Biélorussie. La répression brutale d’un régime de plus en plus isolé.

Depuis le 9 Août 2020 manifestations et contestation s’enchaînent en Biélorussie à l’encontre du président Loukachenko suspecté de fraude électorale qui le maintient au pouvoir. La répression continue et affiche un visage toujours plus brutal. Dernièrement un avion transportant un journaliste d’opposition a été contraint d’atterrir sur le sol biélorusse, un opposant a tenté de se suicider au cours de son procès au début du mois. Mais derrière la férocité de ce régime quasi-dictatorial se cache un pouvoir vacillant, de plus en plus dépendant d’un allié russe qui le voit presque comme un fardeau.

  •   Par. Ange Fabre, étudiant en droit et science politique, stagiaire à L’oeil de la Maison des journalistes.

Depuis le 9 Août 2020 manifestations et contestation s’enchaînent en Biélorussie à l’encontre du président Loukachenko suspecté de fraude électorale qui le maintient au pouvoir. La répression continue et affiche un visage toujours plus brutal. Dernièrement un avion transportant un journaliste d’opposition a été contraint d’atterrir sur le sol biélorusse, un opposant a tenté de se suicider au cours de son procès au début du mois. Mais derrière la férocité de ce régime quasi-dictatorial se cache un pouvoir vacillant, de plus en plus dépendant d’un allié russe qui le voit presque comme un fardeau.

Le gouvernement biélorusse multiplie les scandales

Parmi les derniers épisodes de brutalités à l’égard de ses opposants, il y a évidemment le scandale international de l’avion détourné. Le 23 mai, un vol commercial Ryanair survole la Biélorussie, intercepté par les autorités biélorusses il est forcé d’atterrir. Le prétexte étant un risque d’attentat à la bombe, mais les faits sont que Roman Protassevich un journaliste et militant d’opposition, et sa compagne Sofia Sapega ont été arrêtés, et détenus arbitrairement par les autorités. Les réactions d’indignations ont été nombreuses, propulsant Roman Protosevich à l’international comme symbole de la cause du peuple biélorusse. Ce journaliste militant d’opposition, de 26 ans, est toujours détenu arbitrairement par les autorités biélorusses. Les réactions diplomatiques n’ont pas tardé. L’Union européenne a fermement condamné cette action, puis établi des sanctions économiques contre la Biélorussie et travaille à de nouvelles mesures. Lundi 31 mai, le commissaire européen Thierry Breton déclarait à l’AFP que ce détournement était “un acte de piraterie d’état” et a déclaré que l’Union Européenne se concertait quant à des sanctions économiques supplémentaires contre la Biélorussie.

Le Kremlin soutient le régime Biélorusse. Vladimir Poutine a reçu à Sotchi le 28 mai son homologue biélorusse. Au cours de cet entretien public, le président russe a réaffirmé son soutien à son allié, indiquant être “en train de construire une union” avec la Biélorussie, et estimant la demande de l’Union Européenne de contourner l’espace aérien biélorusse d’“irresponsable”, ne voyant aucune raison de douter du gouvernement biélorusse.

Enfin, l’ultime épisode marquant de la répression biélorusse s’est déroulé au cours du procès de l’opposant Sciapan Latypov, qui a tenté de se suicider au cours de l’audience du 1er juin. Selon l’ONG Viasna de défense des droits humains, il faisait l’objet de brutalité et de tortures régulières de la part des autorités biélorusses depuis son arrestation en septembre 2020, pour organisation de mouvements de contestation du pouvoir en place. Sa famille a également été la cible de menaces du régime.

Ces évènements de répression brutale font suite au vaste mouvement de contestation qui traverse le pays depuis près d’un an.

L’origine de la contestation

Avant les manifestations d’août 2020, le régime semblait s’être quelque peu relâché en autorisant l’opposante Svetlana Tikhanovskaïa à se présenter à l’élection présidentielle. Celle-ci a acquis  de nombreux soutiens et  lancé des appels à manifester contre le régime, notamment lorsque son mari a été arbitrairement emprisonné par le gouvernement. Elle a fait pour promesse de campagne d’instaurer de véritables élections démocratiques. Le 9 Août 2020 des manifestations sont organisées en Biélorussie après les résultats du scrutin de l’élection présidentielle donnant à 80% des votes, la victoire au président sortant, Alexandre Loukachenko.

Protestation en août 2020

La volonté des manifestants étant de contester les résultats d’une élection frauduleuse et irrégulière qui le donne gagnant face à la candidate d’opposition, pratique qu’il exerce régulièrement depuis 1994. Les manifestations se poursuivent désormais régulièrement depuis près d’un an, de même que la violence de leur répression. Le mari de Svetlana Tikhanovskaïa est toujours en prison en Biélorussie et elle, menacée, vit en exil en Lituanie. L’État biélorusse ne cède pas face à la contestation et confirme par là son statut de “dernière dictature en Europe”.

Une dictature en Europe

En 1990 la Biélorussie sort de l’Union soviétique, quatre ans plus tard, A. Loukachenko est élu après deux ans de parenthèse démocratique, réprimée par le pouvoir.  Élu avec 80% des voix,  Alexandre Loukachenko jette les bases de son régime autoritaire, modifiant la Constitution au profit du président, étendant ses pouvoirs à sa convenance. Depuis cette première accession au pouvoir, le régime accumule les accusations de fraude électorale et d’atteinte aux libertés fondamentales, perpétuant les méthodes anti-démocratiques de la période soviétique. Loulia Shukan, maîtresse de conférences en études slaves à Paris-Nanterre expliquait en août dernier que «les fraudes sont un fait avéré en Biélorussie, pointé par les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à chaque élection».

Alexandre Loukachenko entretient une forte idéologie nationaliste et étouffe toute velléité libertaire. Cet état de fait repose à l’origine sur un certain statu quo établi avec le peuple de Biélorussie, lequel est privé du respect des libertés et droits fondamentaux et de toute protection des droits de l’Homme en échange d’une sécurité économique et nationale. Économique tout d’abord, en n’adhérant que partiellement à l’économie de marché après la fin de l’ère soviétique et ensuite une sécurité existentielle face aux puissances voisines, les Européens et la Russie. Alexandre Loukachenko s’appuie fortement sur ce besoin de sécurité du peuple et sur cette domination de type “charismatique” et paternaliste, passant par une forte personnalisation du pouvoir.

Alexandra Goujon, politologue française spécialiste des pays d’Europe de l’Est et en particulier de la Biélorussie nous offrait un décryptage du système politique biélorusse dans un article paru en 2002. Elle y qualifie la domination du président Loukachenko de “populisme autoritariste”, fréquemment appelé par ses opposants de “loukachisme”. Expliquant que ce régime s’appuie notamment sur la perpétuation de l’autoritarisme issu de la période soviétique et employant des discours basés sur une vision conflictuelle, martiale et autoritaire de la société, la justifiant par des antagonismes irrémédiables entre différents corps de la société, comme les riches contre les pauvres, les occidentaux et les slaves etc..

Le régime biélorusse a renforcé sa domination sur un besoin de sécurité du peuple, en présentant la figure forte d’Alexandre Loukachenko comme unique solution. Le président biélorusse instrumentalise ce besoin comme  argument de choix pour légitimer sa politique, son discours présente la situation sous la forme de deux choix possibles pour le peuple biélorusse : c’est lui ou le chaos et le désordre. Il s’affirme donc en garant de  paix, de  sécurité dans le pays, les opposants seraient les véritables porteurs de la violence. Au moment de l’éclatement des manifestations en août dernier, il fait jouer à l’opposition le rôle d’une menace pour le pays, manipulée par les ennemis extérieurs, ainsi les contestataires constituent un danger soutenu par les ennemis étrangers contre le peuple biélorusse. Il déclare alors que les manifestations s’accompagnent d’importants “agissements des forces de l’OTAN à proximité immédiate”, et qu’il est de son devoir de “prendre les mesures les plus strictes pour défendre l’intégrité territoriale de notre pays”.

La liberté de la presse bafouée 

Si les manifestations sont toutes systématiquement réprimées depuis 1994, la liberté de la presse y est aussi sévèrement bâillonnée. Reporter sans frontière faisait état de chiffres alarmants dans un rapport de novembre 2020, rapportant que “335 interpellations ont été recensées en trois mois par l’Association biélorusse des journalistes (BAJ), sur un total de plus de 400 exactions commises par les forces de l’ordre”. L’ONG apporte d’autres faits édifiants, “au moins 60 journalistes ont été victimes de violences graves, de mauvais traitements, voire de torture “, rappellant le calvaire de la journaliste Alena Doubovika, “frappée, à moitié nue, à coups de matraque lors de sa détention en août (2020), privée de nourriture pendant 24 heures, incarcérée avec une cinquantaine d’autres détenues dans une cellule de 12 m2, prévue pour 4”.

Le Bélarus est le pays le plus dangereux en Europe pour les journalistes (RSF)

Le Bélarus est le pays le plus dangereux en Europe pour les journalistes (RSF)

Une autre mesure liberticide a été prise le 13 septembre 2020, avec la suspension d’internet dans le pays, mesure inefficace car, comme l’expliquaient des opposants biélorusses exilés en Lituanie au micro d’Arte, bien souvent les images et communications des opposants sont conservées et envoyées une fois la connexion rétablie ou sont transmises de l’extérieur. Les témoignages de ces journalistes empêchés d’entrer ou de sortir du pays, ou encore les cas de torture des opposants durant leur détention se multiplient depuis près d’un an.

Un allié de la Russie, dépendant et embarrassant

Pour mieux comprendre la situation délicate du pays, il faut rappeler qu’économiquement, la Biélorussie est surtout dépendante de la Russie, avec 55% d’importations et 48% d’exportations. La Russie est un acteur économique nécessaire à la Biélorussie. Cependant le pétrole raffiné biélorusse, est destiné pour 50%, à l’Union Européenne, laquelle s’appuie notamment sur ses liens économiques pour entamer des sanctions contre le régime très dépendant de l’allié russe.

Les derniers évènements ont permis de constater que Vladimir Poutine continue d’afficher une ostensible confiance à l’égard de cet allié, car tous deux sont unis par une peur commune. Florent Parmentier, politologue, expliquait le 31 mai au micro de France culture ce qui rapproche les deux hommes, affirmant qu’ils ont “ un cauchemar commun : le rejet des révolutions colorées. Qu’est-ce qu’une révolution colorée dans le contexte post-soviétique ? C’est l’idée selon laquelle, des manifestations de masse populaires viennent renverser un pouvoir avec le soutien des services de renseignements étrangers afin d’aligner les préférences sur les préférences des politiques étrangères américaines.” La relation Poutine-Loukachenko est cependant traversée de divisions, le président russe n’apprécie pas vraiment la figure de Loukachenko mais soutient le régime dans son ensemble. Florent Parmentier explique aussi que Loukachenko essaie quant à lui de ne pas devenir intégralement dépendant du Kremlin, et de ne pas “se retrouver en tête avec la Russie. La Biélorussie ne peut être un acteur sur la scène internationale, que si elle est capable en même temps de profiter du soutien de la Russie (…), mais en même temps d’être capable d’avoir des relations avec les Etats-Unis et avec les européens.” Pour la Biélorussie il s’agit de profiter du soutien de la Russie, bien seule à la défendre sur la scène internationale, sans tomber dans une trop grande dépendance vis-à-vis de cette dernière. C’est pourtant bien ce qui semble se produire. Le Kremlin peut profiter de la faiblesse de cet allié pour étendre son influence, et renouveler un possible scénario ukrainien en Biélorussie.

Néanmoins, cet allié peut devenir préoccupant pour la diplomatie russe, qui ne tient pas à perdre cet appui dont elle peut profiter, mais qui doit le soutenir lorsqu’il devient embarrassant. Le détournement de l’avion intervient par exemple peu avant la rencontre avec Joe Biden prévue le 16 Juin, «Cette rencontre a été particulièrement difficile à organiser, et le Kremlin en attend beaucoup, explique le politologue Andreï Sinitsyne. Cela rend la démarche de Loukachenko très déplaisante pour Poutine.” En effet, cette fois le dictateur biélorusse semble être allé trop loin. Les pays membres de l’Union européenne, d’ordinaire peu enclins à s’unir sur des sanctions contre un pays étranger, se sont montrés unanimement fermes, adoptant immédiatement des premières sanctions économiques. L’UE, l’OTAN et l’ONU ont tous trois exigé la libération immédiate de l’opposant. Le Conseil de sécurité de ce dernier s’est d’ailleurs réuni en urgence mercredi 27 mai pour traiter la question biélorusse. Les Etats réunis exceptionnellement ont publié une déclaration, affirmant que le détournement du vol Ryanair « constitue une attaque flagrante contre la sécurité de l’aviation civile internationale et la sécurité européenne, et témoignant d’un mépris flagrant du droit international », le lendemain, jeudi 27 mai, l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a décidé d’ouvrir une enquête sur l’incident.

Alors que la répression brutale se poursuit et que le régime ne cède rien à la contestation, il se trouve de plus en plus isolé sur la scène internationale et finit par embarrasser son voisin russe. Les jours du “Loukachisme” sont peut-être comptés. 

D’autres articles