L’opposition en République Démocratique du Congo se consolide avant les élections présidentielles

Rencontre entre Jean-Pierre BEMBA et Jean-Philibert MABAYA à Bruxelles

À l’approche de la date fatidique du 23 Décembre 2018, les acteurs politiques s’engagent à mouiller leurs chemises, pour non seulement des élections crédibles, mais également pour l’unité de l’opposition.

Absent de la dernière rencontre de l’opposition à Bruxelles car empêché par la rédaction de son projet de société, c’est le jeudi 26 Septembre que le candidat président de la République de l’Arc-En-Ciel du Congo Jean-Philibert MABAYA a rencontré le Président National du MLC, Jean-Pierre BEMBA.

Cet entretien est un symbole

L’image a fait le tour des réseaux sociaux. Elle est même devenue virale tant l’événement n’était pas prévisible. Pendant plus de deux  heures, les deux personnalités ont échangé sur le processus électoral, notamment l’unité de l’opposition. Ils se sont accordés aussi sur la tenue des élections sans la machine à voter et avec un fichier crédible.

Le candidat président de la République de l’Arc-En-Ciel du Congo Jean-Philibert MABAYA a saisi également cette opportunité pour informer le Président du MLC que son regroupement politique soutient totalement le meeting du 29 Septembre et que les cadres et militants de l’ACC seront présents à ce grand rendez-vous.

Les jeunes aussi discutent et creusent ainsi le sillon de la démocratie

Les jeunes de l’ACC ont même participé à une concertation avec ceux des autres partis politiques de l’opposition en ce qui concerne les préparatifs de cette manifestation. BEMBA et MABAYA restent convaincus que pour bien affronter le candidat FCC à l’élection présidentielle, il faut une opposition unie qui parle un seul langage.

Après BEMBA, MABAYA va rencontrer les autres ténors de l’opposition. Le questeur du Sénat dispose d’un ancrage avéré dans l’ex-Bandundu. Ce qui le place à l’intersection de plusieurs sollicitations.

Depuis sa sortie officielle le 16 Juin dernier, ce Regroupement Politique de l’Opposition composé de Jean-Pierre LISANGA, Léon MONDOLE, Marie-Thérèse BASIALA, Rombeau FUMANY, JR MULENGI, Michel DIUMU, Serge MAYAMBA, Amisi KIBUNDILA et autres personnalités politiques, a toujours milité pour une candidature commune de l’opposition afin de bien affronter la Majorité Présidentielle, peu disposée à voir l’opposition faire un front commun.

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

L’ombre de Laurent Gbagbo plane toujours sur la Côte d’Ivoire

[ELECTION] Ce bicéphalisme au sommet de l’Etat va se terminer par une guerre dans le pays. Deux camps s’affrontent, les rebelles restés fidèles a Alassane Ouattara et les forces de défenses et de sécurité rangées derrière le Président sortant Laurent Gbagbo. Après plus de 4 mois de conflits armés, Laurent Gbagbo est capturé dans son bunker, situé dans sa résidence.

L’opposition en République Démocratique du Congo se consolide avant les élections présidentielles

[ELECTION RDC] À l’approche de la date fatidique du 23 Décembre 2018, les acteurs politiques s’engagent à mouiller leurs chemises, pour non seulement les élections crédibles, mais également pour l’unité de l’opposition. Absent de la dernière rencontre de l’opposition à Bruxelles car empêché par la rédaction de son projet de société, c’est le jeudi 26 Septembre que le candidat président de la République de l’Arc-En-Ciel du Congo Jean-Philibert MABAYA a rencontré le Président National du MLC, Jean-Pierre BEMBA.

En Mauritanie : une famille accuse la police de l’assassinat de leur fils

[MAURITANIE] Une mort masquée ? L’accusation est lourde : bavure policière ayant entrainée la mort. Selon la famille du défunt, c’est un assassinat. Enterré les personnes sans autopsie : cette pratique est monnaie courante en Mauritanie. Ne sachant pas les causes du décès, chacun peut donner libre cours à son imagination.

République Du Congo : le jeune Kabila a-t-il franchi le Rubicon ?

[REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO] Jules César l’avait fait, en lançant son fameux «Alea jacta est», c’est-à-dire les «dés sont jetés». Ou la «ligne rouge est franchie». Il l’a fait contre son rival au pouvoir, Pompée. Kabila l’a fait à sa manière, jeudi 19 juillet, devant les deux chambres du Parlement réunies, à Kinshasa. Contre son rival, le peuple. Mais en usant d’une telle sournoiserie que son «intention de continuer à usurper le pouvoir» ne pouvait être lue qu’entre les lignes. Quoi qu’il en soit, il n’a pas moins franchi le Rubicon.

Parjure ou tactique pour rester au pouvoir en Mauritanie

[TRIBUNE LIBRE] Le deuxième mandat du Président général putschiste est marqué par des réformes importantes comme la suppression de la Chambre Haute, la révision de la Constitution qui a renforcé l’image de la Mauritanie au niveau internationale, l’organisation d’un sommet de la ligue arabe, l’organisation du sommet de l’Union Africaine, la visite du président français Emmanuel Macron qui met en valeur l’importance de la Mauritanie dans la lutte contre le terrorisme dans la zone du Sahel qui solidifie encore plus le pouvoir militaire.