Articles

A Bruxelles, The Working Group for Syrian Detainees lance un plan d’action pour les détenus syriens

[Par Shiyar KHALEAL]

Traduction de Johanna GALIS

A l’origine de la création de The Working Group for Syrian Detainees (le Groupe de Travail pour les Détenus Syriens), l’initiative de plusieurs activistes et journalistes d’origine syrienne, dont Shiyar Khaleal et Sakher Edris. C’est en obtenant en avril dernier des informations de Syriens détenus dans différentes prisons du pays, par le biais de téléphones mobiles, qu’ils apprirent grâce à eux que des détenus politiques de la prison centrale d’As Swayda, à tire d’exemple, allaient être exécutés.

Pendant la réunion à Bruxelles ©Sakher EDRIS

Pendant la réunion à Bruxelles © Sakher EDRIS

D’où la création par la suite d’un groupe Facebook, The Working Group for Syrian Detainees, qui se fit en quelque sorte lanceur d’alerte sur le sort des détenus politiques en Syrie, et puis par extension, sur les conditions d’emprisonnement des Syriens.
De nombreux médias français, allemands et britanniques, dont la chaîne britannique Channel 4, firent pression sur la Syrie suite à la divulgation de ces informations, et par conséquent les exécutions de détenus politiques prirent fin. Le groupe prit de l’importance et se fit remarquer de certaines figures clé de la politique européenne.

Retour sur une rencontre-clé entre Bruxelles et une délégation du groupe
Une délégation de The Working Group for Syrian Detainees (le Groupe de Travail pour les Détenus Syriens) vient d’achever une visite de deux jours à Bruxelles pendant laquelle ils rencontrèrent des représentants des Etats membres de l’Union Européenne, des officiels de l’Union Européenne, ainsi que des membres du Parlement Européen. Ils les pressèrent d’établir de nouvelles règles concernant une nouvelle politique de l’Union Européenne sur le sort des détenus Syriens.

« Notre but premier est celui de soulager les souffrances du peuple syrien », souligna le porte-parole du groupe Sakher Edris. « Pendant nos réunions nous exhortons nos amis européens à protéger les civils de Syrie et à user de leur poids politique sur la Russie et l’Iran pour mettre sous pression le régime d’Assad afin que soit décrété un moratoire sur tous les ordres d’exécution pour ainsi permettre à des dispositifs de contrôle internationaux d’avoir accès à tous les équipements de détention. Le régime d’Assad n’a pas pris de réels engagements pour libérer les détenus. Nous avons répété pendant nos réunions à Bruxelles que l’Union Européenne doit faire pression sur ceux qui détiennent illégalement des civils syriens ».

Des milliers de Syriens innocents sont détenus et torturés dans des centres de détention d’Assad en Syrie. Cette souffrance et les attaques quotidiennes discriminantes contre les civils participent vivement à la crise des migrants en Europe et affectent l’équilibre mental de Syriens qui ont fui leur pays pour leur propre sécurité.

La torture et la mort, une routine dans les prisons syriennes ©Aljazeera.com

La torture et la mort, une routine dans les prisons syriennes ©Aljazeera.com

Il fut aussi abordé le besoin de former des tribunaux locaux et internationaux en dehors du Conseil de Sécurité pour poursuivre les attaques en justice d’anciens détenus résidant en Europe portant sur les services de sécurité syriens, et mettre une forme de pression sur le veto Russe-Chinois.

« L’Europe est l’un des précurseurs de la crise syrienne », rajouta M.Edris. « Nous avons fait la demande d’une mécanique de compensation  qui serait dirigée par l’Union Européenne pour les familles des détenus qui ont fui la Syrie. Dans ce cadre-là nous accueillons l’engagement de ceux que nous avons rencontré au Parlement Européen afin de soutenir nos appels pour un réel progrès sur le dossier des détenus en Syrie. Nous avons aussi appelé l’Union Européenne à l’établissement d’un Tribunal Spécial pour la Syrie afin d’apporter dans ce pays la justice et le sens de responsabilités dont il aurait tellement besoin ».

Il s’en suivit finalement une discussion sur le plan d’action qui prendra forme dans les prochains jours sur l’appel de l’Union Européenne à progresser sur la cause des détenus Syriens, ainsi que sur de nombreux autres points appartenant à la situation des détenus à l’intérieur des centres de détention.

A propos du Working Group for Syrian Detainees

Le Working Group for Syrian Detainees (Le Groupe de Travail pour les Détenus Syriens) est un groupe qui fait partie de la société civile syrienne, qui se concentre sur les abus et les violations contre les détenus en Syrie, et qui informe sur les détenus et leurs dossiers à l’intérieur de nombreux centres de détention. Il suit l’état moral et psychologique des détenus après leur libération pour les aider à s’intégrer positivement dans la société.

Paris, Pause Bougies à Place de la République

[Par Sakher EDRIS]

Photos de Mortaza BEHBOUDI

IMG_8883Naji al Jerf a été assassiné à Gaziantep par un tireur équipé d’un silencieux, comme Ibrahim Abdul Kader, un membre de «Raqqa qu’on égorge Silencieusement (RBSS) » et son collègue Fares Hammadi, qui ont été retrouvés décapités dans la ville turque d’Urfa par des assassins inconnus. Daech avait menacé Naji, et en conséquence, il en avait informé la sécurité turque le 29 juin 2015, mais aucune mesure n’a pas été prise pour le protéger.

Le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression appelle le gouvernement turc à protéger les journalistes syriens ciblées et les acteurs de l’information, et souligne la nécessité de traiter ces menaces au sérieux et de prendre toutes les mesures de sécurité pour assurer la sécurité des journalistes.

Les lois locales en Turquie assurent la protection des citoyens turcs et de tous les individus résidants à l’intérieur du territoire turc. En outre, l’article 79 du Protocole Additionnel aux Conventions de Genève de 1949 souligne que les journalistes civils qui exercent leurs fonctions dans les conflits armés doivent être respectés et protégés contre toutes les formes d’attaques délibérées.

Le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression appelle tous les Etats signataires de la Charte des Nations Unies et de ses agences à agir immédiatement pour assurer la protection et la sécurité des journalistes, des acteurs de l’information et le personnel associé, et d’engager toutes les procédures nécessaires pour éviter l’impunité des auteurs de ces crimes, conformément à leurs obligations en vertu du droit international et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, en particulier la résolution 1738 qui a été adoptée par le Conseil de sécurité le 23 décembre 2006, et la résolution 2222 qui a été adoptée par le Conseil de sécurité le 27 mai 2015.

IMG_8890C’est une terrible tragédie pour toute la communauté internationale et pour l’humanité, si ceux qui travaillent pour faire connaître les événements et les faits ayant lieu en Syrie meurent au cours de leur mission. Ceci est le résultat de la faiblesse de la protection locale et internationale et de la poursuite de la mobilisation des extrémistes fondée sur l’intolérance et la négation des droits à la liberté d’expression. De telles pratiques sont le fait de toutes les parties du conflit syrien, en particulier le gouvernement syrien et l’organisation de l’Etat islamique « Daesh ».

A noter : Le numéro vert du Comité international de la Croix-Rouge est à la disposition des journalistes qui font face à des difficultés lors de conflits armés. Son but est de fournir la protection et l’assistance nécessaires, via le numéro de téléphone : +41792173285 ou via le bureau de CICR le plus proche.

Pour contacter le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression :

courriel : y.b@scm.bz

tél. : 009415222092537