Continuer le combat

INTERVIEW POUR L’EXPOSITION WAITING

Dans le cadre de l’exposition «WAITING – Une réflexion sur l’attente», nous proposons une série d’interviews d’artistes journalistes qui exposent et qui ont trouvé refuge au sein de La Maison des Journalistes – MDJ.

Hicham Mansouri est un journaliste Marocain, qui a dû s’exiler en France après avoir été accusé par les autorités « d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat ». A l’occasion de l’exposition, il présente une calligraphie sur l’attente.

Pouvez-vous me parler de votre calligraphie ?

La lettre arabe permet une grande flexibilité d’expression. J’ai pensé à exprimer l’attente en jouant sur la ressemblance entre intidar (attente), intihar (suicide) et intissar (victoire). Les trois états sont liés.

On attend avec patience dans l’espoir d’obtenir la protection (sécurité) et de pouvoir continuer le combat pour la démocratie depuis l’exil, ce qui est une victoire. C’est également une situation précaire et très douloureuse qui peut vous amener au suicide symbolique, voire physique. Une seule lettre change complètement le sens. Cette fragilité du mot exprime aussi celle de la situation d’attente.

Avez-vous une attente particulière sur l’exposition «Waiting» ?

J’ai hâte de découvrir les travaux des autres journalistes et écrivains résidents de la Maison des Journalistes. Je m’attends aussi à échanger avec le public sur l’exposition mais aussi sur la vision de l’attente.

J’aimerais aussi de passage, remercier Cécile Hambye qui a mis en place ce projet. Elle a été patiente et persévérante dans son travail et elle a vécue, durant cette expérience, durant le montage de cette exposition, beaucoup d’attente.

Vous retrouvez-vous dans les autres productions ?

J’ai beaucoup aimé le poème d’Abdelmoneim Rahamtalla où il parle, avec beaucoup de sarcasme, d’une société de papier : documents d’identité, récépissés, tickets d’attente, et même documents quand on meurt…

C’est totalement absurde cette situation où l’on résume la vie d’un être humain à un bout de papier.

Découvrez d’autres articles de l’Oeil de l’exilé :

/par

Critique du film « Le Procès: L’Etat de Russie vs Oleg Sentsov »

[FILM] Le Procès c’est l’histoire d’une cinéaste originaire de Crimée qui s’appele Oleg Sentsov, un directeur qui est devenu célèbre après la sortie en 2012 de son film Gamer. Il a aussi travaillé comme un activiste pendant le mouvement de protestation ukrainien appelé "Euromaidan." Le mouvement était contre l'annexion russe de la Crimée. Le gouvernement russe l'a arrêté et retenu pour les activités te
/par

Pourquoi l’état Égyptien a décidé d’oublier la révolution de 2011 ?

[PRINTEMPS ARABE] Certes, mémoire et histoire sont souvent en conflit. Cependant, nous ne devrions pas oublier le droit de nous souvenir, de commémorer et de parler de tout événement passé. Cela peut prendre différentes formes, d'un article à une chanson, un tableau, un poème ou simplement une conversation. Ce qui est défini comme le droit humain fondamental à la liberté d’expression et qui n’est évidemment pas respecté dans l’Égypte d’aujourd’hui.