RD CONGO. TSHISEKEDI EST-IL FICHU ?

L’Eglise Catholique est montée au créneau, début août, souhaitant voir une « alternance » en 2023. Ainsi un coin du voile a été soulevé à ce sujet, laissant entendre à haute voix ce qui se disait tout bas, depuis longtemps : « Tshisekedi ne vaut pas tripette comme chef d’Etat ».

L’Eglise a donc crevé l’abcès. En prélude aux prochaines élections, qui s’annoncent périlleuses. Une bombe à fragmentation, si on n’y prend garde.

Faisons l’impasse de l’historique électorale complexe, au Congo, pour n’évoquer, en gros, que la dernière présidentielle de 2018. Celle-ci est unique en son genre, quand bien même les médias se plaisaient (se plaisent encore) à y voir un calque quelconque du modèle russe, dans la fameuse formule « Poutine-Medvedev-Poutine ».

Kabila, contrairement à Poutine, a « joué franc-jeu », en plein jour, en ordonnant de proclamer Tshisekedi victorieux, à la place de quelqu’un d’autre. Le président russe, lui, a joué au plus fin, en agissant dans l’ombre.

Avec cette fraude diurne, Tshisekedi traîne depuis l’image de « sparadrap du capitaine Haddock ». La fraude lui colle à la peau, empoisonnant davantage sa carrière politique, erratique. Désormais, il en est à son mi-mandat. Assis sur la tricherie et l’échec.

En témoigne l’atmosphère générale de défiance qui enveloppe la capitale Kinshasa, et les autres grands centres urbains. Elle confine au tribalisme et, dans la foulée, à la révolte populaire en gestation. Tribalisme ? Une thématique dangereuse que le régime Mobutu a jetée aux orties, qui refait aujourd’hui surface avec inquiétude.

Antipatriotisme, tribalisme et appendices

Mais, plus que toute autre chose, la résurgence du tribalisme traduit l’échec le plus cuisant qu’ait jamais enregistré le régime en place. Bien qu’en parallèle, en apparaissent d’autres non moins graves, par exemple : le programme dit de la gratuité de l’enseignement primaire et secondaire : un mensonge d’Etat, le Fonds national de solidarité pour la lutte contre le Covid-19 : vaporisé, l’État d’urgence à l’est du pays : une utopie militaire. Tandis que la corruption, le siphonnement du Trésor public, le complotisme font partie d’un sport national apprécié au sommet de l’Etat.

Sur ce sombre tableau, ne figure aucun programme économique en exécution, si ce n’est sur le plan de la belle rhétorique. Il en est de même du social que le régime Tshisekedi snobe. À longueur de journée, ses fonctionnaires et affidés (rémunérés en prince) roulent carrosse dans Kinshasa, jusqu’à l’insolence. Alors que le peuple, dans sa majorité écrasante, croupit dans une misère noire.

Des gémissements montent de partout. La colère du peuple ne cesse de s’amplifier, sous forme d’avis de tempête sociale. Cette atmosphère délétère, s’il en est, ne justifie pas moins le souhait de l’Eglise Catholique de voir Tshisekedi prendre ses cliques et ses claques en 2023. En fait, huit Congolais sur dix – à vue de nez -, expriment le même souhait.

On en est donc à ce point, au regard de cet aperçu synoptique, avant d’évoquer la question majeure liée aux prochaines élections. Selon nombre d’observateurs, celles-ci promettent des étincelles, pour une raison majeure d’égocentrisme. Les psychologues en diront plus un jour.

Qu’en est-il, au juste, en résumé ? Si la « Question congolaise » demeure une sorte d’usine à gaz, elle est néanmoins constitutive des deux plaies principales : l’antipatriotisme et le tribalisme. Par ailleurs, les deux notions finissent par se confondre, le reste étant de simples appendices.

L’antipatriotisme, entre autres sens, est un égoïsme au niveau individuel, d’abord, qui atteint l’entre-soi, ensuite, pour finir sa course sous forme de tribalisme. C’est le plus haut degré de ce mal. Son objectif est « d’écarter l’autre du centre d’intérêt afin d’en être l’unique jouisseur ». A cet égard, la société congolaise reste divisée entre une poignée de millionnaires et leurs vassaux puissants, d’un côté, et une marée de pauvres aux abois sans défense, de l’autre. Et ce, des décennies durant.

Bras de fer avec l’Eglise Catholique

Une genèse peu enviable ! Au lieu de couper les liens avec ce passé douloureux, Tshisekedi les renforce. Avec un certain cynisme. Quand, dès ses premiers pas au sommet de l’Etat, il donne la preuve d’un « prince » préoccupé tant par son maintien au pouvoir que par la prospérité de la Cité. En effet, son entourage parlait déjà indistinctement de « glissement » vers un deuxième mandat, sans passer par les élections ou de subordonner celles-ci à la réalisation d’un recensement. Un refrain fort connu, synonyme, au Congo, de « mesures dilatoires ».

Deux des sujets polémiques, du temps de Kabila, ayant fait couler beaucoup d’encre, de salive et de sang. Lui, Tshisekedi et son parti UDPS, dans le rang de l’opposition, en ont fait les frais. Il en sait quelque chose pour l’avoir vécu dans sa chair et dans son esprit. Aujourd’hui, c’est la même personne qui retourne sa veste, pour faire siennes les mêmes dérives démocratiques. Et même, qui plus est, essaie avec véhémence de caporaliser la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Comme il l’a déjà fait avec la magistrature. Un travail méticuleux dans l’ombre. But poursuivi : le pouvoir, à tout prix, par la fraude ou par la guerre.

D’où la présence de 500 jupes, pimpantes neuves (pour une rondelette somme de 25 millions d’euros), « don » du président de la République aux 500 députés. Ou plutôt, témoignage d’une corruption ouverte au sommet de l’Etat ; d’où l’élaboration de cette théorie, fumeuse, sur la « congolité », dont l’objectif est d’éliminer des candidats présidentiels connus, populaires et susceptibles de l’emporter à l’échéance de 2023 ; d’où cette politique sournoise d’intégrer les Eglises dites de réveil, dans la campagne, avant la lettre ; d’où le bras de fer engagé avec la puissante Eglise Catholique, puisque celle-ci a envisagé de marcher sur ses plates-bandes pour le ramener sur le droit chemin…

Tout cela forme un miroir qui reflète la perte de confiance d’une régime croulant. Tshisekedi est-il fichu ? Faut-il plus pour le démontrer ? »

Fin des haricots ou balkanisation de jure

Il y a tellement du négatif dans l’action du président en exercice pour le voir, de manière honnête, gagner les élections. Cet homme n’est-il pas allé jusqu’à signer un contrat minier traître avec le Rwanda, décrié par l’ensemble des Congolais scandalisés ? Pourtant, cet homme dont les historiens se feront le devoir de décrire le rôle néfaste de trahison qu’il a joué contre son pays, ne lâchera rien.

Tshisekedi, à comprendre les manœuvres qu’il mène, « pour le pouvoir », ne lâchera rien. Un bain de sang est donc en perspective, dans lequel sera consacrée la balkanisation dont on parle tant, depuis longtemps.

Si le leader de la province du Katanga, Moïse Katumbi est écarté de la course présidentielle, cette province entera en rébellion. Suivra le Kivu de Kamerhe (en prison ?!) – avec le Rwanda en embuscade. Viendra ensuite le tour du Bas-Congo du gourou Muanda Nsemi…  Enfin, ce sera la fin des haricots ! Ou la balkanisation de jure ! Ou, par extraordinaire, le départ improbable d’un nouveau Congo ! Qui sait ?

Attention ! Le conflit est en train de mûrir. Et « quand une guerre est mûre, elle éclate toujours pour une bagatelle », affirme l’écrivain Jacques Ferron. La bagatelle ça pourrait être une banale manifestation de mécontentement. Comme on en voit régulièrement ces derniers temps à Kinshasa.

Qu’on ne s’y méprenne point. Toutes les révolutions modernes furent, à l’origine, des révoltes urbaines, parties de bagatelles. De la prise de la Bastille à Paris en 1789, à celle du Palais d’Hiver de Saint-Pétersbourg, en Russie en 1917. Attention !

Jean-Jules LEMA LANDU

Par Jean-Jules LEMA LANDU, journaliste congolais, réfugié en France

D’autres articles