Élections en République Démocratique du Congo et banditisme d’Etat 

C’est fait. En dépit de l’éclat de la vérité des urnes, aperçu jusqu’aux extrémités de la terre, Kabila a opté pour le mensonge. Un mensonge cousu de fil blanc que seuls les schizophrènes « kabilistes » et une partie du peuple berné semblent ne pas voir. L’installation au sommet de l’Etat de Tshisekedi, ventre mou de l’opposition, en lieu et place de Fayulu, véritable vainqueur des élections, est une honte pour toute l’Afrique.

Kabila vient de réussir, encore une fois, à travers le piège qu’il a toujours tendu aux leaders de l’opposition. Celui-ci fonctionnait, d’abord, autour du poste de premier ministre sans pouvoir, il vient de se refermer, aujourd’hui, sur Tshisekedi autour de la fonction suprême. En faveur de la pérennité de la dynastie Kabila.

Il est vain de revenir sur le secret de Polichinelle, qui a entouré l’ensemble des opérations de vote. De l’entrave érigée sur le chemin de la campagne du candidat Fayulu, jusqu’aux tirs par les services de sécurité à balle réelle sur ses sympathisants, faisant des morts, en passant par l’interdiction de voter, imposée pour une partie de la République (Beni, Butembo et Yumbi). Des actes qui relèvent, sans filtre, de la théorie du complot !

Si le mauvais vin a été tiré pour le peuple congolais et pour tous les esprits épris de progrès pour une véritable démocratie en Afrique, au palais présidentiel, on ne sabre pas non plus le champagne du cru. Car, quel que soit le degré du cynisme auquel on est attaché, on ne peut ignorer ce que disait Boileau, à propos du vrai et du beau : « Rien n’est beau que le vrai, le vrai seul est aimable ».

Mais, ce n’est pas la fin de l’histoire, car la question de fond qu’une partie du peuple semble oublier est de savoir si Kabila est parti. En tout cas, la fin du régime en place, traduite par le départ de son ténor, était à la base des réclamations du peuple. Or, il n’est pas malaisé de constater que l’ancien président est toujours là, sans rien perdre de ses prérogatives. Ce sera lui le véritable chef, du fait que les forces de sécurité, et par conséquent le fonctionnement de toute l’administration, resteront à sa solde.

Alors, Tshisekedi, chef de l’Etat d’opérette ? Exactement. Pouvons-nous imaginer, un seul instant, Kabila dépouillé d’une seule once de l’ensemble de son pouvoir, pour lequel il s’est battu dix-huit ans durant ? Ne l’a-t-on pas vu habillé en tenu militaire, tout au long du processus électoral, comme pour dire qu’il était en guerre (contre qui ?), prêt à mourir pour la sauvegarde de ses prérogatives ? La partie du peuple qui s’est mise à festoyer, certainement par esprit partisan, a-t-elle pris la vraie mesure de l’imposture dans laquelle elle était traînée ?

Mais, tout est maintenant clair comme l’eau de roche. Tshisekedi et Kamerhe étaient depuis longtemps dans le jeu du pouvoir. Le retard pris dans la publication des résultats était mis à profit par le camp présidentiel pour manipuler les chiffres et parfaire les termes de l’arrangement avec le tandem des traitres.

Le régime en place – parce que nous nous trouvons dans le cas de sa continuité -, vient de réussir un véritable coup de maître : l’opposition à jamais divisée, et avec elle une partie du peuple qui s’aligne. La boucle est donc bouclée. Ainsi le cycle des manifestations est-il brisé, puisque désormais s’il y a manifestation, celle-ci sera opposée à une contre-manifestation.

Par son ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, la France est le premier pays qui vient de réagir, en disant clairement que les résultats publiés n’étaient pas conformes à la vérité. Les déclarations dans ce sens suivront, certainement, tout au long de la journée et des jours à venir.

Mais à quoi serviront-elles, puisqu’au bout du chemin de ce processus se trouve la Cour Constitutionnelle, habilitée à statuer en dernier ressort ? Une institution entièrement à la dévotion du raïs ?

Idem pour toute réclamation qui sera formulée par Martin Fayulu, exproprié de sa victoire. On est en face d’un banditisme d’Etat avéré.

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

Le journalisme d’enquête n’est pas un délit

[DÉBAT] Dès les premiers mots, le débat s’attaque aux certitudes et aux nuances. Nicolas Vescovacci prend la parole : « Sans le récuser entièrement, je ne crois pas au terme « journaliste d’investigation ». L’investigation est un terme judiciaire. Or, le journalisme n’a pas à prendre le rôle de la justice. Je préfère employer le terme de « journaliste d’enquête ». Car c’est ce que nous faisons, ni plus, ni moins. »

La protection des données personnelles : des lanceurs d’alerte et des journalistes pour l’accès à nos informations

[DÉBAT] Pendant la deuxième journée du salon “Du livre des lanceurs et des lanceurs d’alerte” à la Maison des Métallos, une discussion intitulé “Tous Sous Surveillance” lance la conversation nécessaire concernant la surveillance d’information en france.

Où en sont les huit lanceurs d’alerte condamnés pendant la présidence d’Obama?

[LIBERTÉ D’INFORMER] Au cours des deux mandats d’Obama, huit lanceurs d’alerte ont été poursuivis en justice, un nombre supérieur à ceux punis par la loi sous toutes les administrations présidentielles des États-Unis réunies. Il est important de reconnaître que ces lanceurs d’alerte n’étaient pas en désaccord avec Obama, mais ont plutôt contesté l’inconduite sous l’administration Bush. Ceci dit, le ministère de la Justice sous Obama n’a pas arrêté les poursuites pénales en cours et en a même engagé.

Cérémonie du « Bâillon d’or », une offensive contre la loi du secret des affaires

[LOI SECRET DES AFFAIRES ET LANCEURS D’ALERTE] Ce mardi 12 juin se tenait la toute première cérémonie du Baîllon d’or dans les locaux de la Bourse du Travail à Paris. Sous des airs de grandes cérémonies de remise de prix, la soirée – organisée par le SNJ CGT et le journal Fakir – vise à décerner le prix du “Baîllon d’or” au “champion de la censure”. Une nouvelle forme de manifestation visant à indiquer le danger que représente la loi de protection du secret des affaires ayant été définitivement adoptée ce jeudi 14 juin.

Lancer une alerte à l’ère du numérique

[Lanceur d’alerte] Dans un monde rythmé par des algorithmes dont le langage ne se traduit que par des 1 et des 0, le lanceur d’alerte est un nouveau type d’influenceur qui s’inscrit dans ce nouveau rapport au monde. Un simple « copier-coller » et ce sont des milliards de documents qui peuvent être transmis instantanément.