République Démocratique du Congo : une opposition versatile

L’accord signé, dimanche 11 novembre à Genève, par sept membres de l’opposition congolaise, n’a pas résisté aux sirènes de l’ego. Il visait à désigner un candidat commun, en vue d’affronter le camp du président sortant Kabila aux prochaines élections, le 23 décembre prochain. Aussitôt signé aussitôt désavoué par deux d’entre eux. En moins de de 24 heures.

Il s’agit de Félix Tshisekedi, leader de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et de Vital Kamerhe, chef de l’Union pour la nation congolaise (UNC). Tous deux ont rejeté la désignation de Martin Fayulu, dirigeant de Engagement pour la citoyenneté et le développement (ECiDe).

Un accord mort-né, un de plus…

Des accords mort-nés ou mal appliqués sont légions en RD Congo. Ils jonchent la route politique escarpée du pays.

Mais celui dont il est question, aujourd’hui, est le plus grave de tous, du fait qu’il portait l’espoir d’en finir avec la dictature. L’avant-dernier accord, parrainé par l’Eglise catholique et signé le 31 décembre dernier (dénommé « Accord de la Saint-Sylvestre »), a été bafoué par le président Kabila.

Le médiateur de l’accord de Genève, la Fondation Kofi Annan (du nom de l’ancien secrétaire général de l’ONU), a retenu la leçon. En trois jours de laborieuses négociations, il a fait signer aux sept membres de la coalition nombre de documents parmi lesquels un « engagement ». D’aucuns lui concèdent la valeur de « testament ». Dans celui-ci, que chacun a reçu et signé individuellement, tous se sont engagés « à ne pas trahir la nation congolaise », et si c’est le cas « à subir l’opprobre public ». Une première !

Ce qui est également positif, c’est la nature même et le délai que cet accord de coalition a conféré au mandat, en cas de victoire : une sorte de « transition spéciale » ne dépassant pas la durée de deux ans. Deux éléments qui permettraient d’organiser, prochainement, des élections autant transparentes que paisibles.

A examiner tout cela avec impartialité, on découvre que l’accord de Genève a la vertu d’un sédatif. La majorité des observateurs y voient même une solution irremplaçable. A l’approche de la date fatidique du 23 décembre prochain.

Une opposition loin de ses responsabilités historiques

Pourtant, l’inévitable, en Afrique, a détruit cette architecture inédite. La fin météorique de l’accord  (baptisé « LAMUKA », réveille-toi, aussi bien en lingala qu’en kiswahili), en est une preuve tangible.

Exception faite de la Gambie –où l’opposition s’est levée comme un seul homme et a eu raison du satrape Yahya Jammeh, en janvier 2017-, l’opposition africaine a toujours tiré à hue et à dia. Par ego. D’où son échec à parvenir au pouvoir, avec ceci de dramatique : protestations véhémentes, troubles et tuerie.

Cependant, le cas de la RD Congo sera une véritable catastrophe, si, d’ici-là, on ne trouve pas de solutions valables aux principaux litiges qui restent à évacuer : la « machine à voter », appréciée par le camp présidentiel, mais vue par l’opposition comme une « machine à voler » ainsi que le nettoyage d’un fichier électoral jugé corrompu. A quoi s’ajoute le « fait de la versatilité génevois », qui divise l’opposition.

Quoi qu’il en soit, une interrogation subsistera, en ce qui concerne les traitres. Comment concilier le non-respect de la parole donnée, d’un côté, et l’envie forcenée de devenir président de la République, de l’autre ?  Il n’y a pas que le président Kabila et son camp qui détiennent le « monopole de la médiocrité » !

 dans Tribune Libre par

EN SAVOIR PLUS SUR CE THÈME

L’ombre de Laurent Gbagbo plane toujours sur la Côte d’Ivoire

[ELECTION] Ce bicéphalisme au sommet de l’Etat va se terminer par une guerre dans le pays. Deux camps s’affrontent, les rebelles restés fidèles a Alassane Ouattara et les forces de défenses et de sécurité rangées derrière le Président sortant Laurent Gbagbo. Après plus de 4 mois de conflits armés, Laurent Gbagbo est capturé dans son bunker, situé dans sa résidence.

L’opposition en République Démocratique du Congo se consolide avant les élections présidentielles

[ELECTION RDC] À l’approche de la date fatidique du 23 Décembre 2018, les acteurs politiques s’engagent à mouiller leurs chemises, pour non seulement les élections crédibles, mais également pour l’unité de l’opposition. Absent de la dernière rencontre de l’opposition à Bruxelles car empêché par la rédaction de son projet de société, c’est le jeudi 26 Septembre que le candidat président de la République de l’Arc-En-Ciel du Congo Jean-Philibert MABAYA a rencontré le Président National du MLC, Jean-Pierre BEMBA.

En Mauritanie : une famille accuse la police de l’assassinat de leur fils

[MAURITANIE] Une mort masquée ? L’accusation est lourde : bavure policière ayant entrainée la mort. Selon la famille du défunt, c’est un assassinat. Enterré les personnes sans autopsie : cette pratique est monnaie courante en Mauritanie. Ne sachant pas les causes du décès, chacun peut donner libre cours à son imagination.

République Du Congo : le jeune Kabila a-t-il franchi le Rubicon ?

[REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO] Jules César l’avait fait, en lançant son fameux «Alea jacta est», c’est-à-dire les «dés sont jetés». Ou la «ligne rouge est franchie». Il l’a fait contre son rival au pouvoir, Pompée. Kabila l’a fait à sa manière, jeudi 19 juillet, devant les deux chambres du Parlement réunies, à Kinshasa. Contre son rival, le peuple. Mais en usant d’une telle sournoiserie que son «intention de continuer à usurper le pouvoir» ne pouvait être lue qu’entre les lignes. Quoi qu’il en soit, il n’a pas moins franchi le Rubicon.

Parjure ou tactique pour rester au pouvoir en Mauritanie

[TRIBUNE LIBRE] Le deuxième mandat du Président général putschiste est marqué par des réformes importantes comme la suppression de la Chambre Haute, la révision de la Constitution qui a renforcé l’image de la Mauritanie au niveau internationale, l’organisation d’un sommet de la ligue arabe, l’organisation du sommet de l’Union Africaine, la visite du président français Emmanuel Macron qui met en valeur l’importance de la Mauritanie dans la lutte contre le terrorisme dans la zone du Sahel qui solidifie encore plus le pouvoir militaire.