Articles

IRAN – La catastrophe nationale de la Covid19 frappe toujours

Pendant plusieurs jours d’affilée, les statistiques officielles du régime iranien portant sur les décès dus au coronavirus, ont été supérieures à 300 par jour. Le jeudi 28 octobre, 415 décès ont été signalés par les autorités. Bien que cette statistique soit nettement inférieure aux statistiques réelles, elle prouve les dimensions de la catastrophe qui frappe le peuple iranien.

Selon M. Mardani, membre du comité de lutte contre le coronavirus, la statistique réelle est deux fois et demi plus importante que la statistique officielle.

Des réactions critiquent la gestion de la crise

Le Président iranien, Hassan Rohani, a déclaré, à la suite du rapport du Ministre de la Santé sur la situation catastrophique de l’épidémie de coronaropathie, les moyens efficaces pour faire face à la vague croissante de cette pandémie:

Il n’y a pas d’autre choix que la patience, le don de soi, la dévotion et la prudence.” (Site de Rouhani, 21 Octobre 2020)

« Les restrictions mises en place pour prévenir la propagation du coronavirus ne sont pas appliquées et sont un soulagement pour els autorités car c’est une échappatoire à toute responsabilité » a déclaré Ahmad Naderi, membre de la commission parlementaire de la santé, sur le site web d’Etat Vatan-e-Amrooz, le 15 Octobre 2020.

« Bien sûr, le président lui-même suit bien les protocoles de santé et ne se rend pas en public de peur de contracter le virus, mais il est indifférent à la mise en place de mesures préventives pour briser la chaîne du coronavirus » a-t-il ajouté.

Peu importe les statistiques, compte tenu de l’état actuel des hôpitaux et du nombre croissant de patients chaque jour, il est très clair que le coronavirus en Iran a causé plus de décès que jamais auparavant et qu’il n’y a aucune tentative pour endiguer sa tendance haussière. (Journal d’État Sharq, 19 Octobre 2020)

Dans son rapport du 22 octobre 2020, le Centre de Recherche Parlementaire a critiqué l’approche iranienne face à la pandémie, citant deux méthodes communes en Corée du Sud, notamment « la quarantaine complète et le dépistage maximum » qui ont largement contribué à endiguer la maladie.

Il a jugé infructueuse, la mise en œuvre de politiques similaires en Iran et a écrit: « En Iran, aucune de ces deux politiques n’a été mise en œuvre correctement et complètement. Ni la quarantaine urbaine (en général ou dans les centres d’épidémie) n’a été sérieusement poursuivie, ni la politique de dépistage et d’isolement maximum n’a été poursuivie.” (Le Journal d’État Arman-e-Melli, 22 Octobre 2020)

« Le Ministère de la Santé a rédigé et approuvé des instructions et des protocoles pour chaque étape de la crise, mais ils ne sont pas mis en œuvre » a déclaré Mardani, membre du Comité Scientifique du Groupe de Travail National de Lutte Contre les Coronavirus (NCCT), au journal d’Etat Vatan-e-Amrooz, le 15 Octobre 2020. « Vous allez voir qui bloque sa mise en œuvre.« 

Bien que les membres du CNCT (Conseil national de la résistance iranienne) considèrent la fermeture et les restrictions supplémentaires dans les villes critiques comme le meilleur moyen de couper la chaîne de transmission de la COVID-19, le régime iranien continue d’insister sur la non-fermeture.

Se référant aux différentes stratégies qui existent pour faire face à la COVID-19, Mardani a déclaré: « Jusqu’à présent, 15 à 25 pour cent de la population du pays ont été infectés, et si nous voulons assurer la sécurité de la population, 60 pour cent doivent être infectés. Dans ce cas , nous subirons de graves pertes et, par conséquent, ce n’est pas seulement inefficace mais aussi inhumain.« 

Trois méthodes pour faire face au coronavirus 

Le premier groupe de pays a opté pour une quarantaine complète.

Le deuxième groupe de pays s’est vanté de la sécurité de la population et a choisi de laisser le virus poursuivre sa propagation sans aucune quarantaine afin d’obtenir l’immunité collective. Il est vite devenu évident que l’adoption de cette politique est très risquée car en cas de multiplication excessive du virus, des mutations du virus peuvent se produire. De hauts fonctionnaires de l’Organisation Mondiale de la Santé considèrent que cette politique est immorale.

Le troisième groupe de pays a augmenté le nombre de kits de diagnostic et de tests pour identifier les cas suspects de coronaropathie, puis a utilisé la recherche des contacts pour limiter la propagation. Cette méthode a été utilisée dans la plupart des pays du monde et s’est révélée fructueuse.

La performance du régime iranien s’inscrit davantage dans la catégorie de la sécurité des populations. Les propos choquants du Ministre de la Santé montrent clairement que l’objectif du régime iranien est de parvenir à cette immunité collective. « Le virus s’est multiplié par 10 … L’une de mes inquiétudes est que, Dieu nous en préserve, nous tombons dans un trou noir dont il est très difficile d’en sortir » a déclaré le Ministre de la Santé.

S’ils ne réparent pas nos ailes cassées, il n’y aura pas d’épidémie dans ce cas. Nous allons ramasser les cadavres et les blessés au fond de la rivière. Les gens savent que je ne peux pas créer une épidémie tout seul. Les gens savent que si un jour l’échec de la gestion de l’épidémie est signalé au Ministère de la Santé, mes lèvres se délieront, et je dirai qui a échoué. » (Khabarfori, 19 octobre 2020)

Un journal gouvernemental a déclaré avec sarcasme que maintenant le coronavirus peut être considéré comme un ennemi militaire. En raison de nombreux problèmes économiques, de la dévaluation de la monnaie nationale, de la hausse constante des prix depuis 1999, et maintenant de cette pandémie de coronavirus, le peuple iranien est confronté à quelque chose contre lequel on peut s’opposer.

Cela se produit à un moment où il ne fait aucun doute que les deux dernières années, par rapport à 2020, ont connu de meilleures conditions économiques. Nous avons eu les émeutes de janvier 1996, qui se sont transformées en un soulèvement fondé sur des problèmes économiques.

Deux ans plus tard, nous avons tous constaté que l’augmentation du prix de l’essence du jour au lendemain a entraîné les événements sanglants de novembre 1998. Les crises économiques de 1996-98 ne sont en aucun cas aussi importantes que celles de 1999 et ce que les gens traversent ces jours-ci.

Khamenei avait précédemment déclaré que nous voulions faire du coronavirus une opportunité. Pour Khamenei, quelle peut être cette opportunité si ce n’est de garantir la survie du régime en brisant l’esprit du peuple iranien?

Que peut-on en conclure sur le régime des Mollahs ? 

Le régime iranien cherche en toute sécurité à étouffer la société et à anéantir un autre soulèvement en faisant un à deux millions de morts après avoir infecté au moins 60% de la population. Un journal gouvernemental déclare que malgré les efforts du gouvernement pour produire l’unité des iraniens en réponse au coronavirus, il semble que ce problème soit également devenu un enjeu politique en Iran.

Cela peut également être bien compris dans les remarques de Hassan Rohani ces derniers jours, qui a présenté le discours de la Maison-Blanche comme la source de tous les problèmes de l’Iran et a de nouveau détourné l’attention des politiques du régime qui ont eu un impact négatif sur le peuple iranien.

Le Coronavirus est considéré comme une tragédie pour le peuple iranien, mais il a également eu des avantages pour le système actuel du pays et l’a protégé d’un autre soulèvement jusqu’à présent.

D’autres articles sur l’Iran

IRAN – « Le tsnunami » du Covid19 continue ses ravages

La pandémie de la Covid-19 continue en Iran et bien que la censure nous empêche d’avoir une vision transparente de la situation du pays, plusieurs signaux concordants confirme l’existence d’un drame sanitaire. La mise en garde du chef du Centre national de lutte contre le coronavirus à Téhéran est un signal de plus durant cette crise qui a déjà tué des milliers d’iraniens, à commencer par les prisonniers politiques en prison.   

« Les unités de soins intensifs du pays sont saturés de malades du coronavirus et le pourcentage de décès en USI est très élevé. La situation à Téhéran est très dangereuse, le virus devient incontrôlable » – Agence Mehr, le 5 octobre 2020.

« 105 hôpitaux de la province de Téhéran admettent des malades du coronavirus, mais sont complets. » – Hamshahri, 4 octobre 2020.

Le Président du conseil de Téhéran a comparé cette catastrophe au tsunami: « Nous sommes à un pas d’un tsunami de victimes du coronavirus » – Hamshahri, 4 octobre 2020.  

En donnant des chiffres précis, le gouverneur de Téhéran a confirmé ces propos: «Le 1er septembre nous avons eu 2860 hospitalisations, le 2 octobre 4868, et nos décès augmentent au même rythme» – Télévision officielle, 3 octobre 2020  

Concernant l’augmentation des malades, l’association des spécialistes des maladies infectieuses a déclaré qu’ «il est prévu que la mortalité quotidienne atteigne 600 personnes et atteindra d’ici décembre 900 personnes».  – Télévision officielle, 3 octobre 2020.

Alireza Zali, chef du centre national de lutte contre le coronavirus (CNLC) à Téhéran présente la dégradation de la situation dans la capitale d’une autre manière: « L’écart entre l’hospitalisation et le décès est de moins de 48 heures dans de nombreux cas à Téhéran. Le personnel médical n’a pas le temps de délivrer des soins. Si la maladie se développe nous aurons à Téhéran 3 à 5 fois plus de malades et 1,5 à 3 fois plus de décès. » – Agence ISNA, 3 octobre 2020.

Le régime a toujours essayé de cacher que la vague de contagion dans tout le pays est principalement due aux célébrations religieuses publiques du mois de Moharram, sur lesquelles les autorités ont tant insisté.

Bien que l’Iran soit désormais confronté à une véritable catastrophe, « le gouvernement se soustrait à ses responsabilités (face au coronavirus) sous divers prétextes. Fait intéressant, il donne l’adresse de la Maison Blanche à la population comme cause de ces problèmes. » – Quotidien Siasat-e-rouz, 6 octobre 2020. 

Copyright – Agence de presse ISNA

Aucun budget pour la lutte contre la Covid-19

Dans de nombreux pays touchés par le coronavirus, en plus de fournir des soins médicaux, le gouvernement a élargi son champ d’action et a accordé des subventions aux salariés et aux groupes à faibles revenus.

Or en Iran, aucun budget spécial n’a été alloué au ministère de la Santé, aucune allocation n’a été versé aux travailleurs confinés et «le gouvernement compte toujours sur le fait que la population se procure elle-même ses besoins fondamentaux.» – Siasat-e-rouz, 6 octobre 2020.

Un grand nombre de gens n’ont pas les moyens d’acheter un masque au quotidien.

Par exemple, une famille de 5 personnes doit acheter 5 masques. Chaque masque coute 1500 rials iraniens par jour, ce qui est impossible pour les familles vivant sous le seuil de pauvreté et qui constituent la grande majorité de la population.

Maryam Radjavi, la dirigeante de l’opposition iranienne, a salué les médecins et les infirmières qui tentent de sauver la vie des patients en courant les risques les plus élevés.

A présent, a-t-elle déclaré, « tout le monde voit que le régime clérical est directement responsable du nombre croissant de victimes du coronavirus. Au lieu de financer les travailleurs pendant plusieurs mois avec les milliards de dollars de richesses et de biens de la nation iranienne accaparés par Khamenei, le guide suprême des mollahs, ce dernier et Rohani les envoient à l’abattoir du coronavirus et dilapident les ressources du pays dans la guerre, le terrorisme et des projets nucléaires et de missiles« .

D’autres articles sur l’Iran

IRAN – Une vague d’exécutions pour maintenir le régime des Mollahs

Ces derniers jours, le régime iranien a condamné au tribunal de la prison d’Evine plusieurs partisans de l’OMPI pour « guerre contre Dieu », les mettant ainsi face au risque d’une exécution. Afin de créer un climat de terreur et pour empêcher la montée des soulèvements populaires, et par crainte de l’accueil réservé par l’ensemble de la jeunesse aux Moudjahidine du peuple d’Iran, (OMPI/MEK) le régime iranien a lancé une vague d’exécutions en Iran.

Le 10 septembre, pour la troisième fois, la 38e branche de la Cour suprême des mollahs a confirmé la condamnation à mort de sept prisonniers politiques sunnites détenus dans le quartier 7 de la prison de Gohardacht à Karaj, à l’ouest de Téhéran.

Farhad Salimi, Qassem Absteh, Davoud Abdollahi, Ayoub Karimi, Anwar Khezri, Khosrow Besharat, et Kamran Sheikha, incarcérés dans les prisons d’Oroumieh, Evine et Gohardasht depuis 11 ans, avaient été précédemment condamnés à mort par les 41e et 42e branche de la Cour suprême.

Le 6 aout 2020, la 27e chambre de la cour suprême des mollahs a confirmé la peine de mort inhumaine contre le prisonnier politique Heydar Ghorbani, originaire de Kamiyaran, en Iran.

Son dossier a été envoyé à l’application des peines de Sanandaj, en vue de son exécution. Au même moment, hier, le chef de l’appareil judiciaire du régime, Ebrahim Raïssi, a réagi au tollé international soulevé par l’exécution criminelle de Navid Afkari.

Il a déclaré: «Les juges en quête de justice qui doivent répondre à Dieu rendent des verdicts basés sur la loi et la charia. L’agitation ne doivent pas et ne peuvent pas influencer l’opinion d’un juge

Ali Bagheri, adjoint aux affaires internationales du pouvoir judiciaire, a évoqué les nombreuses manifestations contre la pendaison de Navid Afkari par des Iraniens à l’étranger et a déclaré: « Ceux dont les mains sont tachées du sang de la nation iranienne sont censés crier dans les capitales européennes: meurtrier, nous poursuivrons ton chemin ». Il a effrontément attaqué les pays européens pour avoir permis aux Iraniens d’exprimer leur indignation face à l’exécution barbare d’Afkari, en affirmant qu’ils « soutiennent le meurtre sous le couvert des droits de l’homme« .

Il a également fait référence à un tweet de l’ambassadeur allemand en Iran concernant l’exécution d’Afkari: « S’ils n’ont aucune idée de la justice et de la droiture, ils devraient au moins respecter les normes diplomatiques et ne pas devenir un porte-parole pour répandre des mensonges comme un groupe d’opposition« .

Soulignant ainsi que le régime iranien redoute au plus haut point son renversement et se livre à l’exécution des manifestants arrêtés pour l’éviter. La Résistance iranienne appelle le Conseil de sécurité de l’ONU, le Secrétaire général, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, la Haut-Commissaire aux droits de l’homme et le conseil des droits de l’homme de l’ONU, le HCR, l’UE à prendre des mesures immédiates pour sauver la vie de prisonniers condamnés à mort à Evine et dans d’autres prisons.

Elle réaffirme également la nécessité d’envoyer une délégation internationale de visiter les prisons iraniennes et de rencontrer les prisonniers insurgés pour empêcher de nouvelles exécutions.

D’autres articles sur l’Iran

Covid19 – Iran – Rohani confirme: « 25 millions de personnes ont été infectées et 35 millions le seront »

Hassan Rohani a admis le 18 juillet 2020 : « Jusqu’à présent, 25 millions d’Iraniens ont été infectés par le coronavirus, et nous devons nous attendre à ce que 30 à 35 millions de personnes soient infectées par ce virus. Le nombre d’hospitalisations à l’avenir sera deux fois plus élevé que celui des 150 derniers jours. »

Il a de nouveau blâmé sans vergogne la population: « La deuxième vague de l’épidémie est due au fait que nos cérémonies de mariage suivent leur propre forme et durée dans le temps. C’est la même chose pour les cérémonies de deuil et dans les fêtes. »

Des responsables du ministère de la Santé, mettent en cause la levée des restrictions

Alors que Rohani attribue à la population la responsabilité de la nouvelle vague de coronavirus, des responsables de son ministère de la Santé, Jahanpour et Mohraz, mettent en cause le retour à la normale et la levée des restrictions.

Vatan-e Emrouz a cité aujourd’hui Minou Mohraz, membre du CNLC – centre national de lutte contre le coronavirus – , en écrivant: « Le nombre de cas positifs à Téhéran a augmenté de façon spectaculaire. Mohraz a déclaré que les patients gravement malades atteints de coronavirus dans les hôpitaux meurent très rapidement« , ajoutant que «Téhéran et les hôpitaux de la ville sont maintenant remplis de patients dans un état grave (…) après la réouverture et l’élimination des restrictions, la propagation de cette maladie s’est étendue dans tout le pays».

Or, Kianoush Jahanpour, le directeur des relations publiques du ministère de la Santé, a déclaré aujourd’hui à Iran Online: «Avec la réouverture des magasins et des entreprises, il fallait s’attendre à une augmentation du nombre de morts. A l’époque, le ministère de la Santé a averti à plusieurs reprises que la situation n’était pas du tout normale. Nous avons annoncé qu’il n’y avait pas de lieu sûr ni de zone exempte de virus dans le pays

15 à 20% des Kermanis sont infectés

Le vice-président de la faculté des sciences médicales de Kerman a déclaré hier à l’ISNA: «Entre 15% et 20 % des Kermanais ont contracté le coronavirus. Le nombre de personnes hospitalisées et décédées est en hausse, et maintenant presque toute la province est dans le rouge. Nous ne pouvons pas imposer beaucoup de restrictions parce que le CNLC à Téhéran nous a lié les mains

Dans la province de Yazd, le vice-président de la faculté des sciences médicales de Sadoughi a annoncé que le nombre de cas positifs avait plus que triplé ces 40 derniers jours.»

 Source de chiffres : PMOI/MEK

 

Cet article est écrit en collaboration avec THE MEDIA EXPRESS
press@themediaexpress.com


 

18 juillet 2020 –  72.200 morts

Le nombre de décès dans certaines des provinces d’Iran pour lesquelles nous avons des évaluations chiffrées :

  • Khouzistan 5435 morts

  • Khorassan-Razavi 5405 morts

  • Mazandaran 3185 morts

  • Lorestan 2775 morts

  • Alborz 2315 morts

  • Sistan-Baloutchistan 2260 morts

  • Hamedan 1920 morts

  • Kermanchah 1845 morts

  • Fars 1772 morts

  • Kerman 1010 morts

  • Khorassan du Nord 920 morts

  • Yazd 855 morts

  • Khorasan du Sud 242 morts

Auxquels s’ajoutent les chiffres des autres provinces

Source : PMOI/MEK 

D’autres articles sur l’Iran