Articles

Huit ans et demi de prison d’une jeune femme

[Par Saida Huseynova]

huit« Je ne l’ai jamais avoué, mais le plus horrible fut ce premier pas à l’intérieur de la cellule. La porte qui se referme. La clé qui tourne deux fois dans la serrure. Et le sentiment de désolation qui vous envahit »… avoue Zara Mourtazalieva, journaliste tchétchène, dans son livre, un témoignage de son histoire, qui vient d’être publié en français.
Zara Mourtazalieva est née en 1984 en Tchétchénie, République autonome de Russie. En 2003, après la mort de son père, cette jeune étudiante arrive à Moscou pour y gagner sa vie. Le 4 mars 2004, elle est interpellée à la sortie de son travail, une pratique courante de la police moscovite envers des personnes « de nationalité caucasienne » (expression couramment utilisée par la police pour designer l’origine ethnique des ressortissants du Caucase). Mourtazalieva va tomber dans le piège ; elle sera arrêtée, accusée de terrorisme, à cause d’un petit paquet d’explosif qui sera placé dans son sac au commissariat, en son absence. Par la suite avec cette fausse accusation elle sera condamnée à huit ans et demi de détention en colonie pénitentiaire malgré la mobilisation des médias et nombreuses ONG de défense des droits de l’homme.
Dans son livre « Huit ans et demi. Une femme dans les camps de Poutine » Zara Mourtazalieva raconte tout ce qu’elle a subi et supporté pendant huit ans et demi ; le piège, l’injustice, la solitude, la douleur, la peur, la force, la vie en prison, l’amitié, la famille, l’amour… et l’espoir… L’espoir qui ne la quittera jamais, l’espoir qu’un jour tout ce cauchemar se termine, ce seul espoir lui donnera envie de rester en vie et surtout de rester elle-même dans le monde cruel de la prison.
Dans son livre elle témoigne surtout de la vie en colonie pénitentiaire, l’injustice totale envers les femmes ; les humiliations, les coups, les tabassages, la violence, le travail forcé, les punitions qui parfois, conduisent à la mort. Elle compare le système pénitentiaire du régime de Poutine à celui de Staline. Le régime qui détruit les destins des milliers de personnes et le système judiciaire, comme une usine, qui ne sert qu’à fabriquer des prisonniers.
Mourtazalieva raconte également les histoires d’autres femmes détenues dans la prison où les innocentes et coupables sont destinées à souffrir ensemble. Mais aussi l’amitié et la solidarité qui se forment entre elles. D’une coté, on devient témoin de la bravoure de ces femmes, de l’autre de la tendresse et la féminité qu’elles essayent tant de ne pas perdre, de ne pas devenir cruel dans le monde sévère de la prison.
En prison, on devient définitivement réaliste, avoue Zara Mourtazalieva. Condamnée alors qu’elle n’avait que vingt ans, en 2004, elle quitte la prison le 3 septembre 2012, la veille de son vingt-neuvième anniversaire. Ces années de détention ne l’ont pas affaiblie, au contraire. Elle décide de combattre l’injustice du système judiciaire en Russie. Mourtazalieva n’a jamais reconnu sa condamnation, le verdict de la justice. Après sa libération elle vient en France et réside à la Maison des journalistes à Paris. Elle obtient l’asile politique et veut continuer son combat commencé. Zara Mourtazalieva est soutenue par plusieurs ONG de défense des droits de l’homme.

Situation de la liberté de presse en Iran : Discours de Rasoul Asghari, journaliste iranien

Par Saida HUSEYNOVA

ASGHARI2

L’intervention de Rasoul Asghari, journaliste iranien, dans le cadre de la 25e session du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies à Genève

Dans le cadre de la 25e session du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies à Genève, Rasoul Asghari, journaliste iranien et analyseur de la situation politique en Iran, a prononcé un discours sur la situation de la liberté de la presse en Iran.
Rasoul Asghari, en s’appuyant sur ses propres expériences journalistiques au cours des 18 dernières années, a donné un aperçu de la situation des journalistes et des médias en Iran depuis 1992.

 

D’après lui, durant ces années, la liberté d’expression et le droit d’être informé et d’avoir accès à une information libre, ont été les premières victimes du « changement » qui n’a jamais été réalisé, tout comme la liberté de la presse et des médias sociaux l’ont été. La propagande du gouvernement a été modernisée, mais le paysage politique et social est de plus en plus réprimé et la liberté des journalistes de plus en plus limitée.

 

En attirant attention sur la gravité de la situation, M. Asghari a cité l’exemple de ses propres expériences : il a travaillé dans 11 journaux iraniens, dont certains n’ont pu exister qu’un seul jour car ils ont été fermés juste après la première sortie, alors que d’autres ont pu continuer leur travail pendant des mois ou peut-être des années.

 

En un seul jour, en Avril 2001, 20 journaux ont été fermés, des centaines de personnes ont perdu leur emploi et certaines ont été arrêtées. La répression sur les journaux a continué sans arrêt jusqu’à atteindre à l’été 2009 son point le plus élevé quand il n’y avait presque plus de voix opposées. Elle a été ensuite poursuivie par l’administration de Rohani : depuis son accession à la présidence 13 journaux ont été fermés. Certains d’entre eux n’avaient même pas sorti leur premiere publication. Dans le rapport annuel des « Reporters sans frontières » l’Iran est identifié comme l’une des cinq plus grandes prisons de journalistes dans le monde. C’est le 173e pays sur 180 pour l’Indice de liberté de la presse 2014. Le rapport indique: «Il n’a eu aucun changement dans la situation de la liberté de la couverture des nouvelles par rapport à l’année précédente. Les autorités iraniennes continuent de contrôler la couverture des nouvelles strictement. Les rapports sur la question nucléaire, les droits de l’homme et les prisonniers d’opinion, sont également censurés. À la fin de 2013, l’Iran a continué d’être l’une des plus grandes prisons du monde pour les professionnels des médias, avec 50 journalistes et net-citoyens détenus ».

 

Rasoul Asghari

Rasoul Asghari

Dans son discours M. Asghari a mis en évidence un autre point problématique dans le travail des journalistes, celui de l’espionnage. « L’espionnage et le contact avec les gouvernements étrangers sont des crimes communs que vous avez à affronter si vous décidez d’être journaliste en Iran. La raison donnée pour cela est la coopération avec les sites Web non-gouvernementaux ou d’opposition ou les chaînes de télévision étrangères qui sont les choses les plus normales que chaque journaliste fait dans le monde entier. Cependant, c’est considéré comme de l’espionnage dans mon pays ».
Parlant de la situation d’internet en Iran, M. Asghari a mentionné que l’autorisation pour une publication ou l’ouverture d’un nouveau site ne sera même pas accordée à un citoyen neutre. « Seuls ceux qui représentent les intérêts des gouverneurs peuvent obtenir une autorisation. La censure officielle a été intensifiée avec l’aggravation de la crise nucléaire et l’augmentation des difficultés avec l’Occident au point que les autorisations officielles sont maintenant délivrées par les plus hautes autorités comme « Le Conseil de sécurité nationale». « Une Cyber Army avec des tonnes d’autres institutions contrôlent les activités des utilisateurs d’Internet et surveillent le filtrage des sites, des blogs et des réseaux d’information ».

 

« Avant, les journaux étaient ciblés après la publication de quelque chose que le gouvernement n’aimait pas, mais depuis le début de la deuxième administration d’Ahmadinejad et surtout après le soulèvement du peuple en 2009, il est devenu normal de contrôler les publications avant leur impression. Le régime veut créer des fantômes qui ne sont ni vus ni entendus, des hommes et les femmes qui ont perdu leur voix: des personnes sourdes ».

 

Le discours complet de M. Rasoul Asghari vous pouvez trouver ici en anglais.

 

 

Vladimir Poutine, représente t-il un danger pour le monde ?

Débat : Poutine, icône des nationaux-populistes européens

Par Saida HUSEYNOVA

Le dimanche 16 février, un débat, animé par Alexis Lacroix et Galina Ackerman, écrivain et spécialiste de la Russie, a été organisé au cinéma Saint-Germain à Paris dans le cadre des séminaires de La Règle du jeu. Les thèmes essentiels évoqués ont été ceux autour de la politique de Poutine, du danger de cette politique pour la France, pour l’Allemagne, pour le reste du monde, et de la mobilisation de la société civile. Le débat s’est déroulé avec la partecipation de Mischa Gabowitsch, Mikhail Rykline, Michel Eltchaninoff, philosophes, et les témoignages d’Oksana Shachko (Femen) et Zara Mourtazalieva, journaliste et blogueuse, ex-prisonnière tchétchène. 

Vladimir Putin

Photo de www.foxnews.com (AP/RIA NOVOSTI/PRESIDENTIAL PRESS SERVICE)

Le débat a commencé par le discours de Galina Ackerman qui était rentré de Kiev. Elle a évoqué les enjeux du Maïdan pour l’avenir de l’Europe dans le contexte du thème du débat. D’après elle, Poutine ayant toujours la nostalgie de l’URSS, soutient des régimes « amis » dont le président ukrainien Viktor Ianoukovitch. Elle a attiré notre attention sur le fait que c’est l’avenir de l’Europe qui se décide en Ukraine en ce moment : « Les Ukrainiens ne veulent pas être associés à un autre régime pourri qui est celui de Poutine, y compris d’entrer dans l’Union douanière avec la Russie qui va lier l’Ukraine avec trois autres régimes dictatoriaux ; russe, biélorusse et kazakh. Ils veulent vivre dans un état civilisé, un état de type européen, ils veulent changer en profondeur les institutions. Il ne s’agit pas seulement de se débarrasser de Ianoukovitch, il s’agit de se débarrasser du système d’un état machiavélique. Et je n’ai pas vu un seul slogan anti-russe et antisémite sur le Maïdan, contrairement à ce que disent les médias russes», a-t-elle affirmé.

 

Mischa Gabowitsch, philosophe, est venu spécialement de Berlin pour cette rencontre. Il a trouvé assez anormal que, dans le cadre d’un séminaire consacré à la Russie, à la société russe et à Poutine, l’Ukraine était automatiquement évoqué comme si elle faisait parti d’un certain «Royaume Russe». Cependant M. Gabowitsch était dans l’ensemble d’accord avec l’analyse de Mme Ackerman sur les événements en Ukraine.

 

Au sujet de l’évolution de la société civile russe et la culture de la protestation, M. Mischa Gabowitsch a attiré l’attention sur le rôle des médias : «Les images des manifestations en Russie ont été créées par des médias moscovites, les images étaient extrêmement pauvres, elles ont été produites par les médias russes, et aussi bien par les médias occidentaux et qui ont été prises à leur tour par les manifestants en Russie. Et l’une des raisons pour lesquelles les manifestations se sont terminées en Russie, est que les manifestants ne se reconnaissaient pas dans ces images médiatiques d’un mouvement de classe moyenne. Sans oublier que, la répression policière et l’adoption de nouvelles lois qui limitaient les manifestations, existaient aussi ».

 

Évoquant le rôle de la religion orthodoxe dans l’idéologie de Poutine, et la transformation de son régime, Mikhail Rykline a constaté que Poutine, qui règne en Russie depuis plus de 14 ans, voulait gouverner sans idéologie. En clair, il manipule des idéologies diverses, y compris l’orthodoxie, le libéralisme, l’aspiration démocratique qui était fort dans les années 90. « Après la fameuse déclaration du président Medvedev, en 2011, annonçant que Poutine allait se présenter aux présidentielles, ce dernier est venu au Kremlin très affaibli car il a perdu le soutien de la grande partie de la classe créative. Étant donné que l’électorat est très attaché à l’église, Poutine devient dépendant  de l’église orthodoxe.»

 

En continuant la discussion sur le même thème Michel Eltchaninoff a affirmé que Poutine veut incarner une sorte de pôle idéologique de défense de la chrétienté : « C’est une simulation chrétienne qui devrait finalement être une forteresse face aux attaques de l’islamisme d’un côté et à l’américanisme de l’autre. L’américanisme qui est perçu par Poutine et ses idéologues comme la désintégration des valeurs traditionnels de la famille, avec par exemple la lutte contre les homosexuels est une forme de machisme politique ».
M. Eltchaninoff a attiré l’attention sur un autre point important et inquiétant pour l’Europe. D’après lui, Poutine n’a jamais eu peur de montrer des passions et des sentiments haineux depuis plusieurs décennies, que nous, de notre côté, essayons de combattre. « L’admiration de N. Sarkozy pour Poutine était liée à la décomplexions politique et idéologique de Poutine. C’est un des moteurs de la jonction entre ce qu’on peut appeler idéologie poutinienne et une nébuleuse, ici en France à l’extrême droite, mais aussi dans des mouvements qui font des ponts entre la Droite et l’extrême droite. De l’autre côté, l’idéologie de l’Eurasisme se répand de plus en plus dans un milieu extrême droite européenne, notamment française. La Russie doit s’affirmer non pas en tant que puissance européenne, non pas seulement en puissance orthodoxe, mais en tant que puissance eurasienne ».

 

Par la suite, le débat a continué avec les témoignages exceptionnels de deux femmes engagées, Oksana Shashko (artiste Femen), et Zara Mourtazalieva, ex-prisonnière du régime russe.
Oksana Shashko, est en exil en France, suite aux manifestations du Femen contre Poutine qu’elle a désigné comme leur ennemi numéro 1 en tant que féministe et citoyenne ukrainienne. « Nous sommes contre toutes les dictatures et pour nous, Poutine symbolise les traits d’un dictateur. Dès le début lorsque Ianoukovitch est arrivé au pouvoir nous avons senti la main lourde de Poutine dans la limitation de la liberté et dès le début nous nous sommes opposées à cette alliance de Ianoukovitch et Poutine ».

 

Zara Mourtazalieva, journaliste-blogueuse, a passé 8 ans en prison. Comme l’a expliqué Galina Ackerman, elle a été piégée, accusée de terrorisme sans la moindre preuve et malgré l’intervention de plusieurs défendeurs des droits de l’homme, des ONG, la couverture médiatique, n’a pas aidé. Zara Mourtazalieva a témoigné aussi sur ce que signifie le système judiciaire et le système carcérale sous Poutine. Depuis son arrivée au pouvoir les mauvais chiffres ont augmenté, a-t-elle dit. « Le régime de Poutine, peut-être, n’aurait pas été aussi terrible s’il ne brisait pas en masse la vie des personnes innocentes qui se trouvent incarcérées pour de longues années. Au niveau de l’arbitraire, c’est comparable à la période Stalinienne ».