Articles

Kaboul, Paris, Bagdad, Londres, Téhéran… N’oublions pas !

Paris, Place de la République – Le mercredi 7 juin 2017, après une semaine d’attentats à Kaboul, les afghans vivant à Paris ont organisé un rassemblement pour la mémoire des victimes des attaques terroristes. Sur leurs mains étaient inscrits des vers d’un des poèmes du poète persan Saadi, Jardin de roses :

Les hommes font partie du même corps / Ils sont issus de la même essence / Si le destin faisait

souffrir l’un des membres / Les autres n’en auront pas de repos / Toi qui es indifférent aux

malheurs des autres / Tu ne mérites pas d’être nommé un Homme.

Kaboul, la capitale afghane a été encore frappée par un attentat terroriste le mercredi 31 Mai 2017. Une semaine après, le bilan s’annonçait lourd pour la population civile : 150 personnes ont été tuées, plus de 300 blessées et des centaines de familles endeuillées. Kaboul n’est pas la seule cible de ces attaques inhumains, Paris, Bagdad, Londres, Téhéran et tant d’autres villes sont les témoins impuissantes de ces actes barbares.

« Agissons pour une paix universelle et n’oublions pas les victimes civiles de ces attentats terroristes ». Tels étaient les cris scandés pendant ce rassemblement à la Place de République au centre de Paris mercredi dernier.

 

Paris - Rassemblement pour la mémoire des victimes des attaques terroristes à Kaboul © Mortaza Behboudi

Paris – Rassemblement pour la mémoire des victimes des attaques terroristes à Kaboul © Mortaza Behboudi

 

Paris - Rassemblement pour la mémoire des victimes des attaques terroristes à Kaboul © Mortaza Behboudi

Paris – Rassemblement pour la mémoire des victimes des attaques terroristes à Kaboul © Mortaza Behboudi

 

Paris - Rassemblement pour la mémoire des victimes des attaques terroristes à Kaboul © Mortaza Behboudi

Paris – Rassemblement pour la mémoire des victimes des attaques terroristes à Kaboul © Mortaza Behboudi

Attentat de Kaboul: un « sinistre mercredi »

[Par Khosraw MANI | Traduit de l’anglais au français par Johanna GALIS]

Mercredi 20 janvier, six journalistes ont été tués à Kaboul dans un attentat suicide de Taliban contre un minibus portant des employés d’une chaîne de télévision majeure, Tolo TV.

Les décombres de l'attentat (source: reuters)

Les décombres de l’attentat (source: reuters)

Selon la chaîne, l’attentat portant sur une équipe qui retournait au travail dans le local privé de la station télévisée a blessé vingt-sept autres personnes, dont vingt-six membres de l’équipe.

Le chef de la police de Kaboul, Abdul Rahman Rahmani, a déclaré que « le kamikaze, conduisant une Toyota remplie d’explosifs, a foncé sur un véhicule où étaient les employés de la chaîne de télévision Tolo TV»
L’attaque est survenue peu de temps après que les Taliban aient fait une déclaration ouverte sur l’un de leurs sites internet sur le fait qu’ils considéraient Tolo Tv comme une cible militaire à détruire. La déclaration clame que la couverture médiatique par cette chaîne un peu plus tôt dans l’année de la guerre de Kunduz était biaisée, surtout concernant leur rapport du prétendu viol des Taliban de jeunes femmes dans une auberge de jeunesse.

Tolo Tv est une chaîne de télévision très connue, opérant en Afghanistan et lancée en octobre 2004 par le groupe MOBY dans un effort international d’améliorer l’information libre en Afghanistan. Elle est actuellement la chaîne de télévision la plus populaire d’Afghanistan.

L’attentat a été cité par divers médias comme « un coup contre le développement des médias en Afghanistan » reconnu comme le coup le plus retentissant de la dernière décennie.
« Les attaques visant à détruire les médias indépendants en Afghanistan touchent directement la fondation-même de la démocratie Afghane – qui revendique une presse ouverte et indépendante », a déclaré Bob Dietz, le coordinateur du pôle Asie du Comité de Protection des Journalistes « L’attaque d’aujourd’hui souligne la vulnérabilité du média dans son propre pays, mais aussi la fragilité de la sécurité afghane sous laquelle le média agit. Nous appelons le gouvernement à rechercher et poursuivre en justice les auteurs de ces crimes le plus vite possible ».

En conséquence, la Fédération Afghane des Journalistes a déclaré « un changement considérable dans les relations entre les Taliban et les médias ». Condamnant l’attaque dans une conférence de presse le 21 janvier, ils l’ont appelée le « Sinistre Mercredi » de l’histoire des médias en Afghanistan. A la fin de la conférence, la Fédération Afghane des Journalistes a demandé dans une déclaration au gouvernement de poursuivre d’urgence en justice ceux à l’intérieur du gouvernement qui agissent en faveur des Taliban.

Bien que l’attaque de mercredi a particulièrement ciblé les employés de la chaîne de télévision Tolo TV, les Taliban ont annoncé un assaut direct contre tous les médias, avec parmi eux une chaîne de télévision, ainsi que des activistes de la société civile du pays. Prenant ceci en considération, la situation s’aggravera sûrement le long de l’année 2016.

Classée 122ème pays sur 180 concernant la situation de la liberté de la presse par Reporters Sans Frontières, l’Afghanistan est considéré comme l’un des endroits les plus dangereux du monde pour y exercer le métier de journaliste. Selon la carte de données de l’équipe de Nai’s Media Watch sur les violences faites aux journalistes en Afghanistan, les incidents violents ont atteint leur point de culminance en 2014 et 2015.