Libye : la transition politique en crise

Huit ans après la chute de Kadhafi…

Elle n’est pas encore sortie de son silence mortel, la Libye est toujours en crise. Le 17 Février 2018, la Libye “fêtera” les 8 ans de la chute de Mouammar Kadhafi dans un contexte de division. Encore en construction, ce pays se perd gravement entre la violence et le silence remarquable des forces internationales. Plusieurs gouvernements et milices rivalisent pour obtenir la légitimité tandis que la situation des droits humains remet en lumière les résultats tragiques de ces guerres internes.

Comment est la Libye d’aujourd’hui? Est-elle perdue? Malgré l’échec, la transition politique est- elle encore possible?

Soldats en Libye

 

 

 

 

Ce qui est resté de Kadhafi

Administrée par les milices et trois gouvernements, la Libye se divise, selon le rapport de l’Analyse de la situation en Libye à l’orée de 2017, entre :

• Les milices de Misrata, avec lesquelles les services italiens ont conservé des liens étroits en 2016, et dont les Frères musulmans ont reçu une intervention humanitaire.

• Les milices de Zintan, qui ont beaucoup participé à la libération de Tripoli et qui ont signé un accord politique avec les groupes armés de Khalifa Haftar, l’ancien général de Kadhafi.

• Les milices islamiques et Daech. “Les Nations Unies, sous la pression des grandes puissances occidentales, engagent des négociations marathon en vue de constituer un gouvernement d’accord national”, écrit Patrick Haimzadeh, ancien diplomate français à Tripoli (2001-2004).

Mais l’accord politique signé à Skhirat (Maroc) en 2015 n’a pas été respecté, la crise libyenne est toujours là, avec encore de plus en plus de dégâts humains.

La censure, la peur, les journalistes libyens sous pression

La Libye occupe la position 163 au classement mondial de Reporters Sans Frontières (RSF) de la liberté de la presse en 2017. Les journalistes selon RSF sont “visés par des milices armées ou par le groupe État islamique”. “L’environnement est hostile aux activistes et aux journalistes, ils sont constamment menacés et risquent d’être condamnés.

« Un journaliste qui lutte pour les droits de la femme a été porté disparu plus d’un an” nous confirme Mehdi Ben Youssef, chercheur et responsable du dossier des droits humains en Libye d’Amnesty International.

Adil, journaliste local, installé à Tripoli (nous avons changé le prénom par mesure de sécurité), constate que “le gouvernement internationalement reconnu laisse certains de ses groupes armés incontrôlés”. Pour Adil, le chef de gouvernement n’a pas été en mesure de contrôler les grandes erreurs commises par ces groupes armés, qui ont fait plusieurs victimes dont des journalistes, des femmes et des migrants. “Le gouvernement al-Wefaq reste encore fragile, tant qu’il ne peut pas condamner les violations des droits humains de ces groupes. Les journalistes sont menacés par les milices du gouvernement », continue-t-il.

Adil, qui exerce son devoir d’informer ajoute que “si on parle ouvertement de ces crimes, je risque de disparaître”. Les milices armées libyennes ont lancé « une campagne de disparitions forcées » visant à écraser l’opposition, les journalistes et les défenseurs des droits humains.

Une unité libyenne éphémère ?

Un avis vaut une vie, un mot coûte des maux !

Nous avons contacté l’une de ces victimes : Reda El Hadi Fehlbaum, journaliste et universitaire libyen, installé à Tripoli. Il témoigne : “J’ai été enlevé le 22 août 2015, après mon retour de Tunis, suite à un débat auquel j’étais invité et pour avoir participé au meeting des Nations Unies. Précisément, ce meeting était à propos de l’accord national et le rôle de la société civile libyenne pour la stabilité de notre pays”.

Reda El Hadi Fhelboom a été enlevé au moment où le groupe armé El Bouni a contrôlé l’aéroport de Tripoli. Pour quelles raisons ? Avoir dénoncé la dégradation des droits humains et l’implication des politiciens et des milices dans ces violations et ces crimes. Le gouvernement de l’accord national, aujourd’hui, est plus efficace en matière de lutte contre les groupes jihadistes, comme c’était le cas à Sabratha. Reda El Hadi Fhelboom a confirmé cette efficacité, mais le gouvernement, pour lui, est complètement corrompu et incompétent.

“Les postes gouvernementaux ont été distribués en fonction des loyautés et des intérêts personnels, rien n’a été fait en faveur des droits humains. » Une réalité frappante, difficile de faire des progrès significatifs dans la plupart des secteurs avec des délais bien définis. “Ce gouvernement est incapable de gérer la situation sécuritaire et institutionnelle”, commente le journaliste.

L’échec : institutions détruites et divisées

Ce qui est certain, c’est que l’instabilité rend le travail des défenseurs des droits humains et des journalistes toujours plus difficile. C’est dans ce contexte de “guerre” que la société civile libyenne agit très difficilement, “la liberté aujourd’hui est en danger. La plupart des institutions étaient massivement touchées par l’instabilité politique et sécuritaire, elles ont été détruites et divisées, comme la Banque central, le Libyen Audit Bureau (organe suprême de contrôle et de comptabilité en Libye, doté de l’autorité financière indépendante, affilié à l’autorité législative).

“La société civile est fragilisée à cause de cette situation” nous confirme Marouan Tachan, le directeur exécutif du Centre des défenseurs des droits de l’Homme en Libye (Defenders Center). Marouan, aussi chercheur spécialiste en droits humains dans la région, actuellement installé en Tunisie, ajoute que “malgré la complexité de ce contexte, nous avons encore des institutions qui fonctionnent lentement”.

“Minassa” (The Libya Platform), composée de seize ONG libyennes, a lancé un appel pressant aux Etats membres du Conseil de sécurité de l’ONU, leur demandant de prendre rapidement une position décisive sur les violations systématiques du droit humains. Le communiqué de la “Minsassa” confirme que certaines de ces violations peuvent constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.

La justice : Etat des lieux

Mehdi Ben Youssef d’Amnesty revient en détails sur ces problématiques : “Les violations graves des droits humains en Libye, arrestations, enlèvements, tortures, sont commises par toutes les parties en conflit. Les disparitions forcées sont des pratiques régulières non acceptables. Ces pratiques sont souvent commises par les groupes armés affiliés soit au nom du gouvernement, soit par le ministre de la Défense ou de l’Intérieur, soit par d’autres dirigeants ”.

Devant ces crimes contre l’humanité, le système judiciaire est incapable de poursuivre les responsables. En fait, le système judiciaire s’est effondré, dans la majorité des régions, en raison des menaces et des assassinats contre les juges et les procureurs. Depuis 2014, de nombreux défenseurs des droits humains, dont des juges et des journalistes, ont été la cible de représailles de la part de différentes milices et groupes paramilitaires. Beaucoup d’entre eux ont quitté le pays.

L’affaire de l’enlèvement de Salem Mohamed Beitelmal, professeur à l’Université de Tripoli, par des groupes liés à la l’administration de Tripoli, illustre à quel point le gouvernement soutenu par les Nations Unies était incapable à ce jour de contrôler ces milices. Détenu 47 jours dans une même pièce, avec un seul repas par jour, Beitelmal a été libéré malade et souffrant d’une perte de poids de 30 kilogrammes. Les groupes armés continuent de kidnapper et de cacher des civils, des journalistes, y compris des politiciens connus. Sans jamais se soumettre à aucune sanction.

Abdel Moez Banoun, activiste et blogueur critique, a disparu mystérieusement depuis son enlèvement le 25 juillet 2014 à Tripoli par un groupe armé inconnu. Jabir Zain, un défenseur des droits Humains a été déplacé de force depuis son enlèvement le 26 septembre 2016, tout comme de nombreux autres disparus et détenus en dehors de la Libye.

Un combattant de l’Aube de la Libye utilise une longue-vue pour observer les positions des activistes de l’État islamique (EI) près de Syrte le 19 mars 2015. REUTERS/Goran Tomasevic TPX IMAGES OF THE DAY TPX IMAGES OF THE DAY – RTR4U0V5

L’Italie et l’Europe : silence et complicité ?

Pour Amnesty International, les forces internationales sont complices, l’Union européenne et l’Italie en particulier, en décidant de rétablir la capacité des autorités libyennes de résoudre la situation. “Les responsables européens et italiens ne peuvent pas affirmer de manière crédible qu’ils n’étaient pas au courant des graves violations commises par certains des agents en charge de la détention”, affirme un communiqué de l’organisation.

La question des migrants et des réfugiés (cette question sera traitée dans un prochain article de Hicham Mansouri) s’impose lourdement dans l’agenda de la Libye, de l’Italie, et de l’Union européenne. Les demandeurs d’asile sont soumis à des violations graves et systématiques des droits humains, à des tensions officielles et non officielles.

Quel rôle joue l’Italie ?

Le 2 février prochain marquera la première année écoulée depuis la première signature du « memorundum of understanding » entre la Libye et l’Italie, l’accord de coopération qui a omis la base de la politique de coopération entre la Libye et l’Italie et qui a ensuite été approuvé par les autres membres de l’Union européenne. “Dans ce mémorandum on voit les axes de coopération qui ne contiennent pas les droits humains des migrants et des réfugiés dans les priorités. La priorité absolue est d’empêcher les bateaux d’arriver sur l’équatorial”, nous confirme Mehdi Ben Youssef. “La détention ne doit pas être un moyen pour gérer l’immigration. Les migrants ne doivent pas être retenus” ajoute-il. Mehdi Ben Youssef propose que “l’Union européenne et l’Italie revoient leurs politiques avec la Libye en plaçant les droits humains parmi les priorités et en s’accordant et travaillant avec eux pour en finir avec la détention”.

Le gouvernement est presque bloqué au niveau administratif et politique, le socio-économique est encore pire. Le pouvoir judiciaire en état de KO, les institutions restent encore corrompues et manipulées. Le vide institutionnel produit par la logique de pouvoir de l’ancien président, n’a pas été sans effets négatifs sur les droits humains et sur la reconstruction politique. La Libye peut-elle sortir de la crise?