RD Congo: l’Assemblée nationale a validé la réforme politique du pays

L’Assemblée nationale a procédé ce mercredi 13 février à la validation des mandats des nouveaux députés nationaux. C’était lors d’une cession plénière organisée au « Palais du peuple » au cours de laquelle les rapports de 26 commissions installées pour vérifier les pouvoirs des élus ont été présentés.

Outre la vérification et la validation des pouvoirs, cette session extraordinaire est consacrée à l’élaboration et l’adoption du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, l’élection et l’installation des membres du bureau définitif de la chambre basse du parlement.

Le député qui fait l’objet de l’une des incompatibilités marquées dans la loi électorale doit opter, dans les huit jours suivant la validation de son mandat, entre son mandat et les autres fonctions qu’il exerce.

Gabriel Kyungu, président du bureau provisoire de l’Assemblée nationale l’a rappelé aux députés dont les pouvoirs ont été validés ce mercredi. « S’il opte pour son mandat, il en avise par lettre. A défaut de se prononcer dans le délai fixé, il est présumé avoir renoncé à exercer son mandat« , a-t-il précisé en levant la séance plénière organisée ce mercredi à l’Assemblée nationale.

L’article 77 de la loi électorale énonce qu’outre les incompatibilités aux fonctions de président de la République, de député et de sénateur prévues aux articles 96 et 108 de la constitution, selon le cas, sont incompatibles avec les fonctions électives provinciales, urbaines, communales et locales les fonctions ou mandats suivants :

  1. Membre du gouvernement
  2. Magistrat
  3. Membre du conseil économique et social, membre d’une institution d’appui à la démocratie
  4. Membre du cabinet du président de la République, du président de l’assemblée nationale, du président du Sénat, du premier ministre, des membres Gouvernement et de toute autre autorités politiques ou administratives de l’État
  5. Membre des forces armées, de la police nationale
  6. Agent de carrière des services publics de l’État
  7. Cadre politico- administratif de la territoriale, à l’exception des chefs de chefferie et de chef de groupement
  8. Mandataire public actif :
    _ Président du conseil d’administration
    _ Administrateur Délégué Général
    _ Administrateur Délégué Général adjoint
    _ Administrateur Délégué

Après la validation des pouvoirs des députés à l’Assemblée nationale mercredi 13 février 2019, nous concluons à dire que durant les 5 ans de mandat de Monsieur Félix Tshisekedi comme président de la République démocratique du Congo, il y aura un partage entre le pouvoir sortant de Monsieur Joseph Kabila (majoritaire) et la coalition Cach plateforme de Fatshi  minoritaire).

Il faut signaler ici que monsieur Kabila et sa famille politique ont bien réussi leur coup : la confirmation de leur majorité à l’Assemblée nationale est acquise ! Où ils désigneront le premier ministre selon la constitution (article 78) et leurs candidatures à la présidence de l’Assemblée nationale est favori. Donc le système Kabilie fonctionnerait sans nul doute avec un président de l’opposition sans pouvoir d’opposition, à demi-nu de force et pouvoir.

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

En Côte d’Ivoire, le président de l’Assemblée nationale démissionne et rejoint l’opposition

[POLITIQUE] Le divorce est désormais consommé entre l’ancien chef rebel Guillaume Soro et Alassane Ouattara, président Ivoirien. Guillaume Soro, 46 ans, a porté Alassane Ouattara au pouvoir. A présent, il n’est plus le président de l’Assemblé Nationale de Côte d’Ivoire.

Affaire Laurent Gbagbo : terrorisme juridique à la Haye

[JUSTICE] Le 30 novembre 2011 lorsque sous l’activisme de Luis Moreno Ocampo, premier procureur de la CPI – Cour Pénale Internationale -, le pouvoir Ouattara transfère Laurent Gbagbo à la Haye, tous croient que le destin de cet homme est plié. Huit ans plus tard, il est blanchi de tous les crimes imputés. Mais coup de théâtre ! Il est toujours maintenu en détention après son acquittement total. Retour sur une harassante procédure judiciaire qui se termine par une prise d’otage de la CPI sur des personnes innocentes.

Le procureur fait appel, Laurent Gbagbo n’est pas libre

[JUSTICE INTERNATIONALE] oup de tonnerre à la Cour Pénale Internationale – CPI. Malgré leur acquittement, l’ancien Président Ivoirien Laurent Gbagbo et son ministre de la Jeunesse Charles Blé restent pour l’heure en prison. Ils devront encore attendre avant de respirer l’air de la liberté. La cour pénale Internationale ayant suspendu la libération de ces leaders politiques Ivoiriens après un nouvel appel du procureur.

En Côte d’Ivoire, une politique ethniciste, tribale et régionaliste est en place

[AFRIQUE] Dès son accession au pouvoir en 2011, le Président Ivoirien Alassane Ouattara a annoncé d’ores et déjà les couleurs de sa gouvernance à travers le rattrapage Ethnique. C’est à dire privilégier les Ivoiriens venu du nord sa région ou les citoyens Ivoirien à consonance nordique, ceux qui l’aurait porté au pouvoir.

24 et 31 décembre, deux dates cultes pour les ivoiriens

[COTE D’IVOIRE] Le 24 et le 31 Décembre, si l’un est nommé demi-finale, l’autre est perçu comme la finale. Deux jours où les Ivoiriens expriment leur joie de rentrer dans la nouvelle année. Dès l’aube, dans cette période harmattanesque où l’on peut déjà entendre le bruit assourdissant de musique dans les ménages, les rues, et même les véhicules de transports en commun, taxi et mini-car communément appelé Gbaka.