Articles

Les prisonniers syriens d’Assad mettent tous leurs espoirs dans la justice européenne

[Par Shiyar KHALEAL]

Traduction de l’arabe par Liz ALSHAMI

« L’abattoir humain » est le titre d’un rapport publié par Amnesty International qui relate des actes de pendaisons collectives et d’extermination planifiée à grande échelle.

«En tant qu'ancien détenu, le terme d'abattoir est le seul approprié pour qualifier les crimes commis dans les prisons d'Assad.» Shiyar KHALEAL, groupe de travail pour les Détenus syriens

«En tant qu’ancien détenu, le terme d’abattoir est le seul approprié pour qualifier les crimes commis dans les prisons d’Assad.» Shiyar KHALEAL, groupe de travail pour les Détenus syriens

Saidnaya est un village en majorité chrétien dans la campagne de Damas où on trouve 21 monastères, 40 églises et une seule prison militaire. Dans cette prison, selon le rapport, sont pratiqués par le régime syrien des égorgements systématiques de civils au seul motif d’avoir pensé à s’opposer au régime ; depuis 2011, y ont été pratiquées des milliers d’exécutions sommaires sans autre forme de procès , sous forme de pendaisons collectives de nuit exécutées par d’autres prisonniers et dans le plus grand secret , parallèlement à des privations de nourriture, d’eau, de médicament et de soins médicaux, les cadavres étaient transportés dans des fosses communes dans la campagne de Damas avec la bénédiction du régime.

Une extermination collective égale à des crimes de guerre, selon les critères du Statut de Rome créant la Cour Pénale Internationale, se déroule au cœur de la capitale syrienne et sous le commandement d’hommes du régime de Bachar Al Assad, des meurtres de la pire espèce se pratiquent au vu et au su de tout le monde dans un silence assourdissant de la part des forces et instances internationales.

Dans cet abattoir humain, les exécutions sont ordonnées, selon le rapport d’Amnesty, par des responsables de haut niveau, avec l’approbation du grand mufti et sur injonction du ministre de la défense ou du chef d’état-major de l’armée, tous les deux mandatés pour agir à la place de Bachar Al Assad, le procureur général d’un tribunal d’exception signe aussi les ordres d’exécution ainsi qu’un représentant des organes sécuritaires; de même, une commission composée d’officiers, de fonctionnaires pénitentiaires et de représentants médicaux, dirige personnellement l’exécution des condamnations .

Selon des témoins, le rapport parle de 13 000 personnes exécutées sans jugement à Saidnaya, entre septembre 2011 et décembre 2015.

Les cordes des potences ne pouvant pas venir à bout des enfants à cause de leur petite taille, le bourreau est obligé de tirer leurs corps vers le bas pour les achever, ils partent dans l’au-delà où Jésus prononce leur éloge funèbre, oui, dans ce tombeau collectif il y a des milliers d’âmes qui continuent à souffrir et attendent un geste de ce monde incapable d’arrêter cette machine de mort.

Le rapport d’Amnesty est un des plus importants rapports, il atteste des meurtres de civils perpétrés par Al Assad, grâce à des témoins oculaires qui étaient sur place et ont échappé à la guillotine et à la mort promise. Face à ces preuves éloquentes, verrons-nous une réaction de l’opinion publique internationale dans le but de traduire la tête du régime syrien et ses sbires devant des tribunaux internationaux ou bien le monde se contentera de verser quelques larmes et de refermer le dossier, comme a été refermé le dossier «César» documenté par des milliers de photos de civils tués par la même machine de mort ? En tant qu’ancien prisonnier dans les geôles du régime, emprisonné pour avoir fait mon travail de journaliste opposant à Al Assad, j’ai vu des centaines de meurtres et je suis hanté par leurs âmes, ici dans cette belle ville qu’est Paris, et j’attends que toute l’Europe rende justice aux Syriens.

Les Syriens, dans toutes leurs composantes, demandent instamment au monde et aux organisations civiles des droits de l’homme d’agir vite pour mettre un terme aux crimes, ces crimes et emprisonnements de la part d’Al Assad sont la cause directe de la fuite des populations civiles qui se réfugient en Europe, les revendications des Syriens sont simples : comme tous les pays européens, ils demandent un État civil où sont respectés toutes les libertés et tous les droits et où règnent la justice et l’équité.

13000 personnes ont été pendues entre 2011 et 2015. La plupart d'entre elles étaient des civils. Et ces massacres de masse vont jusqu'à plus de 50 personnes pendues par semaine ©Working Group for Syrian Detainees

13000 personnes ont été pendues entre 2011 et 2015. La plupart d’entre elles étaient des civils. Et ces massacres de masse vont jusqu’à plus de 50 personnes pendues par semaine ©Working Group for Syrian Detainees

– Laisser entrer immédiatement des observateurs internationaux pour répertorier les cas de détention et de disparition forcées dans les prisons du régime syrien, prioritairement dans la prison militaire de Saidnaya (l’abattoir humain) et les autres prisons, branches des services de Sécurité comprises.

– Exiger la fin des condamnations à mort quotidiennes.

– Ouvrir une enquête internationale et traduire devant les tribunaux les responsables de ces massacres et de ces tortures dans les geôles syriennes.

– Exiger la libération immédiate de tous les détenus, en particulier les femmes et les enfants.

L’Europe, en tant que grande puissance, sera-t-elle capable de rendre justice aux Syriens ou bien le vent emportera-t-il toutes ces souffrances et la ville de Jésus, « Saidnaya », continuera-t-elle à être témoin des larmes et des gémissements ?

 

 

L’appel de Shiyar Khaleal, porte-parole de « Détenus d’abord » : « Les syriens méritent un futur libre de toute tyrannie »

13173116_1204431332902910_4281646736751400093_o[Par Shiyar KHALEAL]

Je me considère chanceux d’avoir survécu à l’épreuve de l’emprisonnement dans un des centres de détention de Bachar el-Assad. Depuis le début de la révolution Syrienne, en mars 2011, des centaines de milliers de personnes innocentes ont été arrêtées et retenues illégalement pour les mêmes motifs que ceux pour lesquels j’ai été accusé : la recherche de la liberté, de la démocratie et d’un gouvernement qui puisse rendre des comptes à son peuple. La vaste majorité de ceux qui ont été arrêtés n’ont pas survécu à leur détention et ne sont en conséquent pas capables de rapporter toutes les horreurs qu’ils ont vues et expérimentées. Et pour chaque personne tuée lors d’une incarcération, des milliers d’autres languissent dans une captivité où elles passent par la famine, la torture, et trop souvent par la violence sexuelle. L’ancien chef procureur de la Cour spéciale de Sierra Leone, Desmond Lorenz de Silva, a comparé la torture à l’intérieur des prisons d’Assad à « du meurtre à échelle industrielle »

Tandis que l’attention du monde se porte sur l’issue de l’élection des Etats-Unis, le 16 novembre j’ai voyagé à Bruxelles avec une délégation d’avocats défenseurs des droits humains des Syriens, ainsi que des anciens détenus pour rencontrer des diplomates européens d’expérience. Notre message est clair : appeler l’Europe à devenir un véritable partenaire moral du peuple Syrien et paver la route pour une nouvelle approche compréhensive de la Syrie. C’est aujourd’hui encore plus important étant donné le résultat des élections américaines. Notre délégation à Bruxelles porte la responsabilité d’être la porte-parole de tous ceux qui ont péri en détention. Ces personnes sont toutes une sorte de rappel constant de pourquoi nous, Syriens, sommes tout d’abord venus dans les rues, et pourquoi notre révolution perdure.

Les efforts pour assurer la libération des détenus sauveront des vies et aideront à débloquer certains efforts pour atteindre une solution politique. Le peuple syrien a demandé à de nombreuses reprises de libérer ces détenus dans l’optique de reconstruire une certaine confiance. Accomplir des progrès sur le dossier des détenus demeure un moyen de recommencer des négociations significatives pour une transition politique.

La justice et la paix en Syrie apporteront aussi plus de sécurité en Europe. La crise des migrants et la montée des attaques terroristes montre que l’Europe n’est pas isolée de la crise en Syrie. Cependant, ni le terrorisme ni la crise des migrants ne seront résolus sans réelle responsabilité de la Syrie. Sans des pas concrets pour s’occuper de la culture de l’impunité en Syrie, il y a un risque sérieux de voir le peuple syrien perde espoir en des principes tels que ceux des droits humains internationaux et la loi humanitaire. Un tel environnement ne fera qu’attiser le conflit.

C’est donc dans l’intérêt de l’Europe de s’assurer des conséquences des violations de ces droits humains et de mener des nouveaux efforts pour libérer tous les Syriens détenus sans aucuns droits. Il y a des pas concrets que l’Union Européenne peut faire pour garantir la justice et la responsabilité du peuple Syrien. Par exemple l’Union Européenne et ses Etats membres devraient mener un effort dans l’Europe et dans l’assemblée générale des Nations Unies pour que soient mis en place des dispositifs d’aide et de contrôle internationaux, tels que le Comité International de la Croix Rouge, pour avoir un accès immédiat à toutes les installations de détention syriennes, incluant des installations secrètes contrôlées par des milices étrangères. Comme l’horrible portrait de César le dépeint, certaines des formes les plus sévères de « justice » d’Assad sont distribuées avec une régularité intimidante dans ces installations mêmes, avec des détenus systématiquement sujets au viol, à la torture, à la famine, à la suffocation, et à des blessures par balle.

Tandis que la responsable des affaires étrangères de l’Union Européenne Federica Mogherini intensifie son engagement régional, nous l’appelons à pousser le régime – ainsi qu’à ses maîtres à Moscou et Téhéran – à suspendre tous les ordres d’exécution dans les centres de détention. Les auteurs de kidnapping, de torture et d’exécution de personnes innocentes doivent être tenus pour responsables. Cette responsabilité n’aidera pas seulement la volonté des victimes d’obtenir justice, mais elle empêchera d’autres crimes d’être commis dans le futur, sur le court terme et aussi dans l’optique d’apaiser la violence actuelle.

L’Europe a une longue et vénérable histoire en ce qui concerne son soutien aux efforts mis en place pour accomplir une justice qui fasse transition pour les victimes de crimes de guerre. Elle sert d’hôte à la Cour Criminelle Internationale, la Cour Internationale de Justice, ainsi qu’à d’autre tribunaux mis en place pour assurer la justice envers des victimes de crimes de guerre. Il est temps pour l’Europe de montrer ces mêmes qualités de leader dans sa recherche active pour protéger et apporter de la justice à tous les Syriens. Ceci doit être un message univoque de la part des dirigeants européens au président fraîchement élu Trump.

Les Syriens méritent un futur où ils puissent vivre en sécurité, libres de toute tyrannie et de la peur de bombes lancées à tort et à travers. Mais tant que des centaines de milliers de Syriens sont détenus illégalement, aucun Syrien n’est libre. C’est pourquoi nous avons besoin de l’Europe pour se mettre debout et assurer le fait que ceux qui sont responsables des abus et des tortures à l’intérieur des prisons Syriennes seront traduits en justice. Une responsabilité et une justice de transition sont des éléments essentiels pour garantir une Syrie libre pour tous les Syriens.

 

Traduction par Johanna Galis.

 

 

Grève de la faim de jeunes syriens à Paris en réaction aux bombardements du régime et de la Russie

[Par Shiyar KHALEAL]

Un groupe de jeunes syriens indépendants a entamé une grève de la faim ouverte à Paris, pour condamner les bombardements du régime syrien et de la Russie sur les zones habitées par des civils à Alep et dans le reste des provinces.

Un groupe de jeunes syriens a entamé une grève de la faim Place de la République, pour condamner les bombardements du régime syrien et de la Russie à Alep Crédits photo : Shiyar Khaleal

De jeunes syriens en grève de la faim, place de la République à Paris, en réaction aux bombardements du régime et de la Russie à Alep
Crédits photo : Shiyar Khaleal

Réunis place de la République à Paris pour transmettre la douleur de leur peuple et les souffrances causées par les massacres en cours dans leur pays, les syriens, qui ont commencé ce mouvement le 25 septembre 2016, et qui continuent quotidiennement, ont été rejoints par un certain nombre de français solidaires à la révolution syrienne.

Dans la déclaration intitulée « grève du sang », les jeunes grévistes syriens partagent plusieurs demandes et rappellent que le sang des civils est sacrifié depuis 5 ans dans un bilan qui a atteint 500 000 morts, dont des milliers de femmes et d’enfants ainsi que plus d’1 million de blessés à vie par cette machine de guerre.

Un groupe de jeunes syriens ont entamé une grève de la faim Place de la République, pour condamner les bombardements du régime syrien et de la Russie à Alep Crédits photo : Shiyar Khaleal

Crédits photo : Shiyar Khaleal

La déclaration dénonce également la pluie de barils de TNT lancée par le régime sur les villes syriennes, les transformant en un laboratoire expérimental pour armes russes non conventionnelles.

Face au massacre de centaines de personnes par jour devant l’aveuglement et le silence du monde entier, cette grève de la faim à pour but d’appeler la Communauté Internationale à faire une grève du sang syrien et d’exiger l’arrêt immédiat des bombardements sur les civils.

Les organisateurs de cette grève ouverte, invitent tous les syriens en Europe et à travers le monde à rejoindre le mouvement sous la même bannière et exiger de la Communauté Internationale une « grève du sang » syrien. « Parce le sang syrien est un, que le tueur est un aussi, et qu’il massacre les syriens par tous les moyens (arrestations arbitraires, tortures, exécutions, bombardements…), nous appelons tous les syriens à travers le monde à la grève de la faim afin d’interpeller la Communauté Internationale et d’exiger d’elle la « grève du sang » syrien, en faisant pression sur la Syrie et la Russie pour arrêter le massacre de civils innocents ».

Crédits photo : Shiyar Khaleal

Crédits photo : Shiyar Khaleal

« Rejoignez cet appel qui réclame justice pour la cause syrienne ! Les syriens, aujourd’hui, défendent et réclament le droit à la vie sur cette terre millénaire sur laquelle s’est construite la civilisation humaine. Ils défendent leur droit de vivre en paix dans ce monde. »

Il est à noter que cette grève ouverte est accompagnée d’autres activités de sensibilisation, et en collaboration avec plusieurs grévistes syriens établis en Suède.

Le village du monde de la Fête de l’Humanité : un endroit hors du monde

[Par Nahed BADAWIA]

La fête de l’Humanité est un événement organisé tous les ans par le journal L’Humanité au cours du second week-end de septembre. C’est une fête politique où le Parti communiste français et les divers groupements de gauche sont fortement représentés. La fête de l’humanité comprend des activités politiques ainsi que de nombreuses activités culturelles et de divertissement. Chaque année, la fête de l’Humanité accueille plus d’un demi-million de visiteurs.

Le « village du livre »

Il accueille des centaines d’écrivain venus dédicacer leurs ouvrages et des dizaines de débats. Le débat le plus important cette année était par l’écrivain Bernard Thibault qui persiste et signe à la Fête de l’Humanité : « La troisième guerre mondiale est sociale » le titre de son ouvrage connu.
Bernard Thibault, l’ancien secrétaire général de la CGT et désormais membre du conseil d’administration de l’organisation internationale du travail (OIT), a dit « La moitié de la population active ne dispose pas d’un contrat de travail et 168 millions d’enfants sont des travailleurs ». Son opinion est aussi que c’est la responsabilité des firmes multinationales, mais aussi de l’Union Européenne, du FMI, de l’OMC, du G20, de la Banque mondiale.
Le village du monde: un endroit hors du monde
L’idée de ce village du monde est une très belle idée, parce qu’on peut voyager d’un pays à un autre et d’un continent à un autre dans un même territoire sans frontières. Le village du monde est un espace dans la fête où on peut parler, discuter, débattre, danser, déguster les variétés des repas traditionnels de par tout le monde, ensemble, en communion.
Mais la majorité des débats cette année 2016 se sont passés hors du monde. Il n’y avait aucun débat autour des deux pays, la Syrie et l’Iraq, alors qu’ils sont au cœur de l’actualité.
Les débats dans  » La scène des luttes internationales » étaient:
1- UE, Otan, Russie : les Etats d’Europe de l’est et du Nord ont-ils tué l’idée de maison européenne commune ?
2- Traités de libre-échange : vers la fin du consensus néolibéral en Europe et aux États-Unis ?
3- Libérez Marwan Barghouti
4- La poussée des nationalismes est-elle irrésistible en Europe ?
5- Soirée de solidarité avec le Brésil
6- Pourquoi la France a choisi l’Arabie Saoudite comme alliée ?
7- Comment combattre Daech ?
8- Le continent africain face à la justice internationale
9- Après le coup d’Etat contre la présidente Dilma Rousseff, quelles perspectives pour la gauche brésilienne ?
Chercher ailleurs dans les petits stands

© Nahed BADAWIA

© Nahed BADAWIA

Juste quand on est arrivé à la fête de l’humanité on s’est trouvé plongés dans une manifestation pour la Palestine et les manifestants créaient: Palestine vivra, Palestine vaincra. Et on a partagé avec eux en criant ce slogan.

Nous sommes arrivés au stand du  Parti des travailleurs du Kurdistan avec les photos de son président, Abdullah Öcalan, et les panneaux pour revendiquer sa libération.

La responsable politique de leur stand , Perssim Sarhat, a répondu à nos questions (traduites du kurde par Shiyar KHALEAL):

Nahed Badawia:  Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous participez à la Fête de l’Humanité?

Perssim Sarhat :  Il y a une guerre en Kurdistan et nous on est là pour diffuser les concepts des droits humains, pour expliquer la question kurde, et pour lutter pour la libération de  Abdullah Öcalan. D’ailleurs en ce moment il y a une guerre en Rojava ou on participe contre Daech

Nahed Badawia: Que veut dire Rojava?

© Shiyar KHALEAL

© Shiyar KHALEAL

Perssim Sarhat :  C’est la Syrie »

Nahed Badawia :  Mais on dit Syrie, non? »

Perssim Sarhat : Je parle du Kurdistan de l’est.

Nahed Badawia : Participez-vous en tant que parti PKK dans cette guerre?

Perssim Sarhat : On soutient les Kurdes partout dans leur guerre; donc oui on participe à cette guerre.

Nahed Badawia : Et en Irak et en Iran?

Perssim Sarhat : Tous les kurdes sommes frères partout et en Iran il y a une organisation militaire « pjak » nous  la soutenons quand elle a besoin.

Nahed Badawia : Votre parti est contre Erdogan, pourquoi vous n’avez pas soutenu le putsch contre lui?

Perssim Sarhat : Notre parti n’était pas avec les putschistes contre Erdogan. On est contre les putschistes et contre Erdogan car ils ont voulu imposer la dictature et sont contre les kurdes.

Ensuite, on est passé à côté du stand « Les femmes solidaires » on a entendu qu’elles discutaient de polygamie, et qu’elles sont contre ce mode de vie amoureux, mais elles ne sont pas contre les femmes dans la polygamie parce que celles-ci en sont victimes.

Le stand de l’Ensemble

Le responsable politique dans le stand du groupe  » Ensemble » qui fait partie du  Front de gauche, Francis Sitel a répondu aux questions:

Nahed Badawia : Vous allez participer à la campagne électorale?

Francis Sitel ©Nahed BADAWIA

Francis Sitel ©Nahed BADAWIA

Francis Sitel : On est dans une phase de préparation de la campagne d’élections et maintenant la question de coalition pour l’élection est en débat dans l’ensemble de la gauche. Nous allons essayer de rassembler toutes les gauches qui ont combattu  la politique du gouvernement de Hollande, particulièrement concernant la Loi Travail

Nahed Badawia : Vous êtes avec la révolution syrienne pour la liberté et la démocratie?

Francis Sitel : Être avec la révolution syrienne c’est une caractéristique de quelques forces au sein de la gauche, il s’agit d’être solidaire avec la révolution syrienne et il faut combattre à la fois Daech et Bachar al Assad et ne pas, au nom du combat contre Daesh, justifier la politique de Bachar al Assad et chercher l’alliance avec lui.

Nahed Badawia : Que pensez-vous de la position de la gauche française par rapport à la Syrie ?

Francis Sitel : Les positions majoritaires  au sein de la gauche  française sont dramatiques et honteuses.

Nahed Badawia : Pensez-vous que l’ONU fonctionne bien pour la  question Syrienne? Et aussi pour la paix dans le monde en général?

Francis Sitel : Non parce que l’ONU est complétement bloquée par les vétos russe et chinois, donc elle est totalement impuissante. Et on voit tout ce qui se passe maintenant dans les négociations entre Washington et Moscou et on craint que l’effet ne soit pas positif pour le peuple syrien.

Nahed Badawia : Donc c’est une lutte commune et internationale pour changer les règles de l’ONU qui sont rédigés par les cinq vainqueurs de la deuxième guerre mondiale et sont imposés sur tout le monde pour gérer la guerre froide.  Ne pensez-vous pas qu’il faut lutter ensemble pour les changer car en ce moment le monde est en train de sombrer?

Francis Sitel : Oui bien évidement, il faut mobiliser les peuple contre leurs gouvernements pour ne pas accepter l’inacceptable.

Le stand du front populaire en Turquie

Le responsable politique du stand, Deniz, a répondu aux questions:

Nahed Badawia : Pouvez-vous me donner une idée de ce qu’est votre parti?

Deniz : Le Front populaire de Turquie est un mouvement populaire révolutionnaire de gauche qui existe de  plus de 35 ans en Turquie.

Nahed Badawia : Etiez-vous avec les putschistes contre Erdogan? Et qu’elle est votre position de l’état d’urgence actuel en Turquie?

Deniz ©Nahed BADAWIA

Deniz ©Nahed BADAWIA

Deniz : Le coup d’état était perpétré par un mouvement islamiste  de Gulen par des  colonels de l’armée qui étaient opposé Erdogan. C’était un conflit d’intérêt dans le gouvernement-même : en effet, Erdogan était un allié très proche de Gulen, donc le peuple turc n’aurait rien gagné de tous les deux.

Nahed Badawia : Etiez-vous avec la révolution Syrienne pour la liberté et la démocratie?

Deniz : Nous en tant que peuple turc sommes contre l’ingérence en Syrie de notre pays,  mais le peuple syrien a le droit de revendiquer la démocratie.

 

Nahed BADAWIA et Shiyar KHALEAL © Nahed BADAWIA

Nahed BADAWIA et Shiyar KHALEAL © Nahed BADAWIA

Pour nous en tant que journalistes syriens, il semble que le jeu de carte des grandes puissances de ce monde va se faire sur le sang de notre peuple.  Nous n’avons pas trouvé la cause Syrienne dans cette fête sauf un drapeau de la révolution qui était parmi d’autres drapeaux à vendre. Nous en avons profité pour prendre une photo avec ce seul drapeau syrien, seul dans cette fête malheureusement.

A la fin, nous sommes sortis de la fête en rêvant que l’on pourra utiliser une espace public comme celui-ci dans une future Syrie libre et démocrate, qui œuvrerait pour tous les partis de gauches et pour toutes les tendances politiques.

 

PORTRAIT : Homam Fayad ou le rêve d’étudier en France

[Par Mortaza BEHBOUDI]

Étudiant syrien ayant dû fuir son pays en guerre, Homam Fayad a décidé de poursuivre ses études universitaires à Paris. Multipliant les efforts, il espère intégrer et valider un master qu’il a dû abandonner. Lire la suite

L’os du parti Baath tel une excroissance à mon pied

[Par Rana ZEID]

Traduit de l’arabe au français par Racha Lotfi

La branche était cassée, séparée du reste de l’arbre, mais elle restait accrochée aux autres branches, je la voyais comme si elle représentait toutes les choses révolues, le vent ne l’avait pas encore faite tomber sur le sol, le vent lui prédestinait quelque chose, qui suis-je pour pousser le vent d’un coup de main ?

En observant la branche, contenant mon étonnement, je me mis à scruter l’arbre dont j’ignorais le nom, l’arbre qui croissait dans une rue un peu lointaine des bruits de la ville française de Rouen. Pour la première fois, je remarquais que le tronc de l’arbre s’écaillait et ressemblait exactement aux vêtements de camouflage des Marins (américains), à ces tissus dont on fabrique les uniformes militaires et, j’ai réalisé que les uniformes se déguisaient en arbres, non pas à l’inverse ; c’est-à-dire que ces variations entre le vert clair et le vert sombre étaient l’œuvre de la nature.

Il y avait un pont pour le train, sur ses deux côtés, des échelles pour descendre et monter. Je me suis souvenue quand, pour la première fois de ma vie, je vis les soldats de l’armée arabe syrienne, se recroqueviller sous un pont semblable à Damas, pour tirer sur les manifestants. Je ne réalisais pas alors que j’étais sous les feux, je n’avais pas connaissance de la nature du danger, les balles étaient destinées au peuple entier, tandis que moi j’écarquillais les yeux en suivant du regard, comme hébétée, sans scrupule, ces soldats de l’armée arabe syrienne. Ils étaient ridicules, parce que leur image se confondait avec celle de l’ennemi israélien, cette image dans ma tête que j’attendais dans la réalité, pour lui cracher dessus, pour crier : « la Syrie est à nous, elle n’est pas à Israël ».

(Source : Muzaffar Salman)

(Source : Muzaffar Salman)

Durant les cours de formation militaire, ces cours hebdomadaires obligatoires, au collège et au lycée, on nous apprenait des méthodes de défense verbales, à l’encontre de l’ennemi sioniste impérialiste brutal. Nous scandions des slogans, je ne me souviens d’aucun. Peut-être était-ce du genre : « notre leader pour l’éternité, le loyal Hafez Al Assad ».

On a traîné la fille assise à mes côtés sur le banc de classe baassiste. On l’a traînée par les cheveux, j’étais en classe de 4ème ; des femmes grosses et maigres, les monitrices, celles qui organisaient les affaires internes de l’école. Elles ont traîné la fille –que ma mémoire ? dans une forme de protection, me soulage de la douleur de me souvenir de son nom – et se sont mises à la rouer de coups de pied. Ce que je fis, c’était de dire à la maîtresse que je voulais sortir aux toilettes, je voulais savoir quel délit avait-elle commis pour qu’on l’attrape de la sorte. J’ai dit : « je vous en prie, je souffre d’une inflammation urinaire », il ne nous était pas facilement permis de sortir du cours, même pour nos besoins, il nous fallait supplier et demander l’autorisation.

Dans le couloir, j’ai vu son corps chétif, recouvert d’un tissu vert, le tissu des uniformes que nous avions l’obligation de porter, nous, les petits soldats d’Assad. J’ai vu son corps gémir sous les pieds de la monitrice qui avait teint ses cheveux courts d’une couleur proche de la rouille. Je me mis à l’insulter, j’ai couru dans les escaliers, descendu vers la cours de récréation puis je suis entrée dans les toilettes crasseuses qui n’étaient nettoyées de l’urine et des immondices que les jours de fêtes nationales glorieuses. Je me suis bouchée le nez avec les doigts, pour ne pas humer les odeurs nauséabondes. J’eus un instant d’absence, je ne veux pas aller aux toilettes, puis je suis retournée en classe, à mon siège, remerciant la professeur de mathématiques, si généreuse de m’avoir accordé cinq minutes pour assouvir un besoin naturel.

Suis-je un arbre, avec ce tissu vert que je porte ? Ce tissu de mauvaise qualité, peu coûteux, rapporté par ma mère, commençait à se débarrasser de ses couleurs à chaque lavage hebdomadaire. Ma tenue militaire était devenue beige, j’étais différente et heureuse de l’être et, chaque fois que la monitrice m’en parlait, je lui répondais :

« je suis pauvre, ils ne peuvent m’acheter un nouvel uniforme», je m’excusais avec pudeur, alors elle acceptait et me disait de disposer. Mon uniforme était large, je portais la ceinture à la taille, ce qu’on appelait « annitaq », il me semblait que c’était une ceinture de chasteté. Je mettais également les grades aux épaulettes, je ne commettais aucune infraction. Je portais le képi militaire dans la cours de récréation, cachais mes yeux éteints et apeurés. Une seule question me turlupinait : Hafez Al Assad mangeait-il les pépins de courge, seul ou quelqu’un les lui décortiquait-il avec les dents pour en extraire la pulpe délicieuse ? Et si quelconque le faisait pour lui, n’était-il pas dégoûté ? Malgré son pouvoir de d’assouvir tous ses désirs, il ne peut qu’être dégoûté. J’aimais les pépins de tournesol, peu onéreux et très répandus en Syrie.

Les jours suivants, j’ai appris que le lynchage et la brutalisation de la fille qui partageait mon banc de classe, était dû à la « défiguration » du martyr Bassel Al Assad. J’ai voulu savoir comment elle l’avait défiguré ? Le martyr avait-il perdu son visage dans la tombe ? Les thèses se condensaient dans ma tête et en vérité j’ignorais comment quelqu’un pouvait déformer le visage d’un absent, mort en l’occurrence. J’ai glissé ma main dans le tiroir de ma compagne et, j’ai découvert une photo de Bassel Al Assad. Une partie du visage était déchirée, à l’emplacement de la bouche, je me suis dit : « le voilà sans bouche, réduit au silence, mort et hideux ». Mais la fille n’est jamais revenue à mes côtés. Etait-elle morte ?

Je quittais la classe, à chaque cours, je me cachais derrière les ombres, je fuyais, m’envolais, me baladais dans la ville et, le plus étrange était que je laissais mon âme suspendue, comme un ballon, par un mince fil. Mais dès que la maîtresse me parlait ou m’interrogeait, je lui donnais les réponses qu’elle attendait, immédiatement, j’étais programmée selon leur volonté. Je considérais mon âme, mon intérieur comme une chose à part, où le mensonge, l’hypocrisie politique n’existent pas.

(Source : Muzaffar Salman)

(Source : Muzaffar Salman)

Quelques jours après l’incident de la fille, j’ai apporté des photos de Bassel Al Assad que j’ai mises dans mon cahier. Je les contemplais durant les cours et il était de mauvais aloi qu’un professeur s’en récrimine parce qu’il s’agissait des photos de Bassel Al Assad. Je réagissais avec une totale hébétude, une passivité quasi systématique, afin de me débarrasser de toute obligation. J’avais une irrésistible attraction vers la perfection de l’image, attentive à sa contemplation, je cherchais à comprendre, quel est le secret de ce défunt ? Jusqu’à l’arrivée d’une amie qui me dit : « c’est un homme mauvais », je lui demandais : « comment le sais-tu ? » Elle répondit que le fils du président avait intercepté le passeport de l’amie de sa mère, pour l’empêcher de voyager à l’étranger, parce qu’elle lui plaisait.

J’eus l’envie de me débarrasser des photos et, par crainte de ne laisser aucune trace, je déchirais les photos dans une assiette vide et les brûlais jusqu’à ce que leurs cendres se confondent avec la couleur blanche de l’assiette. A la maison, je cessais de m’alimenter. Je devins extrêmement maigre, famélique sous l’uniforme militaire obligatoire, comme si j’étais un conscrit punissable d’avoir enfreint un pacte militaire.

A l’époque, je sautillais beaucoup. Un matin, en allant à l’école, je sautais l’espace de cinq marches d’un coup et tombais en bas de l’escalier. Je ressentis une effroyable douleur au pied, une douleur terrible et lancinante, mais j’ai poursuivi mon chemin à l’école. Durant le cours scolaire militaire, la monitrice nous alignât pour les exercices physiques. Je souffrais le martyr en silence, retournant dans ma tête une phrase, m’exerçant à la manière de l’exprimer : « j’ai mal, je me suis cassée le pied », je la répétais maintes et maintes fois, en remuant mon pied avec une extrême lenteur, exécutant les ordres et exercices militaires. Je faillis m’effondrer et criais enfin : « Mademoiselle, s’il vous plaît, je me suis cassée le pied ». Je ne sais plus de quelles ignobles injures elle m’abreuva, me sommant de ne pas quitter ma place, de poursuivre les exercices et de me taire.

Mais après coup, ce dont j’ai le souvenir et jusqu’à ce jour, c’est qu’à chaque fois que je touche la cambrure de mon pied, je suis surprise par la présence d’une excroissance osseuse, là où la fracture s’est consolidée, suite à une malencontreuse négligence.

J’appelle cette protubérance osseuse « humaine » qui émerge de mon pied, l’os du BAATH, l’os du Parti axiomatique, la Syrie. Et j’hésite à corriger sa difformité par une chirurgie esthétique, parce que la mémoire n’est pas corrigible.

L’uniforme militaire porté dans les collèges et les lycées était un habit qui recouvrait les corps des jeunes filles et des jeunes hommes. Je ressentais que mon corps cachait une belle énigme, mon sein s’évanouissait sous l’énorme poche conçue sur le devant de la veste. Nous avions l’innocence des arbres, écrasés comme si nous étions des soldats félons.

Mais je me souviens aussi, lorsque la directrice du lycée introduisit des camarades masculins (de la jeunesse baassiste) et que le premier harcèlement subi dans ma vie fut à l’intérieur même de l’école. Je fus molestée par l’attouchement du camarade, effrontément. On leur permettait d’entrer à l’école et de s’amuser avec les mineures. Plus tard, je découvris que le groupe du Parti était le lieu d’agressions sexuelles sur les jeunes filles qui acceptaient de rester après la fin de la réunion de la jeunesse baassiste. Toutes étaient mineures. Damas était une ville complaisante et disponible à la militarisation, l’esclavage et l’inutilité. Au nom des concepts du Parti Arabe Socialiste du Baas existentialiste. Et, au nom du leader (al mufadda = pour lequel on sacrifierait sa vie) Hafez Al Assad, Patron de la Jeunesse, Protecteur des demeures contre le féroce ennemi israélien.

 

(Paru dans Al Jumhurya le 28/3/2016)

Paris, Pause Bougies à Place de la République

[Par Sakher EDRIS]

Photos de Mortaza BEHBOUDI

IMG_8883Naji al Jerf a été assassiné à Gaziantep par un tireur équipé d’un silencieux, comme Ibrahim Abdul Kader, un membre de «Raqqa qu’on égorge Silencieusement (RBSS) » et son collègue Fares Hammadi, qui ont été retrouvés décapités dans la ville turque d’Urfa par des assassins inconnus. Daech avait menacé Naji, et en conséquence, il en avait informé la sécurité turque le 29 juin 2015, mais aucune mesure n’a pas été prise pour le protéger.

Le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression appelle le gouvernement turc à protéger les journalistes syriens ciblées et les acteurs de l’information, et souligne la nécessité de traiter ces menaces au sérieux et de prendre toutes les mesures de sécurité pour assurer la sécurité des journalistes.

Les lois locales en Turquie assurent la protection des citoyens turcs et de tous les individus résidants à l’intérieur du territoire turc. En outre, l’article 79 du Protocole Additionnel aux Conventions de Genève de 1949 souligne que les journalistes civils qui exercent leurs fonctions dans les conflits armés doivent être respectés et protégés contre toutes les formes d’attaques délibérées.

Le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression appelle tous les Etats signataires de la Charte des Nations Unies et de ses agences à agir immédiatement pour assurer la protection et la sécurité des journalistes, des acteurs de l’information et le personnel associé, et d’engager toutes les procédures nécessaires pour éviter l’impunité des auteurs de ces crimes, conformément à leurs obligations en vertu du droit international et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, en particulier la résolution 1738 qui a été adoptée par le Conseil de sécurité le 23 décembre 2006, et la résolution 2222 qui a été adoptée par le Conseil de sécurité le 27 mai 2015.

IMG_8890C’est une terrible tragédie pour toute la communauté internationale et pour l’humanité, si ceux qui travaillent pour faire connaître les événements et les faits ayant lieu en Syrie meurent au cours de leur mission. Ceci est le résultat de la faiblesse de la protection locale et internationale et de la poursuite de la mobilisation des extrémistes fondée sur l’intolérance et la négation des droits à la liberté d’expression. De telles pratiques sont le fait de toutes les parties du conflit syrien, en particulier le gouvernement syrien et l’organisation de l’Etat islamique « Daesh ».

A noter : Le numéro vert du Comité international de la Croix-Rouge est à la disposition des journalistes qui font face à des difficultés lors de conflits armés. Son but est de fournir la protection et l’assistance nécessaires, via le numéro de téléphone : +41792173285 ou via le bureau de CICR le plus proche.

Pour contacter le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression :

courriel : y.b@scm.bz

tél. : 009415222092537