La vache, le trône et l’opinion publique

Le jeune panda que je suis, mangeur de bambou (et exilé en France comme chacun sait) n’est pas insensible au sort de ses frères et sœurs du monde animal, quoique…. L’actualité me donne l’occasion de prendre position !

N’ayant pas grand-chose d’autre à faire que de surfer sur le web en mon honorable zoo de Beauval, j’ai lu comme vous cette information qui m’a d’abord parue sympathique mais qui a fini par me hérisser le poil.

La vache émeut

Alors qu’elle était conduite à l’abattoir, la vache Hermien (une Limousine) s’est carrément enfuie et s’est réfugiée dans un bois des Pays-Bas. Interrogé sur ce comportement bovin, un vétérinaire a cru bon d’indiquer que cette attitude serait dû… au stress. ! Stressé on le serait à moins. Et l’histoire ne s’achève pas là.

Ce n’est pas une fable

L’affaire – qui ressemble à une fable mais qui n’en est pas une – s’est emballée : des internautes ont réuni plus de 50.000 € pour assurer à l’animal une survie agréable, une fois qu’on l’aura récupéré, nous dit-on. Il paraît aussi que la famille royale des Pays-Bas a manifesté son soutien à la bête.
Le trône s’agite, l’opinion publique se mobilise. C’est bien. C’est très bien. Accessoirement qu’on me permette d’ajouter – fort de ma légitimité de panda exilé – que des milliers d’êtres humains à la rue où à la dérive en Méditerranée sont eux aussi en quête d’un autre destin… mais c’est anecdotique et probablement sans importance, nom d’un bambou !

Crédit : Sylvie Howlett

Yuan Meng

(Traduction de Denis PERRIN)

 

 

Découvrez d’autres articles de l’Oeil de l’exilé :

/par

Les morts peuvent-ils migrer et demander l’asile ?

Les services d’asile occidentaux interrogent les arrivants sur les menaces qui les poussent à quitter leurs pays d’origine en quête d’une nouvelle vie. Le demandeur d’asile a toujours deux histoires, une qu’il présente aux services de l’immigration et une autre qu’il ne peut révéler et qu’il garde pour lui. C’est une question complexe et épineuse que l’écrivain et cinéaste irakien Hassan Blasim résume bien dans son recueil de nouvelles Cadavre Expo (Seuil, 2017).
Capture d'écran de Take a Breath
/par

Gökkuş : « Je fais passer des sentiments et non des messages »

Réalisateur et journaliste turc réfugié en France, Beraat Gökkuş continue à s’inspirer de sa vie parisienne pour faire des films. Après The Lost Pen, qui a remporté le prix du meilleur réalisateur et le meilleur film SmartFone Flick Fest 2020 (Australie) et le Festival International du Film Africain sur Smartphone, c’est le tour de Take a Breath; un film qui s’inspire du confinement pour traiter de la liberté d’expression. Il est déjà sélectionné pour le festival Super9Mobile (Portugal). Ancien résident de la Maison des journalistes, Beraat répond aux questions de L’oeil de la MDJ. Entretien.