Entrées par Anderson D. Michel

HAÏTI : La normalisation du kidnapping au sein d’un régime “je m’en foutiste”

Le phénomène de kidnapping ne cesse de gagner du terrain en Haïti, passant par les enlèvements de plusieurs personnalités publiques, comme l’ex-footballeur international haïtien Johnny Descollines ou Magdala Louis, une vendeuse de saucisses qui raconte son enlèvement à travers la presse.

L’enlèvement contre rançon du maestro Dickens Princivil et de Magdala Louis une vendeuse de saucisse que Dickens reconduisait en voiture chez elle en sortant d’une activité le dimanche 6 décembre 2020, montre à quel point Haïti devient un pays dangereux au niveau sécuritaire.

“On m’a brûlé les cheveux, les mains, les pieds avec un briquet”

Magdala Louis raconte comment elle a été torturée, “On m’a brûlé les cheveux, les mains, les pieds avec un briquet”. Les larmes aux yeux, elle affirme ne pas avoir été violée : “J’avais mes menstruations mon sang coulaient beaucoup peut être c’est cela qui les ont empêché de me violer’’. Les ravisseurs ont demandé à la famille de Magdala d’apporter une somme d’environ 700 000 euros pour sa libération.

Le maestro Dickens affirme lui ne pas avoir subi de maltraitance, et que les ravisseurs l’ont bien traité. Sachant tout de même qu’il y avait une demande de rançon d’environ 850 000 euros pour sa libération.

Il y a eu une très grande mobilisation pour la libération de ces deux otages, initiée par quelques journalistes de la radio Télé Caraïbes, mais aussi par plusieurs centaines d’internautes haïtiens sur Facebook, Instagram et d’autres plateformes en ligne.

Le Mardi 8 décembre à 1h du matin les kidnappeurs du gang ‘’400 marozo’’ ont libéré les deux otages après avoir empoché l’argent sollicité auprès des proches de chaque victime.

 

La réaction de l’ambassade américaine par rapport à l’insécurité en Haïti

 

La mise en garde de l’ambassade américaine

L’ambassade américaine en Haïti lance une alerte de sécurité pour sensibiliser ses concitoyens sur la limitation de déplacement en Haïti par rapport au phénomène de kidnapping qui ne cesse d’effrayer la population haïtienne et la communauté internationale.

L’ambassade conseille les ressortissants américains à prendre les actions suivantes :

1- Évitez certaines zones

2- Surveillez les médias locaux pour les mises à jour

3- Faites profil bas

4- Informez vos amis et votre famille de votre sécurité

5- Soyez conscient de votre environnement

6- Soyez vigilant lorsque vous visitez des banques ou des guichets automatiques

7- N’affichez pas de signes de richesse, comme le port de bijoux ou de montres coûteux

8- Soyez prudent lorsque vous marchez ou conduisez la nuit

La position du gouvernement haïtien

Pendant cette crise d’insécurité, le gouvernement ne fait rien pour améliorer cette situation. Il se préoccupe de trouver un moyen pour rester au pouvoir pendant les cinq prochaines années, en commençant par des réformes constitutionnelles, et des nominations à des postes stratégiques sans se soucier des compétences, la publication de décrets en l’absence de la chambre du sénat et des députés, ce qui est formellement interdit par la constitution selon l’ancien sénateur haïtien Steven Benoit.

L’ancien sénateur poursuit en disant que “nous allons vers la dictature, après la publication des nouveaux décrets du gouvernement dans Le Moniteur, le journal officiel de la république d’Haïti. Le président veut créer une milice connu sous l’acronyme ANI (Agence Nationale d’Intelligence) pour déstabiliser plusieurs institutions qui gèrent la sécurité et la bonne marche de l’Etat” .


D’autres articles


HAÏTI – Les actes inhumains sur de très jeunes femmes s’amplifient

20 membres du gang armé connu sous le nom « 400 marozo » ont attrapé le sida après avoir violé une jeune orpheline de 18 ans à tour de rôle. Le groupe dirigé par « Lanmò san jou » opère à Ganthier. Leur mode opératoire est connu : vol, viol, meurtre et kidnapping. Retour sur une histoire sordide qui dévoile laviolence omniprésente sur l’ïle d’Haïti. 

C’est l’histoire d’une jeune fille orpheline de 18 ans, vivant à la capitale Port au Prince. Après s’être disputé avec la dame qui l’hébergeait, elle est jetée à la rue. Le motif de dispute est simple : la jeune femme refusait de continuer la prostitution. Elle voulait s’occuper de la maison.

La prostitution pour survivre quand on nait orpheline sans avoir connu ses parents…

En Haïti, la pauvreté gangrène toute la société, à commencer par les plus faibles. Et tout le monde a besoin d’un toit pour survivre. Or, une dame lui proposa de l’héberger contre des services. Il s’agissait en faite de prostitution pour payer son loyer.

Ainsi, encore mineure, elle fut contrainte de coucher avec des personnes pour participer économiquement à la vie de la maison. Parmi ces personnes, beaucoup refusait de mettre des préservatifs. Peu importe son avis, ils abusaient d’elle sexuellement. C’est selon elle, la façon dont elle a attrapé le sida.

Il faut donc imaginer la détresse de cette jeune femme qui a fêté ses 18 ans, ne voulant plus continuer ce travail. La dame qui l’hébergeait l’ a alors mise à la porte. Seule, sans rien, la jeune orpheline est terrifiée par la nuit qui s’approche. 

Innocence et fragilité dans une ville cruelle

La jeune orpheline rencontre alors un jeune homme qui lui propose de l’héberger chez sa tante pendant quelques jours. Elle accepte en toute innocence et décide de le suivre sans la moindre hésitation.

Le jeune homme l’amène dans un lieu différent de ce qu’elle attendait. Le lieu est rempli de gens armés, des personnes bizarres, leur attitude est orageuse. Elle se rend vite comtpe « qu’ils n’en ont rien à foutre des problèmes des autres ».

En effet, la jeune orpheline se retrouve face aux membres du groupe ‘’400 marozo’’. Ils ont selon l’enquête embauché le jeune homme pour récupérer des personnes. En se servant d’une apparence de bienfaiteur, le jeune homme est rabbatteur pour le gang.

Parmi les personnes présentes, 20 membres décident de violer la jeune orpheline par groupe de 10. Les lignes qui suivent sont insoutenables, mais c’est son histoire.

Elle avoue avoir saigné, tordu de douleur, ses cris se transforment en hurlement, mais rien ne s’arrête.

Finalement, elle est relâchée, à nouveau seule et déboussolée. Elle fait alors le seul acte libre qui lui reste possible : contacter une radio haïtienne pour témoigner et partager sa détresse.

Bouleversé par ses révélations, preuves à l’appui, elle trouve enfin des personnes qui lui propose une aide bienveillante. Elle obtient un suivi médical, un logement provisoire et de l’aide pour ouvrir un petit commerce.

Mais le bilan est lourd. Le kidnapping continue de gagner du terrain comme si c’était devenu une tradition locale d’Haïti, tandis que les actes de violences sexuelles se font sentir quotidiennement dans la société haïtienne. Les plus pauvres sont les premières cibles. La situation se dégrade, les autorités n’agissent pas, la presse libre est muselée. Haîti est un si beau pays qu’on le décrit comme « l’enfer au paradis » à cause de ses très dures conditions de vie. De nombreuses jeunes femmes, qui pour beaucoup sont mineures, se retrouvent ainsi livrer à la violence la plus abjecte, dans un pays où le chaos et l’enfer règnent en maitre pour tout le monde. 


D’autres articles


HAÏTI – Les assassinats continuent alors que le président appelle à fêter Noël

Plus d’une trentaine d’actes d’assassinats, environ une vingtaine d’enlèvement contre rançon ont été recensés depuis le commencement de l’année 2020. Des cas de trafic d’organes ont été egalement constatés. Malgré ce carnage, le président d’Haiti Jovenel Moise invite la diaspora à venir fêter Noël avec leur proche.

L’année 2020 est un moment de deuil qui touche tous les secteurs de la vie nationale.

Le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, professeur et juriste, Me Monferrier Dorval, a été tué par deux projectiles à la poitrine le vendredi 28 août 2020 dans la rue Pomier, Pèlerin 5, non loin de la résidence privée du président de la République Jovenel Moïse. Cet assassinat interpelle la conscience collective sur le véritable problème d’insécurité en Haïti, sans compter plus d’une dizaine de policiers de différentes unités assassinées. Parmi eux, des commissaires du gouvernement.

Un escadron de la mort qui frappe fortement les écoliers et les universitaires

Evlyne Sincère est une jeune écolière de 22 ans. Elle a été kidnappée au dernier jour des examens de philosophie le jeudi 29 octobre 2020. Les ravisseurs ont exigé une somme de 100.000 dollars haitiens (l’équivalent de 7932 euros) avant d’accepter 15.000 dollars haitiens (soit 220 euros). Mais cela n’a pas empêché les ravisseurs d’assassiner et violer (probablement selon les constats). On a retrouvé son cadavre abandonné dans une décharge.

Il ne faut pas oublier également la mort de Jimmy Telson âgé de 17 ans après une tentative de kidnapping qui a mal tourné le mardi 17 novembre 2020. Il a été assassinée en sortant de l’école.

Grégory Saint-Hilaire, étudiant à l’École Normale Supérieure, a été tué le vendredi 2 octobre 2020 atteint au dos par un projectile d’un des agents de l’Unité de sécurité générale du Palais national. Cet assassinat a eu lieu au moment où un groupe d’étudiants tenaient un mouvement pour réclamer l’application d’un protocole d’accord signé avec le Ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP) concernant leur stage et leur nomination dans différents établissements publics. Différentes sources fournies par d’autres étudiants protestataires confirment les faits.

En parrallèle de ces meurtres, les policiers ont incendié la bibliothèque de l’École Normale Supérieure.

Insouciance du chef de l’Etat et trafic d’organes

Pendant que le président continue à faire des promesses anodines et ferme les yeux sur le grave problème d’insécurité qui ravage le pays, le trafic d’organes commence à regagner du terrain.

Rappelons qu’un policier connu sous le nom de Wildophe appartenant à un gang opérant dans le kidnapping et dans le prélèvement d’organes a été arrêté en essayant d’enlever le coeur d’une jeune fille pendant qu’elle est encore vivante. « Si je suis encore vivante c’est parce que le coeur servira à rien si on me tue avant de l’enlever. » Heureusement, ces agresseurs n’ont pas eu le temps de le faire. Le policier a été arrêté et a fourni le nom de ses complices.

Le jeudi 12 novembre 2020, on a retrouvé le corps d’un hougan (prêtre vaudou) dans des toilettes. Son ou ses agresseurs l’avaient dépecé de son coeur, de ses bras, de son foie et d’autres organes. Il ont été retrouvés chez un dénommé Pikan qui semble être l’auteur de cet horrible meurtre.

Ce Noël nous prend tout et ne donne rien. Certe Noël arrive, mais cela ne change rien à la situation politique, économique et sociale du pays. Il y a un cas de kidnapping quasiment toute les douzes heures, ainsi que des assassinats. Le père Noël ferait mieux de passer ailleur s’il tient à sa vie car cette annee les cadeaux prennent la forme de projectiles.


D’autres articles


HAÏTI – La liberté d’informer n’existe pas, jouralistes en danger

En 2019, le sénateur haïtien Jean-Marie Ralph Fethière a tiré plusieurs coups de feu en direction d’un photojournaliste. Loin d’être des coups tirés en l’air, il a touché le photojournaliste au niveau de la mâchoire. Voilà un fait qui résumé la situation actuelle d’Haïti. Pour honorer la mémoire des journalistes assassinés dont les auteurs sont impunis, ainsi que le rôle des politiques, notre journaliste haïtien réfugié à la Maison des journalistes, nous livre cet article passionant.  

La liberté d’informer en Haïti a coûté la vie à plus d’une dizaine de journalistes depuis le début du siècle.

« Le journaliste exerce librement sa profession dans le cadre de la loi » stipule la constitution haitienne de 1989, article 28.1.

Le choix d’informer dans le cadre du métier de journaliste en Haïti a toujours été dangereux. Pourtant il y a eu un espoir après la chute du régime dictatorial des Duvalier (1957-1986) qui a causé la mort de plusieurs journalistes haïtiens et poussé bon nombres d’entre eux à l’exil après avoir été maltraités, emprisonnés et violés par les bras armés du régime qu’on appelait à l’époque “Tonton macoute”.

En effet, la fin de cette dictature en 1986 conjuguée à une nouvelle Constitution, celle de 1989 qui favorise la liberté de presse, donna de l’espoir à toute l’île. Les journalistes avaient alors l’ambition de faire leur travail en toute quiétude sans risquer leur vie et celle de leur proche.

Une période cauchemardesque et angoissante pour la presse haïtienne…

Le 3 avril 2000, Jean Dominique, journaliste, commentateur politique et grand défenseur de la démocratie, est assassiné dans la cour de la station radio Haïti Inter.

Cet assassinat n’est pas anodin car Jean Dominique était l’un des journalistes les plus célèbres du pays. Ce meurtre montre a quel point tous les journalistes sont menacés et à quel point ces crimes restent impunis. Est-ce parce que la démocratie haitienne est une dictature ?

3 décembre 2001 à Petit-Goâve, c’est au tour du journaliste Brignol Lindor de radio Echo 2000 d’être assassiné. Cette fois-ci, c’est à coups de hache et de machettes. Brignol Lindor s’était engagé pour la liberté de la presse au-delà de sa passion pour la culture. 

A qui le tour ? Au journaliste et poète Jacques Roche, le 14 juillet 2005 à Delmas. Après 4 jours de kidnapping, son corps gisait par terre, troué de balles, les bras menottés, en short, torse nu.  Son cadavre portait aussi des traces de coups et de brûlures. 

En 2007 tout s’accélère, trois journalistes sont tués :

  • Le photographe indépendant Jean-Rémy Badiau le 19 janvier à Port-au-Prince
  • Alix Joseph, le 16 mai aux Gonaïves
  • L’animateur de radio François Latour, enlevé et exécuté le 22 mai à Port-au-Prince, après une demande de rançon d’environ 100.000 dollars américains.

Journalistes tués, politiques complices

De 2007 à 2020, plus de 40 journalistes sont victimes de crimes impunis. Parmi eux, il y en a qui ont été assassinés, agressés, battus, dans le cadre de leur métier de journaliste.

En Haîti, c’est finalement rien de nouveau. Cela fait plus d’un demi siècle que les politiques organisent des répressions sur les journalistes et des caballes contre certains médias.

Espoir Emmanuel Cledanor est un ancien présentateur de radio en Haïti. Témoin oculaire du meurtre de son ami Brignol, il a accepté de nous parler de ce qui a précédé le crime. C’est toute une série de menaces auxquelles son ami faisait face et toutes ces menaces venaient du pouvoir en place.

Nulle surprise de savoir que des partisans du président Jean Bertrand Aristide, selon plusieurs sources, avait lors d’une conférence de presse une semaine avant l’assassinat de Brignol, lister les gens qu’ils allaient assassiner, liste dans laquelle le nom de ce dernier s’affichait.

Jean Oriel, ancien chef de sécurité de l’ex président Jean Bertrand Aristide, nous a laissé un témoignage posthume dans lequel il raconte comment le président Aristide a planifié avec ses proches l’assassinat du journaliste Jean Dominique.

Les rapports d’enquete ont poussé la justice a dressé des mandats a l’encontre de plusieurs proches du pouvoir mais sans suite.

Souvent les journalistes haïtiens font face à des menaces réelles qui viennent des politiques. Dès que les journalistes font leur travail d’analyse et d’information, ils sont menacés. Nous n’avons pas cités tous les journalistes tués, comme Rospide Pétion, assassiné le 10 Juin 2019 ou Néhémie Joseph assassiné le 10 octobre 2019, ou encore Vladimir Legagneur disparu le 4 mars 2018…

49ème en 2013, Haïti est tombé à la 62ème place au classement de la liberté de la presse en 2020. Bien que cette place soit relativement haute puisqu’il y a 179 pays dans ce classement, la vie des journalistes haitiens est menacée dès qu’ils enquêtent et qu’ils défendent la liberté d’informer.


D’autres articles


HAÏTI – La corruption dépasse l’entendement dans l’affaire Petrocaribe

Selon le troisième rapport de la Cour supérieure des Comptes sur la gestion du fonds Petrocaribe publié le 12 août 2020, la corruption au sein des administrations publiques est à son plus haut niveau ! Cette fois, la corruption s’est attaché aux programmes d’aides sociales et éducatives ainsi qu’à des travaux d’infrastructure et de réhabilitation. L’argent du fond Petrocaribe, environ 3.8 milliards de dollars américains, a été dilapidé par les dirigeants haïtiens en toute impunité.

La Cour supérieure des Comptes, jusqu’ici très reservé quand il s’agit de condamenr l’Etat, et dont la fonction se limite à être consultative autour des questions relatives à la législation, les finances publiques et sur tous les projets de contrats, d’accords et de conventions à caractère financier ou commercial auxquels l’Etat haïtien s’engage, a sorti un troisième rapport sur la gestion des fonds Petrocaribe dans lequel le pouvoir est lié profondément à la corruption dans plusieurs dossiers.

Selon l’accord qui a été signé entre le gouvernement haïtien et le gouvernement vénézuélien en mai 2006, sous la gouvernance de l’ancien président d’Haïti René Préval de regretté mémoire, ce prêt est estimé à une somme d’environ 3,8 milliards de dollars américains sous forme de baril de pétrole qui était destinée à Haïti.

Ce capital devrait être réinvesti afin de faciliter le développement du pays et à la croissance économique. Puisqu’il s’agit d’un prêt, l’État, bénéficiaire de cet accord, se doit de rembourser au Venezuela ce montant sur 25 ans, avec un taux d’intérêt de 1% et deux ans de sursis avant le premier versement, tout en sachant qu’il y a 18 pays des caraïbes qui font partis de ce programme d’aide.


[Ils – Les plus hauts responsables politiques d’Haïti] ont créé des programmes d’aide à caractère social, éducatif et économique à travers lesquels ils ne font que détourner l’argent du fond Petrocaribe.


Au lieu de mettre cette somme au service du développement et de la croissance économique d’Haïti comme le contrat le mentionnait, les dirigeants sous la gouvernance de l’ex-président Joseph Michel Martelly (2011-2016) et de l’actuel président Jovenel Moïse (au pouvoir depuis le 7 février 2017), deux membres actifs du parti PHTK (Parti haïtien Tèt Kale), ont créé des programmes d’aide à caractère social, éducatif et économique à travers lesquels ils ne font que détourner l’argent du fond Petrocaribe.

La corruption institutionnalisée du programme maternel Ti manman cheri, un exemple parmi d’autres…

Ti manman cheri est un programme d’assistance sociale en faveur de plusieurs milliers de mères à travers tout le pays. Créé par l’ancienne administration Martelly-Lamothe, Kore Pèp, géré par le fond d’assistance économique et sociale (FAES), il fait l’objet d’une grande corruption institutionnalisée.

Selon la ministre des Affaires sociales et du Travail, Élise Gelin, sur les 121.000 mamans inscrites à ce programme, seulement 21.000 sont connues, c’est à dire référencées.

Alors, qui sont les 100.000 autres mères de famille introuvables ?

Le programme ti manman cheri a été mis sur pied en faveur des femmes ayant au moins un enfant inscrit dans une école nationale ou communautaire. La somme allouée à chaque maman dépendait du nombre d’enfants enregistrés dans les écoles affiliées au programme, et non pas du nombre d’enfants au foyer.

Le montant minimum qu’une famille pouvait recevoir par mois est de 400 HTG et le maximum 800 HTG ( soit entre 4€ et 8€ par mois).

En ce qui concerne le programme PSUGO essentiellement éducatif, selon plusieurs médias, l’ancien directeur adjoint du bureau de l’Éducation nationale, M. Ancidonis Henry, a fait passer un groupe d’adolescents pour des «directeurs d’école» afin d’obtenir des chèques de 200.000 HTG (1 500€ ) ou de 300.000 HTG (2300 €).

Le directeur impliqué dans ce scandale a pris la fuite en traversant la frontière haitiano-dominicaine grâce à la complicité d’un ancien sénateur en fonction.

A noter qu’il y a plus d’une vingtaine de programmes qui ont été institués, non dans l’idée d’apporter un peu de changement dans la vie sociale et économique, mais qui ont servi à un espace de détournement de grosses sommes d’argents (caravane, changement, de pep, gouvman an lakay et ebaucoup d’autres).

De nombreuses manifestations ont secoué le pays et des artistes et écrivains ont pris part à ces mobilisations massives (le 6, 7 et 8 juillet 2018 ainsi que le 6 et 7 février 2019) pour demander que le procès soit fait sur le dossier Petrocaribe. Mais aucune poursuite juridique n’a été initiée contre ses dirigeants corrompus.

Doit-on attendre l’arrivée d’un messie à la tête du pouvoir pour qu’un procès puisse voir le jour ?


D’autres articles