Articles

Burundi : le Général Ndayishimiye, « terminator » des FNL

[Par Elyse NGABIRE]

Quatre ans à la tête du parti de l’Aigle, Pascal Nyabenda est remplacé avant le terme de son mandat par un ancien homme fort du maquis : le général Evariste Ndayishimiye. Du coup, le plan « Safisha » est réactivé, déclare Aimé Magera, porte-parole d’Agathon Rwasa, leader historique des Forces Nationales de Libération (FNL).  

Agathon Rwasa (en polo rayé) pendant une visite à l'intérieur du pays Source : iwacu-burundi.org

Agathon Rwasa (en polo rayé) pendant une visite à l’intérieur du pays
Source : iwacu-burundi.org

« Durant les trois semaines que le parti CNDD-FDD est sous le contrôle total des anciens maquisards qui ont échoué complètement à se transformer en hommes politiques, nous avons documenté plus de 65 cas de violations graves des droits de l’homme », constate Aimé Magera, porte-parole de M. Rwasa, premier vice-président de l’Assemblée nationale.

Inacceptable, dit M. Magera, qui s’inquiète de l’enlèvement, de la disparition, de la torture et des assassinats perpétrés contre leurs militants. Des chefs de collines (à plus de 60% sont FNL), poursuit-il, sont abusivement arrêtés. Motif : non collaboration avec la milice de la jeunesse Imbonerakure du parti au pouvoir.

Plus grave, remarque Aimé Magera, c’est lorsque des éducateurs et enseignants des collèges et lycées, membres du parti FNL, sont arrêtés en pleine rue par leurs propres élèves qui sont dans les rangs de cette milice sans convocation. Aimé Magera raconte qu’ils sont tabassés, ligotés, humiliés comme des brigands devant parents et autres élèves, puis jetés en prison ou disparaissent tout simplement. Leur seul péché, fait-il savoir, est d’avoir adhéré au parti d’Agathon Rwasa : « Le but du pouvoir est de les humilier, les réprimer et les déshumaniser. »

Le général Evariste Ndayishimiye Source : yaga-burundi.com

Le général Evariste Ndayishimiye
Source : yaga-burundi.com

La situation s’est considérablement dégradée, raconte le porte-parole d’Agathon Rwasa, depuis que le général Evariste Ndayishimiye assure le secrétariat du parti au pouvoir : « Nous inscrivons cette recrudescence de la violence dans la logique, somme toute, dictatoriale d’un pouvoir à l’agonie, qui n’épargne personne. »

D’après Aimé Magera, c’est l’exécution du plan Safisha des années 2010 qui se poursuit où des centaines de fidèles de M. Rwasa ont été arrêtés, torturés, puis jetés dans des rivières. Aujourd’hui comme hier, leurs bourreaux, insiste-t-il, sont des miliciens du parti CNDD-FDD au pouvoir, le service des renseignements et les forces de l’ordre : « Ils s’en prennent indistinctement à tous ceux qui s’opposent au maudit troisième mandat de Nkurunziza. »

Depuis longtemps, Aimé Magera indique que son camp a condamné ces tueries qu’ont subis beaucoup de Burundais non acquis à la cause du pouvoir CNDD-FDD, spécialement leurs militants qui sont les premiers à subir les foudres de la dictature du système Nkurunziza, en vain : « Malheureusement, ils continuent d’endurer les affres de cette milice Imbonerakure, dont le seul dessein est de ramener de force tout le monde à adhérer à leur parti. »

Aimé Magera, porte-parole d'Agathon Rwasa Source :

Aimé Magera, porte-parole d’Agathon Rwasa
Crédits photo : Elyse Ngabire

Ainsi, son parti saisit cette occasion pour dénoncer encore une fois ces exactions. Il présente toute sa sympathie envers les familles endeuillées depuis plus d’une décennie et spécialement durant cette période de contestation contre ce 3e mandat de trop, maudit, illégal et inconstitutionnel de Pierre Nkurunziza.

Nous déplorons et dénonçons toujours les arrestations arbitraires, les tortures, les exécutions extra-judiciaires et autres sévices dont souffrent la grande majorité de la population non acquise à la cause du CNDD-FDD, notamment celle de vouloir se positionner en parti-Etat. Cela se passe au moment où les Burundais aspiraient à jouir des dividendes d’une démocratie épanouie, dont ils ont payé le plus lourd tribut durant les longues crises qui ont secoué leur pays : le Burundi.

Contacté pour s’exprimer sur ces bavures commises par la milice Imbonerakure, le président de la Ligue des jeunes du parti CNDD-FDD riposte toujours que la responsabilité pénale est individuelle : « Il faut mettre les noms sur les visages pour éviter toute généralisation, toute globalisation. »

La rédaction a essayé de joindre le nouveau patron du parti présidentiel burundais sans succès.

Au moment où nous mettons sous presse, on apprend que 15 autres militants ont été victimes d’arrestations dans le nord, le centre et le sud du pays. Selon toujours Aimé Magera, ils sont accusés de tenir des réunions illégales du parti. Pour M. Magera, c’est presque une prise en otage de leurs militants qui n’ont même pas le droit de rendre visite à leurs familles. Plus grave, conclut-il, Agathon Rwasa, leader historique des FNL et premier vice-président de l’Assemblée nationale est empêché par les autorités provinciales (Ngozi, sa colline natale, ndlr) de visiter sa famille alors qu’il y a 30 ans qu’il ne l’a pas revue : « Nous sommes dans une République bananière ! ».

La liste (non exhaustive, selon M. Magera) des militants FNL séquestrés depuis que général Ndayishimiye est secrétaire du CNDD-FDD

liste-1liste-2liste-3liste-4

 

 

 

Entretien avec Elyse Ngabire, grande reporter politique burundaise : « On ne choisit pas d’être réfugié »

[Par Lisa Viola ROSSI]

elysengabire

Depuis septembre 2015, Elyse Ngabire est réfugiée en France, à la Maison des journalistes. Journaliste burundaise du Groupe de presse Iwacu, en charge des questions politiques, elle était également la coordinatrice des émissions réalisées avec les quatre anciens Chefs d’Etat burundais. Jusqu’à septembre 2015, quand neuf agents ont tenté de l’arrêter à son domicile.

AssisesTours2016-6Vendredi, 28 août 2015. Elyse Ngabire avait signé un article intitulé « Fini le dialogue ! » qui critiquait la non tenue des promesses par le président Pierre Nkurunziza, à sa prestation de serment pour un troisième mandat contesté. La journaliste enquêtait au même temps sur les origines du premier vice-président de la République qui commençaient à produire des polémiques dans l’opinion burundaise. Le pouvoir ne les a pas tolérées, et il a engagé des poursuites policières. De peur d’être emprisonnée comme cela a été le cas en 2010 ou d’être tuée, la plume d’Iwacu a décidé de quitter le pays pour sa sécurité.

Aujourd’hui, Elyse Ngabire est inscrite à l’Université Paris 1, Master 2 Recherche, Société en Développement. Du coup, elle continue d’exercer son métier de journaliste. Elle collabore avec L’œil de l’exilé , le journal de la MDJ. Elle est aussi correspondante du Groupe de presse Iwacu en France et en Europe. Interview.

Comment et quand as-tu découvert ta vocation de journaliste ?
C’est lorsque j’ai terminé mon bac que je me suis rendue compte que je voulais devenir journaliste. Nous sommes en 1996. Malheureusement, dans mon pays, il n’y avait pas d’école de journalisme et je me suis contentée de faire la Faculté Médecine pendant deux ans.
Mais l’idée de devenir journaliste ne m’a pas quittée et j’ai décidé en 2000 d’abandonner la Médecine. En 2001, je me suis inscrite à l’Université Lumière de Bujumbura, Faculté des Sciences de la Communication. Il ne s’agissait pas non plus d’études de journalisme mais de quelque chose de semblable qui m’en rapprochait un peu et me permettait de postuler pour ce métier. J’ai terminé en 2006 et j’ai été recrutée deux ans plus tard au Groupe de presse Iwacu comme journaliste en charge des questions politiques.

Comment est née ta passion envers la res publica ? Est-ce que ta lutte pour la démocratie est née à un moment précis ?

Melchior Ndadaye (source : rfi.fr)

Melchior Ndadaye (source : rfi.fr)

Oui. En 1993, j’avais exactement 17 ans et le Burundi organisait les premières élections démocratiques depuis son indépendance le 1er juillet 1962. Mes parents et quelques membres de ma famille étaient pour le changement et ils ont voté pour le président Melchior Ndadaye. Toutefois, trois mois après sa victoire, le président Ndadaye est tué ainsi que ses proches collaborateurs par une clique de militaires qui n’avaient rien compris de la démocratie et de la volonté populaire.
Même si je n’avais pas l’âge requis pour voter (18 ans), je suivais tout de même les campagnes électorales. Depuis cette époque, la politique est ma préoccupation et je me sentais très engagée à l’idée de défendre la liberté d’expression, qui est l’un des piliers de la démocratie.

Est-ce qu’il y a un sujet auquel tu es particulièrement liée, un objet qui a un sens spécial pour toi ?
Le statut de la liberté. C’est un symbole fort pour moi. J’estime que la liberté constitue le pilier si bien dans le métier de journalisme que dans d’autres secteurs de la vie. Il est la pierre angulaire de la démocratie.

Est-ce que tu te souviens d’une interview ou d’une rencontre qui t’a particulièrement marquée ?
Durant mes huit ans de métier, j’ai réalisé plusieurs interviews qui m’ont marquée personnellement et j’en garde trois en mémoire. La première, c’est avec Mgr Simon Ntamwana, archevêque de Gitega. Une large opinion estimait qu’il soutenait le pouvoir du Cndd-Fdd mais à la suite de son interview, tout le monde était étonné de constater qu’il regrettait de sa gestion du pouvoir.
La deuxième interview, c’était avec le président de la Commission Terre et Autres Biens (CNTB) Mgr Sérapion Bambonanire, un homme très controversé et très contesté dans l’opinion nationale.  Quand je l’ai rencontré, il a révélé la décision du gouvernement de rendre aux Hutu les terres qui leurs avaient été prises lors du massacre de 1972. Bambonanire ignorait que cette opération devait passer sous silence. Cette interview a provoqué un scandale dans la classe politique, en le forçant à rétracter ses propres mots.
Troisième interview, c’est avec le député Manassé Nzobonimpa, un ancien militant du Cndd-Fdd et ancien compagnon de lutte de Nkurunziza. Je l’ai rencontré à l’extérieur du pays où il s’était réfugié suite à une mésentente entre lui et le président Nkurunziza. Mon interview a été également un scoop.

Est-ce que tu as une personnalité de référence, un exemple à suivre ?
Oui, deux personnalités : Nelson Mandela et Gandhi. Ils ont beaucoup lutté pour la non- violence, contre la discrimination et pour la liberté.

Elyse Ngabire montre l’édition du 28 août 2015 du journal Iwacu (source : leprogres.fr)

Elyse Ngabire montre l’édition du 28 août 2015 du journal Iwacu (source : leprogres.fr)

Est-ce qu’il y a un reportage ou un projet que tu es particulièrement fière d’avoir réalisé ?
Pendant deux ans, j’ai travaillé sur un projet intitulé « Si Ma Mémoire Est Bonne » qui abordait les enjeux et le contexte sociopolitique du Burundi en les analysant au travers de l’histoire récente et lointaine du pays.
A l’issue du projet, le journal Iwacu pour lequel je travaille et auquel je reste très attachée a sorti un livre de 149 pages. Les articles ont eu un grand succès. Ils ont été très appréciés et d’une richesse inouïe.
En outre, en 2014, j’ai coordonné un cycle d’émissions avec quatre anciens chefs d’Etat burundais. C’était la première fois qu’ils témoignaient sur leur gestion du pouvoir, leurs réussites et leurs échecs. Ce cycle a connu un très grand succès d’audience dans la conjoncture électorale burundaise.

Est-ce que tu peux donner une définition à ton sentiment de l’exil ?
Il est difficile de le définir car ça me fait vraiment très mal quand je réalise que je n’ai pas le droit de vivre dans mon pays.
J’ai l’impression d’avoir tout perdu : mon pays surtout. Je suis repartie à zéro. Or, dans mon pays, j’envisageais d’entreprendre plusieurs projets professionnels et privés, ce qui n’est pas le cas dans ma situation actuelle.

Comment tu te sens maintenant ?
Ça me fait très mal au cœur parfois quand j’y pense. La mort dans l’âme, je n’ai pas le choix parce que je me dis qu’au moins je suis en sécurité en France. J’ai pu sauver ma vie, c’est ça qui est essentiel.

Est-ce que l’exil t’a changée ? En quel sens ?
Oui, il m’a changée à la fois de manière positive et négative. En France et la MDJ, j’ai rencontré des journalistes qui viennent de presque partout dans le monde. Et nous avons tous un dénominateur commun : nous avons été poursuivis, persécutés, nous avons laissé nos familles derrière nous, etc… parce que nous avons dénoncé les abus de pouvoirs dictatoriaux dans nos différents pays. Cela m’a permis de comprendre que les journalistes prennent des risques au nom de la liberté et du respect des principes démocratiques. Ça c’est le côté positif.
Toutefois, je regrette que nous ne soyons pas soutenus par nos confrères ou consœurs journalistes français. J’aurais souhaité qu’ils nous aident à intégrer notre métier. C’est dommage que des journalistes exilés soient obligés de changer de métier parce que c’est difficile de trouver une place dans les médias français. Il est vrai que la langue constitue un handicap pour certains journalistes exilés mais c’est également compliqué celles et ceux qui parlons le français. Et c’est l’avenir de tout un métier qui est en danger.

Est-ce que tu penses que l’exil c’est plus compliqué pour une femme que pour un homme?
C’est plus compliqué pour une femme surtout quand elle n’est pas avec sa famille. On n’a pas le cœur tranquille. Chaque fois, on se dit qu’il peut lui arriver quelque chose de mal. Et dans le contexte où la procédure de réunification familiale prend beaucoup de temps, vous comprenez pourquoi une femme doit s’inquiéter.

AssisesTours2016-5-1024x768

L’intervention d’Elyse Ngabire aux Assises du journalisme de Tours 2016

Comment t’es-tu sentie et te sens-tu en France en tant que journaliste réfugiée ?
Je me sens plus ou moins en sécurité. Malgré les derniers attentats, je reste persuadée que je ne suis pas ciblée personnellement. La sécurité c’est quelque chose de très important pour moi compte tenu du contexte de violence dans lequel se trouve mon pays depuis le 26 avril dernier à la suite de la décision du président Nkurunziza et de son parti de briguer le troisième mandat contre l’Accord d’Arusha et la Constitution burundaise.
En tant que journaliste réfugiée, je déplore l’absence de soutien des professionnels des médias français. Nous sommes un peu laissés à nous-mêmes et le risque d’abandonner ce métier est grand pour certains confrères et consœurs réfugiés.

Comment tu te vois dans 5 ans ?
Je souhaite ardemment continuer mon métier de journaliste et être un reporter spécialiste des questions en rapport avec le Burundi et pourquoi pas ailleurs dans le monde. Mon désir, c’est également celui d’aider des Burundais qui veulent écrire mais qui ne savent pas où commencer de réaliser leur rêve.

Quel est le message que tu considères le plus important à passer à l’opinion publique internationale ?
Des situations conflictuelles contraignent souvent des populations en général et des journalistes en particulier à quitter leurs domiciles et s’installer ailleurs. Le cas des journalistes réfugiés est très particulier. Les organisations des professionnels des médias sont appelés à agir vite pour que l’intégration professionnelle suive le chaleureaux accueil qui nous est reservé à la Maison des journalistes.
Aux citoyens des pays qui accueillent des réfugiés, je leur exhorte de traiter ces derniers avec humanisme car on ne choisit pas d’être réfugié.

 

La diaspora burundaise manifeste à Paris

[Par Elyse NGABIRE]

Samedi, 11 juin entre 14 et 18 heures à l’Esplanade des Invalides à Paris. Les manifestants demandent à la Cour pénale internationale de poursuivre le « tyran » Nkurunziza, responsable du massacre des citoyens au Burundi et condamnent le silence coupable de la communauté internationale.  Lire la suite

Burundi, 13 mai 2015 : Ce fameux « coup d’État » et cette folie destructrice des médias

[Par Elyse NGABIRE]

Il y a une année jour pour jour quand les ennemis de la liberté de la presse ont commis l’irréparable : la destruction de quatre radios et de deux chaînes de télévision. À l’origine, une tentative de coup d’État dont les professionnels des médias burundais ne sont pas responsables.

 

(Source : Iwacu)

(Source : Iwacu)

Il était aux environs de 13h15 du mercredi, 13 mai 2015 quand la voix du général Godefroid Niyombare a retenti dans l’édition du journal de 13h sur certains médias privés. Il annonçait la prise du pouvoir et le « rétablissement» de l’ordre institutionnel, social, etc. Depuis peu menacé par la troisième candidature du président Nkurunziza, contrairement à la lettre et à l’esprit de l’Accord d’Arusha et de la Constitution.

La journée du 13 mai a été une journée spéciale et inoubliable dans l’histoire du pays en général et de la capitale Bujumbura en particulier. Alors que la police avait jusque-là résisté à la volonté des manifestants de poursuivre leur mouvement en ville, les femmes y arrivent tout de même. À partir de l’ancien Odéon Palace, elles atteignent la place de l’indépendance et toute une foule de manifestants venus de toute part de la capitale les y rejoignent.

 

(Source : Iwacu)

(Source : Iwacu)

Dans un laps de temps, des blindés à bord desquels des militaires et des manifestants avaient choyé toute la capitale. Le premier geste du général Niyombare sera la réouverture de la Radio Publique Africaine, qui avait été fermée quelques jours auparavant pour avoir diffusé l’enquête sur le triple assassinat des sœurs italiennes : Olga, Bernadette et Lucia, tuées atrocement en septembre 2014 à leur domicile, à la paroisse Guido Maria Comforti, dans la commune urbaine de Kamenge.

Les deux funestes jours des médias indépendants

Aux environs de 17h30, dans la foulée de la tentative de coup d’État. Des manifestants enragés, accompagnés par des mutins s’accaparent de la station de radiotélévision Rema Fm, accusée de pro-Cndd-Fdd, parti au pouvoir au Burundi.

Et la revanche n’a pas tardé. À l’aube du 14 mai, c’était le tour de quatre stations de radio et une chaîne de télévision à savoir Bonesha Fm, Isanganiro, RPA et la radiotélévision Renaissance. Elles sont d’abord attaquées, puis incendiées et enfin saccagées par des hommes en uniformes policières. Leur tort : avoir couvert les manifestations contre la troisième candidature de Pierre Nkurunziza et diffusé le discours des « insurgés ». Mais l’on sait déjà que le pouvoir de Bujumbura ne portait pas dans son cœur les médias privés. En témoignent l’amendement de la loi sur la presse, jugée par les professionnels de liberticide et de l’emprisonnement en cascade de plusieurs journalistes travaillant pour ces médias indépendants.

 

(Source : Iwacu)

(Source : Iwacu)

La liberté d’expression menacée

A la suite de cette triste réalité, la plupart des journalistes se sont exilés au Rwanda, en Europe et ailleurs. Seul, le Groupe de presse Iwacu continue à travailler. Antoine Kaburahe, son directeur, également en exil, craint un blackout total sur le Burundi compte tenu des conditions de travail dans lesquelles les journalistes restés au pays exercent. Il appelle la Communauté internationale à être plus vigilante sur la question de la liberté d’expression et de la liberté de la presse.

Et le classement 2016 de Reporters Sans Frontières est plus éloquent. Le Burundi, ancien modèle en Afrique et dans le monde, a reculé de 11 places : soit 156ème sur 180 pays sur lesquels l’enquête de RSF a porté.

 

(Source : Iwacu)

(Source : Iwacu)

« La liberté de la presse est sacrée parce qu’il ne peut pas y avoir de démocratie sans liberté et il ne peut pas y avoir une liberté sans presse indépendante », a rappelé Jean-Marc Ayrault, ministre français des affaires étrangères et du développement international, lors de sa visite, le 4 mai, à la Maison des Journalistes.

Selon lui, la liberté de la presse et les droits de l’homme ne peuvent et ne doivent jamais être considérés comme une contrainte. Ils constituent une arme contre l’obscurantisme et la folie barbare : « Ces droits doivent s’exercer chaque jour. »

Au nom de tous les journalistes exilés en France, nous souhaitons bon courage à nos confrères en exil et au pays. Gardez toujours à l’esprit cette phrase de Jean-Marc Ayrault : « Être journaliste aujourd’hui, est plus qu’un métier. C’est un combat et une responsabilité pour la liberté d’expression. »

 

Burundi et Droits de l’homme : va-t-on enfin mettre des noms sur les visages?

[Par Elyse NGABIRE]

Les Nations Unies et l’Union Africaine se disent déterminées à sévir ceux, qui d’une manière ou d’une autre, ont contribué à la violation des droits humains depuis avril dernier. Toutefois, l’Eglise catholique et le parti Fnl craignent que des enquêtes neutres ne traînent, entraînant le pourrissement de la situation.

Mgr Gervais Banshimiyubusa : « Il n’y a pas de fumée sans feu. »

Mgr Gervais Banshimiyubusa : « Il n’y a pas de fumée sans feu. »

« L’avenir du Burundi dépendra de la façon dont ce dernier se comportera face au respect des droits de l’homme», ont laissé entendre Maya Sahli -Fadel, Pablo de Greiff et Christophe Heyns, experts onusiens pour les droits de l’homme, au terme de leur mission au Burundi, ce 8 mars.

Diplomatie oblige. A défaut de dire que la situation est catastrophique, ils ont déclaré tout simplement à la presse que leur travail n’est pas terminé. Il y a un hic.

Contrairement à la délégation de cinq présidents et chefs de gouvernement conduite par Jacob Zuma, président Sud- africain qui a semblé légitimer Pierre Nkurunziza, selon une opinion, ces trois experts sont directs et annoncent le déploiement imminent d’une équipe d’observateurs des droits de l’homme. Le mois de Septembre est la deadline qu’ils se sont fixés pour rendre leur rapport au Conseil des Nations unies en charge des questions des droits de l’homme à Genève.

L’Eglise catholique, qui depuis un certain moment était sous réserve, sort enfin de son silence. Dans son communiqué du 7 mars, Mgr Gervais Banshimiyubusa, président de la Conférence des évêques du Burundi est direct : « Il n’y a pas de fumée sans feu. Même si le pouvoir fait tout pour convaincre l’opinion tant nationale qu’internationale que tout va bien,  le climat politique n’augure rien de bon. On sent une tension au sein de la classe politique. »

L’Eglise va plus loin en évoquant les relations entre les autorités burundaises et ses partenaires classiques financiers qui ne sont pas également au beau fixe : « Cette situation n’a que pour conséquence l’accroissement de la misère et de la pauvreté d’un peuple déjà meurtri. » Et de se demander si cette option prise par le pouvoir de museler ses citoyens est digne d’un dirigeant politique qui se dit mandaté par la volonté divine. Recourant à la parole biblique, Mgr Banshimiyubusa met en garde : « Ils sont plus redevables, ceux à qui Dieu a donné plus que d’autres. » L’Eglise appelle au dialogue inclusif d’autant plus que le gouvernement s’estime prêt : « Les actes doivent suivre les paroles. »

Le Fnl exhorte des enquêtes neutres

Aimé Magera « Nous faire croire que le Rwanda ou la Belgique ou les Etats Unis ou un autre pays est venu creuser des trous d’une profondeur de dix mètres et y enterrer des dizaines de citoyens à l’insu des forces de l’ordre et de sécurité et Imbonerakure, est inacceptable. »

Aimé Magera « Nous faire croire que le Rwanda ou la Belgique ou les Etats Unis ou un autre pays est venu creuser des trous d’une profondeur de dix mètres et y enterrer des dizaines de citoyens à l’insu des forces de l’ordre et de sécurité et Imbonerakure, est inacceptable. »

« Lorsque le gouvernement bombarde l’opinion de ses communiqués intempestifs, le parti Fnl se demande si leurs signataires savent que les Burundais n’avalent plus n’importe quelles couleuvres », déclare Aimé Magera, porte-parole d’Agathon Rwasa.

L’existence des fosses communes au Burundi, persiste et signe M. Magera, est une réalité : « Parmi les corps sans vie ensevelis dans ces charniers, figurent des centaines de milliers de militants du Fnl, tués depuis que le parti Cndd-Fdd est aux affaires. » Ceux qui s’évertuent, poursuit-il, notamment le tandem tapageur Nyabenda- Ndabirabe, respectivement président et porte-parole du parti présidentiel,  à nier ou à dénaturer cette triste évidence sont à traiter comme de vrais ennemis du peuple : « Nul ne peut oublier les scènes horribles de 2006 où des militants Fnl ont été sauvagement torturés et exposés en plein stade de Bujumbura, sous un soleil de plomb. »

Aimé Magera se souvient de ces vieilles mamans arrêtées, amassées dans les quartiers du nord de Bujumbura et exposées sur place publique pour les humilier davantage avant d’être  jetées en prison ou de finir leur vie ici- bas dans les rivières du pays.

Selon lui, depuis  trente six ans, son parti a été toujours l’avant-garde des combattants de la démocratie et aujourd’hui plus que jamais, il reste fidèle à sa ligne de conduite : celle de défendre les acquis du peuple dont celui d’Arusha qui consacre les mandats présidentiels à deux seulement.

Pour le porte-parole d’Agathon Rwasa, la dernière rencontre avec le Secrétaire Général des Nations Unies est un message clair envers les autorités de Bujumbura et les partis satellites qui se sont vus refuser l’accès aux entretiens avec cette haute personnalité.

Face aux options ouvertement bellicistes de Bujumbura, Aimé Magera leur demande de bien guider au lieu de dérouter les enquêteurs internationaux dans le contexte d’un discours officiel s’inscrivant dans la logique d’accuser l’opposition et de brouiller les pistes en enterrant précipitamment les restes des corps déterrés : « Pour établir les responsabilités individuelles dans ces crimes de sang, impardonnables, non amnistiables, la vérité s’impose . »

Manifestement, s’indigne M. Magera, les ténors du CNDD-FDD en connaissent assez sur ces fosses communes : « Nous faire croire que le Rwanda, ou la Belgique ou les Etats Unis ou un autre pays est venu creuser des trous d’une profondeur de dix mètres et y enterrer des dizaines de citoyens à l’insu des forces de l’ordre, de sécurité et de la milice constituée des jeunes du parti présidentiel ‘ Imbonerakure’ relève de l’inacceptable».

Face à ces accusations, le pouvoir de Bujumbura persiste et signe que le torchon ne brûle pas au Burundi. Pour lui, les « chiens » aboient et la caravane passe.

 

 

Burundi : La double illusion politique

[Par Elyse NGABIRE]

A l’entrée du camp Agathon Rwasa, ancien chef rebelle et grand opposant du pouvoir de Pierre Nkurunziza, à l’assemblée et au gouvernement issus des élections contestées de 2015, le pouvoir a chanté la victoire tandis que l’opposition criait à la trahison. Mais en fin de compte, sa position n’a pas changé depuis.

Agathon Rwasa

Agathon Rwasa

La déclaration d’Agathon Rwasa, deuxième vice-président de l’Assemblée nationale, ce 24 janvier, dans la province de Cankuzo a étonné une certaine opinion : « Le dialogue inter-burundais initié par le gouvernement est une perte de temps. Il est nul et de nul effet. »
Pour M. Rwasa, la crise que connaît le pays sera résolue à travers un dialogue inclusif, y compris des Burundais qui ont fui le pays.
En effet, l’ancien chef rebelle exhorte le concours de la communauté internationale pour accélérer les négociations : « Elles ne doivent pas traîner comme cela a été le cas lors des pourparlers politiques à Arusha. » Pour rappel, les négociations d’Arusha ont duré plus de deux ans (fin 1997 à 2000).
Pour les non avisés, ce discours de M. Rwasa est en contradiction avec son choix de siéger à l’assemblée nationale et dans les institutions étatiques à l’instar du gouvernement. Toutefois, Aimé Magera, son porte-parole le fustige : « Agathon Rwasa, leader historique et charismatique des Forces Nationales de Libération n’a jamais cautionné la troisième candidature de Pierre Nkurunziza. Son choix a été dicté par des militants. »
Pour tromper l’œil des Burundais et de la Communauté internationale, raconte M. Magera, le pouvoir de Bujumbura, a fait croire que la formation du gouvernement est le fruit d’un dialogue interne en pointant du doigt de façon implicite leur camp : « Or, ce même gouvernement ne nous reconnaît pas comme formation politique. »
Cette première démarche, poursuit-il, a échoué. Par la suite, le gouvernement de Bujumbura a organisé des missions de travail dans la Communauté Est Africaine en vue d’obtenir le soutien de celle-ci, explique M. Magera, en vain. La dernière stratégie du pouvoir Nkurunziza, fait savoir Aimé Magera, sera la mise en place de la Commission Nationale du Dialogue Inter-Burundais (CNDI). D’après lui, ce fut un autre échec cuisant car son patron n’y croit pas du tout en témoigne sa dernière sortie médiatique à Muramvya.
Pour M. Magera, le pouvoir ne va pas échapper pour toujours : « La légitimité sera toujours mise en cause aussi longtemps qu’il n’aura pas respecté la volonté du peuple d’élire ses dirigeants, la Constitution et l’Accord d’Arusha. »

 

Burundi : La délégation de l’ONU accueillie sous la musique des tirs

[Par Yvette MUREKASABE]

Jeudi 21 janvier 2016 à Bujumbura, la capitale burundaise. Des tirs nourris d’armes se sont faits entendre partout. C’était la peur – panique chez des habitants qui viennent de passer neuf mois dans un climat d’insécurité suite à la déclaration du parti présidentiel qui a présenté Pierre Nkurunziza, pour un troisième mandat présidentiel.

(source : europe1.fr)

(source : europe1.fr)

Arrivée au Burundi des ambassadeurs du Conseil de Sécurité des Nations Unies (source : http://www.iwacu-burundi.org/)

Arrivée au Burundi des ambassadeurs du Conseil de Sécurité des Nations Unies (source : http://www.iwacu-burundi.org/)

Au même moment, une délégation du Conseil de Sécurité des Nations -Unies venait d’arriver à Bujumbura pour convaincre le président Pierre Nkurunziza d’accepter les troupes de l’UA. Depuis l’annonce de l’arrivée de ces dernières par le Conseil de Sécurité, les autorités burundaises ont contesté leur présence sur le territoire. Pierre Nkurunziza a par ailleurs déclaré dans son discours à la nation qu’elles seront considérées comme une force envahissante.
De surcroît, cette délégation de 15 personnes tentera d’apporter une solution à la crise politique qui secoue le pays. « Apaiser la tension et relancer le dialogue au moment où il est aujourd’hui au point mort», a-t-il déclaré le chef de la délégation.

Crainte de la recrudescence de la violence

Godefroid Niyombare (source : voaafrique.com)

Godefroid Niyombare (source : voaafrique.com)

Avec la naissance des Forces Républicaines du Burundi (FOREBU) , une rébellion à la tête de laquelle Godefroid Niyombare, ancien chef d’Etat-major et patron du Service National des renseignements, des habitants craignent de nouvelles attaques dans la capitale voire dans tout le pays. Ils appellent à la reprise des négociations déclenchées à Kampala, en Ouganda. Selon des informations dignes de foi, la Communauté Est Africaine vient de solliciter l’Afrique du Sud pour assurer la médiation. Pour rappel, c’est le président Yoweri Museveni qui avait été désigné en avril 2015 pour jouer ce rôle.