Les censures politiques de Facebook

Un mois avant les élections de mi-mandat aux États-Unis, la plate-forme sociale a supprimé plus de 800 pages et comptes, affirmant qu’ils affichaient systématiquement «du spam et un comportement inauthentique».

Les 559 pages et 251 comptes à orientation politique étaient tous américains. Nation In Distress, Right Wings News, Reasonable People Unite et The Resistance sont quelques une des pages bloquées.

Que dit Facebook sur cette censure ?

Facebook explique cette action de censure dans une déclaration officielle:
« Les gens doivent pouvoir faire confiance aux liens qu’ils établissent sur Facebook. C’est la raison pour laquelle nous avons une politique interdisant les comportements inauthentiques coordonnés – des réseaux de comptes ou des Pages travaillant pour mentir sur qui ils sont et ce qu’ils font.

Cette année, nous avons appliqué cette politique à de nombreux sites, groupes et comptes créés pour susciter un débat politique, notamment aux États-Unis, au Moyen-Orient, en Russie et au Royaume-Uni. Mais le gros de l’activité inauthentique que nous voyons sur Facebook est du spam, généralement motivé par l’argent, et non par la politique.

Et les personnes qui en sont à l’origine adaptent leur comportement au fur et à mesure que notre mise en application s’améliore. »

Bien que le Premier Amendement américain (sur la liberté d’expression) ne s’applique pas aux entités privées, telles que les réseaux sociaux, les propriétaires de ces pages considèrent cette censure comme injustifiée. Ils revendiquent leur liberté de parole : ils exprimaient simplement un discours politique, sans obstruer les directives de Facebook, selon le journal « Guardian« .

La censure généralisée n’impacte pas l’attrait des réseaux sociaux

Les discours de haine voués à être censurés sont définis par Facebook comme « une attaque directe contre des personnes par rapport à leur- race, ethnie, origine nationale, religion, sexualite, caste, sexe, identité de genre et une maladie ou un handicap grave ».

La définition de la censure par Facebook comprend aussi d’une manière générale « un discours violent ou déshumanisant, des déclarations d’infériorité ou des appels à l’exclusion ou à la ségrégation ».

Le Pew Research Center démontre qu’aux États-Unis, la majorité des utilisateurs de Facebook sont conscients de cette censure en ligne liée aux programmes politiques.

72% du public pense qu’il est probable que les plateformes de médias sociaux, telles que Facebook, censurent activement les opinions politiques lorsque Facebook (et les autres réseaux sociaux) trouvent le discours inacceptable.

L’étude démontre que la grande majorité des républicains (85%) et des démocrates (62%) pensent qu’il est probable que les entreprises de médias sociaux adoptent ce comportement de censeur, 54% des démocrates indiquant que cette censure est très probable.

Les européens divisés sur la légitimité de la censure

Malgré cela, les utilisateurs acceptent cette censure, même ceux résidant dans des pays où la liberté d’expression est primordiale. Les données démontrent aussi qu’entre les utilisateurs Européens, le soutien autour de la censure de Facebook, change considérablement selon le pays.

La France, concernant la censure des discours haineux, spécifiquement envers les minorités, est divisée, avec 48% de support pour ces censures contre 51% qui y sont opposés. Les espagnols y sont opposés à 57%.

Dans les quatre coins du monde, une méfiance s’intensifie envers les grandes institutions et les médias. Malgré cela, la plupart des utilisateurs de Facebook affirment qu’il est toujours dans leur intérêt d’utiliser la plate-forme.

74% des Américains déclarent que les entreprises technologiques comme Facebook ont eu un impact positif sur leur vie et 65% estiment qu’ils ont eu un impact positif sur l’ensemble du pays.

La circulation d’information constante, en quantités énormes, rend difficile pour Facebook de contrôler le contenu des 2,13 milliards d’utilisateurs, mais le dilemme s’étend au-delà de cette limite technologique.

Décider quel contenu mérite une censure déclenche un controverse immédiate. De plus, il est très facile de réduire au silence des voix qui méritent d’être entendues.

Dans l’espoir de réduire ce problème, depuis avril 2018, les utilisateurs ont la possibilité de former un recours s’ils estiment que leur contenu a été supprimé injustement. Cet appel est ensuite envoyé à un nouveau modérateur humain, qui s’engage à répondre dans les 24 heures. Cependant, cela n’a pas aidé les quelque 800 pages qui ont été supprimées avant les élections.

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

Critique du film « Le Procès: L’Etat de Russie vs Oleg Sentsov »

[FILM] Le Procès c’est l’histoire d’une cinéaste originaire de Crimée qui s’appele Oleg Sentsov, un directeur qui est devenu célèbre après la sortie en 2012 de son film Gamer. Il a aussi travaillé comme un activiste pendant le mouvement de protestation ukrainien appelé « Euromaidan. » Le mouvement était contre l’annexion russe de la Crimée. Le gouvernement russe l’a arrêté et retenu pour les activités te

L’impunité des crimes commis contre des journalistes

[RAPPORT UNESCO] Ces 12 dernières années, l’UNESCO a enregistré, dans le monde, 1 010 meurtres, dont 115 seulement ont été suivis d’une procédure judiciaire qui a abouti à la condamnation d’un ou plusieurs auteurs. Plusieurs éléments peuvent attirer notre attention. Le plus surprenant est le nombre de journalistes tués en dehors des zones de conflit armé. La majorité des meurtres commis en 2017 (55 %) ont été recensés dans des pays qui ne sont pas en conflit.

Manifestation contre l’esclavage en Mauritanie violemment réprimée

[LUTTE CONTRE L’ESCLAVAGE] « Aujourdhui plusieurs militants ont été gravement blessés, battus sauvagement par des policiers armés jusqu’aux dents et ayant pour ordre de casser les militants pacifiques. Des blessés graves, victimes de tabassage violent à coups de matraques, de godasses sur toutes les parties du corps. »

Prison sans jugement pour le partage d’une publication Facebook

[CENSURE] Eddie Armel Kouassi, 20 ans, étudiant et cyber activiste fait désormais partie des pensionnaire de la plus grande prison civile de Côte d’Ivoire, la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA). Les autorités ivoiriennes lui reprochent d’avoir traité le Président Alassane Ouattara et Fabrice Sawegnon, le candidat malheureux a la mairie, d’étrangers.

“Un bon journaliste est quelqu’un qui sert la communauté » – Témoignage d’un journaliste mauritanien

[JOURNALISME EN MAURITANIE] « Il y a en moi un sens inné de la justice. Ce qui me fait le plus peur, ce n’est pas la mort, ni la douleur, mais de voir l’état de pauvreté de quelqu’un sans pouvoir rien faire pour l’aider. La justice est universelle, elle n’a pas de couleur de peau, d’ethnie ou de religion ».