CAMEROUN : ASSASSINAT DU JOURNALISTE MARTINEZ ZOGO, À QUAND LA FIN DE L’ENQUÊTE ?

© AFP

Au lendemain de la découverte du corps mutilé et sans vie du journaliste, le 22 janvier 2023 à Ébogo, une banlieue de Yaoundé, la sphère médiatique camerounaise, avec l’implication de certains médias étrangers notamment français, s’était mobilisée afin que justice soit rendue à ce dernier. Une enquête avait alors été ouverte. Un an plus tard, les juges peinent toujours à se prononcer définitivement. Dans ce pays où les assassinats de plusieurs journalistes sont restés non élucidés jusqu’à ce jour, l’enquête est désormais bloquée dans les placards de la justice comme il est de coutume.

Très actif dans le milieu médiatique camerounais, Martinez Zogo, de son vrai nom Arsène Salomon Mbani Zogo était surtout connu comme le dénonciateur par excellence des détournements de fonds publics. Un phénomène très récurent qui plombe l’économie du pays et y crée une misère sans précédente. Auteur de l’émission “Embouteillage” qu’il présentait sur “Amplitude FM”, une radio très populaire de la capitale politique, il avait disparu le 17 janvier 2023 dans des conditions mystérieuses.

Cinq jours après, les Camerounais découvraient, avec stupeur, sans vie et dans un état de putréfaction avancée, le corps de leur journaliste préféré. Traumatisés par cet énième assassinat de journaliste dans ce pays, certains hommes politiques, la société civile, les hommes de médias… comme à l’unisson, avaient exigé l’ouverture d’une enquête afin que soient condamnés les auteurs de ce crime odieux.

Les mis en cause

Tout juste après la découverte de la dépouille du célèbre homme des médias, les accusations, pointant du doigt des personnalités bien connues dans le pays, n’avaient cessé d’enfler en spéculation avec des commentaires à la pelle. Le juge de la gendarmerie nationale chargé de l’enquête, avait surtout évité de se laisser emporter par les émotions des populations. Mais après plusieurs mois sans véritablement se prononcer, le président de la République, monsieur Paul Biya, mettait sur pied une commission mixte police-gendarmerie avec la nomination, en août 2023,  d’un nouveau juge, monsieur Sikati, le premier ayant été dessaisi. S’en était alors suivie une vague d’interpellations.

Le journaliste Martinez Zogo. © DR

Au total, quatorze personnes sont aujourd’hui placées en détention provisoire. Parmi elles figurent des grosses têtes comme Amougou Belinga, grand magna de la presse camerounaise, Maxime Éko Éko, encore patron, à ce moment, de la Direction Générale des Renseignements Extérieurs ( D.G.R.E. ) ou encore Justin Danwé, encore directeur, à ce moment, des opérations à la D.G.R.E. Toutes ces personnes sont mises en examen pour « complicité d’enlèvement et de torture ».

Un jeu de ping-pong

Ayant été entendu le premier, Justin Danwé avait reconnu avoir effectivement participé à l’enlèvement de la victime mais sous les ordres de monsieur Amougou Belinga qui était, plus que jamais, décidé à en découdre avec celle-ci pour l’avoir dénoncé dans le cadre des détournements des deniers publics. Amougou Belinga, quant à lui, avait déclaré ne pas connaître monsieur Danwé et donc que ses propos n’engageaient que lui. Exempté de toute implication dans cette affaire, selon le témoignage de son second, l’avocat de Maxime Éko Éko (qui avait déclaré, lors de son audition, n’être au courant de rien dans cette affaire, et ce, malgré l’implication de plusieurs de ses éléments), avait souhaité du juge une confrontation entre sieur Danwé et son client afin que celui-ci rétablisse toute la vérité qui devait, en principe, l’absoudre et convaincre le juge de le libérer. Cette demande était restée lettre morte mettant ainsi un terme aux différentes auditions des mises en cause. Depuis lors, rien ne s’était plus passé. C’est ainsi que “L’affaire Martinez Zogo” n’avait plus donné de suite.

Un nouveau rebondissement

Alors que les Camerounais vibraient déjà au rythme des préparatifs des fêtes de fin d’année, nombreux parmi eux étaient ahuris d’entendre parler, le 1er décembre 2023, à travers les réseaux sociaux et d’autres voies de communication, de la libération du grand magna de la presse camerounaise et du désormais ancien patron de la D.G.R.E. Mais la joie fut de très courte durée du côté des fans et des membres des familles des détenus qui s’apprêtaient déjà à célébrer cette victoire. Car, quelques heures plus tard, le juge avait déclaré qu’il s’agissait d’une fausse ordonnance en circulation. Mais cela allait lui coûter son poste car, quelques semaines plus tard, il sera démis de ses fonctions par un décret du président du tribunal militaire de Yaoundé qui, par la même occasion, nommait un nouveau juge, le lieutenant-colonel Ndzié Pierrot Narcisse.

Celui-ci a aussitôt relancé l’enquête en plaçant en détention le maire de la banlieue où le corps sans vie du journaliste avait été retrouvé. Il est aussi accusé de complicité dans cette affaire. Depuis lors, ce dernier est en détention à la prison centrale de Yaoundé où séjournent les autres suspects. En espérant donc que le nouveau juge va accélérer l’enquête, afin que justice soit rendue au défunt, nous continuons d’avoir un œil fixé sur cette affaire qui n’a cessé de faire couler beaucoup d’encre.

Grégoire Blaise ESSONO.

Articles recommandés