Côte d’Ivoire : le maire de Bassam refuse de reconnaitre sa défaite

En Côte d’Ivoire, dans la ville de Bassam, les élections passent mal. Après le verdict des urnes, Georges Ezaley, le maire sortant du parti politique PDCI-RDA et candidat à sa propre succession refuse une fois de plus sa defaite.
Lors d’une conférence de presse, Maurice Kacou Guikahoué, le secrétaire exécutif du PDCI-RDA a révélé plusieurs irrégularités au Grand Bassam. Il s’agit notamment de 14 bureaux de votes traditionnels du PDCI-RDA saccagés qui comptent 6.137 électeurs inscrits, la destruction d’urnes et de bulletins par des individus non identifiés.
Ces incidents n’ont pas été pris en compte par la Commission Electorale Indépendante CEI, qui a déclaré Jean-Louis Moulot, candidat RHDP  (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, la coalition au pouvoir ) vainqueur avec 51,91% des suffrages, contre 45,72% pour George Ezaley.
Face à la Presse,  Maurice Kacou Guikahoué a annoncé que son parti, le PDCI-RDA, venait de porter un recours devant la chambre administrative pour la reprise du scrutin dans les centres où le vote a été annulé.

Pour le numéro 2 du plus vieux parti de Cote d’Ivoire, la CEI a proclamé les résultats sur la base de 35.447 inscrits alors que le collège électoral convoqué par le Président de la république est de 42.051 inscrits.

George Ezaley, lui a assuré avoir des arguments de droit pour faire invalider la victoire du candidat du RHDP.
Pour rappel, la commission électorale indépendante avait décidé de la reprise des conseillers municipaux dans plusieurs localités suite a plusieurs incident qui avaient émaillés ce scrutin. Cela conformément à ce que prescrit l’article 160 du code électoral ivoirien.

dans ,   par

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

En Côte d’Ivoire, le président de l’Assemblée nationale démissionne et rejoint l’opposition

[POLITIQUE] Le divorce est désormais consommé entre l’ancien chef rebel Guillaume Soro et Alassane Ouattara, président Ivoirien. Guillaume Soro, 46 ans, a porté Alassane Ouattara au pouvoir. A présent, il n’est plus le président de l’Assemblé Nationale de Côte d’Ivoire.

Affaire Laurent Gbagbo : terrorisme juridique à la Haye

[JUSTICE] Le 30 novembre 2011 lorsque sous l’activisme de Luis Moreno Ocampo, premier procureur de la CPI – Cour Pénale Internationale -, le pouvoir Ouattara transfère Laurent Gbagbo à la Haye, tous croient que le destin de cet homme est plié. Huit ans plus tard, il est blanchi de tous les crimes imputés. Mais coup de théâtre ! Il est toujours maintenu en détention après son acquittement total. Retour sur une harassante procédure judiciaire qui se termine par une prise d’otage de la CPI sur des personnes innocentes.

Le procureur fait appel, Laurent Gbagbo n’est pas libre

[JUSTICE INTERNATIONALE] oup de tonnerre à la Cour Pénale Internationale – CPI. Malgré leur acquittement, l’ancien Président Ivoirien Laurent Gbagbo et son ministre de la Jeunesse Charles Blé restent pour l’heure en prison. Ils devront encore attendre avant de respirer l’air de la liberté. La cour pénale Internationale ayant suspendu la libération de ces leaders politiques Ivoiriens après un nouvel appel du procureur.

En Côte d’Ivoire, une politique ethniciste, tribale et régionaliste est en place

[AFRIQUE] Dès son accession au pouvoir en 2011, le Président Ivoirien Alassane Ouattara a annoncé d’ores et déjà les couleurs de sa gouvernance à travers le rattrapage Ethnique. C’est à dire privilégier les Ivoiriens venu du nord sa région ou les citoyens Ivoirien à consonance nordique, ceux qui l’aurait porté au pouvoir.

24 et 31 décembre, deux dates cultes pour les ivoiriens

[COTE D’IVOIRE] Le 24 et le 31 Décembre, si l’un est nommé demi-finale, l’autre est perçu comme la finale. Deux jours où les Ivoiriens expriment leur joie de rentrer dans la nouvelle année. Dès l’aube, dans cette période harmattanesque où l’on peut déjà entendre le bruit assourdissant de musique dans les ménages, les rues, et même les véhicules de transports en commun, taxi et mini-car communément appelé Gbaka.