Surpise électorale : un outsider gagne les élections en République Démocratique du Congo

Félix Tshisekedi Tshilombo a été déclaré vainqueur des élections organisées le 30 décembre dernier en République Démocratique du Congo. Malgré ce délais de dix jours pour comptabilsier les votes, les résultats sont contestés. A commencer par… la France.

La Commission Électorale Indépendante a rendu public les résultats provisoires de la Présidentielle ce jeudi 09 décembre 2019.

Le vainqueur a obtenu plus de sept millions de voix, tandis que Martin Fayulu Madidi arrive en deuxième position avec plus de six millions d’électeurs, largement devant le candidat adoubé par la Président actuel Kabila. En effet, avec plus de quatre millions de voix, Emmanuel Shadary n’occupe que la troisième position.

Sans surprise, ces résultats sont contestés au sein-même du pays. Mais pas seulement.

Le Quai d’Orsay par la voix du ministre français des Affaires Étrangères interviewé chez nos confrères de Cnews n’a pas hésité à déclaré que ces résultats ne sont « pas conformes aux résultats que l’on a pu constater ici ou là« , s’appuyant sur « des vérifications » de « la conférence épiscopale du Congo qui a annoncé des résultats totalement différents« . A ce sujet, nous vous invitons à lire cet article sur le poids de l’église en République Démocratique du Congo.

Si l’on s’intéresse au programme du vainqueur, on se rend compte que le candidat n’a pas seulement fait des promesses pour « vaincre la pauvreté« . Il propose également de développer des partenariats avec l’Inde, la Chine et la Russie. De quoi bousculer la relation France-Congo.

Ces résultats ne sont d’ailleurs pas si surprenant : ces derniers jours, Félix Tshisekedi avait aussi tendu la main au Président Kabila. Emergeait même l’idée d’une rencontre entre Tshisekedi et Kabila.

Félix Tshisekedi deviendra le 5ème Président de la République Démocratique du Congo. Cette passation de pouvoir devrait ouvrir la première alternance pacifique et démocratique de l’histoire du pays. 

dans ,   par

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

Vers l’assouplissement de la double nationalité des congolais : à qui cela profite ?

[JURIDIQUE] Jusqu’à ce jour, la constitution de la République Démocratique du Congo fait de la nationalité congolaise, une nationalité unique et exclusive. Mais un moratoire (non levé) existe à l’Assemblée nationale depuis la législature de 2006 sous Vital Kamerhe, actuellement directeur de cabinet du nouveau chef de l’État de la République Félix Tshisekedi.

“Il a suffi d’un article pour que je me rende compte que je vivais dans une prison à ciel ouvert.”

[PORTRAIT] Certains sont devenus journalistes à leur insu, mais ce n’est pas le cas de Christian. Lui veut “éveiller” la population et c’est ce qu’il a fait pendant neuf ans : rétablir les faits, vérifier et informer. […] Au détour d’une phrase il explique avoir été incarcéré cinq fois lors de ses reportages et en 2014 son passeport a été confisqué par les autorités : “la routine”.

RD Congo: l’Assemblée nationale a validé la réforme politique du pays

[POLITIQUE] L’Assemblée nationale a procédé ce mercredi 13 février à la validation des mandats des nouveaux députés nationaux. C’était lors d’une cession plénière organisée au « Palais du peuple » au cours de laquelle les rapports de 26 commissions installées pour vérifier les pouvoirs des élus ont été présentés.

RD Congo : les carottes sont cuites

[POST-ÉLECTORAL] Les carottes sont cuites. Félix Tshisekedi est désormais le cinquième président de la RD Congo. Il en sera ainsi pendant son mandant de cinq ans, jusqu’en 2023. Pour autant, cela n’efface pas comme par enchantement le contentieux post-électoral, puisqu’il y en a un. Qui jure avec les « mensonges des urnes ». Celui-ci aura constitué, en droit, un cas de « jurisprudence », en matière d’élection en Afrique. Et ouvert, pour les Congolais, une plaie à vif du tribalisme.

RD Congo : « Vous avez vu le Venezuela. Ils se battent. Que personne ne vous trompe » M. Fayulu !

Martin Fayulu revendique toujours la victoire à l’éléction présidentielle du 30 décembre 2018. Autoproclamé « seul président légitime », il était en meeting à la place Sainte- Thérèse à N’djili. Face aux milliers de militants, il a appelé à la résistance.