Articles

Festival International du Film des Droits de l’Homme : « Une caisse de résonnance de la dignité humaine »

[Par Elyse NGABIRE]

14ème édition du Festival International du Film des Droits de l’Homme (FIFDH) –
Interview exclusive avec Laurent Duarte, secrétaire général du FIFDH.

Ce 5 avril, le FIFDH lançait sa 14 ème édition au cinéma Luminor-Hôtel de Ville sis au 20, rue du Temple, Paris, 4ème arrondissement. Le festival ira jusqu’au 19 avril. Et pour commencer en beauté, le film ‘les 18 fugitives’ a ouvert la série des 32 autres qui seront projetés. L’évènement a vu la participation et le soutien de plusieurs personnalités dont Hélène Bidard, adjoint à la Mairie, en charge de l’égalité femmes/hommes, la lutte contre les discriminations  et les droits de l’homme.

 

Affiche du Festival International du Film des Droits de l'Homme (FIFDH)

Affiche du Festival International du Film des Droits de l’Homme (FIFDH)

 

D’où est venue l’idée de ce festival ?

Il y a 15 ans, François Mercier, fondateur du festival, a pensé à ce projet. A l’époque et même aujourd’hui, il était très attaché à la question des droits de l’homme. Son objectif était de sensibiliser les gens aux droits humains à travers un festival ou un moment de rencontres, et ce à travers la création d’une télévision pour traiter ces questions en faisant passer des documentaires et des débats.

Laurent Duarte © Elyse NGABIRE

Laurent Duarte © Elyse NGABIRE

C’est un festival qui existe depuis 14 ans. Il a pour but de promouvoir un cinéma engagé d’auteurs et permet d’éclairer sur des sujets en rapport avec les droits humains dans une acceptation plus large. On englobe les droits humains mais également des droits sociaux, environnementaux et économiques.

Pourquoi  votre choix porte-t-il  sur les droits de l’homme et à travers le cinéma?

Parce que avec les fondateurs et associations qui nous soutiennent, nous estimons que le cinéma est un vecteur pour sensibiliser, pour créer une société plus inclusive et égalitaire. C’est un outil de prédilection  pour nourrir le débat non seulement pour les gens avertis mais également pour un public le plus large possible.

Qui sont les intervenants?

Des associatifs, des membres d’associations, des chercheurs, des responsables politiques, des spécialistes des droits humains. Quant au public, il est plus large : des étudiants qui font leurs recherches, personnes associatives, des jeunes, etc.

14 ans après, quel bilan faites-vous de ce festival ?

Ce qui est marquant, c’est que la question des droits humains s’est posée de façon très forte ici en France à travers différents canaux institutionnels, politiques ou extérieurs. C’est quelque chose de nouveau. Généralement, on a tendance à traiter les droits humains comme quelque chose qui est éloigné de nous à part par exemple la question migratoire qui revient régulièrement  et qui a impliqué la France.

Cette année, nous sommes confrontés à différents terrains : politiques, juridiques, etc. Malheureusement, cette année nous avons eu beaucoup de travail avec la crise des migrants notamment la guerre en Syrie, au Soudan, des élections en Afrique, etc.

 Pourquoi avez-vous choisi de lancer cette 14ème édition avec le film ‘ Les 18 fugitives’?

L’originalité du sujet a été le premier critère. Nous avons cherché  des films qui se démarquent, qui ont un parti pris. Le film ‘Les 18 fugitives’ traite de l’Intifada en Palestine. L’angle est très original. Il est capable de parler au plus grand nombre.

Hélène Bidard © Elyse NGABIRE

Hélène Bidard © Elyse NGABIRE

Grâce à l’histoire de 18 vaches achetées par des pacifistes en vue de produire leur propre lait, celles-ci se sont retrouvées dans l’effervescence politique et militaire comme une menace à la sécurité de l’Etat israélien.

C’est une histoire un peu rocambolesque. Comment les vaches peuvent devenir des menaces à l’Etat israélien ? On crée finalement des rapports entre pacifistes et  non pacifistes en Palestine, rapports entre militants palestiniens et israéliens, etc. Et dans le film, il y a un mélange de formats : c’est un documentaire avec des interviews des gens qui ont participé à ce mouvement, des reconstitutions et il a travaillé en animation. Tout cela fait qu’il soit un film très original. C’est un film drôle et  c’est rare de trouver ce genre de sujet.

Qu’attendez-vous à la fin de ce festival ?

Toute l’équipe du FIFDH espère que cette 14ème édition jouera, le mieux possible, le rôle qui est le sien : être une caisse de résonnance pour les acteurs engagés en faveur du respect de la dignité humaine.

En outre, comme dans tout évènement de ce genre, nous nous attendons à la participation maximale de personnes. Nous souhaitons qu’elles repartent  satisfaites, avec l’envie de s’instruire, de continuer à travailler sur ce sujet et qu’elles entrent en contact avec des associations présentes. Notre but, c’est de créer un forum où chacun se sente à l’aise de discuter, de prendre la parole mais aussi de changer les choses. L’idée du festival des droits de l’homme c’est que ceux-ci soient respectés et promus.


A Paris, la révolution ukrainienne au « Luminor »

[Par Seferina SERANI]

Récemment, devant l’hôtel de ville de Paris, des gens chaussaient leurs patins et, comme dans un film, ils tenaient le rôle des protagonistes au gré de leurs cris de satisfaction. Une année auparavant, un peuple a résisté dans le froid et la glace, durant trois mois, jour et nuit, pour la Liberté et la Démocratie… mais ses cris n’étaient pas heureux et ils ont secoué le monde.

Dans le cadre des rendez-vous des Jeudis du FIFDH de Paris, le « Luminor », une bonne salle de cinéma parisienne, a eu l’occasion et la judicieuse idée de devenir, elle aussi, une sorte de protagoniste de ce drame en projetant « La compagnie céleste » du collectif Babylon’13, un film-mémoire dédié aux 82 morts de la place Maïdan à Kiev.
Le film a été tourné au fil des événements, à toutes les étapes de cette révolution populaire, jalonnée, plan après plan, de scènes sanglantes et de morts causés par la police et les militaires du pouvoir dictatorial du Président Yanoukovitch, lequel est le principal responsable de cette tragédie humaine ukrainienne.
Le gouvernement et ses snipers ont combattu et tué des gens qui protestaient contre le système mis en place par Yanoukovitch. Ce dictateur a agi sans comprendre ce qui se passait réellement. Pourtant c’est le peuple qui, en principe, met ses dirigeants en place et, du fait de sa légitimité, peut les destituer et les jetant comme de simples « peaux de banane ». Il en vient à cette solution si le Pouvoir ne respecte pas les intérêts, les espoirs et l’avenir du pays.

Un film qui appartient désormais à l’Histoire
Le film évoqué ici, porte, durant 45 minutes, le message de l’Ukraine de 2014 avec sa révolution dont le théâtre a donc été la place Maïdan. Le terrible massacre qui l’a marquée, la guerre, la mort omniprésente, les victimes dans leur ensemble, le sang, les pleurs et les blessés : tout ceci est vrai, terriblement vrai. Avec ce documentaire, nous sommes les témoins de l’époque, c’est de l’Humanité dont on parle. Ainsi se déroule l’Histoire.
Cette « époque », ce moment historique tel que nous le voyons à l’écran, nous permet d’être enfin bien informés. Nous sommes conscients une fois placés face à cette « époque » essentielle.
Disons-le en conclusion : afin d’être des citoyens informés, capables de comprendre encore mieux ce que je vous dis ici : allez donc voir le film dès que possible !

Marouan Omara, réalisateur de CROP : « C’est à Al Ahram où tout se décidait… »

[Par Larbi GRAÏNE]

 

Souvent pour cerner la politique de nos dirigeants, politologues et journalistes, s’intéressent davantage au discours politique qu’à la photographie. Et Pourtant l’image se trouve être au cœur des manœuvres du pouvoir politique, qui en use et abuse, soit pour faire de nouvelles conquêtes, soit pour s’y maintenir. Marouan Omara, jeune photographe et réalisateur égyptien de 27 ans a dérogé à cette règle en réalisant avec l’Allemande Johanna Domke « CROP » un film complètement dédié au pouvoir de l’image. Nous l’avons rencontré en marge du Festival international du film des droits de l’Homme (FIFDH) qui s’est déroulé au cinéma Nouveau Latina à Paris du 11 au 18 mars 2014. Notons que le film a été tourné entièrement à l’intérieur du journal al Ahram, le plus grand tirage du pays. Entretien.

 

L'affiche du film "Crop"

L’affiche du film « Crop »

 

Même s’il est très court votre film est très beau, j’ai constaté que le public a eu du mal à quitter la salle à la fin de la projection…
« A vrai dire je suis satisfait que le film soit court, beaucoup parmi le public égyptien se sont accoutumés à voir des films rapides, comme les clips ou les réclames. Certains peuvent le percevoir comme lent et ennuyeux. Mais je crois que le fait qu’on ait ressenti sa « petitesse », c’est la preuve qu’on a réussi à faire passer le message, ce qui a donné l’envie de le regarder sans discontinuer pendant 47 minutes. Du reste, je n’ai pas pensé à la durée du film, ce qui m’avait importé, c’est l’idée qu’on va véhiculer sans penser que le film va être court ou long ».

 

Pourquoi, avez-vous choisi le siège d’un journal gouvernemental, Al-Ahram en l’occurrence, pour tourner ce film ?
« L’idée, c’était de cerner et de comprendre comment se fabriquaient l’information et l’image. Pendant notre enquête, on a réalisé plus de 19 interviews avec des photographes de presse, des gens des médias et des experts en communication. Nous leur avons tous posé la question de savoir qui détient le pouvoir de décision dans un journal, qui décide que telles photos méritent d’arriver au public et telles autres d’être supprimées pour qu’elles ne soient pas vues. Nous avons eu des réponses différentes. Pour certains c’est le directeur de la rédaction qui décide. Pour d’autres, c’est le chef du service photographie. Mais lorsqu’on s’est entretenu avec quelques chefs du service de photographie de certains journaux, quelques uns nous ont affirmé que c’est le directeur de la publication qui décide, alors que d’autres ont soutenu que ce sont les conseillers du Président Hosni Moubarak, qui ont ce pouvoir. Au final, on s’est rendu compte, qu’il n’y avait pas une réponse concordante et franche. Le chef de service photographie d’Al Ahram fut l’une des personnalités avec laquelle nous avons eu à nous entretenir. Au cours de cet entretien qui s’est déroulé au siège d’Al Ahram, on a découvert que ce journal était abrité par d’immenses locaux. On s’était senti alors comme dans une usine, comme dans une place forte. Il y a beaucoup de couloirs, de bureaux et d’employés, on en a déduit que c’est dans cette place où devrait être filtrées les informations. Nous nous sommes dit qu’un service, un département devrait bien s’occuper de ça. D’où l’idée de filmer à l’intérieur d’Al Ahram d’autant plus que d’une façon générale on voulait traiter de la presse en Egypte de ces 70 dernières années, qu’elle soit gouvernementale ou nationaliste ».

 

Est-ce que ça été facile pour vous de s’introduire dans le siège d’Al Ahram ?
« Cela s’est déroulé durant la première présidence assurée par l’armée après la chute de Moubarak. On s’approchait de la fin du règne des militaires sous Tantaoui, la vie politique était dominée par les grandes protestations précédant la confrontation électorale entre Morsi et Chafik. On ne savait pas qui allait s’emparer du pouvoir. Donc lorsque nous avons exprimé notre désir de filmer à l’intérieur des locaux du journal, il était difficile aux responsables de dire non ou oui. Et à vrai dire ils n’auraient jamais été capables de justifier un quelconque refus ne sachant guère de quel côté va pencher la balance. On a dû donc attendre trois mois avant qu’on nous autorise à faire notre reportage. Nous nous sommes alors entendu dire « puisque vous faites un film d’inspiration culturelle, on ne voit pas d’inconvénients ».

 

Le film planche sur l’impact des images sur le public, selon vous c’est la révolution qui construit l’image ou c’est l’image qui construit la révolution ?
« C’est la révolution qui construit l’image, c’est le peuple qui fabrique l’événement que les médias viennent couvrir. Parfois la presse gouvernementale faisait le contraire en fabriquant de fausses images pour stigmatiser des gens en les taxant de traitres et de collabos. Parfois elle soutenait que le pays est stable et qu’il n’y a pas de révolution. Mais quand les gens se sont fortement mobilisés, ils ont imposé le fait que l’image censée les refléter corresponde à la réalité ».

 

Comme l’a montré le film, les chefs d’Etat égyptiens raffolaient de l’image, ils étaient séduits par son attractivité, quelle différence y a-t-il entre Abdel Nasser, Sadat et Moubarak ?
« Oui dans la première partie du film nous avons tenté d’analyser l’image en tant qu’instrument de séduction des masses. Nous avons voulu montrer comment les chefs d’Etat ont utilisé leur image dans un but hégémonique et de domination de l’opinion. Sous Abdel Nasser, il faut rappeler que la gestion de la photo subissait les limites de l’époque qui était marquée par la photographie d’avant les dernières innovations. Dans les années 60 et 70, le nombre de photographes et de caméras était extrêmement réduit. Nasser utilisait les médias et la photographie comme moyens de communication, non pas seulement en Egypte mais également à l’échelle de la planète et plus particulièrement en direction du monde arabe. Mais le message iconique de Nasser était porteur du désir de fraternité et d’amitié à l’égard des mouvements révolutionnaires et du nationalisme arabes, auxquels il appelait de tous ses vœux. L’examen de ses photos, montre toujours un Nasser soucieux de communiquer avec son peuple, un homme modeste qui ne s’intéresse pas à sa petite personne. A l’opposé, Sadate venu aux affaires dans les années 70, bascula vers la méthode américaine, tournant ainsi le dos aux Russes. Il était grandement inspiré par les films américains. On le voit toujours en train d’exhiber ses capacités à devenir Président. Il était obsédé par l’idée de transmettre par le truchement d’un plan visuel les preuves qui établiraient combien il était extraordinaire, sage et modeste. Nous avons même eu des informations, (que le film n’a pas exploitées), selon lesquelles Sadate à ses débuts avant même qu’il entame sa carrière politique, a pris attache avec une des célèbres actrices du Caire, pour lui demander de jouer un petit rôle à ses côtés. Sadate était féru du paraitre, il était obsédé par la caméra et les flashes photos. Il s’échinait à paraitre comme un héros nationaliste, mais sa mort a révélé la réalité du personnage : ses obsèques furent quasi désertées. C’est plutôt Nasser qui a eu droit à des obsèques grandioses qui ont eu un grand retentissement dans le monde arabe. Quant à Moubarak il avait une peur bleue des médias. Il était aux côtés de Sadate lorsqu’il rendit l’âme. Moubarak sait que les médias sont la cause de l’assassinat de Sadate. Il avait adopté des faux-fuyants, étant lui même aviateur de métier, il se transformait en volatile pour gérer les affaires de l’Egypte et des médias. Il était rigide, ne manifestant aucune sympathie à l’endroit des photographes, de son entourage et de son peuple. Ses photos sont routinisées, ennuyeuses, traditionnelles, qui le montrent souvent inaugurant quelque usine. Mais tous les endroits où il apparaissait sont placés sous haute surveillance, il est très difficile de trouver une photo le montrant en train d’échanger avec les gens. Quand vous en trouvez une, elle est l’œuvre d’un travail de laboratoire inspiré par les services de renseignements. Avec le temps les Egyptiens ont fini par honnir la politique de Moubarak qui est devenue aussi ennuyeuse et rebutante que sa photo. Tout était plat, froid, sans aventure et sans rêve ».

 

Est-ce que chacun des chefs d’Etat égyptiens qui se sont succédé, avait-il eu un modèle dont il s’est inspiré pour bâtir sa propre stratégie visuelle ?
« Nasser je crois était plus proche des Soviétiques que des Américains, mais Sadate était plus proche de l’Amérique avec laquelle il entretenait beaucoup de relations. Moubarak quant à lui ne semble s’inspirer d’aucun modèle particulier. Son plan visuel était incolore et inodore. On ne peut pas dire que ses choix sur l’image peuvent s’incarner dans quoi que ce soit, c’est un mauvais mixage de beaucoup de choses. Un mixage dépourvu de toute vision ».

 

Qu’est devenu le cinéma égyptien ?
« Je crois que le cinéma égyptien a complètement disparu ces dix dernières années mais je pense qu’il va rebondir dans un proche avenir car il est appelé à exorciser ce qui s’est passé pendant la révolution. Le public égyptien est lassé et ne peut plus supporter le cinéma ayant précédé la chute de Moubarak. Le public a changé et a pris conscience des moyens d’hégémonie dont usent les gens des médias, entre réalisateurs et producteurs pour dominer les esprits. Souvent ce sont des films de bas étage avec des comédiens qui ne véhiculent ni idées ni messages ».

 

 

FIFDH, Roman Vital fustige le traitement des demandeurs d’asile en Suisse

[Par Benson SERIKPA]

[Ci-dessous les propos recueillis par Carole SERIPKA]

 

Rejetés au paradis, pourrai-t-­on résumer, le film­ documentaire de Roman Vital, qui a ouvert la 12ème édition du Festival International du Film des Droits de l’Homme (FIFDH), le mardi dernier au cinéma le Nouveau Latina, à Paris. Ce film intitulé « Life in paradise », qui passe en avant-première en France, a tenu en haleine le public présent pendant 78 min. Il met en exergue la vie miséreuse des demandeurs d’asile rejetés dans un des centres de déportation que compte la Suisse. Mais aussi, le réalisateur suisse projette le regard que les fonctionnaires qui y travaillent ont de ce centre ­même et de son fonctionnement. Et il n’occulte pas pour autant l’opinion à la fois hostile et dégradante des habitants de Valzeina, village paradisiaque qui abrite ce centre, sur « ces voisins » que le gouvernement leur impose.

romani

Photo crédits : http://www.rtr.ch/

 

Lors du débat qui a suivi la projection de ce film­ documentaire (en compétition officielle), Roman Vital a précisé qu’il a travaillé en toute objectivité dans le souci d’inviter les camps politiques (Droite et Gauche) suisses à se pencher sur la politique de l’immigration, notamment sur la question des demandeurs d’asile sur le territoire Suisse.

 

Life_in paradise

Bien avant la projection de « Life in paradise », Jonathan Vaudey, Responsable de programmation du FIFDH, a rappelé que cet événement se veut être une plate forme d’expression sur les questions liées aux Droits de l’Homme. Selon lui, toutes les programmations seront suivies de débats avec les différents réalisateurs. Au nom de Vincent Mercier, Délégué général FIFDH Paris, il a remercié tous les partenaires de cette manifestation qui accueille pour la première fois l’UNHCR.
Pour sa part, Bernard Schricke, Directeur Action et plaidoyer France ­Europe, Secours Catholique, ­Caritas France, s’est dit heureux de soutenir une fois de plus cette initiative de l’association Alliance Ciné. Il a notamment encouragé le public à avoir également un grand intérêt pour l’exposition photo intitulée « Les oubliés de nos campagnes », qui se tient à la faveur de cette 12ème édition du FIFDH. Une belle soirée, qui en annonce encore de plus belles, jusqu’au 18 mars prochain, pour les mordus du 7ème Art qui, veulent bien entendu joindre l’utile à l’agréable.

[Propos recueillis par Carole Sérikpa]

Freddy Djerra (Dessinateur de presse) : « Plus informatif qu’engagé…»

« Le film partait dans tous les sens. C’est bien de prendre une position à savoir, être neutre. Mais pour moi, on ne peut traiter ces sujets, notamment ceux des Droits de l’Homme sans être engagé. On ne peut pas faire ce genre de film­ documentaire et dire qu’on laisse les gens  se faire leur propre idée. Je crois que son film est plus informatif qu’engagé et c’est vraiment désolant».

Laurène Lepeytre (Réalisatrice) : «C’est partial »
«J’ai été choquée par ce film, parce que le réalisateur dit être neutre. Pour moi, il n’est pas neutre parce qu’il épouse le point de vue des habitants. Qui, sont très peu en empathie avec ces demandeurs d’asile. J’ai l’impression que le réalisateur n’a pas réussi à créer cette proximité entre les habitants et ces demandeurs d’asile. Les paroles des habitants sont tellement choquantes et on n’a pas de contre­points pour contre-balancer le poids de leurs propos. Et c’est ce qui me gène. Du coup, pour moi ce film est partial ».

Gérard Valadier (Animateur au Secours Catholique) : « Un regard froid »
«Ce film est une occasion de se poser des questions sur le regard que nous portons sur les hommes quel que soit leur situation. Dans les commentaires des habitants de ce village, nous pouvons penser que c’est un regard froid. Mais en même temps, c’est le regard que porte certaines personnes sur les demandeurs d’asile. C’est donc l’occasion de s’interroger, est-ce le seul regard que je veux porter sur les gens ? Ou, est-ce que je veux aller plus loin? C’est un pas de plus sur la compréhension de la situation. Le plus important c’est de le montrer aux personnes qui ne sont pas encore convaincues, pour qu’elles voient l’aspect plus humain de la chose ».