« 1989 » de Djibril Diaw : Pour une Mauritanie qui se pardonne et s’accepte

[Par Makaila NGBUEBLA]

Exilé en France, Djibril Diaw, journaliste et réalisateur mauritanien, il a présenté, le 29 août 2014, à la Maison des journalistes, son film, « 1989 », devant ses collègues, des militants associatifs venus nombreux.

Un moment de la projection de « 1989 » [Crédit photo : Lisa Viola Rossi]

Un moment de la projection de « 1989 » [Crédit photo : Lisa Viola Rossi]

Intitulé « 1989 », le film de Djibril Diaw, rappelle les événements malheureux qu’a connus, son pays, la Mauritanie.

Djibril Diaw [Crédit photo : Lisa Viola Rossi]

Djibril Diaw [Crédit photo : Lisa Viola Rossi]

Parti du village de Diawara, situé sur une île du fleuve Sénégal, un conflit ayant opposé des bergers Mauritaniens à des paysans Sénégalais, est à l’origine d’un drame qui a causé la mort de deux personnes. Ce triste événement a finalement entraîné les deux peuples unis par des liens confessionnels historiques, dans un conflit qui a fait des milliers de morts, des centaines des déplacés et poussé en exil des milliers des négros-mauritaniens déportés vers le Sénégal et le Mali.

Des activistes Tunisiens, des journalistes et responsables des organisations politiques de la Mauritanie, ont répondu présents à l’invitation de la Maison des journalistes qui a prévu, dans le cadre des activités de son programme, de projeter le film, « 1989 », de Djibril Diaw, journaliste-réalisateur mauritanien accueilli en tant qu’exilé en France.

Ciré Kane de l’Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement pour la Réconciliation (AJD/MR) [Crédit photo : Marta Fallani]

Ciré Kane de l’Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement pour la Réconciliation (AJD/MR) et le réalisateur Djibril Diaw [Crédit photo : Marta Fallani]

Djibril Diaw se dit être inspiré par la tenue vestimentaire multicolore qui symbolise la diversité de la Mauritanie de M.Abderrahmane Ahmed Salem, directeur de la maison des cinéastes et motivé par Rachef Effantin, chargée de formation au sein de la dite structure.
Dans sa quête et pour son combat qui consiste à souhaiter que vivent ensemble les fils et filles de la Mauritanie, le réalisateur s’est intéressé particulièrement aux événements fâcheux de 1989 qui ont fractionné la société mauritanienne.

Des témoignages pathétiques

Le film « 1989 », dure 52 mn. Par des témoignages pathétiques, des victimes et bourreaux, le film rapporte d’une manière ou d’une autre, les faits qui ont endeuillé et séparé des familles, détérioré les relations humaines entre les différentes composantes de la société mauritanienne.
Pour son auteur, ces témoignages d’anciens corps d’armée, de veuves et des exécutants, visent à permettre aux Mauritaniens de faire table rase de ce passé douloureux et tragique afin d’envisager ensemble une réconciliation humaine et fraternelle.

Makaila Nguebla [Crédit photo : Lisa Viola Rossi]

Makaila Nguebla [Crédit photo : Lisa Viola Rossi]

Par ailleurs, des voix indépendantes se sont exprimées pour éclairer l’opinion du public sur la genèse du conflit. De l’avis, d’un sociologue mauritanien interrogé par le réalisateur, l’événement de 1989, a été déclenché du fait d’une conjugaison de facteurs. Parmi ceux-ci: le manifeste politique, de 1966, rendu public par des intellectuels négro-africains mauritaniens, l’arabisation du système éducatif, l’échec d’une tentative manquée de coup d’Etat, des arrestations arbitraires et des exécutions extra-judiciaires, dont ont été la cible des officiers noirs et la politique d’exclusion de l’ancien régime de Maaouya Ould Taha, qui chercherait à « dénégrifier », son pays de sa composante.

Film fédérateur et débats enrichissants

Ibrahima Diallo, porte-parole des Forces de libération africaine de la Mauritanie (FLAM)

Ibrahima Diallo, porte-parole des Forces de libération africaine de la Mauritanie (FLAM) [Crédit photo : Lisa Viola Rossi]

Le film « 1989 », a servi de point de rencontre entre les acteurs politiques mauritaniens mobilisés pour la circonstance. Il a aussi ouvert la porte à un débat passionnant.
Ibrahima Diallo, porte-parole des Forces de libération africaine de la Mauritanie (FLAM), et Ciré Kane de l’Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement pour la Réconciliation (AJD/MR), ont respectivement pris la parole pour féliciter Djibril Diaw et apporter leur lecture des faits.
Pour Ibrahima Diallo : « les événements de 1989, ont été l’aboutissement d’un conflit que tout le monde voyait venir à cause des émissions diffusées sur les ondes de la radio nationale. »
Ciré Kane, a estimé que si, aujourd’hui, la question de cohabitation sociale entre les différentes composantes de la nation tend à s’améliorer, il relève toutefois le déficit d’unité et les dissensions internes des forces politiques négro-africaines entre elles.
Pour sa part, Maha Abdelhamid, militante pour la cause des noirs tunisiens, a jugé que, pour une véritable cohésion sociale en Mauritanie, il faut que justice soit faite et que les uns et les autres se pardonnent.
Le réalisateur a ensuite, pris la parole pour répondre à des questions posées par des journalistes. Il a expliqué que sa démarche ne vise pas à remuer le couteau dans la plaie d’une société mauritanienne traumatisée par cet épisode mais plutôt à faire accepter les uns et les autres dans leurs différences dans un pays qui se veut véritablement pluriel.
Remerciant les personnes ayant participé à la projection du film, Djibril Diaw en a annoncé un autre. Il sera consacré au sort des réfugiés mauritaniens qui ont été déportés en 1989 et qui ont opté pour le retour au bercail. Que sont-t-ils devenus ?
« A suivre  … » selon la formule empruntée au journaliste-réalisateur mauritanien.

 

Guinée : Face à la politisation des données statistiques

[Par Sékou Chérif DIALLO]

La programmation des politiques publiques repose sur des données, autrement dit des statistiques fiables permettant une meilleure orientation des actions de développement. En Guinée, la fiabilité des données statistiques laisse à désirer. Il faut rappeler que toutes les enquêtes socioéconomiques réalisées par l’Etat guinéen ont bénéficié du financement extérieur principalement du PNUD. Dans le cadre de l’élaboration du document de vision stratégique intitulé : Guinée vision 2035, une enquête a été réalisée pour servir de socle à ce document stratégique. Je faisais partie de l’équipe chargée de collecter les données (volet qualitatif de l’enquête). Fidèle à ma discipline et à la rigueur d’un travail de recherche, j’ai été stupéfait de constater, après la publication du rapport provisoire, le rajout d’affirmations attribuées aux enquêtes qui ne figuraient pas dans le rapport déposé par notre équipe à l’institut national de la statistique. Parmi ces affirmations, on retrouvait celle-ci : « Tous les acteurs interrogés saluent les mesures prises par les nouvelles autorités pour stabiliser le cadre macroéconomique de l’économie guinéenne et atteindre le point d’achèvement de l’initiative des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE), ce qui a permis de « réduire des deux tiers, le stock de la dette » a affirmé un des responsables du secteur économique. Ils apprécient les performances réalisées dans la gestion de la politique monétaire, notamment la stabilisation du Franc guinéen par rapport aux devises étrangères. » (page 146, Enquête Nationale sur les Aspirations des populations (ENAPGUI)).

Sékou Traoré le ministre guinéen du plan face à la presse le 23 décembre 2013 pour annoncer le lancement du troisième recensement général de la population. Source: www.guinee24.com

Sékou Traoré le ministre guinéen du plan face à la presse le 23 décembre 2013 pour annoncer le lancement du troisième recensement général de la population. Source: www.guinee24.com

Cet exemple parmi tant d’autres, démontre la légèreté mais aussi la manipulation des données par les autorités guinéennes à des fins politiques. Récemment, les résultats du dernier recensement de la population de 2014 réalisé par cet organisme public a fait couler beaucoup d’encre dans les milieux politiques et d’observateurs de la politique locale. Avec un budget de 7,9 millions de dollars US, le troisième recensement général de la population (après celui de 1983 et 1996) est celui qui a suscité plus de polémiques et de contestations. Dans un environnement politique caractérisé par l’exaspération des suspicions entre acteurs politiques, l’Etat a été accusé à tort ou à raison d’avoir trafiqué les résultats du recensement général de la population à des fins électoralistes. Selon l’opposition, il y aurait une implication politique dans le processus. Comme en témoigne cette réaction du chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo « On vient de terminer un recensement qui note encore une fois qu’on est attaché à exclure une partie des guinéens de la Guinée. Ceci est une pratique courante du RPG (le parti au pouvoir) et de Monsieur Alpha Condé. Ce recensement montre qu’on ne veut recenser comme guinéens que les militants du RPG. Des centaines de milliers n’ont pas été recensés parce qu’ils appartiennent à l’opposition ou à une ethnie. Nous allons mettre en évidence ce recensement discriminatoire qui est organisé par le RPG. »
Les chiffres qui dérangent
En 1996 la population de la Guinée était de 7 156 406 habitants. Par arrêté ministériel daté du 13 juin 2014, le ministre du plan publiait les résultats préliminaires du troisième recensement général de la population et de l’habitation. Et on peut lire ceci : « Le dépouillement des fiches récapitulatives du troisième recensement général de la population et de l’habitation effectué du 1er mars au 2 avril 2014 sur toute l’étendue du territoire national a donné un total de la population résidante (y compris les étrangers) de 10 628 972. »
Cependant, ces résultats sont en contradiction avec toutes les estimations issues des projections démographiques ou encore des enquêtes réalisées par d’autres organismes. Par exemple, selon les données de la Banque Mondiale, la population de la Guinée était estimée à 11,75 millions en 2013. Quant au PNUD, on estime à 11,45 millions d’habitants en 2013. Dans le troisième document de stratégie de réduction de la pauvreté élaboré par l’Etat guinéen, daté de mars 2013 et soumis au FMI en juillet 2013, on peut lire ceci : « La démographie de la Guinée est caractérisée par une croissance rapide de la population et marquée par de fortes disparités régionales. En effet, la population totale est passée de 9,7 millions d’habitants en 2007 à environ 11,3 millions en 2012, soit un taux de croissance annuel moyen de 3,1% (équivalant à un doublement tous les 22,5 ans). » De même, dans le document de plan-cadre des nations unies pour l’aide au développement (PNUAD) pour la Guinée de 2013-2017, la population du pays en 2010 était estimée à 10.95 millions et 1.6 million dans la zone de Conakry.
Plus surprenant encore, dans ces résultats selon l’opposition, c’est l’accroissement « injustifié » de la population dans la région de kankan qui est connue être le bastion politique du pouvoir actuel et le décroissement dans les zones réputées favorables à l’opposition, notamment en Moyenne Guinée (Labé et Mamou) et dans la zone de Conakry. La région de kankan (1 986 329) apparaît comme la plus peuplée de la Guinée avec une addition de près de 1 million d’habitants depuis le recensement de 1996.
Avec une population totale de 7 156 406 habitants en 1996, le poids démographique de chaque région administrative se présentait comme suit : Nzérékoré (18,8%), Conakry (15,3%), Kankan (14,1%), Kindia (13%), Labé (11,2%), Mamou (8,6%) et Faranah (8,4%). Selon un spécialiste interrogé sur la question, « Conakry, qui ne comptait que 38 500 personnes en 1950, a bénéficié de l’exode rural vers la ville pour atteindre 42 000 âmes en 1954. Près de 30 ans plus tard, la ville abritait 710 000 personnes (selon le recensement de 1983). En 1996, Conakry entrait dans la catégorie de villes de plus de 1 million de personnes et au dernier recensement de 2014 ce nombre est porté à 1,6 million. Ainsi, Conakry a mis plus de 30 ans pour ajouter 900 000 personnes à sa population. C’est l’exploit que la région de Kankan vient de réaliser en deux fois moins de temps sans avoir les atouts physiques, économiques et politiques de Conakry. De 1996 à 2014, soit 18 ans, la région de Kankan a ajouté 974 685 personnes (96,34%) sans évènement démographique majeur. Du coup, Kankan a doublé sa population (qui passe de 1 million d’habitants à presque 2 millions d’habitants) »

Face aux différentes critiques après la publication de ces résultats, le 16 juillet 2014 le directeur technique du recensement au ministère du plan Mamadou Bandjan Diallo a tenté sans véritablement convaincre de donner des justificatifs sur le peuplement rapide de la région de Kankan. Selon lui , ce n’est pas obligatoire que la population de la capitale soit supérieure aux populations des autres entités administratives. Il souhaiterait qu’on regarde au niveau de chaque sous-préfecture l’effectif de la population et qu’on s’intéresse aux activités qui y sont menées. Dans un premier temps, il n’y a pas d’explications sur l’accroissement ; mais on peut penser que les activités minières pratiquées dans l’ensemble des cinq préfectures qui composent la région de Kankan, y sont pour quelque chose. »

Il faut cependant rappeler que lors du lancement des opérations de recensement, Anthony Oheming Bohama, coordinateur du Système des Nations-Unies en Guinée avertissait les uns et les autres en ces termes : « Il ne s’agit pas de politique mais de recenser les populations pour permettre aux investisseurs d’avoir des données fiables…On aimerait connaître où se concentrent les populations pour construire des écoles, des hôpitaux et des routes. » C’est pour dire qu’en Guinée tout est vu sous l’angle de la politique.

 

 

 

Paul Biya, les « Suissesses »… et la lutte contre Boko Haram

[Par René DASSIE’]

Les camerounaises immigrées en Suisses sont célèbres parce qu’elles rapportent beaucoup d’argent dans leur pays. Paul Biya dépense sans compter l’argent public du Cameroun en Suisse.

La rue camerounaise distingue deux catégories de citoyens suisses qui se connaissent mais ne se côtoient pas. Il y a les « Suissesses », ces Camerounaises installées dans la Confédération helvétique, qui reviennent au pays chaque été et se font remarquer par leur opulente richesse. Elles aiment la Suisse parce que la Confédération où l’argent coule à flot les a adopté sans les juger, et leur a donné l’opportunité de faire fortune. Elles ne sont qu’une poignée, mais ne ménagent pas leurs efforts, pour ne pas passer inaperçues. On les reconnait à leurs belles voitures, 4×4 Rav4 de préférence, leurs tenues onéreuses et sexy, leur accent hybride, entre le parisien et le Yaoundéen. Elles ont les jambes rigoureusement épilées alors qu’au pays, la pilosité féminine fait partie des canons de la beauté.

Pul Biya et son épouse Chantal Vigouroux [Photo tirée de afriqueinside.com]

Paul Biya et son épouse Chantal Vigouroux [Photo tirée de afriqueinside.com]

Mais leur terrain de séduction ne se trouve pas ici.
Celles qui ont ressenti quelque frayeur en voyant l’âge venir paraissent parfois plus neuves qu’au jour où elles ont décidé de s’éloigner de la poussière des villes camerounaises qui vous colle à la peau et vous irritent les yeux. Quelque injections de botox par-ci, quelques poches de silicone implantées par-là, un peu de lifting et de liposuccion et elles retrouvent quasiment l’apparence qu’elles avaient à vingt ans. Au centre de Yaoundé et dans sa périphérie, certaines ont bâti des immeubles à la modernité insolente, qui par contraste souligne la laideur du bidonville environnant. Et pour faire bonne mesure, elles n’oublient jamais de faire graver leurs noms bien en évidence, sur le mur d’entrée. « Immeuble Madame X, Madame Y. » Afin que nul n’en ignore.
Au sein de la population, ces femmes qui sont pour la plupart parties du plus bas de l’échèle sociale suscitent des sentiments contrastés. Elles sont à la fois admirées et jalousées, craintes et respectées. Au pays de la rumeur malveillante, les mauvaises langues prêtent à leur fortune une origine douteuse. On raconte qu’elles sont allées se prostituer en Suisse et ont dû subir toutes sortes de pratiques dégradantes pour s’enrichir en un temps record. On susurre qu’elles ont pigeonné de vieux Blancs riches, mais en manque d’affection. On s’interdit évidemment de penser que certaines d’entre-elles sont de redoutables femmes d’affaires qui tiennent des commerces florissants tout en gérant leurs ménages de façon irréprochable. Au pays de la sorcellerie et de la corruption, la recette du succès est forcément douteuse.
Quoi qu’il en soit, les « Suissesses » en vacance ne font du mal à personne au Cameroun. Bien au contraire, l’argent qu’elles rapportent de Genève et ses environs profite à plusieurs : amis, employés, parents. Elles ne font qu’apporter au pays même si en retour, elles ne bénéficient que peu ou prou de reconnaissance.

Il y a ensuite le « Suisse », Paul Biya, qui fait le chemin inverse. Depuis plusieurs décennies, le président camerounais a succombé au charme de la Confédération, son climat tempéré, ses hôtels lacustres, ses docteurs, le calme égal de ses villes qui le changent de l’agitation de Yaoundé. Certains de ses concitoyens le soupçonnent même d’avoir acquis des parts de l’Intercontinental, un cinq étoile situé sur les bords du lac Léman, où il aura passé une bonne partie de sa vie de président.
Paul Biya n’agite pas de signes évidents de richesse comme ses concitoyennes, les fameuses « Suissesses ». Les longs cortèges et le déploiement massif des forces de sécurité qui paralysent la capitale camerounaise à chacun de ses déplacements s’attachent à sa fonction et non à sa personne. Il faut entrer dans sa confidence pour savoir qu’il n’affectionne pas les moyens modernes de payement comme les cartes bleues, qui laissent trop de traces. Il leur préfère le cash, qu’il fait transporter par grosses liasses dans les mallettes et sacs du village à grande contenance par ses hommes de main. Maitre Alice Nkom une avocate camerounaise très respectée raconte ainsi qu’en 2003 lors d’un voyage officiel en Asie, son client, l’homme d’affaire Yves Michel Fotso aujourd’hui en prison qui faisait partie de la délégation avait sauvé le président d’une humiliante séquestration à l’aéroport de Hong Kong. Il avait dû régler la note de Paul Biya, dix mille dollars, avec sa carte de crédit American Express, le président ne disposant que des liasses de billets, un moyen de payement refusé par les autorités aéroportuaires qui s’appuyaient sur une règlementation liée aux évènements terroristes du 11 Septembre 2001. Lors du même voyage, l’homme d’affaires avait continué à chauffer sa carte bancaire pour éviter au président d’être cloué au sol à Tokyo et à Genève. Des avances chiffrées selon l’avocate en centaines de milliers d’euros que la présidence camerounaise a depuis oublié de rembourser.

Le Suisse Paul Biya

La Baie de la Baule [Photo tirée de chambres-hotes-le-pouliguen.com]

La Baie de la Baule [Photo tirée de chambres-hotes-le-pouliguen.com]

La Suisse et Paul Biya, c’est une histoire d’amour fusionnelle, folle passion dans laquelle tout écart se paye chèrement. Il y a cinq ans, le président avait commis une petite incartade, en organisant une petite virée thalasso de trois semaines avec ses potes à la Baule. On avait raconté à l’époque qu’il avait découvert cette ville balnéaire du nord-ouest de la France grâce à une amie qui y possédait un appartement. Quoi qu’il en soit, il avait jeté son dévolu sur L’Hermitage, un cinq étoile en bord de mer avec ses colombages normands et le Royal, quatre étoiles. Comme le président ne se déplace pas sans sa cour, il avait pris 43 chambres dans les deux établissements. Montant de la facture : près d’un million d’euros. Le maire de la Baule avait honoré le généreux visiteur de la médaille de la ville. Cependant, les Français qui ne sont pas neutres comme les Suisses avaient crié au scandale en apprenant par la presse que le chef d’un Etat pauvre et très endetté, auquel ils octroient l’aide au développement via leurs impôts était ainsi venu flamber l’argent public de son pays sous leur nez. Paul Biya qu’on sait peu bavard n’avait pas failli à sa réputation. Il avait chargé quelques sbires de résoudre le problème par une campagne de communication défendant le droit au repos comme tout un chacun, du président surchargé de travail qu’il est censé être.
Depuis, Paul Biya a retrouvé ses sentiments d’amoureux transi de la Suisse et est revenu se blottir dans les bras tendres et rassurants de Genève. Cette année, même Boko Haram la secte islamiste qui multiplie les incursions meurtrières dans son pays n’a pas réussi à le dissuader d’aller s’y livrer à son rituel estival d’immolation d’argent. Sitôt la Commémoration du 70e anniversaire du débarquement en Provence terminée, il a quitté Toulon pour Genève. Sans même transiter par son pays.
Pour se prémunir contre les islamistes de Boko Haram qui ont récemment visé son vice-Premier ministre mais aussi contre ceux de ses concitoyens de la diaspora qui ont pris l’habitude de manifester bruyamment pour perturber ses séjours récurrents en occident, Paul Biya a fortement renforcé sa garde. Un site a diffusé l’information difficilement vérifiable selon laquelle près de deux cents policiers camerounais en civil ou en tenue, filtreraient l’entrée de l’Intercontinental de Genève, en ciblant particulièrement les Noirs qui s’en approcheraient.

[Photo tirée de http://www.camer.be/]

[Photo tirée de http://www.camer.be/]

Il ne faut évidemment pas compter sur l’opinion publique suisse pour demander des comptes au président flambeur. Neutralité oblige. Un collectif d’associations de Camerounais vivants en Suisse a cependant écrit au Président de la Confédération, Didier Burkhalter, pour attirer son attention sur la présence agressive des policiers camerounais autour de l’hôtel de Paul Biya. Après lui avoir rappelé l’extrême pauvreté dans laquelle vit plus de la moitié de la population camerounaise pendant que leur président prend du beau temps à l’étranger avec l’argent public, le collectif lui a suggéré de « demander à Paul Biya de partir, afin que les concitoyens du président sachent que « vous ne contribuez pas à la ruine du Cameroun et à la clochardisation du peuple camerounais.»
« Que dirait le Peuple Suisse, votre Peuple, si vous passiez plus des trois-quarts de l’année installée dans un hôtel de Yaoundé, entourée par un bataillon de courtisans qui vous donnent l’illusion de grandeur, en pillant sans vergogne votre pays ? Que dirait votre Peuple si vous installiez votre famille au Cameroun, et vos enfants dans des écoles camerounaises, loin de la Suisse dont la destinée vous a été confiée ? La réponse à ces questions parait évidente : Vous seriez destitué, arrêté, jugé et envoyé en prison », écrit le collectif. Pas de quoi ébranler l’hôte de Paul Biya.

Les populations doivent se cotiser pour financer la lutte contre Boko Haram

Pendant ce temps au Cameroun, les moyens manquent pour lutter contre Boko Haram et on se débrouille comme on peut. Un commissaire de police a expliqué à l’AFP que les islamistes réussissent à s’approvisionner en arme grâce à des trafiquants qui les planquent dans des sacs d’arachides et autres denrées, les forces de sécurité ne disposant pas de scanners aux postes-frontière pour détecter des armes dissimulées entre les marchandises. Il est évidemment inutile de suggérer au président vieillissant de refreiner son désir de parcourir l’occident, pour acheter ce matériel indispensable à la sécurité aux frontières de son pays avec l’argent économisé. Dans le nord du Cameroun où sévit la secte islamiste, l’administration a interdit l’usage des motos, moyen de transport privilégié des assaillants. Les populations qui se déplacent surtout avec les deux-roues dans cette région où les voitures comme les bonnes routes sont rares trinquent. Pire, elles doivent désormais financer leur sécurité. Un sous-préfet a en effet demandé aux familles et aux commerçants de sa localité de se cotiser, pour payer et équiper les « comités de vigilance villageois », sorte de milices locales chargées de détecter les islamistes.

Boko Haram eu Camerour [Photo tirée de www.france24.com]

Boko Haram eu Camerour [Photo tirée de www.france24.com]

« C’est juste un effort de guerre que nous demandons aux populations. Il faut reconnaître que les comités de vigilance sont très importants. Ce sont eux qui donnent l’alerte aux forces de défense lorsqu’il y a des mouvements suspects dans les villages», a expliqué le haut fonctionnaire, en précisant que l’initiative n’est pas de lui, mais des chefs traditionnels dont les villages subissent les agressions de Boko Haram. Il espère réunir suffisamment d’argent pour acheter machettes, torches, bottes, flèches et bicyclettes pour équiper les comités de vigilance.
C’est sûr, si cette information touche les « Suissesses » qui terminent leurs vacances au pays, certaines pourront s’en émouvoir et mettre la main à la poche. C’est sûr, Paul Biya qui ne craint pas pour sa sécurité ne se sentira pas concerné.

 

 

L’Afrique associée à Paris pour l’ Université d’été d’ATTAC France

[Par Makaila NGUEBLA]

Né il y a 15 ans, ATTAC est une structure associative française qui s’est spécialisée dans les crises internationales. Par des propositions, elle contribue à trouver des solutions à des questions préoccupantes. Mouvement altermondialiste, ATTAC est réputée pour son travail de plaidoyer et de lobbying, mais aussi par un engagement soutenu dans un cadre militant.

 Un moment de l’ Université d’été 2014 : Vue des participants dans l’enceinte de l’université Paris Diderot (Crédit photo : Makaila Nguebla)

Un moment de l’ Université d’été 2014 : Vue des participants dans l’enceinte de l’université Paris Diderot (Crédit photo : Makaila Nguebla)

Pour cette année, ATTAC-France a organisé, du 19 au 23 août 2014, l’Université d’été des mouvements sociaux européens venus de plusieurs pays pour débattre des divers sujets qui préoccupent la planète.

L’université Paris Diderot a servi de cadre de réflexion et d’expositions, envahie par des stands à l’allure du forum social mondial. On y trouve des publications, des brochures et autres productions intellectuelles.

Des débats thématiques sur l’environnement, la migration, l’accaparement des terres, le réchauffement climatique ou les crises financières ont été animés par des panelistes venus de la sphère associative ou des universités européennes.

L’Université d’été d’ATTAC a été un point de rencontre pour des journalistes et des médias alternatifs indépendants réalisant des interviews et des reportages.

L’Afrique associée 

Un moment de  l’ Université d’été 2014 : Salle des débats à l’université Paris Diderot (Crédit photo : Makaila Nguebla) 

Un moment de l’ Université d’été 2014 : Salle des débats à l’université Paris Diderot (Crédit photo : Makaila Nguebla)

Des organisations de la société civile africaine ont été conviées par leurs partenaires européens dans le cadre d’un échange et d’un partage d’expériences entre les pays du nord et ceux du sud.
Des mouvements associatifs africains venus du Bénin, du Mali et du Gabon, ont participé activement à ces panels où des sujets sur l’épineuse question de l’endettement des pays africains, des accords de partenariat économique entre les pays d’Afrique et l’Union européenne, ont dominé les débats.
L’endettement des pays en développement est jugé illégal par les mouvements sociaux européens et leurs partenaires. Ils ont plaidé pour l’annulation pure et simple de la dette tout en estimant que c’était une forme de domination économique et de pillage de ces États incapables de se relever du fait du taux élevé de remboursement fixé par les institutions financières internationales.
L’Université d’été d’ATTAC des mouvements sociaux européens s’est achevée ce samedi 23 août 2014 par des conclusions et des recommandations concrètes et pertinentes dont les participants souhaiteraient la mise en application pour inverser les rapports et contraindre les positions des Gouvernements respectifs.

 

 

Ebola : Questions sur la déliquescence du système de santé guinéen

[Par Sékou Chérif DIALLO]

Il ne restait que « Ebola » pour procéder à la reconstitution du puzzle guinéen caractéristique de pays pauvre et totalement dépendant de l’aide au développement, même pour assurer la santé de sa population. A toutes les victimes guinéennes et africaines de cette épidémie, j’exprime ma compassion. Au-delà de la spécificité de cette épidémie pour laquelle, jusque là, aucun vaccin efficace n’est disponible, je m’interroge sur les capacités du système de santé guinéen à faire face à une telle situation.

L’Hôpital Donka de Conakry, où sont isolées les personnes atteintes du virus Ebola. Source : AFP, site lemonde.fr

L’Hôpital Donka de Conakry, où sont isolées les personnes atteintes du virus Ebola. Source : AFP, site lemonde.fr

 

A l’instar de tous les secteurs sociaux, celui de la santé présente des faiblesses notoires et les réalités sont ahurissantes quand on sait le rôle que l’Etat que devrait jouer pour assurer la santé de sa population. Le faible accès aux services sociaux de base constitue une dimension importante de la pauvreté et une préoccupation essentielle des populations.

Pour commencer, procédons à une présentation succincte du système de santé guinéen. Il est composé des sous-secteurs issus du public et du privé. Le sous-secteur public est organisé de façon pyramidale. Il comprend, de la base au sommet: les postes de santé, les centres de santé, les hôpitaux préfectoraux et régionaux et les hôpitaux nationaux.
En élaborant en 2002 son premier document de stratégie de réduction de la pauvreté, l’Etat guinéen se fixait comme objectif, dans le domaine de la santé « d’assurer à tous les hommes et femmes vivant sur le territoire, sans barrière géographique, économique et socioculturelle, des services de santé de qualité. Il s’agit donc de mettre en place, d’ici l’an 2010, un système de santé accessible et capable de répondre aux besoins de santé de la population. » Cet objectif général ressemble plutôt à un vœu pieux quant on sait les faibles capacités de l’Etat guinéen pour la mobilisation de ressources internes et l’absorption des fonds disponibles auprès des partenaires au développement. Il faut noter que la part du budget national consacrée au secteur de la santé est l’une des plus faibles de l’Afrique. Sur la foi des données mentionnées dans le second document de stratégie de réduction de la pauvreté de 2007, le financement du secteur de la santé représentait, en 2006, 6% du budget total de l’Etat (0,4% du PIB). Dans une récente interview (24 août 2014 ndlr), le ministre guinéen de la Santé affirmait : « La part de la Santé dans le budget national est très faible (moins de 3% par rapport aux 15% recommandés par la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest ndlr). Le poids de la maladie pèse directement sur le malade et sa famille qui supportent plus de 65% des coûts de santé. Les partenaires techniques et financiers appuient le gouvernement dans le financement de certains programmes de santé comme celui du Sida, le paludisme, la tuberculeuse… » Ce qui est nettement insuffisant pour assurer des services de santé de qualité au niveau de l’ensemble du pays. Il existe plus discriminant encore: une part importante des dépenses publiques de santé est concentrée sur les services urbains et bénéficie aux groupes les plus riches de la population. A cela s’ajoute l’absence d’assurance maladie mais aussi la mauvaise gestion des ressources du secteur liée à la corruption. Tous ces facteurs réduisent l’accès des populations nécessiteuses aux soins de santé.

 

Des disparités régionales importantes

En ce qui concerne la disponibilité et la répartition du personnel opérationnel de santé, les disparités sont importantes d’une région à une autre. Selon les résultats de l’enquête intégrée de base pour l’évaluation de la pauvreté de 2003, la proportion de médecins par habitant dans le pays est de 1 pour 8.323 personnes, celle des infirmiers de 1 pour 6.345 et celle des matrones [voir la note en bas de page*] de 1 pour 20.876. La capitale Conakry se taille la part du lion (plus de 60% du personnel de santé). Toutes les autres régions ont un ratio personnel/population inférieur à la moyenne nationale. Dans une étude réalisée en 1999, 40% des ménages souffraient d’une incapacité temporaire à payer les services de santé et prés de 15% d’une incapacité permanente. Avec l’accroissement de l’incidence de la pauvreté au niveau national, passant de 53% en 2007 à 55,2% en 2012, cette tendance se confirme. Du fait de l’insuffisance des infrastructures et équipements sanitaires, la couverture géographique est très faible. Pour illustrer cet état de fait, l’évaluation à mi-parcours du deuxième document de stratégie de réduction de la pauvreté avait révélé qu’au cours de la période 2004-2005, le nombre de postes de santé intégrés est passé de 604 à 623, soit une faible augmentation de 3% environ. Quant aux centres de santé intégrés, le nombre est passé de 395 à 399 durant la même période soit un accroissement de 4 unités. Les hôpitaux nationaux (aussi connus sous le nom de CHU, Centres Hospitaliers Universitaires) sont au nombre de 2 et se trouvent à Conakry. Il faut signaler que plusieurs unités sanitaires au niveau local ne sont plus fonctionnelles aujourd’hui par manque d’entretien, de subventions et de la corruption qui gangrène le secteur. La dernière sortie médiatique du ministre guinéen de la santé en témoigne : « On ne peut pas comprendre que ces structures ne soient pas fonctionnelles. J’ai mis en demeure les autorités de ces structures de les réhabiliter. »
L’insalubrité de l’habitat et de l’environnement et la consommation d’eau insalubre sont citées comme des causes sous-jacentes du taux élevé de mortalité notamment infantile en Guinée. La mauvaise évacuation des ordures ménagères, des eaux usées sont des sources de propagation de maladies (comme le choléra par exemple) où à chaque période pluvieuse la Guinée enregistre des cas importants de choléra.

 

Des problèmes d’assainissement

L’assainissement qui a un impact sur la santé des populations est une autre réalité qui se caractérise par des manques et des insuffisances. L’évacuation des eaux usées par exemple se fait généralement par fosses ou par épandage sur le sol. Elles sont le plus souvent déversées dans des caniveaux, les rues et les espaces libres. Il n’existe pratiquement pas d’infrastructures d’assainissement collectif ou semi-collectif d’évacuation et de traitement des eaux usées à l’exception des équipements de Conakry où le réseau d’égouts se limite à une seule commune (Kaloum) sur les cinq que compte la capitale.
En outre, il faut noter l’inexistence de latrines publiques à l’exception de quelques-unes mal entretenues desservant certains marchés de Conakry, quelques rares gares routières, et les bâtiments administratifs. Les autres centres urbains sont quasiment dépourvus d’assainissement collectif malgré la densité élevée de peuplement.
S’agissant des déchets solides, le principal mode d’évacuation des ordures ménagères est le rejet dans la nature (espaces libres, cours d’eau, mer, caniveaux, etc..). Selon les résultats de la dernière enquête intégrée de base pour l’évaluation de la pauvreté, cette pratique est le fait de 77% des ménages (93% en milieu rural, 18,1% à Conakry et 64,4% dans les autres centres urbains). Le ramassage public des ordures ménagères ne se fait qu’à Conakry et concerne 55,4% des ménages. Des caniveaux remplis d’ordure, des eaux stagnantes et des tas d’ordures ménagères dans les rues, c’est l’image que présente la capitale guinéenne.

 

Des risques de contamination

Les risques de contamination dans les centres de soins sont aussi très élevés du fait de l’insalubrité des lieux. En 2012, la délégation en Guinée de l’organisation internationale ‘’Terre des hommes’’ déplorait les causes de cet état de fait : « l’eau n’arrive que 2 à 3 fois par semaine dans les centres de santé, et pendant seulement quelques heures. Ils ne peuvent donc ni soigner convenablement les patients, ni nettoyer les salles de soins et assurer l’hygiène des équipes de manière adéquate »
Dans un tel environnement, la propagation d’épidémies comme l’Ebola serait facilitée par les faiblesses structurelles du système de santé de la Guinée. A cela, il faut ajouter les choix que je qualifierais d’irresponsables de la part des autorités guinéennes en voulant minimiser (voire nier) la propagation de l’épidémie au sud de la Guinée dont les premiers cas ont été signalés depuis décembre 2013 par les médecins locaux mais sans confirmation officielle de la nature de l’épidémie. Si des mesures idoines étaient prises promptement par les autorités guinéennes avec l’appui des partenaires, elles permettraient de circonscrire l’épidémie, stopper sa propagation et éviter au monde entier cette psychose terrible qui met en quarantaine toutes les populations des zones touchées.

 

[*] « Matrone » : Femme qui exerçait illégalement le métier d’accoucheuse. Il faut noter que ces matrones sont reconnus comme personnel de santé et elles exercent dans les structures sanitaires pour répondre à l’insuffisance d’infirmières. Cette appellation est toujours employée dans le jargon officiel dans le domaine de la santé en Guinée.

Rencontre USA-Afrique : le ministre camerounais refuse les «diktats»

[Par René DASSIE]

Le gouvernement camerounais qui a participé au sommet Etats-Unis-Afrique de la semaine dernière ne semble pas apprécier les leçons de démocratie de Barack Obama, dont le pays souhaite conditionner l’octroi de l’aide aux Africains à la transparence politique et au respect des droits de l’homme.

C’est ce qui ressort d’une conférence de presse donnée à Yaoundé peu après la réunion de Washington, par le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary. « Ce que nous n’acceptons pas, c’est des dictées ou des diktats », s’est emporté le ministre, interrogé par un journaliste.

Evoquant l’âge avancé de Paul Biya, qui, officiellement âgé de 81 ans préside aux destinées du Cameroun depuis 32 ans, le ministre a indiqué que l’adversaire de Barack Obama à l’élection de 2008, le républicain John McCain était âgé de 72 ans à l’époque, et qu’il aurait 80 ans aujourd’hui tout en étant au pouvoir, s’il avait été élu.

Cette sortie inopinée de M. Tchiroma qui alterne régulièrement entre opposant farouche et thuriféraire de Paul Biya au gré de ses admissions ou limogeages du gouvernement de Yaoundé traduit le malaise persistant qui règne depuis quelques années entre Washington et Yaoundé, au sujet des droits de l’homme. L’administration américaine a en effet reconnu le statut de prisonniers politiques à des détenus camerounais, suscitant la colère de Yaoundé. C’est le cas de l’ancien ministre de l’Intérieur Marafa Hamidou Yaya, un Peul du nord du pays régulièrement perçu comme l’un des meilleurs successeurs possibles à Paul Biya, qui a été condamné à 25 ans de prison dans une affaire de détournement de fonds publics qui s’est depuis révélée inexistante.

C’est seulement fin juillet également, que Washington a accrédité Michael Stephen Hoza comme nouvel ambassadeur à Yaoundé, près d’un an après le départ Robert Peter Jackson, qui s’était montré très critique envers le système électoral camerounais.

Régulièrement épinglé dans les rapports d’organisations non gouvernementales occidentales au sujet de la violation massive des droits de l’homme, le Cameroun s’est rapproché ces dernières années de la Chine moins regardante. Yaoundé se trouve ainsi submergé de millions de dollars venus de Pékin. D’où sans doute, l’arrogance et le coup de gueule du ministre Tchiroma connu pour son langage peu diplomatique.

Zambie-France : Homophobie, une persécution aux divers degrés

[Par John Chitambo Lobe]

Les persécutions contre les homosexuels représentent près des trois-quarts des discriminations sexuelles en Afrique. Selon des chiffres concordants d’organisations non gouvernementales (ONG), plusieurs centaines de lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres sont régulièrement harcelés sur le continent, pour le seul motif de leur orientation sexuelle. À des degrés divers, pouvant aller jusqu’à la mort.

Photo tirée de http://www.osisa.org/

Photo tirée de http://www.osisa.org/

Dans cette ambiance délétère, la Zambie du président Michael Sata élu en 2011 mérite une mention spéciale. Selon l’association LGBT Rights in Zambie, la police de ce pays d’Afrique australe, pas un jour ne se passe sans que la police de ce pays d’Afrique australe interpelle des personnes soupçonnées d’homosexualité. Cette persécution légale s’accompagne d’un rejet social des homosexuels, qui sont considérés par la religion, leurs familles et communautés comme étant des personnes anormales, satanistes ou possédés par des démons. Faire son coming out dans ces conditions revient systématiquement à risquer la prison, l’homosexualité étant considérée comme un crime à la fois contre la loi et contre la nature humaine.
Deux jeunes homosexuels zambiens ont récemment été jetés en prison. Plusieurs autres ont été interpellés par la police et placés en garde à vue par la police. Cette nouvelle salve de la répression qui sévit dans ce pays n’a pas épargné même les activistes des droits de l’homme qui défendaient les droits des homosexuels !

La Zambie est officiellement une nation chrétienne d’après la Constitution de 1996. Plus de 90 % des Zambiens sont chrétiens, catholiques et protestants, pendant qu’une minorité pratique l’Islam et d’autres religions. C’est dans ce contexte d’exaltation religieuse que ce pays d’environ 14 millions d’habitants a acquis la réputation de l’Etat le plus répressif envers les homosexuels dans le monde.
Et même si les responsables religieux, chrétiens et musulmans en l’occurrence rejette chacun sur le culte de l’autre la responsabilité de la dégradation des mœurs, tous s’accordent à placer l’homosexualité en tête des pratiques jugées déviantes.Pour les responsables du culte musulman, les homosexuels sont des chrétiens, parce que leur religion proscrit et punit sévèrement cette pratique. Les chrétiens leur rétorquent, bible en main, que Dieu a interdit l’homosexualité. On est cependant en droit de leur demander que si Dieu, Allah, Jéhovah comme ils le prêchent a créé le monde et tous ce qui y vit comme ils le prêchent, n’est-ce pas lui qui a aussi créé les homosexuels ? Sinon, d’où seraient-ils venus ? Y aurait-il donc un deuxième créateur qui aurait façonné les homosexuels ?

En second lieu, si ces religieux prêchent vraiment l’amour du prochain comme ils le prétendent, les homosexuels ne méritent-ils pas d’être aimés comme nos prochains?
La situation en Zambie est emblématique du sort qui est réservé aux homosexuels dans de nombreux pays africains. Où l’on na même pas besoin d’invoquer la religion pour remettre en cause leur droit d’exister. Au Cameroun où l’homosexualité est punie de cinq ans de prison, Eric Lembembe, un gay militant a été torturé à mort l’année dernière. Son seul crime était d’avoir une orientation sexuelle contraire à une prétendue culture africaine.

Au-delà de l’Afrique et des autres régions du monde où l’on persécute les homosexuels, on pourrait penser que les pays égalitaires, à l’instar des nations européennes, des Etats-Unis ou de l’Afrique du Sud qui protègent leurs droits soient pour eux des havres de paix. Erreur. Même ici, leur situation reste difficile, voire critique, et le chemin à parcourir est encore long, pour qu’ils soient perçus par tous comme des citoyens à part entière. En France par exemple, des homosexuels subissent habituellement des traitements humiliants qui n’ont que peu à envier à ce qui se passe en Zambie.

Dernier exemple en date, la tentative d’intimidation doublée d’humiliation subie le 8 août dernier par un jeune homme homosexuel, dans un bureau de l’association France Terre d’Asile, de la part d’autres réfugiés venus comme lui d’Afrique. Parce qu’il arborait un look féminin, avec chaussure, pantalon, coiffure et boucles d’oreille, marchait en se déhanchant comme une femme, on lui a crié dessus, en lingala, la langue du Congo : « Pédé! Pédé! Pédé! Tu fais la honte de notre culture africaine » « Quelle abomination !» ont poursuivi ceux qui semblaient être des Nigériens. « La honte de l’homme noir ! Si tu étais en Afrique tu serais mort », ont pronostiqué les Ivoiriens! Chacun y est allé de son dialecte : bambara, soninké, etc. Le jeune homme n’a eu d’autres recours que de prendre fuite !
Cet exemple vient s’ajouter aux cas malheureusement trop nombreux des agressions dont sont l’objet les homosexuels en France. Un pays qui est pourtant allé très loin dans la reconnaissance de leur égalité citoyenne, en leur accordant le droit au mariage.

On ne doit donc jamais cesser de marteler que l’homosexualité n’est qu’une orientation sexuelle, qu’elle n’a rien d’anormal ni de diabolique et que parmi les hommes qui ont positivement influencé le monde, figurent de nombreux homosexuels. Les droits de l’homme n’ont pas de nationalité et la mobilisation doit continuer en faveur des homosexuels, quelle que soit leur pays. Dans la rue, par le biais des médias, à l’Onu, ce combat doit continuer. A l’échelle de l’univers. Et dans ce sens, la décision de l’Union européenne d’accorder l’asile politique aux homosexuels persécutés dans leurs pays mérite d’être saluée.