Entrées par Maha Hassan

La Syrie est une prison éternelle

[Partenariat avec le Caffè dei giornalisti de Turin] Après les bombardements qui ont eu lieu ce 4 avril avec l’utilisation présumée d’arme chimique et avant la déclaration de Donald Trump le lendemain sur la volonté de frapper la Syrie (avec le concours des armées française et britanniques), les syriens, arabes et occidentaux, sont divisés en deux camps: les pour et les contre.

Le secret du roman : Hommage à la MDJ

[Par Maha HASSAN] Est-ce le hasard si la Maison des journalistes est la dernière adresse que j’ai vue avant de quitter Paris ? Ou est-ce un hasard objectif, comme l’appelait André Breton, comme en un roman qui me pousse à écrire ce qui suit avant de quitter Paris ? Quand je suis arrivée à Paris […]

Sous le choc de l’exil syrien

[Par Maha HASSAN] Publié par Alaraby.co.uk, le 21 octobre 2014 Traduit de l’arabe au français par Aline Goujon « Il nous faudrait quatre cents ans pour devenir comme eux », dit un homme d’une soixantaine d’années à sa femme, tous deux assis sur un rebord de pierre surplombant la mer Méditerranée, alors que je passe […]

Maria Florika, mon amie roumaine

[Par Maha HASSAN] Traduit de l’arabe au français par Florence Damiens. Cliquez ici pour lire l’article en arabe paru sur www.alaraby.co.uk, le 10 septembre 2014. Notre amitié a commencé il y a trois ans environ. Elle s’arrête tous les jours devant la boulangerie du quartier et gagne son pain grâce aux clients de la boulangerie et aux […]

Printemps arabe : Les femmes vont-elles faire leur révolution ?

Je suis venue au monde comme une femme : avant la révolution syrienne. Je ne nie pas avoir oublié parfois que je suis une femme, préoccupée par l’écriture et la vie, et obsédée par mon pays qui oscille entre les berges de la mort. Au moment où j’ai commencé à écrire, j’avais longtemps ignoré que j’étais une femme. L’éducation masculine que j’ai reçue m’a poussée à renier mon sexe et je sentais mon infériorité du fait de ma féminité ; par ailleurs les modèles féminins apparus dans les domaines littéraire et médiatique ne m’ont jamais captivée, le rêve qu’ils poursuivaient n’ont jamais du reste croisé le mien.