Entrées par Beatrice Sclapari

Facebook’s political censorship

Eight whistleblowers prosecuted under the Obama administration: Where are they now?

One month before the U.S midterm elections, Facebook deletes over 800 pages and accounts claiming they consistently displayed “spam and coordinated inauthentic behavior.”

The 559 politically-oriented pages and 251 accounts were all American. Among the blocked pages are Nation in Distress, Right Wing News, Reasonable People Unite, and The Resistance.

Facebook explains this action in their official statement:

People need to be able to trust the connections they make on Facebook. It’s why we have a policy banning coordinated inauthentic behavior — networks of accounts or Pages working to mislead others about who they are, and what they are doing. This year, we’ve enforced this policy against many Pages, Groups and accounts created to stir up political debate, including in the US, the Middle East, Russia and the UK. But the bulk of the inauthentic activity we see on Facebook is spam that’s typically motivated by money, not politics. And the people behind it are adapting their behavior as our enforcement improves.

Although the First Amendment does not apply to private entities such as social media platforms, many of the owners of these pages claim unjust censorship. They contest Facebook’s silencing, claiming they were simply expressing political discourse and not infringing Facebook’s guidelines, according to the Guardian.

The Guidelines on censored hate speech are defined by Facebook as “a direct attack on people based on — race, ethnicity, national origin, religious affiliation, sexual orientation, caste, sex, gender, gender identity, and serious disease or disability.” They also define attack “as violent or dehumanizing speech, statements of inferiority, or calls for exclusion or segregation.

The Pew Research Center demonstrates that, in the United States most social platform users are well aware of this online censorship linked to political agendas.

72 percent of the public thinks it is likely that social media platforms, such as Facebook, actively censor political views that those companies find objectionable.

« The study demonstrates slightly differing responses on censorship among political parties, with a majority of Republicans and Republican leaners (85%) believing it is likely that social media companies engage in this behavior, with 54 percent indicating they find it very likely. A smaller share of Democrats – though still a majority, at 62 percent – also think it likely that social media companies engage in this behavior.

Nevertheless, users are surprisingly accepting of  this censorship– even those residing in countries where freedom of speech is paramount. However,  the data also suggests that in places such as Europe many users support Facebook monitoring their speech if it for the right cause, such as protecting minorities or monitoring fake content.

Despite a growing mistrust of big institutions including technology companies and media outlets, most Facebook users say it is still benefiting them personally to be on the platform. 74 percent of Americans say tech companies have had a positive impact on their lives, and 65 percent feel they’ve had a positive impact on the nation as a whole.

The constant influx of information, from its’ 2.13 billion users, makes it certainly hard for Facebook to monitor all its content. However, the dilemma extends beyond this technological constraint. In giving a powerful company the power to decide what should be censored can easily silence voices that deserve to be heard.

In April 2018 users gained the ability to file an appeal if they believe their content has been unfairly removed. That appeal is then sent to a new human moderator, who will issue a decision within 24 hours. However, this did not help the 800+ pages claiming injustice this past November.

Eight whistleblowers prosecuted under the Obama administration: Where are they now?

Eight whistleblowers prosecuted under the Obama administration: Where are they now?

Barack Obama is often criticized for waging a war against whistleblowers, but this may not be the entire truth. During the two terms Obama held office, eight whistleblowers were prosecuted, a number greater than those punished by the law under all U.S. presidential administrations combined. It is important to acknowledge that almost all of those whistleblowers were not dissenting against Obama, but rather challenged misconduct during the Bush administration. The Justice Department under Obama either did not stop pending criminal prosecutions, or initiated them. The eight whistleblowers were all accused of leaking or mishandling classified information under the Espionage Act.

The reason for the legal proceedings: a violation of the Espionage Act of 1917. Originally enacted to punish those seeking to interfere with war recruitment and funding, this act persists today in a much different context.

The Sedition Act of 1918, created an amendment and broadened the scope to certain forms of speech, including publications of “any disloyal, profane, scurrilous or abusive language about the form of government in the United States, or the Constitution, or the military or naval forces.”

The Espionage Act was challenged in the courts throughout the decades for limiting freedom of speech, leading to its many revisions. Although rarely resurrected today, presidents such as Obama have utilized it to suppress dissidents they considered a threat to national security.

Tom Devine, the Legal Director at the Government Accountability Project (GAP), the most prominent whistleblower support organization, explains the complexity of the issue. He classifies Obama’s relationship with whistleblowers as “schizophrenic” and says that in his field they often referred to his behavior as a battle of“Obama vs Obama,” because of his contradictory stances regarding informers.

Devine explains that Obama was “American whistleblowers’ best friend, all while seeking to tighten up national security through the Espionage Act.” The Legal Director adds that the former president has an “unusually broad deference to national security community.”

Although Obama took a surprisingly strong stance on national security, prosecuting individuals he deemed threatening to the U.S. government, he also aided in the protection of whistleblowers. He established a restriction of criminal charges for those who leaked classified information as opposed to those who simply released information opposing the government.

With his Presidential Policy Directive (PPD 19) Obama specifically protected whistleblower among intelligence agencies “to ensure that IC employees can effectively report instances of waste, fraud, and abuse.”

Chelsea Manning

The former Army Intelligence Analyst was charged with the largest leak in U.S history, through the famous whistleblower website WikiLeaks, publishing 700,000 diplomatic cables and military reports on both the Afghan and Iraq wars.

In 2013, Manning was sentenced to 35 years in jail but in 2017, President Obama significantly reduced Manning’s sentence to a total of 7 years. Manning was released on May 17, 2017 and remains very politically active.

She is now also a writer on war, gender, and freedom of information as a contributing opinion for The Guardian.

Edward Snowden

Snowden was charged with theft of government property and two counts of violating the Espionage Act. The computer professional and former CIA employee leaked documents revealing the American government was spying on its’ citizens.

Each of the three charges carries a maximum possible prison term of ten years. Snowden currently resides in Russia, in asylum, as he is still wanted by the U.S. government. He lives in a closely guarded location in Moscow.

Despite these limitations to his own free he is often credited for the “Snowden Effect” which started the much-needed conversation around individual privacy and national security.

Thomas Drake

The former senior executive at the National Security Agency violated the Espionage Act for the “willful retention” and “unauthorized disclosure” of classified documents.

Due to a plea agreement all charges were dropped, liberating him from any prison time. Drake was sentenced to one year of probation and 240 hours of community service.

Since his case, he has become an activist against the “surveillance state” arguing that the problems of the NSA are “so chronic and systemic that the only solution would be to completely dismantle and subsequently rebuild the entire organization.”

His location is unknown but he says he is now “devoted to defending life, liberty and the pursuit of happiness.” This year Drake published a book titled Enemy of the State: How the U.S. Government Tried to Turn a Truth-teller Into a Traitor.”

Stephen Jin-Woo Kim

While working at the State Department as an adviser on nuclear proliferation, Jin-Woo Kim allegedly revealed that North Korea would conduct a nuclear bomb test to Fox News reporter James Rosen.

Entering a guilty plea to a single felony count of disclosing classified national defense information to an unauthorized person, he was sentenced to a 13-month prison term.

There have not been any updates on his life post-sentence.

James Hitselberger

A Navy contract linguist, working as an arabic translator in Bahrain, was prosecuted for “unauthorized retention of national defense information.” He allegedly released classified documents off the military base, discussing discrepancies in U.S. intelligence in Bahrain.

As there were no indications of espionage, Hitselberger was proposed a plea deal let off with a $250 fine. There are no available updates on his whereabouts since then.

John Kiriakou

The former CIA official was accused by the U.S. government for leaking classified information to journalists. More specifically he named two former colleagues who used waterboarding to torture detainees.

Originally facing up to 30 years in prison, when Kiriakou pleaded guilty and was only met with two and a half years of prison. As a part of the plea deal, the charges against him under the Espionage Act were annulled.

Now living in Virginia, Kiriakou is a writer and columnist exposing human rights abuses.

Shamai Leibowitz

Working for the FBI as a Hebrew translator, Leibowitz leaked over 200 pages of documents of transcribed wiretaps from conversations between the Israeli embassy in Washington and the blogger Richard Silverstein.

Pleading guilty, in 2010 he was sentenced to 20 months in prison. He now writes about science, music, Judaism and current events through his own blog. He also tutors pupils in mathematics.

Jeffrey Sterling

Former CIA officer Sterling charged with leaking classified information about U.S. efforts to disrupt Iran’s nuclear program to New York Times reporter James Risen.

Although Sterling insists that his communications with Risen did not involve secret information he  convicted of espionage charges in 2015 with three and a half years of prison time.

He now works as a fraud investigator.

Devine explains that if we are comparing Obama with previous presidents, one must know that “more whistleblowers are being prosecuted, because the Whistleblower Protection Enhancement Act has made it much harder to fire employees, while neither it nor other US laws protect against retaliatory civil and criminal investigations and litigation.

Devine goes on to say that “harassment through a criminal case, especially by opening a criminal investigation, also is easier and less risky because agencies don’t have to deal with all the work of a lawsuit when they open a criminal investigation and give the wber the choice of resigning or risking indictment.

Also because “Opening a retaliatory criminal investigation is risk-free. Agencies can’t lose. The worst that will happen is they close the case, and then can open a new one soon after. I have numerous clients facing serial with-hunts.

Finally “If there is a chilling effect from the specter of unemployment, there is a freezing effect from the prospect of imprisonment.

When asked to predict the whistleblowers and their fate under the Trump administration Devine stated he is “not optimistic on the president’s intolerance for criticism” and believes that whistleblowers who plan on exposing his abuses of power will be met with harsh consequences.  

“I need to rebuild myself. But I need to continue my work for Syria.”

Interview d’Alain Genestar, directeur de Polka : photojournalisme, au coeur d’une révolution

La Maison des journalistes s’associe avec Magnum Photos pour présenter l’exposition D’ici, réalisée à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai. Cette exposition s’affichera du 3 au 31 mai 2019 sur la façade de l’hôtel de ville de Paris et a vocation d’être itinérante. Journalistes exilés et photographes de Magnum Photos se mobilisent pour défendre la liberté de la presse en textes et en photos.

Menacés dans leurs pays pour avoir voulu exercer leur métier librement, ces journalistes, désormais accueillis en France, reprennent le stylo. Ils croisent leurs regards avec celui de photographes qui, eux aussi, s’engagent au quotidien pour documenter la marche du monde. Un journal issu de l’exposition est édité par Ouest France, partenaire de la MDJ.

© Salgado – Polka Magazine

La photographie évolue rapidement: de l’argentique au numérique, en passant par le partage instantané des photos sur internet. Quel a été l’impact d’internet sur le photojournalisme et sur le magazine Polka?

[ALAIN GENESTAR] En positif ! Sans internet on n’aurait pas pu créer Polka magazine.

J’ai connu le monde d’avant et le monde d’après, et sans internet il fallait des correspondants dans le monde entier, des déplacements etc.

Quand nous avons créé Polka Magazine on l’a fait savoir assez facilement. Nous avions besoin de ce support qu’est internet. Surtout dans le monde de l’image, tout le monde est interconnecté.

Cela a mis du temps mais les grandes agences et les grands magazines, après avoir pleurer sur le monde d’avant en pensant qu’il fallait y revenir, se sont mis à la page. Maintenant tout le monde a compris qu’on est dans un monde nouveau.

Le côté négatif touche à l’authenticité et à la vérité. On parle beaucoup de fake news en version texte, mais la fake photographie existe aussi.

Le côté négatif est tellement identifié que c’est à nous de maintenir des filtres naturels pour empêcher ces fausse photos d’être publiées. C’est une chance pour un photographe, même si cela va prendre du temps pour que cette chance soit rémunérée.


Tout le monde prend des photos, mais tout le monde n’est pas photographe.


La crise de la presse est aussi responsable.

Comme tout le monde peut prendre des photos et les diffuser sur les réseaux sociaux, ceci crée une double rigueur pour le photographe: une dans sa qualité de travail et une autre dans l’authenticité.

Pour l’éditeur, à lui d’installer des filtres pour vérifier cela, surtout pour des sources qui ne sont pas bien établies dans le domaine. Le danger est tellement clair qu’il n’est pas vraiment identifié comme un danger. Le public est à la fois bénéficiaire du contenu gratuit et victime de sa nature parfois détournée.

Il y a une éducation du public à faire. Dans les écoles, apprendre à lire c’est bien. Mais apprendre à lire une image c’est bien aussi.

Juste parce que les gens savent qu’écrire n’a pas tué le métier de l’écrivain. Au contraire, ça met en valeur l’écrivain, car aujourd’hui il doit être capable de raconter une histoire avec ses complexités et faire des raisonnements.

Tout le monde sait écrire mais tout le monde n’a pas le talent de Victor Hugo.

Or tout le monde sait lire, ce qui lui donne un public plus grand. C’est exactement pareil dans le domaine de la photo. Tout le monde prend des photos, mais tout le monde n’est pas photographe.

Le public avec un oeil pour la bonne photographie s’élargit.

© Polka Magazine

Quelle est la donc la responsabilité d’un photojournaliste et, selon vous, quel est le but de son métier?

Premièrement le photojournalisme c’est un travail d’avenir. C’est pour demain mais cela se prépare dès aujourd’hui. Nous sommes dans une phase de préparation qui est difficile, car nous visons une évolution… une révolution.

Et parfois dans les révolutions, il y a des restaurations de l’ordre où l’on revient à l’ancien régime. Mais là il est impossible de revenir à l’ancien regime. C’est fini. Ceux qui gagnent dans les révolutions sont les révolutionnaires. La nouvelle génération de photographes sont ces révolutionnaires. Si on veut être négatif on va dire qu’il y a une énorme pagaille.


La nouvelle génération de photographes sont ces révolutionnaires.


A l’inverse, si l’on veut être positif, on peut dire qu’il y a une énorme émullation créatrice. Aujourd’hui, un photojournaliste ne doit pas seulement avoir du courage mais énormément de talent. Il faut maintenant des écrivains de l’image avec beaucoup de connaissances techniques. Il faut arriver à raconter une grande histoire.

© Polka Magazine

Quelle est la différence entre un photographe et un photojournaliste?

Le photojournalisme est un photographe qui a l’exigence de raconter ce qui se passe dans l’actualité. C’est un journaliste d’image, donc un journaliste qui fait de la photo. Ce métier évolue car la technique évolue mais il existe plus que jamais, surtout avec les fausse images qui circulent.

Par exemple maintenant, le photojournaliste fait souvent de la vidéo.

Comment sélectionnez-vous les images qui apparaissent dans votre magazine?

Pour un média basé sur l’image comme nous, il est nécessaire de connaître les photographes essentiels du monde entier. Donc on choisit des photographes que l’on connait bien.

Depuis la création de Polka on a du employer entre 200 et 300 photographes, que l’on fait retravailler. On cherche aussi des jeunes, des nouveaux.

Notre équipe fait tout les festivals de photographie, et beaucoup d’expositions sans cesse dans la rencontre aussi de nouveau photographes. A Polka, on fait de la production mais nous n’avons pas les moyens de faire que de la production, donc on achète aussi des sujets qui ont été déjà produits par des photographes.

© Polka Magazine

Est-ce que vous auriez commencé Polka Magazine aujourd’hui, dans un moment d’incertitude pour le métier?

Bien sur. L’avenir était incertain il y a dix ans. Nous croyons qu’aujourd’hui, même si c’est très difficile, il est moins risqué de lancer un magazine que de reformer un ancien.

Les magazines d’aujourd’hui, notamment les news magazine, se créent aujourd’hui, se créent avec des équipes qui s’adaptent à une nouvelle réalité.

  • La situation des journalistes dans le monde en 201919/12/2019 - 2:30

    Comme chaque année, RSF propose un bilan de la situation des journalistes dans le monde. Cette année, 49 journalistes ont été tués, soit le plus faible total depuis 2003. Mais la situation mondiale est hétérogène et très complexe. Certains pays sont à la pointe de nouvelles pratiques difficiles à évaluer statistiquement. Découvrez les statistiques de […]

  • RD Congo: une radio attaquée et fermée par la police10/12/2019 - 10:32

    Au Bas-Uele, la « Radio Liberté Buta » a été attaquée par la police en pleine nuit avant d’être fermée.  Journaliste en danger JED et l’Observatoire des médias congolais OMEC, dénonce vigoureusement l’incursion nocturne d’un groupe de policiers dans les installations d’une station de radio, la confiscation de ses matériels de diffusion ainsi que l’arrestation d’un régisseur […]

  • «Ni le Congo du Sud, ni du Nord, mais le Congo du cœur» – Présentation du livre de Ghys Fortuné Bemba Dombe, résident à la MDJ04/12/2019 - 2:39

    Malgré les efforts, certaines conférences se transforment en meeting politique. Il aura fallu toute l’énergie du journaliste Ghys Fortuné pour rappeler l’objectif de cette rencontre: la sortie de son livre «de l’enfer à la liberté». De nombreuses personnes sont venues l’écouter. Parmi eux, d’éminents représentants dont d‘anciens ministres congolais. Les propos du journaliste sontt donc […]

  • Partir ou rester ? Être homosexuel russe… en Russie28/11/2019 - 4:01

    «Je ne conseille à personne, si celle-ci a le choix, de partir de son pays» témoigne Yousef, jeune activiste LGBT russe réfugié en France, à la table ronde organisée par IREX Europe au sein des locaux d’OXFAM, et de l’organisation Ensemble Contre la Peine de Mort (ECPM) le 19 novembre 2019 à Paris. Auparavant, ce […]

  • Les Talibans imposent toujours la terreur en Afghanistan21/11/2019 - 11:27

    Un conflit meurtrier entre le gouvernement et les talibans ravage l’Afghanistan. Environ 4000 Afghans, dont 927 enfants ont été tués en 2018. Hafiz Ahmad Miakhel, journaliste afghan est contraint de quitter son pays, après avoir subi plusieurs menaces des talibans. Arrivé en France il y a moins d’un an, il vit en tant que réfugié politique […]

Alain Frilet, Parole de Photographes : « la photographie n’a jamais été une preuve »

La Maison des journalistes s’associe avec Magnum Photos pour présenter l’exposition D’ici, réalisée à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai. Cette exposition s’affichera du 3 au 31 mai 2019 sur la façade de l’hôtel de ville de Paris et a vocation d’être itinérante. Journalistes exilés et photographes de Magnum Photos se mobilisent pour défendre la liberté de la presse en textes et en photos.

Menacés dans leurs pays pour avoir voulu exercer leur métier librement, ces journalistes, désormais accueillis en France, reprennent le stylo. Ils croisent leurs regards avec celui de photographes qui, eux aussi, s’engagent au quotidien pour documenter la marche du monde. Un journal issu de l’exposition est édité par Ouest France, partenaire de la MDJ.

Alain Frilet est photojournaliste, il a travaillé une vingtaine d’années au journal Libération jusqu’en 1996. Depuis, Alain Frilet a notamment créé et dirige l’association Parole de Photographes. C’est dans le cadre de cette association que l’Oeil de la Maison des journalistes l’a rencontré. 

Parole de Photographes organise des projections rencontres entre des photographes invités à commenter leurs travaux projetés et le grand public. Alain Frilet participe aussi à la création d’ateliers-photo pour enfants afin de leur faire découvrir le sens et la portée des images, et les initier à la prise de vue photographique. 

Pourquoi avez-vous ciblé un jeune public avec votre programme Parole de Photographes, qui enseigne la compréhension de l’image et les techniques de la photographie?

La photographie est un outil d’expression complètement démocratique. Quelque soit le bagage socio-culturel de la personne, elle peut s’exprimer par la photographie. On n’a pas besoin d’avoir fait des grands études, il faut simplement avoir envie de témoigner, montrer, raconter…

La photographie est devenue un moyen d’expression démocratique et générale. Tout le monde aujourd’hui prend des photos et les jeunes en font encore plus, grâce aux téléphones portables qui facilitent l’expression de soi.

Notre objectif est d’enseigner aux adolescents, jeunes adultes et aux plus petits, le sens de l’image et à prendre des photos. Aujourd’hui, Parole de photographe mène à peu près trois cents ateliers par an à Paris.

Pourquoi est-il important d’apprendre aux jeunes de savoir lire des images mais aussi de se méfier des manipulations ?

Aujourd’hui le volume d’image créée est devenu phénoménal !

Chaque jour, des milliards de photographies sont faites dans le monde et certaines présentent des failles. La photographie n’a jamais été une preuve : on commence par ça, il faut dire aux enfants que la photographie ce n’est pas la vérité, c’est une vérité et c’est la vôtre. L’important, c’est de montrer aux jeunes que la photographie est d’abord l’expression du photographe.


« La photographie n’a jamais été une preuve : on commence par ça, il faut dire aux enfants que la photographie n’est pas la vérité, c’est une vérité et c’est la vôtre. »


Au-delà de cette vérité subjective ou partielle, il y a aussi la manipulation. La manipulation d’images ne date pas d’hier, elle née en même temps que la photographie !

Par exemple, si vous vous plongez dans les images de l’Union Soviétique, vous pouvez noter que parmi les portraits des dirigeants communistes d’années en années, certains visages disparaissent. Ils disparaissent des photos (mais étaient bien présents dans la tribune) parce qu’on les a gommés.

L’image était alors manipulée manuellement. Cette tromperie s’est faite et a été connue. Aujourd’hui la tromperie des photographies est intégrée à l’information, ce qui peut devenir une arme anti-citoyenne.

C’est pour ces raisons qu’on alerte les jeunes aux risques qu’ils courent quand ils ne connaissent ni l’origine, ni le diffuseur de l’image.

Somme-nous, jeune public, de plus en plus manipulés ou au contraire,  de plus en plus informés concernant les images détournées?

A défaut de définir ce qu’est « une bonne information », toutes le manipulations sont possibles. On peut faire croire tout à n’importe qui! C’est pour cela qu’il faut systématiquement s’assurer de la source.

Parmi la prolifération de sites qui se prétendent être des sites d’informations digne de ce nom, et qui ne le sont pas. Ces sites ne sont pas validés car il ne sont pas gérés par des journalistes.


Je ne comprends pas comment aujourd’hui la lecture de l’image et de l’information n’est pas enseignée à l’école, au même titre que l’histoire, la géographie, les mathématiques ! L’information devrait être une classe, dans toutes ces étapes. C’est la responsabilité de l’Etat !


Encore une fois, une photographie en soi n’est pas une preuve, comme un texte rédigé n’en est pas forcément une. Il faut avoir l’authenticité de la personne qui fournit l’information et qui atteste du professionnalisme et de l’éthique. Si on ne l’a pas, il faut au minimum conserver un doute.

Je ne comprends pas comment aujourd’hui la lecture de l’image et de l’information n’est pas enseignée à l’école, au même titre que l’histoire, la géographie, les mathématiques ! L’information devrait être une classe, dans toutes ces étapes. C’est la responsabilité de l’Etat ! Nous on intervient dans des écoles en tant que photographe, mais on ne peut pas s’imposer. Cela dépasse notre rôle.

Association Parole de photographe

Donc la photographie qui accompagne une information, n’est pas une information indépendante, elle a besoin d’être argumentée par un article ?

Oui, la photographie est un élément d’information. La photo ne peut pas être seule et avoir valeur d’information, elle doit être accompagnée d’une légende dans laquelle les questions fondamentales sont posées.

Aujourd’hui, toutes les nouvelles générations font face a des centaines d’images chaque minute, est-ce réaliste d’attendre ce processus de vérification pour chaque photographie ?

Dans l’information il y a un rapport avec le temps qui est indispensable. On a perdu la qualité d’information à partir du moment où l’on a accepté la contrainte de l’information immédiate car elle est source d’erreur.

Aujourd’hui on est dans une volonté de tout comprendre, tout de suite. Ce n’est pas possible. En tant que journaliste, on ne peut pas informer tout de suite, par contre on montre tout de suite.

Informer c’est un travail, un contexte, une analyse et le pourquoi du comment, sans oublier le où… Sinon on a simplement des impressions. Impression n’est pas information. Tant qu’on n’aura pas éduqué les gens à cette prudence là, on sera toujours vulnérable aux manipulations.

Pensez-vous que le métier de photojournalisme est en danger?

C’est la fin d’une époque : on ne peut plus avoir une confiance aveugle dans tous les domaines, presse inclus. Il y a des bons journalistes et des mauvais, certains sont consciencieux, d’autres le sont moins.


Un journaliste est censé ramener une information à travers sa sensibilité, sa culture, son bagage… Il écrit avec ses mots, donc il va donner à comprendre ce qu’il a envie de donner à comprendre.


Dans mon métier, il y a certainement des journalistes avec qui je ne m’identifie pas. Mais même un journaliste que je qualifierais d’honnête, l’information reste forcément subjective.

Un journaliste est censé ramener une information à travers sa sensibilité, sa culture, son bagage… Il écrit avec ses mots, donc il va donner à comprendre ce qu’il a envie de donner à comprendre.

Le visuel est aussi forcément subjectif car la photographie est prise du point de vue du photographe, avec des angles et des accents qui ont été choisis. La même histoire peut être racontée infiniment de manières différentes.

Pour les journalistes qui suivent les codes d’éthique, leur métier n’est pas en danger car on porte une pierre à l’édifice de la démocratie. On enseigne au public à comprendre le monde dans lequel les citoyens vivent de manière à pouvoir faire un choix qui leur correspond au mieux.

Quelles sont les responsabilités d’un photojournaliste?

Les photographes doivent tous pouvoir photographier, mais pas forcément tout publier. Il en va de la responsabilité du diffuseur de suivre certaines règles sur le respect de la vie privée, l’atteinte à la dignité, de l’être humain… Il faut faire attention à comment nos photos sont utilisées après les avoir prises.


Il ne faut surtout pas faire porter la responsabilité sur l’acculturation du public. On porte une part de la responsabilité et c’est à nous de résoudre cela de façon interne, entre photographe et journaliste.


On ne doit plus donner des cartes de presse aux journalistes qui trahissent ou manipulent les codes en photo et en texte. C’est ce qui nous enlève notre crédibilité et qui porte un fort préjudice au métier : c’est quand on trahit la confiance du lecteur et de la profession.

Il ne faut surtout pas faire porter la responsabilité sur l’acculturation du public. On porte une part de la responsabilité et c’est à nous de résoudre cela de façon interne, entre photographe et journaliste.

Le photojournaliste, ce n’est pas une personne qui prend une photo et la publie sur un réseau social. C’est quelqu’un qui commet un acte d’information en respectant un certains nombres de règles et d’éthique.

Découvrez le site de l’association Parole de photographes et leur page Facebook.

  • La situation des journalistes dans le monde en 201919/12/2019 - 2:30

    Comme chaque année, RSF propose un bilan de la situation des journalistes dans le monde. Cette année, 49 journalistes ont été tués, soit le plus faible total depuis 2003. Mais la situation mondiale est hétérogène et très complexe. Certains pays sont à la pointe de nouvelles pratiques difficiles à évaluer statistiquement. Découvrez les statistiques de […]

  • RD Congo: une radio attaquée et fermée par la police10/12/2019 - 10:32

    Au Bas-Uele, la « Radio Liberté Buta » a été attaquée par la police en pleine nuit avant d’être fermée.  Journaliste en danger JED et l’Observatoire des médias congolais OMEC, dénonce vigoureusement l’incursion nocturne d’un groupe de policiers dans les installations d’une station de radio, la confiscation de ses matériels de diffusion ainsi que l’arrestation d’un régisseur […]

  • «Ni le Congo du Sud, ni du Nord, mais le Congo du cœur» – Présentation du livre de Ghys Fortuné Bemba Dombe, résident à la MDJ04/12/2019 - 2:39

    Malgré les efforts, certaines conférences se transforment en meeting politique. Il aura fallu toute l’énergie du journaliste Ghys Fortuné pour rappeler l’objectif de cette rencontre: la sortie de son livre «de l’enfer à la liberté». De nombreuses personnes sont venues l’écouter. Parmi eux, d’éminents représentants dont d‘anciens ministres congolais. Les propos du journaliste sontt donc […]

  • Partir ou rester ? Être homosexuel russe… en Russie28/11/2019 - 4:01

    «Je ne conseille à personne, si celle-ci a le choix, de partir de son pays» témoigne Yousef, jeune activiste LGBT russe réfugié en France, à la table ronde organisée par IREX Europe au sein des locaux d’OXFAM, et de l’organisation Ensemble Contre la Peine de Mort (ECPM) le 19 novembre 2019 à Paris. Auparavant, ce […]

  • Les Talibans imposent toujours la terreur en Afghanistan21/11/2019 - 11:27

    Un conflit meurtrier entre le gouvernement et les talibans ravage l’Afghanistan. Environ 4000 Afghans, dont 927 enfants ont été tués en 2018. Hafiz Ahmad Miakhel, journaliste afghan est contraint de quitter son pays, après avoir subi plusieurs menaces des talibans. Arrivé en France il y a moins d’un an, il vit en tant que réfugié politique […]

Témoignage d’un journaliste syrien en exil : “Je dois me reconstruire, mais je dois toujours lutter pour la Syrie.”

[PORTRAIT] A seulement vingt-quatre ans, le photojournaliste syrien, Abdulmonam Eassa, a témoigné et documenté la destruction de sa ville natale Hamouria, à quelques kilomètres de la capitale et le massacre de son peuple. Au lieu de devenir aigri ou nerveux face à un monde injuste et violent, Abdulmonam dégage une tranquillité totale, avec un regard doux et un sourire charmant.

Les censures politiques de Facebook 

{CENSURE] Un mois avant les élections de mi-mandat aux États-Unis, la plate-forme sociale a supprimé plus de 800 pages et comptes, affirmant qu’ils affichaient systématiquement «du spam et un comportement inauthentique». Les 559 pages et 251 comptes à orientation politique étaient tous américains. Nation In Distress, Right Wings News, Reasonable People Unite et The Resistance sont quelques une des pages bloquées.