L’Afrique associée à Paris pour l’ Université d’été d’ATTAC France

[Par Makaila NGUEBLA]

Né il y a 15 ans, ATTAC est une structure associative française qui s’est spécialisée dans les crises internationales. Par des propositions, elle contribue à trouver des solutions à des questions préoccupantes. Mouvement altermondialiste, ATTAC est réputée pour son travail de plaidoyer et de lobbying, mais aussi par un engagement soutenu dans un cadre militant.

 Un moment de l’ Université d’été 2014 : Vue des participants dans l’enceinte de l’université Paris Diderot (Crédit photo : Makaila Nguebla)

Un moment de l’ Université d’été 2014 : Vue des participants dans l’enceinte de l’université Paris Diderot (Crédit photo : Makaila Nguebla)

Pour cette année, ATTAC-France a organisé, du 19 au 23 août 2014, l’Université d’été des mouvements sociaux européens venus de plusieurs pays pour débattre des divers sujets qui préoccupent la planète.

L’université Paris Diderot a servi de cadre de réflexion et d’expositions, envahie par des stands à l’allure du forum social mondial. On y trouve des publications, des brochures et autres productions intellectuelles.

Des débats thématiques sur l’environnement, la migration, l’accaparement des terres, le réchauffement climatique ou les crises financières ont été animés par des panelistes venus de la sphère associative ou des universités européennes.

L’Université d’été d’ATTAC a été un point de rencontre pour des journalistes et des médias alternatifs indépendants réalisant des interviews et des reportages.

L’Afrique associée 

Un moment de  l’ Université d’été 2014 : Salle des débats à l’université Paris Diderot (Crédit photo : Makaila Nguebla) 

Un moment de l’ Université d’été 2014 : Salle des débats à l’université Paris Diderot (Crédit photo : Makaila Nguebla)

Des organisations de la société civile africaine ont été conviées par leurs partenaires européens dans le cadre d’un échange et d’un partage d’expériences entre les pays du nord et ceux du sud.
Des mouvements associatifs africains venus du Bénin, du Mali et du Gabon, ont participé activement à ces panels où des sujets sur l’épineuse question de l’endettement des pays africains, des accords de partenariat économique entre les pays d’Afrique et l’Union européenne, ont dominé les débats.
L’endettement des pays en développement est jugé illégal par les mouvements sociaux européens et leurs partenaires. Ils ont plaidé pour l’annulation pure et simple de la dette tout en estimant que c’était une forme de domination économique et de pillage de ces États incapables de se relever du fait du taux élevé de remboursement fixé par les institutions financières internationales.
L’Université d’été d’ATTAC des mouvements sociaux européens s’est achevée ce samedi 23 août 2014 par des conclusions et des recommandations concrètes et pertinentes dont les participants souhaiteraient la mise en application pour inverser les rapports et contraindre les positions des Gouvernements respectifs.

 

 

Ebola : Questions sur la déliquescence du système de santé guinéen

[Par Sékou Chérif DIALLO]

Il ne restait que « Ebola » pour procéder à la reconstitution du puzzle guinéen caractéristique de pays pauvre et totalement dépendant de l’aide au développement, même pour assurer la santé de sa population. A toutes les victimes guinéennes et africaines de cette épidémie, j’exprime ma compassion. Au-delà de la spécificité de cette épidémie pour laquelle, jusque là, aucun vaccin efficace n’est disponible, je m’interroge sur les capacités du système de santé guinéen à faire face à une telle situation.

L’Hôpital Donka de Conakry, où sont isolées les personnes atteintes du virus Ebola. Source : AFP, site lemonde.fr

L’Hôpital Donka de Conakry, où sont isolées les personnes atteintes du virus Ebola. Source : AFP, site lemonde.fr

 

A l’instar de tous les secteurs sociaux, celui de la santé présente des faiblesses notoires et les réalités sont ahurissantes quand on sait le rôle que l’Etat que devrait jouer pour assurer la santé de sa population. Le faible accès aux services sociaux de base constitue une dimension importante de la pauvreté et une préoccupation essentielle des populations.

Pour commencer, procédons à une présentation succincte du système de santé guinéen. Il est composé des sous-secteurs issus du public et du privé. Le sous-secteur public est organisé de façon pyramidale. Il comprend, de la base au sommet: les postes de santé, les centres de santé, les hôpitaux préfectoraux et régionaux et les hôpitaux nationaux.
En élaborant en 2002 son premier document de stratégie de réduction de la pauvreté, l’Etat guinéen se fixait comme objectif, dans le domaine de la santé « d’assurer à tous les hommes et femmes vivant sur le territoire, sans barrière géographique, économique et socioculturelle, des services de santé de qualité. Il s’agit donc de mettre en place, d’ici l’an 2010, un système de santé accessible et capable de répondre aux besoins de santé de la population. » Cet objectif général ressemble plutôt à un vœu pieux quant on sait les faibles capacités de l’Etat guinéen pour la mobilisation de ressources internes et l’absorption des fonds disponibles auprès des partenaires au développement. Il faut noter que la part du budget national consacrée au secteur de la santé est l’une des plus faibles de l’Afrique. Sur la foi des données mentionnées dans le second document de stratégie de réduction de la pauvreté de 2007, le financement du secteur de la santé représentait, en 2006, 6% du budget total de l’Etat (0,4% du PIB). Dans une récente interview (24 août 2014 ndlr), le ministre guinéen de la Santé affirmait : « La part de la Santé dans le budget national est très faible (moins de 3% par rapport aux 15% recommandés par la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest ndlr). Le poids de la maladie pèse directement sur le malade et sa famille qui supportent plus de 65% des coûts de santé. Les partenaires techniques et financiers appuient le gouvernement dans le financement de certains programmes de santé comme celui du Sida, le paludisme, la tuberculeuse… » Ce qui est nettement insuffisant pour assurer des services de santé de qualité au niveau de l’ensemble du pays. Il existe plus discriminant encore: une part importante des dépenses publiques de santé est concentrée sur les services urbains et bénéficie aux groupes les plus riches de la population. A cela s’ajoute l’absence d’assurance maladie mais aussi la mauvaise gestion des ressources du secteur liée à la corruption. Tous ces facteurs réduisent l’accès des populations nécessiteuses aux soins de santé.

 

Des disparités régionales importantes

En ce qui concerne la disponibilité et la répartition du personnel opérationnel de santé, les disparités sont importantes d’une région à une autre. Selon les résultats de l’enquête intégrée de base pour l’évaluation de la pauvreté de 2003, la proportion de médecins par habitant dans le pays est de 1 pour 8.323 personnes, celle des infirmiers de 1 pour 6.345 et celle des matrones [voir la note en bas de page*] de 1 pour 20.876. La capitale Conakry se taille la part du lion (plus de 60% du personnel de santé). Toutes les autres régions ont un ratio personnel/population inférieur à la moyenne nationale. Dans une étude réalisée en 1999, 40% des ménages souffraient d’une incapacité temporaire à payer les services de santé et prés de 15% d’une incapacité permanente. Avec l’accroissement de l’incidence de la pauvreté au niveau national, passant de 53% en 2007 à 55,2% en 2012, cette tendance se confirme. Du fait de l’insuffisance des infrastructures et équipements sanitaires, la couverture géographique est très faible. Pour illustrer cet état de fait, l’évaluation à mi-parcours du deuxième document de stratégie de réduction de la pauvreté avait révélé qu’au cours de la période 2004-2005, le nombre de postes de santé intégrés est passé de 604 à 623, soit une faible augmentation de 3% environ. Quant aux centres de santé intégrés, le nombre est passé de 395 à 399 durant la même période soit un accroissement de 4 unités. Les hôpitaux nationaux (aussi connus sous le nom de CHU, Centres Hospitaliers Universitaires) sont au nombre de 2 et se trouvent à Conakry. Il faut signaler que plusieurs unités sanitaires au niveau local ne sont plus fonctionnelles aujourd’hui par manque d’entretien, de subventions et de la corruption qui gangrène le secteur. La dernière sortie médiatique du ministre guinéen de la santé en témoigne : « On ne peut pas comprendre que ces structures ne soient pas fonctionnelles. J’ai mis en demeure les autorités de ces structures de les réhabiliter. »
L’insalubrité de l’habitat et de l’environnement et la consommation d’eau insalubre sont citées comme des causes sous-jacentes du taux élevé de mortalité notamment infantile en Guinée. La mauvaise évacuation des ordures ménagères, des eaux usées sont des sources de propagation de maladies (comme le choléra par exemple) où à chaque période pluvieuse la Guinée enregistre des cas importants de choléra.

 

Des problèmes d’assainissement

L’assainissement qui a un impact sur la santé des populations est une autre réalité qui se caractérise par des manques et des insuffisances. L’évacuation des eaux usées par exemple se fait généralement par fosses ou par épandage sur le sol. Elles sont le plus souvent déversées dans des caniveaux, les rues et les espaces libres. Il n’existe pratiquement pas d’infrastructures d’assainissement collectif ou semi-collectif d’évacuation et de traitement des eaux usées à l’exception des équipements de Conakry où le réseau d’égouts se limite à une seule commune (Kaloum) sur les cinq que compte la capitale.
En outre, il faut noter l’inexistence de latrines publiques à l’exception de quelques-unes mal entretenues desservant certains marchés de Conakry, quelques rares gares routières, et les bâtiments administratifs. Les autres centres urbains sont quasiment dépourvus d’assainissement collectif malgré la densité élevée de peuplement.
S’agissant des déchets solides, le principal mode d’évacuation des ordures ménagères est le rejet dans la nature (espaces libres, cours d’eau, mer, caniveaux, etc..). Selon les résultats de la dernière enquête intégrée de base pour l’évaluation de la pauvreté, cette pratique est le fait de 77% des ménages (93% en milieu rural, 18,1% à Conakry et 64,4% dans les autres centres urbains). Le ramassage public des ordures ménagères ne se fait qu’à Conakry et concerne 55,4% des ménages. Des caniveaux remplis d’ordure, des eaux stagnantes et des tas d’ordures ménagères dans les rues, c’est l’image que présente la capitale guinéenne.

 

Des risques de contamination

Les risques de contamination dans les centres de soins sont aussi très élevés du fait de l’insalubrité des lieux. En 2012, la délégation en Guinée de l’organisation internationale ‘’Terre des hommes’’ déplorait les causes de cet état de fait : « l’eau n’arrive que 2 à 3 fois par semaine dans les centres de santé, et pendant seulement quelques heures. Ils ne peuvent donc ni soigner convenablement les patients, ni nettoyer les salles de soins et assurer l’hygiène des équipes de manière adéquate »
Dans un tel environnement, la propagation d’épidémies comme l’Ebola serait facilitée par les faiblesses structurelles du système de santé de la Guinée. A cela, il faut ajouter les choix que je qualifierais d’irresponsables de la part des autorités guinéennes en voulant minimiser (voire nier) la propagation de l’épidémie au sud de la Guinée dont les premiers cas ont été signalés depuis décembre 2013 par les médecins locaux mais sans confirmation officielle de la nature de l’épidémie. Si des mesures idoines étaient prises promptement par les autorités guinéennes avec l’appui des partenaires, elles permettraient de circonscrire l’épidémie, stopper sa propagation et éviter au monde entier cette psychose terrible qui met en quarantaine toutes les populations des zones touchées.

 

[*] « Matrone » : Femme qui exerçait illégalement le métier d’accoucheuse. Il faut noter que ces matrones sont reconnus comme personnel de santé et elles exercent dans les structures sanitaires pour répondre à l’insuffisance d’infirmières. Cette appellation est toujours employée dans le jargon officiel dans le domaine de la santé en Guinée.

Rencontre USA-Afrique : le ministre camerounais refuse les «diktats»

[Par René DASSIE]

Le gouvernement camerounais qui a participé au sommet Etats-Unis-Afrique de la semaine dernière ne semble pas apprécier les leçons de démocratie de Barack Obama, dont le pays souhaite conditionner l’octroi de l’aide aux Africains à la transparence politique et au respect des droits de l’homme.

C’est ce qui ressort d’une conférence de presse donnée à Yaoundé peu après la réunion de Washington, par le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary. « Ce que nous n’acceptons pas, c’est des dictées ou des diktats », s’est emporté le ministre, interrogé par un journaliste.

Evoquant l’âge avancé de Paul Biya, qui, officiellement âgé de 81 ans préside aux destinées du Cameroun depuis 32 ans, le ministre a indiqué que l’adversaire de Barack Obama à l’élection de 2008, le républicain John McCain était âgé de 72 ans à l’époque, et qu’il aurait 80 ans aujourd’hui tout en étant au pouvoir, s’il avait été élu.

Cette sortie inopinée de M. Tchiroma qui alterne régulièrement entre opposant farouche et thuriféraire de Paul Biya au gré de ses admissions ou limogeages du gouvernement de Yaoundé traduit le malaise persistant qui règne depuis quelques années entre Washington et Yaoundé, au sujet des droits de l’homme. L’administration américaine a en effet reconnu le statut de prisonniers politiques à des détenus camerounais, suscitant la colère de Yaoundé. C’est le cas de l’ancien ministre de l’Intérieur Marafa Hamidou Yaya, un Peul du nord du pays régulièrement perçu comme l’un des meilleurs successeurs possibles à Paul Biya, qui a été condamné à 25 ans de prison dans une affaire de détournement de fonds publics qui s’est depuis révélée inexistante.

C’est seulement fin juillet également, que Washington a accrédité Michael Stephen Hoza comme nouvel ambassadeur à Yaoundé, près d’un an après le départ Robert Peter Jackson, qui s’était montré très critique envers le système électoral camerounais.

Régulièrement épinglé dans les rapports d’organisations non gouvernementales occidentales au sujet de la violation massive des droits de l’homme, le Cameroun s’est rapproché ces dernières années de la Chine moins regardante. Yaoundé se trouve ainsi submergé de millions de dollars venus de Pékin. D’où sans doute, l’arrogance et le coup de gueule du ministre Tchiroma connu pour son langage peu diplomatique.

Zambie-France : Homophobie, une persécution aux divers degrés

[Par John Chitambo Lobe]

Les persécutions contre les homosexuels représentent près des trois-quarts des discriminations sexuelles en Afrique. Selon des chiffres concordants d’organisations non gouvernementales (ONG), plusieurs centaines de lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres sont régulièrement harcelés sur le continent, pour le seul motif de leur orientation sexuelle. À des degrés divers, pouvant aller jusqu’à la mort.

Photo tirée de http://www.osisa.org/

Photo tirée de http://www.osisa.org/

Dans cette ambiance délétère, la Zambie du président Michael Sata élu en 2011 mérite une mention spéciale. Selon l’association LGBT Rights in Zambie, la police de ce pays d’Afrique australe, pas un jour ne se passe sans que la police de ce pays d’Afrique australe interpelle des personnes soupçonnées d’homosexualité. Cette persécution légale s’accompagne d’un rejet social des homosexuels, qui sont considérés par la religion, leurs familles et communautés comme étant des personnes anormales, satanistes ou possédés par des démons. Faire son coming out dans ces conditions revient systématiquement à risquer la prison, l’homosexualité étant considérée comme un crime à la fois contre la loi et contre la nature humaine.
Deux jeunes homosexuels zambiens ont récemment été jetés en prison. Plusieurs autres ont été interpellés par la police et placés en garde à vue par la police. Cette nouvelle salve de la répression qui sévit dans ce pays n’a pas épargné même les activistes des droits de l’homme qui défendaient les droits des homosexuels !

La Zambie est officiellement une nation chrétienne d’après la Constitution de 1996. Plus de 90 % des Zambiens sont chrétiens, catholiques et protestants, pendant qu’une minorité pratique l’Islam et d’autres religions. C’est dans ce contexte d’exaltation religieuse que ce pays d’environ 14 millions d’habitants a acquis la réputation de l’Etat le plus répressif envers les homosexuels dans le monde.
Et même si les responsables religieux, chrétiens et musulmans en l’occurrence rejette chacun sur le culte de l’autre la responsabilité de la dégradation des mœurs, tous s’accordent à placer l’homosexualité en tête des pratiques jugées déviantes.Pour les responsables du culte musulman, les homosexuels sont des chrétiens, parce que leur religion proscrit et punit sévèrement cette pratique. Les chrétiens leur rétorquent, bible en main, que Dieu a interdit l’homosexualité. On est cependant en droit de leur demander que si Dieu, Allah, Jéhovah comme ils le prêchent a créé le monde et tous ce qui y vit comme ils le prêchent, n’est-ce pas lui qui a aussi créé les homosexuels ? Sinon, d’où seraient-ils venus ? Y aurait-il donc un deuxième créateur qui aurait façonné les homosexuels ?

En second lieu, si ces religieux prêchent vraiment l’amour du prochain comme ils le prétendent, les homosexuels ne méritent-ils pas d’être aimés comme nos prochains?
La situation en Zambie est emblématique du sort qui est réservé aux homosexuels dans de nombreux pays africains. Où l’on na même pas besoin d’invoquer la religion pour remettre en cause leur droit d’exister. Au Cameroun où l’homosexualité est punie de cinq ans de prison, Eric Lembembe, un gay militant a été torturé à mort l’année dernière. Son seul crime était d’avoir une orientation sexuelle contraire à une prétendue culture africaine.

Au-delà de l’Afrique et des autres régions du monde où l’on persécute les homosexuels, on pourrait penser que les pays égalitaires, à l’instar des nations européennes, des Etats-Unis ou de l’Afrique du Sud qui protègent leurs droits soient pour eux des havres de paix. Erreur. Même ici, leur situation reste difficile, voire critique, et le chemin à parcourir est encore long, pour qu’ils soient perçus par tous comme des citoyens à part entière. En France par exemple, des homosexuels subissent habituellement des traitements humiliants qui n’ont que peu à envier à ce qui se passe en Zambie.

Dernier exemple en date, la tentative d’intimidation doublée d’humiliation subie le 8 août dernier par un jeune homme homosexuel, dans un bureau de l’association France Terre d’Asile, de la part d’autres réfugiés venus comme lui d’Afrique. Parce qu’il arborait un look féminin, avec chaussure, pantalon, coiffure et boucles d’oreille, marchait en se déhanchant comme une femme, on lui a crié dessus, en lingala, la langue du Congo : « Pédé! Pédé! Pédé! Tu fais la honte de notre culture africaine » « Quelle abomination !» ont poursuivi ceux qui semblaient être des Nigériens. « La honte de l’homme noir ! Si tu étais en Afrique tu serais mort », ont pronostiqué les Ivoiriens! Chacun y est allé de son dialecte : bambara, soninké, etc. Le jeune homme n’a eu d’autres recours que de prendre fuite !
Cet exemple vient s’ajouter aux cas malheureusement trop nombreux des agressions dont sont l’objet les homosexuels en France. Un pays qui est pourtant allé très loin dans la reconnaissance de leur égalité citoyenne, en leur accordant le droit au mariage.

On ne doit donc jamais cesser de marteler que l’homosexualité n’est qu’une orientation sexuelle, qu’elle n’a rien d’anormal ni de diabolique et que parmi les hommes qui ont positivement influencé le monde, figurent de nombreux homosexuels. Les droits de l’homme n’ont pas de nationalité et la mobilisation doit continuer en faveur des homosexuels, quelle que soit leur pays. Dans la rue, par le biais des médias, à l’Onu, ce combat doit continuer. A l’échelle de l’univers. Et dans ce sens, la décision de l’Union européenne d’accorder l’asile politique aux homosexuels persécutés dans leurs pays mérite d’être saluée.

 

Cameroun : la guerre de Boko Haram et l’absence de Paul Biya

Alors que son pays subi la guerre de la secte islamiste et que la psychose gagne les populations, le président camerounais bouge dans tous les sens en occident.

[Par René DASSIE’]

Photos tirés de : smh.com.au et africapresse.com

Photos tirées de : smh.com.au et africapresse.com

Les va-et-vient de Paul Biya en occident laissent perplexe, lorsqu’on sait la situation d’insécurité grandissante, qui menace la stabilité de son pays. C’est comme si au Cameroun, tout était « au mieux dans le meilleur des mondes possibles», pour reprendre la formule Leibniz, célèbre philosophe allemand du 18e siècle, alors que ce pays d’Afrique centrale est officiellement en guerre depuis trois mois contre les islamistes de Boko Haram.

«Nous sommes ici pour déclarer la guerre à Boko Haram. Nous vaincrons cette chose terroriste », avait déclaré le président camerounais lors du mini-sommet anti-Boko Haram convoqué mi-mai à l’Elysée par François Hollande, désormais installé dans son rôle de sapeur-pompier des crises politiques sanglantes du marigot africain. Outre Paul Biya et le nigérian Goodluck Jonathan dont les pays constituent le principal théâtre de la secte islamistes, tous les présidents des pays proches du Nigeria (Bénin, Niger, Tchad, Cameroun), étaient présents à cette réunion stratégique.

Lorsqu’on déclare la guerre, on reste sur place pour élaborer les stratégies, mobiliser les troupes et suivre l’évolution de la situation. On protège et rassure les populations civiles. Et Paul Biya qui est passé par Sciences-Po ne peut pas ignorer cela.

Aucune de ces considérations ne l’a pourtant empêché de se rendre la semaine dernière au sommet Etats-Unis – Afrique organisé par le président Obama, où il savait pourtant d’avance, n’en déplaise à son ministre de la Communication et thuriféraire Issa Tchiroma Bakary, que sa voix de vieux dictateur soudé à son pouvoir serait inaudible au milieu de leaders africains nouveaux comme Ibrahim Boubacar Kéïta du Mali ou encore le ghanéen John Mahama, qui, eux, bénéficient d’une incontestable onction démocratique.

Paul Biya n’avait pourtant qu’à s’inspirer de l’attitude de sagesse de ses paires sierra-léonais et libérien qui, eux, ont ignoré les agapes de la Maison Blanche pour gérer la crise du virus Ebola dans leurs pays respectifs. Certains intellectuels camerounais, d’habitude complaisants à son égard lui ont subrepticement suggéré d’annuler ce voyage, eu égard à la crise sécuritaire que vit son pays. Cependant, il n’a pas résisté à la tentation d’aller faire la photo avec Barack Obama qui doit, sauf erreur avoir l’âge de son premier fils et qui ne devait être encore qu’un jeune étudiant lorsque, par un de ces artifices dont il a le secret, le destin le promut à la tête du Cameroun. On le voit ainsi souriant sur les photos officielles, comme un petit enfant comblé par les attentions d’un grand, ici le Grand Obama qui rendra son tablier dans deux ans, alors que sauf coup du destin, lui sera toujours président.

Les Camerounais qui s’étaient réjouis de le voir revenir au pays comme mût par une soudaine prise de conscience samedi 9 août, c’est-à-dire trois jours seulement après la fin du sommet alors que d’habitude en de pareilles occasions, il poursuit sa villégiature dans quelques pays européens pour y flamber l’argent public de son pays ont rapidement déchanté. Paul Biya n’a sans doute pas défait ses valises, puisqu’il s’est envolé de nouveau mercredi pour Paris, où sa présence est tout sauf indispensable, à la cérémonie de commémoration du centenaire de la fin de la première guerre mondiale de ce vendredi à Toulon.

Etat de guerre

Ces dernières semaines pourtant, les islamistes de Boko Haram, comme en réponse à sa déclaration de guerre, ont multiplié des incursions meurtrières en terre camerounaise. Jeudi, la secte a de nouveau fait parlé d’elle, en attaquant la localité de Bounderie à la frontière du Nigéria, où elle a enlevé plusieurs personnes et procédé à de nombreux pillages. A la fin du mois dernier, seize personnes ont été tués, égorgés pour la plupart, dans la ville de Kolofata (Nord-Cameroun) lors d’une attaque particulièrement violente qui ciblait visiblement le vice-premier ministre Amadou Ali qui devait s’y rendre pour célébrer l’Aïd-el-Kébir en famille. L’épouse de M. Ali ainsi que plusieurs dignitaires de la région ont été enlevés et ont rejoint la liste des otages de la secte qui ne cesse de s’allonger. Cette attaque jugée « inqualifiable » par le gouvernement camerounais constituait le pic d’une série qui a déjà coûté la vie à de nombreux Camerounais, militaires et civils. Jusque-là relativement épargné par Boko Haram, le Nord-Cameroun dont les frontières avec le Nigéria voisin sont aussi poreuses qu’une passoire semble désormais servir de base de repli et de ravitaillement aux islamistes. Ceux-ci s’y comportent d’ailleurs comme en terrain conquis. Ils y recrutent des centaines de jeunes désœuvrés, se servent en matériels militaires directement dans l’arsenal gouvernemental, en prenant d’assaut les positions de l’armée camerounaise.

On pourrait mentionner, à la décharge de Paul Biya à qui le quotidien camerounais Le Messager reproche de ne s’être pas adressé à la nation au moment où la psychose grandit au sein de la population qu’il n’a pas eu à faire face à une vraie menace de conflit, depuis le coup d’Etat qui faillit mettre un terme précoce à son pouvoir en avril 1984, c’est-à-dire à peine deux ans après qu’il fut devenu président.

Il aurait cependant pu s’inspirer de l’exemple de son voisin, le tchadien Idriss Deby avec lequel il était au mini-sommet de Paris et qui a une solide expérience de la guerre, puisque des rebelles ont plusieurs fois été aux portes de son palais. Le président tchadien a décliné l’invitation de François Hollande pour se rendre, toutes affaires cessantes, à Faya-Largeau dans le nord de son pays, où vient de se déclencher un conflit intercommunautaire, sur fond de trafic d’or.

Il aurait pu également s’inspirer du cas de Georges Bush dans le pays duquel il vient de séjourner, et qui s’était emparé d’un mégaphone sur les ruines des tours jumelles en septembre 2001, pour promettre aux islamistes qui venaient de frapper durement son pays, une traque sans merci.

Ce serait sans doute trop lui demander. « Si dans ses discours, Paul Biya, le chef de l’Etat ne manque aucune occasion de promettre solennellement des moments difficiles à la secte islamiste Boko Haram et à tous ceux qui sèment la terreur dans la partie septentrionale du Cameroun, sur le terrain, le chef suprême des armées démontre que ses priorités sont ailleurs », observe avec lucidité le site Nkul Beti, qui déplore aussi la baisse de moral et le malaise qui règnent dans les rangs des forces armées camerounaises.

Les priorités de Paul Biya ont toujours été de prendre du beau temps à travers le monde. Et tant pis si son pays brûle. Le président-voyageur a délégué la gestion militaire du problème Boko Haram à un vieux général du nom de René Claude Meka, qui, à 75 ans dont 54 passées dans l’armée, aurait dû prendre sa retraite il y a fort longtemps et qui somnole souvent lors des cérémonies publiques. Celui-ci est appuyé côté propagande par le ministre de la Communication, qui a déjà confessé l’incapacité du gouvernement camerounais à organiser des renseignements dignes d’un Etat, pour faire face à une menace et a appelé les populations à s’arranger comme elles peuvent, pour renseigner l’administration.

Dans un câble confidentiel adressé à sa chancellerie, et dévoilé par Wikileaks, l’ancienne ambassadrice des Etats-Unis au Cameroun Mme Janet E. Garvey, disait déjà il y a plus de quatre ans que Paul Biya semblait peu au fait de ce qui se passait dans son pays. Elle ne savait sans doute pas que certaines années, le président vacancier passe plus de temps en occident qu’au Cameroun. Il y a fort à parier qu’après la France, il fera un petit détour au bord du lac Léman en Suisse, où il a ses habitudes.

Il y a longtemps que cet homme qui est officiellement âgé de 81 ans – rien n’indique qu’il ait résisté à la tentation de se rajeunir sur les papiers comme savent si bien le faire certains footballeurs – a, dans les faits, démissionné de ses fonctions, laissant le pays se gérer tout seul. C’est peut-être ce qui explique sa longévité au pouvoir.

 

 

Gaza-Mali : l’indignation sélective de l’extrême gauche française

[Par René DASSIE’]

L’extrême gauche française qui manifeste en faveur des populations de la bande de Gaza s’était montrée indifférente l’année dernière aux souffrances infligées par les islamistes aux populations du Nord-Mali.

Photo tirée de www.africapresse.com

Photo tirée de www.africapresse.com

Depuis le déclenchement début juillet dans la bande de Gaza de l’offensive militaire israélienne contre le Hamas et le Jihad islamique palestinien en réponse aux tirs de roquette sur plusieurs grandes villes de l’Etat hébreux, l’extrême gauche française mène la charge à Paris, contre Tel-Aviv.
Au menu, multiplication des sorties médiatiques d’indignation face aux bavures de l’opération « Bordure protectrice », haro sur le gouvernement Hollande taxé de complicité avec Israël, mais surtout, défi des interdictions administratives de manifester. Ainsi, alors que le Hamas désormais sûr de sa victoire médiatique eu égard au déséquilibre des forces et de victimes de part et d’autre rejette toute proposition de cessez-le-feu qui accorderait un répit aux populations gazaouites, le Parti de Gauche de l’outrecuidant Jean-Luc Mélenchon ne voit dans ce conflit qu’une « monstrueuse punition collective infligée à la population, enfermée dans Gaza par ses bourreaux ».
Evidemment, pas un mot n’a été prononcé de ce côté-ci contre les débordements antisémites qui ont ponctué les manifestations à Paris et en banlieue, plongeant la communauté juive de France dans une profonde inquiétude.

L’année dernière, la même extrême gauche s’insurgeait contre l’opération « Serval », un secours militaire apporté par la France au Mali, un pays d’Afrique de l’Ouest considéré comme une démocratie exemplaire, dont la stabilité était fortement compromise par une invasion djihadiste partie du Sahel.
Alors que les Maliens assistaient impuissants à l’instauration dans le nord de leur pays d’un Etat religieux basé sur la charia par les islamistes du Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) et leurs affidés d’Ansar Dine, Jean-Luc Mélenchon jugeait « condamnable » l’initiative française soutenue par la communauté internationale. Dans la même lancée, le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) d’Olivier Besancenot traitait « Serval » d’ « intervention néocoloniale sous leadership français ».
Même les prémisses de la vie selon la charia, les mains et pieds de voleurs coupés sur la place publique à Gao dans le nord du Mali par les justiciers islamistes, la suppression des droits des femmes soumises à un code vestimentaire contraignant ou sommées de rester cloîtrées chez elles n’avaient pas ébranlé les certitudes d’Olivier Besancenot et ses amis qui, pourtant, lors de leurs manifestations anti-guerre à Paris claironnaient « l’humain d’abord ».
On sait qu’en France, les formations de l’extrême, NPA qui avait présenté une candidate voilée aux élections régionales en tête, ambitionnent de devenir des partis de masse et manœuvrent pour séduire les banlieues à majorité musulmane. Ceci explique peut-être cela.

Bernard B. Dadié : A l’aune de la résistance ivoirienne

[Par Armand IRE’]

« Quand la police (coloniale-ndlr-) est arrivée : j’ai dit voici mon arme ». Nous sommes en 1949.

Bernard B. Dadié (Photo tirée de babelio.com)

Bernard B. Dadié (Photo tirée de babelio.com)

Cette arme c’est le stylo et la plume. Bernard Binlin Dadié plus connu sous le nom de Bernard B. Dadié est l’incarnation encore vivante de l’opposition pacifique à la colonisation, à l’oppression et au déni des libertés humaines. Homme de lettres hors-pair, ministre de la culture dans son pays, la Cote d’Ivoire, et ce, durant plus d’une décennie, il a choisi son camp dans la crise qui continue de secouer son pays. Il s’est rangé du coté des opprimés et de l’ancien chef d’Etat ivoirien aujourd’hui détenu à la CPI au grand dam sans doute de ceux qui auraient voulu le voir jouer le rôle de réconciliateur impartial. Mais comment peut-il en être autrement, il sait pertinemment que ce qui se passe aujourd’hui dans son pays est le remake de ce qui s’y est déroulé il y a plus de 60 ans.

C’est en pleine grande guerre, en 1916 que nait dans le sud ivoirien précisément dans l’actuelle cité balnéaire d’Assinie-Mafia, l’écrivain Bernard B. Dadié. Il est le fils de Gabriel Dadié grand planteur et compagnon de lutte de Félix Houphouët-Boigny, le premier président ivoirien. Les importantes étapes scolaires signalées dans sa biographie sont l’école primaire supérieure de Bingerville et la prestigieuse école coloniale William-Ponty à Dakar au Sénégal, établissement formant les instituteurs de l’Afrique noire francophone, par lequel ont transité plusieurs dirigeants africains de l’après indépendance. Son diplôme en poche, il est successivement commis administratif, et bibliothécaire-archiviste. Il est journaliste lorsqu’il intègre en 1946 le RDA, le Rassemblement démocratique africain, parti fédéraliste crée en 1946 à Bamako au Mali et présidé par Félix Houphouët-Boigny. Son activisme politique le conduira en prison en 1949 dans la ville historique de Grand-Bassam. Les prémices de l’indépendance se font alors sentir et la répression coloniale devient féroce. C’est dans cette prison qu’il écrit l’un de ses célèbres poèmes : « Le corbillard de la liberté » paru dans son récit autobiographique « Carnets de prison ». L’extrait que nous vous proposons illustre à lui seul le déni des libertés en ces temps-là : « Une voix partie d’une force homicide, dit : tuez-les, comme cela le monde sera libre. Tuez-les, comme cela nous pourrons digérer en paix… Mais ils hésitaient. Cependant les monstres, car, ils savaient bien qu’on ne tue pas comme cela la liberté…».

Écrivain et dramaturge prolixe.

Les œuvres de Bernard Dadié sont innombrables. Il a touché à presque tous les genres littéraires. Da la chronique à la nouvelle en passant par la poésie, le théâtre et le roman. Il est l’auteur d’œuvres intemporelles. Faire le compte des écrits de Bernard B. Dadié est bien fastidieux. Plusieurs de ses œuvres sont étudiées par les Africains durant leur parcours académique. « Le pagne noir », recueil de nouvelles aussi tristes les unes que les autres, dépeint la misère humaine et l’immoralité des hommes face à plus faible que soi. « Un nègre à Paris », d’où est tiré le fameux texte « Kokumbo à l’usine » a eu un énorme succès. N’oublions pas la fameuse pièce de théâtre M. Togoh-Gnini qui relate les aventures d’un zélé qui, profitant de sa fonction de porte-canne du roi et auxiliaire de l’administration coloniale vole ses concitoyens et spolie la veuve et l’orphelin. « Béatrice du Congo » sorti en 1995 aux éditions Présence africaine est sans nul doute la dernière œuvre de ce monument intellectuel.
Refus d’abdiquer malgré le poids des ans.

Lorsque la guerre éclate en 2002 dans son pays et alors qu’il est militant du PDCI (Parti Démocratique de Côte d’Ivoire, ex parti unique de la Côte d’Ivoire moderne, farouchement opposé au FPI- Front Populaire Ivoirien) de Laurent Gbagbo, Bernard B. Dadié décide de rester républicain et prend fait et cause pour le président Gbagbo victime d’une agression perpétrée par des éléments rebelles venus du nord de la Côte d’Ivoire et de la sous-région ouest-africaine. Il accepte de prendre les rênes du Congrès National de la Résistance et de la Démocratie-CNRD-, mouvement d’action politique mis en place par Simone Gbagbo en vue de rassembler autour de la république les indignés de la guerre injuste qui frappait la Côte d’Ivoire. Pour Bernard Dadié s’il y a des rébellions en Afrique c’est qu’il y a des parrains en occident car les kalachnikovs ne sont pas des grains d’arachide qu’on trouve à tous les coins de rue et l’Afrique n’en fabrique pas. Il assumera donc son choix. Aujourd’hui à l’orée de la centaine, il a encore la plume alerte qui a gardé tous ses sens. Pour lui rien n’a changé dans les rapports entre la France et l’Afrique. Dans un texte publié le 4 décembre 2013 dans les colonnes du journal ivoirien Le Nouveau Courrier dont l’extrait est évocateur, il parle des rapports entre la France et ses ex-colonies mais aussi du combat pour la liberté du peuple français qu’il compare à celui que les ivoiriens mène aujourd’hui : «… A-t- on oublié qu’il est des armes miraculeuses : la plume, le simple « Bic », le crayon. En France, ce sont Voltaire et Rousseau, c’est Beaumarchais, c’est Condorcet qui mettent les mots sur les maux des peuples. Un matin un peuple se lève pour abattre une prison, symbole de l’arbitraire royal, La Bastille. En l’abattant, il commence à semer la graine de la Liberté qu’il s’empresse de faire germer et fleurir au cœur de chaque village sien, dans des arbres soigneusement entretenus, encore aujourd’hui. Pourquoi, comment ce peuple amoureux de sa liberté peut-il accepter de faire d’autres peuples d’éternels clients ; accepter, si ce n’est encourager, les guerres entre pays voisins, cousins, frères, pour exploiter les richesses de l’autre mieux doté ? Entretenir une guerre dans un pays producteur de cacao, pour un morceau de chocolat… « La France ne prendra plus les armes contre un pays d’Afrique » a dit en substance le président Hollande. Mais qui peut affirmer que rien ne changera demain ?… »

Bernard B. Dadié est au soir de sa palpitante vie et ne verra sans doute pas l’Afrique telle qu’il l’a conçoit, celle pour laquelle il s’est battu bec et ongle, celle pour laquelle il a connu le fouet et les sinistres geôles de la colonisation, celle pour laquelle il a choisi de se mettre à dos une partie des Ivoiriens et de la communauté internationale, payant ainsi de son choix pour la légalité.