RD Congo: le cardinal, le Nobel et le peuple

Que faut-il en penser ? En moins de deux ans consécutifs, deux événements d’une portée internationale ont marqué la RD Congo d’une pierre blanche ! Le 10 décembre 2018, le médecin gynécologue Denis Mukwege recevait le prix Nobel de la paix, à Oslo, en Norvège. Un an après, le 5 octobre 2019, son concitoyen Monseigneur Fridolin Ambongo venait d’être créé cardinal par le pape François, à Rome.

Au-delà de l’honneur et du prestige que constituent ces deux actualités pour le pays ainsi que pour le peuple congolais tout entier, il y a une signification, un symbole. Or, un « symbole n’est jamais banal, anodin », croit Christine Taubira, ancienne ministre française, dans son ouvrage «Murmures à la jeunesse».

Pour les chrétiens, Jésus le dit autrement, et même avec un pied de nez, à l’endroit des Pharisiens et des Sadducéens, qui le pressaient d’opérer un miracle: « Le soir, vous dites : il fera beau, car le ciel et rouge ; et le matin : il y aura de l’orage, car le ciel est d’un rouge sombre. Vous savez discerner l’aspect du ciel et vous ne pouvez discernez les signes des temps. » (Mt 16 : 2-4).

Ici, les signes des temps ne sont pas au ciel, mais plutôt à travers des faits, des événements que les Congolais vivent. Lui, Jésus, était un signe des temps pour le salut de l’humanité. Qu’en est-il pour la RD Congo ?

Un vrai combattant

Répondre à cette question, c’est remonter l’histoire du pays, depuis l’acquisition de son indépendance. Et même aller au-delà. C’est, en somme, montrer combien le peuple congolais a souffert, dans sa chair et dans son âme. Aussi bien de la colonisation que des régimes dictatoriaux qui se sont succédés, pendant près de six décennies.

A Oslo, le prix Nobel de la paix, le Dr Mukwege, qui est en même temps pasteur au sein d’une grande communauté chrétienne évangélique, à Bukavu, a en fait un sinistre état des lieux. Il était au bord des larmes. Quant au cardinal Ambongo, sa lutte contre la dictature ne date pas d’hier.

Impavide, il a affronté le régime dictatorial de Mobutu, alors qu’il n’était encore qu’un étudiant en philosophie, tout comme il l’a fait, prêtre, contre celui de Kabila. C’est donc un vrai « combattant ».

Est-ce un hasard que les deux hommes de Dieu se retrouvent ainsi élevés au pinacle, presque en même temps, l’un prêtre, tout court, et l’autre pasteur-médecin ? Deux hommes de Dieu, l’un catholique, l’autre protestant ? Deux hommes de Dieu ayant presque le même âge, 58 ans pour le cardinal et 64 ans pour le médecin ? Deux hommes de Dieu ayant la même passion pour les droits de l’homme ?

Au fait, le cardinal a défendu sa thèse de doctorat, à Rome, intitulée : « L’habilitation de l’humain, base du développement vrai au Zaïre ». C’est tout dire.

Le sens de cette série des coïncidences est facile à décrypter. C’est un message, pour demander à la classe politique de comprendre que le mal qu’ils continuent d’infliger au peuple congolais est profond. A bien regarder, c’est même un message empreint d’ironie, comme celui que Jésus avait adressé aux Pharisiens. Sa teneur peut être comprise en ces termes : « Comment ne comprenez-vous pas que vous avez un des plus beaux et des plus riches pays au monde, pour que personne ne puisse y mourir de faim? »

Fin du cauchemar congolais

A cette question, il y a déjà eu plusieurs concertations de haut niveau. Et, même une « Conférence nationale, dite souveraine », en vue de mettre le pays sur la voie du progrès. Bernique ! Insensible, la classe politique s’était enfermée dans son orgueil lucratif, à travers la concussion, le clientélisme et autres méfaits. Au grand dam du peuple. La République Démocratique du Congo, aujourd’hui, n’existe plus que de nom. Un pays, exsangue, non gouverné et peuplé des faméliques sans espoir.

Puisqu’il y a un temps pour tout, il n’est pas aberrant de penser que les coïncidences évoquées plus haut constituent l’annonce de la fin du cauchemar congolais. Le cardinal et le Nobel sont comme le symbole de la libération, parce qu’ils endossent l’habit de nouveaux leaders, les vrais, dont le peuple était longtemps privé. Ils peuvent donc le convoquer, et celui-ci les suivra. Non dans la violence, mais à travers la force de la démocratie, selon le principe qui veut que « le pouvoir émane du peuple. »

En résumé, il y a, dans l’air, une sorte de prémonition sur un face à face inévitable entre Kabila et les nouveaux leaders du peuple. Cela se décèle dans leurs déclarations respectives. Confinées à la vérité près de l’engagement que les deux camps vont certainement prendre.

Alignement des planètes

Pour Kabila, son départ du pouvoir n’est pas envisageable. Il l’a dit à Windhoek, en Namibie, le 17 août 2017, dans le cadre du 38e sommet des chefs d’Etat de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC): « Comme je déteste les adieux, je préfère ne pas vous dire adieu, mais vous dire à bientôt. »

Autrement dit, le «raïs» voulait assurer ses homologues chefs d’Etat, avec ironie, « qu’ils n’avaient pas à regretter, puisqu’il resterait chef de l’Etat. Et donc ils vont se revoir ».

C’est-ce qui se passe pour le moment : Kabila est toujours là, à la manœuvre. Continuant à mener à la baguette toute la classe politique et, par ricochet, à narguer le peuple meurtri. Pour le cardinal, le langage est ferme, de celui qui s’apprête à entrer dans l’arène.

Voici la teneur de sa déclaration, telle que l’a rapportée le site de l’hebdomadaire Jeune Afrique, dans ses informations du 14 février 2018, à son sacre comme archevêque: « Je suis évêque depuis treize ans et je suis resté égal à moi-même. J’espère que mes nouvelles fonctions ne vont pas changer mon caractère.« 

Autrement dit, le caractère du combattant de la démocratie. A tout prendre, le docteur-pasteur n’est pas loin de cette approche. Ne sont-ils pas sortis du même moule, les deux?

Le «raïs» s’attendait-il à un tel alignement des planètes, en faveur du peuple? Berk! Il se dit un soldat, qui n’a peur de rien. Il va donc rester droit dans ses bottes et braver tous les vents, afin de « reprendre constitutionnellement » son fauteuil. Mais, le peuple dit, de son côté, qu’il n’a pas encore épuisé son carquois. Batailles en perspective donc, avant les échéances électorales prévues en 2023!​

 Par Jean-Jules Lema Landu, journaliste congolais, réfugié en France