Articles

La saga de Mèmed le Mince, un roman de Yachar Kemal

[Par Khosraw MANI, envoyé spécial du festival de cinéma de Douarnenez]

Auteur de plus de vingt romans, plusieurs fois pressenti pour le Nobel de littérature, Yachar Kemal (1923-2015) est considéré comme l’une des principales figures de la littérature turque contemporaine.

Couverture du livre ( Source : gallimard.fr )

Couverture du livre
( Source : gallimard.fr )

Son univers romanesque plonge ses racines dans la terre, celle de la Cukurova, et la violence. La perte d’un œil et l’assassinat de son père devant lui quand il avait cinq ans ont assurément modifié sa perception du monde et son appétence pour la révolte et la quête de justice sociale, qui traversent toute son œuvre. Dans Mèmed le Mince (1955), son livre le plus célèbre, traduit en français par Münervrer Andaç et Güzin Dino, il raconte l’histoire d’un jeune paysan qui se rebelle contre l’oppression ottomane en s’enfuyant avec sa bien-aimée, que le chef du village veut marier à son neveu.

D’origine kurde, Yachar Kemal n’a eu de cesse de défendre les droits et la culture de son peuple. Un engagement qui lui a valu une vingtaine de procès et même une peine de prison ferme en 1995. Témoin de l’avènement de la république turque et de ses violences, Yachar Kemal était une sorte de Julien Sorel aux habits de Don Quichotte, ses deux héros, qu’il avait découvert en même temps que l’engagement.

[Pour lire les autres articles de nos envoyés spéciaux dédiés au 39ème Festival de Cinéma de Douarnenez, c’est par ici.] 

 

L’espoir, un film de Yilmaz Güney

[Par Khosraw MANI, envoyé spécial du festival de cinéma de Douarnenez]

L’espoir (Umut en turc), conçu en 1970 par le réalisateur et écrivain d’origine kurde Yılmaz Güney, est un des chefs d’œuvre du cinéma turc. S’inspirant du néo-réalisme italien, L’espoir a lancé une nouvelle vague de cinéma plus social en Turquie.

Le réalisateur Yilmaz Guney ( Source : eskfilmfest.com )

Le réalisateur Yilmaz Guney
( Source : eskfilmfest.com )

Yılmaz Güney conte en noir et blanc l’histoire de Cabbar. Ce cocher survit avec sa femme, ses cinq enfants et sa vieille mère dans un faubourg terne d’Istanbul. Cabbar doit de l’argent à tout le monde. Il joue à la loterie, gardant l’espoir de faire miraculeusement fortune. Mais la malchance ne cesse de l’accabler… Quand un de ses chevaux se fait écraser par une voiture, il comprend que seuls les riches peuvent s’en sortir. Plongé dans un profond désespoir, il devient peu à peu obsédé par le trésor dont lui a parlé son ami Hassan. Au point qu’il sombre dans la folie. Censuré lors de sa sortie en Turquie, L’espoir a pourtant été primé dans deux festivals du pays ( Adana Golden Film Festival et Antaly Golden Orange Film Festival ). Il a aussi été sélectionné à Cannes.

[Pour lire les autres articles de nos envoyés spéciaux dédiés au 39ème Festival de Cinéma de Douarnenez, c’est par ici.]