Prison sans jugement pour le partage d’une publication Facebook

En Côte d’Ivoire, un cyber activiste est en prison pour avoir traité le Président Alassane Ouattara d’étranger sur le réseau social Facebook.

A travers cette affaire, la Côte d’Ivoire vient conforter sa place parmi les pays où la liberté d’expression est fragile. Et pour cause, Eddie Armel Kouassi, 20 ans, étudiant et cyber activiste fait désormais partie des pensionnaire de la plus grande prison civile de Côte d’Ivoire, la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA).

Les autorités ivoiriennes lui reprochent d’avoir traité le Président Alassane Ouattara et Fabrice Sawegnon, le candidat malheureux a la mairie, d’étrangers. Pour être précis, le Président Alassane Ouattara aurait des origines du Burkinabé tandis que Fabrice Sawegnon, homme d’affaires proche du pouvoir d’Abidjan serait Béninois d’origine.

Avant d’être écroué a la MACA, le jeune étudiant était devant les juges vendredi 26 Octobre. Le commissaire de la police scientifique en charge de l’affaire aurait demandé au cyber activiste de produire les extraits d’actes de naissance de ces deux personnalités. Extrait qui devrait prouver qu’Alassane Ouattara et Fabrice Sawegnon ne  sont pas Ivoiriens de souches.

La défense quant à elle a signifié qu’Eddie Armel Kouassi n’est pas l’auteur de la publication, expliquant par ailleurs que cette publication a été faite par la Radio PDCI-RDA (la radio en ligne du Parti démocratique de Cote-Rassemblement Démocratique Africain, ancien allié du partis au pouvoir).

L’étudiant aurait uniquement partager le post sur un réseau social sans d’ailleurs le commenter. La défense conclu en affirmant que plus de 800 personnes ont partagé cette publication qui a recueilli environ un millier de commentaires ! De plus, ses parents étant dans l’incapacité de lui trouver un avocat, l’étudiant s’est trouvé complètement désemparé.

Précisons que que l’administrateur du site internet de la Radio PDCI-RDA été arrêté puis relâché quelques heures plus tard. De son côté, le jeune Eddie Armel Kouassi n’a aucune précision quant à la date définitive de son jugement. 

dans ,   par

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

Prison sans jugement pour le partage d’une publication Facebook

[CENSURE] Eddie Armel Kouassi, 20 ans, étudiant et cyber activiste fait désormais partie des pensionnaire de la plus grande prison civile de Côte d’Ivoire, la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA). Les autorités ivoiriennes lui reprochent d’avoir traité le Président Alassane Ouattara et Fabrice Sawegnon, le candidat malheureux a la mairie, d’étrangers.

Des journalistes turcs oubliés dans les prisons d’Erdogan crient à l’aide !

[LIBERTÉ D’INFORMER] « Nous sommes des journalistes oubliés dans la prison de Silivri », ont déclaré 19 journalistes turcs dans une lettre publiée sur Internet la semaine dernière. Détenus depuis plus de deux ans, les 19 journalistes ont déclaré : «Nous qui n’avons pas d’autre métier que le journalisme, nous disons que nous ne voulons pas être oubliés et que nous attendons que justice soit rendue».

« Ce ne sont pas des animaux… ce sont des monstres » – Témoignage de Zaher, journaliste syrien en exil

[PORTRAIT] Zaher raconte son histoire avec difficulté: ce n’est pas facile de rappeler les années passées à Alep, l’engagement politique contre le régime de Bachar al Assad, les mois en prison, les tortures, les persécutions, jusqu’à la fuite en Turquie. Un récit très douloureux, que Zaher reconstruit pour la Maison des Journalistes.

Le tabou républicain de la petite muette : violence des surveillants sur les prisonniers

[LIBERTÉ D’INFORMER] Laurence Delleur est journaliste et documentariste. Elle a notamment travaillé plusieurs années sur la violence des surveillants de pénitencier envers les prisonniers. Laurence Delleur a décidé de développer ce sujet dans un documentaire «Matons violents, la loi du silence» qui a été diffusé sur France 5 le dimanche 11 juin 2018 à 22h30. L’occasion pour nous de revenir sur la genèse du projet et des difficultés rencontrées pour développer un sujet si délicat, dans un lieu si tabou.

La Syrie est une prison éternelle

[Partenariat avec le Caffè dei giornalisti de Turin] Après les bombardements qui ont eu lieu ce 4 avril avec l’utilisation présumée d’arme chimique et avant la déclaration de Donald Trump le lendemain sur la volonté de frapper la Syrie (avec le concours des armées française et britanniques), les syriens, arabes et occidentaux, sont divisés en deux camps: les pour et les contre.