France-Algérie, 14 juillet ou l’ambiguïté historique

[Par Larbi GRAÏNE]

La France célèbre cette année sa fête nationale du 14 juillet en y associant pour la première fois l’Algérie. Si les autorités françaises justifient la présence de son ex colonie en raison de la participation de 173.000 de ses combattants à la première guerre mondiale, il n’en demeure pas moins que la fête française croise d’autres séquences de l’histoire algérienne.
Instituée en 1880, cette fête fait référence d’abord à la prise de la Bastille qui marque l’abolition de la monarchie absolue (14 juillet 1789), ensuite au jour moins bien connu d’union nationale, appelé aussi Fête de la Fédération (14 juillet 1790).

Charles Thévenin (1764-1838), La Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, au Champ-de- Mars. © Musée Carnavalet/ Roger-Viollet

Charles Thévenin (1764-1838), La Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, au Champ-de- Mars.
© Musée Carnavalet/ Roger-Viollet

Quand la fête du 14 juillet est instituée sous la IIIe République, l’occupation de l’Algérie par la France bouclait presque jour pour jour sa 50e année. C’est le 5 juillet 1830, que le Dey Hussein signait le traité de capitulation d’Alger, après que le corps expéditionnaire français eut parvenu à mettre en pièces ses troupes. 130 ans plus tard, l’Algérie devenue indépendante, gomme d’un revers de la main le souvenir de la capitulation en instaurant le 5 juillet, comme fête de l’indépendance lors même qu’une autre date pouvait bien être retenue pour marquer l’événement, à savoir le 19 mars 1962, date du cessez- le-feu.

Rencontre entre les communards parisiens et les insurgés kabyles

Mais pour l’histoire, c’est trop loin de la France et de l’Algérie, qu’une poignée d’Algériens vont entendre parler de la révolution française.

Dans une France du XIXe siècle en proie à de nombreuses convulsions politiques en lien avec les changements de régime qu’aggravent les ambitions liées à la conquête d’un nouvel empire colonial, les hommes et les femmes sont poussés sur le chemin de l’exil quand ils ne sont pas déportés dans de très lointains pays, souvent insulaires. C’est dans ce contexte qu’apparaissent les bagnes coloniaux appelés à abriter une foultitude de proscrits politiques et de droits communs. Victor Hugo lui même fit les frais du coup d’Etat de « Napoléon le Petit », ce qui le contraindra à l’exil. L’œuvre de cet écrivain s’en ressentira d’ailleurs. Il dressera du reste des portraits saisissants des opposants au coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Un peu plus tard, le 18 mars 1871 éclate l’insurrection de Paris, que l’historiographie désigne sous le nom de la Commune. Au même moment (le 16 mars 1871) une autre insurrection se déclare en Algérie sous l’impulsion des Kabyles conduits par Mohand Amokrane, (cheikh el Mokrani) et le cheikh Aheddad. Si les insurgés parisiens instaurent le gouvernement du peuple face à une classe dirigeante bourgeoise défaillante, les insurgés kabyles engagent, quant à eux, une grande bataille contre le pouvoir colonial. Les deux événements se rejoignaient quant au fond. Car c’est de la libération des peuples respectifs qu’il s’agit. La Commune a duré un peu plus de deux mois et s’est soldée par 7500 morts environ parmi les communards et des milliers de prisonniers. De l’autre côté de la Méditerranée, l’insurrection kabyle qui a duré plus longtemps (près de 10 mois) fut particulièrement meurtrière même si les sources sont restées muettes sur le nombre de morts. L’on sait par contre que l’armée d’occupation était composée de près de 86 000 hommes. La défaite de la Commune de Paris avait permis du reste à l’armée d’Afrique de reprendre les choses en main. Après la répression sanglante de l’insurrection algérienne, plus de 120 hommes kabyles furent déportés à l’autre bout du monde dans l’archipel du Pacifique sud : la Nouvelle-Calédonie, devenue territoire français depuis une vingtaine d’années.

Les déportés kabyles [Photo tirée de iisg.nl]

Les déportés kabyles [Photo tirée de iisg.nl]

C’est là que les Kabyles vont croiser les communards déportés. Grande figure féminine de la Commune de Paris, Louise Michel, qui côtoya les Kabyles les décrit comme « des Orientaux (…) simples et bons et d’une grande justice (…) [qui] ne comprenaient rien à la façon dont on avait agi avec eux ». Cela dit, s’il fut d’une portée extraordinaire, le mouvement du 14 juillet, n’en reste pas moins un idéal en construction. C’est dire que son avenir dépend de sa capacité à s’expurger de son ambiguïté historique.

 

[Cliquez ici pour lire les autres réflexions des plumes de la MDJ]

14 juillet 2014 : Hommage aux pays africains alliés de la Grande Guerre

[Par Benson SÉRIKPA]

La France sera la capitale du centenaire de la Première Guerre mondiale (1914-1918) lors de la commémoration du 14 juillet sur les Champs-Élysées, date de la fête nationale de la France. A cette occasion, l’État français rendra un hommage solennel à l’ensemble des pays ayant participé au conflit mondial en Europe. 18 nations africaines sur 80 invitées seront représentées à ces festivités. Il s’agit notamment de l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Bénin, le Burkina Faso, Les Comores, la Côte d’Ivoire, le Congo, le Djibouti, le Gabon, la Guinée, le Madagascar, le Mali, le Maroc, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, le Tchad et la Tunisie. Ainsi donc cent ans après, le monde entier verra les emblèmes des alliés et les drapeaux des ennemis d’hier disposés côte à côte.

Des soldats français de la Licorne à leur départ de la Côte d'Ivoire le 16 mai 2007. afp.com/Issouf Sanogo

Des soldats français de la Licorne à leur départ de la Côte d’Ivoire le 16 mai 2007.
afp.com/Issouf Sanogo

Le grand défilé qui se tiendra sur la plus belle avenue du monde a pour thème « Une armée puissante et moderne », illustration du choix du président de la République, François Hollande, de souligner les ambitions politiques de la France et l’ensemble des missions des forces armées. Ce défilé mettra en valeur des unités impliquées récemment dans les opérations qui témoignent de la capacité de la France à assumer ses engagements auprès de la communauté internationale. A ce sujet, faut-il le rappeler, 20 000 militaires français sont actuellement déployés hors de la métropole, dont 7 500 engagés dans des opérations extérieures, approuvées par le Parlement.

Sur le continent africain, cette année a été marquée par la poursuite de l’engagement français au Mali, où le dispositif déployé en soutien des forces des Nations unies vise à lutter contre les groupes armées terroristes qui menacent la stabilité du pays. Cet engagement s’inscrit dans un appui plus large aux États de la région à travers le déploiement de 3 000 hommes dans la bande sahélo-saharienne. En effet, devant la dégradation brutale de la situation au Mali et en réponse à la demande des autorités maliennes, le président de la République, François Hollande, avait décidé l’intervention des forces françaises au Mali, le 11 janvier 2013, en lançant l’opération Serval.

On note aussi que depuis le 5 décembre 2013, 2000 soldats français sont engagés dans l’opération Sangaris en République centrafricaine. Cette opération aux côtés des africains a été déclenchée pour protéger les populations, permettre l’arrivée de l’aide humanitaire et restaurer l’autorité de l’État.

Par ailleurs, la France contribue à plusieurs opérations de stabilisation et de maintien de la paix sous mandat des Nations unies, de l’OTAN ou de l’Union européenne. C’est le cas par exemple en Côte d’Ivoire, où elle est présente à travers la force Licorne, forte de 450 soldats, pour soutenir l’Opération des Nations unies (ONUCI) et accompagner la réforme de l’armée ivoirienne. La France tient ce même engagement au large de la corne de l’Afrique où elle contribue à la force navale européenne de lutte contre la piraterie.

Les armées françaises, par leur présence à travers le monde et particulièrement en Afrique, conservent en effet leur capacité à intervenir pour la paix dans l’ensemble des situations dans lesquelles les intérêts de la France ou ses ambitions sont mis en jeu.

De belles festivités en perspectives, qui auront aussi pour point d’orgue des feux d’artifices, tirés depuis la Tour Eiffel.

[Photo tirée de tuxboard.com]

[Photo tirée de tuxboard.com]

[Cliquez ici pour lire les autres réflexions des plumes de la MDJ]

France : Un exilé écrit sur le 14 juillet mais pour dire quoi ?

[Par Sékou Chérif DIALLO]

A bas l’oppression ! Vive la LIBERTÉ !
Comme les parisiens du 14 juillet 1789, l’aspiration à la liberté est une prédisposition naturelle. Face à la tyrannie et à l’injustice, tous les peuples finissent par exprimer leur ras-le-bol.
Oui ! Pour le triomphe des valeurs universelles de droits de l’Homme et des libertés fondamentales, tous les sacrifices sont nécessaires et justifiés, même au péril de sa vie. Seul compte l’héritage.

La Liberté guidant le peuple. Eugène Delacroix (Musée du Louvre)

La Liberté guidant le peuple. Eugène Delacroix (Musée du Louvre)

A côté des illustres noms cités à chaque commémoration, je rends hommage à ces milliers d’anonymes, menuisiers, ébénistes, serruriers, tabletiers, ciseleurs, sculpteurs…, qui, loin des calculs politiques sur les privilèges à se partager à l’issue de la Révolution, étaient plutôt animés par cette soif de liberté, le souci de laisser à leurs enfants un pays libre, une nation forte et des valeurs.
Loin du symbole que représente la prise de la Bastille, elle est surtout marquée par son caractère déclencheur d’une révolution juridique dans les rapports entre les hommes dans la société : la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen. Pour reprendre cette citation tirée d’un article de Jacques Serieys, « La Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen n’a pas été préparée au calme par un petit cénacle isolé de quelques juristes. Elle naît au travers d’un instant révolutionnaire particulièrement agité. »
Aujourd’hui, les Français peuvent être fiers de leurs parents qui se sont battus pour la bonne cause. A des milliers de kilomètres de l’ancien emplacement de la Bastille, les valeurs défendues ce jour-là rayonnent encore et toujours. Malgré l’entêtement de certains, dans certains pays comme le mien, ce monde libre est bien réel et l’esprit du 14 juillet 1789 est bien présent. John F. Kennedy disait que « La grande révolution dans l’histoire de l’Homme, passée, présente et future, est la révolution de ceux qui sont résolus à être libres. »
Vive l’UNITÉ ! Vive la conservation de la mémoire collective !
Un peuple fort est un peuple uni. Au-delà des différences qui sont loin d’être un handicap, mais avant tout une richesse, le peuple français mesurait déjà l’ampleur et la nécessité des actions de réconciliation à mener. Car une révolution a en son sein les germes de la division. Pour célébrer la révolution, rien de plus grandiose qu’une fête au nom de l’unité des Français.

100 000 Parisiens au Champ-de-Mars pour la Fête de la Fédération le 14 juillet 1790. [Photo tirée de www.elysee.fr]

100 000 Parisiens au Champ-de-Mars pour la Fête de la Fédération le 14 juillet 1790. [Photo tirée de www.elysee.fr]

14 juillet 1789 et 14 juillet 1790, la marche vers la liberté et l’unité était enclenchée et rien ne pouvait l’arrêter. Il fallait le courage et l’abnégation des hommes et des femmes pour écrire l’une des pages les plus glorieuses de l’Histoire de la République française. Le pari est aujourd’hui plus grand, plus ambitieux et plus fédérateur : L’unité des peuples.
Enseigner l’Histoire de la Révolution française à des élèves qui vivent à des milliers de kilomètres de Paris notamment, d’où je viens, participe selon moi, de cette volonté de préserver cette mémoire collective autour des valeurs inspirées et défendues par les révolutionnaires du 14 juillet 1789.
Certes, il reste beaucoup de combats à mener, beaucoup de Bastille à prendre, beaucoup de roitelets à débarquer, mais heureusement, la motivation ne faiblit pas un instant, surtout quand il s’agit du combat pour la liberté.
Joyeux 14 Juillet.

 

[Cliquez ici pour lire les autres réflexions des plumes de la MDJ]

Le 14 juillet vu des châteaux

[Par Armand IRÉ]

La prise de la Bastille, lieu d’incarcération de tous les « ennemis du roi » le 14 juillet 1789, consacre l’épopée de la Révolution française, celle de la victoire du peuple sur la royauté.

Parade militaire sur les Champs Elysées lors du 14 juillet. [Photo tirée de defense.gouv.fr]

Parade militaire sur les Champs Elysées lors du 14 juillet. [Photo tirée de defense.gouv.fr]


Dans le sang et la tête tranchée de leur souverain d’alors Louis XV, les Français se sont donc déclarés libres en publiant la Déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen. La France a ensuite assis sa puissance dans le monde en s’adossant de tout son poids à ses colonies africaines. Cette tutelle a fait du pays des droits de l’Homme la destination la plus prisée par les Africains dans le monde. Qu’ils soient immigrés, exilés, ou naturalisés, le 14 juillet, jour de commémoration de la souveraineté française, est jugée de la même façon par les Africains de France. Les quartiers de Château Rouge dans le 18e arrondissement et de Château d’eau dans le 10e ont été notre terrain de contact avec la diaspora africaine.

Louise M. est camerounaise de la région centre du pays des Lions qui ne sont plus indomptables, traînant un caddie bourré de denrées alimentaires et de produits éclaircissant vendus sous le comptoir, elle se dirige péniblement vers la ligne 4 du métro à Château Rouge. Malgré la lourde charge qu’elle traîne, elle se montre réceptive, mais sa réponse à notre question, à savoir que fera-t-elle le 14 juillet, est sidérante.
« Il y a quoi le 14 juillet ? , nous demande-t-elle avec un visage on ne peut plus sérieux.
– C’est la fête nationale française, madame.
– Aka ! Que c’est ma fête ? Je me rappelle même de celle de mon pays avant de parler de celle de la France ?
– Mais, madame, vous êtes en France ?!
– Oui, et alors ? »
Ce premier contact est en fait le résumé de toutes les conversations des Africains que nous interrogerons sur le 14 juillet français. Comme Louise, cette autre dame que nous avons croisée, médecin de son état propriétaire d’un pavillon en banlieue parisienne, elle ne se sent pas concernée par la célébration de la liberté retrouvée des Français.

Scène de marché à Château Rouge 18e arrondissement de Paris [Photo tirée de maps.google.fr]

Scène de marché à Château Rouge 18e arrondissement de Paris
[Photo tirée de maps.google.fr]

Aux encablures d’un restaurant ivoirien de Château d’Eau nous croisons un Sénégalais propre sur lui avec un air un tantinet « intello ». Il nous entraîne dans les dérives de la France en Afrique, où, selon lui, elle fait et défait les dirigeants, et finit par conclure sa longue tirade par la triste histoire du camp de Thiaroye, où des centaines de tirailleurs sénégalais revenus de la Deuxième Guerre mondiale ont été décimés par l’armée coloniale française alors qu’ils réclamaient que leur prime de démobilisation soit convertie en CFA au même taux de change qu’en métropole .
Autre décor, un café situé à l’entrée de la rue Labat de Château Rouge, l’un des quartiers africains de Paris. Ici, la clientèle est de toutes les origines du continent africain. Les Maghrébins sont attablés entre eux tandis que des Congolais, Camerounais et autres Ivoiriens parient sur des courses de chevaux autour d’une bière ou d’un café. Constat, ils s’en foutent royalement du 14 juillet, comme de leur premier pari il y a des années.
« Je suis en France depuis 18 ans, mes enfants sont français ainsi que leur mère, mais que voulez-vous que je fasse du 14 juillet ? C’est du carnaval, tout ça, on importe des troupes des armées africaines pour venir faire allégeance à l’armée française, leur véritable maître, et les chefs d’État invités reçoivent des tapes sur l’épaule en guise d’encouragement en tant que loyaux serviteurs des intérêts de la métropole », nous lance un congolais massif qui a gardé entier son accent kinois.

On nous lance au moment où nous prenons congé : «  Faites un papier sur les pensions des anciens combattants africains qui ont libéré la France et qui meurent de misère ».
Assurément, nous sommes vraiment les seuls en tant qu’Africains à nous intéresser à la fête nationale de notre pays d’accueil.

 

[Cliquez ici pour lire les autres réflexions des plumes de la MDJ]

Côte d’Ivoire : Plus de 700 prisonniers politiques vivraient dans la terreur

Depuis la crise politico-militaire ivoirienne (décembre 2010-avril 2011), l’ex-chef de l’Etat Laurent Gbagbo est soupçonné de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale (CPI) et détenu à La Haye depuis fin 2011. Dans le même temps, nombre de ses partisans sont détenus dans les prisons ivoiriennes. Selon Amnesty International, « des dizaines de personnes » sont victimes d' »arrestations arbitraires » et de « tortures » commises par l’armée et la « milice » sur « des bases souvent ethniques et politiques ». Des soutiens de l’actuel président Ouattara sont également soupçonnés d’avoir commis de graves crimes durant la crise de 2010-2011 et le cycle des abus et de l’impunité ne serait pas été encore brisé. 

Ci-dessous la témoignage de Benson Séripka, journaliste ivoirien exilé en France.

Caire César Négblé, décédé le samedi 24 mai 2014 au Maroc (Photo tiré de koaci.com)

Le commissaire Caire César Négblé, décedé en mai dernier (Photo tiré de koaci.com)

Depuis le 11 avril 2011, date de l’arrivée au pouvoir d’Alassane Dramane Ouattara, les prisonniers politiques présumés proches de Laurent Gbagbo vivent un calvaire sans précédent dans les prisons en Côte d’Ivoire. Toutes les nuits, ces otages du nouveau régime, sont soumis à des séances de sodomie dans leurs lieux de détentions disséminés à travers le pays, par des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) et des Dozos.
Aujourd’hui, des langues se délient face à ce qu’on pourrait appeler des viols en règle, perpétrés par les miliciens du dictateur Ouattara et qui seraient à la base de la mort de nombreux de ces prisonniers.

L’exemple du commissaire César Négblé, décédé le samedi 24 mai 2014 au Maroc, officiellement des suites d’une insuffisance rénale, en témoignerait. Des proches de sa famille affirment que l’ex-patron de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) a été plusieurs fois violé par ses bourreaux, lors des différents interrogatoires qu’il a subis.
«Non, le vieux n’est pas mort d’une insuffisance rénale…ce sont les gens de Ouattara qui l’ont assassiné…Ils l’ont sodomisé à plusieurs reprises lors des interrogatoires…pour le torturer et surtout pour l’humilier…C’est ça qui l’a tué…Les multiples viols sauvages qu’il a subi ont causé des infections graves qui malheureusement n’ont pu être traitées à temps. Le vieux [sic] nous a tout expliqué avant de mourir…D’ailleurs, ceux qui l’ont vu après sa libération savent qu’il tenait à peine sur ses jambes», rapporte un membre de la famille, sous couvert d’anonymat, pour des raisons de sécurité.
«Pratiquement, toutes les deux heures, le Commissaire Négblé était battu par des FRCI qui se succédaient dans sa chambre. Nous entendions ses gémissements», avait révélé à un confrère, un témoin de l’hôtel La Nouvelle Pergola, où le commissaire avait été détenu, au tout début de la crise postélectorale ivoirienne.
Pour certains membres de la famille Négblé, il est temps de faire la lumière sur les circonstances réelles qui ont provoquées le décès de cet officier supérieur de la police nationale.
«C’est vrai qu’au début, on ne voulait pas en parler pour préserver l’image du vieux [sic]. Mais après mûre réflexion, nous pensons que, s’il est allé jusqu’à nous montrer ce que ces gens lui ont fait subir ce n’est pas pour que cela reste seulement dans la simple intimité. C’est pour que ce soit révélé au monde entier, pour que les autres prisonniers politiques qui subissent certainement toutes ces atrocités dans le silence soient sauvés», confesse cette même source.
En effet, le cas du commissaire César Négblé ne serait pas un cas isolé. La plupart des prisonniers politiques en Côte d’Ivoire, connus ou anonymes seraient soumis à cette autre forme de torture des FRCI et des Dozos, depuis un peu plus de trois ans.
«Ils m’ont bousillé…», avait lâché Mahan Gahé à un de ses proches, quelque temps avant son décès tragique, le 16 septembre 2013, des suites aussi d’un mal dont on ignore encore les causes profondes. Il est vrai que l’ex-patron de la Centrale Dignité, arrêté pour ses convictions politiques lors des événements postélectoraux en Côte d’Ivoire, ne donne pas plus de détail dans cette déclaration qui traduit visiblement ses conditions exécrables en détention.
«Comprenez que ce message en dit long, sur ce qu’a vécu le général. Je ne peux pas en dire plus…Mais sachez tout simplement que c’est cruel, méchant et inhumain ce que les FRCI et les Dozos font à nos parents et camarades dans ces prisons…», rapporte un proche collaborateur de Basile Mahan Gahé.
Selon un garde pénitentiaire qui a requis l’anonymat, tout se déroule à huis clos, en général pendant ou après les interrogatoires. «Toutes les nuits, ils viennent chercher des pro-Gbagbo. Nous, on nous dit que c’est pour les interroger. Mais tout le monde sait que c’est faux… Hum… les gars-là sont devenus leur femme [sic]. Si tu paies régulièrement quelque chose, on te laisse tranquille. Seulement si la décision vient de là-haut, tu ne peux pas échapper. Ils vont finir avec toi, chaque jour jusqu’à ce qu’ils obtiennent ce qu’ils veulent…Ils font ça partout, surtout à Bouaké…C’est leur QG…Ce sont de vrais pédés [sic]… Les gens ne peuvent pas parler…Ils souffrent…Parce que ça fait honte…Au début là, il y a beaucoup de gens qui sont morts ici (Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) ) à cause de ces actes ignobles…En fait, quand ils finissent de les sodomiser [sic], il y en a qui tombent malades, ils sont infectés et ils cachent ça…Mais qui va en parler…Les victimes elles-mêmes refusent d’en parler, leurs parents sont informés, les médecins sont au courants, mêmes des journalistes savent ce qu’il se passe ici, mais tout le monde à peur…», révèle-t-il.
Ils seraient un peu plus de 700 prisonniers politiques en Côte d’Ivoire qui vivent et assistent dans la terreur, l’impuissance et dans le silence leur mise à mort, par viol, devant toutes les organisations nationales et internationales de Droits de l’Homme. Une autre forme de torture, en plus de toutes celles que leur inflige au quotidien le régime d’Abidjan pour leur ôter toute dignité et toute humanité.

Benson Séripka

Réconciliation nationale en Guinée : « Avant de tourner la page, il faut la lire »

[Par Sékou Chérif Diallo]

Partir d’un raisonnement réducteur pour traiter une thématique aussi délicate qu’est la place de l’ethnie dans le jeu politique guinéen me semble dénué de sens, surtout quand l’initiative vient d’une personne qui est sensée appréhender le ciment sociologique des communautés guinéennes. Pour reprendre l’expression de mon professeur de sociologie, à travers cet article, « Je cherche à déconstruire le discours qui falsifie pour humilier, le discours qui divise pour rabaisser, le discours qui incite à la haine et à la violence. »

Le 25 janvier 1971, le ministre des Finances Ousmane Baldet, le secrétaire d’Etat Barry III, le ministre délégué Magassouba Moriba et le commissaire de police Keita Kara Soufiana sont pendus publiquement au pont 8 novembre de Conakry devant des écoliers. (Photo tirée de executedtoday.com)

Le 25 janvier 1971, le ministre des Finances Ousmane Baldet, le secrétaire d’Etat Barry III, le ministre délégué Magassouba Moriba et le commissaire de police Keita Kara Soufiana sont pendus publiquement au pont 8 novembre de Conakry devant des écoliers. (Photo tirée de executedtoday.com)

Des concepts comme « Oubliez le passé », « Pardonnez », « Tournez la page » sont récurrents dans les discours officiels. Mais tous font table rase sur les origines du mal qui ont négativement impacté le vivre ensemble. Loin de moi l’idée de remuer le couteau dans la plaie, mais je pars du postulat que l’appropriation de notre destin collectif nécessite une compréhension de notre passé mais aussi la reconnaissance des dérives observées. Pour reprendre l’expression de René Rémond : « Comprendre son temps est impossible à qui ignore tout du passé. Etre un contemporain, c’est aussi avoir conscience des héritages, consentis ou contestés. »

A l’instar de plusieurs pays africains, la manipulation ethnique est une réalité « malheureuse’’ en Guinée. Mais le pic a été atteint en 2010 lors de la présidentielle où les tensions ethniques ont été avivées par les acteurs politiques de façon inquiétante. Même si les discours politiques tenus publiquement fustigeant en apparence le tribalisme font croire le contraire, la dimension ethnique a toujours été une constante dans le jeu électoral guinéen. A l’échelle africaine, cette dynamique électoraliste est vivace comme en témoigne cette réflexion de Quantin dans son article intitulé Les élections en Afrique : entre rejet et institutionnalisation : « Faute de choisir des personnes ou des programmes, les électeurs africains ont souvent été capturés par des entreprises de mobilisations ethno-régionales. Celles-ci s’appuient au départ sur des mécanismes clientélistes et se renforcent grâce à l’instrumentalisation, par les politiciens, des identités locales et claniques. »

La prolifération de partis politiques en Guinée depuis l’instauration du multipartisme en avril 1992 ( de 46 en 1995 à plus de 160 en 2014) dénote, certes, un certain engouement pour la chose politique, mais elle cacherait surtout la réalité d’une géolocalisation politico-ethnique forte et préjudiciable à la construction d’une identité nationale réelle.

L’histoire de l’ethnicité dans la vie politique guinéenne est elle-même un enjeu de lutte. Des groupes ethniques qui ont toujours vécu en bonne intelligence se retrouvent pris au piège des politiques égocentriques de groupuscules. Ce point de vue se trouve conforté par cette analyse d’International Crisis Group dans un rapport publié en 2011 : « Dans chaque communauté se trouvent des gens pour faire le récit de sa victimisation, qui en cherchent (et en trouvent) des signes à travers l’histoire du pays. L’idée que la Guinée s’organise en quatre blocs ethnico-géographiques, déjà ancienne, est en train de se vulgariser, au point de devenir une clé de lecture standard des situations politiques : sur la plaine côtière, les Soussou et les groupes associés ; dans les monts du Fouta Djallon, les Peul ; dans la savane orientale, les Malinké ; dans les forêts du Sud-Est, l’ensemble disparate des Forestiers… Sur ce damier à quatre cases, les différences culturelles semblent validées par la nature et la géographie elles-mêmes. Historiens et ethnologues ont beau compliquer la donne, montrer le flou des frontières supposées, les bricolages identitaires, les circulations, les alliances, l’interethnicité, le multilinguisme, cette représentation quadripartite domine. » Cette réalité dépeinte dont la matérialité est justifiée sur plusieurs points constitue un terreau favorable à toutes formes de manipulation et de repli communautaire.

Dans un contexte où l’ethnocentrisme et le régionalisme ont été dans les faits, bien sûr, « institutionnalisés », les politiques guinéens sans exception sont tombés dans ce piège de « nous »  contre les « autres ». Certains n’hésitent pas à falsifier une partie de l’histoire pour classer les communautés en « autochtones » et en « allogènes » à des fins de divisions.
Aujourd’hui, ce réflexe identitaire est profondément ancré dans les mentalités. Des catalyseurs ? bien sûr ! Des acteurs politiques véreux en manque de projets de société à proposer sont prêts à opposer des ethnies et tirer profit des ressentiments intercommunautaires savamment stimulés. Dans un passé récent, un Peul, un Soussou, un Malinké ou un Forestier vivait partout chez lui en Guinée sans inquiétude et sans discrimination. Mais aujourd’hui, du fait des agissements des politiques, chaque ethnie voit en l’autre un ennemi juré à abattre. Cette rivalité entretenue a atteint des proportions inquiétantes où chaque nomination à des postes de responsabilités dans l’administration publique est minutieusement scrutée en établissant des statistiques ethniques (le nombre de Malinkés, de Peuls ou de Soussous promus). C’est une réalité ahurissante. Certes, l’exclusion est une pratique que je qualifie d’honteuse, surtout quand elle est labellisée au plus haut niveau de la sphère des pouvoirs publics. Les autorités actuelles de Conakry ne me diront pas le contraire. Mais, je sonne l’alarme du danger de tels réflexes au niveau sociétal. D’où la nécessité d’une politique de réconciliation pour réparer les dégâts commis par des Guinéens du fait des positions qu’ils occupaient ou occupent toujours dans la société.

Monseigneur Vincent Coulibaly et L'imam Elhadj Mamadou Saliou Camara les coprésidents de la commission de réflexion sur la réconciliation nationale en Guinée. (Photo tirée de guineelibre.com)

Monseigneur Vincent Coulibaly et L’imam Elhadj Mamadou Saliou Camara les coprésidents de la commission de réflexion sur la réconciliation nationale en Guinée. (Photo tirée de guineelibre.com)

De ce fait, je pense que la réconciliation nationale est un besoin impératif, mais elle nécessite de la méthode dans la démarche à entreprendre. Il ne suffit pas de créer des commissions aux missions ambiguës et à la démarche évasive, et s’attendre à des résultats probants. En créant en 2011 une commission de réflexion pour promouvoir la réconciliation nationale, le gouvernement guinéen, fidèle à ses habitudes, a réussi à déplacer le problème au lieu de trouver des solutions idoines. Clemenceau ne disait-il pas  : « Si vous voulez enterrer un problème, nommez une commission. » ?
D’ailleurs, l’inaction de cette commission est patente. Dans un rapport, Human Rights Watch témoigne de son scepticisme quant aux objectifs de ladite commission : « Les coprésidents par intérim ont semblé limiter leur mandat à la promotion de la réconciliation essentiellement par la prière, alors que les groupes de défense des droits humains locaux préconisaient une commission capable de faire face à l’impunité de manière significative. »
L’impunité ! Depuis l’indépendance, la gouvernance politique en Guinée est caractérisée par cette pratique. Conscient de cette réalité apparemment bien ancrée dans les mœurs politiques en Guinée, le conseil de sécurité des Nations Unies, dans une déclaration publiée en septembre 2011, réaffirmait la nécessité de surmonter le sentiment d’injustice ressenti par les différents segments de la population guinéenne. Pour établir durablement la paix en Guinée, il est donc important que les efforts de réconciliation nationale soient axés sur la lutte contre l’impunité. Ils devront être multidimensionnels et viser à rétablir d’une part, la relation entre le peuple et l’État/les forces armées et, d’autre part, les liens entre les Guinéens eux-mêmes. Loin de moi l’idée de proférer des insinuations calomnieuses envers une quelconque autorité, mais la suspicion est aujourd’hui très grande sur la véritable neutralité des membres de la commission de réconciliation. A cela, il faut reconnaître que le discours attribué aux coprésidents de ladite commission semble partir sur des a priori qui, au lieu de privilégier une approche objective dans le traitement participatif des faits, contribue plutôt à radicaliser les positions. En parcourant le fascicule introductif de la commission, je me suis posé des questions sur le bien-fondé de cette interrogation plutôt tendancieuse : « Qui prétendra avoir les mains et la conscience pures, quand les bourreaux deviennent des victimes, et quand les victimes deviennent des bourreaux, dans le cercle infernal des vengeances ? »
L’opportunité d’une telle déclaration prêterait à confusion, voire à la suspicion, comme je l’ai dit tantôt, dans la mesure où l’on semble tirer une conclusion hâtive avant même de chercher à rétablir la vérité historique. Modestement, je voudrais rappeler aux intéressés que, lorsque l’on parle de réconciliation, les notions d’arbitrage et de médiation doivent être comprises par les personnes qui sont désignées pour mener un tel processus. Ce besoin de réconciliation en Guinée peut paraître « injustifié » ou « incompréhensible » vu de l’extérieur, par son caractère – je dirai – « atypique ». A la différence d’autres pays, il ne résulte pas d’un conflit civil mais plutôt de l’effet cumulatif de plusieurs décennies de régime autoritaire et de dictature militaire qui a laissé en héritage la fracture des relations entre civils et militaires, une population qui a perdu toute confiance en ceux qui la gouvernent, des violations flagrantes des droits de l’homme et une profonde rivalité interethnique. Malheureusement, cet héritage semble se perpétuer aujourd’hui, voire s’amplifier.

Après un tel diagnostic alarmant, il me paraît opportun de souligner que la simple sollicitation d’un « Pardon » sans identification préalable des responsabilités individuelles et collectives me laisse perplexe, et d’ailleurs me paraît dénué de toute sincérité. Aujourd’hui notre positionnement est clair et s’inscrit dans la dynamique de la vérité qui débouchera sur le Pardon. Il est important de retracer les faits, de juger éventuellement les responsables et de dialoguer de bonne foi pour aboutir au Pardon. Les slogans aux relents démagogiques comme « la Guinée est une famille » ne suffiront pas à bâtir une nation forte capable de se projeter dans l’avenir en assumant de façon responsable son passé.

Je termine la première partie de cette série d’analyses par une affirmation d’un défenseur des droits de l’Homme ivoirien : « Aussi pénible soit-elle, la vérité doit être dite et les responsabilités doivent être attribuées et assumées. »

Cote d’Ivoire : les Eléphants perdent et divisent

[Par Armand IRE]

Allassane Dramane Ouattara en pleurs réconforte le gardien Copa Barry. Février 2012 à Libreville. Finale de la CAN.

Allassane Dramane Ouattara en pleurs réconforte le gardien Copa Barry. Février 2012 à Libreville. Finale de la CAN.

Dans un pays en proie à une crise politique aigue découlant de dix ans de crise politico-militaire, les plaies sont encore ouvertes et rien ne semble à priori possible pour réconcilier les ivoiriens. En tout cas la réconciliation ne passera pas par l’équipe nationale de football, pourtant si adulée autrefois. Le football facteur de rassemblement. Maxime désormais creuse et inexistante en Cote d’Ivoire.
Dimanche 12 février 2012 un tir au but s’élève dans les airs du stade de l’amitié, joyau de la coopération sino-gabonaise de Libreville. C’est le tir de l’attaquant ivoirien Yao Kouassi Gervais plus connu sous le nom de Gervinho actuel sociétaire de l’équipe italienne de l’AS ROMA. C’est la finale de la coupe d’Afrique des nations dernière édition des années paires. Si le tireur zambien réussit son tir au but, l’équipe ivoirienne ne goutera pas à un deuxième sacre en Coupe d’Afrique des Nations. Ce qui fut le cas. Au moment ou plusieurs ivoiriens s’écroulent en larmes avec à leur tête le chef de l’état Allassane Dramane Ouattara, une bonne partie jubile et poussent des cris de joie. La politique a fini par prendre le pas sur le sport. Pour les partisans du président déchu aujourd’hui emprisonné à La Haye, Laurent GBAGBO, une victoire de Didier Drogba et de ses camarades sera mise au compte de l’exécutif ivoirien actuel qui en fera une récupération politique qui divisera encore plus le pays. Les partisans de Ouattara crient au manque de patriotisme des proGBAGBO et leur enjoint de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier. Pour eux le sport est certes parfois très lié au milieu politique mais quand il s’agit de la défense du drapeau national, il faut être patriote.

Balivernes, crient les partisans du président déchu. 

Cette passe d’armes et de mots crus n’est nullement fortuite. Ceux qui observent de manière avertie, la vie socio-politique ivoirienne savent que football et politique ont toujours fait bon ménage dans la crise ivoirienne. On se souvient de ce spot publicitaire des Eléphants demandant aux protagonistes d’aller vers la paix. Didier Drogba et ses coéquipiers ont mis en exergue leurs origines ethniques diverses qui ne les empêchaient pas selon eux d’être de vrais complices sur un terrain de football. Le pouvoir ivoirien d’alors avait même accéder à la requête des joueurs ivoiriens de disputer le match de qualification de la coupe du monde de 2010 contre les scorpions de Madagascar à Bouaké fief de la rébellion ivoirienne et cela au nom de la réconciliation nationale.
Pour les inconditionnels de Laurent GBAGBO, on a nullement vu cet activisme au niveau des Éléphants depuis la tragique crise post-électorale de 2010 qui a conduit ce dernier dans les geôles de la Cour Pénale Internationale. L’équipe nationale se comporte comme si tout va bien en Cote d’Ivoire.

Éléphants de Cote d'Ivoire. Photo officielle

Éléphants de Cote d’Ivoire. Photo officielle

Malaise au sein de la Séléphanto

24 juin 2014, L’Arena Castelão ou stade Governador-Plácido-Castelo de Fortalezade dans l’État du Ceará au Brésil, nous sommes à la.78e minute du match de poule Cote d’Ivoire-Grèce, Didier Drogba qui avait été titularisé doit céder sa place au sociétaire du Fc Bale de Suisse, Sio Giovanni qui fait ses armes au sein de l’équipe. L’ancien sociétaire de Chelsea le prend très mal. A sa sortie du stade il refuse la main tendue des membres de l’encadrement technique assis sur le banc de touche et qui voulaient juste le féliciter pour sa prestation. Visiblement il en voulait à Sabri Lamouchi de l’avoir sorti pendant ces moments cruciaux ou l’équipe avait besoin de porter le danger devant les buts adverses. Le malaise dans l’équipe est profond et tentaculaire. Un vrai tunnel sans fond qui part de la décision ferme du nouveau pouvoir d’écarter Jacques Anouma de la présidence de la Fédération ivoirienne de Football-FIF- alors que son mandat courrait encore. Son crime : directeur financier de la présidence sous Laurent GBAGBO. Plusieurs habitués des vestiaires de la sélection ivoirienne confirment la profondeur des clivages au sein de la sélection. L’embauche du franco-tunisien Sabri Lamouchi comme sélectionneur n’a pas éteint l’incendie…au contraire.

Reconfort_ADO10Le choix de Lamouchi comme coach n’a jamais fait l’unanimité au sein de l’équipe et de la nation ivoirienne. Là encore la politique n’est pas loin et les connexions politico-familiales ont interféré dans le choix de cet entraîneur sorti tout droit d’une école de formation de techniciens du football et qui a eu la chance inouïe de coacher une équipe aussi expérimentée et ambitieuse que les Éléphants. Son épouse est la nièce de l’actuelle première dame ivoirienne Dominique Ouattara, ce qui explique sans doute le fait qu’il soit malgré son inexpérience l’un des entraîneurs les mieux payés au monde. Au sein du onze ivoirien les relations entre les joueurs ne sont nullement au beau fixe. La question du capitanat a exacerbé les tensions et la mésentente entre les joueurs. Après la bagarre en pleine séance d’entrainement entre deux joueurs, on a assisté lors de la coupe du monde à l’étonnante histoire du brassard entre Didier Drogba et Yaya Touré.
Une équipe mal entraînée, des joueurs qui se regardent en chiens de faïence, une nation divisée, voilà les ingrédients explosifs de la mauvaise campagne des Éléphants de Cote d’Ivoire au mondial brésilien. A tel enseigne que le FPI, parti de Laurent GBAGBO a dans un communiqué avec des mots à peine voilé assimile la sortie peu glorieuse de la « Séléphanto » à une volonté de Dieu mécontent qui selon les termes du communiqué a « parlé de manière assourdissante….au Brésil ».
Comme on le constate, en Cote d’Ivoire les Éléphants et la politique sont une paire indissociable et… perdante.

 

(Toutes les photos ont été tirées de Google)