change de semaine en semaine.

Comme l’activiste égyptienne pour les droits humains Mona Seif l’explique dans un tweet daté 13 octobre 2019: «Chaque semaine un nouvel activiste est kidnappé dans la rue, chez lui ou au travail».

En Janvier 2020, la même atmosphère du septembre passé, caractérisée par un contrôle total sur les mouvements, les mots et la vie des gens, réapparait dans la capitale.

Lors de l’anniversaire de la révolution du 25 janvier – au présent appelée la célébration traditionnelle d’«Aid al Shurta», «La Journée de la Police», dans la rhétorique officielle du gouvernement, le centre de la ville était fermé. Cela ne constitue pas une surprise.

La correspondante au Caire du Wall Street Journal, Amira el-Fekki, à ce jour-là rapporté sur Twitter: «Dans ce qui est en train de devenir un assaut normalisé à la vie privée des égyptiens, la police inspecte les téléphones des gens autour du centre du #Cairo, #Tahir. Certains restaurants ne font pas de consignes dans cette partie de la ville aujourd’hui, pour éviter que leurs livreurs soient harcelés par la police».

Dans l’article, «Your guide to surviving downtown during the revolution anniversary crackdown» (« Votre guide pour survivre dans le centre-ville pendant la répression de l’anniversaire de la révolution »), publié par le journal indépendant en ligne Mada Masr le 21 janvier, les témoignages des gens qui décrivent leurs expériences d’arrestation arbitraire, raid et inspection aléatoire suggèrent un scénario répété de contrôle total auquel tout égyptien peut être sujet.

Entre passé et présent Ces mesures de sécurité ont été appliquées à de nombreuses villes en Egypte. Le scénario du centre du Caire où Hossam a été kidnappé en septembre passé, illustre la politique actuelle du gouvernement de contrôle total sur l’espace publique et privé.

Paradoxalement, ce centre de la capitale égyptienne est historiquement associé au développement intellectuel, l’échange culturel et à la créativité artistique, est devenu le décor d’un état policier.

Les principes de «Aysh, Hurriya, wa Adala Ijtimaiya» – «Pain, Liberté et Justice Sociale», qui circulait dans le même quartier en 2011, a été rapidement substitué par une atmosphère de peur constante, où toute activité, mouvement et mot, est contrôlé.

Une question demeure: quand cette place symbole de la liberté et du peuple renouera-t-elle avec son glorieux passé de symbole de la liberté ?

Pour l’instant, les égyptiens observent en silence les changements de l’environnement et de la société qui animent la région. Un processus de transformation où le concept de «the square», comme formulé dans la révolution égyptienne, est devenu «mémoire»… Ce serait presque le souvenir d’un rêve alors que le présent est cauchemar.

«Une histoire à raconter à travers des narrations», comme le rock band égyptienne Cairokee qui a mis en garde le pouvoir dans sa fameuse chanson révolutionnaire «al Midan», la «Square».


O you the square, where were you long ago? […] sometimes I am afraid that we become just a memory we get away from you then the idea dies and fades away and we go back to forget what happened and you become a story to tell in narrations.


Photo by New York Times in Egypt

 

Other articles

Chronicles from Egypt 2/4 – « Systematic torture and abuses in Egyptian prisons »

“Everyone has the right to life, liberty and security of person” the Universal Declaration of Human Rights (1948), Art. 3 recites.

This appears not to be the case in today’s Egypt, where reinforced security measures have increasingly been constricting Egyptian citizens’ life, liberty and security in the last years.

The government’s reaction to the wave of protests on September 20th, 2019 does not but confirm the presence of a policy of total repression under President Abdel Fattah al-Sisi’s rule.

Equally, the measures adopted to prevent any popular mobilization on the occasion of the anniversary of the Egyptian Revolution on January 25th, 2020 is highly indicative of the imposition of a state of total fear in the country.

A closer look into some everyday life stories of Egyptians cannot leave us indifferent.

Rather, it signals a worrying oppression leading to a deterioration, if not complete neglect, of human rights under what Project on the Middle East Democracy (POMED)’s Deputy Director for Policy, Andrew Miller, has called “the most repressive government in modern Egyptian history”.

Among the several stories that could clearly illustrate this scenario, we chose to present in a series of episodes the example of Hossam, who prefers to remain anonymous for security reasons. His vicissitudes since September 2019 stimulate a number of reflections on the current situation in a country that strongly prioritizes its national security but where citizens can hardly feel secure.

 

Episode 2 – Beyond deprivation of liberty: systematic torture and abuses un Egyptian prisons

The first stage of Hossam’s experience in prison was everything but untroubled. After preliminary control procedures at a police station, Hossam was moved to Tora prison. Tora prison is a familiar name for most Egyptians.

Among prominent figures who suffered from what a multitude of reports describe as cruel and degrading punishments, Mohammed Morsi’s five-year detention in Tora Prison and his successive death in court has become emblematic. Consequently, Tora prison represents in the mind of people a place of ill-treatment, abuse and torture.At the same time of his arrival, a group of detainees started a hunger strike to protest against torture.

As a result, everyone underwent increased ill treatment, including those as Hossam who did not participate in it.“For five entire days, for five entire days”, his brother keeps repeating, “Hossam could not see the light”. Predictably, he was not able to avoid torture. Detainees in Tora prison and he had to bear daily humiliation involving both verbal and physical violence.

Hossam’s experience as a prisoner did not come to an end there. After his first appearance in front of the “Niqab Amn al-Dawla”, the State Security Syndicate, he was charged with accusations of joining “terrorist organizations”. Abu Zaabal prison was therefore waiting for him.

During his 43-day imprisonment in Abu Zaabal Prison, the family could only visit him twice.

Policemen and people walk in front of the main gate of Tora prison in Cairo © HCR

Save Egyptian Detainees

Since President Abdel Fattah el-Sisi’s presidency, it is no secret that the crackdown on activists, bloggers, journalists, and researchers has reached an alarming peak.

It has become a common practice to silence opposition through enforced disappearance, assault and detention of people challenging the official state discourse. In its biannual report on detention in Egypt, the Detention Watch Project found 932 enforced disappearances, 638 arbitrary detentions, 320 equivocal killings from the first half of 2019. Notably, journalists have been among the most targeted categories. The International Press Institute (IPI) reported in December 2019 that 61 journalists were imprisoned and 25 arrested only during the three preceding months.

© CPJ - statistics - journalists attacked in Egypt since 1992

Furthermore, the September protests triggered a further escalation of governmental repression. The campaign launched on Twitter in November 2019 under the hashtag #SaveEgyptianDetainees confirms a deploring increase in arbitrary detention. As in the case of Hossam, several people were taken from the streets, leading to a registered number of 4321 detainees only in the weeks between September 20th and October 21st, 2019 according to The Egyptian Commission for Rights and Freedoms – ECFR.

Data on number of detainees from The Egyptian Commission for Rights and Freedoms © ECRF

Throughout that period, thousands of common citizens had to go through the experience of detention. Only after an exhausting waiting period with little information and extreme uncertainty, some of them were progressively released. As Cairo-based journalist for the Wall Street Journal, Amira el-Fekki, explains on December, 4th, 2019: “While Egyptian authorities have continued to release hundreds of detainees since September 20 events, critics are kept in jail over vague charges”.

The threat of detention has been taking its extreme form, leading to a widespread awareness of the predominance of “Dhulm”, injustice, in the current Egyptian state.

Systematic torture in Egyptian prisons. If “Dhulm” is a recurrent thought in the minds of thousands of Egyptians, “Ta’azib”, torture, has similarly acquired a prominent status in the Egyptian Arabic vocabulary.

Illutsration prison Tora Egypt – © @yssinmhmd

Detention in Egypt does not limit itself to deprivation of liberty. Since President Gamal Abdel Nasser’s times, prisons were associated with ill treatment, abuses and, above all, torture.Yet, under the presidency of Abdel Fattah el-Sisi, the State Security’s methods seem becoming exponentially brutal. “This is accurate, but outdated. Prisons today are much worse than this”, an Egyptian activist now living abroad exclaims. He was attending the screening of the movie inspired by true events on torture in Egypt “el Hatk” (The Assault) directed by Mohamed el Bahrawi.

This perceived increase in brutality of the practices adopted to silence opposition is also confirmed by official studies carried out by international organizations. In June 2017, the UN Committee against Torture stated that a study of current situation leads to “the inescapable conclusion that torture is a systematic practice in Egypt”.

The numerous testimonies of former prisoners equally send an alarming message.In the article “Thinking with Alaa” by independent Egyptian online newspaper Mada Masr, prominent human rights activist Alaa Abdel Fattah openly denounces its deploring conditions since the last of his numerous detentions in prison. In addition to the inevitable endurance of torture, during his imprisonment he was denied any basic needs such as access to reading materials, sunlight or clean water.

While the government has recurrently attempted to show a positive image of Egyptian prisons by organizing pre-scheduled visits for journalists and officials such as the open visit to Tora Prison last November, an independent research on the topic suggests a complete different reality.

International reaction On November 14th, 2019, Al Monitor reports that co-founder of April 6th movement and journalist Israa Abdelfattah would start a thirst strike. She was seeking to open an official investigation on complaints about her endurance of torture under custody. In a state where calls for a fair and transparent application of the rule of law are futile, people have been left with no other means but to recur to extreme gestures to make their cause being heard.It is here natural to wonder about the international reaction towards a country that has been manifestly violating fundamental human rights universally protected by international conventions.

In February 2020, six human rights NGOs requested in a joint letter to the European Council “to lead a comprehensive review of the European Union’s relations with Egypt” in reason of the sustained crackdown on human rights in the country.While numerous international organizations such as Amnesty International, Human Rights Watch, Reporters without Borders, Committee to Protect Journalists and much more constantly denounce the alarming reality in current Egypt, states have often turned a blind-eye on the subject.

Even in front of prominent cases that have received extended media coverage and are directly related to other countries, governments have taken little or no action. The most recent case of Egyptian Patrick Zaki George studying in Italy and arrested at his arrival at Cairo Airport on February 7th, sparked a civil society outcry accompanied with some statements by politicians such as president of the European Parliament David Sassoli.However, we cannot observe any concrete steps to effectively re-discuss diplomatic and economic relations with Egypt.

Among others, business between Italy and Egypt is even increasing. Panarab newspaper al-Araby al-Jadid reported few days later that event the possibility of imminent agreement on armament between Cairo and Rome of 9 billiard euros.

Cases where the victims of the Egyptian repressive system are not only Egyptian citizens are recurrent, from the mysterious disappearance, torture and murder of Italian PHD student Giulio Regeni in 2016 to the death in prison of American-Egyptian Mustafa Kassem on January 13.The question is whether the international community will ever actively listen to and not merely pretend to hear the voices of thousands of people suffering from injustice in Egypt. Those voices screaming out loud the inhumanity of prison in Egypt, as expressed in Ramy Essam’s powerful song “Fe segn bel Alwan” (Colourful Prison).“Oh state of forlorn people, shame on your ideasGlory to prisoners as long as you are hypocrites”.

Other articles

Chronicles from Egypt 1/4 – “Not only afraid to talk… Total state of fear un today Egypt »

“Everyone has the right to life, liberty and security of person” the Universal Declaration of Human Rights (1948), Art. 3 recites.

This appears not to be the case in today’s Egypt, where reinforced security measures have increasingly been constricting Egyptian citizens’ life, liberty and security in the last years.

The government’s reaction to the wave of protests on September 20th, 2019 does not but confirm the presence of a policy of total repression under President Abdel Fattah al-Sisi’s rule.

Equally, the measures adopted to prevent any popular mobilization on the occasion of the anniversary of the Egyptian Revolution on January 25th, 2020 is highly indicative of the imposition of a state of total fear in the country.

A closer look into some everyday life stories of Egyptians cannot leave us indifferent.

Rather, it signals a worrying oppression leading to a deterioration, if not complete neglect, of human rights under what Project on the Middle East Democracy (POMED)’s Deputy Director for Policy, Andrew Miller, has called “the most repressive government in modern Egyptian history”.

Among the several stories that could clearly illustrate this scenario, we chose to present in a series of episodes the example of Hossam, who prefers to remain anonymous for security reasons. His vicissitudes since September 2019 stimulate a number of reflections on the current situation in a country that strongly prioritizes its national security but where citizens can hardly feel secure.

 

Episode 1 – From a simple walk to detention

On Saturday, September 21, 2019, Hossam was walking in the street, near Tahrir Square. He just traveled all the way from 6th of October in order to deliver delicious home-made food kindly prepared by his 53 year-old mother for a foreign friend living in Cairo. 

He was supposed to be back home soon after that brief meeting. His mother was waiting at home, but the son did not show up. His elder brother now living abroad was trying to reach him, but to not avail. He had two phones, both of them mysteriously unreachable.

This is how the story of most Egyptians who get arrested begins.

Later, the family would know that he was kidnapped near Mohamed Mahmoud Street, one of the centers of the 2011 revolution widely renewed for its collection of graffiti filling the walls of the area at the time.  As the National Security Service brutally took him from the street and conducted him first to a police station and then to prison, Hossam suddenly turned from a free man walking in the street to a potential criminal confined in detention.

In the meanwhile, his family would have no official information on the reasons for his detention.

Talaat Harb Square. Downtown Cairo, December 2019. Photo by Veronica Merlo

Downtown Cairo transforms into a police state

This episode might not be surprising to any person who has recently lived in Cairo.

Visibly, “Wust el-Balad”, the downtown, and its surroundings have become sensitive areas under tight security control.

Plain clothes, police vehicles and soldiers perceptibly dominate the space around main streets, squares and bridges, as if the state would be either at war or ready to fight one. In a tweet from September 27th, 2019, BBC Arabic Correspondent in Egypt and Middle East, Sally Nabil, describes an unprecedented security deployment in the Egyptian capital and concludes: “Tahrir Square looks more like military barracks!”.

As I was living in Cairo at the time, I could myself witness a reality where “Egyptians are treated as criminals simply for peacefully expressing their opinions” in Naja Bounaim’s, Amnesty International North Africa Campaign Director, words.

Not only did people get used to be extremely cautious when speaking, but they equally feel vulnerable while simply walking or even staying in their own homes. In addition to “spot checks” of peoples’ phones, looking for content that might deem political, visits of people’s apartments from the “Mabaheth”, State Security Service Investigations, increased in frequency and degree of intrusion.

On a Sunday morning, I opened the door of my apartment in Mounira neighbourhood and I found myself in front of two people with civilian clothes accompanied by the “Bawab”, the doorman. After asking for the contract of the apartment, they did not hesitate to enter the rooms of my two flatmates and I. After a thorough search through our books, laptops and phones accompanied by precise questions on our identity, they proceeded to the nearby apartment.

Beyond urgent security measures: normalization of intrusion of people’s privacy

Undoubtedly, the September protests sparked by the publication of a series of videos by Egyptian former army contractor Mohamed Ali denouncing the corruption of the government from Spain provided the justification for the regime to take urgent actions. The measures adopted were conceived as part of the higher “battle against terrorism” which has been on the top of Al-Sisi’s agenda since his takeover in 2013.  The words from Al Sisi’s official account on Twitter on September 27th show the adoption of a reinforced discourse on the necessity for the nation to fight terrorism, a battle that, he states, “has not ended yet”.

While we could consider this exponential crackdown as a temporary reaction to the wave of protests on September 20th, 2019, the observation of the reality in Cairo in the following period tells us otherwise.

The aforementioned reinforced measures to preserve the country’s stability have uninterruptedly been in force in the last months, with only slight differences in degree of intensity depending on the week. As Egyptian Human Rights activist Mona Seif explains on a twit on October 13th, 2019 :  “Every week a new activist gets kidnapped from the street, from home, from work”.

Photo by New York Times in Egypt

In January 2020, the very same atmosphere of last September characterized by total control over people’s movements, words and life was re-newly manifest in the capital. On the anniversary of the 25th January revolution -now exclusively referred to as the traditional celebration of  “’Aid al Shurta”, “The Police Day”, in the official government’s discourse- downtown was unsurprisingly shut down. 

Cairo-based journalist for The Wall Street Journal, Amira el-Fekki, reported that day on Twitter: “In what is becoming a normalized assault on privacy, police searching people’s phones around downtown #Cairo, #Tahrir. Some restaurants aren’t delivering to that area today to avoid harassment of their delivery guys”.

In the article “Your guide to surviving downtown during the revolution anniversary crackdown” published by the independent online newspaper Mada Masr on January 21st, the testimonies of people describing their experiences of arbitrary arrests, raids and random searches suggest a repeated scenario of total control to which any Egyptian citizen can be subject.

Downtown between past and present

Without forgetting the extension of similar security measures to numerous cities all around Egypt, the scenario in downtown Cairo from where Hossam was kidnapped last September best exemplifies the current government’s policy of total control over the public and private space.

Paradoxically, a place historically associated with intellectual development, cultural exchange and artistic creativity, looks now like a police state. The principles of “Aysh, Hurriya wa Adala Ijtimaiya”, “Bread, Freedom and Social Justice”, circulating in that same area in 2011 have rapidly been substituted by an atmosphere of constant fear, where any activity, movement and word is under tight control.

The question remains whether the government’s repressive measures in a space that was once the symbol of Egyptian’s fight for freedom will succeed in redefining its past distinguished identity.

Zahrat al-Bustan, Local Cafë in Downtown Cairo with graffiti of prominent Egyptian figures. Photo by Veronica Merlo

For now, we can only silently observe the changing environment and society animating the area. A process of transformation where the concept of “the square” as formulated in the Egyptian revolution has merely become a memory, or rather “a story to tell in narrations”, as Egyptian rock band Cairokee warned in its famous revolutionary song “al Midan”, the Square.


O you the square, where were you long ago? […]

sometimes I am afraid that we become just a memory

we get away from you then the idea dies and fades away

and we go back to forget what happened

and you become a story to tell in narrations

يا يا الميدان كنت فين من زمان

ساعات بخاف نبقي ذكري

نبعد عنك تموت الفكرة

ونرجع تاني ننسي اللي فات

ونحكي عنك في الحكايات


Other articles

Le comité d’éthique des médias: un rempart à la liberté?

Dans le cadre des 12ème assises internationales du Journalisme de Tours, le collectif #Payetoiunjournaliste a proposé de donner la parole aux citoyens sur la question des médias avec la création d’un comité d’éthique. Avec une telle instance, certains journalistes craignent que leur liberté d’exercer soit menacée.

Un comité d’éthique, comment ça marche ?

Le comité d’éthique est un organe professionnel d’autorégulation composé de représentants des journalistes, des éditeurs et du public. Cette composition peut changer d’un pays à l’autre. En Italie, on y trouve uniquement des journalistes ; en Ukraine, des journalistes et du public ; en Grande-Bretagne, des éditeurs et du public ou encore en Allemagne où sont regroupés journalistes et éditeurs.

Aucun représentant des pouvoirs exécutif, judiciaire ou législatif ne participe au conseil puisqu’il est totalement indépendant de l’Etat et de la politique.

Ces professionnels et non-professionnels se saisissent des plaintes et revendications de lecteurs, d’auditeurs, de téléspectateurs, d’internautes. Ils émettent un avis après enquête contradictoire, sur la base de la déontologie journalistique. Cet avis est par la suite rendu public.

Les décisions favorables au plaignant sont parfois accompagnées d’un blâme à l’intention du journaliste et/ou du média. Le comité d’éthique condamne tout ce qui n’est pas passible de sanctions au tribunal. On note notamment la réprobation des publicités déguisées en articles, des « ménages » (animations de débats rémunérés au sein d’une entreprise ou organisation), des bidonnages comme la fausse interview de Fidel Castro par Patrick Poivre d’Arvor, des conflits d’intérêts ou encore des atteintes à la vie privée.

Copyright Dessin-Schwartz pour la SNJ

Et ailleurs en Europe ?

Depuis 1950, de nombreux pays se sont dotés d’un conseil de presse appelé aussi conseil de déontologie des médias ou comité d’éthique. On en compte aujourd’hui une centaine dans le monde.

La majorité des pays européens, une vingtaine, dont la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Suède, la Belgique, ont créé ces instances. En France, l’idée revient périodiquement d’instaurer un conseil de déontologie du journalisme.

La France est-elle en retard par rapport à ses voisins européens ?

Depuis les prémices du mouvement des Gilets Jaunes, la défiance de la population vis-à-vis des médias n’a jamais été aussi forte.

Un contexte qui amène à réfléchir à l’éventualité de créer un conseil de presse français. Certains y voient l’occasion de s’interroger sur la profession.

Copyright L’Express – 1964 – janvier

Le 15 mars, aux Assises du Journalisme, le ministre de la Culture Franck Riester a affirmé qu’il faut « retisser le lien entre les Français et les médias ».

Il existe déjà en France des comités d’éthiques spécifiques pour certains groupes de médias. Radio France, Le Monde ou encore France Télévisions disposent d’une chartre de déontologie et d’un conseil de presse à leur échelle.

Pierre Ganz, vice-président de l’Observatoire de la déontologie de l’information, durant les Assises de Tours note que « si tous les médias acceptent que leur travail soit examiné par un organisme indépendant, ce serait un outil qui permettrait de regagner la confiance du public. »


Il faut « retisser le lien entre les Français et les médias« .

Franck Riester, ministre de la Culture


Favorable à la création d’une telle instance, il est rejoint sur ce point par le SNJ (Syndicat Nationale des Journalistes).

Dans ses dix engagements, le syndicat national des journalistes note: « Le SNJ appelle [de ses vœux] la création d’une instance de déontologie paritaire et même tripartite, associant des représentants des salariés, des employeurs et du public. »

« Je propose qu’il existe un tribunal professionnel qui puisse être saisi et qui ait le pouvoir de sanction symbolique contre les menteurs, les tricheurs, les enfumeurs. Je vais donc lancer avec mes amis une pétition en ce sens. »

Ce sont les propos tenus par Jean-Luc Mélenchon suite à son passage dans l’Emission Politique sur France 2. En décembre 2017, au cours de sa campagne présidentielle, Jean-Luc Mélenchon relance l’idée d’une instance d’auto régulation en lançant une pétition plaidant pour la création d’un « conseil de déontologie du journalisme ».

Le chef de fil de la France Insoumise avait déclaré sur son blog que « la haine des médias et de ceux qui les animent est juste et saine ».

Devenu l’ex ministre de la culture, Françoise Nyssen (mai 2017 à octobre 2018) qui était alors en poste, est allée dans le sens de Jean-Luc Mélenchon en annonçant le lancement d’une mission sur la déontologie de la presse.

Un conseil qui, en cas de création prochaine, aura à sa tête l’ancien PDG de l’AFP et de l’INA Emmanuel Hoog.

Les inconvénients du comité d’éthique

Une limite commune à la majorité des comités d’éthique concerne la justice.

En effet, sur le plan juridique, le Conseil de Presse est une association à but non lucratif. Lorsque ce dernier diffuse un blâme, il ne dispose d’aucune immunité. Il risque donc de devoir répondre de ses propos devant les tribunaux. En d’autres termes, le journaliste ayant reçu un blâme peut se retourner contre le comité de presse et l’astreindre devant les tribunaux.

Ceux-ci auront à déterminer si les évaluations, jugements et opinions exprimés par le Conseil ont ou non pas, un caractère fautif au regard de la loi.

Outre les limites juridiques constatées, certains journalistes expriment leurs craintes face à une forme de censure de la presse. Selon le SPIIL, le syndicat de la presse indépendante d’information en ligne, cette idée n’arrive pas au bon moment, le contexte politique étant bien trop défavorable.

copyright Plantu – Le Monde

Sur son site internet, le syndicat déclare qu’il « n’appartient pas à l’État de susciter la création d’une instance d’autorégulation de la presse. Un Conseil né sous de tels auspices n’aura jamais la légitimité nécessaire. Seule une réflexion sereine issue de la profession elle-même et non du pouvoir politique permettrait d’envisager les contours d’un Conseil de déontologie ambitieux.« 

Pour le directeur de la rédaction d’OWNI, Guillaume Dasquié, la création d’un organe auto-régulateur n’est pas envisageable puisque le journalisme est « un milieu qui vit grâce à ses conflits, petits et grands. […] Les métiers de la presse se nourrissent de diversités mais aussi de divergences, d’antagonismes, voire de rapports concurrentiels animés. »

Il n’est donc pas concevable selon Guillaume Dasquié de créer une instance régulant la moindre discorde dans le but de lisser le paysage médiatique.

Clash

Il n’existe pas d’instance nationale contrôlant l’éthique des journalistes. Le 16 juillet 2014, une proposition de loi présentée par Jean-François Mancel allant en ce sens n’avait finalement pas vu le jour.

Dans cette proposition, le député UMP s’inspire en grande partie du projet du Conseil de déontologie journalistique de la Belgique francophone. Il explique que les Français ne comprennent pas qu’une corporation aussi puissante que le journalisme ne soit pas encadrée par un conseil indépendant.

En 2014, le fossé entre médias et citoyens se veut important ; la communication entre les deux parties est au bord de la rupture.

Le député rapporte « que 77 % des Français ne font pas confiance aux médias« . Composée de 8 articles, cette proposition n’a finalement pas convaincu les résistants comme Olivier Da Lage, journaliste à RFI. Il reproche au député de vouloir « inventer l’ordre des journalistes » et « mettre sous tutelle » la profession.

A ce jour, un comité d’éthique est en passe d’être créé en France. Jeudi 16 mai s’est tenu à Vanves une réunion entre éditeurs, journalistes et représentants du public pour poser les bases d’un futur conseil de médiation et de déontologie journalistique. L’objectif ? Que cette instance voit le jour d’ici la fin de l’année 2019.

Nouvelle avancée sur ce « Conseil de l’ordre des journalistes ». Cédric O, secrétaire d’Etat au Numérique, invite les journalistes à s’organiser pour lutter contre les fausses nouvelles et la désinformation, faute de quoi c’est l’Etat qui s’en chargera. Interview par Reuters le 20 juin 2019