«Les Balkans sont le pendant occidental de l’Orient»

Entretien avec Jean-Arnault Dérens, Rédacteur en chef du Courrier des Balkans

Rédacteur en chef du Courrier des Balkans, Jean-Arnault Dérens, nous livre ici sa vision de la géopolitique des Balkans, mais aussi de la politique de l’Union européenne envers cette région.  

Propos recueillis par Larbi Graïne

Commençons par ce nom de Balkans, mot pluriel se référant à une entité diverse qui présente néanmoins une unité. Unité qui renvoie à une idée de l’émiettement et de la division d’où le mot dérivé de balkanisation. Cette terminologie est-elle toujours d’actualité ?  

Je pense qu’on est là dans une pensée coloniale, le balkanisme est une variante particulière de l’orientalisme tel que le définissait l’intellectuel palestinien Edouard Saïd, c’est donc une projection de l’Occident sur un espace qui lui est extérieur. Le terme de Balkan apparaît sous la forme de Barkan pour désigner une montagne de Bulgarie, c’est la barrière turque que les Bulgares eux-mêmes appellent la Straplan. C’est en 1809 qu’un géographe allemand, August Zeune, utilise par métonymie le terme de Balkan pour désigner un espace beaucoup plus vaste, qu’on appelait jusqu’alors la Turquie d’Europe, c’est-à-dire l’ensemble des pays et des territoires qui se trouvaient en Europe mais qui faisaient partie de l’empire ottoman. Comme vous le disiez, ce terme se développe très vite en même temps qu’un autre, celui  de balkanisation, qui n’a rien d’un concept géographique, car c’est un concept politique. On est donc dans une projection mentale de l’Occident par rapport à une diversité qui est perçue par lui comme étant effectivement menaçante et dangereuse. On est dans le domaine de la géographie des représentations, non pas du réel.

Il y a eu des guerres civiles, peut-être ce mot de balkanisation a découlé de ça ?

Je pense que le problème des Balkans, c’est effectivement celui d’une entrée particulière dans la modernité politique et ce, avec l’éclatement des empires et le fait que les Balkans dès la fin du XIXe siècle deviennent un théâtre de jeu pour toutes les grandes puissances de l’époque. C’est un espace convoité par la Russie, l’Italie, la France bien évidemment, et l’empire ottoman qui, lui, pour le coup est en train de se désagréger. Toutes ces puissances trouvent des alliés parmi les peuples locaux. La tragédie de la modernité dans les Balkans, c’est d’avoir des petits peuples qui se cherchent des protecteurs ou qui sont eux-mêmes pris en protection par plus puissants qu’eux. Bien évidemment, ces peuples vont exciter les tensions qui peuvent les opposer. De ce point de vue, dans cette interaction entre des enjeux locaux et les intérêts impérialistes, les Balkans font totalement partie d’une question d’Orient qui va jusqu’au Proche-Orient, la Syrie et la péninsule arabique. En ce sens, les Balkans, sont le pendant occidental de l’Orient.

L’Europe, même celle d’avant l’Union européenne a joué un rôle dans la construction des Balkans, où en est le processus d’élargissement de l’Europe à ces pays-là ?

Nulle part. Si vous voulez, le moment où les peuples des Balkans ont pris en main leur destin, c’est l’épisode de la Yougoslavie autogestionnaire de Tito. D’ailleurs si on s’intéresse au vocabulaire, c’est le moment où on a arrêté de parler des Balkans, Tito avait débalkanisé dans les représentations l’espace yougoslave. On ne parlait que de Yougoslavie, pas d’autre chose.  Cette fédération elle-même, pour un ensemble de raisons s’est disloquée et s’est tragiquement effondrée à la fin du XXe siècle. Depuis ce moment-là, la seule perspective qui a été présentée aux Balkans, est celle de l’intégration, mais en réalité ce processus est au point mort total depuis au moins dix ans.

La Bulgarie et la Roumanie ont été intégrées en 2007, la Croatie en 2013. Mais l’intégration de la Croatie avait été promise tant de fois et autant de fois repoussée qu’il n’y avait pas moyen de faire autrement. En réalité depuis 2008, c’est-à-dire le début de la crise mondiale, le processus est totalement à l’arrêt. La Commission européenne a présenté au début du mois de février 2018, une nouvelle stratégie supposée relancer cette dynamique. Il y a quand même de quoi rigoler, quand une commission en fin de mandat propose une stratégie que bien évidemment elle ne sera pas en mesure de mettre en œuvre puisqu’il reviendra à la prochaine commission de le faire. Une prochaine commission dont la composition relève quand même du plus que du total inconnu politique.

Par contre, autre point important dans ce processus, c’est d’observer cette évolution durant les années 1990-2000 : la question européenne était un vrai clivage politique dans les Balkans, entre des forces nationalistes conservatrices qui s’opposaient à la perspective européenne, et des courants politiques pro-européens, qui pouvaient être plus ou moins libéraux ou plus ou moins socio-démocrates. Aujourd’hui on assiste quasiment dans tous les pays de la région, et principalement en Serbie, à quelque chose d’assez extraordinaire : ce sont les hypernationalistes d’hier qui sont devenus les plus grands pro-européens. Ces ultra-nationalistes fascistes sont devenus pro-européens au moment même où, en réalité, le processus d’intégration tombait en stand-by.

Le régime serbe qui est un régime prédateur de la liberté de la presse, de plus en plus autoritaire, corrompu, clientéliste ; est soutenu par Bruxelles, uniquement parce qu’il a l’intelligence de produire des éléments de langage que la capitale européenne a envie d’entendre.

C’est cela le grand drame, toute la politique européenne dans la région depuis une bonne dizaine d’années  se réduit à une seule et simple chose qui est la stabilité. L’objectif d’une société, ce n’est pas d’être stable. La stabilité est, au plus, une pré-condition et ne peut être un objectif. En plus, la stabilité telle que l’a conçoit l’Union européenne, c’est vraiment une stabilité a minima. La question est celle de redonner un sens à des projets sociaux, de remettre en mouvement les sociétés des Balkans.

On relève dans les Balkans la présence de certaines puissances internationales notamment, les États-Unis, la Russie et même la Chine, pourquoi cet intérêt pour cette région ?   

Et la Turquie, surtout il ne faut pas oublier la Turquie.

Oui c’est à dessein que je ne l’ai pas citée… 

On en revient exactement à la même situation qu’en 1900, à savoir que les Balkans sont une périphérie de l’Europe, une périphérie économique dominée, marginalisée. Il y a tout au plus de petites industries de main d’œuvre extrêmement mal payées. D’ailleurs aujourd’hui, la population des Balkans émigre massivement, elle s’enfuit. Il y a un phénomène d’exode. On est donc véritablement dans une périphérie dominée, dans une logique économique et politique. Cette périphérie dominée est un théâtre de jeu privilégié où s’entrechoquent les intérêts de grandes puissances avec des aspects différents. Pour la Chine par exemple, les Balkans, peuvent être une porte d’entrée pratique vers les marchés européens. Pour être très clair, si vous voulez acheter le port de Marseille, c’est cher. Mais le port de Cres, ce n’est pas cher. Le port de Salonique qui est en vente, ce n’est pas cher. C’est plus pratique d’acheter le port de Cres ou de Salonique que le port de Marseille ou le port de Naples, c’est aussi simple que ça.

Du point de vue de la Turquie, là, on est dans une autre logique. Les Balkans font effectivement partie de ce que la Turquie appelle son « étranger proche ». Là, il y a des débats un peu compliqués. La question est posée : est-ce que la Turquie a tourné le dos au néo-ottomanisme de l’époque de Davutoğlu (ancien 1er ministre d’Erdogan jusqu’en 2016) ? Personnellement je ne le crois pas. Je crois que même si aujourd’hui il y a des priorités stratégiques importantes comme l’espace kurde et la Syrie, il y a fondamentalement une continuité de cette politique qui avait été formée par Davutoğlu au début de l’année 2010 sur l’idée que la Turquie devait, d’une part, n’avoir aucun ennemi dans son entourage proche et surtout, d’autre part, rayonner sur toutes les régions traditionnelles turques, telles que le Caucase et les Balkans. Pour ce qui est du cas de la Russie et des États-Unis, on est sur un autre problème. Les intérêts économiques de la région sont pratiquement nuls, on est beaucoup plus dans le domaine de l’affrontement symbolique. Monter de petites provocations dans les pays baltes ou en Scandinavie, c’est bon pour faire des feuilletons sur Arte, car dans la vie réelle, ça ne marche pas, c’est un peu dangereux, tandis que ça peut se faire dans les Balkans.

Vous ne croyez pas qu’on assiste au retour d’une certaine bipolarisation entre les États-Unis et la Russie ?

Non, on est toujours dans un monde multipolaire, puisque dans les Balkans, il y a concrètement au moins parmi les acteurs, la Russie, les États-Unis qui sont très influents au Kosovo et pas seulement. Il y a aussi la Turquie, la Chine, et puis l’Union européenne qui essaye toujours de se faire entendre, même si  malheureusement sa voix porte de moins en moins, donc cela montre qu’on est bien dans un monde multipolaire.

En termes de ressources, que représentent les Balkans ?

Rien du tout. A Vélès, en Macédoine, il y a eu des petits ateliers qui ont produit des fake news assez importantes pour la campagne électorale américaine. Pour le reste, les ressources naturelles, ça ne compte pas beaucoup. Par contre, la main d’œuvre qualifiée des Balkans ; qui est elle une ressource importante, s’en va en Allemagne.

On parle aussi des Balkans comme repères des terroristes islamistes…

Alors, là, il faut être extrêmement prudent, l’islamisme radical est présent dans les régions musulmanes des Balkans, en Bosnie-Herzégovine, en Macédoine, en Albanie, au Kosovo et dans le Sandjak de Novipazar. Cela étant, ces réseaux demeurent pour tous les pays très marginaux.

Si vous prenez le nombre de volontaires partis se battre dans l’État islamique par rapport au nombre d’habitants, la Bosnie-Herzégovine arrive en tête des pays européens, mais ce chiffre n’est pas très significatif. Dans le cas du Kosovo, on sait qu’il y a 300 personnes officiellement qui sont partis se battre en Syrie, ce qui n’est pas négligeable, ça je vous l’accorde. Mais on est quand même sur des phénomènes qui concernent une petite minorité radicalisée sans influence globale sur les communautés musulmanes.

J’insiste sur le fait tout de même que la grande majorité des personnes qui pratiquent un islam radical ou de type salafiste dans les Balkans, ne sont pas du tout partisans de la violence. Il y a des villages qui ont créé des émirats salafistes, mais leurs habitants ne sont pas partisans de la violence, c’est important de bien distinguer. Les gens qui peuvent être tentés par la violence c’est vraiment la minorité de la minorité.

Quant à savoir si les Balkans peuvent servir de points de passage ou de relais : oui et non. En théorie, oui. Il y a des possibilités par les relais des diasporas balkaniques en Europe occidentale. On peut penser à des hauts lieux de salafisme européens, comme la mosquée fréquentée par les Bosniaques à Vienne. Mais il ne faut pas oublier une chose, les Balkans sont une région très contrôlée par toutes les polices locales et par les services de renseignements de tous les pays du monde. De ce point de vue, personnellement si je voudrais me cacher, ce n’est pas forcément en Bosnie-Herzégovine et au Monténégro, que je me rendrai.

 

En partenariat avec le Caffè dei giornalisti de Turin