Réconciliation nationale en Guinée : « Avant de tourner la page, il faut la lire »

[Par Sékou Chérif Diallo]

Partir d’un raisonnement réducteur pour traiter une thématique aussi délicate qu’est la place de l’ethnie dans le jeu politique guinéen me semble dénué de sens, surtout quand l’initiative vient d’une personne qui est sensée appréhender le ciment sociologique des communautés guinéennes. Pour reprendre l’expression de mon professeur de sociologie, à travers cet article, « Je cherche à déconstruire le discours qui falsifie pour humilier, le discours qui divise pour rabaisser, le discours qui incite à la haine et à la violence. »

Le 25 janvier 1971, le ministre des Finances Ousmane Baldet, le secrétaire d’Etat Barry III, le ministre délégué Magassouba Moriba et le commissaire de police Keita Kara Soufiana sont pendus publiquement au pont 8 novembre de Conakry devant des écoliers. (Photo tirée de executedtoday.com)

Le 25 janvier 1971, le ministre des Finances Ousmane Baldet, le secrétaire d’Etat Barry III, le ministre délégué Magassouba Moriba et le commissaire de police Keita Kara Soufiana sont pendus publiquement au pont 8 novembre de Conakry devant des écoliers. (Photo tirée de executedtoday.com)

Des concepts comme « Oubliez le passé », « Pardonnez », « Tournez la page » sont récurrents dans les discours officiels. Mais tous font table rase sur les origines du mal qui ont négativement impacté le vivre ensemble. Loin de moi l’idée de remuer le couteau dans la plaie, mais je pars du postulat que l’appropriation de notre destin collectif nécessite une compréhension de notre passé mais aussi la reconnaissance des dérives observées. Pour reprendre l’expression de René Rémond : « Comprendre son temps est impossible à qui ignore tout du passé. Etre un contemporain, c’est aussi avoir conscience des héritages, consentis ou contestés. »

A l’instar de plusieurs pays africains, la manipulation ethnique est une réalité « malheureuse’’ en Guinée. Mais le pic a été atteint en 2010 lors de la présidentielle où les tensions ethniques ont été avivées par les acteurs politiques de façon inquiétante. Même si les discours politiques tenus publiquement fustigeant en apparence le tribalisme font croire le contraire, la dimension ethnique a toujours été une constante dans le jeu électoral guinéen. A l’échelle africaine, cette dynamique électoraliste est vivace comme en témoigne cette réflexion de Quantin dans son article intitulé Les élections en Afrique : entre rejet et institutionnalisation : « Faute de choisir des personnes ou des programmes, les électeurs africains ont souvent été capturés par des entreprises de mobilisations ethno-régionales. Celles-ci s’appuient au départ sur des mécanismes clientélistes et se renforcent grâce à l’instrumentalisation, par les politiciens, des identités locales et claniques. »

La prolifération de partis politiques en Guinée depuis l’instauration du multipartisme en avril 1992 ( de 46 en 1995 à plus de 160 en 2014) dénote, certes, un certain engouement pour la chose politique, mais elle cacherait surtout la réalité d’une géolocalisation politico-ethnique forte et préjudiciable à la construction d’une identité nationale réelle.

L’histoire de l’ethnicité dans la vie politique guinéenne est elle-même un enjeu de lutte. Des groupes ethniques qui ont toujours vécu en bonne intelligence se retrouvent pris au piège des politiques égocentriques de groupuscules. Ce point de vue se trouve conforté par cette analyse d’International Crisis Group dans un rapport publié en 2011 : « Dans chaque communauté se trouvent des gens pour faire le récit de sa victimisation, qui en cherchent (et en trouvent) des signes à travers l’histoire du pays. L’idée que la Guinée s’organise en quatre blocs ethnico-géographiques, déjà ancienne, est en train de se vulgariser, au point de devenir une clé de lecture standard des situations politiques : sur la plaine côtière, les Soussou et les groupes associés ; dans les monts du Fouta Djallon, les Peul ; dans la savane orientale, les Malinké ; dans les forêts du Sud-Est, l’ensemble disparate des Forestiers… Sur ce damier à quatre cases, les différences culturelles semblent validées par la nature et la géographie elles-mêmes. Historiens et ethnologues ont beau compliquer la donne, montrer le flou des frontières supposées, les bricolages identitaires, les circulations, les alliances, l’interethnicité, le multilinguisme, cette représentation quadripartite domine. » Cette réalité dépeinte dont la matérialité est justifiée sur plusieurs points constitue un terreau favorable à toutes formes de manipulation et de repli communautaire.

Dans un contexte où l’ethnocentrisme et le régionalisme ont été dans les faits, bien sûr, « institutionnalisés », les politiques guinéens sans exception sont tombés dans ce piège de « nous »  contre les « autres ». Certains n’hésitent pas à falsifier une partie de l’histoire pour classer les communautés en « autochtones » et en « allogènes » à des fins de divisions.
Aujourd’hui, ce réflexe identitaire est profondément ancré dans les mentalités. Des catalyseurs ? bien sûr ! Des acteurs politiques véreux en manque de projets de société à proposer sont prêts à opposer des ethnies et tirer profit des ressentiments intercommunautaires savamment stimulés. Dans un passé récent, un Peul, un Soussou, un Malinké ou un Forestier vivait partout chez lui en Guinée sans inquiétude et sans discrimination. Mais aujourd’hui, du fait des agissements des politiques, chaque ethnie voit en l’autre un ennemi juré à abattre. Cette rivalité entretenue a atteint des proportions inquiétantes où chaque nomination à des postes de responsabilités dans l’administration publique est minutieusement scrutée en établissant des statistiques ethniques (le nombre de Malinkés, de Peuls ou de Soussous promus). C’est une réalité ahurissante. Certes, l’exclusion est une pratique que je qualifie d’honteuse, surtout quand elle est labellisée au plus haut niveau de la sphère des pouvoirs publics. Les autorités actuelles de Conakry ne me diront pas le contraire. Mais, je sonne l’alarme du danger de tels réflexes au niveau sociétal. D’où la nécessité d’une politique de réconciliation pour réparer les dégâts commis par des Guinéens du fait des positions qu’ils occupaient ou occupent toujours dans la société.

Monseigneur Vincent Coulibaly et L'imam Elhadj Mamadou Saliou Camara les coprésidents de la commission de réflexion sur la réconciliation nationale en Guinée. (Photo tirée de guineelibre.com)

Monseigneur Vincent Coulibaly et L’imam Elhadj Mamadou Saliou Camara les coprésidents de la commission de réflexion sur la réconciliation nationale en Guinée. (Photo tirée de guineelibre.com)

De ce fait, je pense que la réconciliation nationale est un besoin impératif, mais elle nécessite de la méthode dans la démarche à entreprendre. Il ne suffit pas de créer des commissions aux missions ambiguës et à la démarche évasive, et s’attendre à des résultats probants. En créant en 2011 une commission de réflexion pour promouvoir la réconciliation nationale, le gouvernement guinéen, fidèle à ses habitudes, a réussi à déplacer le problème au lieu de trouver des solutions idoines. Clemenceau ne disait-il pas  : « Si vous voulez enterrer un problème, nommez une commission. » ?
D’ailleurs, l’inaction de cette commission est patente. Dans un rapport, Human Rights Watch témoigne de son scepticisme quant aux objectifs de ladite commission : « Les coprésidents par intérim ont semblé limiter leur mandat à la promotion de la réconciliation essentiellement par la prière, alors que les groupes de défense des droits humains locaux préconisaient une commission capable de faire face à l’impunité de manière significative. »
L’impunité ! Depuis l’indépendance, la gouvernance politique en Guinée est caractérisée par cette pratique. Conscient de cette réalité apparemment bien ancrée dans les mœurs politiques en Guinée, le conseil de sécurité des Nations Unies, dans une déclaration publiée en septembre 2011, réaffirmait la nécessité de surmonter le sentiment d’injustice ressenti par les différents segments de la population guinéenne. Pour établir durablement la paix en Guinée, il est donc important que les efforts de réconciliation nationale soient axés sur la lutte contre l’impunité. Ils devront être multidimensionnels et viser à rétablir d’une part, la relation entre le peuple et l’État/les forces armées et, d’autre part, les liens entre les Guinéens eux-mêmes. Loin de moi l’idée de proférer des insinuations calomnieuses envers une quelconque autorité, mais la suspicion est aujourd’hui très grande sur la véritable neutralité des membres de la commission de réconciliation. A cela, il faut reconnaître que le discours attribué aux coprésidents de ladite commission semble partir sur des a priori qui, au lieu de privilégier une approche objective dans le traitement participatif des faits, contribue plutôt à radicaliser les positions. En parcourant le fascicule introductif de la commission, je me suis posé des questions sur le bien-fondé de cette interrogation plutôt tendancieuse : « Qui prétendra avoir les mains et la conscience pures, quand les bourreaux deviennent des victimes, et quand les victimes deviennent des bourreaux, dans le cercle infernal des vengeances ? »
L’opportunité d’une telle déclaration prêterait à confusion, voire à la suspicion, comme je l’ai dit tantôt, dans la mesure où l’on semble tirer une conclusion hâtive avant même de chercher à rétablir la vérité historique. Modestement, je voudrais rappeler aux intéressés que, lorsque l’on parle de réconciliation, les notions d’arbitrage et de médiation doivent être comprises par les personnes qui sont désignées pour mener un tel processus. Ce besoin de réconciliation en Guinée peut paraître « injustifié » ou « incompréhensible » vu de l’extérieur, par son caractère – je dirai – « atypique ». A la différence d’autres pays, il ne résulte pas d’un conflit civil mais plutôt de l’effet cumulatif de plusieurs décennies de régime autoritaire et de dictature militaire qui a laissé en héritage la fracture des relations entre civils et militaires, une population qui a perdu toute confiance en ceux qui la gouvernent, des violations flagrantes des droits de l’homme et une profonde rivalité interethnique. Malheureusement, cet héritage semble se perpétuer aujourd’hui, voire s’amplifier.

Après un tel diagnostic alarmant, il me paraît opportun de souligner que la simple sollicitation d’un « Pardon » sans identification préalable des responsabilités individuelles et collectives me laisse perplexe, et d’ailleurs me paraît dénué de toute sincérité. Aujourd’hui notre positionnement est clair et s’inscrit dans la dynamique de la vérité qui débouchera sur le Pardon. Il est important de retracer les faits, de juger éventuellement les responsables et de dialoguer de bonne foi pour aboutir au Pardon. Les slogans aux relents démagogiques comme « la Guinée est une famille » ne suffiront pas à bâtir une nation forte capable de se projeter dans l’avenir en assumant de façon responsable son passé.

Je termine la première partie de cette série d’analyses par une affirmation d’un défenseur des droits de l’Homme ivoirien : « Aussi pénible soit-elle, la vérité doit être dite et les responsabilités doivent être attribuées et assumées. »

Cote d’Ivoire : les Eléphants perdent et divisent

[Par Armand IRE]

Allassane Dramane Ouattara en pleurs réconforte le gardien Copa Barry. Février 2012 à Libreville. Finale de la CAN.

Allassane Dramane Ouattara en pleurs réconforte le gardien Copa Barry. Février 2012 à Libreville. Finale de la CAN.

Dans un pays en proie à une crise politique aigue découlant de dix ans de crise politico-militaire, les plaies sont encore ouvertes et rien ne semble à priori possible pour réconcilier les ivoiriens. En tout cas la réconciliation ne passera pas par l’équipe nationale de football, pourtant si adulée autrefois. Le football facteur de rassemblement. Maxime désormais creuse et inexistante en Cote d’Ivoire.
Dimanche 12 février 2012 un tir au but s’élève dans les airs du stade de l’amitié, joyau de la coopération sino-gabonaise de Libreville. C’est le tir de l’attaquant ivoirien Yao Kouassi Gervais plus connu sous le nom de Gervinho actuel sociétaire de l’équipe italienne de l’AS ROMA. C’est la finale de la coupe d’Afrique des nations dernière édition des années paires. Si le tireur zambien réussit son tir au but, l’équipe ivoirienne ne goutera pas à un deuxième sacre en Coupe d’Afrique des Nations. Ce qui fut le cas. Au moment ou plusieurs ivoiriens s’écroulent en larmes avec à leur tête le chef de l’état Allassane Dramane Ouattara, une bonne partie jubile et poussent des cris de joie. La politique a fini par prendre le pas sur le sport. Pour les partisans du président déchu aujourd’hui emprisonné à La Haye, Laurent GBAGBO, une victoire de Didier Drogba et de ses camarades sera mise au compte de l’exécutif ivoirien actuel qui en fera une récupération politique qui divisera encore plus le pays. Les partisans de Ouattara crient au manque de patriotisme des proGBAGBO et leur enjoint de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier. Pour eux le sport est certes parfois très lié au milieu politique mais quand il s’agit de la défense du drapeau national, il faut être patriote.

Balivernes, crient les partisans du président déchu. 

Cette passe d’armes et de mots crus n’est nullement fortuite. Ceux qui observent de manière avertie, la vie socio-politique ivoirienne savent que football et politique ont toujours fait bon ménage dans la crise ivoirienne. On se souvient de ce spot publicitaire des Eléphants demandant aux protagonistes d’aller vers la paix. Didier Drogba et ses coéquipiers ont mis en exergue leurs origines ethniques diverses qui ne les empêchaient pas selon eux d’être de vrais complices sur un terrain de football. Le pouvoir ivoirien d’alors avait même accéder à la requête des joueurs ivoiriens de disputer le match de qualification de la coupe du monde de 2010 contre les scorpions de Madagascar à Bouaké fief de la rébellion ivoirienne et cela au nom de la réconciliation nationale.
Pour les inconditionnels de Laurent GBAGBO, on a nullement vu cet activisme au niveau des Éléphants depuis la tragique crise post-électorale de 2010 qui a conduit ce dernier dans les geôles de la Cour Pénale Internationale. L’équipe nationale se comporte comme si tout va bien en Cote d’Ivoire.

Éléphants de Cote d'Ivoire. Photo officielle

Éléphants de Cote d’Ivoire. Photo officielle

Malaise au sein de la Séléphanto

24 juin 2014, L’Arena Castelão ou stade Governador-Plácido-Castelo de Fortalezade dans l’État du Ceará au Brésil, nous sommes à la.78e minute du match de poule Cote d’Ivoire-Grèce, Didier Drogba qui avait été titularisé doit céder sa place au sociétaire du Fc Bale de Suisse, Sio Giovanni qui fait ses armes au sein de l’équipe. L’ancien sociétaire de Chelsea le prend très mal. A sa sortie du stade il refuse la main tendue des membres de l’encadrement technique assis sur le banc de touche et qui voulaient juste le féliciter pour sa prestation. Visiblement il en voulait à Sabri Lamouchi de l’avoir sorti pendant ces moments cruciaux ou l’équipe avait besoin de porter le danger devant les buts adverses. Le malaise dans l’équipe est profond et tentaculaire. Un vrai tunnel sans fond qui part de la décision ferme du nouveau pouvoir d’écarter Jacques Anouma de la présidence de la Fédération ivoirienne de Football-FIF- alors que son mandat courrait encore. Son crime : directeur financier de la présidence sous Laurent GBAGBO. Plusieurs habitués des vestiaires de la sélection ivoirienne confirment la profondeur des clivages au sein de la sélection. L’embauche du franco-tunisien Sabri Lamouchi comme sélectionneur n’a pas éteint l’incendie…au contraire.

Reconfort_ADO10Le choix de Lamouchi comme coach n’a jamais fait l’unanimité au sein de l’équipe et de la nation ivoirienne. Là encore la politique n’est pas loin et les connexions politico-familiales ont interféré dans le choix de cet entraîneur sorti tout droit d’une école de formation de techniciens du football et qui a eu la chance inouïe de coacher une équipe aussi expérimentée et ambitieuse que les Éléphants. Son épouse est la nièce de l’actuelle première dame ivoirienne Dominique Ouattara, ce qui explique sans doute le fait qu’il soit malgré son inexpérience l’un des entraîneurs les mieux payés au monde. Au sein du onze ivoirien les relations entre les joueurs ne sont nullement au beau fixe. La question du capitanat a exacerbé les tensions et la mésentente entre les joueurs. Après la bagarre en pleine séance d’entrainement entre deux joueurs, on a assisté lors de la coupe du monde à l’étonnante histoire du brassard entre Didier Drogba et Yaya Touré.
Une équipe mal entraînée, des joueurs qui se regardent en chiens de faïence, une nation divisée, voilà les ingrédients explosifs de la mauvaise campagne des Éléphants de Cote d’Ivoire au mondial brésilien. A tel enseigne que le FPI, parti de Laurent GBAGBO a dans un communiqué avec des mots à peine voilé assimile la sortie peu glorieuse de la « Séléphanto » à une volonté de Dieu mécontent qui selon les termes du communiqué a « parlé de manière assourdissante….au Brésil ».
Comme on le constate, en Cote d’Ivoire les Éléphants et la politique sont une paire indissociable et… perdante.

 

(Toutes les photos ont été tirées de Google)

QUI METTRA FIN AUX ATROCITÉS DANS LE KATANGA?

[Par KIKI, journaliste-photographe reporter du peuple, chroniqueur animateur socioculturel, pédagogue linguiste et défenseur des droits humains (*)]

Pour ceux qui ne connaissent pas le Katanga, il s’agit tout simplement d’une province très riche en ressources minières qui est située dans le sud de la République Démocratique du Congo. La ville de Lubumbashi est le chef-lieu de cette province, sa plus grande partie se trouve dans la République de la Zambie. Le Katanga partage ses frontières avec les provinces zambiennes de Luapula, du Copperbelt et du Nord-Ouest; elles ont d’ailleurs beaucoup en commun: mêmes tributs, mêmes langues locales, coutumes et cultures similaires. Par contre la langue officielle est différente : au Katanga, c’est le français belge, et en Zambie, c’est l’anglais. Enfin le Katanga partage aussi ses frontières avec l’Angola au sud.

monusco

La Monusco en Katanga (Photo tirée par http://fr.africatime.com/)

L’Histoire du Katanga est longue, mais en un mot, la partie qui nous intéresse n’a pas commencée aujourd’hui. C’est une histoire qui date de l’époque coloniale belge et qui a toujours entrainé des violations massives des droits de l’Homme et des droits humanitaires. Les colonisateurs belges avaient accordé son indépendance à la R.D.C. en 1960, avec comme premier président Kasa-Vubu, et comme Premier ministre Patrice Lumumba, mais le Katanga fit sécession et devint un pays à part entière en 1961, avec comme premier président Moise Tshombe, d’où la confusion totale. Enfin a lieu le coup d’Etat du général Mobutu, qui finira par faire exécuter illégalement et d’une façon très inhumaine le fameux Premier ministre socialiste de la R.D.C. Patrice Lumumba au Katanga. Enfin, il mettra fin à la sécession du Katanga et le rattachera à la R.D.C comme province de la R.D.C.

Depuis lors, le peuple du Katanga n’a jamais connu une paix permanente. Il y eu encore des violations des droits de l’Homme, des tensions et des guerres civiles dans les années 1990 et 1996, entre le peuple kasaïen « Bilulu » du fameux politicien Tshisekedi wa Mulumba et le peuple katangais « Batoto ya maman » avec le fameux politicien Baba Kyungu wa Kumwanza. Maintenant, une chose surprend : le président « Mzee » Kabila, l’homme qui a renversé le maréchal Mobutu, est originaire du Katanga. Alors, si celui qui est au pouvoir est le vrai fils de Kabila, pourquoi ne parvient-il pas à trouver une solution aux problèmes des Katangais?

Récemment, en 2013, il y a eu des tueries entre les sécessionnistes rebelles Maï-Maï katangais et les forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC). On a assisté à une violation répétée des droits de l’Homme : enrôlement par la force d’enfants soldats, viols de femmes, tortures de suspects civiles et de journalistes innocents accusés de collaborer avec les leaders sécessionnistes katangais exilés en Zambie, ainsi qu’avec des ex-gendarmes katangais réfugiés en Angola.

Malgré la présence de la MONUSCO (La Police de la Mission de l’ONU pour la Stabilisation en République démocratique du Congo ), le peuple innocent souffre, accablé par la faim parce que ses champs et ses maisons ont été brûlés, soit par les soldats du gouvernement (soi-disant, c’est vous qui soutenez les rebelles sécessionnistes katangais), soit par les rebelles sécessionnistes parce que vous refusez de nous soutenir pour libérer le Katanga.

Le peuple est victime de fréquentes violations des droits humains, commises aussi bien par les forces gouvernementales que par des groupes rebelles ou sécessionnistes armées ou non armées katangais.

katanga

La province du Katanga, qui est située dans le sud de la République Démocratique du Congo.

Pendant la déclaration de la sécession du Katanga à Lubumbashi figuraient notamment parmi les atteintes aux droits humains : les assassinats de civils (hommes, femmes et enfants) non armés et innocents, les accusations infondées, les arrestations et détentions injustifiables, les tortures, les viols des jeunes filles et femmes innocentes et vulnérables, la répression de la presse libre et indépendante, la torture des journalistes indépendants, les mauvais traitements dans des centres de détention non-officiels administrés par des services de sécurité indépendants et hors de tout contrôle de l’autorité judiciaire, et surtout la persécution des défenseurs des droits humains et la persécution de journalistes.

La liberté de la presse, celle qui dénonce et informe la communauté internationale pour que celle-ci puisse agir et délivrer des mandats d’arrêt internationaux (comme par exemple dans le cas de Jean-Pierre Bemba Gombo), n’existe pas. Certains soldats du gouvernement disent : « si tu me filmes ou si tu prends une photo de moi, je te tue, toi, et toute ta famille. Moi, je ne suis pas ton grand-père! ». Ainsi, la liberté de la presse est menacée et la presse elle-même est accusée de soutenir la sécession du Katanga.

Voilà. Ce qui est important, c’est de savoir pourquoi le peuple katangais veut la sécession du Katanga. Cela ne sert à rien de s’entre-tuer. Souvent, ce sont les femmes et les enfants innocents qui en souffrent le plus avec les violations des droits de l’Homme. Alors c’est à vous, vous la communauté internationale, l’Union Africaine, l’ONU, la SADC. Vous êtes informés. Quelles sont vos réactions? Le peuple katangais a besoin de votre intervention rapide…

 

(*) Ceux qui veulent faire des commentaires ou m’informer pour que je puisse informer aussi les autres, écrivez à KIKI.voixdupeuple @ gmail . com 

Cameroun : Un journaliste-écrivain dans les geôles de Paul Biya

Arrêté le 22 novembre 2011, au retour d’un voyage en Asie, le prolixe journaliste-écrivain fondateur de l’association des écrivains du Cameroun est incarcéré à la prison centrale de Kodengui. Kodengui, commune éponyme de la capitale du plus important état de l’Afrique centrale, Yaoundé. Enoh Meyomesse a été condamné par un tribunal militaire à 7 ans de prison ferme pour un délit de droit commun. Comment et pourquoi en est-on arrivé là ?! Enquête.

[Par Armand Iré]

Enoh Meyomesse

Enoh Meyomesse

Enoh Meyomesse est un écrivain et homme politique camerounais né il y a plus de 50 ans dans un patelin du centre de son pays. Il est de la même ethnie que le président camerounais Paul Biya, Bulu. Universitaire ayant fait ses études à Strasbourg et à l’université de Paris II, il a milité dans divers mouvements d’étudiants africains de l’époque dont la turbulente Fédération des Etudiants de l’Afrique noire Francophone -FEANF-.

Enoh Meyomesse était candidat à la présidentielle du 9 octobre 2001 au Cameroun. Ce n’était pas sa première élection, puisqu’il avait été candidat aux législatives de 1997. Créateur du PARENA, un parti politique camerounais, il est connu pour sa farouche opposition au régime plus que trentenaire de Yaoundé.

Cette affaire qui lui vaut aujourd’hui une privation de liberté pour bien longtemps commence mi-novembre 2011. Enoh Meyomesse découvre dans son village une exploitation artisanale d’or. Il mandate alors certaines personnes pour faire une réelle prospection et établit un contact avec des investisseurs de Singapour qui l’invitent dans la Mecque des affaires, en Asie. De sources crédibles tout se passe bien à Singapour d’où il revient le 22 décembre 2011. Lorsqu’il descend de l’avion il est « accueilli » par un important dispositif de gendarmes qui le mettent aux arrêts sans sommation après avoir perquisitionné deux jours auparavant son domicile sans mandat. C’est une photo prise à son domicile lors de cette fouille, qu’un des lieutenants de gendarmerie brandira à l’aéroport pour pouvoir l’identifier. Sur le champ Enoh est accusé de coup d’Etat et de braquage car selon la gendarmerie, un vol d’environ 1000 kg d’or et des numéraires a été commis en l’encontre de coréens exploitants d’une mine d’or à Bertoua dans l’Est du Cameroun. Aucun des gendarmes et de leurs supérieurs, joints par plusieurs sources, ne diront jamais exactement la date de braquage.
Après avoir arrêté un certain Manda Bernard, ami de Enoh Meyomesse, sollicité par ce dernier pour une infime aide financière dans le cadre de cette prospection aurifère, les « limiers » de la gendarmerie camerounaise remontent leur piste (?) pour mettre la main sur un autre compagnon d’Enoh et finalement sur lui-même à son retour d’un voyage à l’extérieur du Cameroun comme nous l’avons écrit au début de cet article.

La longue instruction
Transféré au secrétariat d’Etat à la Défense, le fameux SED, lieu de détention de plusieurs pontes déchus du système Biya, Enoh subit sans avocat des heures d’interrogatoire avant d’être envoyé à Bertoua. Il passera plusieurs semaines, plus précisément 30 jours, dans une cellule exigüe, sans droit de visite ou même la possibilité de parler à un avocat. Selon ses dires rapportés par un journaliste de la presse local, il a été sommé de trouver une certaine somme d’argent pour que l’affaire puisse « être étouffée » comme le lui ont dit les hommes du commandant de la légion-est de la gendarmerie camerounaise. Détenu en secret, il est renvoyé à Yaoundé lorsque la presse ébruite sa détention. Commence pour lui une longue instruction judiciaire qui durera 11 mois. Le 14 décembre 2012 après cinq audiences qui ont duré des mois, accusé finalement de complicité de vol d’or et de braquage alors qu’il était absent du Cameroun aux moment des faits, Enoh Meyomesse va écoper de sept ans de prison fermes assortis d’une amande de 200.000 CFA (environ 305 euros). Cette peine sera confirmée en audience le 27 décembre 2012.

Mobilisation
Depuis l’incarcération de l’écrivain, ses amis n’ont eu cesse de crier à l’injustice. Ils ont dénoncé l’habile maquillage juridique pour « camoufler cette affaire politique en une vulgaire affaire de droit commun » lance la présidente du comité de soutien à Enoh-CLE(Collectif pour la Libération d’Enoh)-, Bergeline Domou. Cette dernière, femme politique camerounaise, a failli perdre sa liberté dans cette affaire. C’est elle et Patrice Nganang écrivain d’origine camerounaise vivant aux Etats-Unis et président de l’association Tribunal Article 53, du nom de cet article de la Constitution camerounaise, qui exempte de toutes poursuites les hautes autorités de ce pays pour des crimes commis dans l’exercice de leurs fonctions. Elle, Bergeline Domou, aujourd’hui présidente du mouvement pour la libération d’Enoh, et Patrice Nganang lancent l’alerte suite à la disparition d’Enoh puisque nul n’avait de ses nouvelles. Pour les soutiens de Enoh, son emprisonnement est dû à l’outrecuidance de s’être présenté à la dernière élection présidentielle camerounaise alors qu’il est de la même région que l’inamovible président camerounais. La bataille que ses soutiens mènent contre le gouvernement camerounais est acharnée. Ils sont bien organisés et présents sur tous les fronts. Malgré le manque de moyens, ils ont réussi à rallier à leur cause plusieurs organisations de défense des droits de l’homme tel que PEN qui s’occupe des écrivains en détresse partout dans le monde. Le 02 Mai 2013 le ministre des affaires extérieures du Cameroun (équivalent du ministre des affaires étrangères) a été sommé de s’expliquer devant le conseil des droits de l’homme des nations-unies sur plainte de trois associations de défense des droits humains, notamment le Comité de protection des journalistes (Cpj), Pen international et Internet sans frontières regroupés au sein du mouvement « Libérez Enoh » qui regroupe plusieurs autres associations et intellectuels du monde.

Enoh est donc pensionnaire de la tristement célèbre prison centrale de Yaoundé-Kodengui pour un bon paquet d’années. Ses avocats ont interjeté appel mais restent désemparés car sans aucune raison l’affaire a été renvoyée 14 fois et le condamné croupit toujours dans les geôles du régime de Yaoundé.
En attendant, Enoh Meyomesse s’est remis à l’écriture dans l’inconfort de l’univers carcéral malgré des douleurs oculaires qu’il traine suite aux difficiles conditions de son incarcération à Bertoua. La prison ne l’a nullement muselé. De son infâme cellule, il a sorti un recueil de poème intitulé justement… « Poème carcéral » qui a été traduit en anglais et en allemand et qui est disponible sur le site de l’association PEN international.

Cameroun : le combat de Jeannette Marafa

Jeannette Marafa chez Nelson Mandela lors de sa visite en Afrique du Sud

Jeannette Marafa chez Nelson Mandela lors de sa visite en Afrique du Sud

C’est bien connu: l’amour est la plus grande des forces, et le meilleur avocat d’un homme en difficulté c’est son épouse. Jeannette Marafa, l’épouse de l’’ancien ministre d’État camerounais chargé de l’Administration territoriale, Marafa Hamidou Yaya, condamné à vingt-cinq ans de prison pour des détournements de fonds qu’il a toujours niés et reconnu par la communauté internationale comme un prisonnier politique, se bat en première ligne pour desserrer l’étau politico-judiciaire qui s’est refermé sur lui et obtenir sa libération. Il y a trente ans, elle l’avait déjà sauvé du peloton d’exécution, peu après un coup d’Etat manqué contre Paul Biya.

Ce sont les aléas de la vie qui ont poussé au-devant de la scène cette mère de famille discrète, qui, en dépit d’une solide formation universitaire, avait choisi de vivre à l’ombre, pour assurer les arrières de son grand commis d’État d’époux, aujourd’hui enfermé dans une prison de haute sécurité à Yaoundé.
Séparée malgré elle de son mari, retirée à Paris auprès de ses trois enfants, tous jeunes adultes et scolarisés dont elle assure désormais seule l’autorité parentale, Jeannette Marafa est marquée par l’épreuve que traverse sa famille; mais elle a refusé de baisser les bras. Elle est restée digne. Aussi bien à l’aise en tailleurs européens qu’en robes africaines, elle n’a rien perdu de son élégance de femme Douala, son ethnie d’origine. C’est une « femme debout », comme diraient les Antillais.

Elle court les médias, mobilise les avocats, fait du lobbying politique, apporte son expertise au comité de libération des prisonniers politiques camerounais (CL2P). Car elle en est convaincue : l’homme qui partage sa vie depuis plus de trois décennies n’est pas coupable des faits pour lesquels il a été condamné à vingt-cinq ans de prison, il y a deux ans.

« Marafa est innocent »

« Le motif qui a été retenu contre lui, la complicité intellectuelle, n’existe pas en droit pénal camerounais et même français. Cela vient du fait que l’un des accusés était considéré comme un ami de mon mari. Le juge, en rendant sa décision, a d’ailleurs bien spécifié qu’on n’avait rien trouvé prouvant la culpabilité de mon mari. Cependant, comme il connaissait Monsieur Fotso [l’ancien administrateur directeur général de la Camair condamné dans la même affaire NDLR] depuis 1993, il a aussi été déclaré coupable », a-t-elle clamé récemment sur la radio Africa N°1 lors du « Grand débat », une émission consacrée au décryptage de l’actualité française et internationale, animée par le journaliste Francis Laloupo.

Elle explique que son époux n’a joué aucun rôle déterminant dans l’affaire dite de «l’Albatros», du nom de l’avion de Paul Biya, dont l’achat controversé a conduit nombre de dignitaires camerounais en prison : ce n’est pas lui qui a pris l’initiative de commander cet avion. Ce n’est pas lui qui a pris la décision de débloquer les quelques trente millions de dollars affectés au paiement de cet aéronef et qui auraient été détournés, mais l’ancien ministre camerounais des Finances, Michel Meva’a Meboutou, lequel n’a jamais été inquiété. Ce n’est pas lui qui a pris la décision de commander un autre avion que celui initialement prévu. Il n’a participé ni de près ni de loin à l’accord par lequel l’Etat du Cameroun et Boeing, le vendeur de l’avion, se sont entendus pour solder cette affaire. L’avocat de l’État du Cameroun dans ce dossier, l’ancien bâtonnier Akéré Muna, a d’ailleurs déclaré lors d’une conférence de presse à Yaoundé que l’avion avait bien été livré et que les autorités camerounaises ont perçu des indemnités compensatrices du retard observé dans la transaction. « Mon mari n’a jamais été concerné par tout cela », conclut Jeannette Marafa.

A l’en croire, c’est parce que son époux n’avait rien à se reprocher qu’il a refusé de s’enfuir, alors même qu’on l’avait prévenu qu’il serait arrêté.

Jeannette Marafa s’en souvient comme si c’était hier. Début avril 2012. Son conjoint n’est plus ministre depuis un remaniement gouvernemental intervenu cinq mois plus tôt. Il manifeste son souhait d’aller en vacances en France. Au secrétariat général de la Présidence camerounaise, on lui fait savoir verbalement que le président Paul Biya a donné son accord. Mais il exige d’en être notifié par écrit. Une prudence qui l’aurait sauvé d’une situation beaucoup plus fâcheuse qu’une simple arrestation.

Alors qu’il attend toujours son autorisation de sortir du territoire, Une de ses connaissances lui téléphone de l’étranger pour le prévenir : son arrestation est imminente. Ses recoupements sur place lui permettent de confirmer cette information. Sur ces entrefaites, il reçoit, le 14 avril, deux convocations émanant de deux unités d’investigations différentes : il est invité à se rendre le 16 avril 2012, à la même heure, auprès du juge d’instruction et à la police judiciaire de Yaoundé. Il a encore deux jours devant lui. C’est largement suffisant pour s’enfuir ou demander l’asile politique dans l’une des représentations diplomatiques occidentales de la capitale camerounaise.

Mais, stoïque, il choisit de faire face. « Mon mari est un homme d’État qui se sait innocent. Il a servi Monsieur Biya et l’État du Cameroun avec toute son honnêteté, toute sa vigueur. Il a donné de son temps. Il a donné de son énergie. Il en a même oublié sa famille. Il a présenté plusieurs fois sa démission à Monsieur Biya, lequel ne l’a pas acceptée. Marafa n’est pas de ces personnes qui refusent d’affronter la réalité », assure Jeannette Marafa. Sans surprise, l’ancien ministre est placé en garde à vue au terme de son interrogatoire policier, puis placé sous mandat de dépôt. A la surprise générale, il est condamné à 25 ans de prison. La sentence est lue par un juge qui reconnaît lui-même l’absence de preuves contre lui.
Pour son épouse, c’est l’aboutissement d’une opération de diabolisation qui a duré bien longtemps. On sait en effet que deux ans plus tôt, le 9 février 2010, lors d’un entretien avec l’ancienne ambassadrice des États-Unis au Cameroun, Mme Janet E. Garvey, Marafa Hamidou Yaya a confié à la cheffe de la mission diplomatique américaine que le Président Paul Biya se servait de la campagne anticorruption baptisée « Épervier » pour tenir en respect ses collaborateurs comme ses opposants. « Je peux me retrouver en prison », lui dit-il. Des confidences transcrites dans un compte-rendu de l’ambassadrice au gouvernement américain qui ont été dévoilées par Wikileaks.

« La déconstruction de l’image de Marafa ne s’est pas faite en un an. Elle s’est étalée sur plusieurs années. Vous pouvez imaginer l’effet sur nos enfants, d’apprendre dans les journaux, sur les réseaux sociaux que leur père est un voleur. Des choses qu’ils ne connaissent pas », se plaint Jeannette Marafa, qui poursuit : « La réalité dans la famille que nous avons eu le bonheur de construire, c’était l’honnêteté. Lui, il est musulman, moi je suis chrétienne pratiquante. Nous ne sommes pas des voleurs. Il y en a plein autour de Paul Biya. Il connaît Marafa, il connaît son honnêteté, il connaît sa franchise ».

Tentatives d’intimidation à Paris

L’exil parisien de Jeannette Marafa, qui avait quitté le Cameroun la veille de l’arrestation de son époux, n’est pas du tout tranquille. « J’ai eu peur pour tout le monde, pour moi, pour mes enfants. J’ai été menacée plusieurs fois. On a dévissé les roues de ma voiture une première fois et j’ai failli avoir un accident. La deuxième fois, on a cassé complètement ma voiture. J’en ai appelé aux autorités françaises qui m’ont proposé une protection policière ». D’autre part, elle explique que les avocats de son époux travailleraient dans des conditions difficiles. Alors que ceux du Cameroun subissent des pressions, leurs confrères parisiens ont essuyé des refus de visa d’entrée au Cameroun.

Toutes choses qui n’entament pas la détermination de l’épouse de l’ancien ministre.

Jeannette Marafa se dit optimiste et confiante vis-à-vis de la Justice camerounaise « menée par des magistrats compétents », qui ont déjà eu à corriger des erreurs, comme dans le cas du colonel Edouard Etondé Ekoto, l’ancien délégué du Gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala, acquitté par la Cour suprême de Yaoundé fin avril, après avoir été condamné en instance à vingt ans de prison pour détournement de fonds. En attendant la convocation de son mari devant cette haute juridiction, elle ne ménage pas ses efforts. Elle a ainsi obtenu l’entrée dans le dossier de son conjoint de Me Jean-Pierre Mignard, un ténor du barreau de Paris, avocat et confident du président François Hollande. Il y a trente ans, en remuant ciel et terre, Jeannette Marafa avait évité à son époux le peloton d’exécution des putschistes désignés du 6 avril 1984 au Cameroun. Plus tard, le calme revenu, les enquêtes avaient prouvé que le jeune ingénieur en pétrochimie d’alors n’avait rien à voir avec ceux qui avaient tenté de renverser Paul Biya.

Avis aux filles : Ça craint de sortir avec le footballeur Samuel Eto’o Fils

Samuel Eto’o Fils (Photo tirée par eurosport.fr)

Samuel Eto’o Fils (Photo tirée par eurosport.fr)

Au Cameroun, la loi du plus puissant est toujours la meilleure devant la justice. Avec beaucoup d’argent et surtout du pouvoir, on peut envoyer qui on veut en prison. Paul Biya qui préside aux destinées de ce pays tropical depuis trois décennies montre lui-même l’exemple de cet arbitraire judiciaire en mettant systématiquement à l’ombre ses adversaires politiques les plus résolus. Cependant, cette pratique qui est aussi répandue que la corruption qui gangrène le Cameroun n’épargne pas les citoyens ordinaires dans leurs rapports avec la police et la justice. Dernière victime en date : la dénommée Hélène Nathalie Séraphine Koah, une jeune femme de 27 ans, employée de Camair-Co, la compagnie aérienne du cru. Pour avoir pris la mauvaise décision de reprendre sa liberté vis-à-vis de son amant de sept ans, le célèbre footballeur Samuel Eto’o Fils, 33 ans, elle a été placée en garde à vue.

Peu avant de se rendre au Brésil où l’équipe nationale camerounaise dont il est le capitaine a fait une entrée chaotique dans la coupe du monde, le sociétaire de Chelsea, club mythique de la Premier League, le championnat d’Angleterre basé à Londres, a en effet ordonné à la police de Yaoundé de punir son ex-maîtresse qui désormais ignore ses multiples sollicitations.

Il y a une dizaine de jours, au petit matin alors que celle-ci rentre d’une virée nocturne avec des copines, elle est cueillie par des policiers qui l’emmènent sans coup férir et la jettent pour trois jours dans une sombre cellule. « Une séquestration en règle », dénonce la victime. Dans la foulée, les agents lui confisquent son véhicule et son passeport. Ils lui font aussi savoir qu’elle pourrait bientôt perdre son travail.

Lorsqu’elle leur demande ce qu’il lui est reproché, elle s’entend dire que Samuel Eto’o Fils qui est l’un des professionnels du sprint derrière le ballon rond les mieux payés du monde lui réclame beaucoup d’argent, jusqu’à 200 millions de francs CFA (304 000 Euros). Une somme qu’elle aurait détournée de sa vraie destination, expliquera laconiquement plus tard, Me Elame Bonny Privai, Avocat au Barreau du Cameroun et conseil du footballeur, selon lequel son client a déposé plainte pour abus de confiance.

Cependant, réagi Mlle Koah, si M. Eto’o s’est montré généreux tout au long de leur longue liaison, en la couvrant de cadeaux et en l’invitant dans ses luxueuses propriétés européennes, elle ne lui a jamais servi d’intermédiaire dans quelque transaction financière que ce soit. Elle serait tout simplement victime de la jalousie maladive du richissime footballeur qui supporterait mal que son « jouet de luxe », comme il l’appelait, lui échappe.

« Lorsque j’ai émis le besoin de le quitter, il s’est montré vraiment très violent. Avec des expressions du genre : « excuse-moi, c’est moi qui t’ai faite, c’est moi qui vais te défaire. Tu veux me quitter aujourd’hui parce que tu as déjà un travail, tu as forcément des hommes qui te tournent autour. Ça ne se passe pas comme ça. Moi quand je sors avec une fille et qu’elle décide de partir, elle me remet tout », raconte-t-elle dans une interview au journal camerounais La Météo.

Les policiers qui auraient reconnu qu’il s’agit d’une « affaire de fond de culotte » dans laquelle ils auraient reçu des « ordres venant d’en haut » lui auraient d’ailleurs conseillé d’aller faire acte de contrition devant Seigneur Eto’o Fils, dans l’espoir d’obtenir son pardon.

Cependant, c’est sur le terrain judiciaire et sous des cieux plus égalitaires qu’elle entend affronter l’homme qui lui promet l’enfer. Après avoir découvert avec horreur sur les réseaux sociaux des photos nue d’elle postées depuis Londres où évolue Samuel Eto’o Fils, elle a déposé deux plaintes à Londres et à Paris. La première pour « menaces sous condition, violence, et tentative de viol », et la seconde pour « publication de photos obscènes, atteinte à la pudeur ». On sait qu’en occident, le statut social ne pèse pas grand-chose devant la justice, contrairement au Cameroun. Le chanteur Longuè Longuè, très célèbre au Cameroun pour son Makossa engagé, qui a été condamné fin 2010 par la Cour d’assise de Bordeaux à dix ans 10 ans de prison ferme pour viol sur mineure de 16 ans, en sait quelque chose. Les lendemains de la coupe du monde pourraient ainsi être difficiles pour Samuel Eto’o Fils.

Journalistes réfugiés, le combat continuel : « Il faudrait une politique d’écoute »

À l’occasion de la Journée Mondiale du Réfugié 2014, René Dassié, journaliste d’origine camerounaise réfugié en France depuis 2004 (cliquez ici pour écouter son historie – audio), fait le point sur la situation de la liberté de la presse au Cameroun ainsi que sur la condition des professionnels de l’information en exil en France.

Propos recueillis par Lisa Viola Rossi (lisaviola.rossi @ maisondesjournalistes . org )

atangana

René Dassié et Michel Thierry Atangana (1er mars 2014)

Après dix ans d’exil en France, vous ne pouvez toujours rentrer au Cameroun. Pourquoi ?

Aujourd’hui on peut publier dans un journal sans condition, mais après la publication on peut être soumis à des pressions de toutes sortes, à l’heure qu’il est beaucoup de journalistes camerounais continuent à être persécutés. Dernièrement, il y a 2 ans, l’un d’entre eux est décédé en prison […] Il y a également une pression économique sur les médias. Ils ne  reçoivent pas la publicité des entreprises : elles ont peur de recevoir des redressements fiscaux de la part de l’Etat […]

Ecoutez la réponse intégrale :

 

Est-ce que vous pouvez continuer vos activités professionnelles et militantes ici en France en tant que journaliste réfugié ? 

Je suis diplômé de Sciences Po Paris, mais malgré cela je n’arrive pas à trouver du travail. Les entreprises de presse quand je leur présente mon CV ne comprennent  pas ce qu’est le statut de réfugié politique […]. Le journalisme est la seule chose que je sais faire : donc si la situation se poursuit comme cela, peut-être que j’envisagerais de quitter la France pour aller dans un Pays où les étrangers diplômés sont mieux accueillis. […] Récemment en enquêtant sur le cas de Michel Thierry Atangana, j’ai constaté qu’au Cameroun il y a beaucoup de prisonniers politiques. J’ai donc mis en place avec des amis un comité de libération de ces prisonniers. […] Ce combat, c’est une façon aussi pour montrer notre reconnaissance au Pays qui nous a vu grandir. […]

Ecoutez la réponse intégrale :

 

Si vous aviez la chance de rencontrer un chef d’État ou un membre du gouvernement français et / ou européen, quel sujet concernant la condition des reporters réfugiés aimeriez aborder avec lui ?

Les journalistes réfugiés sont des personnes qui ont beaucoup d’expérience, de savoirs et de savoirs-faire, ils peuvent aussi apporter du sang neuf dans l’Etat qui les a accueilli : tout ce qu’ils ont appris ailleurs, ils peuvent s’en servir ici. […]. Il faudrait une véritable politique d’écoute et ensuite d’insertion.  Il faudrait nous donner la chance de montrer notre reconnaissance aux Etats qui nous accueillent. […]

Ecoutez la réponse intégrale :

René Dassié reporter au Messager, Cameroun, avec David Sasson ancien ambassadeur d’Israël à Yaoundé