Un retour digne d’un roi, un homme tué et un enfermement

Après 11 ans d’absence au pays, Jean-Pierre Bemba a regagné la République Du Congo ce mercredi 1er aout 2018 par l’aéroport international de Ndjili.

Le Président du Mouvement de Libération du Congo – MLC – a été reçu aux pieds de l’avion par un comité restreint composé de sa femme, ses enfants et quelques cadres de son parti politique, le MLC.

Jean-Pierre Bemba montant dans son avion à Bruxelles pour son retour à la République Démocratique du Congo.

Un retour triomphale

Le Ministre d’Etat en charge des Relations avec le Parlement Jean-Pierre Lisanga Bonganga a effectué le déplacement de l’aéroport International pour recevoir ce digne fils du pays.

A la sortie de l’aéroport, une foule immense attendait l’ancien sénateur de la République Du Congo.

Des chants, des slogans en son honneur comme pour dire : « Le Congolais, le libérateur est là, fini la misère« .

De l’aéroport jusqu’au siège du MLC sur l’avenue Sendwe à Kasavubu en passant par le boulevard Lumumba, l’ambiance est totale. Tout le monde veut voir Bemba, celui qu’on appelle affectueusement Igwe qui signifie le Roi.

Puis des tensions jusqu’à l’enfermement

La police qui n’arrivait pas à contenir la foule, a lancé des gaz lacrymogènes, des tirs à balle réelle et un garçon a trouvé la mort d’une balle en pleine tête.

Devant le siège de son parti, les militants ont promi d’accompagner Jean-Pierre Bemba jusqu’au dépôt de sa candidature au poste de Président de la République.

Cependant, le gouvernement lui a refusé l’entrée de la commune de Gombé où se trouve sa maison familiale, il est maintenant à GB (concession familiale et commerciale) où il n’a ni lit, ni chaise. De plus, il est surveillé par plusieurs militaires. Ni visite, ni entrée, ni sortie ne sont autorisés. 

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

Lancer une alerte à l’ère du numérique

[Lanceur d’alerte] Dans un monde rythmé par des algorithmes dont le langage ne se traduit que par des 1 et des 0, le lanceur d’alerte est un nouveau type d’influenceur qui s’inscrit dans ce nouveau rapport au monde. Un simple « copier-coller » et ce sont des milliards de documents qui peuvent être transmis instantanément.

Maria Efimova : une lanceuse d’alerte menacée en toute légalité par les institutions

[Lanceurs d’alerte] Maria Efimova a travaillé dans une banque privée, Pilatus, où elle a affirmé que des fonds avaient été transférés illégalement à des politiciens maltais et au président des enfants azerbaïdjanais. Deux autres entreprises mentionnées dans les documents de Panama appartenaient au ministre maltais de l’énergie et au chef de cabinet du Premier ministre. Efimova a affirmé qu’Egrant appartient à l’épouse du premier ministre, Michelle Muscat.

Ján Kuciak, un journaliste tué en raison de son enquête sur l’évasion fiscale

La Slovaquie est plongée dans une tourmente politique depuis l’assassinat du journaliste d’investigation Ján Kuciak, et de sa fiancée, Martina Kusnírová, le 25 février 2018. Ils ont été retrouvés morts dans leur maison, leurs corps criblés de balles. Journaliste, Ján Kuciak effectuait des reportages d’investigation fortement axés sur l’évasion fiscale et impliquant des personnalités politiques.

Lanceurs d’alerte & Démocratie numérique : entretien avec le sociologue Francis Chateauraynaud

Si l’enjeu est de construire des collectifs intelligents, alors définissons le lanceur d’alerte comme celui ou celle qui enclenche, par son action, la construction d’un nouveau collectif capable de débloquer une situation problématique, de faire en sorte que l’on enquête et que l’on passe à l’action. Cela suppose de briser le silence, de rompre la routine, de réveiller les somnambules…

Liberté d’expression à tout prix, à quel prix ? Entretien avec Antoine Deltour

Qu’est-ce qu’un lanceur d’alerte, cette figure polémique qui suscite tant d’engouement médiatique ? Dans le cadre de la table ronde « Les lanceurs d’alerte à l’heure de la démocratie numérique » organisée par l’Université de la Paix, le 21 mars à Paris, nous avons pu nous entretenir avec l’un des intervenants: Antoine Deltour. Anciennement salarié de PwC et lanceur d’alerte dans l’affaire LuxLeaks, il répond sans détour à nos questions.