Photographie de Port Drouet en Côte d’Ivoire, réplique de la Promenade des Anglais à Nice.

Côte d’Ivoire
L’Etat refuse d’investir des maires élus issus de l’opposition

Cinq communes en Côte d’Ivoire sont désormais gérées par des préfets. Cela, en attendant l’installation officielle de conseils municipaux, selon un communiqué du ministère de l’intérieur et de la sécurité. Boko, Grand Bassam, Rubino, Plateau et Port Bouet à Abidjan sont les communes concernées.

Le communiqué souligne que cette mesure est prise « conformément à la réglementation en vigueur » pour  les conseils n’ayant  pu être installé au 31 Décembre 2018, date d’expiration des mandats des anciens conseils.

Ces délégations spéciales sont présidées par les préfets des départements concernés, à compter du 1er Janvier 2019.

En effet, ces 5 communes, Grand-Bassam, Port Bouet et la commune du Plateau, ont en commun d’avoir été remportées par la PDCI-RDA, ex parti membre du Rassemblement pour la Démocratie et la Paix, la coalition au pouvoir. Selon les membres du PDCI-RDA, c’est pour maquiller la forfaiture que le ministère de l’intérieur a joint les communes de Boko et Rubino à cette triste liste.

On pouvait voir venir ce scénario, notamment en ce qui concerne la commune du Plateau ou le Préfet d’Abidjan qui a boycotté l’investiture du nouveau maire PDCI-RDA élu Jacques Ehouo, proclamé vainqueur par la Commission Électorale Indépendante et confirmé par le Conseil Constitutionnel. Le Préfet avait justifié son absence à cause de l’incendie la veille dans un bâtiment annexe de la mairie.

Pourtant la cérémonie d’investiture du Plateau devait se tenir dans la salle des mariages, celle salle était intacte et continuait à fonctionner. Mais le tout nouveau maire Plateau Jacques Ehouo serait dans le viseur de la police économique, tandis que l’ancien maire intérimaire du Plateau Jacques Yapi accuse le nouveau maire de corruption. En tout, plus de 10 millions d’Euros seraient détournés par la société de Jacques Ehouo par ailleurs, député de la commune du Plateau.

Dans la commune de Port Bouet, c’est le résultat d’une défaite mal digérée. Dans cette commune, c’est le Dr Emmou Sylvestre du PDCI-RDA, qui l’a emporté à 54% et plus de 7000 voix de différences entre lui et son principal rival du RHDP, le ministre Siandou Fofana. Le Dr Emmou Sylvestre avait été proclamé vainqueur par la commission électorale indépendante via le média d’Etat la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne, RTI. Le jour de la passation de charge entre l’ancienne équipe dirigeante et la nouvelle chapeautée par le Dr Emmou Sylvestre, l’équipe du nouveau maire élu a été informé de l’annulation de la passation de charge pour recours déposé par le perdant Siandou Fofana du RHDP.

A Bassam, 14 bureaux de vote traditionnels du PDCI-RDA ont été saccagés par des personnes non identifiées, ces bureaux comptent 6.137 électeurs inscrits acquis majoritairement à la cause du maire sortant PDCI-RDA George Philip Ezaley. Pourtant, la commission électorale indépendante a déclaré vainqueur Jean Louis Moulot sans tenir compte des 14 bureaux de vote.

Cette nouvelle affaire vient une plus confirmer que le RHDP et PDCI-RDA au pouvoir, alliés d’hier, ont peut-être emprunté le chemin du non-retour.

dans ,   par

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

Le journalisme d’enquête n’est pas un délit

[DÉBAT] Dès les premiers mots, le débat s’attaque aux certitudes et aux nuances. Nicolas Vescovacci prend la parole : « Sans le récuser entièrement, je ne crois pas au terme « journaliste d’investigation ». L’investigation est un terme judiciaire. Or, le journalisme n’a pas à prendre le rôle de la justice. Je préfère employer le terme de « journaliste d’enquête ». Car c’est ce que nous faisons, ni plus, ni moins. »

La protection des données personnelles : des lanceurs d’alerte et des journalistes pour l’accès à nos informations

[DÉBAT] Pendant la deuxième journée du salon “Du livre des lanceurs et des lanceurs d’alerte” à la Maison des Métallos, une discussion intitulé “Tous Sous Surveillance” lance la conversation nécessaire concernant la surveillance d’information en france.

Où en sont les huit lanceurs d’alerte condamnés pendant la présidence d’Obama?

[LIBERTÉ D’INFORMER] Au cours des deux mandats d’Obama, huit lanceurs d’alerte ont été poursuivis en justice, un nombre supérieur à ceux punis par la loi sous toutes les administrations présidentielles des États-Unis réunies. Il est important de reconnaître que ces lanceurs d’alerte n’étaient pas en désaccord avec Obama, mais ont plutôt contesté l’inconduite sous l’administration Bush. Ceci dit, le ministère de la Justice sous Obama n’a pas arrêté les poursuites pénales en cours et en a même engagé.

Cérémonie du « Bâillon d’or », une offensive contre la loi du secret des affaires

[LOI SECRET DES AFFAIRES ET LANCEURS D’ALERTE] Ce mardi 12 juin se tenait la toute première cérémonie du Baîllon d’or dans les locaux de la Bourse du Travail à Paris. Sous des airs de grandes cérémonies de remise de prix, la soirée – organisée par le SNJ CGT et le journal Fakir – vise à décerner le prix du “Baîllon d’or” au “champion de la censure”. Une nouvelle forme de manifestation visant à indiquer le danger que représente la loi de protection du secret des affaires ayant été définitivement adoptée ce jeudi 14 juin.

Lancer une alerte à l’ère du numérique

[Lanceur d’alerte] Dans un monde rythmé par des algorithmes dont le langage ne se traduit que par des 1 et des 0, le lanceur d’alerte est un nouveau type d’influenceur qui s’inscrit dans ce nouveau rapport au monde. Un simple « copier-coller » et ce sont des milliards de documents qui peuvent être transmis instantanément.