Entrées par Hamid Bouzid

Camille Laurens et Pascal Bruckner rejoignent l’Académie Goncourt

Comme convenu, les jurés du plus prestigieux prix littéraire du monde francophone, ont accueilli ce mardi 11 février 2020, les deux successeurs de Bernard Pivot et de Virginie Despentes à l’Académie Goncourt.

Les 10 jurés du Goncourt n’étaient plus que 8 après le désistement de 2 de ses membres. Plusieurs candidats étaient en lice dont Yann Moix et Daniel Pennac.

Camille Laurens est élu au sixième couvert de cette institution, en remplacement de Virginie Despentes, quant à l’essayiste Pascal Bruckner, il conquit le premier couvert, qui, il y a quelques mois seulement, appartenait encore à Bernard Pivot.

Une enseignante à Science Po membre du jury Goncourt

Camille LAURENS, pas très connu du commun des mortels, est écrivaine et romancière française, née le 6 novembre 1957 à Dijon. Cette femme de 62 ans fait partie du jury du prix Femina depuis 2007.

Après une traversée de désert qui a duré 12 ans au Maroc, où elle était enseignante, elle revient en France et publie plusieurs romans, dont Tissé par mille (2008) chez Gallimard et Celle que vous croyez (2016), oeuvre adaptée au cinéma.

Elle est, depuis 2011, enseignante à Sciences Po Paris.

11 ans avant, elle gagne simultanément le Femina et le prix Renaudot des lycéens, pour son livre Dans ce bras-là (éditions P.O.L.). Un roman traduit à plus de 25 langues. Un succès planétaire, nous dit-on.

Un philosophe controversé remplace Bernard Pivot

Quant à Pascal Bruckner, il est beaucoup plus connu comme essayiste et philosophe, parfois controversé, que comme romancier.

Agé de 71 ans, il a passé son enfance entre l’Autriche, la Suisse et la France. Lauréat du prix Renaudot en 1997 pour son livre Les voleurs de beauté (éd. Grasset) et, bien d’autres distinctions.

Outre ses activités d’écrivain, il collabore au Nouvel Obs et au journal Le Monde. Il est également éditeur chez Grasset et enseignant à l’université de New York ainsi qu’à Sciences Po.

Militant convaincu, il dénonce, dans un livre qu’il publie en 2017, Un bon fils, le passé antisémite de son père. Il évoque l’extrême violence physique exercée par son père à l’encontre de sa mère et de lui-même.

Il a aussi écrit: Le nouveau Désordre amoureux (1977) avec Alain Finkielkraut au éditions du Seuil,  Le Sanglot de l’homme blanc : Tiers-Monde, culpabilité, haine de soi en 1983, toujours au Seuil.

Chez l’éditeur Grasset, il a publié 3 livres: L’Amour du prochain en 2007, La Maison des anges, et Un an et un jour en 2018.

Interviewé par France Inter, son dernier livre « Une brève éternité – Philosophie de la longévité » est paru chez Grasset en 2019, il répond dans la vidéo ci-dessous aux questions de Lea Salamé et Nicolas Demorand.  

Le jury du prochain Goncourt est officiellement connu

Le jury des Goncourt est désormais au complet, avec 3 femmes et 7 hommes à bord.

A savoir: Françoise CHANDERNAGOR, Paule CONSTANT, Camille LAURENS, Didier DECOIN, Tahar BEN JELLOUN, Patrick RAMBAUD, Philippe CLAUDEL, Eric-Emmanuel SCHMIDT, Pascal BRUCKER et Pierre ASSOULINE.

La prochaine réunion, en présence des deux nouveaux membres aura lieu le mardi 3 mars au restaurant Drouant, siège de l’Académie Goncourt depuis 1914.


D’autres articles sur la France


Didier Decoin, nouveau président de l’Académie Goncourt – Réactions exclusives de Tahar Ben Jelloun et Philippe Claudel

Lors de leur réunion mensuelle qui se tient chaque mois au restaurant Drouant à Paris, comme le veut la tradition depuis 1914, les membres de l’académie Goncourt ont élu, presque à l’unanimité, le lundi 20 janvier 2020, Didier Decoin comme nouveau président de l’Académie.

Succédant à Bernard Pivot, Didier Decoin nous a livré ses sentiments en exclusivité, juste avant de tenir une conférence de presse qui a eu lieu à la Bibliothèque, l’un des salons chics du restaurant Drouant, établissement centenaire.

Le nouveau président du Goncourt Didier Decoin nous raconte son élection 

«C’est le plaisir d’avoir été reconnu comme un bon compagnon! C’est essentiellement ça. Ce n’est même pas une question d’autorité. J’ai présenté un projet axé, surtout, sur l’humain et les relations internationales. Il ya des grandes questions, notamment, les questions internationales, que je traiterais avec beaucoup d’attention. Je me suis présenté, après le retrait de mon ami Bernard Pivot et ça a bien marché ; je suis heureux du résultat, et le fait que je sois nommé à la tête de cette institution, c’est comme réaliser un rêve d’enfant» nous confie-t-il.

Il ajoute: «Ma collègue Françoise Chandernargor a présenté aussi un projet tout à fait recevable, basé sur les questions juridiques et administratives, qui est également important pour notre institution…»

Tahar Ben Jelloun et Philippe Claudet ont répondu à nos questions

En marge de cette rencontre, nous avons rencontré l’écrivain Tahar Ben Jelloun, lui aussi membre du jury du Goncourt. Il nous a fait quelques confidences sur le nouveau président.

«C’est un type très paisible et apaisant. Didier mérite d’être à la tête de cette mythique Académie! C’est le plus ancien parmi nous! Cela fait 25 ans qu’il est là! Il va apporter beaucoup de choses à l’institution, j’en suis persuadé!»

Quant à Philippe Claudel qui est resté dans le salon Goncourt, sirotant son Armagnac après un excellent repas, n’est pas uniquement le plus jeune représentant de cette vieille institution, c’est aussi le plus gentil et le plus avenant. 

Il se confie à l’Œil de la Maison des journalistes.

«On avait un choix difficile à faire ! Ils sont là depuis plus de vingt ans. Il faut savoir que Françoise et Didier sont les plus anciens membres de l’Académie Goncourt. Le choix a été porté sur Didier, parce qu’on voulait que l’académie soit présidé d’une façon humaniste et cordiale.

Et en même temps, l’autre candidate, qui est Françoise et qui ne démérite pas, a proposé quelque chose de différent et intéressant! Mais il ne faut tout de même pas prendre ça comme des élections politiques ou présidentielles (rires)! Françoise a présenté quelque chose, comment dirais-je, axé sur l’aspect, pas financier, mais administrative et juridique. Didier incarne, les valeurs de cette académie.»

«Ce que je veux dire aussi de primordial, c’est que l’académie Goncourt est plus forte que nous tous! Nous on passe et l’académie reste. Françoise, Bernard, Virginie, Didier ou moi, on passe. Cela fait plus d’un siècle qu’elle existe! On est juste là pour la servir et non pas pour se servir d’elle!» conclut l’auteur de L’archipel du Chien.

Qui remplacera Virginie Despentes et Bernard Pivot au jury du Goncourt? 

Tahar Ben Jelloun, le lauréat du prix Goncourt « La Nuit sacrée » de 1987 avoue: «On cherche encore! On n’en trouve pas! Vous savez; c’est difficile de trouver des gens qui vont travailler tout le temps. Il faut trouver le temps pour lire et écrire! Et ce n’est pas une mince affaire!»

À notre question s’il y avait des noms qui se profilaient à l’horizon ? «Pour l’instant je n’ai pas de noms à vous avancer. On le saura le 11 février 2020 lors de notre prochaine réunion qui se tiendra ici chez Drouant.»

Certaines rumeurs dont nous ne pouvons prouver le fondement murmure les noms de Yann moix et Daniel Pennac pour remplacer Bernard Pivot et Virginie Despentes !


D’autres articles sur la France


Les coulisses des Goncourt

[PRIX GONCOURT] Le Drouant & le Goncourt : une association qui dure. Les dix jurés des Goncourt viennent chaque premier mardi du mois pour leur déjeuner et leur réunion mensuelle et ce, depuis 1914 dans le restaurant nommé Drouant. Exceptés les mois de juillet et d’août. Découvrez les coulisses du plus grand prix français consacré à la littérature. 

« La non-violence ne s’est jamais traduite par de la passivité ou de la faiblesse »

Chargé de porter le message de son grand père, à travers le monde, Arun Manilal Gandhi, petit fils de Ghandi et fondateur du Ghandi Worldwide Education Institute est en ce moment en tournée dans 22 pays pour la promotion de son neuvième livre intitulé «Le pouvoir de la colère», traduit de l’anglais au français par les éditions Marabout. Rencontré le dimanche dernier, près de l’hôtel Edward 7, où il a séjourné pendant quelques jours, il nous a accordé une interview express que nous voulons vous livrer.