RD Congo : éloge d’un hold-up électoral

[ÉLÉCTIONS] Le suspense s’est évanoui, puis l’intensité du tollé est retombée, après la proclamation de la victoire de Félix Tshisekedi et son investiture, le 24 janvier comme cinquième président de la République Démocratique du Congo. Du coup, les réseaux sociaux se sont calmés. Seule la vérité des urnes que personne n’est en mesure d’effacer persiste. Elle parle dans la conscience de tout un chacun, car, elle est absolue.

L’OFPRA n’a plus de chef depuis décembre, Pascal Brice n’a pas été renouvellé

[BILAN] L’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides – OFPRA – n’a plus de directeur général depuis le 28 décembre 2018. Le diplomate Pascal Brice surnommé « Monsieur migrants » n’ayant pas été reconduit dans ses fonctions, a-t-on appris le jeudi 17 janvier auprès du syndicat de l’agence.

Affaire Laurent Gbagbo : terrorisme juridique à la Haye

[JUSTICE] Le 30 novembre 2011 lorsque sous l’activisme de Luis Moreno Ocampo, premier procureur de la CPI – Cour Pénale Internationale -, le pouvoir Ouattara transfère Laurent Gbagbo à la Haye, tous croient que le destin de cet homme est plié. Huit ans plus tard, il est blanchi de tous les crimes imputés. Mais coup de théâtre ! Il est toujours maintenu en détention après son acquittement total. Retour sur une harassante procédure judiciaire qui se termine par une prise d’otage de la CPI sur des personnes innocentes.

RD Congo: la coalition Lamuka rejette la main tendue de Félix Tshisekedi

[ACCORD POST-ÉLÉCTORAL] Vendredi, la coalition Lamuka rejeté la main tendue par Félix Tshisekedi et continue de contester l’arrêt rendu par la cour constitutionnelle. Pas question pour elle de participer au futur gouvernement. Pour la coalition Lamuka, hors de question de cautionner une fraude éléctorale. « Pourquoi entrerait-on dans un gouvernement formé sur la base d’un accord passé entre Cach (plateforme de Félix Tshisekedi, et le FCC [le front commun congolais], la plateforme de Joseph Kabila)? » s’interroge Pierre Lumbi, directeur de campagne de Martin Fayulu.

Elections au Congo : Kabila, Tshisekedi et la mascarade

[ÉLÉCTIONS PRÉSIDENTIELLES] Jamais élections africaines n’avaient autant étalé les vices de la dictature, par rapport à la décision de frauder : coupure d’Internet et du signal de RFI, tirs à balle réelle sur des militants de l’opposant Martin Fayulu, ayant fait cinq morts au total, comptage des voix à huis clos, en dehors des témoins de la partie adverse, et comble d’autocratie, report du scrutin dans trois localités, à l’est et à l’ouest du pays (fief de l’opposant Fayulu), pour des raisons fallacieuses. Les trois localités comptent plus d’un million d’électeurs. Un banditisme d’Etat avéré !

Côte d’Ivoire : des ministres parlent déjà de victoire en 2020 !

[ÉLÉCTIONS PRESIDENTIELLES] Et si on se dirigeait vers un scénario que de nombreux Ivoiriens craignent depuis les récentes violences qui ont entaché les éléctions municipales d’octobre 2018 ? Une nouvelle crise post-électorale ? L’élection du futur Président de la Cote d’Ivoire ne pourra pas se tenir dans un climat de tension si l’on s’en tient aux récentes déclarations anti démocratiques de certains cadre de la coalition au pouvoir. Parmi eux, le aprti au pouvoir : le Rassemblement des Houphouetiste pour la Démocratie et pour la Paix, RHDP.

Le procureur fait appel, Laurent Gbagbo n’est pas libre

[JUSTICE INTERNATIONALE] oup de tonnerre à la Cour Pénale Internationale – CPI. Malgré leur acquittement, l’ancien Président Ivoirien Laurent Gbagbo et son ministre de la Jeunesse Charles Blé restent pour l’heure en prison. Ils devront encore attendre avant de respirer l’air de la liberté. La cour pénale Internationale ayant suspendu la libération de ces leaders politiques Ivoiriens après un nouvel appel du procureur.