Articles

DÉO NAMUJIMBO LAURÉAT DE L’ÉDITION 2024 DU PRIX VICTOIRE INGABIRE UMUHOZA : INTERVIEW

Déo Namujimbo, journaliste aux facettes multiples originaire de République Démocratique du Congo, exilé en France, fait partie des lauréats du Prix Victoire Ingabire. Décerné par le Réseau International des Femmes pour la Démocratie et la Paix en hommage à Victoire Ingabire Umuhoza, éminente militante rwandaise pour la démocratie et la paix, met en lumière le courage et les initiatives exemplaires de Deo Namujimbo ainsi que de ses compagnons lauréats.

À cette occasion, Déo Namujimbo nous accorde une interview exclusive pour revenir sur son engagement et l’obtention de son prix. Il partage avec nous ses réflexions.

Félicitations pour ce Prix Victoire Ingabire, pouvez-vous nous dire ce que cela représente pour vous ?

J’ai remporté plusieurs prix nationaux et internationaux tout au long de ma vie, mais je n’ai aucune difficulté à dire que le prix Victoire Ingabire Umuhoza est pour moi plus important que tous les autres réunis, en ce sens qu’il symbolise ce que j’appelle « mon combat », qui est aussi celui de cette noble dame que personnellement je surnomme la Aung San Suu Kyi de l’Afrique des Grands lacs. Le combat pour la paix, la justice, et le respect de la vie humaine et de la démocratie en Afrique centrale, principalement au Rwanda et en République pseudo démocratique du Congo.

En recevant le Prix Victoire Ingabire, votre engagement pour la liberté de la presse et la défense des droits de l’homme est consacré. Comment envisagez-vous de le poursuivre dans ce domaine ?

Jusqu’à mon dernier jour je poursuivrai mon combat en respectant à la lettre ma devise qui me convainc à continuer ma lutte au péril de ma vie : « Je me bats sans bombes ni fusils. Mes seules armes sont la loi et la justice, la plume et le papier ». Tant que j’aurai de l’encre dans mon stylo je continuerai à écrire, je participerai à tous les débats concernant les malheurs des peuples de mon pays d’origine la RDC et le silence – j’allais dire l’omerta institutionnalisée – qui frappe quiconque, journaliste, écrivain, activiste, qui ose dénoncer la férule subie par ces millions d’êtres humains de la part d’un régime dictatorial et sanguinaire installé et encouragé par les « dirigeants » de ce monde. Mais les Congolais et les réfugiés rwandais sont-ils encore considérés comme des êtres humains, combien pèsent-ils devant les intérêts des États et des multinationales ?

Y a-t-il des projets ou des initiatives futures auxquels vous participez ou que vous envisagez de mettre en œuvre pour soutenir la liberté de la presse et les droits de l’homme ?

Pour le moment je me limite, faute de moyens, à dénoncer à travers mes livres et les conférences-débats auxquelles je suis invité de temps en temps. Je dois ici crier mon découragement et mon désarroi en constatant que la France – et aussi la Belgique – n’est pas le pays de la liberté de presse que je m’étais toujours imaginé. Je ne vous en cite que quelques exemples : lors de la parution de mon livre intitulé La Grande manipulation de Paul Kagame aux éditions Arcane 17 en mai 2023, mon éditrice et moi-même avons pris grand soin d’en envoyer un exemplaire à pratiquement toutes les grandes rédactions régionales et nationales de la presse écrite et de la télévision. Aujourd’hui, près d’une année après, force est de constater que pas une seule ligne n’en a jamais été écrite ou publiée, pas un mot n’en a été dit à la télévision. De même que bien d’autres livres écrits et publiés par des journalistes et écrivains de talent comme les Américains Stephen Smith, et Reed Brody, la Canadienne Judi Rever ou encore la Britannique Michela Wrong et les prêtres belges Serge Desouter et Guy Theunis. Encore moins le professeur Filip Reyntjens… Même pas dans l’Humanité, journal communiste par excellence pour lequel ma co-autrice Françoise Germain Robin a été journaliste et grand reporter pendant 35 ans. Où est donc la liberté de presse quand on a vu il y a deux ans Mme Natacha Polony, directrice de rédaction du magazine Marianne, trainée devant la justice française pour avoir simplement dit dans une émission de radio, je la cite : « Pendant le génocide rwandais, il y avait des salauds dans les deux camps ». En résumé, je me battrai aussi longtemps qu’il le faudra pour rétablir la vérité sur ce sujet et tant qu’on voudra faire croire aux Français et au reste du monde que l’homme qui martyrise des millions de personnes en Afrique centrale est un saint et une victime, alors qu’en vérité c’est le pire meurtrier que le monde ait connu depuis un certain Adolf Hitler.

GERMAIN-ROBIN, Françoise, NAMUJIMBO, Déo. La grande manipulation de Paul Kagame, ed. Arcane 17, 2024.

En quoi ce prix raisonne-t-il particulièrement avec la situation actuelle en RDC selon vous ?

Pour moi, ce prix est la reconnaissance qu’il y a encore des personnes qui luttent et risquent leurs vies au quotidien non seulement pour les habitants de la RDC et du Rwanda, mais en général pour l’Afrique et le monde en général. Je résumerai simplement en citant l’exemple du correspondant en RDC de Radio France International, Stanys Bujakera Tshiamala, qui vient d’être libéré de prison après six mois passés à l’ombre pratiquement sans jugement et sans motif sérieux, simplement pour avoir fait son travail d’informer sur l’assassinat du porte-parole d’un opposant au chef de l’Etat…

Pouvez-vous nous faire un bref point de la situation du journalisme en RDC ? Quels sont les principaux moyens de censure des journalistes en RDC ?

Au risque de vous décevoir, je ne crois plus au journalisme en RDC. N’importe qui s’improvise journaliste pour peu qu’il sache écrire et publier quelques lignes pou raconter des blablas sur les réseaux sociaux. Lorsque tous les journaux, les radios et les maisons de télévision appartiennent à des hommes d’affaires, des partis politiques ou des églises vous comprendrez aisément que le journaliste ne peut que répercuter la voix de son maître. Depuis une trentaine d’années tous les bons journalistes sont morts, ont changé de métier ou sont partis vivre en exil.

Les journalistes s’autocensurent-ils ou pourrait-on parler d’un système de journalistes de “garde” qui défendent le gouvernement plutôt que de fournir une information véritable ?

Tout le monde sait exactement ce qui se passe mais n’ose pas en parler, surtout pas les journalistes qui ont intérêt à la fermer de peur de perdre leur boulot, de se retrouver en prison ou au cimetière. Ceux qui tiennent à leur honneur ou à faire du bon travail objectif et professionnel prennent le chemin de l’exil.

Vous soulignez que l’un des plus grands défis pour la République démocratique du Congo est la concentration considérable de richesses, notamment des minerais, sur son territoire. Dans ce contexte, pensez-vous que le pays est toujours en proie à un système de désordre organisé orchestré par des puissances extérieures, ou est-ce que l’arrivée de nouvelles puissances telles que la Russie ou la Chine a modifié cette dynamique ?

En toute honnêteté je ne suis plus au quotidien les réalités économiques de mon pays d’origine. Je ne connais donc pas avec précision l’ampleur de la mainmise de la Chine ou de la Russie par exemple dans l’économie de la RDC. Mais ce que je peux dire sans hésiter et sans peur d’être contredit, c’est que l’Occident a une grande part de responsabilités dans la situation dramatique que traverse cette partie du monde depuis plus d’un quart de siècle. Sinon comment pouvez-vous expliquer que la France, comme elle ne peut plus envoyer des mercenaires en Afrique comme du temps de Bob Denard, utilise aujourd’hui l’armée du Rwanda pour protéger les mines de gaz de Total Energies au Mozambique ? Qui pourrait me dire à quel jeu joue l’Union européenne en offrant régulièrement des dizaines de millions d’euros à l’armée rwandaise tout en condamnant cette même armée de soutenir la rébellion du M23 qui endeuille des millions de familles à l’est du Congo et cause des déplacements de millions d’autres personnes déplacées de leurs maisons et de leurs villages ?

Un seul exemple : il y a 18 mois environ l’on a découvert d’importants gisements de lithium dans les environs du village de Kishishe d’où les rebelles du M23 se sont empressés de faire fuir les habitants. Quelques mois plus tard l’Union européenne signe un contrat avec le Rwanda pour l’exploitation du lithium, en sachant pertinemment que ce pays ne décèle pas un seul gramme de ce minerai dans son sous-sol. Si vous y comprenez quelque chose, je vous envie.

Hormis ce que l’on vient d’évoquer, y a-t-il d’autres obstacles à la démocratie et au respect des droits de l’homme en RDC, et quelles solutions pourraient être envisagées pour les surmonter ?

Il existe en RDC toute une litanie d’obstacles à la démocratie et au respect des droits de l’homme mais ces obstacles sont dus à l’incompétence et à l’avidité des tenants du pouvoir à Kinshasa et dans les provinces. Les autorités politiques, militaires et administratives ne s’occupent que de piller le pays pour leurs propres intérêts, ne s’occupant pas un seul instant des millions d’enfants qui dorment dans la rue, des centaines de milliers d’autres qui n’ont pas les moyens d’aller à l’école.

Au point qu’un adage courant dit que tous les fonctionnaires congolais souffrent du SIDA : le Salaire Impayé Depuis des Années, pendant que le président de la République, les ministres, les officiers supérieurs, les députés et en général tous les « représentants » du peuple sont millionnaires, certains milliardaires, et se prélassent dans les plus luxueux palaces du monde. Comme on ne peut pas construire assez de prisons, la seule solution serait de construire un grand mur autour de la présidence de la République, du Sénat, de l’Assemblée nationale et de l’Etat-Major général de l’armée. Mais qui pour les remplacer ? C’est là la grande question. Je vous remercie.

Par Valentin Koprowski