Articles

Zambie : 50 ans d’indépendance

[Par John CHITAMBO LOBE]

En 2014, quelque 17 pays africains célèbrent le 50ème anniversaire de leur indépendance. C’est notamment le cas de la République de Zambie qui fête l’événement en ce 24 octobre… mais en l’absence du Président de la République.

Un vent de fête souffle sur le pays. Des artistes locaux et internationaux sont mis à contribution pour l’occasion… mais ce jubilé est célébré sans le chef de l’Etat. Il a quitté l’aéroport international de Kenneth Kaunda il y a quelques jours pour Londres où il doit remédier à un problème de santé.
Les pays qui ont confirmé leur participation sont l’Allemagne, la Tanzanie, le Botswana, la République démocratique du Congo, l’Afrique du Sud, Egypte, Malawi, Nigeria, Etats-Unis d’Amérique, la France, le Mozambique, le Zimbabwe Ethiopie, l’Ouganda, le Rwanda, les Seychelles et le Canada. Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon et le Premier Ministre britannique David Cameron seront parmi les 26 personnalités attendues.

Une main de fer

Kenneth Kaunda

Kenneth Kaunda

Après avoir été sous protectorat Britannique puis membre de la Fédération de la Rhodésie et du Nyassaland, la Zambie, un État d’Afrique Australe connu auparavant sous le nom de Rhodésie du Nord, proclame son indépendance le 24 octobre 1964.

Le premier président de la République de Zambie restera en place jusqu’en 1991, laissant l’idéologie de Gandhi derrière lui pour mener ce pays de 70 ethnies d’une main de fer, en imposant un régime marxiste. Comme de nombreux pères des indépendances, Kaunda a radicalement changé ses méthodes une fois sur le trône.

Une longue histoire
L’histoire de la Zambie, de l’ère préhistorique à l’ère médiévale, demeure encore assez mystérieuse. Si les recherches archéologiques contribuent à en faire l’un des berceaux de l’Humanité, elles ont pu également attester de l’existence de royaumes relativement récents, des faits avérés et datés ne remontant qu’aux années 1820.
La Zambie, telle que nous la connaissons aujourd’hui est donc un pays d’Afrique Australe, sans accès à la mer. Issue de la Rhodésie du Nord britannique (Zimbabwe), elle fait partie intégrante du Commonwealth. Sa population est estimée à treize millions d’habitants.

République démocratique, sa capitale est Lusaka.

David Livingstone "découvre" les chutes Victoria (James E. McConnell, 1968)

David Livingstone « découvre » les chutes Victoria (James E. McConnell, 1968)

La Zambie est riche en témoignages préhistoriques tels que le crâne de l’homo rhodesiensis qui aurait entre 100 000 et 300 000 ans. Il a été découvert en 1921 à Broken Hill, dans une mine de zinc de la ville de Kabwe, par le Suisse Tom Zwiglaar.
Entre 1838 et 1864, un protectorat temporaire des Kololo est érigé sur les Lozi apparentés aux Sothos du royaume du Lesotho en Afrique du Sud. Initiée au Barotseland, la tutelle britannique, d’abord par l’intermédiaire de la BASC puis en 1924 sous le système du protectorat, s’étend à l’ensemble de la Zambie en lui fixant ses frontières actuelles, sous le nom de Zambézie du Nord puis Rhodésie du Nord.
En 1890, Lewanika, le roi des Lozis, place le haut-Zambèze sous la protection de la British South African Company (BSAC) de Cecil Rhodes. En 1891, le territoire, brièvement appelé Zambézie du nord, est administré par la British South African Company (BSAC) de Cecil Rhodes qui élimine la traite des esclaves. Les Bembas s’opposent brièvement à la BSAC.
A noter, au passage, un événement marquant dans cette période : le voyage du grand explorateur écossais David Livingstone en 1851 où il rencontrait le chef Sebetwane. Quatre ans plus tard, Livingstone découvrait les chutes d’eaux qu’il appela:  » Chutes Victoria » aujourd’hui « Motsi ao Tunia ». Ce fut aussi dans cette contrée qu’il mourut en 1873 dans le village Chitambo du chef Chitambo dans la province centrale.

La domination des Lozi
Parallèlement, dans les années 1870, l’État le plus important de la région du Haut-Zambèze était le royaume du Barotseland, dirigé par les Lozi. Ce royaume avait sans doute été fondé au 18 ème siècle. Les Lozi avaient subi dans les années 1830 l’invasion d’un clan basotho (Tswanas), les Makololo, qui, sous la direction de Sebetwane, avaient fui les régiments de Shaka Zulu de l’Afrique du Sud. Ce clan était devenu l’aristocratie du Barotseland, et Sebitwane son nouveau « Litunga » (roi).
Les frontières du nouveau territoire n’étaient pas fixées et ne se distinguaient guère du territoire du Katanga dont les mines avaient été découvertes par des sujets britanniques. Rhodes (voir plus loin) espérait annexer le Katanga à la Zambézie du Nord mais ce fut un échec. Néanmoins, la ceinture de cuivre toute proche se révélait prometteuse. Durant plusieurs siècles le pays voit le développement de diverses activités, de la culture du coton puis l’extraction de cuivre.

Les premiers habitants

Les Bushmens (source : culturesofafrica.pbworks.com)

Les Bushmens (source : culturesofafrica.pbworks.com)

Ceci étant dit, il faut savoir que les plus anciens ossements humains retrouvés sur le territoire de la future Zambie furent ceux de celui que l’on appelle Homo Rhodesiensis, qui aurait vécu il y a plus de 150 000 ans .Des outils vieux de 200 000 ans ont également été retrouvés près des chutes Victoria.
Les premiers habitants connus de la région étaient les Bushmens, des chasseur-cueilleurs nomades. Les bushmen demeurèrent seuls habitants jusqu’au 20 ème siècle, époque de l’invasion des bantous venant du nord de l’Afrique de l’Ouest. Les bantous maîtrisaient une certaine technologie. Ils étaient agriculteurs, avaient des ustensiles et des armes en fer, en cuivre et faisaient de la poterie. Ils étaient principalement sédentaires et seule la nécessité de survivre les avait contraints à émigrer. La plupart des bushmen ne purent cohabiter avec ces bantous et beaucoup d’entre eux émigrèrent à leur tour, vers l’Afrique du sud où ils peuplèrent notamment le Sud-Ouest africain.

Un territoire fragmenté
Entre le 17 ème et le 19 ème siècle, des royaumes furent fondés, fragmentant le territoire en plusieurs États. On pouvait en discerner au moins cinq :les Kazembe-Lunda au nord près de la rivière Luapula, les Bemba au nord-est, les Chewas dans l’est, les Lozi dans l’ouest en amont du fleuve Zambèze, les Tonga au sud près du Zambèze.

Cecil Rhodes

Cecil Rhodes

En 1891, cette nouvelle conquête territoriale de la British South Africa Company ( BSAC), alors communément appelée Zambézie du nord, était en fait divisée administrativement en deux entités distinctes qui allaient s’appeler, à partir de 1895, Rhodésie du nord-ouest et Rhodésie du nord-est, en hommage à Cecil Rhodes. Ce dernier rêvait alors de construire une transcontinentale allant du Cap au Caire en passant par les territoires rhodésiens. En 1905, la capitale du territoire de Rhodésie du nord est fixée à Livingstone à la place de Victoria Falls toute proche mais située en Rhodésie du Sud. Livingstone fut alors vite reliée par un chemin de fer au Congo belge dans le Katanga. Cependant, la British South Africa Company (BSAC) limitera l’exploitation des mines, préférant utiliser la main-d’œuvre indigène pour le développement de la Rhodésie du Sud.

Le rôle des missionnaires
Durant cette période, des missionnaires anglicans et salesiens de Don Bosco s’installèrent dans les diverses régions du territoire y ouvrant des églises, des hôpitaux et des écoles, évangélisant les populations locales en employant dans l’enseignement les langues locales. Contrairement aux Européens et aux asiatiques, les bantous n’avaient pas d’école, le savoir se transmettant de père en fils, ceux-ci associèrent d’abord les écoles et l’écriture à la sorcellerie.
En 1916, la British South Africa Company tenta d’unifier administrativement les deux territoires Rhodésiens. Elle dut renoncer face à l’opposition des colons de Rhodésie du Sud, nettement plus nombreux qu’en Rhodésie du Nord. Ces colons craignaient notamment que la pratique autorisant l’emploi d’africains dans l’administration publique, autorisé en Rhodésie du Nord, ne soit ensuite étendue à la Rhodésie du Sud où ces emplois étaient jusque-là réservés aux seuls blancs.

Le territoire devient un protectorat
Le 1er avril 1924, la Rhodésie du nord devint un protectorat au sein de l’Empire colonial britannique. Son système institutionnel se différenciait ainsi de celui décentralisé de la Rhodésie du Sud où un gouvernement colonial local avait été instauré.
En 1928, quatre langues principales locales (cibemba, cinyanja, citonga et silozi) furent choisies pour être employées dans les écoles publiques en tant que langues d’enseignement durant les quatre premières années du primaire. En 1930, les cours d’anglais furent offerts dans les écoles zambiennes, à titre de langue de communication nationale.

Le poids du cuivre et la question raciale
En 1931, on commença à exploiter ce qui se révéla le deuxième gisement de cuivre du monde, hors Union Soviétique. Le cuivre allait dominer toute la vie économique de la Rhodésie du nord et participait à sa prospérité. Le minerai se révélait essentiel pour le développement de l’industrie automobile et l’armement. L’exploitation de la ceinture de cuivre allait cependant développer et renforcer la ségrégation raciale. Les mines employaient alors 37 000 africains et 6 000 européens. Chaque groupe racial était organisé dans un syndicat, celui des blancs refusant d’intégrer celui des noirs. Les mineurs blancs avaient alors le niveau de vie de cette catégorie socio-professionnelle la plus élevée au monde et d’excellentes conditions de vie. Les compagnies avaient en fait utilisé les grands moyens pour faire venir en Rhodésie du Nord alors surnommé péjorativement le « Johannesburg du Nord-Noir » une main-d’œuvre qualifiée. Celle-ci fut essentiellement sud-africaine. Par ailleurs, seulement 20 % des bénéfices résultant de l’exploitation des mines étaient effectivement reversés pour les besoins propres de la Rhodésie du Nord.
En 1940, le syndicat des mineurs blancs obligeait les compagnies à inscrire dans leur contrat de travail une clause garantissant la discrimination raciale sur le lieu de travail.
En 1946, on compte moins de 50 000 blancs en Rhodésie du Nord. La moitié de cette communauté blanche est constituée de Sud-Africains. Chez les africains, la tribu des Barotsés vivait sous un système spécifique de monarchie constitutionnelle en vertu d’un ancien accord contracté avec la Reine Victoria d’Angleterre. Le roi Mwanawina III, fils de Lewanika, continuait ainsi de régner dans le Barotseland, sur la plus importante tribu de Rhodésie du Nord.
Le Mouvement Nationaliste s’était développé dans les mines de cuivre et avait gagné tout le territoire notamment à cause de l’instauration de la fédération de Rhodésie et du Nyasaland. Celle-ci suscitait une vive opposition de la part de la population autochtone du protectorat, laquelle craignait en effet de voir s’étendre, sur le territoire nord-rhodésien, le régime de ségrégation raciale en vigueur en Rhodésie du Sud. Elle estimait également que la fédération n’était simplement qu’un moyen pour les blancs de maintenir et d’étendre leur suprématie en Afrique australe et que leur marche vers l’indépendance politique ne soit compromise. Nkumbula organisa alors des marches pacifiques et des boycotts contre la fédération et contre la ségrégation, en prenant pour modèle la résistance passive du Mahatma Gandhi.
La raison d’être première de la fédération était pourtant de faire contrepoids à l’Union d’Afrique du Sud dont le Gouvernement était dirigé par des nationalistes afrikaners. L’État multiracial envisagé par le gouvernement britannique devait aussi permettre de sauvegarder les intérêts de l’Empire colonial britannique. Les blancs de Rhodésie du Nord furent les plus enthousiastes à l’idée de cette fédération car ils craignaient que le protectorat ne soit abandonné par la Couronne et que le Colonial Office ne leur impose l’autonomie puis l’indépendance sur le modèle de l’évolution politique du Ghana. Les Rhodésiens du Sud y voyaient, eux, surtout un moyen d’assainir leur économie déficitaire.

Naissance du Parti de l’Indépendance

Harry Nkumbula (source : zambian.com)

Harry Nkumbula (source : zambian.com)

En 1959, Harry Nkumbula ayant décidé finalement de se rapprocher des blancs du Parti fédéral uni de Welensky, des dissidents comme Kenneth Kaunda, fondèrent alors le Parti de l’indépendance et de l’unité nationale ou UNIP « United National Independence Party ». À la suite d’une manifestation de l’UNIP qui dégénéra dans la ville de Ndola et qui se solda par la mort d’une femme blanche et de ses deux enfants, l’état d’urgence fut proclamé. L’UNIP fut interdite et Kaunda arrêté et jeté en prison pour 9 mois.
En 1960, une révision de la constitution fédérale de 1952 devait être négociée entre le Gouvernement britannique, le Gouvernement fédéral et les leaders noirs africains. Ces derniers quittèrent la conférence constitutionnelle pour protester contre l’état d’urgence et l’intransigeance des colons blancs de Rhodésie du Sud à ne pas vouloir partager le pouvoir. Ils ne tardèrent pas à engager des pourparlers avec le Gouvernement britannique pour se retirer du processus de révision aboutissant ainsi à la faillite de la fédération.

Des élections décisives
En 1961, Kaunda déclencha une campagne de désobéissance civile. Tandis que les Blancs sont de plus en plus tentés par la sécession katangaise que reclame encore aujaurd’hui les MaiMai Bakata Katanga séparatistes Katangais dans le Katanga et en exile.
En 1962, les élections générales en Rhodésie du Nord furent remportées par l’UNIP de Kaunda : 14 sièges contre 7 à l’ANC de Nkumbula et 16 aux fédéralistes blancs partisans de Welensky. Kaunda et Nkumbula formèrent alors un Gouvernement de coalition réclamant l’indépendance de la Rhodésie du Nord.
Aux élections de janvier 1964, le parti de Kenneth Kaunda, l’UNIP, remportait 55 des 85 sièges de l’Assemblée alors que les 75 000 blancs de Rhodésie du Nord , le pays compte alors plus de 2 millions d’habitants étaient représentés par 10 députés élus par un collège séparé.
Le temps de l’indépendance
Le 24 octobre 1964, la Rhodésie du Nord accède à l’indépendance sous le nom de Zambie, en hommage au fleuve Zambèze. Dans un pays qui compte plus de 70 langues bantoues les rivalités ethniques étaient telles qu´on décida de garder l´anglais comme langue officielle et le français en seconde langue, afin de ne pas favoriser une communauté ou une chefferie.
Le 24 octobre 1964, L’indépendance de la Rhodésie du Nord est proclamée et devient la Zambie. Le pouvoir est exercé par l’United National Independence Party ou UNIP de Kenneth Kaunda qui devient le premier président de la République.

Le leader
Kenneth Kaunda, surnommé le « Gandhi africain »Il y a 50 ans, jour pour jour, la Rhodésie du Nord devenait, après des années de lutte, indépendante sous le nom de République de Zambie. Parmi les nationalistes, Kenneth Kaunda, surnommé le « Gandhi africain », est sans aucun doute celui qui a le plus pris part à la défense de la cause zambienne. Un monument de l’histoire africaine, toujours en vie, que personne ne peut oublier en ce jour commémoratif.
Fils d’un pasteur émigré du Malawi (autrefois Nyassaland), Kaunda fait partie de la minorité noire instruite de Rhodésie du Nord. Il ne dispose d’aucune réelle attache ethnique, mais ce désavantage va s’avérer important pour rassembler l’ensemble du peuple. Un peuple soumis à la domination des blancs, qui ont mis en place un système de ségrégation raciale. Pendant sa jeunesse, il est ainsi souvent expulsé des lieux publics en raison de sa couleur. Malgré un adoucissement progressif des lois raciales en Rhodésie du Nord, l’injustice qui touche les siens le pousse à s’engager en politique et à fonder l’UNIP (United Party for Independance) au début des années 60, avec une idéologie proche de celle de Gandhi.

Des atouts géographiques, démographiques et économiques
Entourée par l’Angola, la République démocratique du Congo-Katanga, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, la Tanzanie et le Zimbabwe, la Zambie occupe une superficie de 752 614 km². Le pays en forme de croissant est une sorte de frontière entre l’Afrique centrale, australe et l’Afrique de l’Est. Les paysages naturels sont les collines, les hauts-plateaux et la brousse. Des cours d’eau comme le Zambèze ou la Kafue ont tracé des vallées dans les paysages. Le pays compte également de nombreux lacs (Bangwelu, Moero, Tanganyika, Kariba).
La Zambie a une population d’environ 13 millions d’habitants. La densité de population est faible : environ 17 habitants au km2.La présence grandissante d’une population d’origine chinoise (près de 100 000) et leur implication croissante dans les secteurs clefs de l’économie (mines, textiles, agriculture…) est rapidement devenue un enjeu politique. Le taux d’urbanisation est de 43 % de la population totale. L’espérance de vie était de 49 ans. Le taux de prévalence du SIDA est élevé, avec un taux estimé à près de 13,5 % des adultes entre 15 et 49 ans. Plus de 97 % de la population est chrétienne avec 67 % de protestants et 21 % de catholiques. Chutes Victoria (Victoria Falls), patrimoine naturel d’importance touristique mondiale.

Une destination touristique
Le patrimoine naturel est une ressource touristique importante ; La Zambie compte les plus grands parcs nationaux d’Afrique (réserve de la Kafue) aux mains de propriétaires privés et les plus imposantes chutes d’eau d’Afrique, les chutes Victoria. Le pays s’est ouvert au tourisme dans les années 1990. Il est considéré comme la Mecque du safari pédestre. Le territoire compte de nombreux parcs nationaux comme ceux de la Luangwa-sud, de la plaine de la Liuva, de la Kafue ou d’Isangavo. Les touristes viennent aussi pour admirer les chutes d’eau (Kasanga Falls, Chutes Cahvuma, Ngambwe Rapids, Wonder Gorge, Chutes Victoria). Le Livingstone Memorial a Chitambo village est un des rares monuments historiques du pays.

Des attraits multiples

Zambèze (source : linternaute.com)

Zambèze (source : linternaute.com)

A savoir encore : le sport national de la Zambie est le football. Le rugby , la boxe avec la fameuse championne du monde Esther Phiri et le cricket sont également populaires. La Zambie a remporté la Coupe d’Afrique des nations de football en 2012 avec un son ancien fameux coache français Monsieur Herve Renard.
Le climat de la Zambie est tropical, quoique plus tempéré en altitude. La saison des pluies commence en octobre et se termine en avril. Le fleuve principal est le Zambèze, dont le barrage de Kariba fournit le pays en hydroélectricité.
Parmi les ressources naturelles on trouve le cuivre, le cobalt, le zinc, le plomb, le charbon, les émeraudes, l’or, l’argent et l’uranium. Néanmoins l’économie du pays reste essentiellement agricole.
Le pays est divisé en 9 provinces (les capitales de provinces sont notées entre parenthèses) : Province centrale (Kabwe),Province du Copperbelt (Ndola), Province orientale (Chipata) Province de la Luapula (Mansa),Province de Lusaka (Lusaka), Province septentrionale (Kasama), Province nord-occidentale (Solwezi),Province méridionale (Livingstone), Province occidentale (Mongu).

De grands programmes malgré des tensions
La première République de Zambie prévoyait un régime parlementaire pluraliste de type britannique, avec un président et un vice-président. Mais d’emblée, l’état d’urgence avait été proclamé et la Constitution amputée alors que l’indépendance du pouvoir judiciaire était remise en cause. Les premiers mois de la Zambie indépendante avaient en effet été marqués par des rivalités ethniques, opposant notamment les Lozis, qui s’estimaient lésés contre les Bembas, majoritaires. En réaction à ces conflits et aux grèves qui se multipliaient dans les mines, le système bascula rapidement vers la concentration des pouvoirs et l’autoritarisme au bénéfice du seul Kenneth Kaunda, lequel nommait et révoquait unilatéralement aux postes clés.
De nombreux programmes furent néanmoins lancés, notamment dans le domaine de la santé et de l’éducation, afin de corriger les inégalités sociales et raciales héritées du colonialisme. En novembre 1966, l’anglais devenait la seule langue nationale du système éducatif de la Zambie et en 1970, le français seconde langue, mettant fin au système d’enseignement en langue locale de la période coloniale. Néanmoins, sept langues locales demeuraient reconnues en tant que matières d’enseignement sur une base régionale.

L’Histoire des dernières décennies
En 1971, l’ancien vice-président Simon Kapwewe fondait un parti dissident de l’UNIP pour tenter de se présenter contre Kaunda. Le parti fut rapidement interdit et Kapwewe mis sous les verrous avant de rejoindre finalement le parti qu’il avait déserté.
En 1973, Kaunda imposa le parti unique avec liberté de candidature, dans le cadre de la seconde République de Zambie.Dans les années 70, Kenneth Kaunda encourageait également les mouvements de guérilla nationaliste, financées notamment par la Chine et l’Union soviétique (URSS), contre les pouvoirs blancs de Rhodésie du Sud (Zimbabwe), d’Afrique du Sud, du Sud-Ouest africain (Namibie) et des colonies portugaises (Mozambique et Angola) et la sécession de la nouvelle république du Katanga. Il parvint cependant à maintenir de bonnes relations avec les pays occidentaux et à se rapprocher de l’Afrique du Sud à partir de 1975 grâce à l’établissement de contacts personnels avec le premier ministre sud-africain John Vorster, avec qui il s’était allié pour mettre fin au problème rhodésien. Bien qu’avocat des sanctions contre le pays de l’apartheid dans la région de l’Afrique Australe, Kaunda maintenait des relations commerciales étroites notamment pour la fourniture de produits alimentaires à la population zambienne sous le régime communiste.
En octobre 1980, une tentative de coup d’État échoua alors que les mines de la ceinture de cuivre sont en ébullition et que les syndicats s’opposent de plus en plus au Gouvernement. Bien que potentiellement l’un des pays les plus riches d’Afrique ,13 % de croissance par an notamment entre 1964 et 1969, la Zambie s’enfonçait en fait dans la misère, accentué par la chute du prix du cuivre au début des années 80.
En avril 1982, Kaunda essayait de relancer ses contacts personnels avec les dirigeants sud-africains et rencontrait Pieter Botha, le successeur de Vorster, à la frontière Botswano-Sud-africaine pour tenter notamment de le convaincre de retirer l’Afrique du Sud de la Namibie. Sans succès. Mais en 1984, ses efforts de médiateur portent leurs fruits quand les Sud-africains et les Angolais viennent signer à Lusaka un accord de Non-Agression dans la region.

Frederik de Klerk

Frederik de Klerk

En 1988, Kaunda fut réélu pour un sixième mandat, à l’issue d’une élection sans opposition. Mais la crise économique qui frappait la Zambie dans les années 80, l’exode rural, l’essor démographique, la corruption et l’insécurité dans les villes avaient conduits à de violentes émeutes en 1990, alimentées par la fin du blocage des prix.
En août 1989, Kaunda tentait encore d’obtenir des succès en politique internationale à défaut de politique nationale. Il invitait Frederik de Klerk, alors président par intérim d’Afrique du Sud, à le rencontrer dans la ville de Livingstone.
Mais côté politique interne, une coalition Anti-Kaunda poussait ce dernier à accepter le retour au pluralisme politique et à l’organisation d’élections libres. En 1991, le syndicaliste Frederick Titus Chiluba remporta les élections présidentielles avec 81 % des voix alors que son Mouvement pour la démocratie multipartite (MMD) remportait 80 % des sièges à l’assemblée nationale.
Défenseur des valeurs néo-libérales, Chiluba fut réélu en 1996.En 1997, il rétablissait l’état d’urgence à la suite d’une tentative de coup d’État militaire.En avril 2001, il renonça à solliciter un troisième mandat. En janvier 2002, son dauphin, Levy Patrick Mwanawasa, fut élu au cours d’un scrutin contesté.
En 1991, la première alternance politique est mise en place. L’UNIP de Kenneth Kaunda est battu par le Movement for Multiparty Democracy ou MMD (Mouvement pour la Démocratie Multipartite) de Frederick Chiluba. En 1996, les partis d’opposition voient leurs scores électoraux progresser.
Conformément à la Constitution, après deux mandats, Chiluba ne peut se représenter. Il est remplacé en janvier 2002 par Levy Mwanawasa qui, ayant pris la tête du MMD, est élu président. À la suite de la dégradation de l’état de santé de Mwanawasa (il est mort au pouvoir en France), le vice-président Rupiah Banda assure l’intérim. Après la mort du président en août 2008, Banda est élu quatrième président du pays jusqu’en septembre 2011. Le chef de l’opposition Michael Sata lui succède et devient le cinquième président de la Zambie,qui est aussi malade a Londres.

Mon point de vue de journaliste

Michael Chilufya Sata (source : bongoweekend.blogspot.com)

Michael Chilufya Sata (source : bongoweekend.blogspot.com)

En conclusion, permettez-moi, en tant que journaliste Zambien et défenseur des droits humains en exil de rendre hommage aux combattants de la liberté vaillants qui ont tout sacrifié pour donner naissance à notre indépendance. Citons, notamment: Godwin Mbikusita Lewanika, Harry Mwaanga Nkumbula, Simon Mwansa Kapwepwe, Kapasa Makasa, Nalumino Mundia, Laurent Katilungu, Humphrey Mulemba, Mainza Chona, Mama Julia Chikamoneka, Munukayumbwa Sipalo et le Dr Peter Matoka, Salomon Kalulu, Mungoni Liso et beaucoup d’autres fils et filles de mon cher et beau pays la Zambie, certains sont encore vivant comme M. Grey Zulu, Samuel Mbilishi et le Dr Kenneth Kaunda notre premier président. Nous leur devons notre liberté politique.
Un hommage spécial est à adresser aux dirigeants de mon pays qui ont porté le fardeau d’être présidents de cette grande République : notre père fondateur, le Dr. Kenneth Kaunda, un combattant de la liberté pour tous distingué, le Dr. Frederick J.Titus Chiluba Mpundu, un démocrate distingué et courageux unioniste, le Dr. Levy Patrick Mwanawasa, un avocat renommé, M. Rupiah Banda Bwezani, un éminent diplomate et l’actuel président Michael Chilufya Sata.
Chacun d’eux ont contribué à jeter les bases grâce auxquelles la Zambie a évolué au cours de ce cinquantenaire que nous célébrons aujourd’hui.

11 octobre 2014, Quel avenir pour nos filles ?

[Par John CHITAMBO LOBE]

Cette Journée Internationale est réservée chaque année le 11 octobre, pour promouvoir les droits fondamentaux des jeunes filles dans le monde entier, en mettant en évidence les inégalités de genre ou de sexe qui subsistent entre jeunes filles et jeunes garçons dans beaucoup de pays du monde. Et cela à cause des cultures, des préjugés, des doctrines religieuses, des traditions, des injustices, surtout dans les pays en voie de développement comme dans les pays Africains et Asiatiques.

Source : www.unwomen.org

Source : www.unwomen.org

Il y va alors de la responsabilité de tout le monde, hommes et femmes, de combattre ces différentes formes de discrimination sociale, économique, physique, religieuse, éducative, professionnelle, légale et les abus sexuels et physiques dont souffrent les jeunes filles dans le monde entier en réalisant un des objectifs du Millénaire. L’autonomie des jeunes filles est essentielle pour la croissance économique dans le monde.

De façon plus générale, notre campagne, en tant que défenseurs des droits de l’homme est menée pour la réalisation des objectifs du Millénaire et son développement d’ici à 2015. La définition d’une perspective au-delà de cette date doit tenir compte des préoccupations et du potentiel des filles du monde entier. Elle a pour but de soutenir l’amélioration des perspectives d’avenir laissées aux jeunes filles et de sensibiliser l’opinion aux inégalités dont elles souffrent à travers le monde en raison de leur sexe. Ces inégalités concernent l’accès à l’éducation, la nutrition, les droits juridiques, les soins médicaux, la protection contre la discrimination, la violence et le mariage forcé.

Cette journée consacrée aux jeunes filles est le fruit de la collaboration de filles d’un peu partout dans le monde ; elle a pour but d’améliorer la vie des filles et des jeunes femmes à titre de citoyennes et grandes artisanes de changement au sein de leur famille, de leur collectivité et de leur pays. Comme on dit en Côte d’Ivoire :  » qui ne respecte pas les femmes ne respecte pas Dieu  » pour ceux qui sont croyants. En Zambie on dit traditionnellement que:  » les filles d’aujourd’hui sont les femmes de demain.  »

Il faut investir dans tout le potentiel des filles en les éduquant et en les mettant sur le même pied d’égalité que les garçons. Mais cela n’est pas toujours mis en pratique dans ces mêmes pays. Les jeunes filles et femmes sont abusées et discriminées chaque jour sous prétexte de la religion, de la culture, de la pauvreté et des traditions. Rendre autonomes les jeunes filles, garantir leurs droits fondamentaux et lutter contre toutes formes de discrimination et de violences auxquelles elles sont sujettes, voilà qui est essentiel pour que tous les membres de la famille humaine aillent de l’avant. L’un des meilleurs moyens d’atteindre l’ensemble de ces objectifs est de fournir aux filles l’éducation qu’elles méritent.

Photo by Kiran Reddy / Source : bloomingtonmn.gov

Photo by Kiran Reddy / Source : bloomingtonmn.gov

Dans un trop grand nombre de pays, trop de filles sont toutefois freinées dans leur élan du fait de leur sexe. Celles, dont les mères ont également été privées d’éducation, qui vivent dans une communauté pauvre ou qui sont handicapées, éprouvent encore plus de difficultés. Parmi les filles qui parviennent à fréquenter l’école, nombre d’entre elles doivent faire face à la discrimination et à la violence dans leurs écoles et universités.

Dans les pays en guerre, les jeunes filles n’ont même pas accès aux études et avec leurs mères elles souffrent beaucoup, elles sont violées, abusées sexuellement et physiquement, mariées par force et parfois obligées par la force également de prendre des armes et d’ aller faire la guerre comme c’est le cas en République Démocratique du Congo, au Rwanda et au Burundi, là où les rebelles forcent les enfants, filles ou garçons à être enfants soldats ; dans les groupes rebelles à l’Est de la RDC: Le M23, Le FDLK, Le MayiMayi, Le Bakata au Katanga, dans les groupes islamiques, djihadistes, les jeunes filles et leurs mères sont vraiment abusées. Sans oublier non plus l’enlèvement des jeunes filles dans les écoles au Nigeria par le groupe islamiste Boko Haram pour les obliger à se marier de force.

Tous ces actes diaboliques contre les jeunes filles doivent prendre fin partout dans le monde. Il faut donner la chance aux jeunes filles de grandir et d’étudier afin de participer au développement de leur pays et de poursuivre leur développement personnel et de contribuer à un avenir commun.
En soit, l’ONU cherche à promouvoir les droits des filles et à faire prendre conscience aux individus d’horizons différents des réalités vécues par les filles à travers le monde et à combattre la discrimination et les inégalités entre les sexes; l’ONU invite instamment les gouvernements de tous les pays du monde, les familles, les responsables communautaires et religieux (Chrétiens, Musulmans, Hindou,…) à promouvoir les droits des filles pour que celles-ci puissent grandir et étudier et non pas être des épouses avant l’âge.

Pour cette raison, les agences des Nations Unies pour la protection des enfants ont décidé d’un commun accord avec différents Etats de mettre l’accent sur le mariage d’enfants dans le monde ; car cela constitue une violation des droits humains fondamentaux et perturbe tous les aspects de la vie d’une fille. À l’échelle mondiale, plus d’une jeune femme sur trois, âgée de 20 à 24 ans, a été mariée avant ses 18 ans. Un tiers de ces femmes ont été mariées avant leur 15ème anniversaire en Afrique et en Asie.

L’interdiction du mariage d’enfants dans tous les pays protégera les droits des filles et contribuera à réduire le risque qu’elles soient exposées à la violence, à la maternité précoce, à l’infection par le virus HIV, à la mortalité ou à l’invalidité maternelle partout dans le monde. Tout cela expose les filles aux grossesses précoces et aux accouchements non désirés, principales causes de décès chez les jeunes filles de 15 à 19 ans qui cherchent peut- être à avorter dans les pays en voie de développement. En Zambie, par exemple, l’avortement est illégal alors les jeunes filles sont obligées d’accoucher et de devenir fille-mère.
Le mariage d’une enfant est un obstacle à la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) pour tous.

Journée du tourisme 2014 : Le tourisme nous unit, nous valorise et crée de l’emploi

[Par John CHITAMBO LOBE]

Ce monde fut crée de manière splendide et merveilleuse – incroyable mais vrai – et tout ce qui s’y trouve est vraiment beau et magnifique à voir, et c’est dans la nature de l’Homme de devenir touriste et d’admirer sans cesse cette beauté naturelle et artificielle dans ce monde; mais à l’Homme fut aussi donné une intelligence terrible, la possibilité de créer, pour compléter ou pour ajouter à la beauté naturelle de ce monde, une beauté artificielle avec ses constructions magnifiques, ses châteaux, ses monuments, ses bâtiments… tout cela ne cesse d’attirer les touristes.
logo-2014C’est pourquoi la Journée Mondiale du Tourisme est célébrée depuis 1980 à l’initiative de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), et la date du 27 septembre fut retenue pour marquer l’anniversaire de l’adoption des statuts de l’OMT en 1970. Pourquoi une Journée Mondiale du Tourisme ?
L’objectif principal fixé alors par l’Organisation Mondiale du Tourisme était la prise de conscience de l’importance du tourisme du point de vue social, culturel, économique et même politique dans le monde, et la Journée Mondiale du Tourisme (JMT) est devenue une célébration organisée tous les ans à l’échelle mondiale pour mettre en lumière la valeur sociale, culturelle, politique et économique du tourisme partout dans le monde. Dans de nombreuses régions du globe, le tourisme arrive en tête des activités économiques, avec ses répercussions sur l’emploi pour éliminer le chômage, le brassage des différentes populations du monde qui se rencontrent, l’ouverture au monde et la circulation de l’information…
Le tourisme est un puissant moyen de croissance économique et de création d’emplois à travers le monde. Le secteur touristique représente un grand pourcentage des emplois dans le monde, surtout pour les jeunes, et le tourisme est un des piliers de l’économie mondiale.
Les pays les plus touristiques dans le monde:

1° La France: Pas de surprise pour ce numéro un des pays les plus touristiques du monde, avec ses trente-huit sites au patrimoine mondial de l’UNESCO; elle accueille chaque année des milliers de touristes. Renommée pour sa gastronomie, ses monuments connus dans le monde entier comme la tour Eiffel, Notre-Dame de Paris et bien d’autres, la France prend donc la tête.
2° Les États-Unis: Numéro deux, les États-Unis d’Amérique. Réunissant près de soixante-quatre millions de touristes, ils possèdent vingt et un sites au patrimoine mondial de l’UNESCO appréciés des touristes. Les parcs naturels y sont nombreux, comme Yellowstone ou Monument Valley.
3° L’Espagne: Elle accueille plus de cinquante-huit millions de touristes venus découvrir sa ville phare, Barcelone, et ses nombreux monuments. elle a quarante-quatre sites au patrimoine mondial de l’UNESCO, et fait partie des cinq pays possédant le plus de sites.
4° La Chine: Elle fait partie des pays possédant le plus de sites au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle totalise quarante-cinq sites. Elle possède l’un des monuments les plus visités au monde: la muraille de Chine, qui fait partie des nouvelles merveilles du monde.

Rome : Palatin et Circus Maximus / www.italia.it

Italie, Rome : Palatin et Circus Maximus / www.italia.it

5° L’Italie: L’Italie est le numéro un avec ses sites au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle possède quarante-neuf sites. Grâce à son passé (et notamment la période de l’Antiquité romaine), elle possède une Histoire riche en monuments et lieux antiques.
6° La Turquie: Avec onze sites au patrimoine mondial de l’UNESCO, elle est le sixième pays le plus visité au monde et accueille plus de trente-six millions de touristes, forte de ses stations balnéaires et de sa ville phare, Istanbul.
7° Le Royaume-Uni: Il prend la septième place parmi les pays les plus touristiques du monde. Avec 29,2 millions de touristes, il reste très populaire dans le monde. Il compte vingt-huit sites au patrimoine mondial de l’UNESCO.
8° L’ Allemagne: Elle possède trente-huit sites au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est un pays très touristique avec plus de vingt-huit millions de touristes attirés par ses nombreuses cathédrales, comme celles de Cologne ou d’Aix-La-Chapelle. Berlin est l’une des villes les plus touristiques.
9° La Malaisie: Quatre sites au patrimoine mondial de l’UNESCO, elle est le neuvième pays le plus touristique au monde avec vingt-quatre millions de touristes par an.
10° Le Mexique: Le dixième pays, avec quarante-deux sites au patrimoine mondial de l’UNESCO, rassemble près de vingt-trois millions de touristes. Grâce aux nombreux sites construits par les Mayas, comme la ville préhispanique de Chichen-Itza figurant sur la liste des sept nouvelles merveilles du monde, il fait donc partie des pays les plus touristiques du monde.

France, Paris : Arc de triomphe / Crédits : Patrick Cadet - CMN, Paris

France, Paris : Arc de triomphe / Crédits : Patrick Cadet – CMN, Paris

Mais pourquoi la France attire-t-elle autant de touristes? Elle est un pays très diversifié, à la fois multi-clientèle et multi-marché, pour des séjours balnéaires, à la montagne, à la campagne, avec également une très forte attractivité de Paris et du patrimoine historique comme les châteaux de la Loire, le château de Versailles, le cimetière du Père-Lachaise… La proximité de l’Europe est également primordiale; pour les Anglais, les Hollandais, les Allemands, les Belges, la France est la destination de la proximité: elle reste une destination attractive à un coût raisonnable. La gastronomie française est également très appréciée par les étrangers. En venant en France, le touriste est comblé sur le point historique, culturel et artistique de la France.

La montée de l’Afrique. Le moment est venu, aujourd’hui plus que jamais, d’encourager le tourisme en tant que moyen de développement économique en Afrique subsaharienne. Où souhaitez-vous aller aujourd’hui? Le tourisme en Afrique représente une importante activité sociale et économique. La particularité touristique de l’Afrique réside dans la grande variété des points d’intérêts, la diversité et la multitudes de paysages ainsi que les riches patrimoines culturels et artificiels.

 

Zambie, Chutes Victoria / www.ac-limoges.fr

Zambie, Chutes Victoria / www.ac-limoges.fr

En Zambie, le pays s’est ouvert au tourisme dans les années 1990 comme la destination touristique pour une « real Africa ». Il est considéré pour ses safaris pédestres et ses fameuses Chutes Victoria (où Mosi-oa-Tunya) entre le Zimbabwe et la Zambie . Le territoire compte de nombreux parcs nationaux comme ceux de la Luangwa-sud, de la plaine de la Liuva, de la Kafue ou d’Isangavo ainsi que le fleuve zambezi qui traverse le pays. Les touristes viennent aussi pour admirer les chutes d’eau du Kasanga Falls, Chutes Cahvuma, Ngambwe Rapids, Wonder Gorge. Le Livingstone Memorial est un des rares monuments historiques du pays. Les festivals culturels y sont bien plus nombreux, comme le Ukusefya pa Ngwena pour les peuples Bembas,le Umutomboko pour les peuples Lundas,le Ku-Omboka pour les peuples Lozis.

Ebola : La Zambie directement concernée

[Par John CHITAMBO LOBE]

Un laboratoire d'analyse du virus Ebola [Photo tirée de daily-mail.co.zm]

Un laboratoire d’analyse du virus Ebola [Photo tirée de daily-mail.co.zm]

Chaque pays africain tente de protéger ses frontières contre la maladie Ebola. Ainsi, des officiels botswais de l’immigration, à la frontière entre la Zambie et le Botswana – à Kazungula border post – ont refusé l’entrée des toutes les personnes en provenance de Zambie ayant un visa d’entrée ou de sortie sur la frontière avec le Katanga en République Démocratique du Congo. Par la suite, la Zambie va réagir contre les officiers Congolais et leurs concitoyens qui ont interdit l’accès de leur pays pour se préserver du virus Ebola : une mesure assez surprenante de la part du peuple Congolais qui dépend en grande partie économiquement de la Zambie. Dans le même temps, au Katanga, on a démenti toute présence de la maladie.

Des cas suspects multiples

Le ministre de la Santé en Zambie [Photo tirée de Joseph Kasonde en.africatime.com]

Le ministre de la Santé en Zambie, Joseph Kasonde  [Photo tirée de en.africatime.com]

Plus précisément, on sait que l’épidémie d’Ebola sévit dans la région de l’Equateur. Quatre cas sont confirmés. La souche de la maladie serait celle du Zaïre. Pour le ministre congolais de la Santé, monsieur Félix Kabange Numbi, cette épidémie n’a aucun lien avec celle d’Afrique de l’Ouest. Pour sa part, la Zambie a signalé quelques cas suspects dans une petite ville du sud appelée Mumbwa. Ici, quelques personnes ont été en contact avec des chauffeurs de camions des marchandises en provenance du Katanga. L’un des chauffeurs est mort de la maladie. Dans ce contexte, le pays a engagé la construction d’un centre de traitement et d’un laboratoire mobile. Des mesures préventives sont aussi prises dans cette petite ville reculée où se concentre l’épidémie d’Ebola. Le ministre de la Santé, le Docteur Joseph Kasonde, a confirmé très récemment avoir demandé tout de même plus de moyens pour lutter contre la maladie :« Nous lançons un appel à tous les partenaires nationaux, internationaux, pour nous venir en aide. L’alerte est déjà lancée dans la province pour pouvoir orienter les mouvements de populations, mais il y a des besoins énormes en termes de finance et en termes de logistique médicale. »

MSF sur le terrain

A Teldou, en Guinée, les habitants regardent Médecins sans frontières pour prendre des mesures pour lutter contre la propagation du virus Ebola. [Photo par Samuel Aranda, The NY Times/Redux]

Teldou (Guinée) : les habitants regardent Médecins sans frontières pour prendre des mesures pour lutter contre la propagation du virus Ebola. [Photo par Samuel Aranda, The NY Times/Redux]

Médecins Sans Frontières, pour sa part, a déjà lancé une opération d’urgence dans beaucoup de pays africains où la maladie est signalée. Des spécialistes et du matériel sont attendus sur place. Pour le coordinateur MSF en RDC, Jeroen Beijnberger, l’expérience acquise par les autorités lors des six épidémies précédentes est atout indéniable pour contenir la flambée : « La situation en Afrique de l’Est est tout à fait exceptionnelle. Il est vrai que cela mobilise beaucoup de moyens de MSF pour faire face. Le point positif, c’est qu’il y a déjà un certain savoir-faire au regard de l’expérience acquise. Ceci étant dit, la zone est assez reculée. Cela pourrait peut-être faciliter la maîtrise de la situation. Cela n’empêche pas qu’il faut organiser un suivi rigoureux en certains points précis aux environs immédiats cette région.»
Selon Félix Kabange Numbi, le ministre de la Santé, il va falloir au moins trois mois pour venir à bout de cette épidémie.

Zambie-France : Homophobie, une persécution aux divers degrés

[Par John Chitambo Lobe]

Les persécutions contre les homosexuels représentent près des trois-quarts des discriminations sexuelles en Afrique. Selon des chiffres concordants d’organisations non gouvernementales (ONG), plusieurs centaines de lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres sont régulièrement harcelés sur le continent, pour le seul motif de leur orientation sexuelle. À des degrés divers, pouvant aller jusqu’à la mort.

Photo tirée de http://www.osisa.org/

Photo tirée de http://www.osisa.org/

Dans cette ambiance délétère, la Zambie du président Michael Sata élu en 2011 mérite une mention spéciale. Selon l’association LGBT Rights in Zambie, la police de ce pays d’Afrique australe, pas un jour ne se passe sans que la police de ce pays d’Afrique australe interpelle des personnes soupçonnées d’homosexualité. Cette persécution légale s’accompagne d’un rejet social des homosexuels, qui sont considérés par la religion, leurs familles et communautés comme étant des personnes anormales, satanistes ou possédés par des démons. Faire son coming out dans ces conditions revient systématiquement à risquer la prison, l’homosexualité étant considérée comme un crime à la fois contre la loi et contre la nature humaine.
Deux jeunes homosexuels zambiens ont récemment été jetés en prison. Plusieurs autres ont été interpellés par la police et placés en garde à vue par la police. Cette nouvelle salve de la répression qui sévit dans ce pays n’a pas épargné même les activistes des droits de l’homme qui défendaient les droits des homosexuels !

La Zambie est officiellement une nation chrétienne d’après la Constitution de 1996. Plus de 90 % des Zambiens sont chrétiens, catholiques et protestants, pendant qu’une minorité pratique l’Islam et d’autres religions. C’est dans ce contexte d’exaltation religieuse que ce pays d’environ 14 millions d’habitants a acquis la réputation de l’Etat le plus répressif envers les homosexuels dans le monde.
Et même si les responsables religieux, chrétiens et musulmans en l’occurrence rejette chacun sur le culte de l’autre la responsabilité de la dégradation des mœurs, tous s’accordent à placer l’homosexualité en tête des pratiques jugées déviantes.Pour les responsables du culte musulman, les homosexuels sont des chrétiens, parce que leur religion proscrit et punit sévèrement cette pratique. Les chrétiens leur rétorquent, bible en main, que Dieu a interdit l’homosexualité. On est cependant en droit de leur demander que si Dieu, Allah, Jéhovah comme ils le prêchent a créé le monde et tous ce qui y vit comme ils le prêchent, n’est-ce pas lui qui a aussi créé les homosexuels ? Sinon, d’où seraient-ils venus ? Y aurait-il donc un deuxième créateur qui aurait façonné les homosexuels ?

En second lieu, si ces religieux prêchent vraiment l’amour du prochain comme ils le prétendent, les homosexuels ne méritent-ils pas d’être aimés comme nos prochains?
La situation en Zambie est emblématique du sort qui est réservé aux homosexuels dans de nombreux pays africains. Où l’on na même pas besoin d’invoquer la religion pour remettre en cause leur droit d’exister. Au Cameroun où l’homosexualité est punie de cinq ans de prison, Eric Lembembe, un gay militant a été torturé à mort l’année dernière. Son seul crime était d’avoir une orientation sexuelle contraire à une prétendue culture africaine.

Au-delà de l’Afrique et des autres régions du monde où l’on persécute les homosexuels, on pourrait penser que les pays égalitaires, à l’instar des nations européennes, des Etats-Unis ou de l’Afrique du Sud qui protègent leurs droits soient pour eux des havres de paix. Erreur. Même ici, leur situation reste difficile, voire critique, et le chemin à parcourir est encore long, pour qu’ils soient perçus par tous comme des citoyens à part entière. En France par exemple, des homosexuels subissent habituellement des traitements humiliants qui n’ont que peu à envier à ce qui se passe en Zambie.

Dernier exemple en date, la tentative d’intimidation doublée d’humiliation subie le 8 août dernier par un jeune homme homosexuel, dans un bureau de l’association France Terre d’Asile, de la part d’autres réfugiés venus comme lui d’Afrique. Parce qu’il arborait un look féminin, avec chaussure, pantalon, coiffure et boucles d’oreille, marchait en se déhanchant comme une femme, on lui a crié dessus, en lingala, la langue du Congo : « Pédé! Pédé! Pédé! Tu fais la honte de notre culture africaine » « Quelle abomination !» ont poursuivi ceux qui semblaient être des Nigériens. « La honte de l’homme noir ! Si tu étais en Afrique tu serais mort », ont pronostiqué les Ivoiriens! Chacun y est allé de son dialecte : bambara, soninké, etc. Le jeune homme n’a eu d’autres recours que de prendre fuite !
Cet exemple vient s’ajouter aux cas malheureusement trop nombreux des agressions dont sont l’objet les homosexuels en France. Un pays qui est pourtant allé très loin dans la reconnaissance de leur égalité citoyenne, en leur accordant le droit au mariage.

On ne doit donc jamais cesser de marteler que l’homosexualité n’est qu’une orientation sexuelle, qu’elle n’a rien d’anormal ni de diabolique et que parmi les hommes qui ont positivement influencé le monde, figurent de nombreux homosexuels. Les droits de l’homme n’ont pas de nationalité et la mobilisation doit continuer en faveur des homosexuels, quelle que soit leur pays. Dans la rue, par le biais des médias, à l’Onu, ce combat doit continuer. A l’échelle de l’univers. Et dans ce sens, la décision de l’Union européenne d’accorder l’asile politique aux homosexuels persécutés dans leurs pays mérite d’être saluée.