COVID19 – IRAN – « 50 % des Iraniens sont sur le point de contracter le coronavirus »

Le Président de la république islamique d’Iran Hassan Rohani, a décidé de renvoyer les iraniens au travail en misant sur l’imminuté collective de la population pour faire face au COVID-19. Conséquence, 144 personnes sont mortes ces dernières 24 heures, soit le plus grand nombre de décès enregistré en une journée depuis presque 3 mois. Et d’autres statistiques de contamination supposent que le pire est à venir.  

Le conseil d’administration de la Société d’immunologie et d’allergie en Iran a publié une lettre ouverte à Rohani dans laquelle il déclare que la stratégie de faire infecter la population pour obtenir une «immunité collective» face au COVID-19, sans médicament ni vaccin, est «contraire à l’éthique médicale et la santé publique».

En d’autres termes: « 50% des iraniens sont sur le point de contracter le coronavirus, et un à deux millions vont probablement en mourir« .

Les hopitaux iraniens commencent à saturer

Depuis, un communiqué du ministère de la Santé du régime déclare la mort de 144 personnes ces dernières 24 heures, c’est le plus grand nombre de décès enregistré en une journée depuis presque 3 mois.

Les unité de soin intensif ne sont pas en reste avec 2946 patients dans un état grave. 

Le 28 juin, le chef du Centre de gestion des maladies infectieuses du ministère de la Santé a déclaré au quotidien Aftab: «Aujourd’hui, les patients identifiés avec le coronavirus en dehors des hôpitaux sont dix fois plus nombreux que ceux identifiés dans les hôpitaux. On ne sait pas ce qui se passera si le coronavirus coïncide avec la grippe pendant la saison froide.»

Les grandes villes que sont Qom et Ispahan sont dans une autre phase critique

A Qom, le président de la faculté des sciences médicales a déclaré aujourd’hui à l’IRNA: «Le nombre de personnes testées positives est passé de 15% à 45%. La nouvelle propagation du virus est donc incontestable. Dans les deux prochaines semaines, nous serons confrontés à un nouveau pic. En plus de l’hôpital de Kamkar, nous avons préparé d’autres hôpitaux pour recevoir des cas positifs.»

La télévision officielle a rapporté hier qu’à Ispahan «avec la hausse rapide des hospitalisations, la ville est entrée dans une autre phase critique de la maladie. À l’hôpital Khorchid, les gens sont hospitalisés dans des couloirs».

Dans la province de Fars, l’agence IRNA a rapporté hier: «Le nombre de cas positifs est à trois chiffres. Beaucoup de ces villes de la province avaient des nombres à deux chiffres il y a deux semaines

Cet article est écrit en collaboration avec THE MEDIA EXPRESS
press@themediaexpress.com


 

28 juin 2020 –  62.100 morts

Le nombre de décès dans certaines des provinces d’Iran pour lesquelles nous avons des évaluations chiffrées :

  • Khorassan-Razavi 3725
  • Mazandaran 2895
  • Sistan-Balouchistan 2030
  • Azerbaïdjan occidental 1690
  • Kermanchah 1535
  • Hamedan 1362
  • Fars 1285
  • Kurdistan 1270
  • Yazd 794
  • Hormozgan 595
  • Chaharmahal-Bakhtiari 405

Auxquels s’ajoutent les chiffres des autres provinces

Source : PMOI/MEK 

D’autres articles sur l’Iran

Lecture – « Hot Maroc », chronique d’une presse dont l’objectif est de diffamer

hot maroc livre

Le roman Hot Maroc de Yassin Adnan se déroule entre la dernière décennie du règne de Hassan II et la première décennie du règne de Mohamed VI (jusqu’à 2009). Écrit en arabe et publié au Maroc en 2016, le livre, qui vient d’être traduit en français, est une chronique attrayante et sarcastique des changements, des défaites et des contradictions politiques et sociales que vit alors le Maroc. Des paraboles jusqu’à Internet en passant par les «années de plomb» jusqu’à la «nouvelle ère» du règne de Mohamed VI, bienvenue dans ce Maroc chaud.

C’est à travers le personnage central de Rahal Laaouina que Yassin Adnan fait le diagnostic des tares de la société marocaine et des maux politiques qui rongent le pays. Tout au long du roman, l’écrivain dessine les lignes de la personnalité de Rahal : timide, peureux, «évitant les lumières», «il ne se vengeait de ses ennemis qu’en rêve».

Un jeune puceau, qui se contentait de «relations» imaginaires, convaincu d’avoir hérité d’une malchance qui le condamne, un homme «entouré de scénarios noirs», terrorisé par la répression et la mort.

Rahal —et avec lui le lecteur— va découvrir des points forts dans chacune de ces faiblesses.

Son incapacité à avoir des relations avec des filles l’a par exemple incité à développer une aptitude impressionnante à connaître la vie des gens dans les moindres détails, se rapprochant ainsi du travail d’un indicateur: «Rahhal s’attachait à tout savoir de ses amis . Ainsi se laissait-il submerger par les rapports précis et exhaustifs qu’il s’astreignait à préparer sur eux, pour servir l’étrange amitié qu’il leur vouait. Mais qui dit amitié ne dit pas toujours amour».

Pourtant, Rahal qui avait jusque-là soigneusement évité les lumières et s’était habitué à se mouvoir dans l’ombre se retrouve soudain en plein cœur de ce qu’il avait fui, sous les projecteurs de la police et de la politique. Ainsi se met-il à travailler pour la campagne électorale du parti d’un proche du roi et à collaborer en tant qu’agent électronique des services secrets.

« Meurtre symbolique » des opposants par les journalistes au Maroc

Le roman aborde avec audace l’émergence des médias en ligne à la botte du pouvoir, spécialisés dans la diffamation et le «meurtre symbolique» des opposants.

Des médias qui ont pullulé de manière remarquable ces dernières années. À l’instar de ce qu’on peut trouver dans d’autres pays de la région au lendemain de la vague dite des «printemps arabes», « Hot Maroc » n’est qu’un site Internet parmi d’autres, qui abritait une armada de bouchers, armés de couteaux électroniques toujours prêts à l’emploi pour affronter les «gauchistes de la dernière heure qui se languissaient encore du temps maudit des idéologies» et «ces islamistes qui se languissaient d’un califat calqué sur la prophétie» entre autres «ennemis de la patrie» parmi les journalistes opposants qui «profitent de la liberté d’expression dont jouit notre pays pour s’opposer à nos intérêts suprêmes».

Le site veille aussi à éviter «la dérive» du débat public sur Internet. Comme les autres sites de ce genre, il jouit d’un soutien haut placé, se trouve à l’abri de toute poursuite judiciaire et ne s’encombre pas du droit de réponse ou du «droit à gémir», selon l’expression de l’un des personnages.

D’autres articles

Congo – Covid-19 – L’insuffisance des soins tend-il vers un crime de masse ?

Selon le politologue Rudolph Joseph Rummel, le crime de masse se caractérise aussi par les actions dans lesquelles l’Etat ou le gouvernement cause la mort d’un grand nombre de gens: « démocide ». De cette perception, il n’y a qu’un pas avec la gestion scabreuse de la lutte contre la Covid-19 et les violences de toutes formes qui font des milliers des victimes au Congo Brazaville et susceptible d’être associé à un crime de masse.

Le nombre de cas et de décès de la covid-19 ne cessent d’augmenter au Congo-Brazzaville.

Officiellement, plus de 1300 cas et 41 décès sont recensés à ce jour. Depuis le mois de janvier le professeur Jean Bernard Nkoua Mbon (chef de service de cancérologie du centre hospitalier et universitaire de Brazzaville, République du Congo) et nous-mêmes avons tiré la sonnette d’alarme.

Au mois d’avril pendant que ce pays enregistrait une dizaine de cas, son gouvernement a pris la décision de confiner la population sans les mesures concrètes d’accompagnement.

Paradoxe, le gouvernement congolais a attendu que le virus circule avec virulence et atteigne plus de mille cas au mois de juin pour opter pour le déconfinement quasi-total du pays avec à la clé la réouverture des bars, lieux de cultes, la reprise des transports en commun, etc.

Cette attitude donne du tournis aux scientifiques et à plus d’une personne qui ont opté pour le silence, question d’éviter les représailles de la « democrature ».


La maladie est là et fait plus de ravages qu’on peut l’imaginer.


C’est bien de faire du « copier – coller » de la mère-patrie, mais c’est mieux de savoir qu’en Occident, le nombre de décès et de malades dûs à la Covid-19 a considérablement baissé. La présence des températures élevées en cette période estivale semble plus ou moins favoriser la résilience. Or, le Congo est actuellement en période de saison sèche caractérisée par de baisses de température. Souvenons-nous que c’est durant l’hiver, une saison froide, que le virus a ravagé l’Occident. Sans être pessimiste, il faut s’attendre à plus de cas durant cette saison sèche qui vient de commencer.

Le nombre officiel de décès avancé par le gouvernement est une donnée contestable, à cela s’ajoute la réalisation de tests de dépistage en très petite quantité et en dents de scie. Une centaine de tests par jour comparativement aux dix mille quotidiennement au Gabon voisin.

D’autres décès liés au Covid-19 ne sont pas enregistrés, notamment des malades qui restent chez eux et ceux qui ne sont pas testés avant que le pire ne survienne.

Bon nombre de Congolais estiment que la Covid-19 dans leur pays n’est qu’une invention des gouvernants pour s’attirer des faveurs des partenaires et amasser des fonds. Grosse erreur! La maladie est là et fait plus de ravages qu’on peut l’imaginer.

La gestion de la crise au Congo Brazaville relève d’un amateurisme inexplicable

Comment pouvez-vous expliquer qu’un Etat pétrolier qui génère des milliards d’euro ne puisse avoir que 23 respirateurs et qu’il manque constamment des réactifs pour organiser des tests massifs pour près de cinq millions d’habitants à peine ?

Le docteur en journalisme Mfumu Fila par exemple vient de perdre la vie par le fait d’avoir été intubé tardivement.

La ministre de la santé Jacqueline Lydia Mikolo ne semble pas avoir la maîtrise de la situation. Elle fait du surplace. A la fixer dans les yeux, on lit une déception, voire une certaine culpabilité.

Pour son honneur, elle ferait mieux de démissionner, que d’être prise pour responsable par les générations futures qui observent tout ce qui se passe. Bien qu’au Congo, lorsqu’on a donné son accord de participer dans un gouvernement Sassou, s’y retirer est synonyme de trahison. Oui!

Le président Sassou qui cumule 37 ans de règne, vieilli, usé avec ces accompagnateurs d’opposants qui pensent qu’à la présidentielle de 2021, n’ont plus rien à proposer à leurs concitoyens. Aucune inspiration ne peut venir d’eux si non de la démagogie.

  • Comment croire aux opposants qui veulent candidater à une élection qui se fera sur un recensement biaisé?
  • Comment croire à une élite qui ne lève pas le doigt devant l’écocide que connaît le Congo?
  • Comment croire à une élite qui veut bloquer l’école au moment où les enfants se préparent à affronter les épreuves des examens de fin d’année?

Normalement, les ministres Lydia Mikolo, Gilbert Ondongo coordonnateur du Task Force du Congo et le Premier ministre Clément Mouamba devraient être poursuivis par la justice pour non-assistance à personne en danger.

De même, Jean Jacques Bouya (ministre des grands travaux) qui n’a pas pu construire un hôpital digne de ce nom pour soulager les malades, ni une route solide pour y accéder… N’a évidemment pas pu livrer une fibre optique qui donnerait une satisfaction aux Congolais…

Ne pas sanctionner tous ces mousquetaires y compris les dignitaires qui terrorisent le peuple par différentes formes de violences et tribalisme alors qu’ils condamnent le racisme, revient à dire que Denis Sassou Nguesso et ses hommes par leur gestion scabreuse des affaires publiques tuent de nombreux congolais qui n’arrivent ni à se soigner ni à manger.

Enfin, concourir avec Sassou Nguesso en 2021 sans réunir toutes les conditions de transparence d’une élection, pour n’emprunter que les termes de l’extrémiste Tony Moudilou, c’est d’être « traître vis-à-vis des Congolais à défaut d’être son cheval de Troie ou complice de crime de masse.« 

Ghys Fortune BEMBA DOMBE

Pour illustrer le manque d’assistance dans les hopitaux, un journaliste congolais nous a fait parvenir cette vidéo d’une femme agonisant du covid19. Nous avons bien sur vérifier la source. En revanche, nous ne savons pas le nombre de patients concernés par ces manques de moyen. 

D’autres articles sur l’Afrique

Guinée – Cinéma – « Safiatou », des vertus de la campagne aux vices de la ville

Safiatou est le prénom d’une jeune femme guinéenne qui vivait à la campagne avant d’être contrainte de s’installer dans la capitale. Elle y découvrira les vices de la ville, des pratiques sexuelles inconnues et l’incompréhension de la société qui l’entoure. Un film réalisé par le guinéen Bobo Hérico (produit par LaGuiPlus) raconte son histoire avec force. 

Dans la région de Moyenne-Guinée, en plein cœur de l’Afrique de l’Ouest, le son d’une flûte pastorale Peul retentit ce qui annonce le début du film. Sa sonorité est sublimée par l’image: une savane herbeuse entourée de montagnes, de plateaux et de plaines fertiles. Le climat est humide, nous sommes dans le château d’eau de l’Afrique Occidentale.

Partir de sa campagne, c’est quitter une vie tranquille où les valeurs ancestrales n’ont pas changé. Mais quand des jeunes femmes de la ville viennent recruter de nouvelles personnes, Safiatou en fait partie. On lui parle de travail, de bonnes conditions de vie et la possibilité de s’épanouir.

Une fois en ville les filles doivent travailler, non pas à l’usine ou dans une entreprise, mais dans «une maison de tolérance». De tolérance ? Oui, on appelle ça aussi «maison close» ou «bordel». Et ce n’est qu’une première étape. Si elle n’échange pas son corps contre de l’argent dans ce cadre protégé, elle sera trainée à le faire dans la rue.

Elle y croise donc des maquerelles, des clients, d’autres filles de la campagne contraintes à la prostitution et à une vie honteuse. Elle y survit en tentant de garder ses valeurs et de protéger sa vie future. L’histoire se termine bien.

L’équipe du film Safiatou

Un film polémique et social

Autre sujet du film, l’homosexualité en Afrique. Dans l’un des passages du film, nous voyons un jeune homme maquillé. Il a une orientation sexuelle de type LGBT, c’est à dire  «lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres», là où l’homosexualité est absolument interdite en Guinée.

Un passage dans le film fait beaucoup réagir. Pour avoir discuté avec des spectateurs de ce film, ce moment est vu comme une promotion pour la banalisation de l’homosexualité. Pourtant, tout comme la prostitution qui est interdite, l’homosexualité est aussi une réalité.

On le comprendra, le réalisateur Bobo Hérico ne fait aucune concession dans son portrait de la ville de Conakry. Parmi ses habitants, certains se livrent à des pratiques prohibées. Ils obtiennent ainsi de l’argent facile au détriment de leur dignité.

Et que dire du harcèlement sexuel subit par les filles à longueur de journée dans les villes. Aucune dénonciation de la part des victimes par peur d’être humiliées, et si c’était le cas, le peu de poursuites judiciaires en Guinée n’incite pas à porter plainte. La pratique de certaines personnes déshonore leur éducation et leur culture.

De plus, au mode de vie traditionnel guinéen, se substitue la domination des biens matériels qui prend une place démesurée au vu de la morale. Safiatou est restée digne, elle a conservé les valeurs de sa culture, elle n’a jamais accepté de changer ou de monnayer sa  dignité pour obtenir plus d’argent et de confort.

Cette dérive sociale est parfaitement résumée par Amadou Hampaté Ba, écrivain peul du Mali, qui déclarait: «Les orteils des jeunes doivent se poser exactement sur  les traces laissées par les anciens». 

D’autres articles

COVID19 – IRAN – « Deux fois plus de victimes que la guerre Iran – Irak »

Iradj Harirchi, vice-ministre de la Santé, a annoncé lundi 15 juin 2020 à l’ISNA que lors de la guerre de 8 ans contre l’Irak, les pertes du régime (les soldats) s’élevaient quotidiennement à 66 morts. Tandis que ces deux derniers jours, le nombre de morts du coronavirus montait à 107 et 113.

Il a ajouté: «Nous n’avons pas de province où nous ne devons pas nous inquiéter de la maladie. Ces derniers jours, on a eu de nouveau un nombre de morts à trois chiffres, ce qui est élevé. Il est possible que des responsables au gouvernement décident de revenir aux restrictions, c’est là où beaucoup ont souffert d’un point de vue économique sans que ce soit leur faute.»

Il faut décider d’urgence le retour des restrictions

Ali-Akbar Hagh-Doust, un autre vice-ministre de la Santé iranien, a déclaré le 16 juin 2020 à l’agence Irna qu’«il faut décider d’urgence et sérieusement le retour des restrictions. L’épidémie de coronavirus augmente. Le ministère de la Santé a demandé officiellement, en particulier là où le degré d’épidémie est plus important, de réimposer les restrictions.»

Samedi 13 juin, au centre national de lutte contre le coronavirus (CNLC), Rohani (Président de la république islamique d’Iran depuis 2013) a reconnu la situation critique dans plusieurs provinces:

«Nous sommes au premier pic de l’épidémie dans certaines provinces. Dans certaines, nous avons dépassé le premier pic. Les prévisions indiquent que d’autres provinces attendent leur tour. Dans le pays, à l’exception de quelques villes, nous n’avons pas encore atteint un point où 60 à 65 % de la population a contracté le virus et l’a surmonté».

Hamid Souri, membre du centre national de lutte contre le coronavirus, a indiqué à l’agence Irna le mardi le 16 juin qu’«En tant qu’épidémiologiste, je dois dire que pour atteindre un niveau d’immunité collective, la société devra payer un prix énorme. Certaines des choses que nous avons faites n’ont pas fonctionné assez rapidement pour obtenir de meilleurs résultats».

Si le régime avait l’intention de protéger la population, il aurait imposé la quarantaine en fournissant un moyen de subsistance à plus de 30 millions de travailleurs intérimaires et à leurs familles. Le régime n’est enclin à effectuer aucune de ces actions et est disposé à garder ses économies astronomiques pour lui seul.

En imposant la quarantaine, les populations affamées risquent de se révolter contre le régime. Par conséquent, pour échapper au destin fatal, la seule porte de sortie reste un meurtre massif. Si les gens avaient souffert de faim en quarantaine, le régime serait tenu pour responsable, mais dans l’approche de l’immunité collective, il n’est pas responsable de la mort des Iraniens ; le virus étant blâmé.

Les biens du régime sont estimés à environ 200 milliards de dollars, ce qui appartient aux citoyens. Malheureusement, cela est seulement utilisé au bénéfice du Guide Suprême pour son avidité du pouvoir.

Cité par l’agence ISNA hier, le chef du réseau de santé de la ville de Boroujerd dans la province de Lorestan, a déclaré: «Le virus avance rapidement, et nous ne pouvons faire autre chose que de le combattre. Nous devons passer des précautions de santé au traitement, car la marque des précautions de santé est le confinement, ce que nous n’avons pas dans le pays.»

Le gouverneur de Kermanchah a estimé que la situation dans la province est difficile et inquiétante. Selon Irna le 16 juin, il a affirmé que «le nombre de malade du Covid-19 hospitalisés aujourd’hui dans le Kermanchah dépassé les 400 et nous sommes dans une situation inquiétante. Nous avons proposé une fermeture de 10 jours des administrations.»

Il y a eu autant de cas positifs qu’en quatre mois

Le site Aftab a rapporté hier les propos du vice-gouverneur de la province de Bouchehr disant que «la semaine dernière il y a eu autant de cas positifs qu’en quatre mois. Cette semaine, plusieurs centaines de cas positifs ont été identifiés par jour dans toute la province, dont beaucoup étaient en état grave et sont partis en soins intensifs.»

Cet article est écrit en collaboration avec THE MEDIA EXPRESS
press@themediaexpress.com


 

16 juin 2020 –  52.400 morts

Le nombre de décès a été comptabilisé dans 332 villes, dont :

  • Téhéran : 10.800
  • Khouzistan : 4280
  • Lorestan :1810
  • Azerbaïdjan occidental :1470
  • Kermanchah :1360
  • Kurdistan : 1115
  • Kerman : 670

Auxquels s’ajoutent les chiffres des autres provinces

Source : PMOI/MEK 

D’autres articles sur l’Iran

MONDE – Le Glas sonne pour les peuples

La suppression de la Loi Obamacare (Loi sur la Protection des Patients et les Soins Abordables) promulguée par Barack Obama le 23 mars 2010, le retrait des U.S.A. de l’Organisation mondiale de la santé (O.M.S.) suivi par plus d’un Etat (Madagascar, Guinée équatoriale, Burundi, Brésil), interdiction des vols aériens chinois entre la Chine et les U.S.A dès le 16 juin 2020, tweets et déclarations menaçants, discriminatoires, discourtois, mensongers ainsi que des discours contradictoires constatés notamment dans la gestion de la crise de la Covid-19, manipulations, etc.

Donald Trump et de nombreux gouvernants de la planète terre ne cessent d’inquiéter et deviennent très dangereux pour la gestion de la cité. Que doivent faire les populations et les journalistes?

Pour reprendre les propos de David Mongoin, aux U.S.A, la liberté de manifestation est une liberté constitutionnelle dont le fondement juridique est celui de la liberté de «rassemblement pacifique» et dont le régime juridique répond essentiellement à celui de la liberté d’expression.

La garantie constitutionnelle de manifester : une supercherie ? 

La manifestation conçue comme une «expression agissante», est bien une liberté, alors qu’en France et dans plusieurs pays, elle est bien d’avantage un « droit ».

Le premier amendement de la Constitution des U.S.A ratifié en 1791, stipule: « Le Congrès n’adoptera aucune loi relative à l’établissement d’une religion, ou à l’interdiction de son libre exercice ; ou pour limiter la liberté d’expression, de la presse ou le droit des citoyens de se réunir pacifiquement ou d’adresser au gouvernement des pétitions pour obtenir réparations des torts subis.« 

Fort conscient de cet amendement, bon nombre d’Américains descendent dans les rues depuis l’assassinat de George Floyd qui est une victime de trop de la police.

Depuis douze jours, les Américains manifestent presque dans tous les Etats, contre le racisme et toutes sortes de violences (politique, physique, économique, sociale, spirituelle et psychologique).

Malheureusement, quelques-uns parmi eux confondent liberté au libertinage comme nous l’avions vu il y a quelques mois avec les «gilets jaune» en France, s’en prendre aux symboles, casser et piller plusieurs bâtisses.

A propos, Idris Fassadi, Maitre conférencier à l’université Panthéon – Assas Paris II nous rappelle que si les libertés d’expression et de manifestations sont fondamentales dans une société démocratique, cela ne signifie pas que chacun puisse exprimer ses opinions dans n’importe quel lieu public et à n’importe quel moment.

Les garanties constitutionnelles de la liberté impliquent l’existence d’une société organisée, maintenant l’ordre public sans lequel la liberté elle-même serait perdue dans les excès de l’anarchie.

Conséquences, l’Etat peut imposer des restrictions raisonnables quant aux moments, lieux et modalités de l’expression protégée, dès lors que les restrictions ne portent pas sur le contenu de l’expression sont étroitement circonscrites pour servir un intérêt d’Etat important et qu’elles laissent subsister des canaux alternatifs pour la communication de l’organisation et l’encadrement policier.

C’est ce qui a poussé certainement Donald Trump et bien avant lui d’autres chefs d’Etats à vouloir faire recours à la force publique pour contenir les manifestants.

Dictatures, libertés et libertinages s’entremêlent

Il sied de dire que le comportement de Donald Trump depuis son arrivée à la Maison Blanche a révélé qu’il gère la plus grande nation des libertés comme un commerce privé à l’image de plusieurs dictateurs qui marchent sur les droits fondamentaux des peuples. Nonobstant qu’il soit accro des tweets (4481 messages pour la seule année 2020), le 27 mai 2020, suite aux dénonciations de ses twitters mensongers mis à nu, Donald Trump a menacé le réseau social Twitter et autres: « …en tant que président des U.S.A, je ne les laisserai pas faire.« 

Le 28 mai, il a menacé de réguler sévèrement les médias sociaux (sans distinction) ou de les fermer.

Le 29 mai 2020, il a mis sa menace à exécution en prenant un décret qui restreint la liberté d’expression. Il a limité la protection judiciaire dont bénéficient les réseaux sociaux aux U.S.A.

Bien avant cela, il n’avait cessé de pointer du doigt des journalistes et médias qui ne courbent pas l’échine devant lui.

April Ryan, correspondant de la Maison blanche depuis 1997, Jim Acosta correspondant en chef à la Maison blanche de CNN et une dizaine des médias de renom ont payé un lourd tribu à l’administration Trump.

Retrouvez notre article sur les "Lanceurs d'alerte" aux USA sous l'administration Obama

La somme des attaques frontales contre les médias par Donald Trump se solde par l’arrestation de divers journalistes à la frontière, des saisies et fouilles de matériels y compris des agressions physiques tels que signalés par Tv5, C.P.J, RSF, etc.

La mort de George Floyd le 25 mai 2020 et toutes sortes de violences rendent plus d’une personne allergique.

Quelle attitude adoptée ?

Sur mille Américains tués par la police chaque année, il est établi un taux de 2,5 fois plus élevé de victimes afro-américaines que blanches.

A la place d’apaiser, Donald Trump, par le truchement des mêmes réseaux sociaux qu’il attaque, a qualifié de tous les maux et menacé les manifestants. Il feint que ces derniers réclament une vraie justice devant les chiffres très inquiétants des morts et les inégalités sociales.

Le président américain est parti très loin jusqu’à intimer l’ordre de mater «les hordes de délinquants qui manifestent» et opposer les forces spéciales au peuple comme le font chaque fois des présidents africains (Denis Sassou Nguesso, Paul Biya, Idriss Itno Déby, Alpha Condé, Faure Gnassigbé).

Le Secrétaire d’Etat à la défense Mark Esper et plusieurs officiers supérieurs ont refusé officiellement d’obtempérer à l’ordre de la hiérarchie de mettre l’armée dans la rue pour contenir les manifestants. La plupart des gouverneurs et pasteurs se sont associés aux manifestants.

D’où cette question que certains se posent à savoir: est-ce normal que les « Bergers des fidèles » (Guides du troupeau) entrent en politique et se comportent ainsi ?

Ghy Fortune DOMBE BEMBA

D’autres articles sur l’Afrique

France – Police et journalisme: « Je fais semblant de m’éxécuter mais j’ai continué de filmer »

L’après-midi du mercredi 10 juin, je me rends à la Banque Postale pour compléter un dossier personnel, notamment obtenir un RIB. Accompagné d’un confrère journaliste, Adam, nous nous sommes rendus à la Poste la plus proche de notre logement, la Maison des journalistes.
Plusieurs personnes sont dans la file d’attente, j’attends mon tour. A l’accueil, le chargé de clientèle m’explique les démarches à suivre. Je dois utiliser une machine pour compléter mon dossier.
 
A cet instant, une dame assise par terre attire mon attention. Elle crie beaucoup, ses affaires sont éparpillées ça et là, et deux hommes avec un brassard mentionné «sécurité» l’entourent. La dame continue de crier. Soudain, trois policiers rentrent dans le bureau de Poste et s’approchent d’elle.

Copyright Mamadou Bhoye Bah

Par reflexe journalistique et en tant que journaliste ayant défendu la liberté d’informer en Guinée Conakry, je me dois de témoigner de cette scène. Pour ce faire, je filme avec mon téléphone.

Au bout de quelques minutes, l’un des policiers s’aperçoit que je filme. Pourtant, j’avais discrètement placé l’écran contre ma poitrine, la camera du téléphone filmant les policiers et la dame.

Le policier m’a fait signe de baisser mon appareil. Je fais semblant de m’exécuter mais j’ai pu continuer à filmer. Pendant ce temps-là, après moult tractations, les policiers ont gentiment demandé à la dame de se lever et de les suivre.

J’avais alors fini de récupérer mes papiers, je me décide donc à les suivre, intrigué de savoir comment la police française allait gérée le cas de cette dame. Quand je suis sorti, la dame était encore devant la banque. Ses cris attirent l’attention des passants. Ils sont maintenant cinq policiers à l’entourer.

Je change de trottoir et je continue mes prises de vue. Au début je me cache derrière une voiture, mais plus la scène dure, plus je suis attiré par le fait de filmer et de comprendre ce qui se passe, ce qui me pousse à aller juste en face d’eux. Je n’avais guère le choix si je voulais filmer correctement car ils changeaient régulièrement leur positionnement face à la dame.

En me rapprochant de la scène, je me sais dans mon bon droit. Les policiers savent que je les filme. La dame est finalement libre de partir et les policiers s’en vont.

Suite à cela, je quitte les lieux, mais au premier rond-point que je traverse, une voiture noire s’arrête brusquement à ma hauteur. Le bruit et le fait qu’elle se soit approché par derrière, m’a effrayé. J’ai à peine le temps de lire la mention «Police».

La vitre est déjà baissée, je reconnais les policiers qui se sont occupés de la dame. Celui qui conduit m’interpelle sur un ton très agressif:

«Bonjour monsieur, vous êtes journaliste ? Avez-vous votre carte ?
– Oui, je suis journaliste.
– Vous avez le droit de filmer les flics quand ils travaillent !?
– Quoi ?
– Vous allez arrêter de faire le con là ! C’est pour du buzz que vous filmez!»

Le policier situé à côté au siège avant, prend le relais, toujours aussi agressif et méprisant: «Monsieur si vous voulez régler ce problème, allez voir la dame! Ok?»

Je n’ai pas le temps de répondre, ni de comprendre les enjeux et les droits que j’ai dans cette situation. Pour être franc, j’étais effrayé.


«Un oiseau né dans un marché, n’a pas peur des cris!»

Je viens d’un pays où la police vous menace et vous enferme pour avoir pratiqué librement le métier de journaliste. Je continue ici dans les limites des droits accordés par le pays qui m’accueille. Je reste sans mot, triste et un peu déçu, que la police puisse ainsi intimider un journaliste sur ce ton, dans le pays des droits de l’homme. Ils ne m’ont pas donné le temps de répondre, ni le temps de comprendre.

Je ne pense pas avoir empêché leur travail ni mal fait le mien, au contraire, un journaliste est là pour témoigner.

Ce type de pression a été relayée par plusieurs journalistes lors de différents événements, comme cette vidéo Twitter où la police interdit à un citoyen de filmer alors qu’il en a le droit. 

D’autres articles