Entrées par Mamadou Bhoye BAH

GUINÉE CONAKRY – Quand les fêtes religieuses développent le pays…

La célébration des fêtes est devenue l’occasion de favoriser l’économie locale et la protection de l’environnement. Cette transformation sociale a commencé par les tisserands pour s’étendre au renouvellement des arbres et aux fameuses pommes de terre de Guinée. Entre promesse politique non tenue et crise du covid19 empêchant l’export, les guinéens, à commencer par les jeunes, ont décidé de se prendre en main. 

Lors de la fête musulmane de l’Aïd el-Kebir (Eid el-Adha ou Tabaski en guinéen) durant laquelle un mouton (ou une chèvre) est sacrifié,  les familles se réunissent et partagent un grand moment de convivialité. C’est ainsi que les guinéens reviennent dans leur localité familiale pour fêter ensemble ce jour saint. 

Depuis l’an dernier, les efforts des habitants de la Moyenne-Guinée s’orientaient sur le textile guinéen appellé « Donkin léépi ». Ces habits que les tisserands et teinturiers locaux confectionnent sont idéals pour les fêtes comme l’Aïd. Or, le secteur était en perte de vitesse et les débouchées commerciaux se faisaient rares. La fête de l’Aïd a permis de booster les ventes. 

La Basse-Guinée a emboité le pas. Le textile de Kindia fut mis a l’honneur. Idem en Guinée-Forestière où les yeux des habitants sont ornées par des textiles. Cette partie du pays qui s’appelle « La Forêt Sacrée » a une tradition ancestrale de travailleurs locaux. 

En somme, les guinéens ont trouvé un équilibre assez simple : consommer des produits locaux pour relancer l’économie locale.

Délaissée malgré les promesses politique, la pomme de terre est de la fête

Sur la même lancée, les habitants de la Moyenne-Guinée ont compris que cette année 2020 allait être très difficiles. Des milliers de tonnes de pomme de terre (plus de 20.000 tonnes en 2010 pour la fameuse pomme de terre dite la « Belle de Guinée ») ont été produits pour l’export. Les frontières étant fermés, il suffit de les stocker. 

Sauf qu’il n’y a nulle part où les stocker à faute de graves faits de corruption et un manque de responsabilité de la part des autorité incapable de construire un lieu de stockage. Conséquence, les pommes de terre pourrisent. Imaginez le désastre sociale et économique plongeant la Moyenne-guinée dans une crise sans précédent. 

Un appel a été lancé pour sauver le secteur des pommes de terre. C’est le président de la Fédération des paysans du Fouta Djalon (FPFD) et du Conseil national des Organisations paysannes de Guinée (CNOPG) Moussa para Diallo qui a osé. Pari réussi ! Les guinéens, comme un seul homme, sont allés acheter des pommes de terre permettant la pérénité des commerces locaux. L’Aîd a été le point culminant de ce sauvetage in-extremis. 

En effet, le produit guinéen le plus vendu à l’étranger est la pomme de terre. Fait surprenant, la plupart des plats guinéens sont à base de riz, alors que la Guinée Conakry ne produit pas de riz ! A l’inverse, la consommation des pommes de terre n’est pas un aliment de base en Guinée malgré le fort coût d’importation.

Exclu du secteur économique, la jeunesse guinéenne pense au futur écologique

Dans notre prochain article, nous analyserons en détail la dégradation catastrophique de l’environnement en Guinée, une zone d’investigation à haut risque pour les journalistes. 

Mais ce qu’il faut savoir, c’est qu’il existe aussi un rapport entre la fête de l’Aïd et les arbres. En effet, la déforestation sauvage a joué un rôle désastreux pour l’environnement. Les sources ont besoin des arbres pour s’étendre et rejoindre le lit des fleuves, particulièrement nombreux en Moyenne-Guinée. Leurs suppressions ont tari plusieurs rivières.

Reprenant une tradition nouvelle qui consiste à planter un arbre à chaque anniversaire, les familles profitent de l’Aïd pour le faire à leur tour et ainsi reboiser la Guinée Conakry qui en a besoin. 

C’est dans ce sens que les filles et fils de la région de Moyenne-Guinée construisent ensemble une union sacrée autour des valeurs culturelles, économique et écologique. Bien loin des promesses non tenues par Alpha Condé et son gouvernement qui préfèrent l’argent de la corruption que le bien être des citoyens, que ce soit au présent ou dans l’avenir.


D’autres articles


Guinée Conakry – Quelle éducation quand le taux d’alphabétisme est de 25% ?

Dans un pays où la méthodologie de l’éducation nationale, la formation des professeurs et la corruption généralisée n’aident pas les élèves à trouver les chemins de l’école, le taux d’analphabétisme représente 75% de la population. A cela s’ajoute le manque de considération que subit les enseignants en Guinée Conakry. Les enjeux sont importants car l’impact dépasse les enjeux de l’instruction.

Depuis des années le système éducatif guinéen classique est dominé par la pédagogie des 5 pas didactique.

  • le prérequis
  • la mise en situation
  • l’apport notionnel
  • le réinvestissement
  • le bilan

Ce système éducatif guinéen ne répond pas aux besoins des enfants, surtout avec une absence totale d’adaptation à l’environnement des familles qui ont plus d’intérêts à laisser leurs enfants en-dehors de l’école que de les enfermer dans une salle de classe. Instruire les enfants en-dehors de l’école aurait pu être une alternative intéressante, surtout en cette année de pandémie de Covid19.

Mauvaise formation des enseignants et grèves durement réprimées

À cela s’ajoute le manque de formation continue des professionnels éducatifs. Ils sont souvent mal payés par l’Etat guinéen et méprisés pour leur travail.

Cette situation a favorisé de gigantesques grèves comme nous vous l’annoncions dans notre article du 5 février 2020. Mais ces événements n’ont rien d’exceptionnel, cela fait longtemps qu’il n’y a pas eu d’année scolaire normale, c’est-à-dire sans grève. 

Éducation Nationale et corruption

La corruption s’invite trop souvent dans la relation entre l’Etat et les professeurs. Certains élèves paient des backchichs pour être admis alors que d’autres qui ont réussi leurs examens n’ont plus de place pour s’inscrire. Cette corruption baisse le niveau scolaire des classes et enferme les meilleurs élèves dans un rythme qui n’est pas assez soutenu. 

Il n’y a pas que les aprents d’élèves qui paient pour que leurs enfants accèdent aux classes du collège. Des écoles trichent également. Selon des sources bien informées, une grosse affaire a eu lieu en 2019 dans la préfecture de Pita, située à quelques 400 kilomètres de la capitale Conakry. Plusieurs écoles privées auraient payées des sommes d’argent pour faire obtenir l’examen à un grand nombre d’élèves. Ainsi, l’école obtenait un taux d’acceptation anormalement élevée (maisqui prouve la qualité de l’enseignement proposé) et ce n’était pas basé sur le mérite des élèves.

D’autres accusations de corruption ont touché les délégués communales de l’éducation: ils se sont octroyé un pourcentage équivalent à 50.000 francs guinéens « FG » pour chaque prime reçu par l’enseignant. Pire, certains ont encaissé l’intégralité de la prime de l’enseignant. Il est alors très difficile pour l’enseignant de porter plainte : les chefs de l’éducation nationale sont intouchables.

Deux questions se posent auxquelles nous n’avons pas encore la réponse :

  • Quelle est la valeur des résultats pour cette année scolaire perturbée par plusieurs phénomènes?
  • Y aura-t-il des sanctions lorsque la fraude est avérée aux examens?


D’autres articles


Guinée – La liberté de la presse sombre à nouveau

Selon le site Guineedirect, les députés guinéens fraichement élus ont adopté ce 3 juillet 2020, un texte de loi qui limite une fois de plus la liberté de la presse en Guinée. Ainsi, le Président de l’institution HAC (Haute Autorité de la Communication – équivalent du CSA pour la presse guinéenne)) sera désormais nommé par le président de la République, en l’occurrence Alpha Condé. La HAC est en charge du bon fonctionnement de la presse en Guinée Conakry.

Après le chaos électoral du 22 mars 2020 qui a bénéficié aux députés à la solde du pouvoir présidentiel, nous pouvons affirmer sans se tromper que le Président s’empare de tous les pouvoirs: exécutif, législatif, judiciaire et maintenant médiatique.

Le rôle de la HAC sera de censurer selon le bon vouloir du Président

A l’heure du passage mondial au numérique, la Guinée Conakry décide de passer sous le contrôle d’un seul homme qui décidera qui a le droit de dire quoi.

Cet homme, nommé par le Président de la République, ne sera qu’un pantin obéissant au pouvoir absolu du chef de l’Etat.

En effet, quel média s’opposera à la ligne éditoriale dictée par la présidence? Aucun média ne sera épargné par ce musellement généralisé.

La HAC est vidé de sa substance, comme une coquille vide. Il est évident que les futurs commissaires risquent d’être mis devant des situations de fait accompli. Si le président de l’organe de régulation des médias est nommé par Alpha Condé, il n’aura aucune marge de manœuvre. Il suffira que le chef de l’Etat décide de retirer un agrément ou d’annuler une licence pour que cela soit tout de suite acté.

Naturellement, avant de nommer quelqu’un à ce poste prestigieux, Alpha Condé posera ses conditions à prendre ou à laisser. Autre nouvelle, la HAC passera de 11 à 13 membres.

Les conditions des délivrances et des retraits des agréments d’exploitation pour les médias audiovisuels, l’attribution et le retrait des fréquences et la création d’un poste de secrétaire général, chef du service administratif, sont d’autres nouveautés.

Selon nos confrères de Guinéedirect, la nomination des commissaires devant siégé à la HAC est encore floue. Dans tous les cas, les règles de nominations vont changer et cela impactera considérablement la presse libre en Guinée Conakry.

Voici le résumé des nouvelles mesures prises par la HAC :

Les amendements apportés ont aussi porté sur :

  • l’Article 4 (réécriture pour la reformulation du dernier aliéna pour des besoins de précision),
  • l’Article 6 (relèvement de nombre des membres de 11 à 13),
  • la réorganisation des corporations membres de la HAC (Art.10),
  • la réintroduction de l’âge minimum de 35 ans pour être membre, la réorganisation des commissions spécialisées (Art.13).

Il y a aussi eu la réécriture du dernier alinéa sur les mesures disciplinaires applicables aux membres de la HAC (Art.15), le relèvement du quorum de 7 à 9 membres pour siéger (Art.24), réintroduction et précision à l’alinéa 3 de la durée de validité de la carte professionnelle de journaliste; et au Titre V, il y a eu réécriture des articles 58,59 et 60 relatifs aux dispositions transitoires et finales.

Les nouveaux législateurs ont également revu à l’Article 5, un alinéa premier relatif au renforcement du rôle de la HAC dans l’émergence et la promotion de médias libres et responsables.

Au total, la nouvelle HAC aura en son sein 5 représentants des associations de presse; 3 représentants de la présidence de la République ; 1 représentant de l’Assemblée nationale.

Le conseil supérieur de la magistrature, le ministère des postes, télécommunications et de l’économie numérique, le collectif des imprimeurs, libraires, bibliothécaires et archivistes et le collectif du cinéma et de la photographie désigneront chacun un représentant.


D’autres articles


Guinée – Cinéma – « Safiatou », des vertus de la campagne aux vices de la ville

Safiatou est le prénom d’une jeune femme guinéenne qui vivait à la campagne avant d’être contrainte de s’installer dans la capitale. Elle y découvrira les vices de la ville, des pratiques sexuelles inconnues et l’incompréhension de la société qui l’entoure. Un film réalisé par le guinéen Bobo Hérico (produit par LaGuiPlus) raconte son histoire avec force. 

Dans la région de Moyenne-Guinée, en plein cœur de l’Afrique de l’Ouest, le son d’une flûte pastorale Peul retentit ce qui annonce le début du film. Sa sonorité est sublimée par l’image: une savane herbeuse entourée de montagnes, de plateaux et de plaines fertiles. Le climat est humide, nous sommes dans le château d’eau de l’Afrique Occidentale.

Partir de sa campagne, c’est quitter une vie tranquille où les valeurs ancestrales n’ont pas changé. Mais quand des jeunes femmes de la ville viennent recruter de nouvelles personnes, Safiatou en fait partie. On lui parle de travail, de bonnes conditions de vie et la possibilité de s’épanouir.

Une fois en ville les filles doivent travailler, non pas à l’usine ou dans une entreprise, mais dans «une maison de tolérance». De tolérance ? Oui, on appelle ça aussi «maison close» ou «bordel». Et ce n’est qu’une première étape. Si elle n’échange pas son corps contre de l’argent dans ce cadre protégé, elle sera trainée à le faire dans la rue.

Elle y croise donc des maquerelles, des clients, d’autres filles de la campagne contraintes à la prostitution et à une vie honteuse. Elle y survit en tentant de garder ses valeurs et de protéger sa vie future. L’histoire se termine bien.

L’équipe du film Safiatou

Un film polémique et social

Autre sujet du film, l’homosexualité en Afrique. Dans l’un des passages du film, nous voyons un jeune homme maquillé. Il a une orientation sexuelle de type LGBT, c’est à dire  «lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres», là où l’homosexualité est absolument interdite en Guinée.

Un passage dans le film fait beaucoup réagir. Pour avoir discuté avec des spectateurs de ce film, ce moment est vu comme une promotion pour la banalisation de l’homosexualité. Pourtant, tout comme la prostitution qui est interdite, l’homosexualité est aussi une réalité.

On le comprendra, le réalisateur Bobo Hérico ne fait aucune concession dans son portrait de la ville de Conakry. Parmi ses habitants, certains se livrent à des pratiques prohibées. Ils obtiennent ainsi de l’argent facile au détriment de leur dignité.

Et que dire du harcèlement sexuel subit par les filles à longueur de journée dans les villes. Aucune dénonciation de la part des victimes par peur d’être humiliées, et si c’était le cas, le peu de poursuites judiciaires en Guinée n’incite pas à porter plainte. La pratique de certaines personnes déshonore leur éducation et leur culture.

De plus, au mode de vie traditionnel guinéen, se substitue la domination des biens matériels qui prend une place démesurée au vu de la morale. Safiatou est restée digne, elle a conservé les valeurs de sa culture, elle n’a jamais accepté de changer ou de monnayer sa  dignité pour obtenir plus d’argent et de confort.

Cette dérive sociale est parfaitement résumée par Amadou Hampaté Ba, écrivain peul du Mali, qui déclarait: «Les orteils des jeunes doivent se poser exactement sur  les traces laissées par les anciens». 


D’autres articles


France – Police et journalisme: « Je fais semblant de m’éxécuter mais j’ai continué de filmer »

L’après-midi du mercredi 10 juin, je me rends à la Banque Postale pour compléter un dossier personnel, notamment obtenir un RIB. Accompagné d’un confrère journaliste, Adam, nous nous sommes rendus à la Poste la plus proche de notre logement, la Maison des journalistes.
Plusieurs personnes sont dans la file d’attente, j’attends mon tour. A l’accueil, le chargé de clientèle m’explique les démarches à suivre. Je dois utiliser une machine pour compléter mon dossier.
 
A cet instant, une dame assise par terre attire mon attention. Elle crie beaucoup, ses affaires sont éparpillées ça et là, et deux hommes avec un brassard mentionné «sécurité» l’entourent. La dame continue de crier. Soudain, trois policiers rentrent dans le bureau de Poste et s’approchent d’elle.

Copyright Mamadou Bhoye Bah

Par reflexe journalistique et en tant que journaliste ayant défendu la liberté d’informer en Guinée Conakry, je me dois de témoigner de cette scène. Pour ce faire, je filme avec mon téléphone.

Au bout de quelques minutes, l’un des policiers s’aperçoit que je filme. Pourtant, j’avais discrètement placé l’écran contre ma poitrine, la camera du téléphone filmant les policiers et la dame.

Le policier m’a fait signe de baisser mon appareil. Je fais semblant de m’exécuter mais j’ai pu continuer à filmer. Pendant ce temps-là, après moult tractations, les policiers ont gentiment demandé à la dame de se lever et de les suivre.

J’avais alors fini de récupérer mes papiers, je me décide donc à les suivre, intrigué de savoir comment la police française allait gérée le cas de cette dame. Quand je suis sorti, la dame était encore devant la banque. Ses cris attirent l’attention des passants. Ils sont maintenant cinq policiers à l’entourer.

Je change de trottoir et je continue mes prises de vue. Au début je me cache derrière une voiture, mais plus la scène dure, plus je suis attiré par le fait de filmer et de comprendre ce qui se passe, ce qui me pousse à aller juste en face d’eux. Je n’avais guère le choix si je voulais filmer correctement car ils changeaient régulièrement leur positionnement face à la dame.

En me rapprochant de la scène, je me sais dans mon bon droit. Les policiers savent que je les filme. La dame est finalement libre de partir et les policiers s’en vont.

Suite à cela, je quitte les lieux, mais au premier rond-point que je traverse, une voiture noire s’arrête brusquement à ma hauteur. Le bruit et le fait qu’elle se soit approché par derrière, m’a effrayé. J’ai à peine le temps de lire la mention «Police».

La vitre est déjà baissée, je reconnais les policiers qui se sont occupés de la dame. Celui qui conduit m’interpelle sur un ton très agressif:

«Bonjour monsieur, vous êtes journaliste ? Avez-vous votre carte ?
– Oui, je suis journaliste.
– Vous avez le droit de filmer les flics quand ils travaillent !?
– Quoi ?
– Vous allez arrêter de faire le con là ! C’est pour du buzz que vous filmez!»

Le policier situé à côté au siège avant, prend le relais, toujours aussi agressif et méprisant: «Monsieur si vous voulez régler ce problème, allez voir la dame! Ok?»

Je n’ai pas le temps de répondre, ni de comprendre les enjeux et les droits que j’ai dans cette situation. Pour être franc, j’étais effrayé.


«Un oiseau né dans un marché, n’a pas peur des cris!»

Je viens d’un pays où la police vous menace et vous enferme pour avoir pratiqué librement le métier de journaliste. Je continue ici dans les limites des droits accordés par le pays qui m’accueille. Je reste sans mot, triste et un peu déçu, que la police puisse ainsi intimider un journaliste sur ce ton, dans le pays des droits de l’homme. Ils ne m’ont pas donné le temps de répondre, ni le temps de comprendre.

Je ne pense pas avoir empêché leur travail ni mal fait le mien, au contraire, un journaliste est là pour témoigner.

Ce type de pression a été relayée par plusieurs journalistes lors de différents événements, comme cette vidéo Twitter où la police interdit à un citoyen de filmer alors qu’il en a le droit. 


D’autres articles


Guinée Conakry – Les conseils extraordinaires du président Alpha Condé pour lutter contre le covid19

La Guinée Conakry a confirmé plus de 250 cas covid19 pour le moment, alors qu’aucun cas de décès na été communiqué par l’ANSS (agence nationale de sécurité sanitaire). Pendant ce temps, le président Alpha Condé improvise des médicaments contre le covid19 pour les guinéennes. Le président a conseillé un remède étonnant contre le Covid-19: se mettre du “mentholatum” dans les narines et “boire de l’eau chaude” !

C’est dans le célèbre quartier de Kaloum, abritant son palais présidentiel appellé Sékoutoureah, qu’Alpha Condé a fait une sortie médiatique le jeudi 9 Avril 2020 vers 16h. 

Devant une foule mobiliser à sa cause, le président se fait médecin à la place des professionnels de santé. Sur les images, on le voit dans les rues de Kaloum, masque sur la figure. C’est là que le chef de l’État prévient sa population du danger du coronavirus en prenant l’exemple de l’Italie. 

«Vous avez vu ce qui est en train de se passer dans le monde. Avez-vous vu ce qui se passe en Italie?» «Il faut se laver les mains plusieurs fois par jour, éviter les regroupements. Ceux qui peuvent acheter du mentholatum peuvent le faire et s’en mettre dans les narines. Ensuite boire souvent de l’eau chaude.»

Le président a donné sa recette miracle, qui n’est pourtant pas recommandée en priorité par les médecins. Aucune étude n’aurait prouvé l’efficacité de cette pommade mentholée, ni de la consommation fréquente d’eau chaude contre le Covid-19. Si c’est un vrai remède, ne pourrait-il pas soigner les 12 membres du personnel d’appui à la présidence testés positifs au coronavirus?

Pendant ce temps, la gestion de la pandémie par les médecins guinéens est vraisemblablement un théâtre ! Les faux positifs font douté sérieusement du nombre exact de porteurs du covid19 en Guinée Conakry.

Des faux positifs au covid 19 en Guinée

Les derniers cas de ping-pong son enregistrés au centre hospitalier Donka. Mademoiselle Keita a l’un de ses collègues testé positif au covid 19 et donc, par mesure de précaution, elle a fait son dépistage avant de se mettre en quatorzaine.

La quatorzaine terminée, mademoiselle Keita ne se plaignait d’aucune douleur mais, contre toute attente, elle reçoit un appel d’une équipe de l’ANSS l’informant que son test passé une semaine plus tôt, s’est révélé positif au covid 19. Elle sera dès le lendemain, admise à Donka au premier étage dans la salle numéro 7. Elle passera sa première nuit là-bas en compagnie d’autres malades du covid 19.

Le lendemain, elle prendra, au même titre que les autres malades, les molécules de traitement à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine. Contrairement aux autres malades, l’organisme de mademoiselle KEITA réagira mal à ce traitement. Des maux de ventre et de fortes céphalées vont surgir. Après un jour de traitement, elle reçoit comme dans un rêve, un message de l’agence nationale de sécurité sanitaire (l’ANSS) l’informant finalement que son test au covid 19 est plutôt négatif.

Après quelque temps c’est le collègue de mademoiselle Keita qui reçoit un message de l’agence nationale de sécurité sanitaire (l’ANSS) l’informant finalement que son test a lui aussi est finalement négatif.

La presse guinéenne touché par le covid 19

Retenons que la presse guinéenne, est à son tour est frappée de plein fouet de coronavirus. Au moins 5 journalistes de différents médias privées et un du public, au total pour le moment 6, sont confirmées positifs. Ils sont entrain de suivre de traitement au centre hospitalier de Donka.

Parmi les journalistes hospitaliers, le bouillant Mohamed Mara connu par ses dénonciations sans réserve des violations des droits humains et de la corruption du pouvoir.

Madame Moussa Yéro Bah et Aboubacar Diallo sont tous trois du groupe Hadafo Média, chroniqueurs de l’émission la plus critique du pouvoir les grandes gueules.

Lamine Mognouma Cissé de la radio Djigui FM, Mamadou Oury Diallo du Groupe de presse Gangan, Mikini Moussa Camara, journaliste à la RTG.

Cette situation constitue une vraie menace pour les journalistes qui sont toujours sur tous les fronts à la recherche de l’information. Dans des conditions difficiles.


Personnel et hébergé de la maison des journalistes, souhaitons prompte rétablissement à toutes les malades de Cvod19, prions pour le repos des âmes de tous les disparus de cette pandémie à travers le monde.

Nos remerciements s’adressent particulièrement à tous les professionnels de santé au monde sans exception.

Respectons les consignes et restons chez nous pour nous sauver et sauver les autres.


 


D’autres articles sur l’Afrique


Guinée Conakry – Récit du referendum chaotique, entre répression et coronavirus

Ce dimanche 22 mars 2020 s’est tenu le double scrutin organisé pour valider le 3ème mandat du président Alpha Condé qui pour l’obtenir doit changer la Constitution. Même avant la pandémie de coronavirus, ce referendum a été décrié autant par les organisations internationales que par les régions guinéennes, les parties politiques, la société civile et une grande partie de la population. Le referendum avait d’ailleurs été repoussé une première fois. Conséquence prévisible : les élections ont été le théâtre de violents affrontements entre « pro » et « anti »  « 3ème mandat » d’une part, et entre forces de l’ordre appuyer par l’armée contre la population civile mécontente.

Un premier bilan macabre du FNDC (opposant politique au président en place) dans une déclaration publiée ce lundi soir 23 mars, décompte au moins 10 morts et plusieurs blessés ainsi que des arrestations et quelques dégâts matériels. De sources médicales, on dénombre 6 morts.


De sources médicales, on dénombre 6 morts.


Du coté de pouvoir, après avoir voté, Alpha Condé minimise la présence du covid19 en Guinée car selon lui il n’y a que deux cas signalés. A cette occasion, il avait ajouté espérer que les élections se déroulent dans la paix et la tranquillité. Pari risqué ; Pari raté.

Le déroulement catastrophique de la journée à Conakry s’est étalé de l’ouverture des bureaux de vote jusqu’au dépouillement : plusieurs urnes ont été saccagées, des bureaux de vote et leur contenu calcinés par les anti 3ème mandat. Pour éviter un chaos généralisé, le bureau de vote du quartier de Gbessia-port avait fermé dès 16h30 au lieu de 18h comme prévu par le code électoral. Cette fermeture illégale a été constatée sur tout le territoire national.


La presse n’a pas le droit d’assister au dépouillement des votes dans la commune de Matam où tout le matériel électoral à été acheminé sous escorte par l’armée.


Le dépouillement ne se fait plus dans les lieux de vote selon l’URTELGUI Union des radios et télévisions guinéenne sous  synergie FM guinée 2020, les urnes sont envoyées sous escorte militaire dans les différentes communes de Conakry.

Malgré la pandémie du coronavirus, cette élection s’est déroulée sans kit sanitaire pour le lavage des mains, ni respect des consignes de distance de sécurité de minimum 1 mètre. Les bureaux de vote ont souvent utilisé des écoles primaires, comme à Matam.

La presse n’a pas le droit d’assister au dépouillement des votes dans la commune de Matam où tout le matériel électoral à été acheminé sous escorte par l’armée. À l’intérieur du pays, le dépouillement s’est fait dans les préfectures et les sous-préfectures des régions.

  • À Siguiri, fief du parti au pouvoir, le dépouillement a eu lieu dans les bureaux de vote.
  • À Dalaba, ce n’est ni dans les casernes, ni aux bureaux de vote que s’est organisée le dépouillement, c’est dans la résidence du préfet !
  • À Mamou, le bureau de vote a ouvert à 10h et fermé dès 15h, le dépouillement a  également eu lieu à la préfecture.
  • À Labé, seul le quartier Konkola avait accompli le devoir de vote sous une haute surveillance de l’armée.
  • À N’zerekoré, selon Faceli Konaté, journaliste à FM Guinée, par endroit il n’y a pas eu de vote, la journée a été d’ailleurs émaillée de violents affrontements.

Dans certains bureaux de vote, c’est seulement les bulletins « oui » au referendum qui sont imprimés.


Selon Abdoul Gadidé membre de l’OGDH (l’organisation guinéenne de droit de l’homme les droits humains), « les droits humains ont été violés« . Il déplore 9 morts dans la zone de Conakry. Sur le déroulement du vote, il indique que des mineurs ont voté à Kankan. De plus, dans certains bureaux de vote du pays, seulement les bulletins du « oui » ont été imprimés.

Il déplore également la tenue du double scrutin en cette période de covid19 avec 400 cas de contacts actuellement en Guinée (sans citer sa source d’information). Pour monsieur Diallo, l’Etat est entrain de camouflé les informations concernant la propagation du virus en Guinée.

En plus de deux cas de covid19 avant les élections, deux nouveaux cas de coronavirus viennent d’être testés positifs. Il s’agit d’un des conseillers du ministre du budget et de sa compagne. Le ministre du budget, monsieur Dioubaté, est très proche de son conseiller, il pourrait donc être malade à son tour.

Si le ministre du budget est contaminé alors qu’il a fait la campagne en première ligne, en serrant des mains à tout va au milieu de foules, on imagine les risques de propagation. Pour le moment, le ministre du budget nie les contacts directs avec son conseiller, mais on a peine à y croire.

Ce cas montre la suffisance et la cupidité de l’Etat vis a vis du danger sanitaire. L’Etat d’Alpha Condé risque de tuer fortement la population guinéenne par incompétence.

Qui aujourd’hui par le biais du refrendum a mis en danger la santé du peuple guinéen? Sachant que les structures sanitaire n’existent presque pas en Guinée.

La porosité du service sanitaire et l’incapacité de l’État qui ne compte pas sur les aides des institutions pour faire face au covid19 en Guinnée, risque fort de tuer plus qu’EBOLA.

Dans ce sinistre contexte, la Guinée risque fort d’être isolé par le reste du monde. En plus du non respect des règles démocratiques s’ajoute la violation continue des droits humains.

Selon Mamadou Kaaly de Baînette, en dehors des 9 morts de la capitale Conakry, il y a un mort à Mamou. Ce qui rejoint la déclaration du FNDC qui évoquait 10 morts par balle, dont une femme.

Il déplore également la présence des militaires qui terrorisent la population guinéenne.


« C’est de la comédie, Alpha [Condé – le président] dispose déjà des chiffres qu’il va balancer, mais les guinéens ne sont pas dupes, ni la communauté internationale. »


Selon docteur Faya Millimono d’un autre groupe politique, le BL bloc libéral, ce double scrutin est tout sauf une élection : « C’est de la comédie, Alpha dispose déjà des chiffres qu’il va balancer, mais les guinéens ne sont pas dupes, ni la communauté internationale. La Guinée sort diminuée de cet exercice et la paix ne sera pas sauvée. »

Dans la suite logique de leur démarche, le FNDC (front national pour la défense de la constitution) appelle à intensifier les manifestations les 23 et 24 mars avec pour objectif ultime le départ du dictateur Alpha Condé devenu illégitime. Le FNDC invite les  citoyens à se mobiliser  massivement dans les carrefours et ronds-points de leurs quartiers d’où partiront les manifestations. Pour rappel, durant toute la journée électorale, l’accès a l’internet fut réduit, le pays coupé des réseaux sociaux, que ce soit Facebook, Twitter…

 

Après les élections, les violences continuent

Particulièrement à N’zerekoré où on a dénombré au moins 4 morts et 5 églises incendiées ! Information confirmée par Tamba Zahari Milimono de la radio Espace FM.

Et ce décomptage sanglant dérape parfois en conflit ethnique aux conséquences futures imprévisibles selon un membre du FNDC.

L’ethnie des Konianké et les ethnies de la forêt s’entendent bien. A l’inverse des Koniagui qui sont pro gouvernement.


Les Konianké disent à leur tour, qu’il faut venger les ethnies de la forêt.


Qu’est ce qui a provoqué et comment s’est déroulé ce conflit ethnique sanglant ?

Les Koniagui n’étaient pas contents du fait que les ethnies de la forêt aient refusé de participer à la mascarade électorale en accomplissant le vote, ils les ont donc attaqué: « nous allons brûler tout vos biens parce que vous avez refusé de voter« . Du coup, les Konianké disent à leur tour, qu’il faut venger les ethnies de la forêt. C’est après deux jours d’affrontement que les forces gouvernementales sont intervenues en instaurant un couvre feu à N’zerekore.

A Labé, deuxième ville de Guinée, lors de la nuit du 22 au 23 mars, les esprits s’enflamment autour de la mosquée de Tata qui a payé les frais de ces conflits internes. Les fidèles ont été empêchés d’accomplir leur devoir religieux. Des policiers sont venus gazer des fidèles musulmans en pleine prière. Puis ils ont mis le feu aux motos des musulmans stationnées devant la mosquée selon le média Guinéenews.

Dans la journée du 23 mars selon la radio Espace Foutah, un jeune a subi un tir dans la commune urbaine de la ville, il a été  admis à l’hôpital régional de Labé et se trouve dans un état très critique.

Oui le double referendum a eu lieu. Mais à quel prix ? Est-ce la démocratie ou le tour de passe-passe d’un dictateur ? Est-ce qu’un changement de Constitution par les urnes dans un climat de terreur signifie démocratie ? Et que dire du coronavirus en Guinée… L’inquiétude règne.


D’autres articles sur l’Afrique